Notre ressource unique : VOS ABONNEMENTS

Vite-Dit

Les "vite dit" sont tous les contenus des médias français et étrangers qui nous semblent dignes d’être signalés. Si nécessaire, ils feront l'objet d'un traitement approfondi dans nos articles payants. La page des "vite dit" a pour fonction de donner aux non-abonnés une impression des centres d’intérêt du site. La page des "vite dit" est très fréquemment actualisée au cours de la journée.

"Panique chez les ploutocrates" (Krugman, NYT)

Par le - 18h35 - lu

Dans sa dernière chronique, "Panique chez les ploutocrates" (traduite ici), Paul Krugman, éditorialiste du New York Times et  prix Nobel d’économie 2008, affirme que le centième de pourcent le plus riche des Etats-Unis a clairement les pétoches. Est-ce parce qu’ils ont lu le vite-dit d’Alain Korkos sur les 99% restants? Peut-être. Pour Krugman, cette panique est décelable à la lecture de leurs réactions hystériques, injurieuses, quand elles ne sont pas ridicules, aux critiques les plus modérées du système économique et financier.

Krugman


L’éditorialiste rapporte quelques perles entendues dans la bouche de républicains évoquant les manifestations d'Occupy Wall Street (lire le reportage de Camille Hamet, correspondante d’@si, siouplaît) : Mitt Romney, candidat à l'investiture républicaine aux élections présidentielles, les accuse de "mener la lutte des classes" ; Herman Cain, autre candidat, les traite "d’anti-Américains" ; Michael Bloomberg, maire de New York, leur reproche d'essayer "d'arracher les emplois à ceux qui travaillent dans cette ville". Et, ajoute Krugman, "si vous avez écouté les têtes pensantes sur CNBC, vous avez appris que les manifestants «font flotter leur drapeau digne d'un phénomène de foire» et sont «dans la lignée de Lénine»."

Krugman constaste que cette charge fait écho à celle des financiers réagissant l’an dernier aux propositions, pourtant tièdes, d’Obama, qui voulait imposer un peu plus les très riches. A l'époque, rappelle l'éditorialiste, "Stephen Schwarzman, PDG de Blackstone Group, a comparé ces propositions à Hitler envahissant la Pologne".

Autre cible des républicains et des financiers : Elisabeth Warren. Honnie de Wall Street, cette prof d’économie d’Harvard et ancienne conseillère à la Maison Blanche chargée de la réforme financière, fait l’objet de railleries depuis que circule sur le Net une vidéo où elle déclare, dans une réunion style Tupperware : "Personne dans ce pays n'a fait fortune seul. Personne !"

La voici picto

 

Warren rappelle que les usines créées aux Etats-Unis ont bénéficié de routes payées par tous, embauché du personnel dont l'éducation a été payée par tous, mis à l'abri des stocks protégés par la police payée par tous. Et donc que ces usines étaient redevables d'une part du contrat social. Ont suivi des quolibets que Krugman résume en une phrase : "A écouter les défenseurs acharnés des gens riches, on pourrait penser que Warren incarne un second Leon Trotsky." La guerre entre  Warren et le monde de la finance est déclarée de longue date, comme le montre le portrait que lui consacre Rue89.

Une vieille guerre donc, mais pour Krugman, l’hystérie d’aujourd’hui prouve que la position des "maîtres de l'Univers de Wall Street est moralement indéfendable". Pour eux, "plus une personne est raisonnable et mesurée dans ses critiques, plus il est urgent de la diaboliser, d'où le dénigrement acharné contre Elizabeth Warren". Dans le genre acharnement, le camp républicain s’appuie sur les révélations du Boston Herald (un canard pas franchement à gauche) pour dénoncer la somme versée à la prof par une compagnie d’assurance pour son aide dans une bataille juridique contre des victimes de l’amiante. Les républicains persiflent : "Quand elle dit que personne n’est devenu riche par soi-même, on dirait qu’elle parle d’expérience".

A noter : de nombreuses chroniques de Paul Krugman sont traduites par la RTBF (Radio Télévision Belge Francophone), et accessibles en français sur son site Internet. A noter encore : comme nous l’apprenait Dan Israel dans un vite-dit sur les conflits d’intérêt de l’économiste Nouriel Roubini, Krugman, lui, a abandonné tous ses postes de conseiller lorsqu'il a démarré sa chronique dans le New York Times.


Abonnez-vous !
|

Derniers articles du dossier : Indignons-nous !

Piketty

Piketty, inspirateur de "Occupy Wall Street" ?

suivi publié(e) le 20/04/2014 par la rédaction

L'éclatant succès de Thomas Piketty aux Etats-Unis vient de loin. Ce sont ses travaux sur les 1% d'Américains les plus riches, qui ont inspiré le mouvement Occupy Wall Street, rappelle l'économiste Paul Krugman. Piketty vient de faire une tournée de conférences aux USA, et il a été reçu, ...

Piketty

Inégalités : Piketty, vedette américaine

suivi publié(e) le 16/04/2014 par Gilles Klein

L'économiste français Thomas Piketty est aux USA pour présenter la traduction de son livre,"Le capital au XXIe siècle". A cette occasion, outre une série de conférences-débats, il a rencontré le ministre américain des Finances et l'équipe des conseillers économiques d'Obama. L'intérêt ...

Capital

Piketty, best-seller aux USA

lu publié(e) le 09/04/2014 par Gilles Klein

La traduction du livre de l'économiste français Thomas Piketty, Le Capital au XXIe siècle figure en 16e position dans la liste des meilleurs ventes du New York Times. L'économiste français séduit les Américains. Le livre de Thomas Piketty (invité de notre émission, ici) sorti en ...

Tous les contenus de ce dossier >