Un rêve de putsch
chronique

Un rêve de putsch

Quatre jours. Il aura fallu quatre jours au gouvernement -et aux médias- pour réaliser qu'une vingtaine de généraux (en retraite), mais aussi "une centaine de hauts gradés, et plus d'un millier d'autres militaires", selon Valeurs Actuelles, avaient publié le 21 avril dans l'hebdomadaire un appel au putsch militaire. Fustigeant "l'indigénisme", "les théories décoloniales", "les partisans haineux et fanatiques qui s'en prennent ( ...) par le biais de statues, à d'anciennes gloires militaires et civiles", le texte appelle le pouvoir à "éradiquer ces dangers", faute de quoi se produira "une intervention de nos camarades d'active dans une mission périlleuse (...) de sauvegarde de nos compatriotes sur le territoire national". Deux jours plus tard, Marine Le Pen les appelait à la rejoindre.

Il ne manquait plus qu'un petit parfum de Chili. C'est long, quatre jours. Mais bon, le week-end, c'est le week-end. Après quatre jours enfin, une certaine Florence Parly, se souvenant peut-être qu'elle est ministre des Armées, a rappelé pédagogiquement, dans un texte envoyé à Libération, (seul journal à s'être étonné de ce silence) que "les Armées ne sont pas là pour faire campagne mais pour défendre la France".  C'est tout ? Oui, pour l'instant. Aucune déclaration télévisée, pas même un communiqué, pas même une confidence off du chef des Armées, un certain Emmanuel Macron. Le gouvernement s'est d'abord tû, considérant sans doute que l'affaire n'intéressait pas les Français (bien moins, en tous cas, que les réunions non-mixtes, et autres complots islamo-gauchistes). Il s'est rassuré en voyant que les "vingt généraux" vendus par Valeurs Actuelles étaient en retraite -on me glisse même dans l'oreillette que, n'ayant pas cliqué sur le lien de l'appel au cours du week-end, le cabinet de la ministre ne s'était pas avisé de la liste des autres signataires, et en a été averti lundi par un journaliste bienveillant.

On est loin du "hélas, hélas, hélas" gaullien, voici soixante ans presque jour pour jour, après le putsch d'Alger (date anniversaire qui n'est certainement pas un hasard). 

Partager cet article

 

Cet article est libre d’accès
En vous abonnant, vous contribuez
à une information sur les médias
indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.