2 sites de droite accusent Hollande et le fils Trierweiler
Brève

2 sites de droite accusent Hollande et le fils Trierweiler

Dans la série "boules puantes", deux sites dont les animateurs sont classés à droite, Le Mal Pensant et 24HeuresActu, évoquent des affaires concernant François Hollande et sa compagne Valérie Trierweiler. Hollande est accusé de travail au noir par un ancien chauffeur ; et le fils de Trierweiler aurait été brièvement interpellé pour consommation de "drogue douce" dans la rue.

Hollande, employeur fraudeur et mauvais payeur ? C'est ce qu'assure un homme se présentant comme un ancien chauffeur du candidat, dont les accusations sont reprises par le blog Le Mal Pensant.

"François Hollande et Faouzi Lamdaoui, son chef de cabinet dans l'organisation de la campagne, font actuellement l'objet d'une plainte déposée contre eux pour des chefs d'accusation aussi graves que «travail dissimulé» ou «menaces et intimidations visant une victime». Cette plainte a été déposée la semaine dernière par l'ancien chauffeur de François Hollande, Monsieur Mohamed Belaid, par l'intermédiaire de son avocat, Maitre Nicolas Cellupica", écrit Le Mal Pensant. Le blog est animé par deux ex-militants de droite qui se présentent ainsi : "Ils furent un temps tous les deux membres du bureau national des jeunes d'un grand parti politique qui ne doute pas de l'intégrité d'Eric Woerth."

L'un d'un deux auteurs n'est autre que Matthieu Creux, l'un des anciens responsables web des Jeunes Pop, qui animait le compte twitter "drôle de gauche", très incisif contre le PS, et fermé à la suite d'une assignation judiciaire envoyée par le parti.

"D'après les dires de M. Belaid, il commence à travailler directement pour M. Lamdaoui et pour le compte de François Hollande à partir de la mi-décembre 2008, dès lors que ce dernier ne dispose plus du chauffeur du PS, indique le site. Il l'emmène sur les plateaux de télévision, en réunion politique ou par exemple jusqu'à Clermont-Ferrand pour un meeting lors des élections européennes le 4 mai 2009. D'après Monsieur Belaid, ces missions n'étaient pas bénévoles et devaient être rémunérées 1500 euros nets, comme on lui avait promis. Il devait notamment être contractualisé auprès du Conseil général du Val-d'Oise."

Mais après "6 mois de travail sans contrat ni salaire", Belaid aurait commencé à se plaindre auprès de Faouzi Lamdaoui, qui l'avait recruté. "Les rapports entre l'équipe Hollande et Mohamed Belaid s'étant très fortement dégradés faute de paiement, ce dernier a ensuite reçu plusieurs menaces et des intimidations jusqu'à son domicile. En septembre 2009, la police est d'ailleurs intervenue pour isoler Mohamed Belaid de deux hommes qui le prenaient violemment à partie en bas de chez lui", assure le site.

Belaid a écrit à Martine Aubry, qui lui a répondu par courrier en novembre 2009. Elle y reconnaissait que Belaïd avait bien travaillé comme chauffeur, mais sans lien direct avec Hollande : "Au regard des éléments que vous m’avez transmis et des renseignements que j’ai pu obtenir, il semble que M. Belaid n’a jamais été en relation professionnelle avec le Parti socialiste mais avec Monsieur Lamdaoui." Elle refusait donc de se saisir de l'affaire.

picto La lettre d'Aubry est disponible sur Le Mal pensant.

En 2010, Belaid a saisi le Conseil des Prud'hommes de Paris. "Mais en janvier 2011, sans avocat et sans avoir préparé sa défense, il demande le renvoi de l'affaire à une date ultérieure", indique le site. Refus des Prud'hommes, qui déboute l'ex-chauffeur. Il aurait fait appel de cette décision.


Valerio Motta, militant socialiste et responsable web du parti, a réagi sur Twitter, en affirmant que le chauffeur, en plus d'avoir été débouté, a également été "condamné pour diffamation".



L'affaire était déjà sortie : le site d'extrême droite FDesouche l'avait évoquée en avril 2010, en reprenant les informtions d'une vidéo circulant alors sur le net : "Selon une vidéo postée sur Youtube, Mohamed Belaïd a travaillé six mois au noir en tant que chauffeur de François Hollande au Parti Socialiste avant d’être licencié sans aucune indemnité."


Cannabis pour le fils Trierweiler

Par ailleurs, le site 24heuresactu écrit aujourd'hui : "Exclusif : le fils de Valérie Trierweiler a été arrêté par les forces de police pour avoir consommé de la drogue sur la voie publique. L’info, révélée par Staragora, n’a été reprise par aucun journaliste français. Deux poids deux mesures ?"

Le site 24heuresactu est animé par une équipe de bénévoles anonymes, dont le premier se présente ainsi "Didoulefou: "militant UMP depuis 2007, sarkozyste vigilant mais pas désenchanté, je souhaite défendre mes idées avec ma plume."

L'info n'est bien sûr pas exclusive, puisque déjà évoquée le 11 mars par le site Staragor, sous le titre : "Curieuse affaire de drogue (douce) autour du fils de Valérie Trierweiler, la compagne d'Hollande". Le jeune homme avait passé "quelques heures au commissariat pour s'expliquer avant d'être libéré".

24heuresactu n'en est pas à sa première attaque contre Hollande, c'est en effet ce site qui avait reparlé (après Le Parisien) d'un repas gastronomique entre Hollande et BHL. Repas qui aurait coûté 262 euros, affirmait le site, sans aucune preuve.

Partager cet article Commenter

 

Cet article est libre d’accès
En vous abonnant, vous contribuez
à une information sur les médias
indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.