SIDA, Mediator, pilule : de nombreuses affaires de santé publique révèlent le poids des laboratoires pharmaceutiques sur les instances de santé publique, et donc sur l'information médicale. Et une loi, qui obligerait les médecins à déclarer leurs conflits d'intérêt, reste inappliquée.

Publié le 17/10/2010  Alimenté le 13/06/2016
Monde pilule
chronique du par

Pilule : l'incivilité médicale permanente

Et c'est reparti. Comme chaque scandale de santé publique

, celui de la pilule de 3e génération permet de lever le voile sur les liens entre médecins et labos. Cette fois, ce sont les gynécos. Le croira-t-on ? La plupart des gynécologues les plus médiatiques, ceux que vous entendez le matin à la radio, et voyez le soir dans le journal de Pujadas, ceux qui décrivaient ces pilules de 3e génération comme un immense progrès pour les femmes, sont "payés par l'industrie pharmaceutique pour être ses porte-parole" selon l'ANCIC (Association Nationale des Centres d'Interruption de Grossesse et de Contraception), ou "influencés par les laboratoires qui les rémunèrent comme consultants", selon le FORMINDEP (pour une formation et une information médicale indépendantes). Ces deux associations sont citées dans une longue et remarquable enquête de Pascale Kremer, du Monde (lien payant, mais ça vaut la peine), qui recense les animations de conférences de presse, de colloques de formations, ou les invitations à tester le parc hôtelier de Deauville ou de Monaco, dont bénéficient, de la part des labos, ces "leaders d'opinion".

Ces liens avec les labos, les médecins qui en bénéficient les justifient toujours de la même manière: nécessité de financer leurs propres recherches, de se tenir au courant des dernières trouvailles de l'industrie pharmaceutique, etc. Soit. Dans sa sagesse, le législateur n'a donc pas cru bon de tenter de les interdire. Il a tout au moins souhaité que ces liens soient publics. Ainsi, les médecins "qui ont des liens avec des...

Déjà abonné ?

Email      Mot de passe   

Derniers articles dans ce dossier...

nouveau media

Médecins du Monde / médicaments : une campagne interdite d'affichage

lu publié(e) le 13/06/2016 par la rédaction

Les lobbys pharmaceutiques ont-ils fait pression pour interdire l’affichage de la campagne de Médecins du Monde ? Intitulée "Le Prix de la Vie", la nouvelle campagne de l’ONG dénonce les prix "révoltants" des médicaments à travers douze slogans axés sur "la rentabilité des maladies" ...

Ne tournez pas le dos à la campagne de pub cachée

Un collectif dénonce une campagne sur le "mal de dos" financée par un labo

observatoire publié(e) le 22/04/2015 par Sébastien Rochat

Aie aie aie. Le mal de dos est une maladie médiatique qui touche de plus en plus de lecteurs et téléspectateurs. France 2, M6, Le Figaro, Le Parisien, entre autres, se sont penchés sur le sujet ces dernières semaines. A l'origine de cet intérêt soudain, le lancement d'une campagne "Ne lui ...

Labo

Labos et experts du médicament : ouverture d'une enquête

lu publié(e) le 27/03/2015 par la rédaction

Des gendarmes du médicament payés par les labos ? Mediapart a révélé que plusieurs membres de la commission de transparence, chargée d'évaluer l'efficacité d'un médicament pour déterminer son remboursement par la Sécu, ont cumulé leurs fonctions avec le rôle de consultants... des labos ...

Tous les contenus de ce dossier >

Par mots-clés

Commentaires d'utilité publique

Ne tournez pas le dos à la campagne de pub cachée

Si vous saviez comment fonctionne le financement du développement des médocs de la recherche fondamentale à la vente en ...

Par Adarr
le 22/04/2015

"Il faudrait un Prescrire pour le grand public !"

Doit-on réserver certains sujets à des spécialistes et uniquement à des spécialistes, pour qu'ils soient bien traités ? ...

Par Annie Sétoualé
le 22/01/2011

"Il faudrait un Prescrire pour le grand public !"

CEST VRAIMENT INUTILE ET RIDICULE CES CHANSONS DE FIN D EMISSION QUI DECREBILISE LE SUJET ET DUI GENENT LES PARTICIPANTS

Par Monique Constancin
le 21/01/2011
Tous les forums >