Comédiens qui s'exilent fiscalement, critiques de films complaisantes, révélations fracassantes sur les cachets des stars: coups de projecteurs sur les coulisses des tournages. Clap.

Publié le 03/01/2013  Alimenté le 13/11/2017
StarWarsC3PO
chronique du par

Voyage dans les musiques de films, deuxième époque

Depuis les années 60, chemins de traverse et fantômes de la vieillle Europe

Résumé de l’épisode précédent: d’abord cantonnée au rôle d’accompagnatrice, la musique pour films devient partie intégrante de la narration du cinéma hollywoodien, sous l’influence de plusieurs compositeurs européens, dont trois grands noms nés en Autriche-Hongrie (Steiner, Korngold, Rozsa). Le "son" plus spécifiquement américain peine à se faire une place. Après trente ans de règne, quasiment sans partage, les oreilles du jeune public finissent par se lasser de cette domination de la vieille Europe.

L’Amérique de la fin des années soixante, celle que nous associons aujourd’hui au Flower Power, à Woodstock ou aux Easy Riders, n’existe pas aux yeux des grands patrons de studio de l’époque. Ces derniers continuent à produire inlassablement des comédies conjugales de Doris Day, des musicals hors de prix (La Kermesse de l’Ouest et ses cow-boys chantants, Hello Dolly et sa marieuse du XIXème siècle) ou des films de guerre héroïques alors que la rue chante Peace and Love. En à peine quelques mois et une poignée de gouffres financiers, cet Hollywood de l’âge d’or fait faillite. Les grands patrons historiques prennent leur retraite et cèdent leurs majors à des corporations diverses.

/media/article/s38/id3748/original.33485.jpg

Pour rétablir les comptes et économiser sur les frais de stockage, les nouveaux propriétaires décident de faire le ménage. Plusieurs centaines d’enregistrements originaux de musique des années 30 à 60 sont purement et simplement détruits, concassés, enterrés dans de lointains terrains vagues.

De jeunes réalisateurs en profitent pour prendre d’assaut la capitale dévastée. L’un de leurs premiers réflexes est de bannir de leurs films le son symphonique de la vieille Europe.

Durant les années 70, seuls les "plus américains" des compositeurs de l’âge d’or trouveront grâce aux yeux des jeunes réalisateurs les plus en vogue (Herrmann, Bernstein, North) mais au prix de salaires de plus en plus réduits. A l’exception notable de films réalisés par des cinéphiles nostalgiques (Taxi Driver...

Déjà abonné ?

Email      Mot de passe   

Derniers articles dans ce dossier...

nouveau media

Peut-on mesurer le degré de sexisme d'un film ?

Zoom sur le test de Bechdel

observatoire publié(e) le 13/11/2017 par Capucine Truong

Peut-on mesurer le degré de sexisme d'un film? Inventé par l'autrice de bande-dessinées américaine Alison Bechdel, le "test de Bechdel" permet de distinguer les films dans lesquels les femmes tiennent de véritables rôles, au coeur de l'intrigue, de ceux dans lesquels elles ne sont que ...

Rochefort Sy

Jean Rochefort, Omar Sy, oracles télé

chronique publié(e) le 10/10/2017 chez les matinautes

Jean Rochefort est mort, Omar Sy est en promo. Deux comédiens populaires, immensément familiers, se partagent les écrans. La télé rediffuse en boucle les scènes culte de Un éléphant ça trompe énormément. Et elle diffuse aussi intensément la bande-annonce de Knock, le nouveau film de Sy. ...

nouveau media

Trois bandes obliques ? Un film de femmes arabes !

chronique publié(e) le 08/03/2017 chez Alain

À la demande de plusieurs aimables @sinautes, voici quelques rapprochements d'affiches de films récemment parus ou à paraître. On verra par là que les vertus du papier carbone sont infinies, que le mieux est l'ennemi du bien, et que la vie est un éternel recommencement.Il a déjà tes yeux et ...

Tous les contenus de ce dossier >

Par mots-clés

Commentaires d'utilité publique

Ceci est-il un acteur ?

Je tiens à saluer le retour de Rafik Djoumi et de ses chroniques passionnantes et dissonantes. Vous nous avez manqué, ...

Par LolranLenz
le 11/11/2011

Voyage dans les musiques de films, deuxième époque

Bon, sur le précédent forum, je n'ai pas répondu à la petite dizaine d'affirmations par lesquelles on (il) prétendait ...

Par Rafik Djoumi
le 14/02/2011

"Le cinéma n'a rien à voir avec la littérature"

Je serais très friand d'analyses de séquences hebdomadaires de Rafik. Pas la peine de faire long, ni d'avoir des invités. Un ...

Par Paul Calori
le 30/12/2010
Tous les forums >