[Avent 2021] Présidentielle 2007 : surgissement de la vie privée des Sarkozy & Hollande

Arrêt sur images

Avent #08. La famille recomposée des Sarkozy dans la cour de l'Élysée ouvre une nouvelle ère

Cécilia quitte son Richard Attias et revient vers Nicolas devenu président, tandis que Ségolène s'est présentée à la présidentielle pour se venger de François qui la trompait... "Un mur de Berlin" est tombé en 2007, lorsque la presse française s'est autorisée à commenter la vie privée des puissants. Pourquoi ? Comment ?

20 mai 2007 : sur le plateau, on frétille, il va être question d'adultères et de vengeance, avec Dominique de Montvalon, directeur-adjoint de la rédaction du Parisien, Charles Bremner, correspondant à Paris du quotidien anglais The Times, et John-Paul Lepers journaliste de Canal+. La vie privée des politiques, fin du tabou ? "Une image, cette semaine, semble avoir fait bouger les lignes", explique Daniel : c'est le surgissement sur un tapis rouge de la famille recomposée de Cécilia et Nicolas Sarkozy, avec cinq enfants à eux deux, lors de l'intronisation de Sarkozy comme président de la République. PPDA : "Voilà donc toute cette famille recomposée qui pose devant les photographes".  PPDA se demande : fallait-il flouter les yeux du petit Louis pour protéger ? Non, visiblement. Sur les plateaux on commente, façon familles royales. Claire Chazal : "Est-ce qu'on peut assimiler le clan Sarkozy au clan Kennedy par exemple ?" Pour le chroniqueur d'ASI David Abiker, "les caméras ont les yeux des paparazzi".  PPDA aime revenir sur "ce geste tendre sur la joue de son épouse" puis "un petit baiser sur la bouche". Abiker : "Le people percute de plein fouet le protocole pour donner une imagerie républicaine nouvelle".  

La journaliste d'ASI Maja Neskovic décrit l'émoi de la presse britannique, comme le Daily Mail qui parle d'un "soap opéra public ponctué par des séparations périodiques et d'émouvantes retrouvailles" au sujet du couple Sarkozy. Charles Bremner, du Times : "Y a un peu de Diana et Charles dans le couple Sarkozy, c'est ça qui intéresse." Daniel explique que les journalistes britanniques voient dans la lutte de Cécilia contre le protocole élyséen un écho de l'histoire de Diana.  "On raffole de ça en Angleterre, c'est des personnages très glamour [...] ça aurait été encore mieux si Ségolène Royal avait gagné [...] les tensions avec son mari, un drame shakespearien" explique Bremner. 

Cécilia ne vote pas : censure au JDD !

Pour Dominique de Montvalon du Parisien, "les frontières (vie publique/vie privée, ndlr) ont explosé, il faut inventer de nouveaux repères [...] pendant cette cérémonie à l'Elysée, les dernières pierres (du mur, ndlr) sont tombées". Mais John-Paul proteste : le clan Sarkozy montre sa vie privée quand ça l'arrange. Et on parle de la "mystérieuse journée du 6 mai de Cécilia Sarkozy", jour du deuxième tour... où elle n'a pas voté. Le JDD s'apprêtait à sortir l'information mais Arnaud Lagardère, ami du couple Sarkozy, a fait pression pour que l'article ne sorte pas !  Rue 89 le révèle, la rédaction du JDD dénonce la censure... et David Pujadas redouble de prudence en évoquant l'affaire, alors qu'une photo montre que Cécilia n'a pas signé dans le registre du bureau de vote. "On ne peut pas alternativement surexposer la vie privée, puis être dans l'embarras", quand ça n'arrange pas le pouvoir, proteste De Montvalon.  Il est pour le respect de la vie privée des politiques par les médias, sauf si cela a de l'influence sur les choix politiques de l'intéressé, ou si "on est invités à s'esbaudir les bons jours, et à se taire quand il y a difficulté."

Puis on se penche sur les interviews de deux journalistes du Monde, Raphaëlle Bacqué et Ariane Chemin, lors de la parution de leur livre sur la campagne présidentielle de Ségolène Royal, Femme fatale. Il y est suggéré dans le premier chapitre que les infidélités de François Hollande ont un lien avec le désir présidentiel de Royal. Tous les intervieweurs foncent dessus :  "Votre thèse, c'est qu'elle se présente à la présidentielle pour se venger de lui parce qu'il la trompe". Et Bacqué-Chemin de refuser d'endosser ce qu'elles ont en partie suggéré. Plus tard, Bremner rappelle que le mur de Belin vie publique-vie privée est tombé en France non pas avec la famille de Sarkozy dans la cour de l'Élysée, mais avec la Une de Match sur l'amant de Cécilia. Pour lui, il y a deux écueils à éviter :  les exagérations des tabloïds britanniques, mais aussi l'hypocrisie de la presse française sur la vie privée des puissants. Hypocrisie en partie disparue, donc. 


Partager cet article

 

Cet article est libre d’accès
En vous abonnant, vous contribuez
à une information sur les médias
indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.