"Apologie de terrorisme" : Philippot accuse l'AFP d'omerta
Brève Vidéo

"Apologie de terrorisme" : Philippot accuse l'AFP d'omerta

Philippot attaque l'AFP.

Le vice-président du FN était invité jeudi 23 février au soir sur le plateau de BFMTV, où il est très souvent reçu. L'occasion pour lui de s'en prendre à l'Agence France Presse, quelques jours après l'avoir déjà accusée à tort de diffuser des "fake news". Il reproche cette fois à l'AFP d'avoir tu le nom d'un assistant parlementaire qui fait l'objet d'une enquête préliminaire pour apologie du terrorisme, et celui du sénateur PS pour lequel il travaille. Des noms qu'il donne alors en plateau.

Yacine Chouat, assistant parlementaire du sénateur socialiste Roger Madec, est soupçonné d'avoir partagé des publications pouvant passer pour des appels au djihad sur sa page Facebook personnelle. C'est ce que révélait cette semaine le Canard Enchaîné, qui ne citait aucun nom. Suite à ces révélations, l'AFP a publié une dépêche le 22 février, sans donner le nom de l'assistant et ni celui de son sénateur. Contactée par @si, l'AFP explique avoir voulu simplement vérifier les informations du Canard et estimé inutile de donner le nom de l'assistant et de son sénateur à ce stade de l'enquête. Par ailleurs, après discussion entre le sénateur et l'agence, il a été convenu que l'AFP ne donnerait pas les noms de l'assistant et de l'élu qui n'est pas visé par cette enquête.

Désormais, les deux noms sont connus. Vendredi 24 février, Chouat a assuré, notamment au Parisien, avoir appris l'existence de l'enquête par l'article du Canard. Il dément toute apologie du terrorisme. D'après les informations du Canard, c'est après qu'une "militante associative" a signalé ces publications aux autorités qu'aurait été ouverte l'enquête préliminaire, le 25 janvier. Mais le collaborateur du sénateur assure que cette "responsable" associative a "sollicité la structure de déradicalisation dans laquelle travaille Farid Benyettou", le "djihadiste repenti", pour traduire les publications Facebook visées par l'enquête, et qui sont en arabe. Chouat reproche à Benyettou, "condamné à six ans de prison pour terrorisme" de vouloir le "faire passer pour un admirateur de Daech". L'avocat de l'assistant parlementaire a annoncé vouloir porter plainte pour "dénonciation calomnieuse". Quant à l'AFP, elle a publié une deuxième dépêche, qui citait cette fois le nom du collaborateur visé par l'enquête.

Partager cet article Commenter

 

Cet article est libre d’accès
En vous abonnant, vous contribuez
à une information sur les médias
indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.