Notre ressource unique : VOS ABONNEMENTS

Vite-Dit

Les "vite dit" sont tous les contenus des médias français et étrangers qui nous semblent dignes d’être signalés. Si nécessaire, ils feront l'objet d'un traitement approfondi dans nos articles payants. La page des "vite dit" a pour fonction de donner aux non-abonnés une impression des centres d’intérêt du site. La page des "vite dit" est très fréquemment actualisée au cours de la journée.

Google Maps ne veut pas froisser l'Inde ou la Chine (Le dessous des cartes)

Par le - 16h59 - lu

Opportuniste, Google ? Dans une interview à Libération, le créateur de l'émission d'Arte, Le dessous des cartes, Jean-Christophe Victor, affirme que Google Maps ment et s'adapte à la vision géographique de chaque pays, pour ne pas froisser la Chine ou l'Inde.


> Cliquez sur l'image pour un gros plan <

Liberation, 26/12/2016

Le Dessous des cartes Asie. C'est le nom du dernier livre de Jean-Christophe Victor, créateur et présentateur de l'émission éponyme, diffusée sur Arte depuis 1992, et qui parle de géopolitique en se fondant sur des cartes géographiques.

Dans une interview à Libération, il revient sur les découvertes du livre. "On s’est aperçu que Google Maps mentait. C’est très embêtant parce qu’il est de plus en plus pris comme référence", affirme-t-il. "Pékin édite des cartes d’après la vision de ses frontières avec le Japon ou avec l’Inde. New Delhi, de son côté, produit ses propres cartes. Or, Google Maps a choisi de ne pas prendre la référence internationale, que sont les cartes des Nations unies, et de s’adapter à la vision de chaque partie".

Comment ce choix se traduit-il dans la réalité ? Prenons l'exemple de l'Arunachal Pradesh (comme le faisait Le dessous des cartes en septembre 2016), cet Etat du nord-est de l'Inde situé à la frontière entre l'Inde et la Chine, et qui n'est pas représenté de la même façon sur Google Maps, que l'on soit d'un côté ou de l'autre de la frontière. Sur la version indienne de Google, l'Arunachal Pradesh est, en effet, intégré en totalité au territoire indien :


> Cliquez sur l'image pour un gros plan <

Mais dans la version chinoise, le même territoire est intégré à la Chine, qui revendique cet Etat comme faisant partie de la région autonome du Tibet :


> Cliquez sur l'image pour un gros plan <

"Google se dit contraint, dans les États où la firme est présente, de suivre les lois locales sur la représentation des frontières. Car la multinationale pourrait être tenue responsable devant les tribunaux locaux", expliquaient à l'époque les équipes de l'émission sur leur site. Et de fait en Chine et en Inde, la loi interdit de publier des cartes en contradiction avec les représentations nationales des frontières.

Interrogé par Libé, le créateur de l'émission a une autre lecture de la situation : "Google accepte de faire disparaître des territoires entiers pour conquérir des marchés. C'est une profonde malhonnêteté intellectuelle".

Dans la même interview, Victor regrette aussi que les flux numériques ne se traduisent pas en géographie. "On a voulu représenter la couverture mondiale de Facebook. Or, si on peut cartographier les câbles sous-marins par lesquels les données transitent, le réseau de centaines de satellites qui transportent cette information n’est pas transposable. On peut à la rigueur connaître l’émetteur et le récepteur d’un courrier électronique, mais on ne sait pas par où il passe".


Abonnez-vous !
|

Derniers articles du dossier : Google, pieuvre ou idole ?

Google Docs Bale

Un bug rappelle que Google espionne les Google Docs

observatoire publié(e) le 01/11/2017 par Juliette Gramaglia

Un simple bug qui inquiète. Plusieurs journalistes américains et français ont constaté mardi 31 octobre qu'ils n'avaient plus accès à leurs documents partagés sur Google Docs. Un bug, selon l'entreprise américaine, dû à une modification du code. Une erreur qui a surtout permis de remettre ...

nouveau media

Google et le dissident Barry Lynn

chronique publié(e) le 31/08/2017 chez les matinautes

Bary Lynn est un journaliste américain, spécialisé dans l'économie, et plus particulièrement dans l'étude des monopoles économiques, et de l'impact (négatif) de ces monopoles sur l'économie. Il est à l'origine d'un groupe d'une dizaine de chercheurs baptisé "Open market", qui s'est donné...

Zapp émission

Allemagne : patrons de presse et journalistes s'opposent sur une directive européenne anti Google

"Par qui le commissaire Oettinger est-il télécommandé ?"

observatoire publié(e) le 27/10/2016 par Juliette Gramaglia

Aura-t-on bientôt une "taxe Google" européenne ? Le commissaire européen pour l'économie et la sécurité numérique, l'Allemand Günther Oettinger, a présenté à la mi-septembre une directive qui propose, entre autres, de faire payer les moteurs de recherche lorsqu'ils publient des extraits d...

Tous les contenus de ce dossier >