Rire de l'apocalypse : la caricature, c'est nous !
chronique

Rire de l'apocalypse : la caricature, c'est nous !

Sur le plateau d'info-divertissement de l'émission 28 Minutes d'Arte, une jeune journaliste tente d'alerter sur le changement climatique. "Le GIEC dit qu'on est à un scénario de 2,7 degrés avant la fin du siècle, qui est déjà dramatique. Moi je fais partie de la génération qui va vivre l'effondrement..." commence Salomé Saqué, de Blast. "Merci pour nous, hein..." dit une voix hors-champ, celle de son voisin de gauche Étienne Gernelle, directeur du Point. Et aussitôt Jean Quatremer, journaliste à Libération, son voisin de droite :  "Elle est super sympa, il faut la réinviter !" Et, faisant un geste insinuant que la jeune femme est disposée à sacrifier les boomers : "Alors que les deux boomers à côté de moi..." 

Un instant désarçonnée, Saqué continue : "Il faut des mesures urgentes, y compris en cas d'un échec du multilatéralisme..." "Super, je suis content d'être venu" bougonne Gernelle. L'animatrice Élisabeth Quin, en riant : "Salomé Saqué, continuez !" "Je suis désolée, mais les conséquences du réchauffement sont déjà là, avant c'était au Bangladesh, on n'en voyait pas les conséquences..." Plan sur Quatremer, hilare. "... Là c'était en Belgique, c'était en Allemagne, c'était aux États-Unis..." Plan sur le journaliste Renaud Dély, hilare. Saqué :"On est en train de discuter de maintenant." Une voix masculine :"Et d'après-demain, aussi". Elle est définitivement la bizutée-zinzin du plateau. Lors de sa diffusion, fin octobre, la séquence était déjà insoutenable de suffisance et de morgue

Partager cet article

 

Cet article est libre d’accès
En vous abonnant, vous contribuez
à une information sur les médias
indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.