À Paris Match, on n'exclut pas la grève
article

À Paris Match, on n'exclut pas la grève

L'affaire Takieddine - Mimi Marchand, dernier épisode d'une succession de crises

Réservé à nos abonné.e.s
Choix éditoriaux "incompréhensibles" qui mettent à mal la crédibilité du journal dans l'affaire Takieddine, dialogue inexistant avec le directeur de la publication Hervé Gattegno, chiffres "pourris" et ambiance "pire que délétère" : à Paris Match, rien ne va plus. Récit.

A Paris Match, la rédaction bouillonne. La mise en examen début juin de Michèle "Mimi" Marchand, cheffe de l'agence Bestimage et meilleure alliée des pages photos du magazine, pour "subornation de témoin" et "association de malfaiteurs" dans l'affaire de la rétractation de Ziad Takieddine est la goutte d'eau qui fait déborder un vase déjà bien plein. Une rétractation orchestrée dans les pages de Paris Matchen novembre dernier, par cette même Mimi, selon les dernières révélations de Mediapart... Des choix éditoriaux "incompréhensibles" qui mettent à mal la crédibilité du journal, dialogue inexistant avec le directeur de la publication Hervé Gattegno, chiffres "pourris" et ambiance "pire que délétère" : à P...

Il vous reste 95% de cet article à lire

Cet article est réservé aux abonné.e.s
Rejoignez-les pour une information sur
les médias indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Partager cet article Commenter

Lire aussi

Pegasus : trois journalistes espionnés par le Maroc témoignent

Rosa Moussaoui (L'Humanité), Lénaïg Bredoux (Mediapart) et Ignacio Cembrero (Orient XXI) racontent

Les médias fabriquent-ils le candidat Zemmour ?

En 2016, les médias avaient "fait" Macron

Une journaliste, une idée fixe #3 : Stéphane Horel et les perturbateurs endocriniens

Elle est aussi à l'origine des "Monsanto papers", avec son collègue du Monde Stéphane Foucart

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.