"Ainsi soient-ils" : la série d'Arte qui rend la presse béate
article

"Ainsi soient-ils" : la série d'Arte qui rend la presse béate

Même les critiques négatives des catholiques restent mesurées

Réservé à nos abonné.e.s
Des séminaristes captivant 1,5 million de téléspectateurs en une soirée ? C'était jeudi 11 octobre, sur Arte. Ce soir-là, la chaîne a diffusé les deux premiers des huit épisodes de sa nouvelle série baptisée "Ainsi soient-ils". Un succès d'audience, précédé par une campagne marketing détonante et des critiques plutôt dithyrambiques dans la presse. Chez les catholiques, les avis sont plus partagés, mais on est loin de la tempête de l'été dernier avec la diffusion sur France 2 d'Inquisitio. Certains catholiques espèrent même surfer sur le succès de la série pour faire de la "communication positive" autour des questions de vocation et de foi. Arte, plus forte que les JMJ ?




Le pari n'était pas gagné. Mais depuis l'obtention du prix de meilleure série française au Festival "Séries Mania" en avril dernier, Arte avait bon espoir de réaliser un joli coup avec sa série "Ainsi soient-ils". Ce feuilleton en huit épisodes de 52 minutes raconte l'histoire de cinq futurs prêtres entrant au séminaire des Capucins, à Paris.

"Sur le point de changer radicalement de vie, ils vont apprendre à suivre la voie de Dieu et devenir ses « ministres », explique le site d'Arte. D’où viennent-ils ? Quelles expériences de joie, de douleurs ont-ils vécues ? Autant de questions qui hantent le Père Fromenger,...

Il vous reste 94% de cet article à lire

Cet article est réservé aux abonné.e.s
Rejoignez-les pour une information sur
les médias indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Partager cet article Commenter

Lire aussi

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.