wonderwoman et l'image des femmes : "ce n'est que du symbole, mais..."

Dans sa première chronique, André Gunthert salue la super héroïne

chronique Par la rédaction discuté depuis 13:25 le 16/06/2017

Certes, Wonderwoman n'est pas un film féministe, ni même un film porteur de message sur le féminisme. Mais c'est un film qui change l'image des femmes. Ce n'est que du symbole, mais le symbole peut changer nos vies. Au nom des petites filles, André Gunthert, pour sa première chronique sur @si, remercie la super-héroïne holywoodienne.... > Lire l'intégralité du texte
Participations votées d'utilité publique sur ce sujet

Par Mamourou

Re: wonderwoman et l'image des femmes : "ce n'est que du symbole, mais..."

Il est un peu à côté de la plaque ce chroniqueur, notamment quand il dit que c'est un film de filles (01:22)...
Par ailleurs, je me demande bien de quel public il pense être le porte-parole en disant que le film suscite tant d"enthousiasme.

Pour terminer, ne pense t'il pas que les prises de position de l'actrice principale en faveur de l'armée israélienne et son gouvernement nuisent à cette image d’icône féministe qu'il veut lui donner ?
D'autant plus qu'ayant été Miss 2004, en matière d'engagement féministe de sa part et des producteurs d'Hollywood qui l'ont choisi, il y aurait beaucoup à redire......
> Lire ici > Lire en contexte

Par André Gunthert

Re: wonderwoman et l'image des femmes : "ce n'est que du symbole, mais..."

Il est un peu à côté de la plaque ce commentateur, qui confond biographie de l'actrice et symbolique du personnage… ;)...
> Lire ici > Lire en contexte

Par NonooStar

Re: wonderwoman et l'image des femmes : "ce n'est que du symbole, mais..."

Okay, c'est une première chronique et il est impossible de parler de tout en sept minutes trente...

Mais il n'empêche que je reste quand même sacrément sur ma faim et un peu dubitatif.

Tout d'abord concernant les représentations de Wonder Woman elle-même, je trouve un peu dommage de s'attarder sur la version de Linda Carter et de passer complètement sous silence les différentes versions en comics, dont les évolutions récentes ont probablement eu plus d'impact sur la version de Gal Gadot que Linda Carter qui n'est finalement une référence ni pour les fans de comics ni pour les plus jeunes générations. Même l'analyse de la photo de Gal Gadot (qui, comme le fait remarquer un autre commentaire, est une photo de promo pour Batman v Superman et date de 2014, soit un an avant l'arrivée de Patty Jenkins sur le projet de film Wonder Woman) me laisse un peu sceptique dans la mesure où elle s'inscrit dans la lignée du style Zack Snyder dont l'inénarrable Sucker Punch a montré que le réalisateur arrive très bien à conjuguer figures féminines guerrières et taciturnes... et male gaze décomplexé.

Quant au rôle du public dans l'évolution des représentations, j'ai un peu de mal avec le fait d'invoquer Debord pour parler d'un public passif (Debord considère au contraire le spectacle comme le stade ultime du fétichisme de la marchandise, ce qui suppose forcément une implication forte du public). Ensuite, je ne suis pas sûr que l'implication du public "en général" dans l'évolution des représentations soit vraiment une nouveauté. À la rigueur, on pourrait noter que les modalités ont changé (Internet permet un retour beaucoup plus immédiat du public) et que ce qui est nouveau avec Wonder Woman, c'est le fait que le public féminin (éternel serpent de mer de l'industrie des comics) se fasse enfin entendre. Toute la question à partir de là, est de savoir si l'évolution dont Wonder Woman serait le révélateur sera pérenne. Au vu de l'inertie d'Hollywood d'une part et l'incompétence dont font preuve les concepteurs du DC Cinematic Universe en ce moment d'autre part, j'ai tendance à en douter......
> Lire ici > Lire en contexte
Tous les commentaires (140)
Par Thibault du Crest

Re: wonderwoman et l'image des femmes : "ce n'est que du symbole, mais..."

Bravo pour cette chronique, c'est très intéressant ! Je ne me suis jamais intéressé aux super héros (même gamin) et pourtant vous avez raison c'est un regard utile sur la société et ses évolutions.
Par Faucon-Vert

Re: wonderwoman et l'image des femmes : "ce n'est que du symbole, mais..."

Bonjour et bienvenue au nouveau chroniqueur !!!
Pour revenir au film que je n'ai pas vu, plusieurs jeunes femmes de mon entourage en sont revenues enchantées, à la fois sur le rythme du film (qui reste un film de divertissement hollywoodien) mais aussi sur le contenu et son héroïne.
Ce qui fait que ces avis + la chronique de André Gunthert me donne envie d'aller y voir par moi-même :-)
Par sandy

Re: wonderwoman et l'image des femmes : "ce n'est que du symbole, mais..."

J'aurais pu adhérer à cette critique si le film n'avait pas mis en scène une héroïne niaise au possible.
Par Ervé

Re: wonderwoman et l'image des femmes : "ce n'est que du symbole, mais..."

L'image des femmes aura vraiment changé quand les petits garçons diront, dans les cours de récréation : "Moi, ma maman elle est plus forte que ta maman !"
Par Celine

Re: wonderwoman et l'image des femmes : "ce n'est que du symbole, mais..."

Et l'image des hommes changera quand les petites filles diront : "moi, mon papa, il fait mieux à manger que le tien!" ;-))
Bravo et merci pour cette première chronique!
Par Robert.

Re: wonderwoman et l'image des femmes : "ce n'est que du symbole, mais..."

Il est fort cet Ervé. Son second degré est difficilement repérable.
Par Ervé

Re: wonderwoman et l'image des femmes : "ce n'est que du symbole, mais..."

Non, je ne pense pas.
La réponse de Celine est dans le même registre.
Par Robert.

mal placé

Je pensais répondre @Oblivion (ci -dessous) tout en renforçant son commentaire



Modifié 2 fois. Dernière modification le 21:04 le 16/06/2017 par Robert..
Par Oblivion

Re: wonderwoman et l'image des femmes : "ce n'est que du symbole, mais..."

Ça ira mieux quand nous n'envisagerons plus les relations en termes de rapports de force et de guerre.
Par GPMarcel

Re: wonderwoman et l'image des femmes : "ce n'est que du symbole, mais..."

Je suis fatigué(e) de voir papa et maman pleurer tout le temps alors, tout en finissant la cuisine et le tronçonnage de bois, je les console. c'est très dur d'être parents.
Par Julot Iglésias

Re: wonderwoman et l'image des femmes : "ce n'est que du symbole, mais..."

Citation:
Ça ira mieux quand nous n'envisagerons plus les relations en termes de rapports de force et de guerre.

Puissent les féministes vous entendre.
Par syrreau

Re: wonderwoman et l'image des femmes : "ce n'est que du symbole, mais..."

Sinon le film est tarte, mais j'ai bien aimé la musique.

Et bienvenue au nouveau chroniqueur itou.
Par philippe 93

Re: wonderwoman et l'image des femmes : "ce n'est que du symbole, mais..."

Merci pour cette nouvelle chronique, on attend la prochaine avec impatience.
Par la_berlue

Re: wonderwoman et l'image des femmes : "ce n'est que du symbole, mais..."

Merci pour cette nouvelle chronique :-)

Dire que le nouveau style de wonderwoman est plus modérément sexualisé est tout de même à modérer il me semble. Ce que je vois est une femme en cuissarde à talons hauts, mini jupe déchirée et bustier sans bretelles (décolleté dans le dos il me semble, il faut bien échancrer quelque part et il n'est nul besoin de protéger ses arrières quand on se bat) portant un diadème. Si je ne me trompe pas ce sont les codes de la femme dominatrice (bon ok, pas le diadème.. ;-))...donc hautement sexualisé. Il y a une variation de "docile" à "dominatrice" mais nous restons tout de même sur une représentation ultra érotisée. Je suis par contre d'accord pour dire qu'elle a l'air plus solide. Mais je ne traverserais pas un sous bois de ronces avec son "armure" alors pour ce qui est de sauver le monde...
Par André Gunthert

Re: wonderwoman et l'image des femmes : "ce n'est que du symbole, mais..."

Ha ha! Bon, ce n'est pas comme si le choix du costume était ouvert: on est dans le cadre d'une adaptation. Le personnage de WW a subi pas mal d'évolutions, mais toutes jusqu'ici tendaient plutôt à accentuer le déshabillage du personnage ( [imagesociale.fr] )… Donc en contexte, c'est un coup de barre à droite! Mais il n'y a évidemment pas que ce seul aspect. Le physique et l'expression de Gal Gadot sont par exemple beaucoup plus énergiques que ceux de Lynda Carter, auquel ses bonnes joues donnaient un air poupin… L'inversion du rôle de faire-valoir, réservé au personnage masculin, amoureux de l'héroïne, est une autre déclinaison d'un rééquilibrage global – certes moins intéressant que celui de Jessica Jones, mais tout de même loin d'être négligeable…



Modifié 1 fois. Dernière modification le 13:14 le 17/06/2017 par André Gunthert.
Par Hallucined

Re: wonderwoman et l'image des femmes : "ce n'est que du symbole, mais..."

Détail linguistique (tac) plus ou moins précis en hébreu :

Gal = Jeune femme

Gadot ou Gadott = Petit pont joignant deux rives ou Rive

Et interdiction du film dans certains pays arabes.

Gal Gadot se serait appelée Eve Dupont, cela passait à l'as.

PS A cause de la chronique, j'ai dû me taper un "Blockbustier" en cuir sombre !
Par Faab

Re: wonderwoman et l'image des femmes : "ce n'est que du symbole, mais..."

D'après ce que j'ai vu, ils insistent surtout sur son service actif dans l'armée israélienne pendant l'attaque du Liban en 2006 et un message de soutien pendant celle de Gaza en 2014. Mais bon, à moins qu'elle ait publiquement désavoué ces politiques, il y avait des chances qu'une ex-miss Israël soit l'occasion pour les militants du boycott de se manifester.
D'ailleurs, dans l'autre sens, pas sûr qu'elle ait pu être miss Israël en 2004 et que sa vie ait été tranquille là-bas si elle avait désavoué ces politiques.
Par Hallucined

Re: wonderwoman et l'image des femmes : "ce n'est que du symbole, mais..."

Effectivement, Gal Gadot n'aurait pas été épargnée par le boycott.

Pour 2006, toutes les femmes israéliennes font leur service ...

Pour 2014, le message de soutient est un message de "corps d'armée" (frères d'arme)

Perso, je ne cautionnerai jamais de tels actes d'agression vis à vis des dommages causés aux civils Palestiniens.


Les Egyptiens sont coresponsables en fermant leur frontière et en emprisonnant ces non belligérants dans un enfer !
Par Yaneck Chareyre

Re: wonderwoman et l'image des femmes : "ce n'est que du symbole, mais..."

D'abord, bienvenu au nouveau chroniqueur.
La chronique est vraiment intéressante, bien menée, comme quoi, fallait pas stresser. ^^

Je vais venir pinailler sur un détail, mais je n'ai rien à redire à l'ensemble de cette présentation.

L'image de Wonder Woman campée sur ses deux pieds, attendant l'assaut, n'est pas une image de Patty Jenkins mais de Zack Snyder, pour le film Batman Vs Superman. Cette image là est un regard masculin, comme quoi, il n'est pas interdit aux hommes de regarder les femmes de la bonne façon.
Mais cela reste totalement vrai dans le film de Patty Jenkins, la réalisatrice aime son personnage.

Chipotage, je le disais ^^
Par André Gunthert

Re: wonderwoman et l'image des femmes : "ce n'est que du symbole, mais..."

Merci pour la précision! Si l'on se reporte à l'iconographie de l'héroïne, il n'y a pas de doutes sur la rupture apportée par cette nouvelle version du personnage. Mais ce propos n'est pas facile à démontrer avec aussi peu d'images. — On m'a dit de faire court plutôt que de faire un cours… ;)
Par sleepless

Re: wonderwoman et l'image des femmes : "ce n'est que du symbole, mais..."

On m'a dit de faire court plutôt que de faire un cours… ;)

Hi, hi, hi...
Par Djac Baweur

Re: wonderwoman et l'image des femmes : "ce n'est que du symbole, mais..."

Un certain habitus... :)
Par Julot Iglésias

Re: wonderwoman et l'image des femmes : "ce n'est que du symbole, mais..."

Citation:
On m'a dit de faire court plutôt que de faire un cours.
Tout porte à croire que ce "on" s'appelle Daniel Schneidermann.
Je me demande s'il n'a pas oublié de vous dire : "Evitez de vous aventurer sur les forums d'arret sur images, vous risquez de sauter sur une mine".
Enfin, c'est vous qui voyez.
Par Pierre38330

Re: wonderwoman et l'image des femmes : "ce n'est que du symbole, mais..."

Merci.
Je ne sais pas si j'irai voir le film, je crois que la dernière fois que j'ai mis les pieds dans une salle c'était pour Pulp Fiction, mais votre décorticage et si pertinent que je m'en passerai (d'aller voir le film).

Si au lieu de male gaze on disait regard macho ?
Emouvant début de chronique, qui m'a rappelé les candidats aux oraux des concours...
Par André Gunthert

Re: wonderwoman et l'image des femmes : "ce n'est que du symbole, mais..."

Ça marche aussi! Mais le "male gaze" est un concept important de la théorie féministe, très intéressant parce qu'il porte sur la manière de voir plutôt que sur l'objet lui-même (voir par ex.: [cafaitgenre.org])
Par Florence Arié

Re: wonderwoman et l'image des femmes : "ce n'est que du symbole, mais..."

Par sgd

Re: wonderwoman et l'image des femmes : "ce n'est que du symbole, mais..."

moi, tant que j'ai pas la réaction d'evemarie je peux pas me prononcer sur les regards masculins ou machos :-)
Par Tigi

Re: wonderwoman et l'image des femmes : "ce n'est que du symbole, mais..."

Pour evemarie, ce film va avoir un défaut majeur : Wonder Woman n'y émascule aucun mâle.
Par Pierre38330

Re: wonderwoman et l'image des femmes : "ce n'est que du symbole, mais..."

Chaque jour je pleure le départ de maître Korkos.
Vous venez de me faire déverser un torrent de larmes.
Par folavril-170143 folavril

Re: wonderwoman et l'image des femmes : "ce n'est que du symbole, mais..."

Tiens, j'ai des images qui vont vous intéresser (au passage ravie de voir qu'ASI et vous êtes réconciliés :-p).

C'est une campagne pour dénoncer le regard disons... lascif des hommes, organisée à l'heure actuelle dans le métro de Mexico. Inutile de préciser que beaucoup d'hommes ne sont pas contents du tout (dans la recherche google vous verrez aussi le siège-à-bite dont les médias français ont déjà parlé). Il y aurait beaucoup à dire sur cette campagne, déjà l'argument "c'est comme ça qu'on regarde ta mère" qui ressemble à un gag.

[www.google.com.mx]
Par Charlotte36

Re: wonderwoman et l'image des femmes : "ce n'est que du symbole, mais..."

A mon avis, "male gaze" ne se traduit pas pas "regard macho" mais simplement par "regard masculin"... Car il n'est pas nécessaire qu'il y ait une volonté machiste, ni même un spectateur machiste pour qu'il y ait un effet de "male gaze".

Je ne suis pas une grande spécialiste de la théorie féministe, mais de ce que j'en sais, il me semble que le "male gaze" se trouve au moins autant du côté de l'émetteur, que du récepteur. Les produits culturels sont "pensés" par des gens qui les formatent pour un "regard masculin" stéréotypé. Ils cherchent à anticiper ce qu'ils pensent que le public veut voir, et par "public", ils entendent principalement "hommes hétérosexuels" (avec des envies stéréotypées).

En tant que femme je me rends compte seulement depuis quelque temps de ce qu'est le "male gaze": c'est ce sentiment que les produits culturels que même moi, spectatrice, je regarde et apprécie, ne sont pas conçus pour flatter mon regard à MOI. C'est à dire que les personnages féminins vont quasiment tous êtres des bombasses, répondre aux codes du "sexy" traditionnel, et être érotisés à l'image, et je ne vais même plus y faire attention. Et je ne vais même pas attendre qu'on me rende la pareille en érotisant de même les personnages masculins que moi, j'aimerais peut-être voir érotisés en tant que spectatrice hétéro. Non, très souvent, les personnages féminins représentent aux fantasmes des hommes hétéros, et les personnages masculins... aussi (c'est à dire qu'ils représentent leurs fantasmes de puissance, ce qu'ils aimeraient être... ils peuvent être beaux mais ne sont pas conçus avec l'intention de plaire aux femmes hétéros qui regardent).
Par Pierre38330

Re: wonderwoman et l'image des femmes : "ce n'est que du symbole, mais..."

J'écris sous le contrôle des vrais anglicistes, ce que je ne suis pas, mais "gaze", ce n'est pas "look".
Et regard masculin, c'est un peu trop neutre pour traduire "male gaze". Ou alors, il faudrait dire le regard du mâle*.


(*)Coucou Evemarie !
Par Pierre38330

Re: wonderwoman et l'image des femmes : "ce n'est que du symbole, mais..."

Correction : il faut lire "to gaze", ce n'est pas "to look".
Par Mamourou

Re: wonderwoman et l'image des femmes : "ce n'est que du symbole, mais..."

Il est un peu à côté de la plaque ce chroniqueur, notamment quand il dit que c'est un film de filles (01:22)...
Par ailleurs, je me demande bien de quel public il pense être le porte-parole en disant que le film suscite tant d"enthousiasme.

Pour terminer, ne pense t'il pas que les prises de position de l'actrice principale en faveur de l'armée israélienne et son gouvernement nuisent à cette image d’icône féministe qu'il veut lui donner ?
D'autant plus qu'ayant été Miss 2004, en matière d'engagement féministe de sa part et des producteurs d'Hollywood qui l'ont choisi, il y aurait beaucoup à redire...



Modifié 1 fois. Dernière modification le 15:04 le 16/06/2017 par Mamourou.
Par André Gunthert

Re: wonderwoman et l'image des femmes : "ce n'est que du symbole, mais..."

Il est un peu à côté de la plaque ce commentateur, qui confond biographie de l'actrice et symbolique du personnage… ;)
Par Mamourou

Re: wonderwoman et l'image des femmes : "ce n'est que du symbole, mais..."

Oui, symbolique de la Miss 2004 choisi par les producteurs d'Holywood ;)
Par Charlotte36

Re: wonderwoman et l'image des femmes : "ce n'est que du symbole, mais..."

Je n'ai pas vu le film, mais déjà, un blockbuster fait PAR une femme, SUR une femme qui est l'unique personnage principal... C'est suffisamment exceptionnel dans le paysage cinématographique pour qu'on puisse dire que c'est un film de femmes.

Quand à l'enthousiasme, il suffit de traîner un peu sur les réseaux sociaux. Le film bénéficie d'un excellent bouche à oreille, au point que j'envisage d'aller le voir alors que je hais les films de super-héros.
Par sandy

Re: wonderwoman et l'image des femmes : "ce n'est que du symbole, mais..."

Ce n'est pas l'unique personnage principal. L'autre personnage principal est celui interprété par Chris Pine.
Par Oblivion

Re: wonderwoman et l'image des femmes : "ce n'est que du symbole, mais..."

« Chris Pine ».

Ah ! comme quoi, les super-héros masculins sont eux aussi sexualisés.
Par Pierre38330

Re: wonderwoman et l'image des femmes : "ce n'est que du symbole, mais..."

"Chris", c'est pas aussi un diminutif féminin ?

Je sors
Par folavril-170143 folavril

Re: wonderwoman et l'image des femmes : "ce n'est que du symbole, mais..."

Par lama sabactani

Re: wonderwoman et l'image des femmes : "ce n'est que du symbole, mais..."

Laisser la parole à un non-spécialiste de la culture populaire est une idée respectable mais les erreurs factuelles sont tellement grossières que les mots conceptuels qu'utilisent André Gunthert sonnent très creux.

Quoi qu'il en soit faire des commentaires sociologiques de mauvais films a un intérêt très limité. C'est juste déprimant.

Cet André Gunthert a un habitus politique correct et banal mais a un habitus d'analyse filmique de mauvais gout =)



Modifié 1 fois. Dernière modification le 17:59 le 23/06/2017 par lama sabactani.
Par Tom Bouctou

Re: wonderwoman et l'image des femmes : "ce n'est que du symbole, mais..."

Un film "de fille" est ici une remarque ironique (d'ailleurs dite avec un leger sourire) parce que pour trop de personnes, un film avec une héroïne est un film "de fille" (avec tout le dédain qui va avec).
Par Tom-

Critique Scrogneugeu

D'abord, bienvenue à bord et merci d'avoir choisi le DC Universe pour cette première chronique. Les universitaires qui se penchent avec bienveillance sur le phénomène ne sont pas si nombreux.

Juste une critique sur le jeu de la caméra. Est-ce qu'il serait possible de désynchroniser les écrans d'illustration lors du changement de caméra ? Le champs contre-champs pour montrer... la même chose sous deux angles différents, c'est perturbant. Ca rythme, mais ça n'a pas de sens.
Par DétecteurdeVérité

Re:

Une bien intéressante chronique - bien faite - d'autant que jamais je n'aurai ou je n'irai voir le film, et pourtant il semble d'après l'analyse que c'est un moment charnière de la représentation féminine

et à l'heure où NKM a été mise KO et où on s'interroge pour savoir s'il fallait ou ne fallait pas, alors que si ce fut un politicien homme, la question n'aurait pas effleuré l'esprit, il est bon de connaître cette représentation symbolique
Par pedron

Re: wonderwoman et l'image des femmes : "ce n'est que du symbole, mais..."

Merci pour cette nouvelle chronique qui s'annonce à la hauteur de l'excellent blog Culture Visuelle. Bravo et encore bravo !
Par NonooStar

Re: wonderwoman et l'image des femmes : "ce n'est que du symbole, mais..."

Okay, c'est une première chronique et il est impossible de parler de tout en sept minutes trente...

Mais il n'empêche que je reste quand même sacrément sur ma faim et un peu dubitatif.

Tout d'abord concernant les représentations de Wonder Woman elle-même, je trouve un peu dommage de s'attarder sur la version de Linda Carter et de passer complètement sous silence les différentes versions en comics, dont les évolutions récentes ont probablement eu plus d'impact sur la version de Gal Gadot que Linda Carter qui n'est finalement une référence ni pour les fans de comics ni pour les plus jeunes générations. Même l'analyse de la photo de Gal Gadot (qui, comme le fait remarquer un autre commentaire, est une photo de promo pour Batman v Superman et date de 2014, soit un an avant l'arrivée de Patty Jenkins sur le projet de film Wonder Woman) me laisse un peu sceptique dans la mesure où elle s'inscrit dans la lignée du style Zack Snyder dont l'inénarrable Sucker Punch a montré que le réalisateur arrive très bien à conjuguer figures féminines guerrières et taciturnes... et male gaze décomplexé.

Quant au rôle du public dans l'évolution des représentations, j'ai un peu de mal avec le fait d'invoquer Debord pour parler d'un public passif (Debord considère au contraire le spectacle comme le stade ultime du fétichisme de la marchandise, ce qui suppose forcément une implication forte du public). Ensuite, je ne suis pas sûr que l'implication du public "en général" dans l'évolution des représentations soit vraiment une nouveauté. À la rigueur, on pourrait noter que les modalités ont changé (Internet permet un retour beaucoup plus immédiat du public) et que ce qui est nouveau avec Wonder Woman, c'est le fait que le public féminin (éternel serpent de mer de l'industrie des comics) se fasse enfin entendre. Toute la question à partir de là, est de savoir si l'évolution dont Wonder Woman serait le révélateur sera pérenne. Au vu de l'inertie d'Hollywood d'une part et l'incompétence dont font preuve les concepteurs du DC Cinematic Universe en ce moment d'autre part, j'ai tendance à en douter...
Par Julien Charles

Re: wonderwoman et l'image des femmes : "ce n'est que du symbole, mais..."

J'ai été perdu quand il a justifié la couleur sombre du costume comme élément de 'Girl Power'/féminisme. Quand on compare à la filmographie de Star Trek, comment dire, on a l'impression qu'un élément nous manque.
Par David Malka

Re: wonderwoman et l'image des femmes : "ce n'est que du symbole, mais..."

J'avais peu ou prou les mêmes remarques à apporter.
Merci.
Par Doucic

Re: wonderwoman et l'image des femmes : "ce n'est que du symbole, mais..."

Bravo pour cette première chronique !
J'aurais à mon tour quelques petites remarques à ajouter à la longue liste ci-dessus ;)

- sur la nouveauté de donner à une femme la tête d'affiche d'un film de super héros sans en faire un cliché de lafâme ambulant, ces dernières années ont quand même vu le succès de plusieurs héroïnes.
On peut penser à Divergente, Hungergames, plus à destination des ados c'est vrai, donc pas au top de la hiérarchie de la production culturelle comme vous dites, mais quand même. On peut aussi penser à Mad Max où on a vu Charlize Theron voler la vedette à notre héros post apocalyptique rétrogradé au rôle de fade faire valoir. On peut encore penser à Star wars 7. Bref, des productions ciné que j'aurais plutôt cité avant de parler de Buffy ou même de GoT où le rôle de Daenerys n'est qu'un parmi d'autres, aussi bien féminins que masculins.

- sur la comparaison strictement visuelle entre Carter et Gadot, c'est un petit peu léger je trouve.
Prenez (les) Reeves et Cavill, vous pouvez constater que le regard sur le masculin a sacrément évolué aussi! Il y a d'ailleurs une convergence de l'idéalisation masculine et féminine vers la puissance et la célébration du corps athlétique. Et si le décolleté n'est plus aussi plongeant, l'armure monochrome souligne avec force la poitrine de l'actrice. Bref, côté physique, on est plus dans l'évolution des représentations du corps en général que dans une forme de désexualisation du corps des femmes à mon avis.

Mais si wonderwoman donne du courage à des petites filles pour s'imposer dans les cours de récré, c'est déjà ça de pris!
Bonne continuation pour les suivantes.

(le message n'est pas une réponse, mais j'ai encore dû foirer mes clics sur le forum d'@si...)



Modifié 1 fois. Dernière modification le 23:43 le 18/06/2017 par Doucic.
Par pollypocket&spiderman

Re: wonderwoman et l'image des femmes : "ce n'est que du symbole, mais..."

Oui, en regardant la chronique, j'ai de suite pensé à Rey dans SW7 pour le rôle principal d'une héroïne dans les blockbusters mettant en scène la lutte entre le bien et le mal, beaucoup plus qu'à Leia, citée dans ce forum, qui reste un personnage plus secondaire. Et la (longue) scène où elle est l'esclave enchainée et dénudée de Jabba attendant qu'un héros la délivre, pose tout de même assez crument le question du "male gaze".
Par contre, il me semble que Divergente et Hungergames abordent un autre genre de sujet - société déshumanisée, fragmentée en classes irréconciliables et fixées dès la naissance. Mais Tris et surtout Catniss sont effectivement des héroïnes très valorisées par ma fille de 12 ans (encore elle, tout petit échantillon donc, juste pour le point "réception" par des filles).
Par Faab

Re:

Chronique optimiste je trouve.
Le "girl power", d'Artémis gardienne de la chasteté à Jeanne d'Arc ne touche pas vraiment au statut social des femmes, au "woman power" pour adultes.
Qui sont les Borgen, femme au pouvoir dans les films de super-héros ?

Dans la fiction sur le mode mythologique, on retrouve souvent les imaginaires de la vierge (combattante ou sainte), la marâtre sorcière, l'enchanteresse courtisane, la noble reine/épouse, pas facile de trouver des héroïnes ayant une histoire personnelle ne les limitant pas à un cliché.
Quand ça doit devenir plus adulte/réaliste, c'est un peu comme Wolverine, avec de l'ambivalence permettant de donner une richesse individuelle au personnage, l'humanisant, un film comme Logan avec le héros vieillissant.

Tiens, idée de scénario : Wonder Woman a perdu ses pouvoirs, elle fait ses 40 ans, a de la cellulite, a largué un Superman lui reprochant son vieillissement et vit en famille, mariée avec la Catwoman (Michelle Pfeiffer) de Tim Burton. Elles ont un enfant conçu par PMA et la princesse se retrouve confrontée à la succession du trône des Amazones : soit retrouver ses pouvoirs pour un rôle politique avec les risques pour sa famille, soit garder une vie humaine, très humaine.

Ca pourrait mieux montrer les vrais soucis d'Hollywood quand il s'agit de donner des rôles qui n'aient pas pour condition un physique de mannequin.



Modifié 1 fois. Dernière modification le 19:11 le 16/06/2017 par Faab.
Par André Gunthert

Re:

Il est précisé à diverses reprises et sur divers tons qu'on ne peut pas considérer Wonder Woman comme un manifeste féministe. S'agit-il pour autant d'un film sans effets sur le féminin? L'affirmer serait ne pas tenir compte de la multitude des effets de réception, à commencer par l'exceptionnel succès public du film, qui est évidemment ausculté à la loupe par les experts d'Hollywood. L'effet que je souligne in fine, et qui me paraît le plus intéressant est, je me répète, un effet de hiérarchie symbolique (mais l'univers culturel est un univers symbolique fortement hiérarchisé): ce qui est considéré comme important dans ce film, c'est qu'Hollywood ait accordé la première place du film à grand spectacle à une super-héroïne – ce qui n'avait pas encore été le cas jusque là. Autrement dit, ce film montre une modification de la présence des femmes à l’intérieur du monde du cinéma. C'est suffisamment intéressant pour être noté.
Par Faab

Re:

Peut-être une question de perception selon les arrière-plans culturels mais je n'y vois pas quelque chose de très nouveau par rapport aux dernières décennies.
Le lieutenant Ripley d'Alien était déjà l'héroïne combattante, la Catwoman de Burton a failli avoir son film et ça aurait était autre chose que le raté de Pitof, Scarlett Johanson marche bien en Black Widow chez les Avengers, dans Lucy de Besson ou dernièrement Ghost in the Shell, et puis il y a eu Kill Bill, les Resident Evil avec Milla Jovovich ou Lara Croft avec Angelina Jolie les deux tirés de jeux vidéos, en séries TV on a eu Buffy explicitement "girl power", Xéna, Super Girl, et même Super Jaimie dans les années 80 et sans doute d'autres que j'oublie.

Disons que la génération "geek" connaît bien ces personnages d'héroïne fantasy/science fiction, ça ne change pas tellement des représentations un rien juvénile (mais y'a pas d'âge pour être jeune...). Ce "marché" est là depuis un moment pour l'industrie culturelle et dans ma perception, c'est juste qu'ils sont enfin parvenus à "re-designer" la rare héroïne de comics universellement connue comme ils l'ont fait pour les Batman ou Superman.

Là, je crains les auto-célébrations un peu facile dans une période où les problèmes émergeant seraient plutôt des mouvements réactionnaires, "virilistes", un rejet du féminisme comme dans le gamergate. Pour des générations ayant grandi dans l'affirmation officielle de l'égalité, il semble que se développe l'idée que c'est bon, il n'y a plus de souci, la preuve Lara Croft et Wonder Woman sont là.

P.S. : et l'univers de comics a aussi un souci avec l'aspect racial/minorités dès lors que les héros stars viennent d'imaginaires "olympiens", très typés européens. Ils essaient d'évoluer et le Aquaman avec Jason Momoa et son physique océanien marchera certainement mieux que si ils avaient gardé le style blondinet d'origine. Bon, derrière, il y a peu de chance qu'on voit des éléments culturels océaniens, ça reste du film "occidental".
Au passage, un personnage créé dans les années 80 montrant que ça essayait de bouger sur les stéréotypes : Amanda Waller, femme noire et forte, qui est jouée par l'excellente Viola Davis dans Suicide Squad (pas vu, paraît que c'est pas terrible).
Par Damien

Youtubeuse

Une vidéo de Vesper sur Youtube sur les liens entre Wonder Woman et la mythologie : [www.youtube.com]
Par Agrada13

Re: wonderwoman et l'image des femmes : "ce n'est que du symbole, mais..."

Et pourquoi de plus en plus souvent, les vidéos ne sont pas visibles sur Android...
J'attendrai ce soir ou demain pour la voir... Et faire un
commentaire...
Par Yanne

Re: wonderwoman et l'image des femmes : "ce n'est que du symbole, mais..."

Je souhaite également la bienvenue au nouveau chroniqueur.

Pas mal. Je me souviens que quand dans Star Wars, adolescente, j'avais vu la princesse Leia être à l'origine de l'action, et se moquer de Skywalker et de Han Solo tout le long du film, j'avais trouvé ça super. C'était vraiment nouveau dans ce genre de film. Lucas avait libéré les séries B, mais également la gent féminine. Et elle n'était pas flashy mais très féminine.

Le chemin est long, et on arrive à son terme même si on est encore loin du bout.
Par tosh

Re: wonderwoman et l'image des femmes : "ce n'est que du symbole, mais..."

j'y ai vu un remix de Xena la guerrière, pas convaincu que ca fasse beaucoup évoluer l'image de la femme au grand écran.

et bien d'accord avec la remarque sur star wars. beaucoup plus révolutionnaire que ne peut l'être ce film ... et on etait en 1977.



Modifié 1 fois. Dernière modification le 07:44 le 17/06/2017 par tosh.
Par poisson

Re: wonderwoman et l'image des femmes : "ce n'est que du symbole, mais..."

à yanne,
Je ne crois pas à cette vision qu'on part d'un point A, asservissement des femmes, pour arriver vers un point B d'équilibre des sexes. Le côté bout du chemin de votre conclusion m'inspire cela.
Mille preuve au cinéma sur le va-et-vient de considération/déconsidération de la femme, faire/valoir ou partenaire équitable de l'homme.
Paulette Godard mettait des coups de poêle à frire sans changement d'apparence.

sur la chronique,
Deux choses possibles, soit ce changement d'apparence de wonder-woman est un témoin du changement, soit il sera la cause d'un changement. Je n'arrive pas à comprendre si André Gunthert veut en venir au premier point ou au second. Mon approche personnelle, construite sur moultes couches géologiques, études de strates au hasard, fait que pour moi ni l'un ni l'autre. Culturellement je suis de plus en plus loin du cinéma actuel, et intellectuellement j'ai des difficultés à entrer dans le discours de la chronique car je bute sur ce que je viens de dire sur témoin ou cause!

Pour moi il n'est pas le témoin du changement d'attributs de la femme, seulement d'apparence, la plus triviale. Car après plusieurs personnages de jeux, de films tel avatar, que je ne saurais recenser, je ne suis qu'une humble "commentateur", il serait incongru de vouloir incarner l'avenir science-fictionnel sans intégrer les nouveaux codes visuels qui se sont construits. Certes en libérant la femme des talons hauts, des diadèmes pas faciles à maintenir, des corsets et tout ces aveux de conditions contraintes et affaiblissantes pour la femme, mais wonder woman, bon ho hé hein bon.
Elle intéresse peu les femmes, (j'ai l'impression, n'oubliez pas que je suis une humble commentateur, sans données sociologiques autres que le pifomètre) il faut croire cela reste une image de femme pour les hommes. Et si elle fait évoluer l'image de la femme qu'ont les hommes, voyons voyons, que vont-ils attendre de nous désormais? En plus du reste?
Le sens de tout ça serait que la libération des femmes dépendrait de l'image des femmes qu'ont les hommes?
Moi je crois au contraire que tout passe par l'image des femmes qu'ont les femmes. Loin de ww.

modif: En réalité la nouvelle ww 2017 a un diadème, des talons hauts, un bustier etc., et plus je la regarde, plus je me dis qu'il ne lui manque que les bras croisés pour ressembler aux photos des élus fn..



Modifié 1 fois. Dernière modification le 09:57 le 17/06/2017 par poisson.
Par André Gunthert

Re: wonderwoman et l'image des femmes : "ce n'est que du symbole, mais..."

1) Comme je le précise au début de la chronique, l'investissement des super-héros est un phénomène typiquement américain. On ne mesure pas, côté français, la force des effets d'identification du public, en particulier jeune, sur ces supports de projection. Le matériel que j'utilise est ici essentiellement la documentation de la réception US, à travers critiques ( [www.nytimes.com] ) ou tweets ( [twitter.com] ). Et donc, désolé, de ce point de vue, WW intéresse beaucoup le public féminin!

2) En matière culturelle, il faut comparer ce qui est comparable. Faites une recherche sur Google images en ajoutant "Comics" ou "vintage" à "Wonder Woman", et vous verrez qu'il n'y a guère de doutes sur le fait que le choix de costume du film correspond à une rupture par rapport à toute la tradition hypersexualisée du personnage. Là encore, d'un point de vue franchouillard, on est dans l'anecdote – mais la question du costume est tout à fait fondamentale dans l'univers des super-héros, où elle alimente depuis des décennies des discussions sans fin, à partir de telle ou telle variation minime. Il y aurait un article à écrire juste sur la question des adaptations des costumes des comics au cinéma, qui a connu une évolution fondamentale dans la période récente (idem pour Batman ou Superman), dans le sens d'un gain de "réalisme" – ce qui est évidemment un amusant paradoxe dans le monde des super-héros…

3) Jessica Jones, sur Netflix (à laquelle j'ai consacré un billet: [imagesociale.fr]), apporte une démonstration beaucoup plus convaincante d'une héroïne "féministe". Mais cette production ne joue pas dans la même cour que le blockbuster hollywoodien, et visiblement, le public est sensible à cette différence de hiérarchie culturelle, qui est lue comme l'attestation d'un progrès symbolique de la place des femmes. Ce n'est pas mon jugement personnel, mais encore une fois un effet de réception objectif pour le public américain.



Modifié 1 fois. Dernière modification le 11:06 le 17/06/2017 par André Gunthert.
Par sandy

Re: wonderwoman et l'image des femmes : "ce n'est que du symbole, mais..."

Mais dans ce cas quel est l'intérêt ? Si ce film n'a qu'un effet auprès du public féminin américain et pas auprès du public féminin des autres pays du monde ?

De plus si l'évolution du costume est certes manifeste, je me souviens de la réaction des filles qui visionnaient le film lorsqu'elle enlève son "manteau" pour se dévoiler dans son "armure". C'était quelquechose du genre : "Ca y'est, la petite jupette.".

Il y a les images, mais plus important il me semble il y a les personnages, leurs dialogues, leurs actions.

Wonder Woman est présentée tout le long du film comme une ingénue et comme un objet sexuel. Avec toute la 1ère partie du film basée sur sa découverte du monde des hommes, des hommes eux mêmes, de leur corps et on sait à l'avance qu'elle va finir par se faire prendre par le personnage incarné par Chris Pine et perdre sa virginité. Il me semble que cela occulte pas mal les quelques évolutions mineurs de son accoutrement, resté sexy mais enlevant le grotesque tout simplement de la BD et des anciens films / anciennes séries.

On a affaire à un film manichéen, niais, et sexiste, qui ne mérite clairement pas le succès ni d'être pris pour exemple comme victoire du féminisme. Une partie de son succès ne vient-il pas justement de la même recette, visant principalement le public masculin, une héroïne sexy ? Et aussi évidemment du marketing ? Avec l'apparition de l'héroïne dans Batman vs Superman et toutes les affiches superbes qui pullulent comme teaser du film ? Comment discerner là-dedans un engouement féminin ? Moi j'ai surtout l'impression que vous avez envie de voir ce qui vous arrange à partir de pas grand chose.
Par André Gunthert

Re: wonderwoman et l'image des femmes : "ce n'est que du symbole, mais..."

"Moi j'ai surtout l'impression que vous avez envie de voir ce qui vous arrange à partir de pas grand chose." Voilà qui clôt la discussion. J'espère que vous serez cohérente avec cet avis en vous évitant dorénavant de visionner une chronique aussi médiocre.
Par sandy

Re: wonderwoman et l'image des femmes : "ce n'est que du symbole, mais..."

????

Bon si quelqu'un d'autre a vu le film et peut confirmer ce que j'ai ressenti ?
Merci d'avance.
Par Tigi

Re: wonderwoman et l'image des femmes : "ce n'est que du symbole, mais..."

Vous écrivez : "Wonder Woman est présentée tout le long du film comme une ingénue et comme un objet sexuel. Avec toute la 1ère partie du film basée sur sa découverte du monde des hommes, des hommes eux mêmes, de leur corps"

Vous êtes bien certain d'avoir vu le film dont il est question ici ?

Dans la toute 1ère partie du film, elle vit chez les amazones et il n'y a pas un seul homme à l'horizon.
Le héros masculin du film (Steve Trevor) tombe du ciel à la 15ème minute.
C'est la première fois qu'elle voit un homme, et les hommes suivants ce sont les vilains allemands qui débarquent sur la plage juste après, et qu'elle s'emploie aussitôt à trucider.

Après moult scènes d'actions, le héros masculin et l'héroïne féminine attendent 1h28 pour échanger leur seul baiser de tout le film, avant de repartir en guerre dès la scène suivante.
Par pollypocket&spiderman

Re: wonderwoman et l'image des femmes : "ce n'est que du symbole, mais..."

Ben je n'ai pas vraiment ressenti la même chose que vous. Le film n'est pas basé sur la découverte du monde des hommes, mais sur celui de leur pouvoir/désir/volonté de destruction (cf le dialogue avec Arès à la fin et dès le début avec Hypolite).
Après c'est vrai que Diana semble un peu naïve mais je ne l'ai pas trouvée niaise, en tout cas pas plus que le héros masculin: sa naïveté est cohérente avec l'histoire, elle ne connaît pas le monde humain étant resté depuis sa naissance dans une île paradisiaque séparée du reste du monde et peuplé de femmes combattantes.
Et finalement, c'est elle qui est mise en valeur par le premier rôle masculin, et non l'inverse.
Bref, cela reste un film de super héros, répondant aux canons du genre (bons vs. méchants, action, cascades etc...). Mais cela ne m'a pas semblé sexiste, pas plus que féministe. Par contre, il me semble que ce WW dans le cadre de ce type de films (super héros, DC comics...), effectivement, on assiste à une (petite) rupture symbolique, même si elle n'est pas radicale.
Après, l'analyse de la réception est très complexe, et il y a sans doute d'autres interprétations du film.



Modifié 1 fois. Dernière modification le 14:32 le 18/06/2017 par pollypocket&spiderman.
Par Tigi

Re: wonderwoman et l'image des femmes : "ce n'est que du symbole, mais..."

Citation:
Mais cela ne m'a pas semblé sexiste

Tout à fait.
J'ai bien aimé ce passage à 1h38 :

Steve (essayant d'imposer son point de vue face à Diana qui veut buter Ludendorf) : "je ne te laisserai pas faire."
Diana : "Ce que je fais ne dépend pas de toi !" (et elle l'envoie valser hors du champ de la caméra)

Pour voir dans ce film un film sexiste, faut vraiment en avoir envie.
Par Faab

Re: wonderwoman et l'image des femmes : "ce n'est que du symbole, mais..."

Les Grecs avaient Artémis, la Diane romaine (Diana/Wonder Woman...), pas commode avec les hommes mais aussi les gynécées, les affaires publiques réservées aux mâles et dans leur mythologie, on rase Troie quand un roi est fait cocu, parce que, hein, on touche pas à la femme de monsieur.
C'est plus la place des femmes dans la société qui conditionne l'éventuel côté sexiste de la fiction. C'est une question générale dans l'héroïsme antique : un tas de héros finissent mal, leur punition par les dieux servant d'exemple aux humains qui auraient l'idée de défier leur ordre, l'ordre socio-religieux.
D'ailleurs, Joss Whedon, le créateur de Buffy, devait être conscient du risque de faire de l'Elue l'exception garantissant que les autres restent à leur place et à la fin de la série (spoiler alert !), elle perd ce rôle et son pouvoir est redistribué urbi et orbi.
Par poisson

Re: wonderwoman et l'image des femmes : "ce n'est que du symbole, mais..."

Je vais être loin en dessous, merci, M. Gunthert, pour votre réponse juste en dessous de mon message.
OK.
Je n'irai pas jusqu'à dire que chez les super héros, tout est dans le costume qui sort du lot (Et chez les anti héros tout est la banalité du costume) mais oui. Donc logique d'accorder un regard aiguisé sur le costume et ses modifications.
L'image de la femme est meilleure dans le cinéma des usa, plus positive, et peut-être que la vie des femmes y est meilleure aussi?
Au cinéma tout doit être mieux que dans la vie, disait Billie Wilder, mais si c'est dans le sens on est maquillée sous sa douche, la barbe ne pousse pas en absence de rasoir, les affaires sont florissantes, on a faim à table, on ne met pas de bigoudis au lit mais on est permanentée le matin, etc.: c'est le moins intéressant du mieux.
Ce n'est pas ce qui rend heureux de voir un film, ni ce qui change notre regard sur les choses, la condition des gens.
Le costume parle toujours socialement?
Par folavril-170143 folavril

Re: wonderwoman et l'image des femmes : "ce n'est que du symbole, mais..."

Bien d'accord avec vous sur Star Wars.
Mais en 1997, quand les 3 films sont ressortis en salle, j'ai entendu pas mal de mecs dire des trucs du genre : "j'avais oublié à quel point Leïa est une mégère/aigrie/mal baisée/agressive". Les années 80 étaient passées par là avec leur cortège de filles-tarées-hystériques-dépressives et de sujets qu'n qualifiera, pour être gentils, de bourgeois (ah comme je souffre dans mon appart de 300 m2 parce que "tu ne peux pas comprendre !" comme disaient les Inconnus). C'est clair pour moi que les personnages féminins dans le cinéma américain des années 70 étaient autrement plus intéressants et développés que dans les 2, voire 3 décennies suivantes. Il suffit de comparer Leïa et Padmé... Genre la nana est Reine/Sénatrice, c'est la guerre partout mais tout ce qui compte, c'est les tourments de son mec. Normal, quoi.

Quant au cinéma français, ça n'a pas évolué d'un iota, depuis Truffaut, que dis-je, depuis toujours, on nous bassine avec "les femmes" tellement "mystérieuses", tellement "dangereuses", et surtout, tellement chiantes. Je me souviens au début de La Vie rêvée des Anges, où on voit des nanas dans une usine, de m'être dit : "Ah tiens... Jamais vu ça dans un film français". 5 minutes après les 2 filles démissionnent, l'une d'entre elles tombe amoureuse et c'est le draaaaaame et il n'est plus du tout question de rien d'autre, jusqu'à ce qu'enfin, elle se jette par la fenêtre au grand soulagement de tout le monde. Et ça a eu la Palme d'Or.
Par André Gunthert

Re: wonderwoman et l'image des femmes : "ce n'est que du symbole, mais..."

Je prolonge cette discussion sur mon blog: [imagesociale.fr] (où les commentaires sont également bienvenus).
Par Florence Arié

Re: wonderwoman et l'image des femmes : "ce n'est que du symbole, mais..."

Pas très sympa d'y présenter Alain Korkos juste comme dessinateur...
Par alain-b

Re: wonderwoman et l'image des femmes : "ce n'est que du symbole, mais..."

Par Pierre38330

Re: wonderwoman et l'image des femmes : "ce n'est que du symbole, mais..."

Pas très sympa, non.
Par sleepless

Re: wonderwoman et l'image des femmes : "ce n'est que du symbole, mais..."

C'est moi, ou je sens comme un certain, comment dire, mépris (le mot est peut-être trop fort), concernant le travail d'Alain sur @si (et peut-être ailleurs), au vu des divers commentaires et réponses de M. Gunthert sur ce forum (et cette présentation, "le dessinateur") ?
Par poisson

Re: wonderwoman et l'image des femmes : "ce n'est que du symbole, mais..."

C'est une insulte dessinateur?
Si oui dans la bouche de A.Gunthert, il nous ferait pas un petit complexe du non dessinateur..., vexé de ne pas l'être? Qui a peur qu'on lui retourne dans la tête l'argument de "on n'y connait rien si on pratique pas" chose que personne n'oserait même penser ici.
Par sgd

Re: wonderwoman et l'image des femmes : "ce n'est que du symbole, mais..."

M. Gunthert voulait seulement dire que M. Korkos dessinait des petits Mickeys alors que depuis evemarie on sait tous que M. Korkos avait uniquement de sombres desseins (des seins ?) sur ce site....
Par sgd

Re: wonderwoman et l'image des femmes : "ce n'est que du symbole, mais..."

et dans illustrateur, il y a presque "tateur" !
Par Chee

Re: wonderwoman et l'image des femmes : "ce n'est que du symbole, mais..."

Bienvenue, Monsieur Gunthert, et au plaisir de suivre vos chroniques à venir.
Par gomine

Re: wonderwoman et l'image des femmes : "ce n'est que du symbole, mais..."

bravo pour cette première chronique tout en nuances !
et merci pour vos interventions dans le forum,

donc une bonne nouvelle pour le site
Par xtf

Re: wonderwoman et l'image des femmes : "ce n'est que du symbole, mais..."

Bienvenue M. Gunther, excellente première chronique, vivement les prochaines !
Par JiPé

Re: wonderwoman et l'image des femmes : "ce n'est que du symbole, mais..."

En dehors des super-héros, l'image du personnage féminin comme unique "love interest" du héros a pris un joli coup de pied dans le film Mission Impossible 5 qui applique exactement tout le contraire de la tradition hollywoodienne qui consiste à faire du masculin la valeur fiable en situation de crise avec le féminin comme trophée.

Etant un vieux spectateur de ce cadeau télévisuel qu'est Buffy et un gros joueur qui préfère jouer des femmes dans les jeux d'actions, c'est plaisant de voir des personnages féminins capables et moteurs dans une histoire.

Pas encore vu WW mais j'ai hâte...
Par evemarie

Re: wonderwoman et l'image des femmes : "ce n'est que du symbole, mais..."

Donc les femmes ne sont héroïque que par leur masculination, je sou rappel,que notre corps cree l'histoire, la société et ça c'est classique ? Alors qu'aucun mec ne peut le faire . Tenir une arme est facile meme les momes tuent , mais supporter un accouchement, une grossesse, l'allaitement , l'énergie d'une éducation qui dure 25 ans, ça c'est de l'héroïsme, mais les mâles ne voient la vie qu'a travers leur propre fantasme, comme votre post le prouve. Ce sont les mâles les conservateurs, nous on change le monde en le créant, pas besoin d'être un tueuse. Encore un bon truc machiste , triste.
Par GPMarcel

Re: wonderwoman et l'image des femmes : "ce n'est que du symbole, mais..."

Je suis désolé evemarie mais cette phrase: " nous on change le monde en le créant...." quand on voit la gueule de ce monde là, on devrait réfléchir à une autre phrase...car ce que "vous" avez créé n'est pas joli, joli...ou alors, ce sont les "mecs" qui vous ont piqué "votre" création et qui ont changé toutes les "meilleures intentions possibles..."
Par folavril-170143 folavril

Re: wonderwoman et l'image des femmes : "ce n'est que du symbole, mais..."

Pour ma part, je décline toute responsabilité dans la "création" de ce merdier qu'on appelle pompeusement le monde.
Par JiPé

Re: wonderwoman et l'image des femmes : "ce n'est que du symbole, mais..."

"Donc les femmes ne sont héroïque que par leur masculination"

Heuuu... ben non. J'ai jamais dit qu'une femme devait agir "comme un mâle" pour être héroïque.
Déjà une femme qui agit dans un récit, ça suffit en soit. Osef des super-pouvoirs ou de l'utilisation de la violence, si un personnage féminin résout ses problèmes avec son cerveau et pas ses poings, ça marche aussi.
(mais je préfère quand même les super-pouvoirs parce que moi, j'en ai pas... le "bigger than life", tout ça)

"mais les mâles ne voient la vie qu'a travers leur propre fantasme, comme votre post le prouve."

La raison pour laquelle j'apprécie voir des femmes qui se démerdent (seules ou en équipe) dans des situations plus ou moins difficiles (annulation de fin du monde ou simple problème sentimental), c'est simplement parce que j'estime les femmes aussi capable que les hommes... ou des extra-terrestres, tout simplement.
Voir des potiches à l'écran qu'on aligne comme des trophées met un coup sévère à ma suspension consentie de l'incrédulité. C'tout.

A noter que ça marche aussi avec les mecs, si un personnage masculin est geignard et impuissant* et ralenti la bonne marche du récit ça n'en reste pas moins aussi pénible qu'une paire de sein pleurnicheuse qu'il faut toujours aller sauver.
Et MI5, Buffy ou Samus Aran et sans-doute Wonder Woman, ne tombent pas là-dedans.



*la saison 1 de "real humans" a d'ailleurs mis en scène un beau spécimen...
Par marli

Re: wonderwoman et l'image des femmes : "ce n'est que du symbole, mais..."

Bienvenu sur ASI monsieur Gunthert. Je retrouve avec bonheur dans cette chronique toutes les qualités intellectuelles et humaines de votre blog que je lis depuis longtemps. De la part d'une féministe.
Par André Gunthert

Re: wonderwoman et l'image des femmes : "ce n'est que du symbole, mais..."

Merci pour votre réaction (ainsi que pour les autres avis positifs ci-dessus), ça fait plaisir! Je n'ai pas encore décidé de la durée de l'expérience, qui dépendra beaucoup des commentaires du forum (car on ne fait pas cet exercice pour le montant de la pige! ;)



Modifié 2 fois. Dernière modification le 12:50 le 17/06/2017 par André Gunthert.
Par Oblivion

Re: wonderwoman et l'image des femmes : "ce n'est que du symbole, mais..."

Les messages de forum ne sont JAMAIS représentatifs de l’avis de l’ensemble des lecteurs.
Par Djac Baweur

Re: wonderwoman et l'image des femmes : "ce n'est que du symbole, mais..."

Mais ça n'en reste pas moins le seul feedback que perçoit le chroniqueur.
Par folavril-170143 folavril

Re: wonderwoman et l'image des femmes : "ce n'est que du symbole, mais..."

Si, si : en gros, inversement proportionnels aux résultats des élections ;)
Par folavril-170143 folavril

Re: wonderwoman et l'image des femmes : "ce n'est que du symbole, mais..."

Sinon, c'est évident que le féminisme est bien mieux loti dans la série The Handmaid's Tale (dont la 1ère saison vient de se terminer et que je conseille à tout le monde), elle aussi couronnée de succès. Mais il est tout aussi évident que ça ne s'adresse pas au même public. Je vais donc visionner WW pour me faire une idée de l'évolution par rapport aux dessins animés de mon enfance.
Par GPMarcel

Re: wonderwoman et l'image des femmes : "ce n'est que du symbole, mais..."

Le plaisir que l'on éprouve à faire partager un avis, sa propre émotion, son désarroi (parfois), son intime plaisir, son ressenti, sa vibration sur...est souvent suffisant.

Elle nourrit son homme (expression: les féministes, pas sur la tête!!) de ce qui ne se monnaie pas.
Par André Gunthert

Re: wonderwoman et l'image des femmes : "ce n'est que du symbole, mais..."

Tout à fait d'accord – quand c'est partagé ! Mais dans le cas contraire ?
Par Ervé

Re: wonderwoman et l'image des femmes : "ce n'est que du symbole, mais..."

OK. On évitera toute critique négative.
Par André Gunthert

Re: wonderwoman et l'image des femmes : "ce n'est que du symbole, mais..."

Vous pouvez vérifier ci-dessus que j'ai répondu, de manière argumentée, à plusieurs critiques négatives, qui peuvent tout à fait être intéressantes. Mais comment argumenter face à la mauvaise foi (celle de Sandy ci-dessus, ou la vôtre, quand vous caricaturez mon propos) ?
Par Ervé

Re: wonderwoman et l'image des femmes : "ce n'est que du symbole, mais..."

Chroniquer sur @si, c'est s'exposer aux commentaires plus ou moins argumentés, plus ou moins judicieux de ses forumeurs.
Je trouvais simplement curieux que vous conditionniez votre présence ici à leur approbation.
Par André Gunthert

Re: wonderwoman et l'image des femmes : "ce n'est que du symbole, mais..."

Ce n'est pas ce que j'ai dit. Parlons plutôt de proportions, ou d'ambiance générale. Bloguant depuis 2005, je suis assez grand pour voir si mon travail intéresse ou pas l'audience. Et il me paraît au contraire tout à fait évident que l'erreur serait de ne tenir aucun compte du forum. Autrement dit, pour l'instant, l'observation est réciproque! ;)
Par Robert.

Cool, André, cool.

Rien n'oblige un chroniqueur d'@si à argumenter. Daniel Schneidermann et Océanerosemarie, dont les chroniques soulèvent nombre de polémiques, ne le font pas. Les forumeurs en ouvrent et en ferment tout seuls sans s'en formaliser. Quand au commentaire initial d'Ervé je n'y ai vu aucune mauvaise foi relative à ce que vous développez dans votre chronique.



Modifié 1 fois. Dernière modification le 14:36 le 17/06/2017 par Robert..
Par André Gunthert

Re: Cool, André, cool.

Je répondais à la formule expéditive: "OK. On évitera toute critique négative", qui caricature évidemment mon propos. Mais votre conception du forum est intéressante. Pour un peu, on dirait presque que c'est vous qui vous formalisez de voir un chroniqueur répondre factuellement aux commentaires. Cool, Robert, cool! ;)
Par Pierre38330

Re: Cool, André, cool.

Il va falloir vous habituer à la "chaleur"* de certains d'entre nous, moi y compris. A leur manque total de recul et/ou de bonne foi.

(*) chaleur entendu comme contraire de coolitude.
Par evemarie

Re: wonderwoman et l'image des femmes : "ce n'est que du symbole, mais..."

Comment un mâles, vieux et blanc, s'approprie le jugement sur l'image des femmes, comme d'habitude bien macho. Mais enfin le sujet de notre image que je défend depuis 10 ans sur les réseau arrive aux cerveaux des zelites (ils ont toujours 10 ans de retard). On est des héroïnes, mais pas besoin d'armes de destructions ou de violence , c'est ça qui serait bien de montrer l'engagement des femmes qui bossent , s'occupent des relations de couple , qui portent tout, c'est ça l'héroïsme, reussir a tenir la société debout en soulageant les vieux et en s'occupant des jeunes , en les éduquant sans rien recevoir. C'est comme l'esclavage, qui n'est vu que par la victimisation et pas par le courage des esclaves a continuer de vivre malgré l'adversité ... Et oui il faut être courageuse pour supporter les patrons, les mâles dans la rue, la solitude, les enfants , les problèmes financiers et politiques, le machisme et qq fois un type qui ne fou rien a la maison (60 % des mecs) .
Merci de sou prendre notre courage femnin , je ne veut pas être en tenu de sado pour plaire a la libido des mâles et a leur fantasme de gamin ?
Par Florence Arié

Re: wonderwoman et l'image des femmes : "ce n'est que du symbole, mais..."

Citation:
je ne veut pas être en tenu de sado pour plaire a la libido des mâles et a leur fantasme de gamin ?
Ouf!
Par alain-b

Re: wonderwoman et l'image des femmes : "ce n'est que du symbole, mais..."

Par Pierre38330

Re: wonderwoman et l'image des femmes : "ce n'est que du symbole, mais..."

Je repète :
Comment un mâles, vieux et blanc,

Merci Evemarie pour cette reconnaissance de la pluralité de l'être dans le mâle.
Due habet et bene pendentes...



Modifié 1 fois. Dernière modification le 17:23 le 17/06/2017 par Pierre38330.
Par marli

Re: wonderwoman et l'image des femmes : "ce n'est que du symbole, mais..."

Si le blockbuster "Wonderman" (que je n'irais jamais voir comme tous les blockbusters) permet qu'une petite fille donne une baffe à un garçon qui l'emmerde plutôt que de partir en pleurant, alors, je dis, tant mieux ! Et que plus tard, elle ne croit pas "naturelle" d'être assignée aux rôles dévoués de fille, d'épouse, de mère, etc. (mais payée moins cher que les hommes sur le marché du travail), je dis encore tant mieux...
Je dis cela en tant que féministe mais pas du même courant qu'evemarie. Si toutes les deux, nous nous battons pour la même chose, l'égalité entre les femmes et les hommes, nous n'avons pas la même analyse de la domination masculine mais cela est une autre discussion hors sujet dans ce forum.
PS : désolée, je ne répondrai pas aux commentaires, j'ai le bonheur de partir en vacances.
Par Christian Geffroy Schlittler

Re:

Merci et bravo pour cette nouvelle chronique éclairante et éclairée. Je me réjouis, comme beaucoup, de ce nouveau rendez-vous dans arrêt sur image.
Par Pierre38330

Re:

Comment un mâles, vieux et blanc,

Merci Evemarie pour cette reconnaissance de la pluralité de l'être dans le mâle.
Due habet et bene pendentes...
Par Pierre38330

Re:

A l'évidence, le message qui précède ne vous est pas destiné.

sépamafote, sélafote àlinformatik.
Par Oblivion

Re:

Euh non. C’est la faute à Mélenchon.
Par Pierre38330

Re:

Exact, mais faut dire que je ne lis plus ni Kazoula, ni Kawouede, ni Tristan Le Gall, ni Freudqo, ni Tigi (enfin pour lui j'ai des rechutes parce qu'il me fait trop rire).
Par pollypocket&spiderman

Re:

Chouette chronique, sur un film que ma fille de 12 ans m'a emmené voir. Au niveau du petit échantillon de public que j'ai pu voir, votre analyse de la réception par les très jeunes filles sonne assez juste, pour le peu que j'ai pu en voir : il y avait effectivement un enthousiasme pour un personnage qui n'est ni un faire valoir car c'est plutôt le héros masculin qui met WW en valeur, ni une faible femme, ni une maman, ni un sex symbol, ni vraiment une cruche (même si quelques éléments des trois derniers stéréotypes sont présents)...
Cependant, j'aimerai en savoir un peu plus sur la réception par les (très) jeunes garçons, plus habitués à voir des stéréotypes masculins - gros muscles, bagarres, humour en toutes circonstances, sauvetage de la jeune femme fragile, etc....
Par André Gunthert

Re:

Question pertinente! L'idée est je crois à peu près la suivante: un tel succès public ne peut pas être assuré seulement par un public féminin, il atteste que les garçons consomment eux aussi un contenu plus "fille" (c'est du reste un constat qui marchait très bien dans l'autre sens, lorsqu'on pensait d'abord au public masculin). Mon échantillon de vérification est maigre: il s'agit essentiellement de mes fils et de leurs copains, dont l'âge (autour de 18 ans) est nettement plus élevé que le public de référence – mais ils ont néanmoins apprécié le film et ses scènes d'action, et leur jugement converge pour dire que l'opus n'est pas "trop féministe" (trop casse-pied, trop revendicatif)…
Par reno

Re: wonderwoman et l'image des femmes : "ce n'est que du symbole, mais..."

Cette chronique s'attarde donc essentiellement à décrypter la campagne marketing d'un film, sans jamais le noter. sur ASI. Joli.
Par André Gunthert

Re: wonderwoman et l'image des femmes : "ce n'est que du symbole, mais..."

Vous confondez réception et marketing, ce qui prouve qu'il serait utile de revenir plus en détail sur ces notions. Mais pouvez-vous m'expliquer pourquoi il ne faudrait pas parler de marketing sur ASI?
Par sandy

Re: wonderwoman et l'image des femmes : "ce n'est que du symbole, mais..."

Je ne pense pas que reno veuille interdire à qui que ce soit de "parler" de marketting. Il regrette simplement que cela soit le seul aspect abordé à propos du film. C'est aussi ce qui me dérange, je regrette que le scénario du film n'ai pas été pris en compte dans votre analyse.

NB : SVP, pouvez-vous cesser d'être aussi susceptible et de déformer les propos de vos interlocuteurs. C'est très désagréable. Je vous rappelle que nous payons un abonnement pour soutenir ASI, merci de ne pas nous traiter comme si vous étiez sur twitter.



Modifié 1 fois. Dernière modification le 10:04 le 18/06/2017 par sandy.
Par André Gunthert

Re: wonderwoman et l'image des femmes : "ce n'est que du symbole, mais..."

Je crois que c'est vous qui êtes un peu trop susceptible, je corrige simplement un terme inexact, rien de personnel. Le fait de payer un abonnement vous donne-t-il le droit de maltraiter le langage et le bon sens de votre interlocuteur? Je serais surpris que Schneidermann soit d'accord avec ça. Réception et marketing sont deux domaines différents, et ma chronique est en effet consacrée exclusivement à un aspect de la réception du film (le conseil que Schneidermann m'a donné: "Une chronique, c'est UNE idée").

Vous ne trouverez pas souvent dans cette chronique de critique d'œuvre au sens classique de l'évaluation hiérarchique de la valeur culturelle. A mes yeux, cette création de valeur fait partie de la réception, et constitue donc encore un objet d'observation. Je ne parlerai pas que de blockbusters, mais de tous les aspects de la réception des images. Bien sûr, étant donné que, dans les grosses productions, les budgets du marketing sont aujourd'hui équivalents à ceux de la création, il est aussi très intéressant – et je dirais même crucial – de ne pas limiter la critique à l'œuvre, mais de l'étendre à ce que j'appelle "l'œuvre seconde du cinéma", dont le rôle est évidemment décisif.
Par sandy

Re: wonderwoman et l'image des femmes : "ce n'est que du symbole, mais..."

Cela nous donne le droit d'être considéré à minima comme bienveillants, on ne payerait pas un abonnement sinon.
Cette bienveillance devrait vous permettre d'aborder nos commentaires en étant moins sur la défensive ;)
Ce ne sont que nos avis, nos points de vue, un désaccord ou une critique ne sont pas une agression.
Et pour preuve, je vous assure que j'ai bien aimé votre chronique, même si je ne suis pas d'accord avec vos conclusions.
Après pour le choix de se limiter à un seul aspect, admettons, vous êtes les professionnels ...
Mais je pense néanmoins que les autres aspects peuvent vraiment changer du tout au tout la perception au final. Et que c'est bien le cas ici, les quelques aspects sur l'image de l'héroïne me semblent plus relever d'une volonté de sortir du "grotesque" et de coller à l'imagerie à la mode, plutôt que de relever d'intégrations d'idées féministes.
Et à côté le scénario a vraiment à mon sens le défaut d'installer une certaine niaiserie, dont une grande part provient du personnage de Wonder Woman lui-même ainsi qu'aux superméchants caricaturaux au possible. Elle ne passe non pas pour une cruche, mais pour la belle femme ingénue typique de l'idéologie sexiste, et sa "beauté" est sans arrêt mise en avant, celle-ci subissant à plusieurs reprises des remarques dans ce sens ou alors quand des personnages secondaires parlent d'elle entre eux, sa "virginité" donne lieu à plusieurs scènes "burlesques", ce sont tout un tas de choses qu'on ne retrouverait pas dans un film où le héros serait masculin et qui à mon avis pèsent bien plus lourdement que l'image qu'elle véhicule sur des affiches.
Les amazones elles-même sont présentées comme complètement niaises et les cachoteries qu'elles font au personnage principal sont vraiment immatures et inutiles.
Enfin, son armure reste complètement invraisemblable, une armure sert à protéger et couvre nécessairement le plus possible de parties du corps pour réduire au maximum le risque d'être blessé et les faiblesses exposées à l'adversaire. Et comme c'est une femme, on ne nous épargne pas l'armure sexy avec la petite jupette. Certes pour Wonder Woman difficile sans doute de s'éloigner de l'image du comics. Mais quand même.



Modifié 2 fois. Dernière modification le 22:34 le 19/06/2017 par sandy.
Par tosh

Re: wonderwoman et l'image des femmes : "ce n'est que du symbole, mais..."

je n'approuve pas les conclusions de la chronique (vivant aux US je n'ai pas du tout la même perception qu’André a la sortie de la projection que ce soit sur le film ou son public et je pense que les séries netflix ont un impact bien plus important mais qu'on ne le mesure pas encore correctement) mais il me semble qu'il a traite le sujet d'un point vue plus original (avec donc une certaine prise de risque) que l'analyse plus classique @si qui aurait consiste a dire "les bons résultats du film sont dus au fait que c'est un blockbuster Hollywoodien sponsorisé par le système et le marketing rouleau compresseur de la world company pour les mangeurs de pop corn ayant du temps de cerveau disponible et qui s'appuie fortement sur miss Israël 200X pour le visuel".

le fait qu'on puisse trouver un aspect positif a un blockbuster Hollywoodien somme toute assez classique me semble intéressant.

J'applaudis votre volontee d'interagir sur le forum André mais honnêtement je m'en tiendrais éloigné si j’étais vous surtout si votre but est de trouver des réponses a la question : les gens sont ils intéressés par ma chronique au delà de leur potentielle adhésion a mon point de vue.
Il y a 12000 abonnes @si , vous réaliserez très vite que les forumeurs actifs sont une poignée (une petite centaine peut être) et ne reflètent pas nécessairement la pensée majoritaire. (mais a vrai dire je n'en sais rien).
Par André Gunthert

Re: wonderwoman et l'image des femmes : "ce n'est que du symbole, mais..."

Merci du conseil! A vrai dire, ça m'amuse aussi de jouter sur le forum… Et je suis un assez vieux blogueur pour savoir que, derrière les algarades, il y a souvent des notations intéressantes à relever… Mais il est certain que je n'aurai pas toujours le loisir de la discussion.

Par ailleurs, on est d'accord sur l'influence grandissante des séries Netflix aux USA (j'avais consacré un billet sur mon blog à Jessica Jones, une série "féministe" qui a là aussi rencontré un accueil très chaleureux). Le blockbuster s'adresse en priorité à d'autres publics, et conserve une aura très sensible dans la réception critique – mais je suis persuadé que ces signes qui se multiplient participent d'un renouvellement en profondeur des sujets du divertissement. L'observation se poursuit!
Par Robert.

Re: wonderwoman et l'image des femmes : "ce n'est que du symbole, mais..."

annulé



Modifié 1 fois. Dernière modification le 11:42 le 18/06/2017 par Robert..
Par Robert.

Re: wonderwoman et l'image des femmes : "ce n'est que du symbole, mais..."

" l'analyse plus classique @si "
Je ne vois pas d'où vous inférez une analyse classique d'@si à propos de cinema.
Je garde le souvenir de Rafik (aujourd'hui sur arte.tv/bits). Assez loin de tout classicisme.



Modifié 1 fois. Dernière modification le 13:29 le 18/06/2017 par Robert..
Par tosh

Re: wonderwoman et l'image des femmes : "ce n'est que du symbole, mais..."

classique au sens océanerosmarien du terme . il aurait été facile de faire une chronique ironique dénonçant le film et l'utilisation une fois de plus de la femme comme objet sexuel...etc.

n'ayant pas lu les chroniques de Rafiq mon opinion est forcement réductrice mais je vais de ce pas aller explorer le site dont le visuel est bien sympathique.
Par Pierre38330

Total Hors sujet, mais

La nouvelle est impotante.
Félix Fénéon n'est pas mort car il titre encore.



Modifié 1 fois. Dernière modification le 08:34 le 18/06/2017 par Pierre38330.
Par Hannah Themista-Soubirous

Re: Total Hors sujet, mais

Je ne suis pas sûre d'avoir compris :Wonder Woman aurait-telle pris son pied ?
Par lycaste

Re: wonderwoman et l'image des femmes : "ce n'est que du symbole, mais..."

Moi j'aimais bien la série des années 70 avec Linda Carter, délicieusement kitchissime!
Par sgd

Re: wonderwoman et l'image des femmes : "ce n'est que du symbole, mais..."

Par PT

Re: wonderwoman et l'image des femmes : "ce n'est que du symbole, mais..."

Pathétique. Dans cette péroraison inspirée par la haine de soi, presque tout est faux, mais je retiens en particulier le changement des comportements supposé se produire à notre époque dans les cours de récréation des écoles où "les filles ne veulent plus se laisser faire". Parce qu'auparavant elles le voulaient ? Vision révoltante d'une humanité composée pour moitié de salauds et pour moitié de connes soumises.
Par PONTEUXIN

Re: wonderwoman et l'image des femmes : "ce n'est que du symbole, mais..."

En fait WONDERWOMAN est un rêve de fainéant un peu lâche. Elle se démène comme une folle, elle fait son boulot de femme normale en expulsant les ordures de la maison tout en restant pimpante...Aucun mec n'ira lui chiper son job !
Par totoro45

Re: wonderwoman et l'image des femmes : "ce n'est que du symbole, mais..."

Captain America et Wonder Woman sont sortis à quelques mois d'intervalle en 1941 , précédent l'entrée en guerre des USA de quelques semaines ou quelques jours pour Wonder Woman .

Les 2 héros portent une tenue ( bleu - rouge - blanc) ornée d'une étoile qui évoque clairement le drapeau américain .

Dans le film récent, l'évolution de la tenue de Wonder Woman marque peut-être une volonté de débarrasser le personnage de ces connotations historiques pour en faire un personnage plus intemporel et universel ...

Sur l'image même donnée à voir du personnage du film Wonder Woman : les bottes qui montent au dessus de genoux peuvent être perçues de différentes façons .

A noter que dans les années 20 , elles furent portées pour une affiche du cirque Barnum par une femme :

[4.bp.blogspot.com]
Par Renaud Pacalet

Re: wonderwoman et l'image des femmes : "ce n'est que du symbole, mais..."

Bienvenue à bord. J'espère que vous resterez un moment, cette première chronique m'a donné envie d'en voir d'autres. Et j'appuie certains commentaires : ne faites pas trop attention au forum d'@SI : on pourrait croire que, vu le sujet, vu que c'est payant... mais en fait non.
Par André Gunthert

Re: wonderwoman et l'image des femmes : "ce n'est que du symbole, mais..."

Merci pour l'appréciation! Les commentateurs donnent l'impression d'avoir assez mauvaise opinion du forum. C'est dommage, car cet outil vaut mieux que ça! Mis à part quelques inévitables dérapages, il y a ci-dessus de nombreux avis, pistes et compléments intéressants. — Et même les mauvais coucheurs apportent la touche de couleur locale sans laquelle le web ne serait pas le web! Merci à tous! :)
Par Amoklaüfer

Re: wonderwoman et l'image des femmes : "ce n'est que du symbole, mais..."

Je plussoie



Modifié 1 fois. Dernière modification le 23:40 le 18/06/2017 par Amoklaüfer.
Par Amoklaüfer

Re:

Bravo pour cette première chronique!
Hâte de voir les suivantes.
Ne vous attardez pas sur les commentaires négatifs. Il y a beaucoup de haters dans le forum.
Par Tagadatsoin tsoin

Re:

Bonjour et bienvenue,

Vous ne m'avez pas convaincue d'aller voir le film, je suis trop réfractaire aux super héros ou héroïnes pour payer une place de cinéma, mais vous avez aiguisé ma curiosité en ce qui concerne Jessica Jones, série que je viens de commencer à regarder pour voir ce qu'elle donne.

Je trouve que l'apparence de la nouvelle Wonder Woman reste très -trop- sexualisée, même si on voit moins de peau.

Je ne regrette pas du tout le départ d'Alain Korkos. Ses chroniques n'étaient pour moi qu'un hypocrite prétexte à montrer le plus possible de chair nue, féminine, plus ou moins sexualisée voire humiliée, le tout sous couvert d'analyse vaguement culturelle/antique afin de satisfaire pleinement le male gaze dont vous parlez, en l'occurrence celui des abonnés d'@si. J'ai même fini par penser que c'était la principale fonction de cette chronique, ce qui me décevait énormément de la part d'@si, un média de ce fait finalement assez ressemblant aux autres quant au traitement des femmes. Heureusement, le départ d'Alain Korkos et l'arrivée d'Océanerosemarie ont modéré ma déception.

J'espère seulement que vos interventions n'ont pas pour fonction de recommencer à satisfaire ce male gaze, et que vous ne nous donnerez pas à voir des femmes nues à longueur de chronique, sous prétexte de dénoncer le procédé.
Par André Gunthert

Re:

Votre réaction résume bien le problème de la représentation des femmes dans la tradition occidentale (et le déni typique de l'histoire de l'art – un vrai sujet de thèse!) Vous pouvez dès à présent vérifier sur mon blog que mon approche est sensiblement différente… [imagesociale.fr]
Par Florence Arié

Re:

Quelle élégance!
Par nicco

Re:

Je ne sais pas vraiment comment considérer une chronique qui s'articule autour d'une erreur (la "vision de Wonder Woman par Patty Jenkins" qui s'avère être celle de Zach Snyder – du reste le visionnage du film confirme que Jenkins n'était qu'une femme de paille tant on retrouve les tropes de Snyder, des ralentis à une protagoniste belliciste cernée d'hommes plus réfléchis qu'elle), mais le cas est intéressant car symptomatique de cet impensé de la culture en France qui obstrue la distinction des images industrielles des images populaires. Si évidemment il est nécessaire d'avoir des symboles pour structurer nos espaces mentaux et donc culturels, il convient de se garder de confondre dans ce sens la réponse de l'industrie à la demande du public (qui de fait y répondra sur un temps court – "Ho les choupettes déguisées en Wonder Woman !"), et l'accaparation par le public d'une offre évocatrice d'où qu'elle vienne (qui se fera sur un temps et des pratiques plus complexes dépendants de cette origine, Cf. les comics Wonder Woman déjà évoqués ici – ce qui nécessite pour les étudier bien des outils que les cultural studies ont heureusement apporté).

Dans le premier cas, nous aurons des consommateurs satisfaits, dans le second des spectateurs/lecteurs/auditeurs acteurs de leur culture (appropriation et promotion). Pour que Wonder Woman soit une "date" dans l'histoire de la culture américaine, il faudrait que son succès en fasse un "game changer", une production sur laquelle le reste de l'industrie se sente obligée de s'aligner. Ce qui n'est pas gagné, son succès sur le territoire US restant dans les normes de ce genre de production, et dépendant de quelques importants paramètres que l'industrie mesure assez bien (franchise + saga cinématographique + consensus + planning favorable…).
L'autre voie possible pour que Wonder Woman reste une date étant que les petites filles grandissent avec ce film. Mais j'espère pour elles qu'elles sauront devenir assez indépendantes pour s'éloigner d'un produit opportuniste.



Modifié 1 fois. Dernière modification le 03:22 le 21/06/2017 par nicco.
Par Emi34

Re: wonderwoman et l'image des femmes : "ce n'est que du symbole, mais..."

chouette une nouvelle chronique ! bienvenu, et merci. Très intéressant j'attends la suite avec impatience.
Par totoro45

l'image des femmes : d'une image à l'autre

La nouvelle image du féminisme militant est donc celle d’une servante écarlate qui rappelle par sa tenue un autre personnage :

[i.ytimg.com]

Peut-être parce que comme le petit chaperon rouge, la servante écarlate est un conte d’avertissement….
Désolé, seuls les utilisateurs connectés peuvent envoyer des messages dans ce forum.

Cliquer ici pour se connecter

Remonter en haut de page