Notre ressource unique : VOS ABONNEMENTS

Vite-Dit

Les "vite dit" sont tous les contenus des médias français et étrangers qui nous semblent dignes d’être signalés. Si nécessaire, ils feront l'objet d'un traitement approfondi dans nos articles payants. La page des "vite dit" a pour fonction de donner aux non-abonnés une impression des centres d’intérêt du site. La page des "vite dit" est très fréquemment actualisée au cours de la journée.

Lordon chez Taddei : vers le pluralisme économique ?

Par le - 09h15 - le neuf-quinze

Tiens, les sarkozystes commencent à se plaindre du temps d'antenne de la primaire socialiste. Il est vrai qu'on les voit, les socialistes. On ne voit qu'eux. De temps en temps, à l'arrière-plan, glisse une silhouette: c'est Sarkozy qui rencontre Merkel. Réjouissante inversion des premiers et des arrière-plans: inversion, car l'opposition a du temps à rattraper. Si l'on comptabilise, dans le calcul, toutes ces années où l'on ne voyait que lui, où il parlait par mille bouches, la gauche ne fait même que commencer à rattraper son retard.

Sidérante illustration de l'inversion ? Frédéric Lordon était chez Taddei. Oui, vous avez bien lu, Lordon à la télé officielle, même si Taddei incarne la branche la plus ouverte de la télé officielle. L'émission avait commencé comme l'habituelle volière sur-saturée entre un mainate, un canari, et deux perruches. Et puis Lordon survint. On lui avait taillé un plateau lordono-compatible: une seule contradictrice, très courtoise et légèrement confuse. En quelques minutes, ce fut un concentré de Lordon. Comment, oui, désolé, il faudra nationaliser les banques, qui prennent le crédit en otage. Comment, si l'on s'y prend bien, si l'on attend le bon moment, où l'on pourra les ramasser "à la pelle et au petit balai", cela ne coûtera rien aux contribuables. Ce mode d'emploi, les familiers de notre émission le connaissent déjà. Il l'avait déjà détaillé ici, en mai 2010 (il n'aura fallu qu'un an et demi pour qu'il puisse dire la même chose à la télévision; pour ceux qui le découvrent, ils peuvent aussi faire leur rattrapage ici ou ici.) Mais qu'il ait le loisir de proférer de telles obscénités sur un plateau de la télévision publique, est le signe que les lignes bougent à grande vitesse. L'effet conjugué de la crise et de la primaire pourrait bien conduire à des révisions idéologiques encore insoupçonnables hier.

D'autant que Lordon, au milieu d'un plateau comme celui de Taddei, donne l'impression d'être le seul à proférer une pensée articulée, et à faire l'effort de poser sur le chaos de la situation les mots les plus justes, les moins jargonneux, et les moins timorés (menace des queues aux boulangeries, et du retour au potager). D'être le seul que l'on comprenne, comme si tous les autres s'efforçaient avant tout de masquer la déroute de leurs convictions. Je repensais à ce que disait l'autre jour un autre économiste critique, Jacques Sapir, à Anne-Sophie: le jour où je serai invité chez Pujadas, ce sera le signe que les choses vont vraiment très mal. Un véritable pluralisme économique dans les medias mainstream ? Le droit d'y prononcer les gros mots (nationalisation, protectionnisme) ? On n'y est pas encore, loin de là, mais on dirait que ça progresse.

Lordon Taddei


Abonnez-vous !
|

Derniers articles du dossier : Décroissance, gratuité, paresse : gros mots et utopies

Revenu universel Libération

Le revenu universel s'incruste dans le débat de la primaire à gauche

... et divise tout le monde

observatoire publié(e) le 12/01/2017 par Anne-Sophie Jacques

"C'est l'une des seules idées neuves de cette campagne présidentielle" selon Patrick Cohen qui recevait mercredi 11 janvier au micro de France Inter l’économiste Daniel Cohen venu défendre le revenu universel. C’est surtout le sujet sur lequel se déchirent les candidats socialistes à la ...

Luxleaks Mediapart

Oui, déconstruisons le 20 heures, avec Pujadas !

chronique publié(e) le 13/12/2016 chez les matinautes

Donc, le 20 Heures de Pujadas charrie une idéologie : l'idéologie de la croissance. C'est David Pujadas qui le reconnait lui-même, dans une interview au magazine Society. "Oui, le journal véhicule sans doute une vision du monde : l'idée implicite que le salut et le bonheur résident dans la ...

nouveau media

Jardin face à Le Maire : l'énervé et sa brique équitable

chronique publié(e) le 21/10/2016 chez les matinautes

Et voici maintenant, face à Bruno Le Maire, l'exaspérant Alexandre Jardin en invité surprise. Mais qu'est-ce qui leur prend, à la bande à Pujadas ? La semaine dernière, face à Juppé, ils avaient convoqué Kerviel. Et maintenant, l'écrivain gesticulatoire. La semaine prochaine qui ? Nabilla...

Tous les contenus de ce dossier >