Extraordinaire, fabuleuse, fantastique, bref gold premium, la présidence Trump ne ressemblera à aucune autre. Et tant pis pour les jaloux, les aigris, les moches et les pauvres.

Publié le 22/11/2016  Alimenté le 16/08/2017
nouveau media
enquête du par

Trump invente "des milliers de gens" au pied de la Tour Eiffel

"Quasiment personnne n'était là pour lui"

Après les "millions" de gens présents lors de son intronisation, les "milliers" de personnes venues le saluer au pied de la Tour Eiffel ? Dans une interview irréelle accordée au New York Times, Trump est revenu sa visite à Paris. Et a visiblement confondu quelques dizaines de touristes avec quelques milliers de supporters.

/media/article/s101/id10060/original.99393.jpg

New York Times, 19 juillet 2017

"Garbled". A quinze reprises, dans son interview de Trump (dont de larges extraits ont été retranscrits par écrit, en supprimant tous les commentaires off du président), le Times a utilisé cet adjectif, qui signifie "confus" ou "peu clair", pour ponctuer les propos du président. Ne pas croire que le reste de l'interview est limpide : même à l'écrit, il est parfois difficile de suivre le président américain.

Sur ses relations avec Macron, par exemple. Interrogé sur son voyage à Paris, Trump a cette formule : "C'est un bon gars. Intelligent. Fort. Il adore me serrer la main". Relance de la journaliste du Times, Maggie Haberman. "J'ai remarqué ça". Réponse pour le moins mystérieuse de Trump : "Les gens ne réalisent pas à quel point il adore tenir ma main".

Il y a aussi ce passage, lunaire, sur Napoléon. "On a visité un musée, on a vu le tombeau de Napoléon", raconte le président aux journalistes du quotidien qu'il moque régulièrement sur son compte Twitter. Avant de développer : "Bon, Napoléon a fini un peu mal. Mais je me posais la question. Alors j'ai demandé au président : Que s'est-il passé avec Napoléon ? Il m'a répondu : « Non, non, non. Il a fait des choses incroyables. Il a dessiné Paris »". Difficile de savoir qui de Macron ou de Trump a confondu Napoléon et Napoléon III, mais force est de constater que le président américain ne semble pas tout à fait au point sur l'histoire de Bonaparte. "Son seul problème, c'est qu'il [Napoléon]...

Déjà abonné ?

Email      Mot de passe   

Derniers articles dans ce dossier...

nouveau media

Pour défendre les néonazis, Trump pioche (encore) dans la matinale de Fox News

Mais la comparaison historique sur l'esclavage ne tient pas la route

observatoire publié(e) le 16/08/2017 par Robin Andraca

Et Trump remit sur le même plan néonazisme et antiracisme. Au cours d'une conférence de presse mouvementée, tenue ce 15 août dans la Trump Tower, le président a estimé qu'il y avait des "gens biens" parmi les manifestants d'extrême droite présents à Charlottesville, où une militante ...

nouveau media

Trump : la "positive attitude" médiatique

Une revue de presse flatteuse, et un journal des "vraies infos" sur sa page Facebook

observatoire publié(e) le 10/08/2017 par Capucine Truong

Des nouvelles oui, mais que les bonnes. Tandis que l'escalade verbale continue entre Trump et la Corée du Nord, ViceNews révèle que, dans la revue de presse servie quotidiennement au président, seuls les articles ou commentaires positifs sont conservés. La "positive attitude" semble être ...

nouveau media

Contre la Corée du Nord, les medias US vont-ils enfiler l'uniforme ?

Escalade verbale : Trump promet à Kim "le feu et la fureur"

observatoire publié(e) le 09/08/2017 par Robin Andraca

Entre Donald Trump et la Corée du Nord, l'escalade verbale continue et a atteint un nouveau sommet hier, 8 août : interrogé sur le sujet, Trump a promis au régime nord-coréen le "feu et la fureur". Comment ont réagi les médias américains ? Avec moins d'enthousiasme belliqueux qu'après les ...

Tous les contenus de ce dossier >

Par mots-clés

Commentaires d'utilité publique

Découper Trump en journées

"Nous savons bien qu'au fond ce mur ne sera jamais vraiment construit"... Etrange.... Ce mur est construit, aux deux tiers...

Par Arnaud Romain
le 06/02/2017

Trumpisation, trumpocène, deuxième semaine

Touché (ému, inquiet) ce matin par l'aveu de découragement de Daniel Schneidermann. Hé, ce n'est pas le moment des hauts-le-...

Par Olivier ANSELM
le 14/11/2016

Trump président : dépasser le vertige

Il y a un mois, Daniel, vous me "débiniez" publiquement lorsque je contrebalançais votre 9h15 sur le premier duel Trump/...

Par Arnaud Romain
le 09/11/2016
Tous les forums >