Notre ressource unique : VOS ABONNEMENTS

Vite-Dit

Les "vite dit" sont tous les contenus des médias français et étrangers qui nous semblent dignes d’être signalés. Si nécessaire, ils feront l'objet d'un traitement approfondi dans nos articles payants. La page des "vite dit" a pour fonction de donner aux non-abonnés une impression des centres d’intérêt du site. La page des "vite dit" est très fréquemment actualisée au cours de la journée.

Roubini, le "prophète" et ses conflits d'intérêts

Par le - 17h25 - lu

"Prenez l'argent et fuyez." Une des récentes lettres confidentielles de la société de conseils économiques RGE recommandait à ses clients, en gros, de vendre les obligations d'Etats européens qu'ils détenaient, et de "prendre leurs bénéfices" avant que le système ne s'effondre.

Au milieu du chaos financier dont n'arrive pas à se dépêtrer l'Union européenne, ce conseil n'a rien de vraiment étonnant. Mais il devient plus gênant lorsqu'on réalise que RGE signifie "Roubini global economics", et est la société de Nouriel Roubini, économiste et prof d'université très respecté, notamment depuis qu'il a prédit la crise des subprimes de 2008 (nous vous en parlions ici)… C'est un article d'El Pais espagnol, suivant un billet de la semaine dernière de Jean Quatremer, correspondant de Libération à Bruxelles, qui souligne cette bizarrerie.

Nouriel Roubini

Pourquoi bizarrerie ? Après tout, depuis de très longs mois, Roubini déclare publiquement envisager la désagrégation de la zone euro et l'expansion de la crise économique (par exemple en juin dans le Financial Times). Il n'est pas illogique que sa société dise la même chose. Certes. Mais Roubini verse tout simplement dans le conflit d'intérêts : "L'auteur de cette lettre qui dispense ses conseils aux spéculateurs est aussi un expert économique respecté, professeur à l'université de New York, conseiller de divers gouvernements et banques centrales, qui (…) prévoit un défaut de la Grèce, voire une explosion de la zone euro. Ce qui alimente la panique pour le plus grand profit de ses clients qui parient sur une baisse des obligations d'Etat", écrit Quatremer. El Pais ne dit pas autre chose : "Sa main académique presse pour qu'arrive le pire, et sa main financière recueille les bénéfices lorsqu'arrive le pire." On peut aussi voir les choses dans l'autre sens: en poussant ses clients, et ceux qui suivraient leur mouvement, à vendre des obligations d'Etat, Roubini pourrait contribuer à accélérer la crise qu'il prédit.

Le journal espagnol oppose cette "conduite de voyou" à celles de Paul Krugman, qui a abandonné tous ses postes de conseiller lorsqu'il a ouvert une chronique dans le New York Times, Joseph Stiglitz qui a fait de même en entrant à la Banque mondiale, et Larry Summers, qui a abandonné ses cours à Harvard lorsqu'il est devenu conseiller de la Maison Blanche en 2009.

Il n'y a pas que les anglo-saxons qui risquent les conflits d'intérêts. En France aussi, les économistes sont parfois tentés...


Abonnez-vous !
|

Derniers articles du dossier : Expertisons les experts !

nouveau media

Capital (M6) se paie la fonction publique territoriale

Avec un classement (contesté) de Verdier-Molinié

observatoire publié(e) le 28/03/2017 par Capucine Truong

Les agents territoriaux de la fonction publique sont-ils fainéants, ou simplement malades chroniques ? Dimanche soir, l'émission Capital (M6) partait débusquer les "avantages" et "primes" dont ils bénéficieraient. L'expert en chef ? L'essayiste libérale Agnès Verdier-Molinié, de la fondation...

Economistes : un "négationniste" face à ses accusateurs (France Inter)

suivi publié(e) le 13/09/2016 par la rédaction

Sterdyniak, ou un "négationniste" (économique) face à ses accusateurs. Ce matin sur France Inter, Patrick Cohen recevait les deux économistes orthodoxes Pierre Cahuc et André Zylberberg, auteurs du livre Le négationnisme économique et comment s’en débarrasser qui s’en prend ouvertement ...

L'Obs

Querelle ravivée entre économistes autour du mot "négationnisme"

suivi publié(e) le 09/09/2016 par Anne-Sophie Jacques

Dans la série économistes hétérodoxes vs orthodoxes : la guerre se poursuit en librairie, voici la saison deux (rentrée littéraire oblige). Avec une nouveauté : l'insulte "négationnisme" dont sont affublés les hétérodoxes, qui ne décolèrent pas. On croyait la guerre entre économistes ...

Tous les contenus de ce dossier >