Ankara : deux fauteuils et une ottomane
chronique

Ankara : deux fauteuils et une ottomane

Pas de fauteuil pour Ursula : l'image a fait le tour du monde, de la présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen, privée de siège, tandis que dans le palais présidentiel d'Ankara, le président turc Erdogan et le président du Conseil européen Charles Michel s'asseoient confortablement dans les deux seuls fauteuils prévus par le protocole turc. 

Après avoir manifesté son incrédulité par plusieurs raclements de gorge, von der Leyen a dû se rabattre sur le canapé qui lui était réservé (une ottomane, selon les spécialistes de l'ameublement diplomatique) à distance sanitaire respectueuse des deux hommes. La scène a d'autant plus été lue comme un affront machiste qu'Erdogan est un de nos ennemis préférés du moment, et qu'il vient, dans un décret nocturne, de retirer la Turquie de la convention d'Istanbul sur les violences faites aux femmes. Ci-dessous, parmi des milliers de retweets de la séquence du #sofagate, celui d'un élu du Rassemblement National.

Partager cet article

 

Cet article est libre d’accès
En vous abonnant, vous contribuez
à une information sur les médias
indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.