Attentat de Nice : France 2 dérape (et s'excuse)
Brève

Attentat de Nice : France 2 dérape (et s'excuse)

Passée en "édition spéciale" après l’attentat sur la Promenade des Anglais à Nice hier soir, qui a fait 84 morts et de nombreux blessés, selon un bilan provisoire, France 2 a suscité l’indignation de nombreux internautes pour avoir diffusé plusieurs séquences jugées indécentes. La chaîne publique s'est excusée dans la matinée du 15 juillet.

Plusieurs séquences ont choqué des télespectateurs, dans l'édition spéciale nocturne présentée par France 2 après l'attentat commis dans a soirée du 14 juillet, parmi les spectateurs du feu d'artifice de Nice. C’est d’abord une vidéo amateur qui montre le camion frigorifique fonçant sur la foule, diffusée en boucle et même "au ralenti" sur la chaîne. Dans un article de Slate intitulé "Comment la télévision française à sombré", la journaliste Titiou Lecoq, qui a passé la nuit devant le poste, décrit  : "La journaliste précise qu’ils rediffusent cette vidéo «au ralenti». Histoire qu’on profite bien de tous les détails."

Plusieurs internautes et journalistes interpellent alors France 2 sur Twitter. Pour le rédacteur en chef adjoint au service politique de France 2, Olivier Siou, rien de plus normal : "C’est quand il n’y a pas d’images que les théories du complot naissent", répond-il sur Twitter à Paul Larroutourou, journaliste au Petit Journal (prochainement Le Quotidien).

nouveau media

Capture d'écran issue du compte de Paul Larrouturou

La nuit ne fait pourtant que commencer à France 2. Quelques minutes plus tard, la chaîne diffuse l’interview (dont une partie est visible ici) d’un homme, assis à côté du cadavre de sa femme. "C'est fini pour moi, mon fils est mort. J'ai perdu les deux d'un coup. Ma femme et mon fils sont venus voir la fête. Voilà, c'est ça la fête."

nouveau media
nouveau media

Capture d'écran du compte de Nicolas Hénin

Dès la diffusion, plusieurs téléspectateurs ont alerté le CSA qui a répondu vendredi 15 juillet dans un communiqué appelant les télévisions faire faire preuve de "prudence et de retenue".

A son tour, France Télévisions a publié un communiqué vendredi 15 juillet pour présenter ses excuses. La chaîne reconnaît une "erreur de jugement" commise en raison de "circonstances particulières". "La diffusion de ce type d'images ne correspond pas à la conception de l'information des journalistes des équipes et de l'entreprise. France Télévisions tient à présenter ses excuses."

Interviewée par Télérama après les attentats de Bruxelles, la psychologue spécialiste du trauma Marianne Kedia expliquait alors trouver "extrêmement problématique que des victimes, en état de choc, couvertes de sang et de poussière, soient interviewées. Dans ces instants-là, elles ne sont pas en état de maîtriser leur image et leurs propos. Derrière mon petit écran, je suis surprise de voir autant d'images volées" pointant l’absence de "recul " des chaînes de télévision qui couvrent les attentats.

Partager cet article Commenter

 

Cet article est libre d’accès
En vous abonnant, vous contribuez
à une information sur les médias
indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Lire aussi

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.