30 km/h, source de pollution ? Les médias pataugent
article

30 km/h, source de pollution ? Les médias pataugent

Réservé à nos abonné.e.s
Une étude technique sur le rapport entre vitesse moyenne, consommation et pollution, publiée en avril dernier, a été brandie par de nombreux médias comme preuve que la vitesse maximale de 30 km/h à Paris, mesure qui vient d'être mise en place, serait source d'une pollution accrue. Mais ce n'est pas ce que disait l'étude, selon l'organisme qui l'avait produite.

Jamais on n'avait autant parlé dans les médias du travail des 2 500 ingénieurs du Centre d'études et d'expertise sur les risques, l'environnement, la mobilité et l'aménagement (Cerema). En cause, une étude technique remontant à avril 2021, sobrement intitulée "Émissions routières des polluants atmosphériques – courbes et facteurs d'influence". Elle modélise les émissions de polluants et la consommation pour différents types de véhicules, à partir de la vitesse moyenne de cycles de circulation utilisés dans le cadre d'évaluations d'infrastructures routières. Et établit que selon ces cycles qui imitent des conditions de circulation variées, la vitesse moyenne la moins polluante est de 70 km/h, tandis que les vitesses moyennes les plus ba...

Il vous reste 94% de cet article à lire

Cet article est réservé aux abonné.e.s
Rejoignez-les pour une information sur
les médias indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Partager cet article Commenter

Lire aussi

Record de vitesse : les youtubeurs avaient raison

Et les journalistes spécialisés ont du mal à l'admettre

Sandrine Rousseau, de "victimaire" à "favorite"

La candidate à la primaire écolo a "percé" dans les médias, pour le meilleur et surtout pour le pire

Coureurs flashés à 30 km/h : trop beau pour être vérifié

Les coups de fil d'ASI ont contraint plusieurs médias à corriger leur article

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.