Notre ressource unique : VOS ABONNEMENTS

Vite-Dit

Les "vite dit" sont tous les contenus des médias français et étrangers qui nous semblent dignes d’être signalés. Si nécessaire, ils feront l'objet d'un traitement approfondi dans nos articles payants. La page des "vite dit" a pour fonction de donner aux non-abonnés une impression des centres d’intérêt du site. La page des "vite dit" est très fréquemment actualisée au cours de la journée.

Adolescente en garde à vue (presse nationale)

Par le - 08h19 - lu

La presse nationale revient sur la garde à vue d'une adolescente révélèe mardi par France Info (comme @si le signalait).

"La victime est une «nouvelle» du collège. «Ma fille et deux de ses amies se sont moquées d’elle – comme tous les enfants, ma fille n’est pas une sainte. Un de leur copains lui a donné un coup de pied. Le ton est monté et ça a dégénéré : la fille et le garçon se sont battus. Ma fille et ses deux amies se sont juste interposées pour stopper l’altercation. » Ça, c’est la version de la mère d’Anne, la fille de 14 ans qui s’est retrouvée dix heures en garde à vue, dans un survêtement qui lui servait de pyjama, la semaine dernière"

"« L’interpellation des deux élèves au sein de l’établissement s’est faite très discrètement. Et je ne pouvais pas m’opposer à l’entrée de la police» , rapporte la principale, furieuse de la palanquée de journalistes en bas de son établissement pour «une stupide histoire entre ados» (...) La police parle du jeune garçon de 14 ans et de ses «trois complices» comme les auteurs de «violences aggravées»"

Liberation, garde à vue Liberation, garde à vue,

 



L'information est aussi à la Une du Figaro (petit titre à gauche).

"Non-événement ou réel motif d’indignation ? La polémique autour du placement en garde à vue d’une très jeune mineure, à Paris, le 3 février dernier, a justifié hier une conférence de presse en urgence du patron des quelque 40 000 agents de la police d’agglomération parisienne, Alain Gardère. Tandis que le préfet de police de Paris, Michel Gaudin, a réclamé une enquête à l’IGS, la police des polices de la capitale, pour tirer l’affaire au clair."

"
Le récit de l’enfant, souffrante ce matin-là, a des accents de sincérité (...) «Je comprends très bien qu’on demande des explications après une bagarre, qu’il y ait une convocation au commissariat. Mais je trouve le dispositif d’interpellation au domicile suivi d’une garde à vue complètement disproportionné » proteste-telle."

Le Figaro mercredi 10 février picto
Figaro, garde à vue
Parisien, garde à vue






"Collège en émoi, parents d'élèves indignés, préfecture de police sur des charbons. En plein débat sur la garde à vue.(...) Elle affirme avoir été menottée durant son transport au commissariat"



picto Le Parisien mercredi 10 février

Abonnez-vous !
|