Notre ressource unique : VOS ABONNEMENTS

Vite-Dit

Les "vite dit" sont tous les contenus des médias français et étrangers qui nous semblent dignes d’être signalés. Si nécessaire, ils feront l'objet d'un traitement approfondi dans nos articles payants. La page des "vite dit" a pour fonction de donner aux non-abonnés une impression des centres d’intérêt du site. La page des "vite dit" est très fréquemment actualisée au cours de la journée.

"Pass Culture" de Macron : en Italie, un succès tout relatif

Par le - 11h51 - lu

Un "pass culture" pour les jeunes de 18 ans ? L'idée, défendue en France par Emmanuel Macron, a déjà été instaurée en Italie par l'ancien premier ministre italien Matteo Renzi, après la victoire du "non" au référendum constitutionnel de décembre dernier. Le "bonus culture", en place depuis quelques mois à peine, offre aux jeunes ayant atteint la majorité en 2016 500 euros à dépenser en livres, spectacles, concerts ou encore expositions, avant le 31 décembre 2017. La mesure, rappellent Les Echos, avait été critiquée par certains, notamment le fondateur du Mouvement 5 Étoiles Beppe Grillo, comme un "cadeau électoral" de Renzi envers les jeunes. Mais le projet a été, selon une partie de la presse italienne, un véritable "flop" - sans pour autant créer de scandale. Si sur les plus de 570 000 jeunes concernés par ce "bonus culture" , environ 286 000 se sont inscrits, seul 6,3% du budget alloué à ce bonus a été dépensé, rapportait notamment la Stampa, reprise par plusieurs quotidiens.

Stampa bonus culturel

"Le flop du bonus culture : les jeunes de dix-huit ans n'ont dépensé que 6,3%
des sous affectés
", La Stampa, 10 février 2017

Pourquoi l'initiative a-t-elle si peu marché ? Plusieurs points sont évoqués par certains journalistes italiens : d'abord, la complexité de l'inscription, en trois étapes. Mais aussi le manque de partenariats : en effet, d'après l'article de la Stampa, sept communes sur huit n'ont aucun établissement partenaire de l'opération "bonus culture", c'est-à-dire des lieux où les jeunes majeurs peuvent dépenser leurs 500 euros (librairies, billetteries, musées).

Le troisième problème, évoqué notamment par le Corriere della Sera, est celui de l'accès à la culture pour les jeunes. "La culture se respire dans son propre monde, on devient lecteur en rencontrant des livres, mais surtout en rencontrant quelqu'un qui nous apprend à les aimer. Ce ne sont pas les moyens économiques qui comptent, mais les moyens symboliques", écrivait début février le journaliste Franco Brevini. Le problème serait alors celui de l'éducation à la culture : il ne suffit pas de donner 500 euros à des jeunes de 18 ans pour qu'ils se mettent soudainement à aller au musée ou à lire des livres. Il faudrait miser plus sur l'enseignement pour intéresser les jeunes bacheliers à la culture. C'est la conclusion avancée également par Carole Blumenfeld, dans un article pour l'édition actuelle du bimensuel Journal des Arts. Article qui cite plusieurs représentants de mouvement étudiants, dont le mouvement de l'association Action Catholique : "Le vrai problème, c'est que l'Ecole ne parvient pas à donner envie aux jeunes d'accéder à la culture", explique son secrétaire national Giole Anni.

Autre signe de l'échec du "bonus culture", explique Blumenfeld : plusieurs jeunes ont revendu leurs bonus sur les réseaux sociaux, pour moitié prix. L'argent récupéré leur permettrait de "faire des achats" qui ne rentreraient pas dans le cadre de l'initiative du gouvernement. Ce dernier a reculé la date limite d'enregistrement au 30 juin, dans l'espoir d'attirer plus de monde.


Abonnez-vous !
|

Derniers articles du dossier : Macron, bidon ?

Mais pourquoi la presse consacre-t-elle Le Drian "ministre le plus populaire" ?

Aux sources d'un élément de langage

observatoire publié(e) le 25/03/2017 par Juliette Gramaglia

Jean-Yves Le Drian, ministre "le plus populaire" du gouvernement ? Comme un seul homme, tous les éditorialistres télé ont ainsi consacré le ministre de la Défense, au soir de son ralliement à Emmanuel Macron. Mais d'où vient cette unanimité ? Jeudi 23 mars, les éditorialistes de la télé ...

vignette émission Macron: chouchou des médias ?

"Macron, ça booste les ventes"

Le candidat d'En marche, chouchou des médias ? Jeudy et Magnaudeix débattent

arrêt sur images, émission publié(e) le 17/03/2017 par la rédaction

Macron, candidat des médias. Macron, chouchou des médias. L'accusation est quasiment dans la bouche de tous les autres candidats à l'élection présidentielle. Et cette même accusation, ce même soupçon, nous effleurent parfois ici aussi à Arrêt sur images. A constater le nombre de ...

Macron JDD

Macron : levée de fonds dans la banlieue bruxelloise des exilés fiscaux

lu publié(e) le 05/03/2017 par Anne-Sophie Jacques

D’où vient le financement de la campagne d’Emmanuel Macron ? De gentils donateurs anonymes installés à Paris, Londres, New York… mais aussi à Uccle en Belgique, arrondissement chic de Bruxelles bien connue pour abriter des exilés fiscaux français. En effet, selon le site Mediapart qui ...

Tous les contenus de ce dossier >