Despentes offre une légende à Haenel
Le matinaute
Le matinaute
chronique

Despentes offre une légende à Haenel

Réservé à nos abonné.e.s

Depuis hier soir, mon Twitter est Despentes. La Despentes de "On se lève, on se casse, et on vous emmerde". La Despentes qui écrit, à propos de la sortie de Adèle Haenel,  "on a appris comment ça se porte, la robe de soirée. A  la guerrière". La Queen. Madame Despentes. Standing oveicheunne. Comme tout le monde, j'ai lu et relu le texte de Despentes. Comme tout le monde, ça m'a fait du bien. Mais au-delà des "on se casse" (qui, aujourd'hui, a la possibilité matérielle de "se casser" ?) le passage le plus intéressant du texte de Despentes, à mes yeux, est le passage sur les 25 millions qu'a coûté le J'accuse de Polanski. Car Virginie Despentes, qui a elle aussi fait des films (il était question de Baise-moi dans...

Il vous reste 80% de cet article à lire

Cet article est réservé aux abonné.e.s
Rejoignez-les pour une information sur
les médias indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Partager cet article Commenter

Lire aussi

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.