Barthès et Lapix, terreurs de candidats
chronique

Barthès et Lapix, terreurs de candidats

Fut un temps où Marine Le Pen aimait bien Quotidien. En tous cas, ne détestait pas assez l'émission de "divertissement" pour lui interdire l'entrée de ses conférences de presse. Alors, pourquoi la grande fâcherie d'aujourd'hui ? L'émission de Yann Barthès le retraçait l'autre soir. Pour une banale séance, en 2013, de table ronde bidonnée avec de prétendus "Français ordinaires" soigneusement sélectionnés, questions et réponses préparées d'avance. L'ordinaire de l'émission de TMC, spécialiste des longues perches son qui captent les marmonnements secrets, et des caméras qui scrutent par dessus les épaules ? Oui, mais il y a des rancunes plus durables que d'autres.

Partager cet article

 

Cet article est libre d’accès
En vous abonnant, vous contribuez
à une information sur les médias
indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.