Aubry, Lagarde, Hollande, et Gérard Dugenou
Brève

Aubry, Lagarde, Hollande, et Gérard Dugenou

C'est une petite information, qui pourrait presque passer inaperçue:

Martine Aubry soutient la candidature de Christine Lagarde à la direction du FMI, qui serait "une très bonne chose pour notre pays et pour l'Europe". Bien. Elle n'a peut-être pas eu vent que ce sont ses propres camarades de parti, qui souhaitent traduire la même Lagarde devant la Cour de Justice de la République, pour avoir, contre l'avis d'une partie de sa propre administration, poussé une procédure très favorable à Tapie. Il faudrait lui présenter d'urgence, par exemple, un certain Ayrault Jean-Marc.

Hypothèse du chroniqueur économique Philippe Lefébure, ce matin sur France Inter: ce soutien patriotique d'Aubry à Lagarde est peut-être lié à son processus de "présidentialisation". Autrement dit, la mentalité "ça finira bien par passer, et on ne va pas s'embêter avec les juges" serait une qualité consubstancielle, indétachable, du mental présidentiel français. L'épisode montre à quel point, dans les meilleurs esprits, l'équation mental présidentiel = mentalité maffieuse est incrustée au plus profond. On pouvait nourrir l'espoir, comme le confiait la semaine dernière au Monde un strauss-kahnien anonyme, que la chute en torche de DSK ressuscite, même timidement, l'idée que la "gauche morale" n'est pas forcément perdante d'avance. Ce n'est pas gagné.

Quelques instants plus tard, Patrick Cohen asticote le "candidat normal" Hollande. Alors, que signifie "candidat normal" ? On ne comprend pas bien. Vous pouvez nous expliquer ? Et Cohen: "Quand Sarkozy expliquera qu'il en a parlé à Obama, vous répondrez que vous en avez parlé à Gérard Dugenou, ramasseur de champignons en Corrèze ?" Bravo ! Merci pour cette claque à tous les Dugenou qui vous écoutent, et forment le gros des auditeurs de France Inter. Tous les Dugenou qui, un peu bêtes (faut les comprendre, les Dugenou, le ramassage des champignons, ça use les neurones) ne comprennent pas pourquoi Aubry soutient la généreuse bienfaitrice (présumée) de Tapie, et pourquoi ce soutien n'émeut pas particulièrement France Inter.

Màj: De vigilants @sinautes me signalent que Cohen ne faisait que reprendre l'argument d'un conseiller de Sarkozy, lui-même cité par le JDD: confusion du matinaute, qui reporte bassement la responsabilité sur la tuyauterie de sa salle de bains.

PPS: à part ça, à la fin de l'interview, Cohen a demandé avec insistance à Hollande s'il avait, oui ou non, téléphoné à Tristane Banon, après qu'elle ait été victime (selon elle) d'une tentative de viol par DSK. Hollande n'en a "pas le souvenir". C'est vieux, dix ans. Hum. Allons allons. Il va falloir faire un petit effort.

Partager cet article Commenter

 

Cet article est libre d’accès
En vous abonnant, vous contribuez
à une information sur les médias
indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Lire aussi

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.