Trump président : dépasser le vertige

chronique Par Daniel Schneidermann publié dans le dossier : Elections US 2016 : Trump, Clinton et...Wikileaks discuté depuis 09:19 le 09/11/2016

Puisque à l'heure où j'écris, Donald Trump prononce son discours de vainqueur, inutile de dissimuler un sentiment d'effroi, sociologiquement naturel pour un Européen de mon profil. Journaliste, électeur traditionnel de gauche, vivant dans la capitale d'un grand pays européen développé, j'ai tout pour redouter l'accession au pouvoir du Trump que le système médiatique mondial m'a présenté, et que nous avons abondamment décrit sur ce site.
Tout pour trembler, comme ces Américains qui, parait-il, ont pris d'assaut le site de l'immigration canadienne. Tout pour partager ce vertige, qu'a tweeté l'ambassadeur de France à Washington avant d'effacer son tweet, ce vertige devant le climato-scepticisme du nouveau président américain, ou devant le monde post-OTAN que ses déclarations ont semblé esquisser. On nous a trop conditionnés à attendre de l'Amérique salut et protection, pour que nous ne tremblions pas de voir Trump aux manettes...... > Lire l'intégralité du texte
Participations votées d'utilité publique sur ce sujet

Par PatriceNoDRM

Un 2002 à l'américaine ?

Un 2002 à l'américaine ?

Preuve à nouveau que les sondeurs sont aux fraises, comme les médias qui s'accrochent aux sondages comme des moules à leur rocher.

Aux US comme en France, les médias et les sondeurs ne ressemblent pas au peuple, ne pensent pas comme lui.
La preuve : certains propos de Trump présentés comme des outranciers n'ont pas choqué une grande partie de ses électeurs qui en réalité parlent comme lui au quotidien !

Va-t-on en tenir compte en France ?

La France ressemble à Hanouna, pas à Pierre Rabhi. Quant au discours de Zemmour, même si ça me fait chier de dire ça, il n'apparait pas outrancier pour beaucoup ...

Qui vivra verra

PatriceNoDRM...
> Lire ici > Lire en contexte

Par cg

Re: Trump président : dépasser le vertige

Si Clinton et les démocrates n'avaient pas triché pour éliminer Sanders, peut-être que Trump ne connaîtrait pas un tel triomphe ?
Ce qui est plutôt rassurant pour nous c'est que Trump n'est pas va-t-en guerre comme Clinton, que les traités de libre échange ont du plomb dans l'aile et que ça imposera à l'Europe de se remettre en question....
> Lire ici > Lire en contexte

Par Arnaud Romain

Il y a un mois...

Il y a un mois, Daniel, vous me "débiniez" publiquement lorsque je contrebalançais votre 9h15 sur le premier duel Trump/Clinton, billet où vous prétendiez que "les sondages donnent Clinton vainqueur du duel..." et traitiez de simples 'trolls" ceux qui, dans ces sondages de sites d'organes de presse (qui n'en sont pas MAIS sur lesquels vous vous fondiez en vous trompant totalement d'analyse, soit dit en passant) avaient déclaré considérer Trump comme "vainqueur" du duel...

Pour mémoire, j'ai fort envie de rappeler ici l'essentiel de ma réponse d'il y a un mois, moment où il vous était impossible de voir (et c'était pourtant tellement clair !) que oui, Trump allait gagner, et ou moi, je vous l'annonçais, me basant (entre autre), comme vous le faite (mais, un mois trop tard), sur l'excellent travail du Diplo, pour lequel je travaille, donc, dont je décortique profondément les articles absolument remarquables :

"...(...) Ceux que vous appelez des "trolls" et qui se rueraient sur les sites d'organes d'info américains, eh bien dans quelques semaines, ils porteront un autre nom.... on devra bien les appeler par ce nom : des électeurs. Et j'en reviens à l'analyse fine, et à tout un travail de terrain que le Diplo a faits ces derniers mois, travail d'immersion d'envoyés spéciaux dans les états du Middle ouest ou la région des lacs, ainsi que lors des cérémonies d'investitures des deux candidats . Je vous y renvoie.

Les articles du Diplo n'insultent pas, ils ne filtrent pas dogmatiquement les analyses et les constats, ne prennent même plus parti tellement ces deux candidats à l'élection américaine sont aussi révélateurs l'un que l'autre de la décrépitude de cette "démocratie" américaine.

Ils montrent les gens, racontent les substructures historiques, sociales, économiques et politiques de tous ces bassins autrefois prospères des USA, aujourd'hui laissés à l'abandon. Ils tentent d'expliquer comment un duel aussi néfaste et tellement improbable il y a 20 ans d'une Clinton face à un Trump a pu peu à peu devenir l'inéluctable issue pour ce pays malade.

Vos "trolls", Daniel, vont élire Trump. Car, j'en prends le pari, il sera élu. Ne serait que parce que tous les médias, les analystes, les journalistes si éclairés de l'occident nous annoncent qu'il perdra, que Hilary a "gagné le premier duel" (ben voyons !) et que depuis 20 ans, ils se sont planté absolument sur toutes leurs prédictions quand il s'est agi de savoir comment un "peuple" allait se comporter... (du référendum sur le TCE en France et au Pays-Bas... au Brexit... en passant par l'adhésion de la Suède à l'euro en 2003 et on en passe tellement !!!).

Et quand des dizaines de millions de "trolls" s'imposent comme une majorité, je me demande quel qualificatif il faudra alors trouver pour les définir... Je ne m'en réjouis ni le déplore (ça ne me regarde que de loin, je ne vis pas dans ce pays), mais ce qui est palpable quand on s'est penché, comme j'ai tenté de le faire, sur ces élections improbables de 2016 aux USA, c'est que oui, Trump en est, il en est bel et bien, et qu'il y a des raisons à ça.

Ce qui est évident, c'est qu'à force d'adouber des présidents à grands coups de prix Nobel avant même qu'ils aient fait quoi que ce soit, juste en raison du symbole de la couleur de sa peau, on finit par occulter le fait que des politiques délirantes effectivement mises en oeuvre derrière le masque du story telling affectent une part grandissante de ce peuple... et que face au mépris, sa réponse devient violente. La réponse, c'est Trump... et en définitive, ça n'a rien d'étonnant."
... fin de citation....
> Lire ici > Lire en contexte
Tous les commentaires (201)
Par PatriceNoDRM

Un 2002 à l'américaine ?

Un 2002 à l'américaine ?

Preuve à nouveau que les sondeurs sont aux fraises, comme les médias qui s'accrochent aux sondages comme des moules à leur rocher.

Aux US comme en France, les médias et les sondeurs ne ressemblent pas au peuple, ne pensent pas comme lui.
La preuve : certains propos de Trump présentés comme des outranciers n'ont pas choqué une grande partie de ses électeurs qui en réalité parlent comme lui au quotidien !

Va-t-on en tenir compte en France ?

La France ressemble à Hanouna, pas à Pierre Rabhi. Quant au discours de Zemmour, même si ça me fait chier de dire ça, il n'apparait pas outrancier pour beaucoup ...

Qui vivra verra

PatriceNoDRM
Par Olivier

Re: Un 2002 à l'américaine ?

Jusqu'au bout, jusqu'à la dernière minute, ils se seront voilés la face. Cet article est un modèle du genre, à montrer et remontrer dans les écoles de journalisme (on peu rêver).

Mardi 9 novembre 21.21 "Est-ce déjà gagné pour Hillary Clinton ?"

[www.liberation.fr]
Par ManuTOO

Re: Un 2002 à l'américaine ?

L'article est beaucoup plus équilibré que son titre ne le laisse penser, et se termine sur un sondage donnant Trump vainqueur et présenté comme possiblement sérieux...
Par evemarie

Re: Un 2002 à l'américaine ?

la France ressemble a Rabhi ? un type machiste qui profite de sa notoriété pour faire du fric, on ne parle que de lui, mais il n'a pas fait sa vie, ses choix seul , sa femme a vécue la même chose plus l'éducation des mômes, Rabhi va très bien dans notre monde, son ego, sa thune, son message, et il est contre le mariage pour tous, parfait pour les medias. Ce qui a marché dans cette campagne , c'est que Trump a pris position, et le clivage en politique est nécessaire, le ni droite ni gauche qui fini par être de droite, on en veut pas, votre soupe est mauvaise. On préfère ne pas voter que se tapper de la droite, et ceux qui y vont, votent a droite. L'abstention en France est énorme, quand on élira qq avec seulement 30% des inscrits, les journalistes comprendront peut être qu'on en peut plus, mais d'ici la y aura encore un facho au pouvoir.
Ne pas voter a leur primaires de merde, ne pas donner d'intérêt, a cette droite qui pu.
Par Tigi

Re: Un 2002 à l'américaine ?

"Rabhi ? un type machiste qui profite de sa notoriété pour faire du fric,"

Vous délirez gravement.
Par Olivier

Re: Un 2002 à l'américaine ?

Et maintenant, Rabhi, il va polémiquer !"

Je crois connaître les origines de la colère d'evemarie: [colibris.ning.com]
Par Mona

Re: @evemarie : jalousie paresse obscurantisme ?

Monsieur Pierre RABHI , s'il-vous-plait , merci .



Modifié 1 fois. Dernière modification le 12:18 le 09/11/2016 par Mona.
Par RRJL

Re: Un 2002 à l'américaine ?

Ce qui n'est jamais dit : Trump a fait jeu égale avec Clinton MALGRE la propagande extraordinaire dont elle a bénéficié.

Perso, chaque fois que j'ai montré une vidéo de propagande de Trump à un gus radicalement anti-Trump, il était bouleversé comme le gars lui semblait sympa et qu'il était d'accord avec 90% de ses propositions (vidéo de propagande pour un public FR : qui font abstraction de avortement/arme/écologie mais quand même).

Il suffit d'une vidéo de Trump pour détruire des mois d'argumentaires caricaturaux de la presse/radio française.

Le plus marrant, c'est que le type se rend très bien compte qu'il ne peut pas défendre Trump public sous peine de se faire Hitlerisé.
Par Faab

Re: Un 2002 à l'américaine ?

Ca veut dire quoi "qui font abstraction de avortement/arme/écologie" ? Que vous parlez d'un programme protectionniste, "socialisant", qui n'a rien de spécifique à Trump puisque Sanders en portait un aussi ?
Vous ne pensez pas que ce sont bien, justement, les questions de "avortement/arme/écologie" etc. qui font qu'il y a de quoi s'inquiéter avec Trump et que c'est un rien manipulatoire que de cacher ça ?
Quitte à faire du point Godwin : Hitler a fait construire des autoroutes, ce n'est pas ça qu'on lui reproche...
Par Tigi

Re: Un 2002 à l'américaine ?

A ce propos, il semble que l'état des routes aux USA comme en France laisse de plus en plus à désirer.

C'est bien beau la mondialisation, mais quand vous vous retrouvez entre 2 villages français avec une route digne du moyen-âge, vous vous demandez pourquoi vous payez des impôts et vous vous dites que ça commence vraiment à bien faire.
Par Strumfenberg ( Aloys von )

Re: Un 2002 à l'américaine ?

Privatisons les routes, ça fera un intéressant retour à Adam Smith.
Par Robert.

Re: Un 2002 à l'américaine ?

Ça roule, Raoul!
Par GPMarcel

Re: Un 2002 à l'américaine ?

Il s'appelle Raoul, Vinci?
Par Bernard-Henri Beau-Tul

Re: Un 2002 à l'américaine ?

Mac Adam Smith ?
Par GPMarcel

Re: Un 2002 à l'américaine ?

Un petit pois dans la tête, cet Ecossais!
Par Strumfenberg ( Aloys von )

Re: Un 2002 à l'américaine ?

Pour ceusses qu'auraient pas lu Smith, rappelons que le constat de la dégradation des routes à péage est à l'origine de sa réflexion sur les causes et la nature de la richesse des nations poil au menton.
Par Tigi

Re: Un 2002 à l'américaine ?

Il y a bien longtemps qu'Adam Smith n'est plus confronté aux problèmes de routes pourries.

Je ne sais pas si la privatisation est une solution (entre 2 villages, j'en doute un peu), mais ce que je sais, c'est que ça exaspère les gens qui y sont confrontés au quotidien.

[www.francetvinfo.fr]

Mais je conçois que les parisiens ne se sentent guère concernés...
Par Tigi

Re: Un 2002 à l'américaine ?

Comme les braves résidents de New-York ne se sentent guère concernés par l'état désastreux des infrastructures de l'Amérique profonde.

[www.les-crises.fr]

Et après, ils s'étonnent que des zozos se mettent à voter pour Trump...
Par Faab

Re: Un 2002 à l'américaine ?

Je crois que tout le monde est au courant aux USA : John Oliver sur les infrastructures, en 2015.
Par richie3774

Re:

Préparez-vous, dans 6 mois, ce sera la surprise Mélenchon, le bolchevik mangeur d'enfants.
Par fer

Re: Trump président : dépasser le vertige

"la surprise Mélenchon" : vous rigolez ?
Elle est passée où la "surprise Sanders" ?
Il est passé où "le non de gauche à l'Europe" ?

A la fin c'est toujours l'extrême-droite qui ramasse la mise.
En tout cas dans le monde de m.... dans lequel nous vivons.
Par Tony A

Re: Trump président : dépasser le vertige

@fer : "A la fin c'est toujours l'extrême-droite qui ramasse la mise.
En tout cas dans le monde de m.... dans lequel nous vivons."


Courage, même les pires cauchemars ont une fin :-)
Par richie3774

Re: Trump président : dépasser le vertige

à mon humble avis, la victoire de Trump est un moindre mal. Ses rodomontades sur les immigrés n'auront pas beaucoup d'effet (le mur qu'il veut faire construire à la frontière mexicaine existe par exemple déjà), en revanche ses positions sur le commerce mondial, l'apaisement avec la Russie sont bien plus sensées que celles de Clinton, avec laquelle ça aurait été "business as usual" à l'intérieur, et menaces de guerre à l'extérieur.
S'il voulait le battre, le parti démocrate avait Sanders, il l'aurait écrasé. La direction démocrate a joué la carte Clinton en mettant tous les bâtons possibles dans les roues de Sanders, qu'ils se mangent Trump maintenant.

Les électeurs délaissent désormais presque toujours les candidats favoris de l'establishment, tant mieux pour JLM.



Modifié 1 fois. Dernière modification le 11:11 le 09/11/2016 par richie3774.
Par M_

Re: Trump président : dépasser le vertige

Sanders aurait massacre personne...
Vous avez vraiment rien compris a ce qu'il vient de se passer aux USA
Par evemarie

Re:

j'espère mai si les medias continue a faire du JLM bashing plus nous monter en epingles des Macron des Juppé, on est tres tres mal . Et si au deuxième tour y'a que de la droite , je m'abstiens , ça fait trop longtemps qu'au deuxième tour je vote a droite , j'en ai marre (le Ps étant a droite) .
Et EELV qui choisis un mec de droite, trop drôle .
Par Jean-François Armengaud

Re:

Entièrement d'accord, si les socialistes veulent être réélu ils n'ont cas utiliser le 49.3
Par Yanne

Re: Trump président : dépasser le vertige

Surréaliste !
Par Tony A

Re: Trump président : dépasser le vertige

"un candidat qui souhaite ... maintenir les assurances santé et vieillesse instaurées par Obama que les autres candidats républicains souhaitaient supprimer".

Heu... pas vraiment.

Il propose :

1) d'abroger l'Obamacare
2) d'améliorer la couverture santé des américains par des dégrèvements fiscaux et en rendant le marché de l'assurance santé plus concurrentiel.

Il s'agit d'une vision ultralibérale de la question : si le marché est "libre" ( c'est à dire en dérégulant) les prix des assurances "baisseront". Alors que l'Obamacare était une tentative, à dose homéopathique, de re-régulation du marché des assurances santé.
Par Tony A

Re: Trump président : dépasser le vertige

La victoire de Trump va le mettre dans une situation très, très, inconfortable : entre l'enclume de ses promesses tonitruantes et... le marteau de l'establishement qui n'en veut absolument pas.

Dans le meilleur des cas il sera Obamaïsé, dans le pire ce sera une solution à la Kennedy...

A moins qu'il ne joue les Mussolini et appelle à une marche sur Washington.
Par Olivier

Re: Trump président : dépasser le vertige

Oui. Les Républicains souhaitaient sûrement une victoire de Clinton. Ils auraient été raccords avec elle sur la politique extérieure, interventionniste, et l'aurait muselé pour le reste. Avec Trump, ce sera plus compliqué.
Par fer

Re: Trump président : dépasser le vertige

Trop bien Trump !

Le milliardaire démagogue "anti-establishment" (copyright: Jean-Marie Le Pen, soit dit en passant) qui va préserver la paix mondiale... Quelle fable !
Par Olivier

Re: Trump président : dépasser le vertige

Plus compliqué question intérieure, où Trump est à part chez les Républicains (mais il peut changer).
Sur l'extérieur, oui, tout est possible. Une guerre pour masquer son incurie, pourquoi pas ?



Modifié 1 fois. Dernière modification le 10:20 le 09/11/2016 par Olivier.
Par alain-b

Re: Trump président : dépasser le vertige

Il propose :
1) d'abroger l'Obamacare

oui c'est bien ce que j'avais entendu aussi et qui m'a étonné en lisant la chronique.
Par DétecteurdeVérité

Re: Trump président : dépasser le vertige

annuler



Modifié 1 fois. Dernière modification le 11:32 le 09/11/2016 par DétecteurdeVérité.
Par Carnéade de Cyrène

Re: Trump président : dépasser le vertige

Le truc c'est qu'il a surtout dit tout et son contraire durant cette campagne, avec un nombre de revirements records sur les sujets comme le salaire minimum (allant de vouloir le baisser à vouloir le doubler) et l'obamacare.
Par Jiemo

Re: Trump président : dépasser le vertige

Par JIEM 92

Re: Trump président : dépasser le vertige

Bonjour
Voilà, à force de tirer sur l'élastique, il craque et vous revient à la figure.
Ce matin sur FCult, un invité US crachait sur le faible niveau d'intelligence des électeurs potentiels de Trump. Le dégoût.
Sauf que lui ne doit pas connaître le pointage au chômage et la quête aux aides sociales. Chacun a son intelligence.
Ce que l'on peut regretter c'est que les instances Démocrates aient préféré Clinton à Sanders pour tenter de répondre au problème social. Trump était en étagère, les électeurs déclassés l'on acheté.



Modifié 1 fois. Dernière modification le 09:52 le 09/11/2016 par JIEM 92.
Par Olivier

Re: Trump président : dépasser le vertige

Le lendemain du Brexit, les micros furent tendus aux travailleurs Britanniques... dans l'Eurostar.
Par M_

Re: Trump président : dépasser le vertige

Le chomage aux USA ? les aides sociales ?
Vous vivez dans quel monde ?

niveau intelligence/chomage, aide sociale ?


"Le revenu a également joué un rôle. 52 % des électeurs qui gagnent moins de 50.000 dollars par an ont voté pour Clinton contre 41 % pour Trump. Au contraire, ceux qui ont un revenu supérieur à ces 50.000 dollars ont préféré Trump."
Par Tigi

Re: Trump président : dépasser le vertige

C'est un sondage qui le dit ?
Par Faab

Re: Trump président : dépasser le vertige

Intéressante émission de Mediapart qui parle des classes sociales liées au vote Trump : Ce que Trump dit de l'Amérique

Si ce ne sont pas les classes les plus pauvres qui ont voté pour Trump, leur motivation relèverait alors plus de la question socio-économico-culturelle des blancs se sentant menacés dans leur statut. Ca fait quoi à l'étatsunien moyen d'entendre une ligne téléphonique administrative commencer par "choisissez votre langue, anglais ou espagnol" ?

Je ne sais plus qui j'ai entendu (ou lu ?) disant que le monde "blanc" occidental avait ce problème de fond de la perte de rang, la question d'accepter qu'il ne soit plus hégémonique symboliquement et au niveau des pouvoirs. Forcément, quand on ne se sent pas privilégié, on peut se sentir rabaissé si on parle de rééquilibrage en faveur de plus faibles d'autant plus que règne une mentalité concurrentielle, qu'on a en tête qu'il faut "se battre dans la vie" et que le meilleur gagne.

J'ai d'ailleurs l'impression que certains en France pensent que Trump est dans une contestation du néo-libéralisme alors que ça me semble surtout une volonté de conserver l'hégémonie des Etats-unis et plus particulièrement de ces "patriotes" si fiers d'être les maîtres du monde, quels que soient les moyens, néo-libéraux ou pas. Ca ne les dérangera pas de nous marcher dessus, pas plus qu'ils n'étaient gênés de rebaptiser freedom fries leurs "french fries" quand on s'est opposé à la guerre en Irak.
Par Julot Iglésias

Trump et Poutine

Citation:
conserver l'hégémonie des Etats-unis et plus particulièrement de ces "patriotes" si fiers d'être les maîtres du monde

Nom de Zeus ! Votre discours, c'est du Julot Iglésias pur jus. Vous ne devriez pas lire les messages de cet hurluberlu. Il est entrain de vous contaminer. :o).
Si vous voulez savoir pourquoi je suis heureux que Trump ait été élu Killary Clinton ait été battue, prenez deux minutes (2mn00s exactement) pour visionner ce petit bout d'interview qui résume les convictions de Trump en matière de politique extérieure. (interview publiée dans cet article du blog Les Crises, dans lequel vous trouverez également une intéressante interview de Vladimir Poutine, qui rend optimiste sur l'avenir des relations russo-américaines).
Bonne journée.
Par Faab

Re: Trump et Poutine

Désolé mais je vous trouve bien naïf...
Pour ne pas me répéter, cf ce message où je donne ma vision de ce que peut être le "America great again" par un Républicain soutenu (à nouveau) par les évangélistes. Voyez bien la fin qui rappelle que Trump a annoncé devant l'AIPAC, American Israel Public Affairs Committee, la remise en cause de l'accord sur le nucléaire avec l'Iran.

Et non, il n'y aura pas de belle entente entre Trump et Poutine. Poutine compte juste qu'il y ait suffisamment de tensions dans l'Otan pour qu'elle se désagrège, comme l'Union Européenne, et qu'on revienne à des rapports de forces de nation à nation, à l'ancienne. Ou plutôt, d'empire à empire : que les USA fassent la loi en Amérique centrale, il s'en fout, par contre ça risque de chauffer si Trump veut réellement refaire l'alliance USA-Israël contre l'Iran (donc Assad etc.), d'autant plus que les pays du Golfe pousseront dans ce sens et qu'ils joueront sur les prix du pétrole pour enfoncer encore plus la Russie comme ils l'ont déjà fait. Est-ce que les USA entendent être "great again" en lâchant définitivement le Moyen-orient ? Ca m'étonnerait.
Par cg

Re: Trump président : dépasser le vertige

Si Clinton et les démocrates n'avaient pas triché pour éliminer Sanders, peut-être que Trump ne connaîtrait pas un tel triomphe ?
Ce qui est plutôt rassurant pour nous c'est que Trump n'est pas va-t-en guerre comme Clinton, que les traités de libre échange ont du plomb dans l'aile et que ça imposera à l'Europe de se remettre en question.
Par Cultive ton jardin

Re: Trump président : dépasser le vertige

Citation:
Discours de Trump relayé par Médiapart
« Merci beaucoup. Désolé de vous avoir fait attendre. Merci beaucoup. J’ai juste reçu un appel de la secrétaire d’Etat Clinton. Elle nous a félicité pour notre victoire et je l’ai félicité pour la campagne qu’elle a faite, elle a combattu très fort. Ce fut une très longue campagne et nous lui devons une grande dette de gratitude pour ce qu’elle a fait. Maintenant il est temps pour les Etats-Unis de soigner les blessures de la division (…). Il est temps de se rassembler en étant une nation. Je promets à chaque citoyen que je veux être le président de tous les Américains, et c’est si important pour moi. Pour ceux qui ont choisi de ne pas me soutenir, je viens vers vous pour que nous puissions unifier notre grand pays. (…) Il y a eu un grand mouvement incroyable (…) Des américains de toutes les races, les religions. Nous allons commencer à reconstruire notre nation et à relancer le rêve américain. » « Chaque Américain aura la possibilité de réaliser son potentiel, aucun homme pou femme de ce pays ne sera plus longtemps oublié. » « Nous allons construire des routes, des autoroutes, nos infrastructures ». « Nous allons embarquer sur un peinte de relance et de renouveau (…) pour le bénéfice de tous ». « Nous allons doubler la croissance et avoir la plus grande économie du monde. » « Nous devons reprendre les rênes de notre pays, être téméraire et audacieux ».

Ben quoi, il est tout ce qu'il y a de politiquement correct, ce discours. Ils ont élu un bisounours dissimulé sous la peau de la bête immonde? Les politiques m'étonneront toujours... Construire des autoroutes (pas des logements, faut pas pousser) doubler la croissance (la croissance de quoi, on s'en fout)... Et ça se prétend "téméraire et audacieux"... J'entends surtout "grands travaux inutiles", gaz de schiste, pétrole à gogo... Est-il vraiment l'ovni qu'on a cru voir? On a les mêmes à la maison (et je me parle pas de MLP!)
Par Olivier

Re: Trump président : dépasser le vertige

La ZAD de Notre-dame-des-Landes ? « Les occupants seront expulsés et l'aéroport se fera, »
« On n'est pas obligé d'être fonctionnaire à vie »
A la cantine, celui qui ne veut pas manger de porc prendra « une double ration de frites. »

[www.lepoint.fr]

Et oui, pour la profession de foi mussolinienne, il fallait rester en France avec Sarkozy.
Par Cultive ton jardin

Re: Trump président : dépasser le vertige

Citation:
« une double ration de frites. »
Reste plus qu'à faire frire les frites au saindoux, et à mettre des lardons dans tous les plats, on dépistera les futurs terroristes qui feront la grève de la faim.
Par Olivier

Re: Trump président : dépasser le vertige

Pourquoi pas des soirées apéros saucisson-pinard ou des distributions de soupe au lard aux pauvres, tant que vous y êtes ?
Par Cultive ton jardin

Re: Trump président : dépasser le vertige

Ben oui, "ils" nous ont montré la route. Reste à généraliser aux restaurants scolaires, aux hôpitaux, maisons de retraite... la France est frileuse, un peu d'audace, que diable!!!

Il me souvient quand même que, dans un centre de loisir que je connaissais, les animateurs se désolant de voir des gosses sortir le ventre vide le jour des tomates farcies ou du gratin parmentier, avaient en vain essayé d'obtenir de la cuisine centrale de la Ville (de "gauche") qu'au moins on présente ce jour là aux réfractaires des tomates ou de la purée SANS VIANDE. Alors, double ration de frites, c'est plutôt généreux, non?

Quand on pense qu'en 1400 et quelques Marot avait été mis en tôle pour avoir "mangé le lard et la chair toute crue" un jour où fallait pas, et que maintenant on va vers le lardon obligatoire!
Par Olivier

Re: Trump président : dépasser le vertige

Je doit être fou, mais j'attendais de Trump qu'il fasse le discours d'introduction de Mickey Rourke dans le film "Masked and Anonymous", où il campe un dictateur. Un truc vraiment violent.

"We are rewriting the history books.
Nothing was more important to our
President than bringing peace to this
war torn country. Peace, a lasting
peace, can only be achieved through
strength. So, in my first act as the
new President, as the leader of the
new government, this new regime, we
will begin to deploy troops
immediately to the southern regions,
we will resume the bombing in the
jungle. We will begin executing and
enslaving prisoners, and that
includes those who have preached
diversity but who have never practiced
it, and those who decried intolerance
but were the least tolerant of all. "
Par Yanne

Re: Trump président : dépasser le vertige

La personne la plus triste de l'histoire, c'est Trump lui-même, parce qu'il s'attaque à du fort. Et lors de son discours, il fait quand même une tête d'enterrement ! L'enterrement des USA ?
Et donc, le chômage et la croissance des USA, ce qu'on nous vendait comme merveille à partir du néo-libéralisme triomphant, n'est pas si rose, et même provoque la colère des électeurs ? Au point d'élire n'importe qui qui promet le contraire ? Même un milliardaire ?
Ben alors !
Par Carnéade de Cyrène

Re: Trump président : dépasser le vertige

Je n'excluerais pas vrai plan de Trump ait été de perdre, puis de multiplier les procès pour se faire une pub continuelle et multiplier les livres/vidéos/conférences rémunérées sur le "rigged system".
Il avait l'air un peu hébété de sa victoire effectivement
Par Ervé

Re: Trump président : dépasser le vertige

Mal placé.
Black wednesday !



Modifié 1 fois. Dernière modification le 13:00 le 09/11/2016 par Ervé.
Par Diogene

Re: Trump président : dépasser le vertige

Ça date un peu (beaucoup) mais je pense que ça illustre bien. Y compris la référence à un certain politicien français. lien
Par Yann Benena

Re: Trump président : dépasser le vertige

Et bientôt Le Pen.
Par Mathieu

Re: Trump président : dépasser le vertige

Bof, on a bien élu Sarkozy...



Modifié 1 fois. Dernière modification le 10:08 le 09/11/2016 par Mathieu.
Par DétecteurdeVérité

Re: Trump président : dépasser le vertige

L'impensable mais tellement probable que l'on n'était pas persuadé de la victoire de Clinton et que l'annonce des résultats vers les 4 heures du matin ici est venue juste comme confirmer le cauchemar qu'on avait entrevu.

La première réaction, c'est celle d'une haine féroce contre la nature humaine qui permet à un gamin de septante années de se payer les USA comme il s'est payé la Trump Tower. Aujourd'hui c'est les Trump USA.

RIP USA, vous verrez comme c'est simple de vivre en autarcie.

La seconde réaction, c'est contre la folie de ces gens qui se sont laissés conduire par un fou avide de pouvoir qui "grab" tout
Ils n'ont aucune circonstances atténuantes, ce sont des c..s, ils devront payer au bout du compte. Honte à eux, ces c..s
Par Benjamin

Re: Trump président : dépasser le vertige

J'ai simplement une énorme pensée de tristesse pour la famille Obama. Tout les efforts de Barack pour apporter de l'espoir, du lien social, un peu d'humanité au plus haut sommet de l'Etat, que dis-je, de la planète.Quand je parle de la famille Obama, je pense à ceux qui se sont identifiés à lui, sa femme, ses enfants, les Afro-américains, les gays, les femmes et tous ces gens qui se sont sentis opprimés en raison de qui ils sont, de qui ils aiment ou d'où ils viennent.

Dans un processus de deuil, il y a bien souvent le déni et j'y suis resté à cet instant. J'attend tranquillement la négociation, la colère, la dépression et l'acceptation.
Par Tony A

Re: Trump président : dépasser le vertige

@Benjamin : "un peu d'humanité au plus haut sommet de l'Etat"

Oui, "un peu d'humanité"... si on oublie que c'est le Président qui a ordonné le plus d'assassinats "ciblés" (...qui ratent leur cible 9 fois sur 10 et frappent des civils).
Par Julot Iglésias

Re: Trump président : dépasser le vertige

Ne vous attachez pas à des détails, Tony. Obama a sa carte du Parti du Bien. Ne compliquez pas tout.
Par Dogu

Re: Trump président : dépasser le vertige

Vous etiez ou pendant les 8 dernieres annees ? Pas a Fergusson en tout cas !

Obama : un animateur de plateau tele. C'est cool de laisser tomber le micro. Mais a part ca, il a fait quoi ?
Par Sebastien Lemar

Re: Trump président : dépasser le vertige

Ce qui est étonnant dans le monde des médias, c'est que pas encore une seule fois on a entendu ou lu, depuis ce matin le mot "sidération".
Ça ne devrait pourtant pas tarder: du vertige à la sidération il n'y a qu'un pas, celui qui va faire basculer les commentateurs, experts et journalistes confondus, dans le précipice de l’incompréhension.
Pourtant l'Amérique, c'est pas compliqué: ce n'est pas un pays, c'est un Empire. Un Empire qui n'en finit pas de finir, qui a eu son Auguste, son Caligula et qui va probablement se terminer avec son Néron.
Mais pendant ce temps, aux confins de l'Empire, en Californie, alors même que le peuple américain plébiscite un Voyou, le peuple californien légalise le cannabis à "usage récréatif"!
Alors, comme l'inoubliable Joe Dassin le disait si justement: "l'Amérique si c'est un rêve, je le ferais".
Par Cultive ton jardin

Re: Trump président : dépasser le vertige

Citation:
"l'Amérique si c'est un rêve, je le ferais"

C'est pas plutôt "je le saurai"? Qui introduisait un petit doute dans cet enthousiasme...
Par Sebastien Lemar

Re: Trump président : dépasser le vertige

Je vérifie...
Par Sebastien Lemar

Re: Trump président : dépasser le vertige

Ah, effectivement, c'est "je le saurais".
Comme quoi quand on veut faire le Kéké, sur le forum d'@si, faut connaitre ses classiques...
Merci Ctj.
Par Cultive ton jardin

Re: Trump président : dépasser le vertige

Je le saurai sans s (tant qu'à pinailler, hein...) mais ce s est important car on passe alors d'un conditionnel dubitatif à une affirmation.
Par Sebastien Lemar

Re: Trump président : dépasser le vertige

... et connaître aussi ses conjugaisons.
Par fifi

Re: Trump président : dépasser le vertige

Chronique qui commence mal : "image inimaginable". Je me suis dit que DS ne lit pas ses forums. Plusieurs d'entre nous étaient fort réservés devant l'unanimisme de nos medias "main streat". Heureusement, la suite de la chronique n'est pas décevante. (voté)
Toutefois, j'aurais insisté sur l'hystérie et l'effroi - sans doute surjoués - des réactions, Qui peut croire que d'un coup, vient d'émerger un dictateur mondial? Comment peut-on encore croire que le politique, même fou, a du pouvoir sur l'économie? Il y a de plus en plus de distance entre le devrait et l'effectif.
Désolée si je sape le moral de certains; j'ai vraiment quitté le monde des bisounours.
Par Olivier

Re: Trump président : dépasser le vertige

A force de mentir sur l'état des USA depuis 2008, certains finissent par y croire, allez savoir.
Par Julot Iglésias

Re: Trump président : dépasser le vertige

Citation:
Désolée si je sape le moral de certains

Non,non, ne vous excusez pas, vous faites oeuvre utile. Aidez-moi à secouer DS, Il a le sommeil très lourd...
Par Carnéade de Cyrène

Re: Trump président : dépasser le vertige

Je dirais exactement l'inverse, que c'est ceux qui ne croient pas au pouvoir du politique qui se voilent la face, et adhèrent à un discours voulu par les élites financières.
Poutine quand il veut embastiller un oligarque il le fait. Nos rois quand ils décidaient d'exterminer les usuriers templiers ou juifs pour ne pas payer leurs dettes ils le faisaient aussi.
Le pouvoir économique n'a que celui que le politique lui laisse. Il peut influencer sur le second et ne s'en prive pas, mais la seule chose qui le protège c'est un ensemble de notions qu'il a réussi (plus ou moins abusivement) à faire inclure dans celle d'état de droit. Choses qu'il est dans le pouvoir d'un état totalitaire d'ignorer.

(après je ne dis pas que les résistances de l'administration / société civile américaine ne seraient pas telles qu'elles empêcheraient Trump de prendre un virage vraiment dictatorial une fois que s'y ajouterait le soutien des puissances de l'argent, mais dans le principe la croyance en la primauté du pouvoir économique me semble relever de la manipulation destinée à faire croire que ce roi n'est pas nu)
Par David Dewaele

Re: Trump président : dépasser le vertige

Cette onde de choc va faire trembler l'Europe et le fossé qui s'est creusé entre les "élites" médiatisés bien pensantes et toutes ceux et celles qui voudraient être écoutés, principalement les jeunes.
Par Alain T.

Re: Trump président : dépasser le vertige

Salauds d'électeurs ! comment osent ils voter autrement que les zélites enracinées dans le rejet de l'avis des "masses populaires"
Il est temps de museler ces gueux! Un test de QI avant d'entrer dans l'isoloir ? les rayer des listes ?
Mieux: Droit de vote assorti aux revenus. Ces salauds de pauvres ne vont quand même pas nous empêcher de gouverner en rond, et pour nous!
Merci aux Américains pour ce vote qui secoue le cocotier..Où est notre Trump made in Europe ?
Par Illusivrman

Re: Trump président : dépasser le vertige

Je vois deux enseignements....

I- La démocratie américaine ne permet pas la réflexion de fond.
II- Le vote utile n'est pas sans limite..

Pour la France, en 2017 demeure l'illusion du candidat Juppé... Mais je crains pour 2022...
Par Dogu

Re: Trump président : dépasser le vertige

Qui peut encore croire qu'un candidat pro-systeme a la moindre chance de battre MLP ?
Par un_et_un_font_trois

Il faut bien dire que...

Les lecteurs du site d'Olivier Berruyer ,site tout imparfait soit-il (voir les-crises), auront, de nouveau, un peu moins le vertige que les autres.
Tant sur les probabilités de victoire de Trump que sur son programme.

Avec de l'info disponible à portée de main de tout le monde, et certainement de tous les journalistes.



Modifié 1 fois. Dernière modification le 10:28 le 09/11/2016 par xavier_1976.
Par act

Re: Trump président : dépasser le vertige

Du calme camarades, le monde n'a pas encore changé de bases.
Je ne résiste pas au plaisir de reproposer ce que j'écrivais hier:


Par act 10:44 le 08/11/2016
Re: Trump : une roulette américaine
Il nous reste une bouteille de champagne à la cave.On va la boire cette nuit pour la victoire de Trump. Le système va turbuler. Mais surtout le clan hypocrite de la finance mondialisée, de la guerre et de la corruption va se diviser et s'éloigner du pouvoir. La planète pourrait respirer un air meilleur?On ne sait jamais!. Même si ce sont les ploucs et les sans-dents qui pour une fois ont un peu voix au chapitre.
Par grrrz

Re: Trump président : dépasser le vertige

-les vrais sans-dents (les pauvres) n'ont pas voté pour Trump (cf mon commentaire plus bas)
-En quoi le milliardaire Trump n'as pas des interets forts à préserver le "clan hypocrite de la finance mondialisée"?
Par act

Re: Trump président : dépasser le vertige

Réponse possible à grrrz:

-Il y a les sans-dents installés dans le sans-dentisme depuis longtemps qui s'en foutent et les sans-dents récents…
- Il y a la finance mondialisée qui fait de la géopolitique pour maintenir ou créer des marchés. Les guerres comme celles du Moyen ou Proche Orient ou comme celle d'Ukraine concerne cette finance ( exemple Soros…). Trump fait de l'argent dans un autre registre, ce n'est pas terrible d'ailleurs mais quoique il en soit ça lui donne une marge de liberté de pensée.
Par Arnaud Romain

Il y a un mois...

Il y a un mois, Daniel, vous me "débiniez" publiquement lorsque je contrebalançais votre 9h15 sur le premier duel Trump/Clinton, billet où vous prétendiez que "les sondages donnent Clinton vainqueur du duel..." et traitiez de simples 'trolls" ceux qui, dans ces sondages de sites d'organes de presse (qui n'en sont pas MAIS sur lesquels vous vous fondiez en vous trompant totalement d'analyse, soit dit en passant) avaient déclaré considérer Trump comme "vainqueur" du duel...

Pour mémoire, j'ai fort envie de rappeler ici l'essentiel de ma réponse d'il y a un mois, moment où il vous était impossible de voir (et c'était pourtant tellement clair !) que oui, Trump allait gagner, et ou moi, je vous l'annonçais, me basant (entre autre), comme vous le faite (mais, un mois trop tard), sur l'excellent travail du Diplo, pour lequel je travaille, donc, dont je décortique profondément les articles absolument remarquables :

"...(...) Ceux que vous appelez des "trolls" et qui se rueraient sur les sites d'organes d'info américains, eh bien dans quelques semaines, ils porteront un autre nom.... on devra bien les appeler par ce nom : des électeurs. Et j'en reviens à l'analyse fine, et à tout un travail de terrain que le Diplo a faits ces derniers mois, travail d'immersion d'envoyés spéciaux dans les états du Middle ouest ou la région des lacs, ainsi que lors des cérémonies d'investitures des deux candidats . Je vous y renvoie.

Les articles du Diplo n'insultent pas, ils ne filtrent pas dogmatiquement les analyses et les constats, ne prennent même plus parti tellement ces deux candidats à l'élection américaine sont aussi révélateurs l'un que l'autre de la décrépitude de cette "démocratie" américaine.

Ils montrent les gens, racontent les substructures historiques, sociales, économiques et politiques de tous ces bassins autrefois prospères des USA, aujourd'hui laissés à l'abandon. Ils tentent d'expliquer comment un duel aussi néfaste et tellement improbable il y a 20 ans d'une Clinton face à un Trump a pu peu à peu devenir l'inéluctable issue pour ce pays malade.

Vos "trolls", Daniel, vont élire Trump. Car, j'en prends le pari, il sera élu. Ne serait que parce que tous les médias, les analystes, les journalistes si éclairés de l'occident nous annoncent qu'il perdra, que Hilary a "gagné le premier duel" (ben voyons !) et que depuis 20 ans, ils se sont planté absolument sur toutes leurs prédictions quand il s'est agi de savoir comment un "peuple" allait se comporter... (du référendum sur le TCE en France et au Pays-Bas... au Brexit... en passant par l'adhésion de la Suède à l'euro en 2003 et on en passe tellement !!!).

Et quand des dizaines de millions de "trolls" s'imposent comme une majorité, je me demande quel qualificatif il faudra alors trouver pour les définir... Je ne m'en réjouis ni le déplore (ça ne me regarde que de loin, je ne vis pas dans ce pays), mais ce qui est palpable quand on s'est penché, comme j'ai tenté de le faire, sur ces élections improbables de 2016 aux USA, c'est que oui, Trump en est, il en est bel et bien, et qu'il y a des raisons à ça.

Ce qui est évident, c'est qu'à force d'adouber des présidents à grands coups de prix Nobel avant même qu'ils aient fait quoi que ce soit, juste en raison du symbole de la couleur de sa peau, on finit par occulter le fait que des politiques délirantes effectivement mises en oeuvre derrière le masque du story telling affectent une part grandissante de ce peuple... et que face au mépris, sa réponse devient violente. La réponse, c'est Trump... et en définitive, ça n'a rien d'étonnant."
... fin de citation.



Modifié 1 fois. Dernière modification le 10:31 le 09/11/2016 par Arnaud Romain.
Par Robert.

Plutôt deux fois qu'une !

Par Roger

Re: Il y a un mois...

Bien vu Msieur Romain. Bien vu, et bien envoyé.
Par kawouede

Re: Il y a un mois...

Le Diplo s'est quand même un peu trompé sur qui allait profiter du "non" au TCE : on nous parlait de plan B et on a eu surtout la montée de l'extrême-droite, du sarkozisme au lepénisme (on peut les distinguer cependant). Le grand souffle à gauche n'a pas eu lieu, même si on voudrai bien croire aux bons scores de Mélenchon dans les sondages il n'aura pas de majorité dans son camp, à moins de revoir ses références géopolitiques et de mettre en retrait son discours d'homme providentiel au profit d'une démarche collective.
Mais sur le vote Trump comme coup de pied des électeurs dans la fourmillière, vous avez raison, et c'est aussi ce que disait Michael Moore ici [www.huffingtonpost.fr]



Modifié 1 fois. Dernière modification le 13:28 le 09/11/2016 par kawouede.
Par OuvreBoîte

Re: Il y a un mois...

Il y a une petite faille, quand même, dans ce bel exercice d'autosatisfaction.
Trump a gagné largement cette élection, il n'a pas gagné la majorité. Vos trolls adorés sont toujours minoritaires.
Par Arnaud Romain

Re: Il y a un mois...

Pas du tout... :

- on le sait que les grandes métropoles et les villes côtières du nord-est et de l'ouest sont les zones les plus peuplées et acquises ipso facto par Clinton : cela représente un réservoir de voix énorme. MAIS on sait aussi que l’élection américaine n'est pas basée sur le système français "un homme - une voix". Les états de middle ouest, de la rust-belt, des lacs, sont nombreux... et la plupart des swing states étaient justement dans ces zones (Floride exceptée) et il était évident, lumineux, que les populations de ces états, en grande partie le coeur même des "perdants de la "mondialisation", allaient utiliser leur seul et dernier pouvoir (mettre un bulletin dans une urne) pour envoyer le système dont il furent victimes se faire foutre ... la conclusion était assez logique, et c'était la mienne.

- enfin, cette analyse assez basique ressortait assez clairement de certains articles du Diplo (qui, lui, ne concluait pas, mais posait bel et bien les données du problème). Ce n'est d'ailleurs pas un hasard si c'est Ignacio Ramonet qui a, quelques jours avant l'élection, posé le problème honnêtement et sur ses bases réelles : la suite lui a donné raison.

Je vous recommande l'entretien d'Ignacio Ramonet avec Mermet sur Là-bas.org ce matin.

C'est marrant de sentir cette belle assurance de vainqueur dans votre petit libelle. C'est aussi navrant (mais nullement étonnant) de voir la morgue et le mépris d'un bourgeois français vis à vis des pauvres et déclassés de ce pays malade, qui ont utilisé la règle du jeu, celle de l'élection, pour envoyer la pire horreur de cette élection (Clinton) en retraite.
Par OuvreBoîte

Re: Il y a un mois...

Vous vous pouvez vous dispenser du petit cours sur le suffrage universel indirect à la sauce USA, je pense que tout le monde a bien compris comment ça fonctionnait.
Je réagissais simplement à votre simplisme jamais démenti, quand vous mettiez en avant la "majorité" de l'électorat Trumpiste : il n'est pas majoritaire en voix et sa large victoire est assise sur la surreprésentation voulue des zones rurales conservatrices dans le système américain.
Trump n'a pas été élu par l'électorat ouvrier des zones en récession de la cote est. Mais par l'ajout de cette électorat ouvrier et du fond du sauce ultraconservatrice de la bible belt (et de son rejet viscéral d'Obama ce président qui est - un peu - noir, et qui veut pas non plus être dirigé par une gonzesse, faut pas pousser). Sans compter une bonne partie de la bourgeoisie tradi, les baisses d'impôts et la suppression des droits de succession c'est toujours bon à prendre.
C'est la convergence des luttes, camarade.

Le fait que vous considérez une femme politique centriste maquée à des milieux d'affaire comme le "pire" face à un milliardaire excentrique ayant mené une campagne d'extrême droite est simplement le symptôme de la politique de la terre brûlée qui anime votre courant idéologique, qui n'arrive pas à détester ne serait-ce qu'autant l'expression d'un racisme décomplexé que les restes parfois peut ragoûtants de la sociale-démocratie du monde occidental.
Vous réalisez quand même que Donald méprise les "louseurs" de la mondialisation comme les autres, car lui est un "ouineur" qui possède la grand mérite de l'opportunisme du possesseur du capital pour le faire fructifier à travers des opérations financières.
Cela dit cette question rejoint une partie du débat politique français, toutes proportions gardées. Les zones peu denses sont surreprésentées en terme de poids électoral en France (et c'est un marché de dupe, le poids de ces relais politiques n'a que peu de prise sur l'économie réelle et le secteur primaire continue à être victime d'abus croissants dans la répartition de la valeur ajoutée), les restes du prolétariat traditionnel rejoint de plus en plus l'extrême droite et le centre-gauche au pouvoir s'est discrédité par son impuissance généralisée et son déport sur sa droite.
Et on ajoute à ça la baudruche du débat identitaire et des flux migratoire et on aboutit, comme au US à des polarisations extrêmes ou la moitié de l'électorat rejette viscéralement ce qui est plébiscité par l'autre moitié.
Par Arnaud Romain

Re: Il y a un mois...

On va briser là la discussion parce que... Clinton, une "femme politique centriste masquée par les milieux d'affaires"... ça, je ne peux pas. Si l'on met à part la mafia Bushienne (de papy Prescott au grand Debleiou), l'on n'a jamais vu aux portes du pouvoir une personne aussi pourrie de corruption à tout point de vue, une femme qui, ministre des affaires étrangères de son pays, s'est permis de monnayer chèrement son poste PUBLIC pour des entretiens diplomatiques (ou autres). Qui s'est adonnée aux pires turpitudes pour écarter celui qui, LUI, semblait devoir être candidat démocrate, et à même de battre Trump : Sanders... Une femme qui a plus de sang sur les mains que n'en ont jamais eus ses prédécesseurs au département d'Etat... une femme dont la compensation du financement massif par la finance est INÉLUCTABLEMENT le maintien et le déclenchement d'autres guerres illégales (au regard du droit international). Rappelons que les USA de Obama/Clinton sont les USA qui ont vendu le plus d'armes dans l'histoire de ce pays (la palme du plus gros client revenant... à l'Arabie Saoudite !), et j'en passe tellement ! Alors le centrisme, à d'autres : la mafia Clinton est fort peu tendance Bayrou ! Et ça, je me contente de le CONSTATER qu'il n'y avait PAS pire choix que cette femme. Lorsqu'on doit son pouvoir pour un tiers aux multinationales, pour un tiers aux banques mondialisées, et pour un tiers aux monarchies du Golfe Persique, on ne fait pas politique, on est un mandataire, et on REND DES COMPTES à ses mandants... point.

Et on va briser là parce que... je ne préfère personne, (contrairement à ce que vous affirmez) pour ce pays dont je ne suis pas, où je ne vote pas. J'observe, et je décris ce que je vois : vous le savez parfaitement d'ailleurs, et vous feignez de croire que cette description vaut soutien afin de discréditer le contradicteur sans avoir à avancer le moindre argument (car vos arguments descriptifs de la société américaine sont shématiques*, pardon). Je sens que, discuter avec quelqu'un d'une telle mauvaise fois se cantonnera à perpétuellement rectifier vos contrevérités me concernant, avant de pouvoir parvenir à avancer un argument supplémentaire. Donc, stop. Bon week-end.

* : votre "surreprésentation voulue des zones rurales conservatrices dans le système américain" (hou, ça pue rien que de l'écrire dîtes donc !), c'est bien celle qui a porté deux fois de suite au pouvoir ce cher Président Obama, en pleine crise ? Oui ou non ? Il n'y aurait donc jamais d'alternance Républicain/Démocrates par là-bas ? Hmmmm.... Ce "découpage électoral" n'existe que lorsqu'il vous arrange, et il faudrait n'en point tenir compte lorsque cet élément n'entre plus dans votre raisonnement ? Pas simple de faire entrer le shématisme dans le choc du réel, hein ? Surtout quand on se pousse du col, n'ayant rien vu venir du "drame", en incriminant JUSTEMENT de simplisme quelqu'un dont l'analyse avait vu venir le "drame"...
Par Faab

Re: Il y a un mois...

Je crois que personne ici n'a envie de défendre Clinton, la question est : croit-on vraiment que Trump aura une politique moins agressive ? C'est quoi le "America great again" pour quelqu'un comme lui avec un Pence en vice-président et les noms qui circulent pour son cabinet (Giuliani, Palin, Steve Bannon etc. ) ?
Quelle paix attend-on de quelqu'un qui a dit devant l'AIPAC qu'il remettrait en cause le traité avec l'Iran, qui est félicité par le KKK, parle de bras de fer avec la Chine etc. ?

J'sais pas, ce que j'entends là, c'est le "new world order" de Bush senior simplement assumé de manière brutale, la prétention à l'hégémonie par tous les moyens. Et peut-être que Poutine pense pouvoir s'arranger pour revenir à une domination partagée comme au temps de la guerre froide, ou peut-être se félicite-t-il de voir un incompétent à la Maison Blanche, mais dans tous les cas, il va falloir espérer qu'on n'ait pas l'alliance de deux néo-conservatismes amateurs de force policière et militaire pour qui le monde doit marcher selon leurs diktats. Du moins si on n'entend pas être à leur botte...

Pour une illustration des inquiétudes des américains : propos de Omarosa Manigault-Stallworth, étrange supportrice de Trump disant que tous les critiques auront à rendre des comptes, "It is the ultimate revenge to become the most powerful man in the universe".
Par OuvreBoîte

Re: Il y a un mois...

Citation:
(...) je me contente de le CONSTATER qu'il n'y avait PAS pire choix que cette femme (...)

Citation:
(...) Et on va briser là parce que... je ne préfère personne, (contrairement à ce que vous affirmez) quelqu'un dont l'analyse avait vu venir le "drame"...

Considérer que Mamie Clinton est pire que le clown misogyne qui a mené une campagne d'extrême droite, c'est exprimer une préférence.
Ensuite, comme d'habitude, vous CONSTATE(Z) que "vous avez raison", ce qui n'est toujours pas un argument (tout au plus l'expression de votre encombrant ego).
Je suis quand même un peu déçu que votre détestation de Clinton vous ai empêché de garder une place dans votre petit coeur de gauche pour Henri Kissinger, qui, pour paraphraser une celèbre ex, n'a pas démérité et s'est battu auprès des dictatures pendant tant d'années dans un engagement à peine intéressé
Par Jiemo

Re: Il y a un mois...

...Pour sonder Murica , il y a une source intéressante à consulter : Liveleak , fourre-tout de l'idéologie des électeurs Muricans , on y trouve les vidéos d'agressions , de bavures policières , de conduites "hors les clous" et surtout des commentaires permettant de dégager une vision autre de la vie quotidienne sur place . Bref une mine (souvent glauque) de renseignements sur l'American Dream ... et lorsqu’on rapproche ce qui est "montré" d'un article du type de celui de M. Moore , il semble que la surprise Trump devient moins inévitable .
Par Catala93

Re: Il y a un mois...

L'éditorial de décembre du "Diplo" par Serge Halimi, sur l'analyse de l'élection de Trump, pose questions, c'est le moins qu'on puisse dire. Halimi titre " La faillite des élites" et traite ce vote sous l'angle exclusif du mépris des élites pour les classes les moins éduquées. Ce faisant, il plaque à contresens la thèse du "Racisme de l'intelligence" de Pierre Bourdieu sans aborder le fait que les 39% des électeurs de Trump les moins diplômés seront les plus impactés par son programme. Sans parler des conséquences géopolitiques de sa politique extérieure dont on peut envisager le pire. A contre-courant des papiers argumentés et pertinents du Diplo, Halimi se livre à une charge féroce contre une élite intellectuelle qui s'accommodera sans dommages de Trump, en ignorant soigneusement la critique de l'autoritarisme identitaire de ce président populiste. Face à cet évènement inédit dans l'histoire des Etats-Unis, n'y a t-il d'autres commentaires à apporter qu'une thèse bourdieusieenne ? Son point de vue est un peu court ... Lire ce billet "La curieuse analyse de l'élection de Trump par le Monde Diplomatique" sur Mediapart



Modifié 1 fois. Dernière modification le 09:44 le 16/12/2016 par Catala93.
Par Antoine Gallais-Billaud

Re: oui mais…

Ne pas oublié qu'il veut détruire l'Obamacare, moins imposer les entreprises et grandes fortunes, poursuivre les femmes qui l'ont accusées, sortir de l'accord sur le climat, relancer Keystone XL. Mais il veut également sortir des négociations sur le TAFTA…
Par Antoine Gallais-Billaud

Re: oui mais…

Quand à ceux qui pensent que Trump est un candidat qui ne fait pas parti de l'élite, comment définir quelqu'un qui fraie avec les anciens caciques du GOP (Giuliani, ancien maire de NY pour mémoire), un magnat de la presse trash, un négationniste climatique comme beaucoup de ses co-partisans, riche à milliards grâce à un usage des dérégulations du marché et des délocalisations, et qui côtoie l'élite financière mondiale, notamment Russe. Un candidat anti-establishment? Faut pas déconner quand même.
Par Strumfenberg ( Aloys von )

Re: oui mais…

" L'élite" serait-elle divisée ? Le poisson pourrirait-il par la tête ? L'histoire ne serait elle pas soluble dans le TINA ?
Par Djac Baweur

Re: Trump président : dépasser le vertige

Le Brexit ne devait pas arriver. C'est arrivé.
Trump président ne devait pas arriver. C'est arrivé.

Est-ce qu'on va pouvoir continuer à se dire que Le Pen n'arrivera pas ?

Autre question : combien de temps sera nécessaire et jusqu'à quelles absurdités faudra-t-il en arriver pour que la majorité des journalistes cessent de se consacrer aux sondages et aux analyses de comptoir ?
Par Djac Baweur

Re: Trump président : dépasser le vertige

Autres questions :

Faut-il se désespérer de Trump, ou faut-il se désespérer d'"élites" qui se coupent tellement des électeurs de base que le boomerang revient inévitablement dans la figure un jour où l'autre ?
Combien de temps avant que de savants Think tanks suggèrent que faire voter les classes populaires reste encore trop dangereux (elles sont trop bêtes) et qu'il faudrait trouver des moyens supplémentaires de se détourner de la démocratie ?
Par Carnéade de Cyrène

Re: Trump président : dépasser le vertige

L'un n’empêche pas l'autre.
On peut ne pas aimer la pluie mais ne pas trouver souhaitable de se jeter à la mer pour se sentir moins mouillé.

Je dirais que les élites doivent déjà être en train d'en discuter depuis le brexit, mais ce n'est pas que de leur faute (si leur part de responsabilité est indéniable) si le vote populaire montre de plus en plus ses limites. Il y a des choses vraiment inquiétantes dans la réaction populaire aux mensonges avérés, qui peut servir à justifier une remise en cause soit de ses modes de consultation soit du degré de liberté d'expression actuel quand il s'agit de contestation de faits. Quand l'anti-élitisme justifiable face aux élites économiques devient un refus d'écouter les scientifiques, experts, fact-checkers, etc... pour justifier par une réalité fictive le choix d'options délirantes il y a un vrai gros problème à mon avis.

Réfléchir au rapport entre ça [archive.boston.com] et ça [www.nytimes.com] me semblerait plus urgent que de faire un procès d'intention à ceux vont s'en charger pour nous si on ne le fait pas.
Par Romain I

Re: Trump président : dépasser le vertige

Pas besoin d'être un génie pour comprendre que le meilleur moyen de créer une fracture entre le peuple et les "experts", c'est de critiquer le peuple parce qu'il critique les experts.

Commencer à faire une montagne d'une certaine mauvaise foi ou d'un aveuglement populaire vis-à-vis des faits, cela paraît indécent aux yeux de gens qui pensent subir des agressions ou humiliations beaucoup plus concrètes au quotidien.

On peut trouver grave cette maltraitance vis-à-vis des faits, en faire la source du mal, mais le dire est très maladroit car on vous cataloguera immédiatement comme "élite coupée de la réalité".

Que faire ? Lutter contre le mal mais ne pas le nommer !
Par palu

Re: Trump président : dépasser le vertige

Ben y a très fort à parier pour que dans le c dans l'air de ce soir, "on" retrouve ces inamovibles "experts US" qui viennent nous décortiquer pourquoi "ils" se sont trumpés y a juste quelques émissions plus tôt... Maintenant il n'est plus possible pour le grand public de nier que les émissions TV françaises ne sont plus que des émissions de propagande, et que les journalistes n'y sont jamais virés pour cause de mauvais travail. Ce qui va accentuer le vertige du peuple face à ces zombies-robots ayant vocation à lui distribuer une mauvaise soupe... Avec quelle conséquence "incroyable", je vous le demande...?
Par grubie

comprendre

Pour commencer (ou continuer) à comprendre, un article depuis Pleasant Fields... loin de New York : [www.laviedesidees.fr]
Par alain-b

Re: Trump président : dépasser le vertige

En tout cas il y en a au moins deux qui avaient vu juste, Michael Moore [www.huffingtonpost.fr] et moi, qui en avais fait le pari avec mon frangin (qui a vécu en Louisianne), et je suis désolé de l'avoir gagné :(.
edit : ah ben y'a Arnaud Romain aussi ;)



Modifié 1 fois. Dernière modification le 11:05 le 09/11/2016 par alain-b.
Par Germain RITAL

Re: Le désaveu démocratique

Citation:
Daniel Schneidermann
On a toutes les raisons de trembler, mais il n'est pas interdit de chercher à comprendre.

Il est aujourd'hui urgent de rappeler que Tocqueville dans cette Bible de la raison politique que constitue Démocratie en Amérique a donné deux définitions de la démocratie: d'une part, institution de "l'égalité de conditions", mais d'autre part régime de "dictature" ou "tyrannie de la majorité". Comment ces deux parts apparemment opposées lui permettent-elles de régir la société, tel est le problème dont l'élection de Trump offre un exemple de la nécessité de se le poser. Un exemple dont la compréhension de l'actualité doit être ordonnée à celle de la logique politique à laquelle il obéit.

Ce qui oblige à passer de Tocqueville à Machiavel qui, dans le De principatibus (le véritable titre du "Prince") notamment définit lui, républiques comme principautés, par le conflit entre les deux "humeurs" opposées de la volonté des "grands" de dominer et commander et celle du "peuple" de ne l'être pas: les deux conduisant à l'impossibilité du vivre ensemble si elles étaient livrées chacune à elle-même. Seul leur conflit incessant permet d'atteindre cet équilibre vivant (instable structurellement) qui assure aux "cités" une certaine durée.

Encore faut-il pour bien saisir cela ne pas surestimer l'humeur du peuple qui, pour être "plus honnête" précise Machiavel, n'est pas pour autant parfaite. Constituant le pôle de la négativité, qui laissée à elle-même conduirait à une autodestruction, elle ne trouve que grâce à l'adversité qui la lie à l'humeur des "grands", par trop positivement opposée quant à elle, ce qui lui permet de ne pas verser dans de définitifs excès. Mais l'équilibre est toujours au bord de l'abîme, comme on ne le voit habituellement pas. La raison en est une positive obnubilation touchant la nature du "pouvoir". Celui-ci n'est pas en effet simplement puissance: pur pouvoir de faire, mais au contraire, et telle est la fonction populaire salutaire, celui de ne pas consentir, et ainsi d'empêcher de méfaire. C'était à Rome le pouvoir tribunicien maître du consentement dont l'abolition de fait à Rome du temps des Gracques ouvrit par guerre civile la voie à l'Empire qui la convertit en guerres de conquêtes... jusqu'à la chute finale.

À la lumière de cet exemple, ce qu'il vient de se passer dans ce qu'il ne faut pas se hâter d'appeler l' empire américain, nous montre que le pouvoir démocratique est essentiellement un pouvoir de désaveu. Désaveu de l'élite par ceux qui en subissent les excès. Excès commis inconsciemment ainsi par "les grands" (en l'occurrence, une "élite éclairée") et dont le désaveu ouvre sur la possibilité d'un plus grand danger comme nous le redoutons. Puisse cette crainte être l'occasion d'une salutaire réflexion...



Modifié 1 fois. Dernière modification le 11:09 le 09/11/2016 par Germain RITAL.
Par kawouede

Re: Trump président : dépasser le vertige

Conclusion : la démocratie c'est dans les urnes et pas sur les réseaux sociaux ou les grands médias
Voir aussi l'analyse prémonitoire de Michael Moore il y a quelques mois (et qui recircule... sur les réseaux sociaux)
Par Louisakat

Re: Trump président : dépasser le vertige

L'occasion de (re)voir un petit reportage d'arte sur les pro Trump et l'illusion dont on fait preuve les démocrates...
[www.arte.tv]
Par Robert.

Il va déjà mieux !

"Trump est bien entendu la caricature misogyne et xénophobe qu'en présentent les medias."
On ne s'interroge plus pour savoir si on peut dire qu'il est raciste.
Par Dominique Larchey-Wendling

Re: Trump président : dépasser le vertige

S'il fallait un signe, un seul, qu'ils sont irréformables, et ne comprendront jamais, c'est celui-ci : tous les envoyés spéciaux des medias mainstream français qui se sont délocalisés aux Etats-Unis pour couvrir l'élection se sont installés...à New York.

Le système n'est pas réformable parce que les gens qui le composent, le servent, en vivent ... ne le sont pas. Leurs destins sont liés à celui du système. Aussi, pour ceux qui refusent d'être dominé par ce système, il n'existe d'autre option que de le détruire. Quand on vit dans une prison, on pense d'abord à s'echapper, pas à ce qu'il y a dehors ou à ce qu'on fera après en être sorti.

Je ne sais pas si Trump va détruire le système, mais c'est ce que les gens qui ont voté pour lui veulent. Sanders aurait pu représenter une alternative de gauche mais c'est le système qui l'a détruit.
Par kawouede

Re: Trump président : dépasser le vertige

Il n'a pas été détruit, il a marqué des points Sanders, il a perdu la primaire soit, mais il a laissé des traces au parti démocrate, c'est certain.
Par Ervé

Re:

Tweet de David Duke, militant suprémaciste, ex-responsable national du KKK :
GOD BLESS WIKILEAKS - Julian Assange is a hero -> America owes this man one thing -> FREEDOM !!! Thank you, sir - THANK YOU !
Par Olivier

Re:

Encore un futur déçu du système présidentiel.
Par Julot Iglésias

Re:

Citation:
Daniel Schneidermann
Trump président : dépasser le vertige

Ne vous inquiétez pas trop, Daniel. Je suis certain que ce vertige est passager. Tout va s'arranger.

Si vous permettez, Daniel, je vais tenter un truc. Ça marche avec le hoquet, parait-il. Ça peut marcher avec la phobie des concombres.
Cliquez ici.
Par Oblivion

Re: Trump président : dépasser le vertige

… et puis, à la fin, le nouveau président des États-Unis devra quand même appliquer la politique de l’oligarchie.
Par Loran

Re: Trump président : dépasser le vertige

C'est ce que pensaient tous les contemplateurs, extérieurs à la dynamique soviétique, de Gorbatchev.

Je ne crois pas que le statu quo soit tenable.
Moi si je devais parier, je parierais plutôt, sur, à moyen terme ( <10ans), un phénomène de sécession.

Brexit local. Texit first (Texas) ?
Par DétecteurdeVérité

Re:

La question à se poser est celle de l'aveuglement :

- aucune circonstances atténuantes pour ceux qui ont voté pour le Brexit, ils se sont laissés emportés par des populistes comme Boris Johnson et Nigel Farage qui depuis se sont évanouis dans la nature, laissant face à leur vote ces imbéciles qui ont usé de ce vote pour dire leur colère alors qu'ils savaient parfaitement qu'ils partaient dans l'inconnu comme des moutons de Panurge

- aucune circonstances atténuantes pour ceux qui ont voté pour Trump, milliardaire tricheur avec les impôts, saccageurs de femmes et de fortune, une fortune qui est purement illusoire et qui n'a fait que régresser depuis qu'il l'a héritée, lui qui a mis tant de petites entreprises sur la paille.

Il y a une chose qui ne trompe pas ce matin : celui qui se dit vouloir réunir les Américains, tous les Américains, a distillé pendant plus d'un an des ferments de désunion qui ont fait leur travail dans cette population terrorisée qui n'avait besoin que de "black sheep", devenant des moutons de Panurge poursuivant de leur haine leurs "moutons noirs", qu'ils soient musulmans, latinos ou noirs aussi, avec ce relent de racisme d'une Amérique blanche qui n'a jamais accepté vraiment qu'un président noir soit là. Et si on rétorque qu'il y a quelques électeurs non caucasiens parmi les supporters de Trump, il y avait aussi des Juifs en d'autres temps...
Désormais la haine va irrémédiablement continuer son ouvrage dans la population américaine. Il ne va pas faire bon être différent comme il n'y a pas si longtemps.

Certains ici en Europe qui sont aussi des terrorisés et suivent d'autres populistes souhaitent que cette haine puisse librement s'exprimer. Incapables d'imaginer un avenir sans en priver d'autres, ils sont non seulement des imbéciles mais des fainéants. Chez eux la volonté de destruction supplante le désir de créer, d'améliorer, voire d'aimer
Par Loran

Re:

ben mon garcon, toi t'as rien compris.

En soit ce n'est pas très grave. Mais c'est tellement représentatif du discours bon teint, disons BHLien, que ca en est pathétique de convenance.
Ceci dit, ca doit être reposant de voir le monde coupé entre gentils et méchants.

Juste, j'aimerais savoir, le camps de l'amour, il est ou en Syrie?
Par DétecteurdeVérité

Re:

Toi mon gars, t'as tout compris et tu feras de la bonne chaire à canon
Par David Dewaele

Re: Trump président : dépasser le vertige

Je ne peux pas m'empêcher de faire un parrallèle avec les résultats du Brexit, de la victoire de Trump et de ce qui va se passer en France. La gauche démocrate incarnée par une millionnaire Hillary Clinton et du politiquement correct, donneur de leçons. Et de l'autre côté, celle de la vraie gauche sociale, écologique représentée par B. Sanders qui a été étouffé par les médias traditionnels qui ont soutenu plutôt l'Etablishment que la voix du Peuple américain qui souffre et qui comme en France se tourne désormais vers Marine le Pen plutôt que vers Mélenchon. Au final, ce sont les électeurs de gauche eux-mêmes qui se font piéger par tous les récupérateurs de tous bords et c'est la démocratie et ceux qui sont déçus par la politique qui constatent les mêmes désillusions et la colère qui monte. La démocratie et la voix du Peuple étouffe au point que les bruits de bottes se rapprochent.
Par kawouede

Re: Trump président : dépasser le vertige

La différence est que Sanders a fait le pari de la primaire : c'est aussi ce qui a fait la force de sa candidature, même s'il a échoué. Tout seul comme candidat indépendant, il n'aurait pas eu le même poids.

On est dans un autre système, soit, mais si Mélenchon avait utilisé l'outil collectif de la primaire de gauche pour proposer sa candidature, il aurait été plus crédible comme pourfendeur de la Ve République et rénovateur de la vie politique.
Par grrrz

Re: Trump président : dépasser le vertige

c'est difficile de comparer le système US et Français. Là bas un seul tour aux élections (avec toutes les élections en même temps), et le bipartisme est la règle de base (95% des suffrages ou plus pour les deux grands partis). Ici les partis en dehors des deux principaux ont beaucoup plus de poids, et peuvent réellement créer des surprises (pour le meilleur et pour le pire);
et les primaires c'est un truc qui n'existait pas jusqu'à présent.
Par tchd

Re:

"On nous a trop conditionnés à attendre de l'Amérique salut et protection"


Vous êtes sérieux ?

Si elle peut nous débarrasser de ces fables pour enfants, cette élection est une bonne nouvelle.
Par palu

Re: Trump président : dépasser le vertige

bah, maintenant les suiveurs US type hollande et sarko n'ont plus de mentors crédibles, bouuhhhh. Non en fait, ça révèle leur vide géopoliticoprogrammatique, et "nos" "rois" se montrent enfin nus.
Par Anne-Gaëlle

Re: Trump président : dépasser le vertige

"un candidat qui souhaite augmenter les droits de douane des produits chinois, augmenter les impôts des traders des hedge funds, renégocier ou sortir de l'OMC, diminuer le prix des médicaments, maintenir les assurances santé et vieillesse instaurées par Obama que les autres candidats républicains souhaitaient supprimer, rétablir le Glass-Steagall Act, voté lors de la crise de 29 et abrogé par Bill Clinton, qui séparait banque traditionnelle et banque d'affaires"

Bon, qu'on soit déçu du PS en France parce qu'on a été assez naïfs pour s'imaginer qu'il ne plierait pas totalement sous la doctrine libérale, je peux concevoir. Aussi perspicaces et sensés que des lapereaux de 3 jours qu'on a été pour ne pas le voir venir mais, bon, il y avait le mot socialiste dans l'intitulé, ça nous a induit en l'erreur, ça arrive même aux meilleurs (on va dire).

Mais s'imaginer qu'un type comme Trump, membre du parti Républicain aux USA (attention des indices subtiles se cachent ici), puissent mener une politique autre qu'ultra libérale et uniquement préoccupée par le fric et le bien être des multinationales...voire, de mener une politique sociale qui viserait à plus d'égalité et de justice...Voyons, soyons sérieux, je vous prie.Nous vivons en pleine féérie, là (pas besoin de légaliser la marijuana)!



Modifié 1 fois. Dernière modification le 11:54 le 09/11/2016 par Anne-Gaëlle.
Par Strumfenberg ( Aloys von )

Re: Trump président : dépasser le vertige

Ben moi, un libéral qui veut abattre les obstacles entre les capitaux, les marchandises, mais pas la viande humaine, j'ai des doutes. Ah lala, on ne lit jamais assez . Vivent les intellos !
Par emilie bouyer

Re: Trump président : dépasser le vertige

J'avais imaginé comme impossible la victoire de ce guignol. Je m'ai trumpée. Pour gagner des élections capitales dans nos "pseudo-démocraties", il faut montrer sa gueule à la télé tous les jours et prononcer les pires inepties. Chez nous , il y a le roi des frites qui ne pense qu'à ça.
Par Loran

Re: Trump président : dépasser le vertige

En passant, Clinton a beaucoup plus fait passer de messages publicitaires à la télé que Trump.

Comme quoi ....
Par Bruanne

Re: Trump président : dépasser le vertige

Demande atypique sur un forum d'@si : est-ce que quelqu'un se sentirait capable d'expliquer simplement et en quelques lignes en quoi l'élection de Trump est vertigineuse, ou au moins plus vertigineuse que ne l'aurait été celle de Clinton ?
Faites comme si j'avais entre 8 et 12 ans, et ne présupposez aucune connaissance de l'histoire des USA et de contexte géopolitique ( ce n'est pas mon âge mais c'est mon ignorance véritable).
Merci.
Par grrrz

Re: Trump président : dépasser le vertige

J'ai l'impression que la réponse tient à peu près simplement à "contrairement à d'habitude absolument personne ne sait à quoi s'attendre. on peut tout imaginer et surtout le pire."
Par Bruanne

Re: Trump président : dépasser le vertige

Merci grrrz
Donc, en temps normal, ce qui stabilise ( ne fout donc pas le vertige) c'est :
-qu'on sait à quoi s'attendre
-et que ce à quoi on s'attend est moins pire que le pire qui n'est plus exclu.

J'ai compris ?

C'est quoi, "le pire" ?
Par grrrz

Re: Trump président : dépasser le vertige

Si on s'en tient au déclarations de Trump durant sa campagne, le pire c'est déja l'instauration d'un état raciste et ségrégationniste aux USA; et une ingérence totale dans les affaires internationales avec un risque sévère de sérieux conflits armés (et une decomplexion totale vis à vis de l'arme nucléaire). Si on met les déclarations bout à bout c'est terrifiant. vraiment. Il a aussi montré qu'il était capable de dire tout et son contraire du jour au lendemain. Il est difficile de savoir comment il s'entoure, mais il semblerait qu'il soit relativement en roue libre, la majorité du parti républicain l'ayant désavoué. Il est donc tout seul, ou presque. Psychologiquement il est instable, et la constitution américaine donne un pouvoir immense au président (plus qu'ici). Donc tout est possible. On est loin d'une configuration à la George W Bush, où tout semblait planifié par un petit groupe de personnes extrêmement néfastes bien implantées dans le paysage politique. La on savait à peu près où on mettait les pieds.
Dans certains cas l'incertitude n'est pas à craindre et peu être porteuse d'espoir. Ici peu d'espoir.
Par Strumfenberg ( Aloys von )

Re: Trump président : dépasser le vertige

Le racisme est une idée comme une autre, et, comme toute idée, susceptible de recevoir l'aura démocratique. Le Peuple a toujours raison. Poil au menton.
Par grrrz

Re: Trump président : dépasser le vertige

poil au menton, oui.
c'était bien expliqué par Sophie Wahnich dans cette émission:
[www.arretsurimages.net]
Par pierre mas

Re: Trump président : dépasser le vertige

Citation:
Si on s'en tient au déclarations de Trump durant sa campagne, le pire c'est déja l'instauration d'un état raciste et ségrégationniste aux USA; et une ingérence totale dans les affaires internationales avec un risque sévère de sérieux conflits armés (et une decomplexion totale vis à vis de l'arme nucléaire)

Pour le risque d'état raciste et ségregationniste aux US je vous suis

En revanche concernant l'ingérence totale dans les affaires internationales avec "risque sévère de conflits armés" ( on y est déjà un peu non? ;-) je ne comprends pas très bien ou vous voulez en venir dans les débats contre Clinton Trump n'a eu de cesse de rappeller que Clinton était une va-t-en guerre au bilan désastreux.

Le problème de la comparaison Trump Clinton c'est que le premier n'a aucun bilan ni aucune expérience politique on ne peut que se fier aux mots.

J'ai hâte de savoir de qui se composera son gouvernement. S'il y a des faucons et des relais du complexe militaro industriel votre hypothèse se vériefiera.
Par grrrz

Re: Trump président : dépasser le vertige

à vrai dire je suis pas assez informé sur la question; juste que Trump devrait laisser le champ libre à Poutine pour faire ce qu'il veut (par l'intermediaire de l'OTAN), et un scenario prevoit que Poutine envahisse les pays baltiques (lituanie, lettonie, estonie).
[www.theguardian.com]
Ensuite il ya les declarations assez inquietantes sur les armes nucléaires (à prendre avec des pincettes mais quand meme)
[thinkprogress.org]
Je ne suis pas sur qu'il soit vraiment proche des neocons républicains; et la cohabitation avec eux va peut etre être compliquée (même si investi par les républicains, j'imagine qu'il a quand même des comptes à leur rendre)
Par Tatanka

Re: Trump président : dépasser le vertige

Et bien figurez vous que j'adore ça! Justement!
Un outsider dans le jeux de quille, un éléphant dans le magasin de porcelaine US, génial!
Les USA trop occupés à régler leur propre bordel, nous laisserons régler les notres en paix....
Amen!



Modifié 2 fois. Dernière modification le 18:43 le 09/11/2016 par Tatanka.
Par tchd

Re: Trump président : dépasser le vertige

Quelques éléments ( incomplets et dans le désordre ).

Il veut:

- l’arrêt total et complet de l’entrée des musulmans aux Etats-Unis
- un mur entre les E.U et le Mexique
- revenir sur l'accord de Paris sur le climat
- remettre en cause l'accord avec l'Iran sur le nucléaire
- autoriser la torture ( contre les terroristes )
- revoir les conditions de participation à l'OTAN

à compléter bien sûr
Par Geugeu

Re: Trump président : dépasser le vertige

C'est un peu comme si Coluche s'était fait élire à l'époque; Trump c'est pas un politicien, il animait même un show de TV réalité. Il racontait aussi un peu n'importe quoi durant sa campagne, je crois qu'à un moment les "fact-checker" ont dénombrés plus de 50 mensonges en un jour (tu me dira que tous les politiciens mentent, mais là c'est un autre niveau).

Je sais pas quel serait l'équivalent Français aujourd'hui, Bolloré président peut-être ?
Par kadife

Re: Trump président : dépasser le vertige

Bernard Tapie, sans hésiter.
Par Geugeu

Re: Trump président : dépasser le vertige

Trop d'expérience, il a été ministre.
Par norbix

Re: Trump président : dépasser le vertige

Vous n'y êtes pas... Le type sur France culture qui expliquait que la victoire de Trump augurait d'une victoire en France d'un candidat anti-système : Emmanuel Macron, celui-là même qui avait retourné toute l'équipe de Mediapart, redonné la parole aux chiens et la lumière aux aveugles...
Par Oblivion

Re: Trump président : dépasser le vertige

À l’heure où la partie opprimée du peuple américain pouvait exprimer démocratiquement sa révolte face à la mondialisation et au pouvoir infini des financiers,
un milliardaire bien en sécurité, bien repu et de droite instrumentalise la révolte d’une partie d’entre-eux (les mâles blancs) afin d’écraser l’autre partie : les noirs, les arabes, les latinos, les femmes, etc…

C’est l’échec d’une révolte. C’est la défaite de la lutte des classes.
C’est la réussite d’une politique définitivement de droite et définitivement capitaliste, celle que nous prépare nos politiques assistés par nos médias détenus par de riches propriétaires, riches comme un Trump, et qui n’en ont strictement rien à foutre du petit blanc déclassé.
Celle qui consiste à diviser les plus démunis pour sauvegarder son propre pouvoir.
Par grrrz

Re: Trump président : dépasser le vertige

interessant découpage sociologique du vote:
[www.nytimes.com]
sans grande surprise l’électeur moyen de trump est un homme blanc (mais alors très blanc); peu eduqué, qui a la quarantaine bien tassé ou plus, et qui habite à la campagne (Il est aussi chrétien, hétéro, marié).
Plus surprenant ce n'est pas forcement un pauvre; c'est plutot quelqu'un avec un niveau de vie confortable (> 50000$ on vote plus pour trump, en dessous plus pour hillary).
Un peu surprenant aussi 20% des electeurs de Trump pensent qu'il fera pas un president fiable, 20% qui 'il n'est pas honnête et digne de confiance (donc un vote contre Clinton).
A part ça si on a écouté le bonhomme ne serait-ce que 10 secondes je vois pas comment on peut accorder le moindre crédit à se parole ou à la possibilité de réaliser quoi que ce soit de son programme, même si c'était positif. Ses premières félicitations viennent de Poutine et Orban. En attendant les millions d'immigrés et de minorités des USA se préparent au pire, et ils ont des bonnes raisons de le faire. tout est possible. Et ici la victoire de l'extreme-droite devient une probabilité plus que tangible.
Par grrrz

Re: Trump président : dépasser le vertige

ah oui petite ironie il semblerait qu'en nombre de voix Clinton soit quand même devant.
[www.nytimes.com]
Par Dogu

Re: Trump président : dépasser le vertige

Ce genre de raisonnement se base sur l'idee que les gens votent d'abord en reference a leur propre situation, ce qui est evidement faux. Si c'etait vrai, les membres de la classe superieure eduquee ne voteraient jamais a gauche, puisqu'ils ne se sentent a priori pas directement concernes par le risque de pauvrete.

Apres, evidement, ils ont des soeurs, des freres, des nieces, des petits enfants. Ils peuvent voir comment ces gens sont touches par la desindustrialisation.

Et puis ils voient aussi ce qui se passe autour d'eux.
Par grrrz

Re: Trump président : dépasser le vertige

les gens ne votent pas en réference à leur situation, ils sont le produit de leur situation. évidemment les catégories présentés dans le NYT ne disent pas tout de la réalité mais en disent quelque chose.
Globalement l'éléctorat de Trump est celui qui est le plus sensible à son slogan 'make america great AGAIN". Des gens un peu privilégiés (au niveau social, du genre, et des origines), pas tous jeunes; dont la situation s'est probablement degradé, qui ont loupé le train des evolutions sociales et qui regrettent le bon vieux temps où tout était simple (..et où les noirs avaient leur place reservé dans le bus)
Par Dogu

Re: Trump président : dépasser le vertige

"qui ont loupé le train des evolutions sociales"

qui est monte dans ce train ?
Par grrrz

Re: Trump président : dépasser le vertige

je me suis un peu mal exprimé, par "évolutions sociales" je voulais dire évolutions sociétales issus des luttes notamment antiracistes (civil rights), féministes, LGBT, et accessoirement le recul (léger aux USA) de la place de la religion dans les vies. plus clair comme ça?
Par Cultive ton jardin

Re: Trump président : dépasser le vertige

Citation:
grrrz
Plus surprenant ce n'est pas forcement un pauvre; c'est plutot quelqu'un avec un niveau de vie confortable
Bah, c'est tout simple: ceux qui se sont déjà écrasés au sol ont moins peur de la chute.



Modifié 1 fois. Dernière modification le 14:10 le 09/11/2016 par Cultive ton jardin.
Par Cultive ton jardin

Re: Trump président : dépasser le vertige

Quand on y réfléchit, c'est quand même marrant que les rodomontades de Trump (construire un mur de plus alors que le monde en est déjà truffé, stigmatiser les musulmans alors qu'ils le sont partout, et les migrants en général alors que l'Europe les traite comme des pestiférés, violeurs et terroristes potentiels) nous aient fait plus peur que l'attitude de va-t-en-guerre de Clinton, et que ses liens avec les banques et les multinationales qui ont tout intérêt à la guerre.

On peut au moins espérer (même si on ne sait jamais...) que Trump n'ira pas bombarder la Russie....



Modifié 1 fois. Dernière modification le 14:20 le 09/11/2016 par Cultive ton jardin.
Par grrrz

Re: Trump président : dépasser le vertige

apparement l'inquiétude est plutôt de l'ordre d'une alliance forte avec la Russie, puisqu'il semblerait qu'en lettonie, Estonie, et Lituanie la victoire de Trump puisse préfigurer l'invasion et l'annexion de ces pays par la Russie qui aura le champ libre par rapport à l'OTAN.
cf
[www.theguardian.com]
Par Dogu

Re: Trump président : dépasser le vertige

Et pouquoi la Russie voudrait elle envahir ces pays ?

Rappel : la Russie n'a que 170 Millions d'habitants, et est un pays tres en retard economiquement et technologiquement. Et elle en est parfaitement consciente.

Par contre, ce qu'on dit moins, c'est que les bases OTAN des pays baltes sont a un jet de caillon de Saint Petersbourg. Et pas beaucoup plus loin de Moscou.

Par ailleurs, en dehors de l'Afghanistan, citez moi un seul pays qui ait eu a connaitre une agression de la part de l'armee Russe depuis 40 ans ? Faites la liste des pays qui ont eu a le subir de la part des USA.

Les Russes ont des raisons OBJECTIVES de s'inquieter.
Par grrrz

Re: Trump président : dépasser le vertige

euh je suis pas très calé sur le sujet, mais quand même l'Ukraine?
Par Carnéade de Cyrène

Re: Trump président : dépasser le vertige

Si on ne compte pas les interventions "purement défensives" en faveur de frères de langue des petits hommes verts ce nombre est assez réduit effectivement.
Par palu

Re: Trump président : dépasser le vertige

wikikpedia chiffre à 146,5 millions le nombre de ses habitants en 2016.
Par Lafargue

† 4e Pouvoir (1450-2016)

Citation:
Le matinaute
(...) l'amère satisfaction de voir que l'appareil médiatico-sondagier, de ses grands patrons à ses soutiers, refusant jusqu'à hier soir d'envisager l'inimaginable, s'est une fois encore auto-persuadé que le monde était à son image.

J'espère que ce point va être creuser et qu'on ne va pas se contenter de ces jolis formules aussi bien écrites soit elles.

Cette défaite historique de la grrrrande presse ne sera pas sans conséquences, si j'étais investisseur il y a désormais mieux et moins cher comme placard publicitaire.

C'était mignon ce matin les éditocrates (à qui je ne donne pas 15 jours pour se rallier à Trump) qui tentaient péniblement de comprendre ce qui avait pu leur échapper tout en continuant à interrompre l'invité qui parlait en dehors des clous de Sanders, Wikileaks etc...

Au pays du que-faut-il-en-penser? malgré la sidération et le vertige on savait encore ce qu'il ne fallait pas penser.
Par Strumfenberg ( Aloys von )

Re: † 4e Pouvoir (1450-2016)

Merde alors . Si on ne peut pas voter comme les sondages y nous on dit, on n'est plus en démocratie, poil au kiki.
Par Clarazed

Re: Trump président : dépasser le vertige

Les Américains avaient à choisir entre la peste et le choléra. Ils ont choisi.
Par tchd

L'homme qui valait trois milliards

Par Trubli

Re: Trump président : dépasser le vertige

Citation:
C'est aussi, comme le reconnaissait Michael Moore, ou comme le rappelait voici deux mois l'ancien directeur du Monde Diplomatique Ignacio Ramonet, dans un article que nous avions signalé, et qu'il va être urgent de relire aujourd'hui, un candidat qui souhaite augmenter les droits de douane des produits chinois, augmenter les impôts des traders des hedge funds, renégocier ou sortir de l'OMC, diminuer le prix des médicaments, maintenir les assurances santé et vieillesse instaurées par Obama que les autres candidats républicains souhaitaient supprimer, rétablir le Glass-Steagall Act, voté lors de la crise de 29 et abrogé par Bill Clinton, qui séparait banque traditionnelle et banque d'affaires (nous vous l'expliquons ici). Que sa future majorité républicaine lui laisse les mains libres pour mener à bien ce programme est une autre affaire, mais c'est aussi sur ces promesses qu'il s'est fait élire.


Ce matin je suis guoguenard. Je m'attendais à ce type de réaction de Daniel Schneiderman et je me doutais que Trump avait de sérieuses chances de gagner en raison des précédents du TCE de 2005 ou du Brexit.

Daniel Schneiderman fait partie de ces catégories sociales vainqueurs de la mondialisation.
Daniel Schneiderman fait partie de ces catégories sociales qui ont construit leur succès sur l'humiliation, la précarisation de l'autre moitié de la population
Daniel Schneiderman fait partie de cette gauche qui a le cœur à gauche et le porte-feuilles bien à droite.
Daniel Schneiderman est un ancien du Monde, ce journal germanopratin qui au nom du progrès, de l'ouverture, a justifié toutes les régressions sociales.
Pour toutes ces raisons je peux comprendre son désarroi.

Lorsque les Rougon Macquart essaient de se la jouer cools, ouverts et votent à gauche, il y a de quoi s'interroger sur le côté prétendument progressiste de cette gauche.

Il est dommage que le PCF se soit laisser phagocyter par des militants issus des classes moyennes vainqueurs de la mondialisation, s'il avait conservé son discours anti-UE, anti-Euro et du produire français, il serait aujourd'hui aux portes du pouvoir. Il avait la bonne analyse, il fallait supporter la traversée du désert et résister aux attaques et au McCarthysme de la gauche mitterandienne, mélenchonnienne et trotskyste.

L'alliance historique démarrée dans les années 70 de la grande bourgeoisie et de certaines classes moyennes (artistes, cadres dirigeants, intellectuels, haute fonction publique, journalistes, enseignants) ) est-elle en train de se fissurer.?
Par Bruanne

Re: Trump président : dépasser le vertige

Simplement parce que nous vivons en France, sommes éduqués et disposons d'une connexion internet, nous tous, sur ce forum, faisons" partie des catégories sociales vainqueurs de la mondialisation".
Notre liberté de penser, et les outils qui nous la donnent, nous la devons tous, ici, à la paupérisation ou l'exploitation d'êtres humains et des ressources naturelles ailleurs ( plus ou moins loin, parfois très près).
Peut-être que parmi nous certains gagnent 10 ou 100 fois plus que d'autres, mais cela reste une subdivision d'une seule et même catégorie, à laquelle nous appartenons tous : les riches du monde.



Modifié 1 fois. Dernière modification le 13:27 le 09/11/2016 par Bruanne.
Par DétecteurdeVérité

Re: Trump président : dépasser le vertige

Citation:
Bruanne
Peut-être que parmi nous certains gagnent 10 ou 100 fois plus que d'autres, mais cela reste une subdivision d'une seule et même catégorie, à laquelle nous appartenons tous : les riches du monde.

Je voudrais que ces mots entrent bien dans la tête de tous ces gens qui lorsqu'on parle d'aider les plus démunis, vous demande si vous seriez content de les avoir dans votre back-garden, votre cour. Eux, ils ne se rendent pas compte que ces malheureux sont déjà dans notre back-garden.

Eux, ils arrivent à vivre avec cette idée, sans être le moins gênés, alors que les plus conscients d'entre nous, ceux qui sont plus conscients qu'eux, nous savons que cette cour du monde occidental va du Mexique au Moyen Orient, en passant par l'Afrique. Nous sommes les riches du monde. Comparés à beaucoup d'autre habitants de la terre, nous sommes aussi riches que Donald Trump, et nos demeures sont des Trump Tower, et nos pays des Trump USA.

Par ailleurs le mot "germanopratin" doit faire partie du logiciel du FN car chaque fois qu'un supporteur d'extrême droite écrit, il en fait usage.
Par Trubli

Re: Trump président : dépasser le vertige

Bien tenté mais ça ne marche pas Détecteur de vérité et Bruanne.

Citation:
Nous sommes les riches du monde. Comparés à beaucoup d'autre habitants de la terre, nous sommes aussi riches que Donald Trump, et nos demeures sont des Trump Tower, et nos pays des Trump USA.


Non on ne peut pas mettre tous les Français, tous les Allemands, tous les Italiens, tous les Espagnols, etc dans le même sac avec un discours du type vous êtes super riches comparés à des sahéliens. Ce n'est pas le manœuvre ou le préparateur en pharmacie qui a décidé d'exploiter l'ouvrier chinois.

Comme l'ont démontré les économistes marxistes, il y a dans chaque pays une lutte pour le partage de la valeur ajoutée, pour le partage de la richesse créée. Et dans cette lutte il y a des gagnants et des perdants. Dans certains pays les gagnants ont tout simplement eu l'idée de délocaliser les emplois des plus faibles de chez eux vers d'autres pays où les salaires seraient encore plus faibles, leur permettant ainsi d'améliorer leur pouvoir d'achat. Et la directive travailleur détaché suit la même logique.


Citation:
Par ailleurs le mot "germanopratin" doit faire partie du logiciel du FN car chaque fois qu'un supporteur d'extrême droite écrit, il en fait usage.

Vous êtes vraiment aliéné au FN, vous voyez du FN partout. Plus sérieusement de nombreux courants de pensée n'aiment pas l'idéologie venue de Saint Germain des prés.
Par Bruanne

Re: Trump président : dépasser le vertige

"Ce n'est pas le manœuvre ou le préparateur en pharmacie qui a décidé d'exploiter l'ouvrier chinois."

Je suis 100 % d'accord avec vous.
Je n'ai jamais décidé, moi ( classe moyenne), d'exploiter qui que ce soit : ni lorsque je suis à mon travail, ni lorsque je votais.
Mais de fait, et sans que je le veuille, quand je consomme c'est de cette exploitation que je profite.
Et je n'ai pas entièrement le choix, sauf à remettre en cause TOUT ce qui fait mon quotidien.

Je ne dis pas ça pour culpabiliser ou pointer du doigt qui que ce soit, simplement cette position explique mon déroutement total face aux questions politiques en général.
J'ai l'impression d'être face à un "truc" immense, énorme, que je n'ai jamais souhaité, et qui me place au cœur d'un paradoxe permanent.
Par Trubli

Re: Trump président : dépasser le vertige

Citation:
Je n'ai jamais décidé, moi ( classe moyenne), d'exploiter qui que ce soit : ni lorsque je suis à mon travail, ni lorsque je votais. Mais de fait, et sans que je le veuille, quand je consomme c'est de cette exploitation que je profite. Et je n'ai pas entièrement le choix, sauf à remettre en cause TOUT ce qui fait mon quotidien.


Je comprends votre point de vue.

En réalité vous avez plus de pouvoir que vous ne le pensez.
Tout d'abord en démasquant les discours pseudo progressistes qui dans les faits et les actes permettent à cette exploitation de se poursuivre.
Ensuite en votant pour des programmes qui attaquent les causes de cette exploitation. C-a-d des programmes qui promeuvent un commerce international équilibré, s'inspirant de la charte de la Havane, la maîtrise des mouvements de capitaux, le retour d'une politique industrielle, l'investissement dans la formation et la fin de l'Euro qui oblige à améliorer la compétitivité nationale par la pression sur les salaires.

Moi aussi je fais partie des personnes qui sont avantagées à court terme par la situation actuelle; mais je préfère vivre dans un monde où je paierai plus cher mon téléviseur mais dans lequel tout le monde pourrait vivre décemment. Ce n'est pas par charité, mais par souci de ma qualité de vie. Je n'ai pas envie de vivre dans des quartiers gangrenés par les trafics illicites, la désespérance, et je n'ai pas envie de devoir me réfugier dans certains quartiers ou certaines villes pour ne pas voir ces difficultés.
Par Robert.

Vive la gauche à contre-courant!

" l'idéologie venue de Saint Germain des prés."
BHL soutient Hollande
Par Ervé

Re: Trump président : dépasser le vertige

Par Mona

Re: stupeur et hurlements

Si les journalistes n'avaient pas mis la tête dans le bac à sable de leurs zélites préfèrées , ils auraient vu venir la chose orange : le bonhomme s'est mis en route depuis longtemps .


Surprise ? ^^ !!!
Comment ça , le peuple a choisi un type pas diplômé en politiiiiiiique ? !!!

Tant qu'à essayer de trier parmi une poignée de pourris-corrompus-menteurs-misogynes-violents-cathos et moches , ils ont désigné l'un d'entre eux .
Le pire ?
Ils s'en fichent de toute manière lézétazunis-nord-américains sont dans le mur , comme tous les pays du monde bien propres sur eux , et le peuple qui les regarde gesticuler le sait .

Les journalistes feraient bien , en France , d'aller chercher au diable vauvert la personne qui ne nous fera pas honte la prochaine fois .

Mais non , ils ne le feront pas , et ensuite ils diront que c'est le peuple qui a choisi et que le peuple ne mérite pas la dé-mo-crasse-ie .
Par PONTEUXIN

Re: Trump président : dépasser le vertige

Attendons de voir Trump à l'oeuvre. Il est dans la même position que Hollande il y a 5 ans,son opposition est réduite à néant. On verra s'il tient toutes ses promesses de campagne. Pour Hollande on a vu.
Par grrrz

Re: Trump président : dépasser le vertige

vous voulez dire les promesses du genre "j'abbattrai les familles des terroristes" et "j'interdirai l'entrée du territoire aux musulmans"? Vous êtes vraiment sérieux?
Par Gaïa

Re: Trump président : dépasser le vertige

Dans quelques mois, l'onde de choc, le vertige seront aussi ressentis en France. Pour le moment, personne ne veut y croire au nom de la défense républicaine comme en 2002. Mais, voilà, la situation de 2016 n'est plus celle de 2002!
Par PONTEUXIN

Re: Trump président : dépasser le vertige

Gaïa a écrit "personne ne veut y croire" mais c'est bien le contraire! Tout le monde cherche qui pourrait bien donner la réplique pour éviter le "vertige" et même les scooters y pensent.
Par Strumfenberg ( Aloys von )

Re: Trump président : dépasser le vertige

La présidence, le sénat, la Chambre...Mieux que fromage flasque en 2012 ! Fera-t-il aussi bien ?
Par Florence Arié

Re: Trump président : dépasser le vertige

Et la Cour Suprême à suivre.
Par grrrz

Re: Trump président : dépasser le vertige

c'est pas encore très clair comment les républicains vont cohabiter avec Trump. A priori ils peuvent quand même pas se blairer.
Par emilie bouyer

Re: Trump président : dépasser le vertige

Au total Clinton a plus de voix que Trump. Drôle de pays quand même!!!!!!!
Par grrrz

Re: Trump président : dépasser le vertige

299 voix d'écart en plus!
[www.npr.org]
Par Tigi

Re: Trump président : dépasser le vertige

237 543 voix de plus pour Clinton que pour Trump.

Clinton a numériquement gagné, mais électoralement perdu.
Par grrrz

Re: Trump président : dépasser le vertige

oui le compte n'était pas fini.
Par Faab

Re: Trump président : dépasser le vertige

Par PONTEUXIN

Re: Trump président : dépasser le vertige

Il s'agit d'avoir plus de DELEGUES que son concurrent dans un vote par circonscriptions. Celles-ci sont taillées pour renforcer les candidats sortants (il doit bien y avoir un article JERRYMANDERING sur internet...) mais ,EN FRANCE,on a la même chose pour les députés. Pasqua était maître es découpages et on avait des députés élus avec 10 fois plus de voix que d'autres. Pour cette raison tous ceux qui se réclamaient de la GAUCHE revendiquaient un vote à la proportionnelle. Mitterrand vint et une sorte de proportionnelle "par départements" fut organisée. Ce fut le début de la fortune (politique) des LE PEN. Devant le résultat ce mode de scrutin fut abandonné et il est peu vraisemblable qu'il soit à nouveau réclamé (sauf par des groupes très minoritaires et peut-être par le FN pour d'autres raisons). Avec un vote par circonscriptions on peut faire passer sous le tapis sans problème 30% de l'électorat et théoriquement avoir 100% des députés pour 50% des voix.
Par Julot Iglésias

Ami, entends-tu ...?

Les manifestations anti-Trump se multiplient aux USA. On a compté au moins soixante personnes à Oakland (Californie).
Notons que cette information est publiée par ...La Libre Belgique. Après ça, nos amis Belges viendront se plaindre qu'on les charrie.



Modifié 1 fois. Dernière modification le 15:41 le 09/11/2016 par Julot Iglésias.
Par Thomas

Re: Trump président : dépasser le vertige

Bonjour

Je suis bien moins malin que beaucoup d'autres ici donc je vais m'intéresser un peu au thermomètre et pas à la fièvre.
Je vous conseille d'aller voir la page la page de realclearpolitics sur les sondages, c'est cruel pour les sondeurs.

Dans ce cimetière d'enquêtes presque toutes en faveur de H. Clinton, y compris jusqu'à la dernière minute (ce qui nous épargnera l'argument "c'est une photo, pas une prédiction" parce que la veille, quand même...), une exception émerge : le sondage du LA Times qui, presque seul contre tous a quasi-constamment donné D. Trump vainqueur

Or ce sondage ne posait pas la même question que les autres. Il demandait aux électeurs le pourcentage de chance qu'ils votent pour l'un ou l'autre des candidats. Je ne saurais pas dire ce que ça change, mais en tout cas ça a marché. Il sera peut-être utile d'étudier ça de près un jour.
Par Faab

Re:

Par tony

Re: Trump président : dépasser le vertige

C'est bizarre, dans la plupart des media en ligne, le tweet d'Araud qui est cité est celui qui est affiché ici. Or la séquence paraît être tronquée.

J'ai pu trouver deux sites qui mentionnent à mon avis une phrase beaucoup plus significative, et qui sonne comme un terrible aveu:

Citation:
"C'est la fin d'une époque, celle du néolibéralisme. Reste à savoir ce qui lui succèdera"

Sur les crises, Berryuer présente la séquence dans cet ordre:

[www.les-crises.fr]

Sur FranceTVInfo, on peut lire après la première citation:

Citation:
"C'est la fin d'une époque, celle du néolibéralisme. Reste à savoir ce qui lui succèdera", a-t-il ajouté, avec de supprimer ses tweets peu de temps après.

[www.francetvinfo.fr]

Pourquoi ce malheureux bout de phrase est-il passé sous les radars du commentariat professionnel, y compris à @si?

Je fais partie de ceux qui pensent que le commentaire de tweets est d'un intérêt limité, mais cette phrase ahurissante de la part d'un ambassadeur résume à elle toute seule à mon avis ce qui "leur" fait VRAIMENT peur, à la fois dans le Brexit et dans l'élection de Trump: non pas la montée d'un "populisme" d'extrême droite raciste et fasciste, mais la fin de l'époque de l'ultralibéralisme triomphant, phase qui a débuté avec les élections de Thatcher et Reagan dans les années 1980, et très bien décrite dans "Le grand bond en arrière" de S Halimi.


C'est d'ailleurs l'analyse qu'avait livré Todd sur France Cul avant les résultats des élections américaines, en développant la thèse d'un basculement idéologique profond du monde anglo-saxon, au moment même où en France, avec 30 ans de retard, Le Point célèbre Thatcher ("Thatcher, le meilleur programme pour 2017 ?") et où la droite de Hollande à Juppé rève d'appliquer son programme antisocial.

A écouter:

[www.franceculture.fr]



Modifié 1 fois. Dernière modification le 16:37 le 09/11/2016 par tony.
Par DétecteurdeVérité

Re: Trump président : dépasser le vertige

Parce que le patron de PayPal qui s'est déclaré pour Trump veut la fin de "l'ultralibéralisme triomphant" ?
Vous rêvez !
Parce que la Grande Bretagne du Brexit rêve d'autre chose que du "l'ultralibéralisme triomphant" ????



Modifié 1 fois. Dernière modification le 20:06 le 09/11/2016 par DétecteurdeVérité.
Par Julot Iglésias

La revue de presse de Julot

L'intelligentsia français est sous le choc . Extraits de l'article de orange.fr :

Cyril Hanouna : "Les chéris, dites-moi que j'ai fait un cauchemar !!"
Laurence Boccolini : "Les USA ce grand pays [...] alors là, pour le coup..."
Michel Denisot [...] a poussé un véritable coup de gueule : "Les instituts de sondages accumulent les défaites et continuent de nous saouler."
Denis Brogniart : "Dites-moi que ce n'est pas vrai."
Sébastien Cauet a quant lui posté une photo d'une tête de mort pour illustrer son état d'esprit...
Enora Malagré : "Je suis debout depuis 1h... Et je reste les yeux dans le vague en pensant à la victoire de Trump..."
Michaël Youn reste à son tour en alerte : "Brexit, Trump... et ensuite ? Marine (Ndlr : Le Pen) ?"

Je commence à prendre conscience de l'importance du séisme.



Modifié 4 fois. Dernière modification le 16:58 le 09/11/2016 par Julot Iglésias.
Par Julot Iglésias

Bulletin météo

Et selon certaines sources :
Nathalie Rihouet : "Météo France annonce des grêlons gros comme des oeufs d'autruche."
Mais ça reste à vérifier.
Par Lionel AUZIER

Re: Trump président : dépasser le vertige

Peut-être lire l'article de Corcuff "Ignacio Romanet trumpisé" sur Mediapart?
A+
Par Jiemo

Re: Trump président : dépasser le vertige

Corcuff , extrait : "Son parcours politique est le suivant : Jeunes Socialistes (1976), Parti socialiste (1977-1992), Mouvement des citoyens (1993-1994), Les Verts (1994-1997), LCR (1999-2009), puis NPA (depuis son congrès de fondation en février 2009 jusqu'en février 2013), et enfin, un tournant libertaire, avec son adhésion en février 2013 à la Fédération anarchiste. Il est syndiqué au syndicat SUD Éducation depuis 1996."

Changer d'avis n'est pas répréhensible en soit , mais là on peut constater un léger problème de "logement" ! Quelle sera la prochaine adhésion ?
Par Strumfenberg ( Aloys von )

Re: Trump président : dépasser le vertige

Là n'est peut-être pas la question.
Par Valentin Fluteau

Re: Trump président : dépasser le vertige

Bon, maintenant, on a une règle : quand l'intelligentsia est unanime, alors tous ceux qui ont l'impression d'être pris pour des cons se mobilisent. Et curieusement, tout d'un coup ils deviennent majoritaires. Référendum de 2005 en France, Brexit, Trump. Deux manières d'en tirer les leçons :
- Ou le camp de l'intelligentsia (Terra Nova et compagnie) est atteint d'une crise de conscience soudaine, et change de comportement immédiat.
- Ou ce même camp va multiplier les entraves à la démocratie. Et avec l'Union Européenne, on a une sacrée longueur d'avance.

Alors, je ne sais pas pourquoi, je pressens moi aussi des temps sombres... Mais pas forcément dans le sens que l'intelligentsia annonce.
Par Loran

Re: Trump président : dépasser le vertige

Par DétecteurdeVérité

Re: Trump président : dépasser le vertige

Ceux qui parlent du camp de l'intelligentsia appartiennent au camp de la débilentsia
Par Valentin Fluteau

Re: Trump président : dépasser le vertige

OK, trouvez un autre mot alors. Les médias américains étaient bien unanimes, non ? En mode "vous n'allez quand même pas faire ça ?"
Par Mark White

Re: Trump président : dépasser le vertige

Par M.Pat

Re:

très bien ce billet Daniel mais concernant toutes les belles choses relevées dans le programme de Trump par Ignacio Ramonet il va falloir être vigilant... Contrairement à ce que vous écrivez l'obamacare semble avoir du plomb dans l'aile...
Par brunoe

Re: Trump président : dépasser le vertige

Discours de Marine Le Pen (à 4'50" environ)


Citation:
(…) et maintenant l’élection de Donald Trump. Ce sont autant de choix démocratiques qui enterrent l’ORDRE ANCIEN et autant de pierres qui construisent… le monde de demain.

J'ai vraiment cru qu'elle allait parler d'un ordre nouveau.
On est sur une drôle de pente nous aussi...
Par bébert-le-chat

Re: Trump président : dépasser le vertige

Raz de Marine à McDoland...La Gauche (Tm) en émoi!?
Bonjour la secousse...L' éléphant républicain a retrouvé sa trompe! Après Nixon, Reagan, la smala Bush, voilà IronSuper(white)Man...Où est Besancenot, quand le Monde sombre dans le "populisme"(Tmtm), et le vertigo...Coco!?
Encore que...Tricky Dicky a stoppé l' hémorragie vietnamienne, lui: la politique, Simone, c' est compliqué...Parfois!
Par delà ce non événement ( Je rassure les pusillanimes: j' ai parlé au Diable - Dieu est en vacance...En Irak -, no stress: l' Apocalypse-le-Retour n' est pas pour tout de suite...Vous pourrez niquer de la dinde, et fêter la venue ( temporaire ) de Jesus-ze-(simili)God(e)...Allez Louya, men!
Je me fais vieux, pinaize, et toutes ces "fin-du-Monde(libre)",(Tmtmtm), à répétition me fatiguent...Rendons-nous en Enfer, Ciao!
Carpe diem...Quand même!
P.S.- Et puis, un soupçon de courtoisie dans ce monde de clowns dérisoires, un bonjour - du Passé - à Daniel Schneidermann...Il a pas vieilli d' un poil, le cher homme!
Par tony

Re: Trump président : dépasser le vertige

N'est-pas l'occasion d'inviter Todd à @si?

[www.youtube.com]
Par kiki22

Re: Trump président : dépasser le vertige

L'oligarchie financière voulait du Clinton aux ordres quitte à risquer d'avoir du Trump !

Tout sauf un Sanders avec des valeurs de gauche qui avait de fortes chances de gagner !

Que l'oligarchie financière ne vienne pas pleurer s'ils ont fait élire un cinglé incontrôlable !



Modifié 1 fois. Dernière modification le 19:20 le 10/11/2016 par kiki22.
Par marpian

Re ettre ,nevoyé à des amis américains

Chers P"""" et S""""
Pardonnez par avance mes vaticinations ci-dessous qui n'engage que moi mais je ne pouvais pas faire autrement que de vous écrire à vous mes amis américains à propos de votre élection présidentielle car d'une certaine façon elle concerne le monde entier. Les USA ce ne sont pas la principauté de Monaco, c'est encore (pour combien de temps ?) la première puissance du monde.
J'étais déjà au courant de cette prédiction de possibilité de la victoire de Trump (qui trompe énormément) annoncé par Mikaël Moore personnage lui aussi contradictoire .De mon voyage aux states en 2005 j'ai confirmé une énorme tendresse pour le peuple américain qui est un peuple jeune,très vital et généreux sur le fond mais ces qualités sont mélangées contradictoirement avec un individualisme forcené dont Clint Estwood est le représentant (que j'aime beaucoup bien qu'en désaccord avec ses positions politiques personnelles ).
Le raisonnement politique du peuple américain est je crois embrumé par l'idéologie libérale (partagée par les républicains comme par les démocrates) on sait que cette idéologie est devenue majoritaire dans le monde contemporain Le pragmatisme anglo-saxon appuyé sur le ressentiment de difficultés sociales non résolues a poussé le peuple américain (celui qui vote !! que pense les autres? mystère!) à prendre des positions brutales et simplistes pour une partie importante de ses membres
Pour moi tout cela n'est que la conséquence lointaine et logique des espoirs déçu du 20ème siècle qui s'est conclu par la bombe nucléaire politique qu'a été l'écroulement du mur de Berlin qui a validé tous les discours réactionnaires de l'entre deux guerre et qui remontent à la surface, chauvinisme, racisme etc que les démagogues du monde entier utilisent avec profit .. Depuis 89 nous vivons dans les radiations de cet explosion, on en a pour longtemps avant qu'un espoir social généreux et crédible refasse surface.
Avec Thatcher une logique politique c'est mise en place en occident et elle a contaminé le monde entier. Aujourd'hui le modèle politique qui fait baver ceux qui détiennent le vrai pouvoir en occident c'est la Chine qui démontre concrètement que ultra libéralisme économique et autoritarisme se complètent très bien contrairement à ce que nos théoriciens occidentaux Hayek en tête prétendaient L'affirmation.libéralisme égal démocratie se révélé fausse avec le temps .Il suffit de lire attentivement Tocqueville pour comprendre cela , Tocqueville était conservateur et nullement un dangereux partageux. Selon lui la démocratie est le fruit de l"équilibre de forces économiques productives égales et concurrentes qui se neutralisent pour partager le pouvoir politique sous la forme de la démocratie. Pour lui le danger pour la démocratie serait la concentration des forces économique dans quelques mains (les américains qui avaient certainement lu Tocqueville avait voté des lois anti trust en leur temps), nous sommes aujourd'hui en plein dedans et sa crainte s'avère justifiée; La sphère financière est devenu folle et étouffe les forces économiques réelles (cf la crise des surprimes qui ne manquera pas de se reproduire sous une forme ou une autre dans l'avenir).
. Donc pour mon compte je suis paradoxalement serein devant cette élection très controversée.Je n'ai jamais mélangé temps individuel et temps du monde et politiquement j'ai toujours tenté de garder mon nez propre au cours de ma vie sans renoncer à mes idéaux fantasques de justice et de fraternité humaine. Très tôt j'ai abandonné l'idéologie binaire et partidaire de mon adolescence. Le sentiment de la complexité ne fait pas bon ménage avec l'action politique concrète quand on veut le pouvoir. Je suis du coté de Camus et on sait que politiquement il était inaudible par ses contemporains qui lui préféraient Sartre plus simpliste et accessible à la masse des gens par ses formules à l'emporte pièce du genre " tout anticommuniste (stalinien bien sur à l'époque !!!) est un chien.".
Le danger de l'alternative binaire en politique c'est que les deux parties peuvent avoir tord toutes les deux et être aussi condamnables l'une que l'autre.Refuser les deux alternatives est suicidaire on est sur d'être broyé dans l'affrontement des deux blocs majoritaires Pour ceux qui résistent et dénoncent les erreurs des deux camps Hemingway a écrit leur épitaphe.

"Lorsque des hommes attaquent le monde avec tant de courage le monde ne peut se débarrasser d'eux qu'en les tuant et naturellement le monde les tuent. Il tue indifféremment les très bons, les très doux, et les très braves, et si vous n'êtes pas parmi ceux-ci alors le monde vous tuera aussi mais il y mettra le temps."

L' enthousiasme de masse dans le ressentiment m'a toujours paru suspect.et dangereux et comme je suis sans illusions sur la nature humaine, (qui comme la langue d' Esope est la meilleure et la pire des choses;) le pire ne m'étonne jamais Rien n'est nécessaire et tout est choix pour elle donc comme il est plus facile de mentir, d'être retord, de trahir ( même avec ses proches) beaucoup préfèrent la facilité de la duplicité plutôt que l'inconfort de la lucidité et de l'intégrité personnelle qui ne sont récompensés par rien (pour un athée comme moi) à part supporter son image dans le miroir, faible compensation peut on dire.
Pour ce qui est d’aujourd’hui, je pense que nous nous enfonçons dans une longue période d' obscurantisme et que nous ne sommes pas au bout de nos surprises, tout du moins pour ceux qui ont des espoirs inconsidérés (un con sidéré peut en cacher un autre c'est connu) Lorsque les peuples se trompent ils le payent très cher. Les allemands, les russes, les chinois, en savent quelque chose et les américains vont certainement le découvrir eux aussi et peut être bientôt les français après 2017 et bien sur tutti quanti dans le reste du monde , la liste est longues des possibles mauvaises nouvelles. Les temps qui s'annoncent vont être difficiles pour beaucoup mon interrogation est:,Madame Clinton aurait elle résolu les difficultés du peuple américain ?, la politique du moindre mal n' est elle pas avec le temps une victoire à la Pyrrhus?
Aujourd'hui les choses sont au moins claires présidence et chambre appartiennent aux républicains ils ont l'exécutif et le législatif comme. chez nous après l'élection de notre improbable président Hollande élu dans un concours de circonstance tout lui appartenait, présidence, chambres et régions on a vu le résultat. Donc advienne que pourra car c'est au pied du mur qu'on voit le maçon dit on chez nous et de comme de toutes les façons il parait que ce sont les mexicains qui le paieront nous verrons bien.

En tous les cas personne n'a de leçon à donner à personne surtout pas nous les français qui avons si souvent trahi dans l'imposture notre réputation de patrie des droits de l'homme. En plus avec 2017 qui se profile on n'a plutôt intérêt à faire profil bas on risque pire que le ridicule la démonstration de notre bêtise.

Une blague belge pour illustrer : Interrogation: Savez vous pourquoi le symbole de la France c'est le coq? Réponse :parce que c'est le seul animal qui est capable de chanter les pieds dans la merde

Heureusement il y a les amis et les gens qu'on aime cela aide à tenir le coup devant le spectacle de ce monde qui se défait., Le désespoir c'est la facilité, rien n'est jamais écrit définitivement .Moi qui ne suis pas croyant pour un sous je reprends à mon compte ce que Marie Durand la protestante avait graver avec ses ongles sur les murs en pierre de sa prison du temps des guerre de religion en France Résister

Je pense à vous avec tendresse,
Amitié
Gérard
Par BIBI

Re: Trump président : dépasser le vertige

La troisième vidéo sur ce lien est impressionnante: alors qu'Hillary Clinton devrait être révoltée du traitement que Trump lui fait subir, devrait se mettre dans une colère noire, se lever, quitter la salle, eh bien non: elle rit, bouche grande ouverte, dents bien alignées. Et ça dure longtemps. Impossible de croire que ce rire est sincère. Même remarque quand Trump envoie des vannes à un prélat, qui rit, on se demande bien pourquoi. C'est aussi toute cette hypocrisie qui est dégoutante.
[www.les-crises.fr]
Par Citizen_Jane

Vous avez raison de citer Michael Moore

Cher Daniel,

Vous avez raison de citer Michael Moore, né à Flint, dans le Michigan, ville dont les électeurs, à majorité ouvriers, se sont laissés séduire par Trump. Dans son dernier film, encore inédit en France, "Michael Moore in TrumpLand," Moore nous expliquait déjà pourquoi Trump pouvait gagner.
Désolé, seuls les utilisateurs connectés peuvent envoyer des messages dans ce forum.

Cliquer ici pour se connecter

Remonter en haut de page