Algues vertes et ampoules durables
Brève

Algues vertes et ampoules durables

Voilà l'affiche que vous ne verrez pas sur les murs du métro parisien.
 
Copiez-la, faites circuler. A l'heure où écrit le matinaute, la régie publicitaire Metrobus n'a pas encore daigné expliquer pourquoi trois des six visuels proposés par France Nature Environnement n'ont pas été placardés sur les murs du métro. Elle a dû craindre que les voyageurs ne soient choqués. En effet. Il est très choquant que l'on rappelle aux voyageurs du métro parisien que l'Etat, capitulant devant les paysans bretons, a laissé depuis des années proliférer sur les plages bretonnes des algues vertes, dont les émanations peuvent être mortelles (si vous voulez tout savoir sur les algues vertes, prenez votre masque à gaz, et regardez notre émission).

Les partisans de la censure auront leurs arguments (je ne pense pas seulement au ministre de l'Agriculture, Bruno Le Maire, qui estimait ce matin, sur France Inter, cette campagne scandaleuse, surtout à quelques jours de l'ouverture du Salon de l'Agriculture). Certains de ces arguments sont d'ailleurs recevables. Les algues vertes sont issues des nitrates, dégagés par l'élevage porcin intensif. C'est très mal, l'élevage porcin intensif. Tout le monde est très contre. Mais les mêmes qui y sont  très opposés (et auraient été scandalisés par la persistance de cette odieuse pollution si l'affiche litigieuse avait été effectivement placardée dans le métro), sont très heureux de payer les côtes de porc dans l'échine, au supermarché, à un prix modique, sans se demander pourquoi ce prix est si modique.

Les images-choc sont nécessaires, mais elles ne sont pas suffisantes (puissante, cette phrase, non ?) Elles n'expliquent rien. Indignons-nous, oui, mais après ? (pour reprendre les termes d'un débat récent). Après, il faut réfléchir. Plonger l'épuisante chaîne des causalités. Hier soir, je suis tombé par hasard sur un documentaire d'ARTE, consacré à "l'obsolescence programmée". En français: les fortunes dépensées par les industriels, pour que les objets durent le moins longtemps possible, et que tourne sans fin la grande roue de la consommation et de la croissance.  Je connaissais le principe, comme tout le monde, mais pas son nom. Ni les exemples précis. Vous le saviez, vous, que les Allemands de l'Est avaient inventé une ampoule qui dure vingt-cinq ans, que les industriels de l'Ouest ont cessé de produire, après la chute du mur ? Dans ce documentaire, on apprenait aussi des choses tout à fait subversives sur la batterie en carton pâte de l'iPod (planquez vos ados, ça les démoraliserait). Des choses que la presse unanime, qui glorifie unanimement le Dieu Steve Jobs, ne nous dit jamais (et que j'ose à peine répéter. Ne ratez pas ce doc, qui va être rediffusé). Des choses à ne pas placarder sur les murs du métro. D'ailleurs ça tombe bien, elles ne le sont pas. Elles non plus.

Partager cet article Commenter

 

Cet article est libre d’accès
En vous abonnant, vous contribuez
à une information sur les médias
indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.