Extraordinaire, fabuleuse, fantastique, bref gold premium, la présidence Trump ne ressemblera à aucune autre. Et tant pis pour les jaloux, les aigris, les moches et les pauvres.

Publié le 22/11/2016  Alimenté le 30/11/2017
Milo Yianopoulos
observatoire du par

Trump menace Berkeley, pour cause de lèse-Yiannopoulos

Du gamergate à Breitbart, portrait d'un troll misogyne et raciste

Dans un de ses légendaires tweets présidentiels, Donald Trump a menacé de couper les subventions à l'Université californienne de Berkeley. La raison ? L'établissement a refusé la venue de Milo Yiannopoulos, éditorialiste controversé du site Breitbart. Néo-conservateur, antiféministe et ouvertement raciste, le journaliste (et troll) britannique de 32 ans devait intervenir dans le cadre d'une conférence organisée par le club des Républicains du campus. Portrait.



Lunettes de soleil sur le nez, smoking blanc et cheveux peroxydés. Editorialiste décomplexé pour Breitbart, le site américain conservateur et pro-Trump qu'@si vous a présenté ici, Milo Yiannopoulos descend les escaliers d'un amphithéâtre bondé sous des tonnerres d'applaudissements. La centaine d'étudiants présents se lève et s'empresse de prendre l'invité en photo. Ce soir-là, le journaliste britannique de 32 ans intervient en guest-star pour une conférence politique sobrement intitulée "Pourquoi les gens moches me détestent" et accessible sur sa chaîne. Nous sommes le 25 janvier et l'ambiance à l'Université Boulder du Colorado est à la fête. Une atmosphère qui n'aura visiblement pas pris cette semaine à Berkeley, en Californie, où la venue de Milo Yiannopoulos a été annulée.

Milo Yiannopoulos, en pleine conférence, 25 janvier 2017

Invité ce 1er février par le club des Républicains du campus de l'Université à donner une conférence similaire, l'auteur du livre autobiographique Dangerous (sortie prévue le 14 mars) n'a finalement pas été en mesure de venir saluer ses fidèles. Pourquoi ? De violentes manifestations ont surgi ces derniers jours pour s'opposer à sa conférence. D'abord pacifiques, ces marches devant l'Université de Berkeley ont réuni près de 1 500 personnes. Et depuis mercredi, les choses ont un peu tourné au vinaigre. Un petit groupe d'activistes cagoulés, tout de noir vêtus, est venu envenimer les manifestations. "Il s'agit d'un groupe d'agitateurs masqués....

Déjà abonné ?

Email      Mot de passe   

Derniers articles dans ce dossier...

Trump mad

"Rage de diable de Tasmanie" : le New York Daily News traite Trump de fou

lu publié(e) le 30/11/2017 par la rédaction

Les avis de psychiatres et autres spécialistes ne suffisent visiblement plus : c'est au tour de journalistes de traiter Donald Trump de fou. Après les nouvelles frasques Twitter du président américain, le quotidien américain New York Daily News s'est fendu mercredi 29 novembre d'un édito au ...

nouveau media

Trump : le goujatgate, et ses conséquences...

chronique publié(e) le 24/10/2017 chez les matinautes

Donc, il aura fallu vingt jours. Vingt jours pour qu'émerge une question accessoire, secondaire : que font exactement les forces spéciales américaines au Niger ? C'est le 4 octobre, que le sergent La David Johnson tombe dans une embuscade djihadiste au Sud du Niger. Le 16 octobre, lors d'une ...

nouveau media

Pourquoi Trump vantait son "super sang allemand"

Aux sources d'un montage qui a refait surface après les manifestations de Charlottesville

observatoire publié(e) le 17/08/2017 par la rédaction

Un ancien montage vidéo, où Trump évoque la qualité de ses gènes, a refait surface sur les réseaux sociaux après les manifestations de Charlottesville, où une militante antiraciste a été tuée par un militant néonazi. D'où vient l'extrait dans lequel Trump parle de son "super sang ...

Tous les contenus de ce dossier >

Par mots-clés

Commentaires d'utilité publique

Découper Trump en journées

"Nous savons bien qu'au fond ce mur ne sera jamais vraiment construit"... Etrange.... Ce mur est construit, aux deux tiers...

Par Arnaud Romain
le 06/02/2017

Trumpisation, trumpocène, deuxième semaine

Touché (ému, inquiet) ce matin par l'aveu de découragement de Daniel Schneidermann. Hé, ce n'est pas le moment des hauts-le-...

Par Olivier ANSELM
le 14/11/2016

Trump président : dépasser le vertige

Il y a un mois, Daniel, vous me "débiniez" publiquement lorsque je contrebalançais votre 9h15 sur le premier duel Trump/...

Par Arnaud Romain
le 09/11/2016
Tous les forums >