Notre ressource unique : VOS ABONNEMENTS

Vite-Dit

Les "vite dit" sont tous les contenus des médias français et étrangers qui nous semblent dignes d’être signalés. Si nécessaire, ils feront l'objet d'un traitement approfondi dans nos articles payants. La page des "vite dit" a pour fonction de donner aux non-abonnés une impression des centres d’intérêt du site. La page des "vite dit" est très fréquemment actualisée au cours de la journée.

Facebook / censure : les femmes protégées, pas les adolescents

Par le - 17h45 - lu

Comment Facebook modère-t-il ses contenus ? Très critiqué après avoir supprimé la photo de la petite fille napalmée, l'entreprise se montrait jusque-là très discrète sur les modalités de ses suppressions de contenus. Mais le quotidien allemand Süddeusche Zeitung s'est procuré des documents internes de la société, dévoilant des formules mathématiques un peu absurdes et des conditions de travail difficiles.

Que peut-on dire ou publier sur Facebook ? Depuis plusieurs mois, les choix de modérateurs de Facebook, alertés par le signalement des internautes, laissent parfois perplexe. Les documents publiés par le quotidien allemand vendredi 16 décembre - et épluchés par Le Monde - permettent de comprendre (un peu mieux) comment Facebook décide de ce qui est acceptable, ou non, sur son réseau.

On savait déjà (c'est inscrit dans dans les "standards de la communauté") que Facebook supprimait tout discours incitant à la haine ou s'attaquant directement à des personnes en raison de leur race, leur ethnie, leur origine nationale, leur religion, leur orientation sexuelle, leur sexe ou identité sexuelle, leur infirmité ou état de santé. Dans les documents du quotidien allemand, on apprend que les seniors, les jeunes, les enseignants, les docteurs, les chômeurs, les riches et les pauvres entrent aussi dans cette "catégorie protégée".

Pour décider de ce qu'il faut supprimer, ou pas, les équipes de Facebook appliquent ensuite une formule mathématique. L'exemple donné dans les documents internes de Facebook ? Les "femmes" sont protégées, les "Irlandais" aussi, mais pas les "adolescents". Et dans les règles édictées par la société, si une catégorie protégée s'additionne avec une catégorie non protégée, c'est la seconde qui l'emporte. Il est donc possible, sur Facebook, de dire "les adolescents irlandais sont stupides", mais pas "les femmes irlandaises sont stupides". Aussi simple (et absurde) que cela.


> Cliquez sur l'image pour un gros plan <

L'un des documents internes publiés par le quotidien allemand

"Il est aussi précisé que si les membres d’un groupe religieux sont protégés, la religion elle-même ne l’est pas. La même règle vaut pour les pays, qui ne sont pas protégés, contrairement à leurs habitants. Ainsi, il est possible d’attaquer l’islam ou le christianisme, mais pas les musulmans ou les chrétiens", ajoute Le Monde.

600 personnes à Berlin (et d'importants problèmes psychologiques)

La Süddeutsche Zeitung a aussi obtenu des informations sur les conditions de travail des modérateurs, dont on ignorait jusque-là le nombre. Le quotidien allemand évoque une équipe de 600 personnes, payés juste au-dessus du salaire minimum, qui travailleraient à Berlin pour un sous-traitant, Arvato (ce que Facebook a depuis confirmé).

"Ces personnes sont payées pour supprimer les publications offensantes sur Facebook le plus rapidement possible – et elles se sentent souvent mal préparées. Beaucoup se plaignent que les règles sur ce qui devrait être supprimé ou non ne soient pas claires, s’estiment stressées et surchargées. Un certain nombre d’employés ont aussi fait part d’importants problèmes psychologiques, à cause de leur exposition fréquente à des contenus choquants, comme des images de torture, de meurtre ou pédopornographiques", écrit le quotidien allemand traduit par Le Monde. Facebook n'a pas souhaité confirmer l'authenticité de ces documents.


Abonnez-vous !
|

Derniers articles du dossier : Facebook, Twitter, médias dominants

nouveau media

Tron : comment se construit une indignation sur Twitter

chronique publié(e) le 15/12/2017 chez les matinautes Article temporairement gratuit

Parmi les journalistes de la presse nationale qui suivent le procès de Georges Tron et Brigitte Gruel, se trouve Marie Barbier, journaliste à L'Humanité. Elle a décidé de le live-tweeter. Exercice d'une redoutable efficacité, qui place le twittos au coeur de l'action, lui permettant de suivre ...

nouveau media

Filoche, Haziza, vrais faux morts de la guerre blanche

chronique publié(e) le 22/11/2017 chez les matinautes

Impossible de ne pas faire le rapprochement. Tous deux étaient installés depuis longtemps dans le paysage. Gérard Filoche au PS, Frédéric Haziza sur ses plateaux de La Chaine Parlementaire. Tous deux ont été sortis du jeu dans la journée d'hier. Filoche, exclu du PS par le bureau national, ...

vignette auditions russie

Ingérence russe dans la campagne US : Facebook, Twitter et Google face aux sénateurs

Enfin des exemples de publications sponsorisées par des comptes russes

observatoire publié(e) le 02/11/2017 par Juliette Gramaglia

Satan et Jésus faisant un bras de fer, Satan déclarant "si je gagne, Clinton gagne". On sait enfin à quoi ressemblent certaines des publications diffusées sur Facebook, Twitter et Google lors de la campagne présidentielle américaine par des comptes russes. Les trois géants américains ...

Tous les contenus de ce dossier >