Notre ressource unique : VOS ABONNEMENTS

Vite-Dit

Les "vite dit" sont tous les contenus des médias français et étrangers qui nous semblent dignes d’être signalés. Si nécessaire, ils feront l'objet d'un traitement approfondi dans nos articles payants. La page des "vite dit" a pour fonction de donner aux non-abonnés une impression des centres d’intérêt du site. La page des "vite dit" est très fréquemment actualisée au cours de la journée.

Fonds Google : pure players absents du conseil d'administration

Par le - 17h50 - suivi

Le fonds Google est sur les rails. C'est ce qu'annoncent les Echos ce vendredi, avant de détailler la liste des sept administrateurs. Le Spiil (syndicat de la presse indépendante d'information en ligne dont @si est membre fondateur) n'a pas été retenu. Etonnant pour un fonds qui doit attribuer des fonds à des dossiers d'éditeurs "ayant un mérite dans la transition vers le numérique". Les premières demandes seront traitées à l'automne.

Le fonds Google se fera, mais sans la presse en ligne. Du moins dans le conseil d'administration. Le Spiil (syndicat de la presse indépendante d'information en ligne dont @si est membre fondateur) n'a pas obtenu de siège au conseil d'administration. C'est ce que Les Echos révèlent vendredi matin. Avant de donner la liste des sept administrateurs du fonds. Y figurent, comme prévu, Nathalie Collin (présidente de l’AIPG (Association de la presse d'information politique et générale et co-présidente du Nouvel Observateur) et Carlod’Asaro Biondo, le président de Google pour l’Europe du Sud. Ces deux membres à l'origne de l'accord sur le fonds, se repasseront le siège de président tous les six mois. Viennent s'ajouter Marc Feuillée (directeur général du Figaro) et Francis Morel (PDG du groupe  Les Echos) pour la presse, ainsi que trois membres indépendants, Marie-Christine Levet (associée chez Jaina Capital, le fonds d’investissement de Marc Simoncini), Stéphane Ramezi (patron du digital à l’Ina) et Mats Carduner (ancien patron France de Google aujourd’hui à la tête de l’agence Web Fifty Five). Deux administrateurs suppléants ont été également nommés: Bruno Lesouef (directeur des magazines de Lagardère Active) et Jean Viansson-Ponté (président du Syndicat de la presse quotidienne régionale).


> Cliquez sur l'image pour un gros plan <

Ainsi, la presse magazine, la presse quotidienne nationale, la presse quotidienne régionale sont représentées, mais pas la presse en ligne, via le SPIIL, qui avait pourtant fait savoir qu'il souhaitait y participer. Etonnante décision pour un fonds qui est censé étudier des dossiers "ayant un mérite dans la transition vers le numérique" ainsi que le prévoyait l'accord signé en grande pompe à l'Elysée en janvier.

Par ailleurs, Les Echos précisent que les premiers dossiers seront étudiés à l'automne. Au départ, ils devaient l'être en juin. Mais la composition du fonds avait pris du retard suite à l'affaire Marc Schwartz. Le médiateur de l'accord entre les éditeurs et Google avait en effet été très gourmand au niveau de ses honoraires et n'avait ainsi pas pu devenir président du fonds. @si vous en parlait ici.

Par Charlotte Chauvinc


Abonnez-vous !
|

Derniers articles du dossier : Presse en ligne ch. modèle (s)

Tab Mag

Un magazine américain fait payer ses lecteurs... pour commenter

"Un geste pour montrer votre engagement"

observatoire publié(e) le 11/02/2015 par Vincent Coquaz

Faire payer le droit d'écrire et de lire les commentaires, un nouveau moyen d'améliorer la qualité des contributions ? C'est le pari du magazine en ligne américain Tablet Mag, alors que d'autres (gros) sites comme Reuters.com ont tout simplement choisi... de supprimer les commentaires. Un péage...

nouveau media

Adblock plus : chevalier blanc, ou chevalier gris ?

suivi publié(e) le 04/02/2015 par Robin Andraca

Adblock Plus, chevalier blanc ET rançonneur ? C'est ce qu'affirme Rue89 ce matin dans un billet, qui s'appuie sur un article du Financial Times, dans lequel il est question des contradictions apparentes d'Adblock Plus, qui accepterait l'argent de Google, Amazon et Microsoft pour que leurs ...

Couv-tablettes

"Sur tablette, on invente une nouvelle langue"

Pourquoi, malgré tout, elles n'ont pas -encore- sauvé la presse

@rrêt sur images, émission publié(e) le 02/01/2015 par la rédaction

C'était il y a 4 ans, et les journaux écrits, la "vieille presse" comme on dit, dont les revenus et les ventes chutaient, avaient trouvé LA solution : les tablettes. Agréables, ergonomiques et surtout ne dépendant pas des aléas de la distribution qui plombait les journaux papier, les tablettes...

Tous les contenus de ce dossier >