Atlantico, nouveau pure player de droite ?
Brève

Atlantico, nouveau pure player de droite ?

La famille des sites "pure players" s'agrandit. Atlantico, présenté avant sa sortie comme le Mediapart de droite, est en ligne depuis ce matin. Qu'y trouve-t-on ? Des commentaires sur l'actualité comme sur Slate.fr, des "pépites vidéos" avec notamment l'interview de Johnny Hallyday sur TF1 et du "light" (comprendre football et web séduction entre autres). Mais c'est surtout la tendance politique du site qui fait débat.



Le directeur de la rédaction Jean-Sébastien Ferjou (venu de LCI) a présenté ce nouveau site comme un "facilitateur d’accès à l’information", c'est-à-dire un mélange d'articles produits par une rédaction d'une dizaine de journalistes et de contributeurs extérieurs (experts, éditorialistes) non rémunérés selon les Inrocks. Un projet plutôt vague qui cache surtout la question de la couleur politique du site.

Depuis des mois, on présente le site (dont 49% des parts sont détenus par des entrepreneurs de tendance libérale comme Charles Beigbeder, fondateur de Poweo ou encore Marc Simoncini de Meetic) comme un pure player de droite. Un qualificatif que rejette Ferjou : "Nous ne soutiendrons aucun candidat en 2012, nous n’avons pas vocation à être prescripteur" a-t-il déclaré lors de la conférence de presse, tout en précisant que "libéralisme et capitalisme ne sont pas des gros mots".

Atlantico

De fait, la couleur politique se dessine davantage par les contributeurs que par les articles publiés en cette première journée. Parmi les éditorialistes et les experts, on compte notamment l'écrivain Gérard de Villiers (ancien de la presse d'extrême-droite), Chantal Delsol (journaliste, historienne des idées politiques étiquetée à droite et épouse de l'ex-ministre Charles Millon), ou le blogueur koz, qui a soutenu Sarkozy en 2007.

 

Des critiques

Mais sur le fond, les premières contributions sont plutôt critiques à l'égard de la majorité actuelle. La nomination d'Alain Juppé aux Affaires étrangères est par exemple accueillie avec fraîcheur par le journaliste Hugues Serraf : Juppé "semble avoir la même propension que MAM à se déclarer « droit dans ses bottes » dans l’adversité, écrit-il. Et les bruits de bottes, c’est précisément ce que l’on préférerait éviter par les temps qui courent". Pour Gérard de Villiers, la crise de la diplomatie française vient du politique : "Nicolas Sarkozy a bien tort de se plaindre de la qualité du travail de ses ministères" explique-t-il, c'est parce que les autorités demandaient aux diplomates de ne pas critiquer les pouvoirs en place qu'ils n'ont rien dit. Des critiques, on en trouve aussi à propos de l'allocution de Nicolas Sarkozy : "Le président a créé un discours un peu tragique pour cacher le fait qu’il y avait peut-être (sic) un couac gouvernemental", écrit Chantal Delsol. Pour le sémiologue Denis Bertrand, le décalage entre cette dramatisation et le règlement d'un problème de DRH (l'éviction de MAM) est "décrédibilisant". Et le sémiologue de trancher : "Nicolas Sarkozy ne garde jamais longtemps ses habits de président".

A côté de ces articles, on trouve aussi une violente charge contre Stéphane Hessel, qualifié de "résistant gaga" par Gaspard Koening, économiste et ex-plume de Christine Lagarde : "Sous ses dehors de grand-papa national, Stéphane Hessel est un extrémiste, figé dans les cadres théoriques de l’après-guerre, écrit-il. Il devrait s’inscrire au NPA : le jeune facteur et le vieux résistant, voilà qui serait chic". Pour Laurent Mauduit, co-fondateur de Mediapart, avec cet article sur Hessel, "Atlantico affiche clairement la couleur dès le premier jour. Les couleurs d'une droite non pas respectueuse et ouverte aux autres mais intolérante et colérique. Une droite de combat. La droite rance...". La bataille des pure players est ouverte.

A noter que Gilles Klein a annoncé sur son compte twitter qu'il allait collaborer au site.

Partager cet article Commenter

 

Cet article est libre d’accès
En vous abonnant, vous contribuez
à une information sur les médias
indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.