Des étudiants en colère vandalisent le siège du parti conservateur GB
Brève

Des étudiants en colère vandalisent le siège du parti conservateur GB

A la suite d'une manifestation de plusieurs dizaines de milliers d'étudiants dans les rues de Londres, l'immeuble qui abrite, entre autres, le siège du parti conservateur (actuellement au pouvoir) a été occupé et partiellement vandalisé par des centaines de jeunes.

Les images de la foule devant l'immeuble, et des manifestants montés sur le toit jetant des objets (dont un extincteur) sur les policiers dans la rue, ont été filmées par un hélicoptère d'une chaîne d'information. Comme les images de quelques policiers bombardés de projectiles dans le hall de l'immeuble, elles ont tourné en boucle sur les chaînes britanniques. Depuis le G20 à Séoul, le Premier ministre David Cameron a condamné cette émeute et annoncé qu'il ne changerait rien à son programme. La même photo d'un manifestant défonçant une baie vitrée fait la Une de plusieurs quotidiens. Exemples.


"Cela ne fait que commencer" titre le Guardian.


Les étudiants protestaient contre l'autorisation donnée aux universités d'augmenter fortement les droits d'inscription (qui pourront monter jusqu'à 9 000 euros/an), dans le cadre du plan de rigueur décidé par le gouvernement conservateur de David Cameron, qui comprend des mesures d'économies dans le budget de l'éducation nationale.

Par aileurs, surprenant les forces de police, des centaines de jeunes s'en sont pris au siège du parti conservateur, allant jusqu'au toit pour jeter des projectiles : 14 personnes ont été blessés et 35 arrêtées explique le Guardian.

Dans la double page intérieure, un article souligne que la police elle-même a reconnu avoir été débordée par les événements.

Guardian jeudi 11 novembre 2010 picto

Guardian, etudiants, manifestation

Guardian
Daily Mail, manifestation, Une





"Des anarchistes provoquent de la violence alors que 50 000 manifestants défilent contre la hausse des frais d'inscriptions" dit le surtitre du quotidien Daily Mail "Ils prennent en otage une manifestation de la classe moyenne"





picto Daily Mail jeudi 11 novembre 2010

Daily Mail, manifestation





"Embarrassés les chefs de la police reconnaissent avoir été surpris par l'émeute étudiante" dit la Une du Daily Telegraph.

Dans la double page, un officier  explique que la police s'attendait à 5 000 manifestants, il y en eut 10 fois plus. De plus, les policiers présents n'avaient pas de tenue anti-émeute.




The Daily Telegraph
jeudi 11 novembre 2010 picto
The Daily Telegraph, Une
The Daily Telegraph, double
Independent



"L'émeute étudiante marque la fin de l'état de grâce pour la coalition au pouvoir" explique The Independent qui ajoute que Londres n'a pas connu cela depuis une vingtaine d'années.

Le parti conservateur a pris le pouvoir il y a 6 mois et il s'est allié avec le parti libéral (dont le siège n'a pas été attaqué, soulignent plusieurs quotidiens).


"Le siège conservateur ravagé au cours des pires violences de rues depuis les émeutes de 1990" titre la double page.

"Le radicalisme est dans l'air et la rage est palpable" dit le deuxième article.


picto The Independent jeudi 11 novembre 2010

Independent


La presse régionale fait aussi sa Une sur ces incidents. Le Scotsman montre un policier malmené par un groupe de manifestants dont l'un lui vole sa casquette.

Yorkshire Post

The Scotsman


The Scotsman jeudi 11 novembre 2010
Partager cet article Commenter

 

Cet article est libre d’accès
En vous abonnant, vous contribuez
à une information sur les médias
indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.