Avant/après : la Tunisie vue par Antoine Sfeir (Bakchich)
Brève Vidéo

Avant/après : la Tunisie vue par Antoine Sfeir (Bakchich)

Antoine Sfeir "le directeur des Cahiers de l’Orient se met enfin à critiquer les agissements néfastes de Ben Ali et de sa clique. Le journaliste a pu ainsi apporter sur France Inter, France Soir ou Le Télégramme son analyse éclairée de «spécialiste du monde arabo-musulman»" remarque le site Bakchich qui souligne qu'avant sa chute Sfeir était nettement plus bienveillant quand il évoquait le régime tunisien.

Bakchich cite un livre de Sfeir sorti en juin 2006, Tunisie, terre de paradoxes (éditions Archipel).

"«Des responsables politiques du monde entier, mais aussi des hommes de lettres et de culture, se sont associés pour rendre hommage à l’œuvre de Zine El Abidine Ben Ali», écrivait aussi le flagorneur. «Personne ne les a obligés à le faire. S’ils ont trouvé que leur démarche est justifiée, c’est parce qu’en Tunisie on trouve autre chose que ce que les médias veulent montrer»."

Après le départ de Ben Ali, Sfeir ne mâche pas ses mots sur le plateau de BFM : "Toutes les sociétés privées étaient victimes de la corruption de Ben Ali" comme le montre une séquence relevée par Bakchich.


Sur son blog du Monde Diplomatique, Alain Gresh signalait, en septembre 2006, un autre passage du même livre de Sfeir : "Ben Ali est ainsi décrit comme réunissant «en sa personne toutes ces compétences. D’une part, elles lui permettent de se montrer plus efficace, et les résultats obtenus plaident en sa faveur; d’autre part, la réunion de ces compétences en un seul homme évite de les voir entrer en conflit.» (p. 213)"

Gresh remarquait aussi une tribune publiée dans le Figaro du 23 octobre 2009 où Sfeir, sous le titre "La Tunisie, rempart contre la déferlante intégriste dans la région" écrivait : "force est de reconnaître que le pays progresse régulièrement depuis l’arrivée au pouvoir de Ben Ali. C’est un fait dont tous les organismes internationaux font état dans leurs rapports. C’est cette ouverture et cet assainissement progressifs de la vie publique que je souhaite évoquer aujourd’hui, sans pour autant me voiler la face sur les problèmes qu’il reste à résoudre."

Partager cet article Commenter

 

Cet article est libre d’accès
En vous abonnant, vous contribuez
à une information sur les médias
indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.