Notre ressource unique : VOS ABONNEMENTS

Vite-Dit

Les "vite dit" sont tous les contenus des médias français et étrangers qui nous semblent dignes d’être signalés. Si nécessaire, ils feront l'objet d'un traitement approfondi dans nos articles payants. La page des "vite dit" a pour fonction de donner aux non-abonnés une impression des centres d’intérêt du site. La page des "vite dit" est très fréquemment actualisée au cours de la journée.

Le FN retire un homme noir d'un visuel de communication (Quotidien)

Par le - 13h37 - vu

Cachez cette personne noire que je ne saurais voir. Lundi 23 octobre, l'émission Quotidien révélait que la direction du Front National de la jeunesse (FNJ) avait retiré un jeune homme noir d'un visuel de communication.

Le visuel en question, le voici. Il a été posté sur Twitter par le FNJ le 7 avril 2016, pour se féliciter d'un sondage du Figaro qui affirmait que 45% des jeunes choisissaient Marine Le Pen :

nouveau media

Pour ce tweet, le FNJ a pioché dans la banque d'images (payante) 123RF, qui présente ce visuel comme un "design plat de divers gens heureux, adolescent, multi-ethnique, souriant et joyeux ensemble". Inutile d'être un as du jeu des 7 différences pour constater que, dans son tweet, le FNJ a supprimé la personne noire de cette bande de "divers gens heureux" et "multi-ethnique".

 


> Cliquez sur l'image pour un gros plan <

La journaliste de Quotidien, Valentine Oberti, explique que c'est le président du FNJ, Gaëtan Dussausaye, qui aurait exigé la disparition du garçon noir. Elle se fonde, pour cela, sur une conversation Facebook où le graphiste du FNJ demande l'avis de ses "amis" sur le visuel. "Je remonte ça à Gaëtan mais je ne crois pas qu'il faut garder le noir", lui répond un membre du FNJ. 17 minutes plus tard, la décision semble avoir été prise : "Vu avec Gaëtan : retire le noir".


> Cliquez sur l'image pour un gros plan <

La conversation Facebook, montrée sur le plateau de Quotidien

Ce photo-montage a été qualifié de "vraie faute politique" par le secrétaire général du Front national Nicolas Bay, le 27 octobre. De son côté, Marine Le Pen renvoie la faute sur Florian Philippot, qui a quitté le parti il y a quelques semaines. "C'était lui le vice-président à la communication". Interrogé par l'AFP, celui-ci répond qu'il est "possible" qu'il ait validé ce visuel, mais "sans avoir la moindre idée du cheminement graphique pour y parvenir".


Abonnez-vous !
|