nouveau media
reportage du par

Comment j'ai visité la grotte d'Ouvéa en 2008

Un chef coutumier auto-stoppeur, des manous, et quelques quiproquos en Kanaky

Le fim de Mathieu Kassovitz, L'ordre et la morale, fait actuellement découvrir à un jeune public l'épisode dramatique de la prise d'otages d'Ouvéa, en Nouvelle Calédonie, en 1988. En septembre 2008, quelques semaines après les 20 ans du drame, Laure Daussy, mi-journaliste, mi-citoyenne (et auteure de notre article sur le sujet) débarque sur l'île d'Ouvéa. Une seule pensée: visiter la grotte. Mais la grotte ne se visite pas. Comment faire ? Récit d'une expédition improbable, rédigé à chaud, à la première personne, après la visite. 

/media/article/s45/id4486/original.43251.zoom.jpg

Tout est encore intact, comme figé dans le temps. Deux théières, des tasses, des casseroles, un seau. Des chaussures, des semelles déchirées, à l’entrée de la grotte. Comme si les occupants étaient partis il y a quelques jours. Depuis l’assaut par l’armée, le 5 mai 1988, et la mort de 19 Kanaks, et de deux militaires, personne n’y a touché. La grotte est devenue un lieu «tabou», dans la coutume kanak, personne ne doit s’en approcher. Tout autour de l’excavation, de petits monticules de pierres marquent les endroits ou les Kanaks ont été tués. Certains au moment de l’assaut de l’armée, d’autres après, exécutés à bout portant. Benoit Tangopi, un ancien preneur d’otage, me fait "visiter" la grotte, au milieu de la forêt luxuriante, au nord de l’ile d’Ouvéa, sur le territoire de la tribu de Gossanah.

A ce moment là, je ne réalise pas encore que c’est un privilège. Depuis quelques années, les Kanaks ont décidé de ne plus la montrer au public. C’est, selon la croyance kanak, un lieu tabou, dans lequel planent les esprits de ancêtres, et qu’il ne faut pas déranger. Seuls quelques journalistes et quelques ethnologues ont pu la voir. Je me suis présentée comme journaliste, mais aussi en tant que simple métropolitaine qui a envie de connaitre leur histoire, si méconnue sur le continent. C’est mon second voyage en Nouvelle-Calédonie. La première fois, j’étais restée sur la "Grande Terre", cette fois-ci, je parcours les Iles Loyauté. Mais Ouvéa n’est pas une île comme les...

Déjà abonné ?

Email      Mot de passe   

Le site par mots-clés

Commentaires d'utilité publique

Comment j'ai visité la grotte d'Ouvéa en 2008

Merci beaucoup pour cet article(le mot est complétement inadapté). C'est un récit rare et poignant, je vous félicite ...

Par ecstaz
le 21/11/2011
Tous les forums >