AFP : prudence avec les réseaux sociaux
Brève

AFP : prudence avec les réseaux sociaux

L'AFP prend acte
: "Les réseaux sociaux, tels que Twitter, Facebook ou YouTube, se sont imposés ces dernières années comme des outils de travail pour les reporters et les éditeurs de l’agence". L'agence de presse a donc décidé de publier des "règles d'utilisation" de ces nouveaux outils à l'intention de ses journalistes. Sa concurrente britannique Reuters l'avait déjà fait en mars 2010.

Comme elle, l'AFP invite ses journalistes à la prudence. En effet, s'il leur est recommandé d'utiliser les réseaux sociaux comme outils de veille et d'alerte, il apparaît néanmoins périlleux d'utiliser Twitter ou Facebook comme source d'information. "Une déclaration non recoupée sur un réseau social ne doit pas être utilisée comme source pour annoncer un événement ni pour décrire un événement en cours sauf si (...) nous sommes certains de l'authenticité du compte sur lequel elle est publiée", indique le document publié par l'AFP. Et de rappeler que l'agence s'était "laissée prendre dans le passé à un faux compte Twitter sur lequel le ministre britannique des Affaires étrangères était censé avoir envoyé un message de condoléances après la mort de Michael Jackson, se concluant par les mots: «RIP, Michael.»"

Le document souligne les risques que prend l'agence pour sa réputation "en matière de fiabilité et d'exactitude" en diffusant des données recueillies sur les réseaux sociaux, "en raison du caractère ouvert d’internet". Aussi est il "interdit d’utiliser Wikipédia comme source de documentation, encore moins d’en reproduire des passages. Le mode de rédaction participative de cette encyclopédie en ligne ne répond pas à nos critères de fiabilité." Sur Twitter justement, certains internautes, notamment des journalistes, doutent que cette règle soit appliquée.

 

picto Cette journaliste du site Europe1.fr souligne une ressemblance entre une dépêche AFP et la fiche Wikipédia de David Douillet

Mais, pour le journaliste Tristan Mendès France, "hyperactif du net", cet interdit qui frappe l'encyclopédie en ligne Wikipédia est une "absurdité". L'AFP prive ainsi ses journalistes de "l'un des sites les mieux référencés sur le web", dit-il en se basant sur le classement opéré par le moteur de recherche Google. "Les journalistes devraient pouvoir utiliser tous les nouveaux outils en leur appliquant les règles de base du journalisme (telles que le recoupement de l'information)", ajoute-t-il. Selon lui, il aurait été plus pertinent que la note de l'AFP "familiarise les journalistes de l'agence avec le nouvel environnement de l'info", en leur donnant des "indices" plutôt que des "règles". Prenant l'exemple de Twitter, il explique que le crédit à accorder à un tweet peut se mesurer à l'aune du profil de l'auteur, à ses abonnés et à ses abonnements, mais aussi à la date et au nombre de reprises.

( Par Camille Hamet )

Partager cet article Commenter

 

Cet article est libre d’accès
En vous abonnant, vous contribuez
à une information sur les médias
indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Lire aussi

"Madmoizelle", de média pop féministe à "vitrine pour contenus"

"Madmoizelle" met son site en pause : un symbole de l’échec de la presse féministe en ligne ?

"Aleteia" : la nouvelle croisade catholique en ligne

Le site de la Fondation pour l'évangélisation par les médias, proche du Vatican, cible les jeunes

"AlertesInfos" dénonce l'achat de "Mediavenir" par Pierre-Édouard Stérin

L'information n'était pas nouvelle, mais elle était restée confinée aux médias spécialisés

La campagne électorale noyée sous les extraits vidéo tronqués

Les médias ne sont pas les derniers à s'adonner à cette pratique néfaste

Voir aussi

Ne pas manquer

DÉCOUVRIR NOS FORMULES D'ABONNEMENT SANS ENGAGEMENT

(Conditions générales d'utilisation et de vente)
Pourquoi s'abonner ?
  • Accès illimité à tous nos articles, chroniques et émissions
  • Téléchargement des émissions en MP3 ou MP4
  • Partage d'un contenu à ses proches gratuitement chaque semaine
  • Vote pour choisir les contenus en accès gratuit chaque jeudi
  • Sans engagement
Devenir
Asinaute

5 € / mois
ou 50 € / an

Je m'abonne
Asinaute
Généreux

10 € / mois
ou 100 € / an

Je m'abonne
Asinaute
en galère

2 € / mois
ou 22 € / an

Je m'abonne
Abonnement
« cadeau »


50 € / an

J'offre ASI

Professionnels et collectivités, retrouvez vos offres dédiées ici

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.