Notre ressource unique : VOS ABONNEMENTS

Vite-Dit

Les "vite dit" sont tous les contenus des médias français et étrangers qui nous semblent dignes d’être signalés. Si nécessaire, ils feront l'objet d'un traitement approfondi dans nos articles payants. La page des "vite dit" a pour fonction de donner aux non-abonnés une impression des centres d’intérêt du site. La page des "vite dit" est très fréquemment actualisée au cours de la journée.

La "meute" des journalistes contre Peillon ?

Par le - 19h49 - ligne j@une

Décidément, ils ont du mal à s'y faire. Décidément, les hyper-éditorialistes, hyper-présentateurs, hyper-chroniqueurs qui "tiennent" les grandes chaînes de télévision, ont du mal à admettre que leur piédestal vacille, que leur agenda est contestable (et contesté), leur monopole discuté. La violence de la réaction de Alain Duhamel et Jean-Michel Aphatie face à la défection de Vincent Peillon, sur Canal+, nous a laissés stupéfaits. Si stupéfaits que nous avons souhaité savoir quel nerf avait ainsi été atteint par Peillon.

Pour le savoir, rien de tel que de les inviter. Le plateau de notre Ligne j@une de cette semaine est donc majoritairement composé "d'anti-Peillon" présumés. A commencer par Gérard Carreyrou, ancien directeur de la rédaction de TF1, organisateur d'innombrables débats télévisés, qui connait cet univers sur le bout des doigts. Nous avons aussi invité Philippe Gavi, un des fondateurs de Libération, qui s'est montré particulièrement choqué par l'impolitesse de Peillon. Enfin Guillaume Roquette, directeur de la rédaction de Valeurs Actuelles, aux convictions fermes, mais toujours expliquées avec finesse. Face à eux, Bruno Roger-Petit, ancien journaliste à France 2, est le seul à chercher à comprendre, sinon à approuver, le "lapin" posé par Peillon.

Le seul ou presque : dans le débat, Guy Birenbaum rappelle que lui aussi, dans les années 90, fut consultant de la direction de France 2, et donc amené à tremper dans la mystérieuse préparation de ces débats. Scoop : les politiques invités y jouent souvent un rôle de co-producteurs. Sidération, enfin, sur le plateau, quand Roger-Petit (franchit-il aussi une ligne jaune ?) explique que Alain Duhamel, qui s'en prend si violemment à Peillon, est... le beau-frère de Nathalie Saint-Cricq, rédactrice en chef de l'émission "A vous de juger", et par ailleurs compagne de Patrice Duhamel directeur des antennes de France Télévisions. "Argument ignoble !", lance Gavi.

Ignoble ? Opportun ? Nécessaire ?picto

L'émission est disponible ici dans son intégralité.


Abonnez-vous !
|