Retour (s) à Biarritz
Le matinaute
Le matinaute
chronique

Retour (s) à Biarritz

Réservé à nos abonné.e.s

On n'a peut-être pas assez parlé de Biarritz. De la ville de Biarritz. Des plages de Biarritz. De ce que charrie, pour les Français, le signifiant "Biarritz".  Pourquoi le directoire fracturé de l'Occident s'est-il retrouvé dans cette station balnéaire de salons de thé et de crème chantilly, fondée au XIXe siècle par l'impératrice Eugénie, et qui exhale davantage un parfum de fin du monde que de nouveau monde ?  (J'apprends d'ailleurs que c'est à Biarritz que Napoléon III, en 1865, donna à Bismarck l'autorisation implicite d'écraser l'Autriche. A l'époque, le sommet d'arrière-saison avait tout de même duré huit jours. On prenait le temps.)

Il vous reste 79% de cet article à lire

Cet article est réservé aux abonné.e.s
Rejoignez-les pour une information sur
les médias indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Partager cet article Commenter

Lire aussi

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.