Adieu Hénin-Beaumont, ses autos tamponneuses, son potjevleesch
reportage

Adieu Hénin-Beaumont, ses autos tamponneuses, son potjevleesch

Réservé à nos abonné.e.s
L'image est simple: un duel Le Pen-Mélenchon, dans une ville sinistrée du Pas-de-Calais, sur fond de PS gangrené par "les affaires". Trop simple ? C'était l'occasion de tenter de passer "derrière l'image". Dernier épisode de notre reportage. (Le premier est ici.)

On ne peut pas parler de tout. Je ne vous ai pas parlé des pompes funèbres. La première chose qui frappe en arrivant à Hénin-Beaumont, c'est le nombre des magasins de pompes funèbres. Selon les recensements les plus fiables, on en compterait huit, sur les places du centre-ville, davantage que de friteries et de kebabs réunis. Non pas qu'on meure davantage à Hénin-Beaumont qu'à Lens ou à Noyelles-Godault. L'explication est ailleurs. Le service de pompes funèbres, jusqu'à peu, était municipal. Mais déficitaire. La Chambre Régionale des Comptes ayant fait des observations, la mairie a privatisé la mort en catastrophe, plut&oc...

Il vous reste 90% de cet article à lire

Cet article est réservé aux abonné.e.s
Rejoignez-les pour une information sur
les médias indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Partager cet article Commenter

Lire aussi

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.