"Patrick Drahi n'est pas le seul méchant"

Après le plongeon en bourse d'Altice : Dembaron (Le Figaro) et Lefilliâtre (Libé) débattent

arrêt sur images, émission Par la rédaction discuté depuis 17:12 le 24/11/2017

C'est l'histoire d'un milliardaire des télécoms devenu un grand patron des médias, un de ces fameux milliardaires qui contrôlent les médias français, et dont l'empire menace aujourd'hui de s'écrouler. C'est l'histoire de Patrick Drahi, patron de L'Express, de Libération, de BFM, de RMC, etc. Tous ces médias sont contrôlés par le groupe Altice, dont l'action vient de chuter de plus de 50% en un mois. Comment les médias, les siens et les autres, ont-ils laissé pressentir la fragilité de ce groupe avant les évènements des dernières semaines ? Pour en discuter : Elsa Bembaron, journaliste au Figaro, auteure de Patrick Drahi : l’ogre des networks (L'Archipel), Jérôme Lefilliâtre, journaliste à Libération, qui a récemment écrit sur le "très haut dépit" de SFR. Et Benoît Boussemart, économiste marxiste, qui étudie depuis plusieurs années l'empire Drahi de près.
L'émission est présentée par Daniel Schneidermann...... > Lire l'intégralité du texte
Participations votées d'utilité publique sur ce sujet

Par Adriano75

Re: "Patrick Drahi n'est pas le seul méchant"

C'est du traditionnel, le LBO : on cible les entreprises "vaches à lait" pour rembourser la dette contractée par la société acheteuse pour l'opération.

Ce n'est pas du Ponzi, sinon à la marge du système (dans l'exemple évoqué dans la vidéo, d'ailleurs) : on n'emprunte pas à Pierre pour rembourser Jacques ; on fout un pistolet (= dette) sur la tempe de Pierre, dont on sait que les poches sont pleines (= niveau d'EBITDA), pour qu'il nous file la thune afin de rembourser l'emprunt ayant permis à Jacques d'acheter son pistolet. C'est donc plutôt un braquage en bande organisée, où l'armurier est bien content d'être mis dans la boucle.

Par contre, j'en ai marre de l'argument : "c'est de la finance, pas de la morale" (Elsa Bembaron) - ou son père spirituel "on parle de capitalisme, pas de morale" (j'ai travaillé en conseil financier et en private equity). Ca fait vraiment : "t'es un enfant ou quoi ? J'ai lu Nietzsche pour les nuls, et je peux te dire qu'être un homme du XXI siècle, un vrai, ça passe déjà par savoir faire la différence entre business et morale mon gars".

Sauf que la finance, en tant qu'activité humaine, peut être soumise à des jugements moraux. Décrire le montage et décrypter la stratégie d'un magnat dans un contexte de marché particulièrement agressif, aussi intéressantes ces considérations fussent-elles, n'exonère pas d'évoquer aussi le niveau de casse sociale qu'engendrent de telles manoeuvres, inspirées seulement par l'ego d'un homme et la rapacité de ses compagnons de voyage. De son côté, la puissance publique a d'ailleurs validé les PSE et PDV déployés par SFR, étant effectivement parfaitement légaux. Qui a dit que licencier - pardon, "se séparer de salariés volontaires" - était si compliqué dans notre pays ?

Autrement dit, la question porte moins sur Drahi que sur le système qui permet à une ambition aussi dévastatrice de s'exprimer à plein tube. Malgré sa discrétion dans les médias, Drahi sera d'autant plus sous les feux des projecteurs que certains ne manqueront pas de souligner avec vice son origine ou sa nationalité pour laisser entendre que c'est le Diable incarné. Pourtant, parmi les plus grands dangers ambulants, et les moins connus du grand public, les fonds de private equity du style Blackstone, KKR, Carlyle et autres, brièvement évoqués dans la vidéo, détiennent la palme. Il n'y a qu'à voir les cannibales qui y travaillent - et je dis bien : "cannibales".

Enfin, les dernières interventions des deux journalistes, qui certes traduisent une évidence, n'en demeurent pas moins édifiantes tant elles semblent énoncées de façon naturelle......
> Lire ici > Lire en contexte

Par Ouldyamin

"le plus beau redressement de LBO de l'Histoire"

"c'est une fabuleuse histoire"
"le groupe se porte très bien. C'est un groupe français"
"Il y a des cas de LBO où ça fonctionne" (à 24')

C'est un peu fort de café ! une bonne opération pour qui ? Pour le baron de Wendel et KKR pas pour l'entreprise Legrand ! Cette journaliste confond intérêts économiques et intérêts financiers. Il n'y a pas, jusqu'à preuve du contraire, de bon LBO pour les entreprises.

Legrand qui était un fleuron industriel a, pour rembourser sa dette, fermer des usines françaises rentables.
Il n'y a qu'à voir dans cet excellent documentaire Du fer à la finance, l'empire Wendel à 36', la conséquence : baisse des effectifs (et des compétences) et de l'investissement (de 10 à 2% du CA), pour dégager de quoi rembourser la dette.

En sont-ils aujourd'hui à importer des produits chinois à bas coût ? Bonne solution pour maintenir de la marge sur une réputation. En ce cas, ils finiront par nous vendre de la camelotte comme Philips. Il faut juste le temps que les consommateurs s'en rendent compte pour que, financièrement cette fois, l'entreprise ne vaille plus un kopeck.

Rendez-nous Anne-Sophie Jacques !...
> Lire ici > Lire en contexte

Par LuckyLuke

Re:

Emission frustrante et agaçante à plusieurs titres.

Tout d'abord, silence radio sur les conséquences sociales et sanitaires désastreuses de la stratégie de rachats du vampire Drahi. 30% d'effectifs en moins, c'est non seulement des milliers de gens jetés dans la pauvreté et le chômage, mais aussi burnouts, suicides et conditions dégradées chez ceux qui restent. La qualité du travail s'en ressent et c'est ce qui explique en partie le mécontentement des clients de SFR. En tant que salarié, comment continuer à bien bosser en assurant en plus du sien le boulot de la personne sur trois qui a été virée, assorti d'un gel sinon d'une baisse de salaire ? Il faut bien comprendre que Drahi ne rachète pas des mammouths obèses et inertes, mais des sociétés très compétitives qui ont déjà subi beaucoup de ces plans de réduction des coûts dans le passé. Dans ce contexte, son petit jeu de coupes budgétaires s'apparente à priver de nouilles les veilles de compétition un marathonien déjà très affûté : ça ne peut pas continuer à fonctionner longtemps.

Il est étonnant de constater qu'aucun média grand public ne propose de faire le rapport direct entre les thérapies de choc des docteurs Mabuse du capitalisme financier et ce qu'on appelle pudiquement le mal-être au travail. D'un côté, les Envoyé Spécial et autres magazines "de société" dénoncent mauvaises conditions de travail, stress, burnout et méthodes de management fascisantes et de l'autre, un journalisme d'enquête "de haute volée" se gargarise des révélations des Paradise Papers et se targue de décrypter les montages financiers les plus complexes, mais ne va jamais jusqu'à faire le lien entre les deux. On a une manifestation criante de ce blocage mental dans l'exclamation d'Elsa Bembaron lors de cette émission : "mais c'est de la finance, pas de la morale !", comme s'il s'agissait d'une bulle abstraite n'ayant aucune conséquence sur la vie réelle de millions d'êtres humains.

Pourtant, constater ce qui se passe dans les tranchées de la vie quotidienne en entreprise peut nous éclairer facilement sur ce qui intéresse tout le monde, c'est à dire la vraie nature des motivations des grands financiers comme Drahi. Puisque le régime qu'il fait subir à ses joujoux n'est pas soutenable, on peut se demander si Drahi n'est pas de la même trempe que les acheteurs vautours qui se saisissent d'une proie en difficulté en prétendant l'assainir mais en aspirent en réalité tous les avoirs, sauf que lui est un dépeceur à moyen terme plutôt qu'à court terme.

Dans ce cadre, la question de fin d'émission sur l'indépendance éditoriale de Libé est presque dénuée de sens - Drahi rachète des médias pour compléter son activité télécoms mais il aurait aussi bien pu se payer une usine de ketchup pour aller avec une chaîne de fast-foods. Ce qui s'écrit dans Libération lui importe autant que le goût d'une sauce tomate-oignon et dans son modèle mental, c'est bien normal. Le métier et les savoir-faire ne l'intéressent pas, contrairement à sa propre ascension et à la gloriole d'avoir "fait un coup" et monté des groupes qui ont l'apparence et la taille de réussites.

Tout cela n'a visiblement pas effleuré l'esprit des invités qui auraient pu éclairer la situation sur ce point : Jérôme Lefiliâtre qui a dû connaitre le départ d'un certain nombre de ses collègues de chez Libé, et Benoît Boussemart, économiste dont on n'a pas vu l'ombre du début d'une illustration de la qualité de "marxiste".

Lui en a-t-on seulement laissé l'occasion ? C'est la frustration de toute la deuxième partie de cet ASI où une technique défaillante (ou un Benoît Boussemart atteint d'une surdité malvenue ?) a fini par aboutir à un économiste qu'on entendait continuer à parler en voix off pendant que Jérôme Lefilliâtre répondait à Daniel par-dessus. Il me semble pourtant qu'il aurait été intéressant de laisser chacun des interlocuteurs s'exprimer jusqu'au bout....
> Lire ici > Lire en contexte
Tous les commentaires (77)
Par Dewi K.

Re: "Patrick Drahi n'est pas le seul méchant"

La vidéo téléchargée ne fonctionne pas chez moi.
Par Shaman

Re: "Patrick Drahi n'est pas le seul méchant"

De même chez moi...
Par mikhimlkh

Re: "Patrick Drahi n'est pas le seul méchant"

Par Romano C.

Re: "Patrick Drahi n'est pas le seul méchant"

Citation:
La vidéo téléchargée ne fonctionne pas chez moi.

356 Mo seulement? C'est louche.
Quand j'ai vu ça j'ai stoppé le téléchargement.
Par Christophe BOURNEAU

Re: "Patrick Drahi n'est pas le seul méchant"

Même chose pour moi !
Par Mark Havel

Re: "Patrick Drahi n'est pas le seul méchant"

La vidéo est corrompue...
Par Oblivion

Re: "Patrick Drahi n'est pas le seul méchant"

Sans vouloir être médisante, ce n’est pas la seule en France.
Par Ouldyamin

"plus beau redressement de LBO de l'Histoire"

mal placé



Modifié 1 fois. Dernière modification le 23:00 le 24/11/2017 par Ouldyamin.
Par Jo

Re: "Patrick Drahi n'est pas le seul méchant"

Bonsoir

Chez moi non plus la vidéo ne marche pas.. :(
Par Sébastien Bourgine - webmaster ASI

Re: "Patrick Drahi n'est pas le seul méchant"

Bonjour, effectivement, le fichier de téléchargement était incomplet.

Il vient d'être remplacé et vous devriez donc maintenant pouvoir télécharger l'émission normalement.

Bon visionnage et pardonnez-nous pour la gêne occasionnée !
Par zobzz

Re: "Patrick Drahi n'est pas le seul méchant"

Bonsoir Sébastien,

Fraîchement abonné (depuis hier), impossible de lire la dernière émission (Drahi) sur ma Freebox 4k.
Elle est pourtant complète (675 954 470 octets), téléchargée depuis mon ordinateur avant d'être transférée sur ma box.
Je vois que vous êtes le webmaster, j'imagine que ce n'est pas vous qui encodez les vidéos mais vous êtes mon unique interlocuteur.

Essayé sans succès, à chaque fois sur la Freebox 4K :
- Streaming avec le plugin XBMC (désormais nommé Kodi)
- VLC après avoir téléchargé la vidéo
- Archos Player après avoir téléchargé la vidéo
- Avec un serveur UPNP monté sur mon ordi pour y accéder depuis la box

(oui, j'ai un peu l'impression de faire un boulot qui n'est pas le mien...)

Les autres vidéos d'@si passent en streaming, mais totalement saccadées (l'émission porte bien son nom du coup... ;-) ).
Donc en gros au bout de 5 minutes, peu importe l'émission, il faut prendre 2 Doliprane 1000.

Je me vois mal regarder les émissions depuis le site web (il est chouette, mais mon écran d'ordi est un peu trop petit pour mes vieux yeux.)
Je pourrais donner 2.50€ par mois à Free pour accéder au Replay, mais j'ai préféré m'abonner à @si en direct.

Je tiens à préciser que je n'ai jamais eu aucun problème pour regarder des vidéos sur cette Freebox, mais celles d'@si semblent SYSTEMATIQUEMENT poser un problème (au minimum un problème de saccade, voire plus dans le cas de celle de Drahi).
J'ai l'impression de ne pas être le seul, vu la longueur de la page "Des soucis techniques avec les vidéos" (1.4Mo de plaintes d'après mon débugger chrome) . Je pense qu'il y a quelque chose à faire de votre côté pour que tout rentre dans l'ordre.

Si vous avez une idée, je suis preneur : je ne vous cache pas que ça m'embête de rencontrer un problème dès le lendemain de mon abonnement...

Je comptais offrir à mes parents un abonnement pour Noël, car ils plutôt intéressés par @si, mais assez technophobes... et étant donné le temps que je passe depuis hier pour essayer de simplement regarder les vidéos, je pense que je leur trouverai un autre cadeau de Noël. C'est un calvaire, je suis à deux doigts de tout abandonner :(
Pourtant, encoder une vidéo n'a rien de sorcier, mais il semblerait que le problème soit régulier et fréquent : [www.arretsurimages.net]

Cordialement.



Modifié 2 fois. Dernière modification le 00:45 le 28/11/2017 par zobzz.
Par Astrey

Re: "Patrick Drahi n'est pas le seul méchant"

Bonjour

Je me permets de préciser que j'ai les mêmes problèmes, mais pas la même motivation que ce nouvel abonné.
Je me suis résignée à payer l'abonnement via freebox En PLUS de mon abonnement direct.

Peut-être vous pouvez envisager au moins un remboursement le temps de résoudre les soucis techniques ?

Merci
Par Astrey

Re: "Patrick Drahi n'est pas le seul méchant"

Bonjour

Suis au regret de vous dire ma consternation face à cette émission.
Soit mal préparée, soit la finance n'est pas votre fort (rappeler Romaric Godin peut-être ?)

Je ne comprends pas comment on peut laisser un discours pareil se dire après 2008, laisser cette vision si court-termiste financière se justifier, ne pas parler de ce que les réductions de coûts impliquent socialement, enfin j'imagine que tout à été dit sans les commentaires plus haut.

Le pompon a été de voir que vous ne vous étiez pas rendus compte avant (au choix, lors de la baisse du cours de l'action, lors de la préparation de l'émission, au début de l'émission) que la récente devaluation est actions est totalement in-corellée à la réalité économique (qui n'a pas changé depuis 2015), que toute cette agitation n'est que la routine habituelle des marchés qui s'affolent sans raison, la finance de tous les jours en somme.
Par zobzz

Re: "Patrick Drahi n'est pas le seul méchant"

Bon, étant donné que ça a l'air de faire 6 ans que tout le monde a des problèmes, et que personne chez @si ne semble avoir voulu se pencher sur ces problèmes, je pense avoir trouvé une "solution".
Il m'aura fallu quelques instants pour trouver ça, et pas 6 ans !!

Je tiens à préciser que c'est bancal et que ça me désole d'avoir à faire ça... mais pour l'instant, ça fonctionne (du moins pour les vidéos hostées chez Vimeo).

Cela consiste à récupérer la vidéo qui a été encodée par Vimeo, au lieu de cliquer sur le bouton "Télécharger l'émission".
Pour ce faire, voici la marche à suivre :

1 - Allez sur la page de l'émission que vous voulez voir : [www.arretsurimages.net]
2 - Faîtes un clic droit dans le fond de la page, choisissez "afficher la source"
3 - recherchez (CTRL+F) le texte "vimeo".
4 - Je trouve donc ça, que je copie dans mon presse-papier (CTRL+C) : [player.vimeo.com]
5 - Je me rends sur un site tierce : [savevideo.me]
6 - Je colle le contenu de mon presse-papier (CTRL+V) dans le champ
7 - Là, je télécharge la vidéo en faisant un clic droit, puis "Enregistrer le lien sous..." (choisir la vidéo en qualité moyenne)
8 - J'attends que la vidéo arrive sur mon ordi

Voilà, j'ai donc une vidéo lisible, qui a bénéficié de l'encodage propre de Vimeo et non de l'encodage problématique d'@si.

Ça m'embête de devoir recourir à cette technique car :
- c'est chronophage
- c'est pas forcément très pérenne
- j'ai l'impression d'être un pirate de l'internet, alors que j'ai payé un abonnement
- ce n'est pas à moi de faire ça

Message à l'intention de @si
Ça serait cool de faire bénéficier à tous de cette technique, afin de délivrer aux abonnées des vidéos qu'ils pourront visionner.
Donc si jamais quelqu'un de chez @si me lit, reproduisez les étapes 1 à 8 et ajoutez ensuite ces étapes :
9 - Uploadez la vidéo sur votre serveur
10 - Utilisez cette vidéo fraîchement uploadée pour le lien "Télécharger l'émission" en lieu et place des vidéos que vous avez encodé vous-même (et qui semblent illisibles chez énormément de monde)

En espérant que ce message soit lu et serve à quelque chose.
Par Astrey

Re: "Patrick Drahi n'est pas le seul méchant"

Mille merci !
Je vais regarder de ce pas.
Cdt
Par zobzz

Re: "Patrick Drahi n'est pas le seul méchant"

Tiens moi au courant du succès/échec, ça m'intéresse d'avoir un retour.
Pour l'instant, chez moi ça fonctionne.

C'est pas très "green" de devoir recourir à autant de serveurs et ordinateurs pour regarder une simple vidéo, mais pour l'instant c'est la seule solution.

PS : j'ai envoyé la marche à suivre à contact@arretsurimages.net et webmaster@arretsurimages.net . J'espère que quelqu'un en tiendra compte...



Modifié 1 fois. Dernière modification le 13:06 le 28/11/2017 par zobzz.
Par Jiemo

Re: "Patrick Drahi n'est pas le seul méchant"

Sandwich hollandais ? Ou pure Ponzi ? Effondrement en somme .



Modifié 1 fois. Dernière modification le 18:42 le 24/11/2017 par Jiemo.
Par Mew

Re: "Patrick Drahi n'est pas le seul méchant"

Pareil pour moi :sad
Par MathieuC

Re: "Patrick Drahi n'est pas le seul méchant"

Je vais la regarder en ligne mais effectivement il y a un problème avec le fichier vidéo (et sans vouloir être vexant, ça vérifie facilement ^^ ).
Par Romano C.

Re: "Patrick Drahi n'est pas le seul méchant"

Citation:
Je vais la regarder en ligne mais effectivement il y a un problème avec le fichier vidéo (et sans vouloir être vexant, ça vérifie facilement ^^ ).

Ouais. Ça arrive un peu trop souvent. Mettez en place un protocole pour prévenir ce genre d'erreur.
Par Adriano75

Re: "Patrick Drahi n'est pas le seul méchant"

C'est du traditionnel, le LBO : on cible les entreprises "vaches à lait" pour rembourser la dette contractée par la société acheteuse pour l'opération.

Ce n'est pas du Ponzi, sinon à la marge du système (dans l'exemple évoqué dans la vidéo, d'ailleurs) : on n'emprunte pas à Pierre pour rembourser Jacques ; on fout un pistolet (= dette) sur la tempe de Pierre, dont on sait que les poches sont pleines (= niveau d'EBITDA), pour qu'il nous file la thune afin de rembourser l'emprunt ayant permis à Jacques d'acheter son pistolet. C'est donc plutôt un braquage en bande organisée, où l'armurier est bien content d'être mis dans la boucle.

Par contre, j'en ai marre de l'argument : "c'est de la finance, pas de la morale" (Elsa Bembaron) - ou son père spirituel "on parle de capitalisme, pas de morale" (j'ai travaillé en conseil financier et en private equity). Ca fait vraiment : "t'es un enfant ou quoi ? J'ai lu Nietzsche pour les nuls, et je peux te dire qu'être un homme du XXI siècle, un vrai, ça passe déjà par savoir faire la différence entre business et morale mon gars".

Sauf que la finance, en tant qu'activité humaine, peut être soumise à des jugements moraux. Décrire le montage et décrypter la stratégie d'un magnat dans un contexte de marché particulièrement agressif, aussi intéressantes ces considérations fussent-elles, n'exonère pas d'évoquer aussi le niveau de casse sociale qu'engendrent de telles manoeuvres, inspirées seulement par l'ego d'un homme et la rapacité de ses compagnons de voyage. De son côté, la puissance publique a d'ailleurs validé les PSE et PDV déployés par SFR, étant effectivement parfaitement légaux. Qui a dit que licencier - pardon, "se séparer de salariés volontaires" - était si compliqué dans notre pays ?

Autrement dit, la question porte moins sur Drahi que sur le système qui permet à une ambition aussi dévastatrice de s'exprimer à plein tube. Malgré sa discrétion dans les médias, Drahi sera d'autant plus sous les feux des projecteurs que certains ne manqueront pas de souligner avec vice son origine ou sa nationalité pour laisser entendre que c'est le Diable incarné. Pourtant, parmi les plus grands dangers ambulants, et les moins connus du grand public, les fonds de private equity du style Blackstone, KKR, Carlyle et autres, brièvement évoqués dans la vidéo, détiennent la palme. Il n'y a qu'à voir les cannibales qui y travaillent - et je dis bien : "cannibales".

Enfin, les dernières interventions des deux journalistes, qui certes traduisent une évidence, n'en demeurent pas moins édifiantes tant elles semblent énoncées de façon naturelle...



Modifié 1 fois. Dernière modification le 20:32 le 24/11/2017 par Adriano75.
Par Ouldyamin

"le plus beau redressement de LBO de l'Histoire"

"c'est une fabuleuse histoire"
"le groupe se porte très bien. C'est un groupe français"
"Il y a des cas de LBO où ça fonctionne" (à 24')

C'est un peu fort de café ! une bonne opération pour qui ? Pour le baron de Wendel et KKR pas pour l'entreprise Legrand ! Cette journaliste confond intérêts économiques et intérêts financiers. Il n'y a pas, jusqu'à preuve du contraire, de bon LBO pour les entreprises.

Legrand qui était un fleuron industriel a, pour rembourser sa dette, fermer des usines françaises rentables.
Il n'y a qu'à voir dans cet excellent documentaire Du fer à la finance, l'empire Wendel à 36', la conséquence : baisse des effectifs (et des compétences) et de l'investissement (de 10 à 2% du CA), pour dégager de quoi rembourser la dette.

En sont-ils aujourd'hui à importer des produits chinois à bas coût ? Bonne solution pour maintenir de la marge sur une réputation. En ce cas, ils finiront par nous vendre de la camelotte comme Philips. Il faut juste le temps que les consommateurs s'en rendent compte pour que, financièrement cette fois, l'entreprise ne vaille plus un kopeck.

Rendez-nous Anne-Sophie Jacques !



Modifié 1 fois. Dernière modification le 23:14 le 24/11/2017 par Ouldyamin.
Par Bellatrix

Re: "le plus beau redressement de LBO de l'Histoire"

Merci pour ces précisions - l'histoire paraissait trop belle pour être vraie, et l'était donc.

Dommage qu'on ait permis l'exposé de ce conte de fées sans contradiction.
Par EdC

Re: "le plus beau redressement de LBO de l'Histoire"

Du fer à la finance, l'empire Wendel, n'est pas un excellent documentaire, c'est un documentaire très ordinaire, à charge, pour flatter le public et les documentaristes dans le sens du poil. La famille de Wendel ne mérite peut-être pas que l'on s'apitoie sur son sort, mais la petite entreprise Legrand (36000 employés avant ou après le LBO) mérite certainement mieux que le sort qui lui est fait par le documentaire, servir de faire-valoir à une démonstration anti-Wendel.

Le cas Legrand, où l'on voit les 2 comparses KKR et de Wendel reconduire leur pacte d'actionnaire en 2008, 5 ans après le rachat n'est pas ordinaire. Dans le cas général, les fonds d'investissement se retirent au bout de quatre ou cinq ans, ils auront fait cracher le bête, mais pas trop quand même, car la bête doit quand même rester en bonne santé pour attirer un nouvel acquéreur.

Dire que l'on parle de finance avant de parler de morale signifie qu'il faut faire entrer dans la culture générale d'un journaliste (par exemple Schneiderman) ou du grand public (les salariés qui peuvent être concernés par un LBO) ce qu'est un LBO avant d'émettre un éventuel jugement moral - jugement moral sur qui ? sur le fond d'investissement qui n'a pas de morale ou sur le vendeur ? jugement moral sur le LBO en général ou sur tel LBO ?

Si j'en crois wikipedia, en 2011, Legrand employait 6500 personnes en France dans l'appareillage électrique. Une partie de ces 6500 personnes travaillaient dans le Limousin. Ce n'est pas un conte de fées, mais plutôt une success story comme il en existe un certain nombre. Legrand était-il forcé de se mondialiser ? Si oui, quelles étaient les meilleures formules de financement ?
Par Ouldyamin

Re: "le plus beau redressement de LBO de l'Histoire"

Success story ? Où ça ? Pour qui ?
Le groupe était auparavant déjà largement mondial, mais employait en France 10.000 personnes avant le LBO.
Et c'est sans doute pour l'amélioration de l'outil industriel, la chute de l'autofinancement ?

Pour ma part, je ne parle pas de morale, mais de contre-sens économique. Et c'est pour ça que je crois nécessaire de les encadrer très sérieusement. Désolé, c'est pas libéral.
Par constant gardener

Re: "le plus beau redressement de LBO de l'Histoire"

Je ne sais pas si cela a été dit dans le débat (ce que j'en lis dans les commentaires ne m'incite pas à y consacrer du temps), mais la responsabilité de la Commission Européenne dans le merdier est écrasante. L'absorption par Schneider avait du sens compte tenu de la complémentarité des produits. Le refus pour cause de risque de monopole était grotesque, la Cour de Justice (je crois) l'a bien établi. Mais la conséquence a été la déstabilisation de Legrand pour longtemps.
On pourrait se demander quelles forces avaient poussé pour que la Commission prenne sa curieuse décision.
Par EdC

Re: "le plus beau redressement de LBO de l'Histoire"

Je ne tiens pas plus que ça à l'expression "success story", mais l'entreprise a survécu au cap difficile de la succession des fondateurs et n'a pas l'air de se porter trop mal.
Je serais curieux de connaitre
- La courbe de l'emploi Legrand en France et dans le Limousin de 2001 à 2017
- Ce qu'il est advenu de l'argent payé en 2001 par Schneider aux actionnaires de Legrand.
Par LuckyLuke

Re: "le plus beau redressement de LBO de l'Histoire"

Citation:
EdC
Le cas Legrand, où l'on voit les 2 comparses KKR et de Wendel reconduire leur pacte d'actionnaire en 2008, 5 ans après le rachat n'est pas ordinaire. Dans le cas général, les fonds d'investissement se retirent au bout de quatre ou cinq ans, ils auront fait cracher le bête, mais pas trop quand même, car la bête doit quand même rester en bonne santé pour attirer un nouvel acquéreur.
Ils l'ont fait 3 ans plus tard, en 2011.

Citation:
jugement moral sur qui ? sur le fond d'investissement qui n'a pas de morale ou sur le vendeur ?
Sur l'acheteur et l'équipe dirigeante de la société rachetée qui y trouve souvent un enrichissement personnel. Gilles Schnepp, le PDG de Legrand que Mme Bembaron admire tant, possèdait 2,2 millions d'actions du groupe équivalant à 134 millions d'euros début 2017 (Le vrai salaire des patrons, T. Gadault, p.99). Le management a d'autant plus de raisons de dégraisser et pressuriser coûte que coûte à très court terme qu'il s'est engagé auprès du fonds d'investissement à extraire la moindre goutte de rentabilité pour rembourser les intérêts de l'emprunt massif, en échange d'un très gros intéressement à l'opération.

Citation:
Ce n'est pas un conte de fées, mais plutôt une success story comme il en existe un certain nombre. Legrand était-il forcé de se mondialiser ? Si oui, quelles étaient les meilleures formules de financement ?
Legrand était en bonne santé et déjà mondialement implanté (notamment aux Etats-Unis) au moment du rachat par Schneider. KKR et Wendel se sont juste engouffrés dans la brèche de l'annulation de l'OPA (en rachetant Legrand 26% moins cher à Schneider) et il se trouve qu'ils ont utilisé un LBO pour ce faire. D'autres options étaient étudiées par Schneider dont une scission partielle vers ses actionnaires ou une revente partielle ou totale à d'autres acteurs. Je ne vois pas ce qui permet à Mme Bembaron d'applaudir à tout rompre Schnepp et ce LBO en particulier.
Par Catala93

Re: "le plus beau redressement de LBO de l'Histoire"

Bonne remarque sur le LBO de KKR et Wendel sur Legrand, le rachat par Schneider a été retoqué par la commission européenne et Legrand fut alors racheté avec une belle décote. Legrand n'était pas aux abois et présentait de sérieuses garanties, sans quoi KKR et Wendel n'auraient pas pris autant de risques. Cet exemple spécifique n'a rien à voir avec la pyramide colossale de dettes de Drahi. Le problème de journalistes comme Bembaron est qu'ils ne formulent jamais aucune critique sur la finance, toute remarque sur le prédation du bien collectif étant considérée comme les pudeurs mal placées d'incorrigibles naïfs.
Par Catala93

Re: "le plus beau redressement de LBO de l'Histoire"

Je vais regarder le docu indiqué dans ce commentaire. En effet, le LBO a permis à Wendel d’enregistrer une plus value d’environ 370 millions d’euros, selon le quotidien de la finance de l'Agefi. Sur Drahi, on retient dans l'émission le commentaire de Lenglet " Un système irresponsable pour le créancier et le débiteur [...]La mécanique est la même que celle qui a abouti à la crise de 2008". Quand Drahi devra rembourser le capital de la dette à partir 2020, aujourd'hui située a 51 milliards d'euros, le château de cartes financier va s'écrouler et des milliers de salariés vont nécessairement trinquer. Cela semble la conclusion la plus probable.
Par Pascal Lemaire

Re: "Patrick Drahi n'est pas le seul méchant"

Fatiguant.
Je suppose que du temps de l'esclavage industriel, il y avait des journalistes pour écrire « c'est de la finance, pas de la morale ».

Quand l'esclavage industriel ne fut plus défendable, la Finance inventa avec la caution de scientifiques le concept de race supérieure permettant la colonisation. Face aux résistances violemment mais légalement réprimées par nos armées, une nouvelle génération de journalistes ont dû répéter à leur tour « c'est de la finance, pas de la morale ».

Dites-moi, Citoyenne Bembaron, et vous citoyen Lefilliâtre, n’êtes-vous jamais perturbé par votre cerveau ?

Quand deux droits s’opposent frontalement comme les Droits de l’Homme et du Citoyen vs le Droit de Propriété, que cela concerne le colonialisme, ou bien l’esclavage à la sauce ancienne ou bien celui moderne d’obliger les gens par la création d’une super-dette, la dernière grande trouvaille de la Finance pour nous faire cracher plein pot, vous y compris, lequel de ces droits devrait s’imposer à l’autre ?
Par fitz_

Re: "Patrick Drahi n'est pas le seul méchant"

Ca fait 40 minutes que je regarde la vidéo et constatant mon état de lassitude profond, je me suis demandé si y'avait des abonné.e.s dans le même cas que moi. Merci d'avoir traduit avec de jolis mots mon ressenti.

L'émission est particulièrement inintéressante. Aucun remise en question en profondeur de quoi que ce soit. Je ne demande pas à discuter carrément si "La propriété, c'est le vol" mais quand même, quand on sentait que deux neurones allaient se connecter pour sortir d'un blabla amorphe qui n'a rien à envier à la TV mainstream, madame décide que "c'est de la finance, pas de la morale".

Sitôt cette déclaration faite, aucun intérêt à cette émission. Autant aller prendre un MOOC sur la finance sur internet.
Par Pascal Lemaire

Re: "Patrick Drahi n'est pas le seul méchant"

Bravo à nos invités pour ce spectacle !

J’ai cru voir un dingo-dossier de notre regretté Gotlib. Ou alors les Shadock.

Plusieurs excellents moments pour ceux qui n’aurait pas vu :

- quand Boussemart développe l’organigramme des sociétés contrôlées par Drahi : Grand moment. On a l’impression d’être en présence du professeur Shadocko expliquant doctement un nouveau délire Shadockien.

- l’autre élément des plus comiques est la dame journaliste qui est toute contente de montrer qu’elle connait tout de l'organigramme de son grand fou de Shadock-Drahi et qui y va de ces commentaires. Bravo, Madame, pour votre performance !

Bien sûr, et c'est moins rigolo, nos Rigolus-décideurs nous conduisent dans le mur écologique. Mais que voulez vous, on ne peut pas tout avoir.
Par baldijanou

Re: "Patrick Drahi n'est pas le seul méchant"

Comment récupérer l’intervention de Benoit Boussemart en fin d’émission ?

Bon, je vous laisse, je vais finir de remplir la demande de subvention pour notre café associatif: En 2016, Mr Wauquiez nous supprime 5000 € de sub., cette année, fin des emplois aidés = - 18000 € ,va falloir en vendre des cafés à 1€.....et quand on va devoir fermer, y aura plus sur l’avenue que le bureau de tabac et ses grilles de loto..
Par Bellatrix

Re: "Patrick Drahi n'est pas le seul méchant"

Donc, si on comprend bien, les fournisseurs, les salariés et les clients se sacrifient pour les banques qui financent ces montages ?
Par Loic Chantry

Re: "Patrick Drahi n'est pas le seul méchant"

c'est tout de meme croquignolet ou effrayant (au choix), de voir le journaleux de libération défendre (aduler) le capitaliste qui ne tardera a le manger lui et sa rédaction le tout pour les raison idéologique social libertaire de l'ancien journal de l'ancien ps

ensuite nous aurons la mme du figaro toute aussi amusante, nous expliquer qu'il n'y avais aucun probleme "il faut juste expliquer les choses", ah si on avais bien tout expliqué, mais non la méthode du lbo est tout a fait performante économiquement..., mais s'agit il ici de produire? ou d'extraire la plus-value plus efficacement ?
Par chavi

Re: "Patrick Drahi n'est pas le seul méchant"

Excellente émission qui nous montre une fois de plus que nous sommes gouvernés par des irresponsables. En effet Drahi avec 50 milliards de dettes et quelques dizaines de milliers d'employés, a à mon avis plus de pouvoir que bercy sur la politique économique française. La question est qui accepte de prêter ces sommes délirantes à ces tarés complets (bollore est le même )? Combien d'argent public pour financer la mégalomanie de ces ...
Par Pascal Lemaire

Louis 16

L’empire Drahi s’écroule. Cela n’a rien de surprenant. Sauf pour des personnes dressées à la pensée néolibérale comme nos 2 journalistes invités. Ils ne leur viendraient pas à l’esprit de mettre en cause le système. Leur a-t-on seulement appris l’intérêt de s’exercer à l’art de l’auto-critique si essentiel dans une vraie démocratie ? Ils donnent l'impression d'être comme des croyants. Les tenants du néolibéralisme affirment qu'il s'agit d'une loi de la Nature. Aussi, pour ses croyants cela ne sert à rien de s’y opposer. La démocratie, donc l’intérêt général doit se plier devant une loi naturelle. Un point c’est tout.

Aussi pour ces adeptes, ce que fait Drahi est nécessairement bien. Par contre, ne sont pas sympa ces stupides actionnaires qui retirent leur confiance (Nos brillants raisonneurs-invités pensent qu’ils auraient dû le faire plus tôt ?!?). Il y a aussi ces méchants salariés qui n’acceptent pas de perdre leur emploi en souriant, et puis ces odieux consommateurs qui partent voir ailleurs sans attendre les résultats du maître.
Ces insanités sont tenues par des gens censés détenir le Savoir et savoir raisonner ! Pas une conversation de bistrot ! L’émission a ce grand intérêt de voir mouliner des cerveaux intoxiqués occupant des postes importants dans nos médias et donc ayant une influence sur l'opinion publique.

Seul des esprits aliénés par une forme de pensée totalitaire ont put rendre réel le capitalisme à la Drahi. Le LBO est contraire à la raison. Il en a fallu déverser de l’argent pour que des raisonnements aussi abscons que ceux défendu par nos 2 journalistes deviennent vérité. Que de temps notre société a dépensé à les mouler en série dans de grandes écoles ! Ces deux là tiennent des discours dignes du professeur Shadoko et le pire, de bonne foi. C’est cette bonne foi qui est le signe d’aliénation. Leurs raisonnements rappellent ceux de Pangloss disant que dieu a inventé le nez en prévision qu'un jour nous porterions des lunettes. Le LBO est une insanité du même ordre.
Que de telles absurdités soit rendu possible dans une dictature, c’est facile à comprendre. Mais quand on prétend être une démocratie, par quel cheminement intellectuel, cette société-là a t-elle pu ériger des lois limitant le pouvoir de la démocratie à ne pas interférer avec l’Économique ? La mécanique d’une fortune à la Drahi à base de multiples endettements n'apporte strictement rien au bien-être de la société. C’est même tout le contraire. La Nature massacrée par ce système crie de toute part. Pourtant, en dehors de toute raison, nos législateurs ont rendu légal ce type de surendettement et ceci, que ce soit la gauche ou la droite après leur accession au pouvoir. Logique : puisque le néolibéralisme est une loi naturelle !

Au stade avancé d’intoxication de notre élite réagissant à côté de la plaque face aux dégâts bien visibles, je comprends mieux comment des civilisations ont pu disparaître par le passé. Je comprends mieux cette impression de fin de civilisation que n’arrive plus à cacher nos médias. Je ne vois pas comment nous pourrions arriver à désintoxiquer à temps le cerveau de nos élites pour qu’ils passent de pyromanes à celui de pompiers afin que nous combattions ensemble la grande catastrophe écologique qui arrive. Je comprends mieux aussi la chute d’un Louis 16 aliéné par son éducation qui lui assurait qu’un régime est nécessairement absolu puisque de volonté divine. Nous sommes à un moment Historique ou l’humanité doit accomplir une nouvelle révolution de pensée pour survivre. Je cite Kennedy
«Ceux qui rendent une révolution pacifique impossible rendront une révolution violente inévitable.»
Nous sommes au pied du mur écologique. Nous sommes même déjà bien enfoncés dans le mur. La possibilité de le faire pacifiquement s’éloigne. A nos 2 journalistes, essayez de retrouver votre autonomie de pensée. Essayez en vous rapprochant de la société civile, la plus avancée en matière de réflexions nouvelles, de vous constituer une nouvelle grille de lecture. Vous êtes face à un nécessaire changement de pensée comme Louis 16 y fut confronté alors que l’ère industrielle s'affirmait. La société de consommation facile grâce à des ressources infinies est un conte pour enfant. Cela ne peut pas être la base d’une philosophie économique. Cela ne peut et n'aurait jamais dû servir de grille de lecture.
Par Le Chien

Re: Louis 16

Vous citez Kennedy: "ceux qui rendent une révolution pacifique impossible rendront une révolution violente inévitable". En ce qui me concerne, s'il y a un enseignement qui pourrait être retenu à la lecture de quelques fiches wikipédia relatives à la Révolution française, c'est que la révolution cesse d'être démocratique à partir du moment où elle devient violente.

La révolte est certainement l'un des meilleurs moteurs d'une révolution. Et à priori, elle se dispute la première place avec le savoir. Mais une chose paraît assez évidente: la violence gâche tout. La violence renverse, mais n'établit pas. La violence est probablement légitime en cas d'extrême nécessité, mais elle ne s'estompe pas si facilement: une fois le doigt dans la prise, la menace semble ne jamais s'éloigner.

Quoiqu'il en soit, je vais me permettre de vous posez une question qui n'est pas aussi facile qu'il n'y paraît. Qu'est-ce qui vous permet d'écrire que la démocratie est synonyme d'intérêt général ?
Par Pascal Lemaire

Re: Louis 16

Par Le Chien 16:43 le 30/11/2017
Re: Louis 16
Vous citez Kennedy: "ceux qui rendent une révolution pacifique impossible rendront une révolution violente inévitable". En ce qui me concerne, s'il y a un enseignement qui pourrait être retenu à la lecture de quelques fiches wikipédia relatives à la Révolution française, c'est que la révolution cesse d'être démocratique à partir du moment où elle devient violente.

Conclusion? il vaut mieux aider ce nouvel accouchement qui est inévitable plutôt que de le combattre. Un accouchement dans la douleur marque à vie. Si on est attentif, on peut voir des siecles après, des traces de cet accouchement violent que fut la révolution française.

La révolte est certainement l'un des meilleurs moteurs d'une révolution. Et à priori, elle se dispute la première place avec le savoir. Mais une chose paraît assez évidente: la violence gâche tout. La violence renverse, mais n'établit pas. La violence est probablement légitime en cas d'extrême nécessité, mais elle ne s'estompe pas si facilement: une fois le doigt dans la prise, la menace semble ne jamais s'éloigner.


Conclusion? il vaut mieux aider cet accouchement qui est inévitable plutôt que de le combattre. Si la révolution française a dérapé, Louis 16 a largement sa part. Alors qu'en tant que roi il était une élément majeur pour aider à un accouchement en douceur de ce nouveau monde, il ne tiendra pas ce rôle. Quand il accepte de devenir un roi constitutionnel, il montre très vite qu'il est insincère. On connaît la suite que je n'ai pas besoin de rappeler ici puisque vous avez lu les fiches wikipedia et peut-être même plus.

Alors qu’il est né au siècle des lumières, il est totalement passé à côté de ce mouvement. Son aliénation s'explique. L’éducation entre autre. Son entourage l'a persuadé depuis sa naissance de ce conte de fée que son pouvoir vient de Dieu. Que toutes les décisions qu'il prend sont nécessairement bonnes puisque Dieu s'exprime à travers lui. S'il avait été dans cette mouvance de reconsidérer la place du citoyen dans la société, la révolution française aurait pris une tournure plus pacifique. Comme quoi l’éducation peut être la pire des choses quand elle momifie la pensée. Son education mais aussi sa personnalité l’aura rendu aveugle à son siecle. l’aura empêché de sentir l’air du temps. C'est le cas de nos 2 journalistes sauf qu'en plus Louis 16 lui était LE roi. Cela n'empêche que nos 2 journalistes ne sont pas à la hauteur de la situation qui arrive. Il faut se réveiller.


Quoiqu'il en soit, je vais me permettre de vous posez une question qui n'est pas aussi facile qu'il n'y paraît. Qu'est-ce qui vous permet d'écrire que la démocratie est synonyme d'intérêt général ?


Ce serait un peu long. Déjà il faudrait définir ce qu'est la démocratie. Comme vous le savez, Il n’y a pas qu'une seule forme de démocratie. La nôtre, celle défini par la constitution de 58, n’a rien à voir avec la démocratie Suisse qui place le citoyen au-dessus du législateur, par exemple. (c'est à étudier dans les détails comme on devrait le faire avec notre constitution qui est le contrat de tous les contrats nous liant les uns aux autres. La comparaison est édifiante.)
Lors d'un mouvement de panique lié à une péripétie de la guerre d’Algérie, De Gaulle et ses amis imposent une constitution qui renvoie le citoyen au stade de la petite enfance, notre rôle se limitant à élire un monarque au super-pouvoir tout les 7 puis 5 ans et aussi à manifester gentiment dans les rues.
Mais comme je devine que vous avez vos idées sur la notion d'intérêt général, je vous lirais avec plaisir. C'est entre autre ma manière d'augmenter mon bagage et mes connaissances sur les étranges humains que nous sommes.
Par Le Chien

Re: Louis 16

Il y a un fil dédié à la guerre de Vendée (chronique de Mathilde Larrère) où l'on parle de la Révolution française, et où c'est probablement plus la place d'en discuter. Brièvement, l'insincérité plusieurs fois renouvelée de Louis XVI exacerbe évidemment les ressentiments, et tout particulièrement la fuite de Varennes. Mais des ressentiments, il n'y en a pas seulement de dirigés contre le roi: il existe aussi des tensions entre les révolutionnaires eux-mêmes. Ainsi, un peu moins d'un mois après la fuite du roi, l'Assemblée Nationale Constituante et la Commune de Paris font fusiller des milliers de pétitionnaires rassemblés "pacifiquement" sur le Champ-de-Mars. Et cet évènement, sans qu'il soit le seul, préfigure la Terreur à advenir. Je suis nul en Histoire, mais il me semble difficile, voire impossible, d'isoler une cause et une seule d'un ensemble de causes et de concours de circonstances dans la tournure violente qu'à pris la Révolution française. Bref, je suis tout à fait d'accord avec vous, Louis XVI a largement sa part. Mais les révolutionnaires aussi.
Par Strumfenberg ( Aloys von )

Re: Louis 16

Par Eric

Re: "Patrick Drahi n'est pas le seul méchant"

Insupportable l'interview par téléphone en décalage.

C'est dommage cet invité apporte pourtant un éclairage intéressant à l'émission et explique que ce qui a été dit au début est faux. Il fini par être coupé alors qu'il apporte des précisions notamment sur la rentabilité vs EBITDA... bizarre de le couper à ce point.

Même sur les éventuels fonds qui joueraient le titre à la baisse, un éclairage intéressant qui arrive un peu tard.

Après, les actionnaires ont sans doute aussi peut être comparé avec Orange et la dette des 2 groupes. Mais pourquoi que maintenant ?

Il y a une émission très intéressante sur les LBO en 2015 sur France 2 où plusieurs cas de LBO étaient cités.... dommage que le sujet ne soit pas plus approfondi.

De même que les doutes (sur le montage) des ministres et des concurrents au moment du rachat de SFR par Numericable, ne sont pas évoqués. Il y avait pourtant matière à citer. Ces doutes avaient prévus les suppressions de postes.



Modifié 4 fois. Dernière modification le 01:11 le 25/11/2017 par Eric.
Par Le Chien

antagonisme croissance et rentabilité

Il n'y a finalement aucun intérêt à expliquer les spécificités d'un LBO si l'on n'explique pas d'abord l'antagonisme entre croissance et rentabilité. Et à expliquer que la stratégie d'entreprise consiste à les faire alterner en nourrissant l'une de l'autre.

Il n'y a que Boussemart qui ait utilisé le terme de rentabilité de manière pertinente, et on aurait tous gagné à l'écouter un peu plus. C'est bien dommage.
Par Faab

Re:

Question "surprise", tout était déjà dit il y a un an dans cet article des Echos, 29/11/2016 :

"En deux ans, l'empire de Patrick Drahi, Altice, a doublé sa dette à 50 milliards
Le propriétaire de SFR n'a pas d'échéance de remboursement majeur avant 2022. Après avoir beaucoup réduit les coûts, il est sous pression pour générer des revenus.
Le groupe va terminer l'année avec une dette nette de 49,282 milliards d'euros, soit 5,7 fois son Ebitda. Un montant qui a doublé en deux ans. C'est un « exploit " dont peu d'entreprises peuvent se targuer et qui a conduit les analystes de Bloomberg Intelligence à classer récemment le groupe parmi les 50 entreprises à surveiller dans le monde, en 2017, parce qu'elles vont faire face à des « défis inhabituels. »
(...)
Dennis Okhuijsen, le directeur financier d'Altice, explique que tout est sous contrôle, car le groupe possède beaucoup d'actifs qui lui permettent de supporter sa dette. « Nos cash flow sont massifs, on fait de très belles marges d'Ebitda et plus de 85 % de notre dette est à taux fixe », souligne-t-il
(...)
Pourtant, fin 2015, les investisseurs s'inquiétaient de l'ampleur de l'endettement du groupe. En quelques mois, Altice a alors perdu la moitié de sa valeur en Bourse. Patrick Drahi a même été contraint de céder 7,5 % d'Altice (dont il a le contrôle avec un peu plus de 60 %) dans le cadre d'une opération complexe de refinancement de son holding personnel, Next.
S'il a perdu la valeur économique de ces titres, il en a cependant conservé la propriété. Le message du marché était alors clair et Goldman Sachs l'a résumé dans une note invitant Altice à stopper les acquisitions
(...)
C'est donc sur sa capacité à faire croître l'activité que le tycoon est particulièrement attendu. Notamment sur SFR, le pilier du groupe, en difficulté et dont Moody's a dégradé la note à l'automne 2015. « Altice a prouvé qu'il savait rentabiliser très rapidement ses acquisitions grâce à sa gestion éprouvée des réductions de coûts, explique un analyste financier. Les équipes doivent désormais faire la démonstration qu'elles savent faire croître l'activité. " Altice affirme qu'il n'y a pas d'effet « domino " d'un pays à l'autre pour ses activités. Mais s'il échoue sur un territoire, les investisseurs, où qu'ils soient, pourraient commencer à douter
"
Par Le Chien

Re:

Citation:
Altice a prouvé qu'il savait rentabiliser très rapidement ses acquisitions grâce à sa gestion éprouvée des réductions de coûts, explique un analyste financier. Les équipes doivent désormais faire la démonstration qu'elles savent faire croître l'activité.

C'est le parfait manuel du bon petit manager d'entreprise illustré que j'ai évoqué:
acquisitions = croissance
puis
réductions de coûts = rentabilité
puis
faire croître l'activité = croissance
etc.
Par Al1

Re: "Patrick Drahi n'est pas le seul méchant"

Je me fais chier, j'arrête la vidéo au bout d'une demie heure, j'ai tenu jusque là c'est bien
Par frederic soler

Re: "Patrick Drahi n'est pas le seul méchant"

Dommage, tu vas rater le climax, où l'on apprend (Attention Spoiler) qu'Elsa Bembaron s'auto-censure au Figaro en s'interdisant d'écrire tout le bien qu'elle pense d'une des filiale de Dassault...
Par phdemont

Re: "Patrick Drahi n'est pas le seul méchant"

Vos émissions sont très intéressantes et instructives. Vous nous ouvrez les yeux avec un angle de vue pertinent.
Un souhait : laisser parler les invités au lieu de les interrompre avant d'avoir pu exprimer leurs idées. Au final, ils doivent s'y reprendre à plusieurs fois pour s'expliquer. C'est souvent le cas, et cette émission là c'est pire. En plus, lorsque vous chercher à les interrompre, visiblement, vous n'écoutez plus vos invités. C'est pas rédhibitoire, juste agaçant. Tant que j'y suis, est ce possible de monter le son ? merci.
Par Jacques BREMOND

Re: "Patrick Drahi n'est pas le seul méchant"

La vidéo téléchargée ne fonctionne pas. Cordialement
Par little jo

Re: "Patrick Drahi n'est pas le seul méchant"

Juste une idée qui me vient en regardant l'émission... Pour cet été vous pourriez faire une émission par patron de presse : Bolloré, Bouygues, Dassault, Niel etc. Pour voir qui est le plus méchant.
Par Hallows

Re: "Patrick Drahi n'est pas le seul méchant"

Oh mais j'ai beau en écouter rarement...
J'aime pas les gens de droite.
J'aime pas la droite.
Je vous hais de tout mon cœur petits égoïstes de merde. (message destiné à madame)
Par VIGOR

Re: "Patrick Drahi n'est pas le seul méchant"

Pôve con !!!

Le rapport avec SFR. Chez Orange ils doivent être de gauche ... c'est le même bordel mais on est obligé de subir !
Par julien stephanus

Paradis fiscal

Dans l’émission de la semaine dernière, on apprenait entre autres que les pays bas sont un paradis fiscal.
Dans cette émission on voit que Drahi a déménagé de Paris aux Pays Bas.
"C'est de l'évasion fiscale, pas de la finance".



Modifié 1 fois. Dernière modification le 15:16 le 25/11/2017 par julien stephanus.
Par LuckyLuke

Re:

Emission frustrante et agaçante à plusieurs titres.

Tout d'abord, silence radio sur les conséquences sociales et sanitaires désastreuses de la stratégie de rachats du vampire Drahi. 30% d'effectifs en moins, c'est non seulement des milliers de gens jetés dans la pauvreté et le chômage, mais aussi burnouts, suicides et conditions dégradées chez ceux qui restent. La qualité du travail s'en ressent et c'est ce qui explique en partie le mécontentement des clients de SFR. En tant que salarié, comment continuer à bien bosser en assurant en plus du sien le boulot de la personne sur trois qui a été virée, assorti d'un gel sinon d'une baisse de salaire ? Il faut bien comprendre que Drahi ne rachète pas des mammouths obèses et inertes, mais des sociétés très compétitives qui ont déjà subi beaucoup de ces plans de réduction des coûts dans le passé. Dans ce contexte, son petit jeu de coupes budgétaires s'apparente à priver de nouilles les veilles de compétition un marathonien déjà très affûté : ça ne peut pas continuer à fonctionner longtemps.

Il est étonnant de constater qu'aucun média grand public ne propose de faire le rapport direct entre les thérapies de choc des docteurs Mabuse du capitalisme financier et ce qu'on appelle pudiquement le mal-être au travail. D'un côté, les Envoyé Spécial et autres magazines "de société" dénoncent mauvaises conditions de travail, stress, burnout et méthodes de management fascisantes et de l'autre, un journalisme d'enquête "de haute volée" se gargarise des révélations des Paradise Papers et se targue de décrypter les montages financiers les plus complexes, mais ne va jamais jusqu'à faire le lien entre les deux. On a une manifestation criante de ce blocage mental dans l'exclamation d'Elsa Bembaron lors de cette émission : "mais c'est de la finance, pas de la morale !", comme s'il s'agissait d'une bulle abstraite n'ayant aucune conséquence sur la vie réelle de millions d'êtres humains.

Pourtant, constater ce qui se passe dans les tranchées de la vie quotidienne en entreprise peut nous éclairer facilement sur ce qui intéresse tout le monde, c'est à dire la vraie nature des motivations des grands financiers comme Drahi. Puisque le régime qu'il fait subir à ses joujoux n'est pas soutenable, on peut se demander si Drahi n'est pas de la même trempe que les acheteurs vautours qui se saisissent d'une proie en difficulté en prétendant l'assainir mais en aspirent en réalité tous les avoirs, sauf que lui est un dépeceur à moyen terme plutôt qu'à court terme.

Dans ce cadre, la question de fin d'émission sur l'indépendance éditoriale de Libé est presque dénuée de sens - Drahi rachète des médias pour compléter son activité télécoms mais il aurait aussi bien pu se payer une usine de ketchup pour aller avec une chaîne de fast-foods. Ce qui s'écrit dans Libération lui importe autant que le goût d'une sauce tomate-oignon et dans son modèle mental, c'est bien normal. Le métier et les savoir-faire ne l'intéressent pas, contrairement à sa propre ascension et à la gloriole d'avoir "fait un coup" et monté des groupes qui ont l'apparence et la taille de réussites.

Tout cela n'a visiblement pas effleuré l'esprit des invités qui auraient pu éclairer la situation sur ce point : Jérôme Lefiliâtre qui a dû connaitre le départ d'un certain nombre de ses collègues de chez Libé, et Benoît Boussemart, économiste dont on n'a pas vu l'ombre du début d'une illustration de la qualité de "marxiste".

Lui en a-t-on seulement laissé l'occasion ? C'est la frustration de toute la deuxième partie de cet ASI où une technique défaillante (ou un Benoît Boussemart atteint d'une surdité malvenue ?) a fini par aboutir à un économiste qu'on entendait continuer à parler en voix off pendant que Jérôme Lefilliâtre répondait à Daniel par-dessus. Il me semble pourtant qu'il aurait été intéressant de laisser chacun des interlocuteurs s'exprimer jusqu'au bout.
Par fitz_

Re:

L'émission est particulièrement inintéressante. Aucun remise en question en profondeur de quoi que ce soit. Je ne demande pas à discuter carrément si "La propriété, c'est le vol" mais quand même, quand on sentait que deux neurones allaient se connecter pour sortir d'un blabla amorphe qui n'a rien à envier à la TV mainstream, madame décide que "c'est de la finance, pas de la morale".

Sitôt cette déclaration faite, aucun intérêt à cette émission. Autant aller prendre un MOOC sur la finance sur internet.

Je note aussi le joli "Y'a pas que drahi qui fait ca, c'est pas le seul méchant." Et alors?
Par laertes

Re:

Tout à fait d'accord. Et vous savez pourquoi ? Parceque ces "pseudo journalistes" ont accepté ce système qu'ils qualifient de "on ne peut faire autrement" "c'est la finance" "ce n'est pas un monde de bisounours" et vous savez pourquoi ? parce que justement ils sont les "bisounours" qui dans l'échelle de domination bénéficient de ce système. On peut dire que les bénéfices du propriétaire de Libération ou du Figaro ruisellent sur eux et qu'il ne reste plus rien ou rien ou moins au fur et à mesure qu'on descend !
Par laertes

Re: "Patrick Drahi n'est pas le seul méchant"

Mon Dieu où est passée la pluralité d'@si ? Inviter la pseudo journaliste "objective" du Figaro et le laquais de Drahi de Libération.........................sans débat ? Qd le laquais....euh "journaliste" dit qu'il faut du temps pour installer les réseaux... et oui.................... !!! Mais alors pourquoi racheter sans se donner les moyens de prendre du temps pour que cela fonctionne ? Ah le fric, la rentabilité, pour Drahi et ses comparses au détriment du service.
Et qd celle du figaro ose dire : c'est la finance et pas les bisounours" Où est la réponse de Schneidermann : La finance ne peut être déconnectée de la réalité car des milliers/millions de gens en souffriront. D'ailleurs les crises montrent que ce n'est pas un monde à part.
Je veux des interlocuteurs qui ne soient pas du même avis et qui posent de vraies questions de société.
Comment, Monsieur Schneidermann pouvez-vous être crédible sans remettre en question la pseudo "objectivité" de ces "journalistes".
Vous devriez vous défaire de l'esprit du "journal" Le Monde.
Moi, j'aurais invité Frédéric Lordon ou plein d'autres qui argumentent et remettent en cause ce système.
Par Le Radoteur

Re: "Patrick Drahi n'est pas le seul méchant"

il est indiqué sur la page d'accueil de l'émission "Après le plongeon en bourse d'Altice : Bembaron (Le Figaro) et Lefilliâtre (Libé) débattent"
alors que le type de Libé acquiesçait à tout ce que disait l’idolâtre de Dassault .
Voilà où en est Libé.
Quelle rigolade si ce n'est mascarade.
Par JIEM 92

Re: "Patrick Drahi n'est pas le seul méchant"

Bonjour
Loin de là de défendre les 2 suiveurs du capitalisme présents, mais la technique d'@si est de ne pas faire des débats d'opposants comme on les voit ailleurs. En effet on aboutit à un charivari incompréhensible et on a comme résultat au bout du compte de ne rien avoir appris.
Daniel a invité dans le passé des panel de gauche, et ici, il a invité un panel de droite (Libé est bien de droite).
Les participants ont pu développer leurs arguments au calme et pour ma part la vérité froide et inhumaine qui en résultait m'a plus appris avec le concours du forum qu'un débat pour et contre.
Par sans foie

c'est la même chemise

Les participants ont pu développer leurs arguments au calme et pour ma part la froideur du point de vue m'est apparue peu amène et j'ai pu apprendre avec le concours de mon fort hum ! plutôt + qu'avec un animateur engagé.
Par Jean-François

Re:

Émission frustrante à de nombreux titres, pourtant on a ici un sujet en or.

Tous les sujets sont abordés mais on a chaque fois l'impression d'esquiver l'enjeu principal et la conclusion qui pourrait être tirée de cette histoire pour la rendre plus générale et plus universelle.

On ne saura pas pourquoi les marchés financiers ont encore commis une nouvelle erreur magistrale d'appréciation, si ce n'est entendre la sempiternelle rengaine sur la spéculation, comme si la spéculation n'était pas cosubstantielle aux marchés financiers et si elle ne se basait pas sur de gros problèmes de fond (a-t-on vu beaucoup de spéculation sur les obligations de l'Etat norvégien ?).

On omettra les problèmes considérables qui guettent Drahi bien avant le "mur de remboursement" de 2021-2022 : Altice aujourd'hui perd de l'argent et à besoin d'emprunter en permanence pour financer son déficit courant, et qui va donner de l'argent à une boîte pareille qui croule sous les dettes et n'a aucuen perspective d'amélioration ? Comme pour la crise de 2007-2008, il y aussi un problème tout bête de "liquidité" que quand il n'y a plus d'argent, on ne peut plus payer, et l'activité s'arrête là (voir les papiers de Lordon très clair à ce sujet).

On parlera de convergence entre les tuyaux et les contenus en se contentant d'annôner que "la techno existe" mais sans nous en expliquer le modèle économique. A la fin des années 90, des studios de cinéma aux US avaient acheté les salles de cinéma, en espérant pouvoir améliorer le débouché de leur production. Mais comment faire tourner des salles de cinéma avec les seuls films des studios propriétaires sans que celles-ci boivent le bouillon? Comment rentabiliser les films maisons s'ils ne sont pas diffusés dans les autres salles de cinéma ? De la même façon, comment SFR va-t-il gagner de l'argent avec des contenus si ceux-ci ne sont pas exclusifs d'une manière ou d'une autre, ce qui pose la question de leur rentabilité à travers leur seul réseau propre? Soit Libé permet à SFR de gagner du fric parce qu'elle a un contenu exclusif à moindre prix, ou SFR permet à Libé de gagner du fric parce qu'il a plus de débouchés, mais que les deux en gagnent en même temps relève du miracle. Tous ces stratégies n"ont pas été abandonnées parce que la techno n'existait pas et parce que d'autres ont eu raison trop tôt (au passage un extraordinaire auto-panégyrique de Messier, on est en plein délire), mais bien parce que toutes ces stratégies d'intégration verticale (entre amont et aval des activités) ont été abandonnées par la plus grande partie des trusts capitalistes parce que la rentabilité n'était pas au rendez-vous (Apple ne sait même pas produire les puces et écrans de ses téléphones).

Enfin à un moment l'économiste entre deux filiales de Drahi évoque que tout ceci va mener à court terme à une nouvelle crise financière majeure, et ah oui "très bien", revenons à notre mouton Drahi - mais la crise financière majeure qui guette, et déjà annoncée par bien d'autres, n'est-elle pas malgré toute justement le principal intérêt de l'affaire Drahi, et la façon dont les médias, et en premier lieu les deux journalistes, ne semblent pas s'y intéresser ?

Mais bon on invite une journaliste du Figaro pour causer critique du capitalisme et un journaliste d'un journal de Drahi pour causer critique de Drahi et à la fin de l'émission, il n'y a que quelqu'un qui n'aurait jamais fait de critique des médias depuis 20 ans qui découvrirait la frustration qui en découle. Mais vu le nombre de fois où Daniel coupe ses invités, il ne semblait pourtant pas moins frustré que les spectateurs qui s'expriment ici.
Par Diogene

Re: "Patrick Drahi n'est pas le seul méchant"

à 43'23:
DS: "Mais quelle est la vrai valeur de l'action, la valeur d'aujourd'hui ou celle d'il y a un mois"
Benoît Boussemart: "c'est celle que VOUS lui accordez vous à un moment donné"
Bravo : Le principe de l'économie moderne posé en deux phrases. Et sa vacuité.

"Pourquoi est-ce que je t'échangerai ma chèvre contre ce tas de métal jaune brillant?"
"Fais moi confiance..."
Par palindrome

Re: "Patrick Drahi n'est pas le seul méchant"

Excellente émission, j'y ai appris que Patrick Drahi ne paie pas les petits fournisseurs, ce qui est bon à savoir si on est prestataire externe et que l'on souhaite travailler pour une société du groupe Altice !
Par euromix

Re: "Patrick Drahi n'est pas le seul méchant"

On a appris que faire un LBO c'est pas moral mais des fois ça marche.
Que c'est un peu dangereux donc il faut un patron courageux face au danger.
Drahi clairement est courageux.

On peut voir que Messier a l'air de vivre a peu près correctement d'avoir provoqué une gamelle historique chez Vivendi. On peut dont espérer la même chose pour Drahi si ça tournait mal.
Messier d'ailleurs nous a sagement prévenu que si c'est pas Drahi c'est les GAFA qui vont nous manger, alors autant être exploité par quelqu'un de plus proche.

J'ai quand même remarqué qu'en terme de maitrise de technologie d'innovation pour manger le monde, les GAFA sont un peu mieux équipés que Drahi.

Drahi sans technologie avec 50 milliards de dettes, pour nous protéger de Google/Apple/Facebook/Amazon qui ne savent plus quoi faire de leur cash et qui ont une technologie en avance sur tout le monde. ??

Soudain je doute de la sagesse de Messier. Finalement, il a peut être eu tord très tôt, plutôt que raison trop tôt....
Par Annie Huet Annie

Insupportable émission !!

On est vraiment dans un monde immonde ! beurk
Par Valentin Fluteau

Re: "Patrick Drahi n'est pas le seul méchant"

Bon, je n'ai pas aimé l'émission, qui n'était ni critique ni technique.

D'abord, un certain nombre d'oublis, voire de contre-vérités, s'y sont glissées.

Par exemple, entendre Lenglet expliquer qu'un LBO permet de ne pas glisser un centime pour financer l'acquisition, c'est une blague... Jamais une banque n'acceptera de financer une telle opération si l'acquéreur, accompagné ou non d'un pool d'investisseurs, n'injecte pas de fonds propres dans la holding. Si j'en crois Wikipedia, en fonction de la cible, la dette d'un LBO est comprise entre 1 et 4 fois les fonds propres. Il me semble que Drahi a largement dépassé ce ratio (j'ai souvenir de 1/7, voire 1/0, à vérifier néanmoins, car je ne retrouve plus ma source).

J'aurais en plus aimé que cette émission apporte des réponses à un certain nombre de questions :

1. Quelles acquisitions Patrick Drahi a-t-il réussies par LBO dans le passé ?
2. À ma connaissance, la spécificité des derniers LBO d'Altice est de ne pas respecter les ratios habituels (Dette/résultat d'exploitation, fonds propres/dette), d'être nettement au-delà de ce qui est habituellement admis ? Est-ce le cas ?
3. Qui sont les partenaires bancaires de Drahi ?
4. Sait-on pourquoi ils ont accepté de tels risques ?
5. Connaît-on les contreparties, et les filets de sécurité imposés par les banques, mais aussi par les autres investisseurs privés ?
6. Quel est l'impact d'une variation de cours de bourse, alors que celui-ci n'a aucune influence sur la trésorerie d'Altice ? Y a-t-il des clauses qui modifient les conditions du prêt en cas de variation forte du cours de Bourse, comme le suppose Martine Orange dans un article de Mediapart ?

Martine Orange aurait avantageusement remplacé la journaliste du Figaro, peut-être bonne biographe, mais bien piètre technicienne... Avec ses arguments "c'est de la finance, pas de la morale" ou l'extraordinaire "faut être objectif", on était dans le parfait exemple du "c'est celui qui le dit qui y est"...

Quand on lui demande si "le LBO, ça marche", elle cite l'exemple de Legrand racheté par KKR et Wendel, alors que ça n'a rien à voir. Si trouver des "LBO qui ont marché" lui suffit à dire que ça Drahi a peut-être raison, alors tant mieux pour elle... Elle pourrait peut-être rappeler que KKR est le fonds spécialisé dans les LBO, que la cible Legrand était parfaite, puisqu'elle n'était pas chère, avec une marge de manoeuvre stratégique et managériale importante (ce n'était plus qu'une carcasse) et un potentiel commercial très important (un outil industriel en état de marche, une marque qualitative, donc des prix élevés). Rien à voir avec SFR, acheté très cher alors que les prix des abonnements telcos étaient en plein chute... Le Diable se cache dans les détails, et c'est bien des détails techniques qui nous ont manqué, pour comprendre ce qui pourrait pêcher dans la stratégie Drahi !

Enfin, nous expliquer que "la convergence, ça va marcher, parce qu'il y a des smartphones", c'est digne d'un conte du Père Castor. Le minimum, quand on a connu les délires de Jean-Marie Messier, et l'échec cuisant d'Orange entre 2007 et 2012, c'est d'être prudent sur ce terrain... Dans le même genre, la fusion entre AT&T et Time Warner est d'ailleurs largement menacée aux Etats-Unis.

Franchement, je crois que ça vaudrait de faire une émission technique sur le sujet, pour essayer de vraiment comprendre les spécificités des LBO Drahi, les raisons qui ont poussé ses partenaires bancaires à le suivre, et les filets de sécurité à disposition de tous ces gens, qui les poussent à prendre tant de risques (j'ai comme le sentiment que l'État n'est pas loin... peut-on imaginer qu'il y ait des garanties écrites quelque part, tant Bercy était présent lors de la revente de SFR ?).



Modifié 1 fois. Dernière modification le 23:30 le 26/11/2017 par Valentin Fluteau.
Par noun

Re: "Patrick Drahi n'est pas le seul méchant"

Suite à notre discussion sur le billet de DS de la semaine précédente. Je m'étais réjoui de voir une émission sur le sujet, mais on reste sur sa faim. Aucune réelle analyse de fond, mais est ce possible en étant coupé toutes les 10 scdes?

Je ne peux que soutenir les questions que vous soulevez car je me pose les mêmes. Espérons un article de Médiapart sur le sujet.



Modifié 1 fois. Dernière modification le 16:09 le 27/11/2017 par noun.
Par Anthony Morel

Re: "Patrick Drahi n'est pas le seul méchant"

Vénérer des types qui montent des sales opérations pour s'en mettre plein les poches sur le dos des travailleurs et des contribuables... faut vraiment pas être bien dans sa tête !

Je n'ai jamais compris que l'on puisse voir de la beauté dans les édifices bâtis avec le sang et la sueur des gens qui bossent pour rien... et je parle d'édifices dans tous les sens du termes.
Par Etienne3

Re: "Patrick Drahi n'est pas le seul méchant"

C'est évident qu'il fallait inviter Lordon pour un sujet pareil.

Les LBO sont certainement le dispositif qui expose le mieux du monde l'application systématique de la contrainte actionnariale/financière dans ce que FL appelle le "capitalisme de basse pression salariale", et le rapport de force implacable entre le Travail et le Capital dans le prélèvement infini de plus-value.
Les LBO montrent aussi de façon exemplaire la contradiction inhérente entre la réduction des coûts (salariaux mais aussi d'investissement) et l'objectif de pérennité d'une société capitaliste: car la société idéale sans travailleurs et sans fonds propres (du "capital" au sens non financier, c'est-à-dire pour SFR des fils enterrés dans le sol et des antennes) est une aporie.

Ce type de financement par levier justifie encore plus le chantage à l'emploi et à la réduction des coûts salariaux qu'un financement par fonds propres: comme c'est l'entreprise cible du LBO elle-même qui finance le rachat par le cash qu'elle réalise grâce à son activité opérationnelle, la contrainte de remboursement - et paiement des intérêts - est "internalisée" sous peine de faillite. Ce dispositif fige dans le marbre des exigence de rentabilité délirantes, que même une société par action classique ne pourrait exiger, au delà des 15% de rentabilité (ROE) déjà intenables dans une situation "régulière".

Sans surprise, ces dispositifs de LBO sont sans cesse loués par les ayatollahs de la "science économique" orthodoxe, au prétexte qu'ils permettent de favoriser une extraction chimiquement pure du profit, contre des managers un peu trop complaisants qui conserveraient des travailleurs trop peu productifs et payés trop cher. Selon la "théorie de l'agence", les LBO permettent en effet d'obliger les managers d'aligner systématiquement leur gestion uniquement sur l'objectif patrimonial de maximisation des profits, en cassant les coûts partout où c'est possible - y compris si cela casse du même coup la société elle-même.
C'est donc bien une mesure de défiance vis-à-vis des dirigeants et de l'encadrement qui fonde les LBO dans la théorie économique orthodoxe: il s'agit avant tout de discipliner les gestionnaires de l'entreprise de façon à ce que le "return on equity" soit l'objectif unique.

C'est en ce sens qu'il faut comprendre la phrase incroyable de Drahi devant la commission parlementaire lors de la reprise, taxant SFR de "fille à papa qui dépensait l'argent, sans payer les factures, car le cash était absorbé par la maison mère"; ou encore à une autre occasion lorsqu'il déclare "je n’aime pas à payer les salaires. Je paye aussi peu que possible". Et c'est en ce sens aussi qu'il faut comprendre les désorganisations internes liées au licenciement massifs et les mesures d'économie touchant la moindre machine à café: ces intégristes du néolibéralisme sont des fous furieux prêts à tout pour détruire l'outil de travail et les conditions minimales de productivité au nom de la sacro-sainte "valeur pour l'actionnaire".

Ce dispositif illustre de façon exemplaire une contradiction inhérente au capitalisme purement financier, puisque la rentabilité passe obligatoirement par la destruction de valeur (licenciements massifs, arrêt de tous les investissements, y compris R&D...) et donc in fine par la réduction de l'activité (le chiffre d'affaire), soit par défection des clients, soit par démotivation et désorganisation complète du travail, soit par retard technologique du fait de la destruction des capacités de production.
Or c'est exactement ce qui se produit avec SFR depuis la reprise par Numéricâble!
Car c'est l'activité même de la société, donc son volume de ventes qui permet de financer le remboursement du levier initial: le pari est donc absurde, puisque Drahi doit casser SFR pour lui faire cracher du cash...ce que SFR ne pourra plus faire lorsqu'elle sera détruite!

En outre, le financement par levier dilue le risque qui repose in fine sur la collectivité, en particulier en cas de faillite.
En effet, non seulement le repreneur ne prend aucun risque financier car par définition il n'engage aucun fond propre, mais les banques qui prêtent sont tout aussi irresponsables: elles ne conservent pas ces créances, qui sont revendues illico sous forme de titres obligataires, et vont se loger un peu partout dans les bilans d'autres banques, des fonds divers...de la même façon que les crédits subprime titrisés de la grande crise de 2008.

C'est donc la collectivité qui paye: tout d'abord les salariés licenciés, et ceux qui restent dont on presse le citron, les fournisseurs non payés ou sous payés, les clients qui voient le service se dégrader et en cas de faillite l'Etat à travers tous les dispositifs d'aide au reclassement, l'indemnisation des impayés, les défauts de cotisations etc..

Quand à la perte financière éventuelle - la seule qui justifie la "prise de risque" des tenants du néolibéralisme - elle est diluée dans les actifs des différents fonds détenant les titres obligataires - qui prennent habituellement leurs pertes et profits en régime normal - et ne réapparaît alors que sous forme de risque-systême (une autre méga crise) comme on l'a déjà connu: là encore, les pertes potentielles des propriétaires de titres pourris seront effacés par la création monétaire si une nouvelle crise survenait, comme c'est toujours le cas, selon la règle d'or du capitalisme prédateur de casino - privatisation des sur-profits et socialisation des pertes.

Pour toutes ces raisons, il faut évidemment interdire les LBO.

Pour mémoire, F Hollande avait promis de le faire en 2011 pour terrasser son "ennemie sans nom et sans visage", pour bien sûr s'empresser de ne rien faire une fois élu. Le seul programme à ma connaissance qui préconise l'interdiction des LBO est celui de la France Insoumise.

Hélas, de tout cela il n'aura pas été question dans l'émission. Encore une occasion ratée.



Modifié 1 fois. Dernière modification le 23:34 le 27/11/2017 par Etienne3.
Par softly

Re: "Patrick Drahi n'est pas le seul méchant"

Franchement,on s'en fou un peu de Drahi....je ne tiens plus jusqu'au bout des dernieres emissions...............
Par Asimov769

Re: "Patrick Drahi n'est pas le seul méchant"

A chaque émission , j'aspire à une seule chose : que Schneiderman calme son égo et arrête de couper les intervenants. Mais bon ca semble trop demander à son altesse.
Par tosh

Re: "Patrick Drahi n'est pas le seul méchant"

dans le genre LBO massive on peut tout simplement rappeler le rachat par DELL, entreprise non cotée, de EMC entreprise cotée en 2016. pour se faire DELL a emprunté la modique somme de 67 Milliards de dollars sur les marches obligataires entre autres. "l'exploit " est d'autant plus improbable que DELL étant non cotée il lui était en théorie plus difficile de se financer sur les marches a un taux acceptable.

la petite nuance est que DELL et EMC sont toutes les 2 des entreprises très rentables et que les synergies sont indiscutables, le rachat et la fusion font sens. mais ce rachat reste quand meme un OVNI par son ampleur et le fait que la boite acheteuse soit non cotée..... ce qui ne change pas la finalité il s'agit toujours de croître et de faire plaisir aux actionnaires, certes beaucoup moins nombreux : ca n'est parce qu'on est pas cote que les objectifs de rentabilités changent... meme si il y a en théorie moins/peu de hedge fund et de fonds de pensions dans l’actionnariat non coté pour fixer des objectifs "déraisonnables"

sinon intéressant que libe puisse publier ce qu'il veut ... comme quoi on peut être milliardaire avoir des méthodes de voyou cote management et ne pas faire d’ingérence dans les medias détenus. c'est sur ce point que dassault/bolore different de Drahi... ca ne rend pas le personnage sympathique pour autant.

Quand a la methode du LBO en elle meme, elle n'est pas choquante a condition qu'il n'y ait pas une fuite en avant ou la dette est systématiquement remboursée par de nouveaux achats ... et donc de nouvelles dettes sans que l’activité courante permette de rembourser la dette globale sur le long terme.
Utiliser les benefices pour rembourser une dette plutot que de partir en dividendes fait sens en soit ...a condition de ne pas avoir les yeux plus gros que le ventre.

Et comme cela est si bien rappelle par les invites ca n'est pas different de l'investissement immobilier.... une personne dans mon entourage est millionnaire virtuel grace a de simples investissements immobiliers (acheter 4 appartements a credit avec 8 colocataires ) mais en réalité son patrimoine net après dette est a peine positif pour l'instant.
Par Bellatrix

Re: "Patrick Drahi n'est pas le seul méchant"

Justement, cela peut se rapporter aux investissements immobiliers, mais non à l'achat de sa résidence. Et il me semble (mais je peux me tromper) que l'intervenant ne faisait pas bien la différence lorsqu'il nous expliquait que tout ceci était, somme toute, assez banal.
Par tosh

Re: "Patrick Drahi n'est pas le seul méchant"

Je n'ai pas eu l'impression qu'il faisait l'amalgame, comme vous le signalez il serait bien difficile de financer une résidence principale avec un lbo puisqu'il faut y résider.
Le lbo est indirectement encouragé par l'etat et sa volonte de pousser l'investissement locatif a coup de loi Pinel, Duflot, Scellier, Borloo, Robien...etc qui de fait entretient cette banalité.
Par thierry toth

Re: "Patrick Drahi n'est pas le seul méchant"

"c'est de la finance, pas de la morale"
Ok... Faudra dire ça aux employé.es qui vont se faire un burn out ou pire.

Il faudrait appeler cette émission TINA.
Par MathieuC

Re: "Patrick Drahi n'est pas le seul méchant"

Il faudrait que Daniel Schneidermann apprenne à ne pas couper la parole aux intervenants et à les laisser terminer leur phrase. Il y a déjà une assez bonne rotation de la parole pour que tout ait le temps de finir ses phrases.
Désolé, seuls les utilisateurs connectés peuvent envoyer des messages dans ce forum.

Cliquer ici pour se connecter

Remonter en haut de page