Alep : deux vétérans du journalisme français critiquent l'unanimisme médiatique
article

Alep : deux vétérans du journalisme français critiquent l'unanimisme médiatique

"Faillite", "absence de recul" : la charge de J.F. Kahn et J.C. Guillebaud

Réservé à nos abonné.e.s
Le traitement médiatique de la reprise d'Alep par les forces de Bachar al-Assad, revendiquée le 22 décembre dernier par l'armée syrienne, a suscité à retardement plusieurs critiques, notamment de deux figures du journalisme français, Jean-François Kahn et Jean-Claude Guillebaud. Les médias français ont-ils trop penché du côté des rebelles ? @si examine quelques exemples.

"Alep a fait une victime : la crédibilité médiatique". Avec le sens de la formule et de la manchette-choc qu'on lui connait, le fondateur de Marianne, Jean-François Kahn, n'a pas hésité à aligner le monde médiatique français, dénonçant dans une tribune de son ex-magazine la "vision purement idéologique" de "certains grands médias". Selon le journaliste, leur façon de rendre compte de la "reconquête" d'Alep par les forces pro-gouvernementales "correspondait de moins en moins à la vérité complexe de ce drame", faisant ainsi "une victime de plus : la crédibilité médiatique".

Kahn dénonce le pe...

Il vous reste 97% de cet article à lire

Cet article est réservé aux abonné.e.s
Rejoignez-les pour une information sur
les médias indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Partager cet article Commenter

Lire aussi

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.