Notre ressource unique : VOS ABONNEMENTS

Vite-Dit

Les "vite dit" sont tous les contenus des médias français et étrangers qui nous semblent dignes d’être signalés. Si nécessaire, ils feront l'objet d'un traitement approfondi dans nos articles payants. La page des "vite dit" a pour fonction de donner aux non-abonnés une impression des centres d’intérêt du site. La page des "vite dit" est très fréquemment actualisée au cours de la journée.

"Pacte avec le Panda", le film allemand qui égratigne le WWF

Par le - 17h01 - lu

Rien ne va vraiment plus au WWF. Au moment-même où des salariés de WWF France réclament le départ du directeur général de l'ONG, un reportage de la télévision allemande ARD mettant gravement en cause l'association (internationale, et pas seulement son antenne française) connaît une deuxième vie sur internet. Diffusé le 22 juin dernier, le documentaire tente de démontrer qu’il y aurait un décalage entre le discours de l'association et la réalité de son action sur le terrain.

"Le pacte avec le Panda - que cache le WWF ?" C'est le titre du documentaire diffusé sur l'ARD (et actuellement disponible sur Youtube en allemand). Pendant un an, l'auteur du documentaire Wilfried Huismann est allé sur le terrain pour vérifier l'action du WWF. Et le résultat de son travail n'est passé inaperçu en Allemagne (le journal Süddeutsche Zeitung en a fait un long compte-rendu). En France, il faut chercher sur internet pour trouver des retours sur ce film : sur le blog de Fabrice Nicolino (qui a lancé l'alerte sur les gaz de schiste) ou sur Agoravox et Alterinfo.

Que montre de documentaire ? D'abord que l'association donnerait un peu trop facilement des "certificats de développement durable" à des entreprises douteuses. "Le WWF semble travailler avec des entreprises de génie génétique comme le géant Monsanto, ou la multinationale Wilmar et cautionne ces dernières en assurant qu’elles produisent respectivement du soja et de l’huile de palme durables", selon le journal Süddeutsche Zeitung.

Deuxième reproche du documentaire : il y aurait un décalage entre les engagements de l'association et ce qui est effectivement fait sur le terrain. "Exemple en Indonésie : le WWF fait des collectes pour l’orang-outan de Bornéo, espèce menacée. Sur place, l’équipe de télé de la première chaîne allemande (ARD) ne trouve aucun projet de protection du WWF, en faveur des orang-outans. Au contraire, le WWF coopère avec une grosse entreprise qui détruit les dernières forêts de Bornéo pour mettre en place des plantations de palmiers à huile, ce qui est fatal aux orang-outans", indique le résumé publié sur le blog de Nicolino.

Dans une logique de recherche de fonds, l'ONG n'hésiterait pas à se compromettre, comme l'a relevé Agoravox qui cite la voix off du documentaire : "Le WWF a toujours été proche des milieux financiers. (...) En 1967, des milliers d’oiseaux de mer sont morts, suite à un accident de tanker sur les côtes françaises. La direction du WWF a alors interdit toute critique. Raison invoquée : «Cela pourrait mettre en danger les fonds que nous recevons de l’industrie.»"

 

WWF sur Agoravox


Les réponses apportées par WWF

Face à ces critiques, le WWF a répondu point par point sur son site. D'abord, sur ses liens avec des entreprise de génie génétique : "Le WWF ne coopère avec aucun groupe actif dans le génie génétique, Monsanto compris. Le WWF est en revanche membre de la Table ronde pour un soja responsable (RTRS), un forum ouvert auquel tous les acteurs de la chaîne de production du soja peuvent participer, du petit agriculteur au grand groupe d’entreprises. Monsanto en fait également partie. Ce n’est pas pour autant que le WWF collabore avec Monsanto".

A propos de l'huile de palme, l'ONG reconnaît avoir "formé gratuitement des collaborateurs de certaines sociétés productrices d’huile de palme (...) [mais afin] d’analyser et d’identifier les zones forestières précieuses dans le but d’empêcher la déforestation". Elle semble tout de même entretenir des relations étroites avec les producteurs de cette industrie, puisque l'association confirme qu'elle "a créé la Roundtable on Sustainable Palm Oil (RSPO) en 2004 avec des entreprises du secteur de l’huile de palme, des entreprises de l’industrie alimentaire et des banques, dans le but de rendre la production d’huile de palme plus durable".

La réponse du WWF France

S'agissant de la protection des orang-outans de Bornéo, le WWF assure qu'il n'a pas accepté d'accorder une certification durable à une plantation au détriment d'une réserve d'orang-outans. "La plantation PT Rimba Hararpan Sakti montrée dans le film n’est pas encore certifiée et ne peut donc de ce fait pas être qualifiée de durable, indique le site. Une surface de seulement 0,5% de forêt vierge serait parfaitement insuffisante en vue d’une certification". L'association reconnaît tout de même qu'il est bien prévu "de faire certifier la plantation (...). Le projet prévoit une protection d’environ 4000 (et non 80!) hectares, soit environ un tiers de la superficie totale de la plantation".

Enfin, sur les liens étroits entre les industriels et l'ONG, le WWF assume : "Les entreprises dominent les affaires. Sans leur implication, nous n’atteindrons jamais notre objectif qui est de préserver les habitats menacés, tant pour l’homme que pour la nature. C’est la raison pour laquelle nous essayons d’influencer positivement les entreprises par des discussions et des partenariats.".

L'occasion de revoir notre émission ligne j@une dans laquelle Fabrice Nicolino contestait l'action de grandes ONG comme WWF.


Abonnez-vous !
|