Mais pourquoi "l'assassinat" de Boulin resurgit-il toujours ?

J'ai tenté de peler l'oignon de cette vieille affaire

chronique Par Georges Marion publié dans le dossier : Boulin, 30 ans de soupçons discuté depuis 13:14 le 19/06/2013

L'affaire Boulin est peut-être l'une des affaires politico-judiciaire les plus controversées des 35 dernières années. Le ministre du Travail de Valéry Giscard d'Estaing retrouvé mort le 30 octobre 1979 s'est-il vraiment suicidé ? Un petit groupe de journalistes - dont Benoît Collombat, enquêteur à France Inter - pensent que non. Journaliste au Canard Enchaîné lors des révélations de l'hebdo sur Boulin, Georges Marion, qui signe ici sa première chronique, revient sur toute l'histoire. Il s'interroge notamment sur le resurgissement permanent d'une thèse de l'assassinat à laquelle il n'a jamais cru.

Normalement j’aurais du oublier la date de mon premier bouclage au Canard enchaîné. Nous étions le 30 octobre 1979, entassés au marbre de l’Aurore où l’équipe du Canard, comme tous les mardis, mettait la dernière patte au journal. Assis autour d’une grande table, un peu serrés, chacun d’entre relisions nos morasses...... > Lire l'intégralité du texte
Participations votées d'utilité publique sur ce sujet

Par Arnaud Romain

Re: Mais pourquoi "l'assassinat" de Boulin resurgit-il toujours ?

Je ne comprends pas bien l'urgence de publier ce tout petit papier (truffé de fautes d'orthographe au demeurant), fort peu utile, hors de toute actualité, de parti pris et à ce titre, fort peu journalistique... bref, dérisoire. J'ajouterais qu'il est intellectuellement malhonnête. Et puisque Monsieur Marion se focalise sur ce qu'il appelle le "verrou" de l'affaire, restons-y. Et s'il passe sur le site relever les réactions du forum à son article, qu'il veuille bien répondre à ces petites questions anodines... dont les réponses pourraient faire pas mal rouiller son beau verrou...

Oui ou non... la fameuse "lettre-verrou" ne comprend-elle d'allusion à un suicide que sur sa première ligne, (entre l'en-tête et le corps de la missive), et dans un tout dernier paragraphe isolé sur un second feuillet... le reste de la lettre n''en faisant aucune mention ?

Oui ou non... la première phrase est-elle un ajout postérieur au corps de la lettre puisque décalée par rapport à l'alignement du reste du texte ? (Chacun sait que sur une machine à écrire, pour obtenir ce résultat, il faut retirer la lettre, la ré-engager dans la machine en tentant de conserver la "mise en page" ce qui est fort difficile)

Oui ou non... le soir de la disparition de son mari, "quelqu'un" (que je ne citerai pas) a-t-il rendu visite à Madame Boulin et s'est-il isolé dans le bureau de Robert Boulin sans que personne ne puisse attester de ce qui s'y est fait ?

Oui ou non... Raymond Barre, premier ministre d'alors, a-t-il été averti de la mort (je dis bien "mort", pas "disparition"... MORT) de son ministre PLUSIEURS HEURES avant que ladite mort ait été découverte ? (Trois ou quatre heures)

Je reprendrai aussi les deux questions fort utiles de mon coreligionnaire en @sinaulogie, Retraité Volontaire : pourquoi une lettre dactylographiée donc suspecte, et ce fameux brouillon l'était-il de même ?

Monsieur Marion, quand ça en a l'aspect, quand ça en a le goût, quand ça en a l'odeur... la première option à observer n'est-elle pas justement de vérifier si c'en est ? Si vous trouvez un cheval à rayures blanches et noires, la première option à observer n'est-elle pas d'enquêter dans le sens d'une appartenance de la bête à la grande famille des zèbres plutôt que de tenter désespérément de le faire entrer dans l'improbable famille des pur-sangs arabes ? Parce que c'est exactement ce que vous faites... depuis 34 ans......
> Lire ici > Lire en contexte

Par Aldus

Re: Mais pourquoi "l'assassinat" de Boulin resurgit-il toujours ?

Faire un aussi long article pour un argument aussi mince, la lettre, sans tenir compte des "bizarreries" de ladite lettre, est incompréhenseible, pour dire le moins, pour Arrêt sur images.

Avouer ne pas avoir lu le livre de Benoît Collombat parce qu'il fait 500 pages est une excuse pathétique pour un journaliste. Et montre bien, qu'il n'y a aucune volonté d'écouter une thèse différente de celle que défend Georges Marion.

Le mépris ou la condescendance de l'auteur sont constants :
– Benoît Collombat. Un peu raide mais plutôt sympa
– [j']évite de contredire [...] sûr que, de toute façon, il aura une réponse.
– Les mots déboulent, telle une percée de hussards au soleil levant d’Austerlitz.

Et l'on retrouve les biais habituels de ceux qui dénoncent les contradicteurs qui n'acceptent pas la thèse officielle :
– Si vous ne pouvez tout expliquer, jusqu'au plus petit élément, vous n'êtes pas qualifié pour parler. 
"Lorsqu’on demande à Benoît Collombat comment se serait déroulé le crime qu’il dénonce, il répond qu’il n’a pas "toutes les réponses"."
– L'attaque de côté : prenez un élément défendu par une autre personne que celle à qui l'on s'adresse et discréditez cet élément. En l'occurrence, l'interrogation de ce député sur le rôle possible de Guéant. Du coup, la thèse de Collombat s'en trouve affaiblie par ce "voisinage" avec une hypothèse farfelue.
Etc., etc.

Toute thèse qui puisse être assimilée à la thèse d'un complot est un repoussoir pour la profession journalistique. On s'étonne même qu'à ce stade Georges Marion n'ait pas renvoyé Benoît Collombat aux élucubrations des "complotistes du 11 Septembre" !
L'assassinat de Ben Barka n'a-t-il pas été un complot qui a réussi. Et jusqu'à aujourd'hui, il n'y a pas de "preuve indiscutable et incontournable". La tentative d'assassinat de De Gaulle au Petit Clamart n'a-t-il pas été un complot qui n'a pas réussi et, qui s'il l'avait été, aurait été, éventuellement attribué à un loup solitaire déséquilibré...

Ce qui est bizarre dans cette affaire Boulin n'est pas les interrogations argumentées de Benoît Collombat, c'est le refus constant du Canard enchaîné d'exprimer le moindre doute sur la question. C'est l'attitude du Canard enchaîné qui aurait du être un sujet de chronique ou d'enquête car ce journal a plus d'une fois écrit des articles sans avoir de "preuve indiscutable et incontournable".
Et la justice française a plus d'une fois condamné des accusés sans "preuve indiscutable et incontournable", juste sur un faisceau de présomptions comme, au hasard, dans l'affaire Omar....
> Lire ici > Lire en contexte

Par freudqo

Re: Mais pourquoi "l'assassinat" de Boulin resurgit-il toujours ?

Wow. Miroir magique....
> Lire ici > Lire en contexte
Tous les commentaires (70)
Par Retraité volontaire

Re: Mais pourquoi "l'assassinat" de Boulin resurgit-il toujours ?

Citation:
Dactylographiée par lui-même,
C'est pas des phrases comme celle-ci qui vont aider.
Dans n'importe quel roman policier, lettre dactylographiée=coup monté !
Juste une question: le brouillon retrouvé dans la corbeille était-il, lui aussi, dactylographié ?
Par Arnaud Romain

Re: Mais pourquoi "l'assassinat" de Boulin resurgit-il toujours ?

Je ne comprends pas bien l'urgence de publier ce tout petit papier (truffé de fautes d'orthographe au demeurant), fort peu utile, hors de toute actualité, de parti pris et à ce titre, fort peu journalistique... bref, dérisoire. J'ajouterais qu'il est intellectuellement malhonnête. Et puisque Monsieur Marion se focalise sur ce qu'il appelle le "verrou" de l'affaire, restons-y. Et s'il passe sur le site relever les réactions du forum à son article, qu'il veuille bien répondre à ces petites questions anodines... dont les réponses pourraient faire pas mal rouiller son beau verrou...

Oui ou non... la fameuse "lettre-verrou" ne comprend-elle d'allusion à un suicide que sur sa première ligne, (entre l'en-tête et le corps de la missive), et dans un tout dernier paragraphe isolé sur un second feuillet... le reste de la lettre n''en faisant aucune mention ?

Oui ou non... la première phrase est-elle un ajout postérieur au corps de la lettre puisque décalée par rapport à l'alignement du reste du texte ? (Chacun sait que sur une machine à écrire, pour obtenir ce résultat, il faut retirer la lettre, la ré-engager dans la machine en tentant de conserver la "mise en page" ce qui est fort difficile)

Oui ou non... le soir de la disparition de son mari, "quelqu'un" (que je ne citerai pas) a-t-il rendu visite à Madame Boulin et s'est-il isolé dans le bureau de Robert Boulin sans que personne ne puisse attester de ce qui s'y est fait ?

Oui ou non... Raymond Barre, premier ministre d'alors, a-t-il été averti de la mort (je dis bien "mort", pas "disparition"... MORT) de son ministre PLUSIEURS HEURES avant que ladite mort ait été découverte ? (Trois ou quatre heures)

Je reprendrai aussi les deux questions fort utiles de mon coreligionnaire en @sinaulogie, Retraité Volontaire : pourquoi une lettre dactylographiée donc suspecte, et ce fameux brouillon l'était-il de même ?

Monsieur Marion, quand ça en a l'aspect, quand ça en a le goût, quand ça en a l'odeur... la première option à observer n'est-elle pas justement de vérifier si c'en est ? Si vous trouvez un cheval à rayures blanches et noires, la première option à observer n'est-elle pas d'enquêter dans le sens d'une appartenance de la bête à la grande famille des zèbres plutôt que de tenter désespérément de le faire entrer dans l'improbable famille des pur-sangs arabes ? Parce que c'est exactement ce que vous faites... depuis 34 ans...
Par Ab

Re: Mais pourquoi "l'assassinat" de Boulin resurgit-il toujours ?

Allez comprendre pourquoi mon commentaire (et d'autres...) ont été supprimés..

C'est le second article de cet auteur sur @si...et, à mon goût, vous y êtes allé fort.

Citation:
Parce que c'est exactement ce que vous faites... depuis 34 ans...
Pourquoi dites-vous c'est ce qu'il fait depuis 34 ans ? Quels sont les autres papiers rédigés par l'auteur sur cette affaire ? (désolé, je n'ai pas suivi l'affaire).

De part votre commentaire suscité, le sujet semble passionnant ! (je vais le lire)



Modifié 1 fois. Dernière modification le 22:07 le 19/06/2013 par Ab.
Par Arnaud Romain

Re: Mais pourquoi "l'assassinat" de Boulin resurgit-il toujours ?

Le "biais", à mon sens, c'est qu'inexplicablement, le Canard Enchaîné n'a cessé, depuis 34 ans, de tenter d'étayer la thèse du suicide. Pourquoi pas d'ailleurs. Mais la puissance journalistique ce de grand organe de presse s'est, je crois, plus focalisée sur les mises en causes systématiques des éléments nouveaux des enquêtes successives (pointant les incohérences et points troubles de la "thèse officielle") au détriment de l'intégration de ces éléments nouveaux dans leurs analyses, enquêtes et conclusions... en clair, le reproche, c'est un systématisme perpétuel là où une démarche journalistique (ou policière d'ailleurs) devrait inciter à des conclusions fondées sur l'intégralité d'un dossier.
Par Ab

Re: Mais pourquoi "l'assassinat" de Boulin resurgit-il toujours ?

Je vous remercie pour cette précision.
Par Cultive ton jardin

Et Bérégovoy, hein?

Citation:
David Medioni
Le 8 avril 1992, Pierre Bérégovoy, alors premier ministre lance à la tribune de l'Assemblée nationale "J’ai ici une liste dont je pourrais éventuellement vous parler", il fait allusion à des députés qui auraient trempé dans des affaires de corruption.
Par Cugel

Re: Mais pourquoi "l'assassinat" de Boulin resurgit-il toujours ?

Citation:
pourquoi une lettre dactylographiée donc suspecte

Peut-être parce que c'est plus pratique quand on veut en envoyer plusieurs exemplaires !
--
Par Arnaud Romain

Re: Mais pourquoi "l'assassinat" de Boulin resurgit-il toujours ?

Non, il aurait effectué des photocopies, il n'aurait donc "tapé" qu'un exemplaire dupliqué ensuite.... Et puis, tant qu'à envoyer plusieurs exemplaires, il aurait peut-être pu en écrire une, de quelques lignes, manuscrite... à sa famille ? Il a dû oublier...
Par freudqo

Re: Mais pourquoi "l'assassinat" de Boulin resurgit-il toujours ?

C'est fou alors ces gens qui se suicident et n'agissent pas de manière rationnelle et logique comme on le ferait tous.
Par Arnaud Romain

Re: Mais pourquoi "l'assassinat" de Boulin resurgit-il toujours ?

Mais la lettre envoyée par Boulin est rationnelle, précise, technique, froide... elle est marquée par ces caractéristiques là. ALors qu'en déduire ? Suicide implique perte de ses moyens psychologiques, entrée dans le champs de l'irrationnel ? Daccord... mais alors dans ce cas, pourquoi tant de maîtrise d'un côté, et l'oubli du moindre signe d'un adieu à sa famille. Moi je veux bien qu'on tranche dans le vif en "classant" les choses en "noir" ou "blanc", sans nuance. C'est une manière de regarder. Mais le soucis est que là, quelque regard qu'on puisse porter sur ce comportement précis, il tient à la fois de la froide décision, courageuse et calculée... et de l'irrationnel le plus total, jusqu'au choix absolument délirant de se noyer dans un étang de très faible profondeur (30 ? 40 centimètres...faudra encore qu'on m'explique la simple faisabilité de la chose, mais bref) quand milles solutions tellement plus expéditives et pratiques se présentent...

En résumé : quand on se suicide, on réfléchit pas, c'est une impulsion... c'est irrationnel, pour reprendre votre vocable. D'accord
Oui mais, quand on est dans cet état, on n'a donc absolument pas les moyens psychologique de la froide rédaction d'un courrier officiel long et technique qui fut celui que cet homme aurait rédigé.
Par freudqo

Re: Mais pourquoi "l'assassinat" de Boulin resurgit-il toujours ?

tl:dr,

Ma remarque était juste là pour dire qu'il fallait vraiment se méfier de la surinterprêtation que l'on peut faire d'une lettre de suicide, par définition même de la lettre de suicide.

Votre blabla n'est que votre opinion sur ce que doit être le comportement d'un homme qui va se suicider. Personnellement je n'aurai pas la prétention de me lancer là dedans.
Par Arnaud Romain

Re: Mais pourquoi "l'assassinat" de Boulin resurgit-il toujours ?

Une analyse n'est pas une opinion. Un blabla n'est pas une opinion. Votre "non prétention" est, en l'espèce, la plus jolie preuve de prétention. Vous êtes très mignon.
Par freudqo

Re: Mais pourquoi "l'assassinat" de Boulin resurgit-il toujours ?

Wow. Miroir magique.
Par Cugel

Re: Mais pourquoi "l'assassinat" de Boulin resurgit-il toujours ?

Au temps pour moi, j'avais zappé ce morceau de la chronique.
Donc, il a tapé la lettre chez lui, il est revenu au ministère pour la photocopier et il est retourné chez lui pour les envoyer... hummm, mouais...
--
Par Fallen Leaf

Re: Mais pourquoi "l'assassinat" de Boulin resurgit-il toujours ?

Ma question va peut-être paraître bête _ j'ai autant de connaissances sur cette affaire que le pékin moyen s'étant endormi devant Faites Entrer l'Accusé, mais quelqu'un qui rédige une lettre de suicide et qui termine en précisant où il va se garer, avec quelle voiture et en précisant l'immatriculation c'est considéré comme une attitude "normale" en cas de suicide ? (excès de prévenance pour ne pas que sa famille subisse la contredanse que les pandores n'ont pas manqué de lui dresser ? :) ) Bon, j'y connais rien en suicide non plus, mais à la lecture, ça m'a tout de même paru ... étrange, pour le moins.
Par Arnaud Romain

Re: Mais pourquoi "l'assassinat" de Boulin resurgit-il toujours ?

Ah ? Pourtant... bizarre. Monsieur Marion, lui, trouve ça tout à fait normal.
Par Yanne

Re: Mais pourquoi "l'assassinat" de Boulin resurgit-il toujours ?

Il y a plein d'étangs dans cette région, et il voulait être sur qu'on retrouve rapidement son corps, pour sa famille. Moi ça ne m'étonne pas du tout non plus.
Par Arnaud Romain

Re: Mais pourquoi "l'assassinat" de Boulin resurgit-il toujours ?

Dès l'instant où il a écrit une lettre reçue le lendemain par moult destinataires, précisant ce qu'il va faire et où il va le faire, il doit se foutre un peu des "étangs de la région"... vous croyez pas ? Il eût été ipso facto "retrouvé" dans les 24 heures. Son corps, on l'aurait retrouvé où il indiquait qu'il était, qu'il saute de la Tour Eiffel où qu'il se mette un balle dans la tête... Heureusement qu'il a indiqué l'immatriculation de sa voiture, sinon, on l'aurait peut-être pas retrouvé ! D'ailleurs, il a été retrouvé avec une rapidité déconcertante. Mais dans cet intérêt profond pour sa famille, une petite lettre à sa femme n'eût-elle pas été une solution ? Je dis ça, je ne dis rien... D'ailleurs, Bérégovoy non plus n'a pas jugé bon laisser un petit mot à son épouse. Ils sont d'un étourdi ces suicidaires politiques !



Modifié 1 fois. Dernière modification le 20:24 le 19/06/2013 par Arnaud Romain.
Par Yanne

Re: Mais pourquoi "l'assassinat" de Boulin resurgit-il toujours ?

Et il lui aurait dit quoi, à son épouse ?
S'il avait écrit à son épouse, ç'aurait pu être si dur qu'il ne se serait pas suicidé.

Les gens qui se suicident font des choses ahurissantes. S'ils étaient en possession de tous leurs moyens psychologiques, ils ne se donneraient pas la mort.
Et de toutes façon, je n'ai aucun avis sur la question, il est impossible vu de notre clavier et de notre écran, de savoir s'il s'agit d'un suicide ou d'un assassinat , mais argumenter sur son attitude alors qu'il va commettre une folie avec l'argument qu'un suicidé fait ceci ou cela, ça ne va pas.
Par Arnaud Romain

Re: Mais pourquoi "l'assassinat" de Boulin resurgit-il toujours ?

"vu de notre clavier et de notre écran..." parfaitement exact, et si tout ceci s'était passé la semaine dernière, je vous donnerais totalement raison. Il y a un "mais"... Mais, c'était il y a 34 ans. Un laps de temps qui a donné à 1000 protagonistes, témoins, investigateurs (journalistes, gendarmes, policiers) bien du temps pour enquêter, décrypter, révéler, avouer, reconstituer le déroulement des faits. Ce terrain n'est pas vierge. Le seul reproche que je fais à ce papier, c'est de choisir, dans toutes cette littérature politico-judiciaire, les seuls éléments qui appuient une idée préconçue fort fragile, en laissant dans l'ombre justement ce qui la fragilise. Comme plusieurs autres contributeurs le rappellent ici, c'est là l'angle perpétuel et journalistiquement discutable du Canard enchaîné, depuis le début... pourquoi ?
Par Aldus

Re: Mais pourquoi "l'assassinat" de Boulin resurgit-il toujours ?

Faire un aussi long article pour un argument aussi mince, la lettre, sans tenir compte des "bizarreries" de ladite lettre, est incompréhenseible, pour dire le moins, pour Arrêt sur images.

Avouer ne pas avoir lu le livre de Benoît Collombat parce qu'il fait 500 pages est une excuse pathétique pour un journaliste. Et montre bien, qu'il n'y a aucune volonté d'écouter une thèse différente de celle que défend Georges Marion.

Le mépris ou la condescendance de l'auteur sont constants :
– Benoît Collombat. Un peu raide mais plutôt sympa
– [j']évite de contredire [...] sûr que, de toute façon, il aura une réponse.
– Les mots déboulent, telle une percée de hussards au soleil levant d’Austerlitz.

Et l'on retrouve les biais habituels de ceux qui dénoncent les contradicteurs qui n'acceptent pas la thèse officielle :
– Si vous ne pouvez tout expliquer, jusqu'au plus petit élément, vous n'êtes pas qualifié pour parler. 
"Lorsqu’on demande à Benoît Collombat comment se serait déroulé le crime qu’il dénonce, il répond qu’il n’a pas "toutes les réponses"."
– L'attaque de côté : prenez un élément défendu par une autre personne que celle à qui l'on s'adresse et discréditez cet élément. En l'occurrence, l'interrogation de ce député sur le rôle possible de Guéant. Du coup, la thèse de Collombat s'en trouve affaiblie par ce "voisinage" avec une hypothèse farfelue.
Etc., etc.

Toute thèse qui puisse être assimilée à la thèse d'un complot est un repoussoir pour la profession journalistique. On s'étonne même qu'à ce stade Georges Marion n'ait pas renvoyé Benoît Collombat aux élucubrations des "complotistes du 11 Septembre" !
L'assassinat de Ben Barka n'a-t-il pas été un complot qui a réussi. Et jusqu'à aujourd'hui, il n'y a pas de "preuve indiscutable et incontournable". La tentative d'assassinat de De Gaulle au Petit Clamart n'a-t-il pas été un complot qui n'a pas réussi et, qui s'il l'avait été, aurait été, éventuellement attribué à un loup solitaire déséquilibré...

Ce qui est bizarre dans cette affaire Boulin n'est pas les interrogations argumentées de Benoît Collombat, c'est le refus constant du Canard enchaîné d'exprimer le moindre doute sur la question. C'est l'attitude du Canard enchaîné qui aurait du être un sujet de chronique ou d'enquête car ce journal a plus d'une fois écrit des articles sans avoir de "preuve indiscutable et incontournable".
Et la justice française a plus d'une fois condamné des accusés sans "preuve indiscutable et incontournable", juste sur un faisceau de présomptions comme, au hasard, dans l'affaire Omar.
Par Arnaud Romain

Re: Mais pourquoi "l'assassinat" de Boulin resurgit-il toujours ?

Hé, aux ceusse qui disent que j'exagère, venez-y voir un peu ce qu'il lui a mis au gars Marion, mon pote Arcus ? C'est pas de la mandalle de déménageur de piano ça ? C'est pas du bourre-pif de championnat ça ?

Bon, sans déconner, je plussoie et vote ! Maintenant, ce qui ferait tout ce même plaisir, c'est que Monsieur Marion vienne discuter. Surtout sur le tout point que je ne fais, moi, qu'effleurer dans mon petit post mais que Arcus aborde plus directement : le Canard dans ce cas de figure tient une ligne incompréhensibel... on aimerait un peu mieux la comprendre. Pour ma part, je promet de discuter dans le calme et la volonté de dialogue les plus haut perchés dans la hiérarchie de la sagitude...
Par georges

Re: Mais pourquoi "l'assassinat" de Boulin resurgit-il toujours ?

"Et l'on retrouve les biais habituels de ceux qui dénoncent les contradicteurs qui n'acceptent pas la thèse officielle :(...)
– L'attaque de côté : prenez un élément défendu par une autre personne que celle à qui l'on s'adresse et discréditez cet élément. En l'occurrence, l'interrogation de ce député sur le rôle possible de Guéant. Du coup, la thèse de Collombat s'en trouve affaiblie par ce "voisinage" avec une hypothèse farfelue.
Etc., etc."

Vous avez raison Arcus, l'attaque de côté est un procédé déloyal dans une discussion qui se veut de bonne foi. Mais votre indignation eût été plus fondée si France Inter, dans le dossier et le son qui accompagnent une récente émission de Collombat sur de nouveaux témoins, n'avait pas, elle-même, mis en avant le député et ses surprenantes déclarations. Vous retrouvez tout cela sur le site de France-Inter.
Par Photine

Re: Mais pourquoi "l'assassinat" de Boulin resurgit-il toujours ?

Merci M. Marion de cet article ! cette histoire m'agace au plus haut point.
Plusieurs juges (d'instruction, je précise) ont été saisis à plusieurs années (des décennies) de diffrénce. tous ont conclu au suicide. Mais c'est pas grave, il faudrait encore dépenser le temps des magistrats et l'argent public pour un suicide parce que ça ne fait pas plaisir à la famille (famille qui a l'époque, s'est opposée à l'autopsie parce c'était une atteinte à leur cher défunt soit-dit en passant....)
Par Arnaud Romain

Re: Mais pourquoi "l'assassinat" de Boulin resurgit-il toujours ?

Hou la... faut pas se contenter de lire le Canard pour s'informer desfois quand même... En l'occurrence s'entend.
Par casanier

Re: Mais pourquoi "l'assassinat" de Boulin resurgit-il toujours ?

@Camille Brinet

Contrairement à vos allégations, si trois juges d'instruction se sont en effet succédé sur cette affaire, un (e) seul (e), Laurence Vichnievsky a conclu, l'information pour homicide par un non-lieu. Mais ce qui affaiblit considérablement sa démarche est le fait que ce volumineux dossier a été examiné en 8 jours, sans daigner entendre la partie civile, ni examiner la moindre de ses objections. De surcroit l'ordonnance de non-lieu était mot à mot la réquisition du parquet... Mmme Vichnievsky s'est bornée à reproduire à la virgule près l'analyse du parquet. En matière d'indépendance de la justice, on a déjà vu mieux.
Par casanier

Re: Mais pourquoi "l'assassinat" de Boulin resurgit-il toujours ?

Dédouaner Guéant

Etonnant, la manière dont Georges Marion veut à toute force dédouaner Claude Guéant. A croire que peler l'oignon lui aura troublé la vue.
Car M. Guéant, jeune enarque, en charge des questions de sécurité au cabinet du ministre de l'intérieur, était de permanence cette nuit du 29 au 30 octobre 1979 à la place Beauvau, et c'est lui qui fit réveiller son ministre Christian Bonnet, qui reconnait lui-même avoir appris en pleine nuit, tout comme Raymond Barre, que le cadavre de Robert Boulin avait été découvert.

M. Marion, tout confit dans son dogme du suicide, ne cherche même pas à expliquer cette flagrante anomalie : Comment le cadavre d'un ministre en exercice, trouvé en pleine nuit, n'est officiellement découvert qu'à 8 h 40, alors que les plus hautes autorités de l'état sont informées depuis plus de 6 heures ?
Pour Georges Marion tout repose sur une lettre dactylographiée dont l'original n'a jamais été ni trouvé, ni cherché.

Circulez, il n'y a rien à voir. Pourtant tout indique que la carrière de Claude Guéant a connu cette nuit-là une remarquable accélération. Aux premières loges de ce qui s'apparente au maquillage en suicide d'un crime d'état, il est devenu, comme par enchantement, le protégé de Charles Pasqua, qui en fit son directeur adjoint de cabinet, puis le Directeur Général de la Police Nationale, avant de devenir le bras droit du successeur de Pasqua à la présidence des Hauts de Seine, Nicolas Sarkozy.

La carrière du cardinal[b][/b] aurait elle atteint de tels sommets si Claude Guéant n'avait pas été au bon endroit au bon moment ?
Par Arnaud Romain

Re: Mais pourquoi "l'assassinat" de Boulin resurgit-il toujours ?

"famille qui a l'époque, s'est opposée à l'autopsie parce c'était une atteinte à leur cher défunt soit-dit en passant...." Vous plaisantez j'espère ?
Par Yanne

Re: Mais pourquoi "l'assassinat" de Boulin resurgit-il toujours ?

La raison pour laquelle ça ressort ? Probablement et tout simplement, parce qu'il y a des anomalies...

Alors peut-être que par respect pour la famille, ils ont fait des choses qu'ils n'auraient pas dû faire, et ça a paru anormal.

Ou peut-être tout simplement, qu'il a été assassiné !

Je me souviens que lorsque j'avais vu le documentaire de Collombat, j'avais trouvé ça tiré par les cheveux, parce que Barre était premier ministre, et que donc, s'il y avait vraiment eu quelque chose, il n'aurait pas laissé faire, c'était de plus une occasion de laguer le camp d'en face, définitivement.... En plus, il aurait eu peur pour lui-même, et il était en position de se défendre, où il était...

Mais quand je vois que les Anglais ont espionné leurs alliés pour le compte des Américains, que ça paraît dans les journaux, et qu'il n'y a même pas une protestation des pays espionnés, en tout cas pas la France.
Et on parle d'autre chose, tout est normal, je me dis quand même que les uns tiennent les autres par les c.. , et que ça induit des comportements délétères...
Alors, dans ces conditions, tout est possible, et les théories du complot peuvent aller bon train....
Par Aline Marchetto

Re: Mais pourquoi "l'assassinat" de Boulin resurgit-il toujours ?

J'allais le dire té ..Tu m'a volé mon idée. Bon et JFK ? Et toutes les affaires qui sont encore sans réponses ? Et le 9/11 ? et Le petit Gregory ? Et .ad infinitum !
Par petit - saconnex

Re: Mais pourquoi "l'assassinat" de Boulin resurgit-il toujours ?

J'étais étudiant au moment du suicide de Robert Boulin.Je me souviens que c'était triste ,parceque Boulin était un homme intègre ,un gaulliste social , tout à fait honorable .Personne à l'époque ne doutait de son suicide parcequ'il était atteint par les attaques dirigées contre lui.Le reste me paraît être plus ou moins des affabulations
Par tchd

Re:

C'est ça le problème avec les oignons. Quand on les épluche, ça pique les yeux. Sous la première couche de peau, il y en a une deuxième et ainsi de suite et quand on a enlevé toute la peau, il n'y a plus rien ! Bon, ça nourrit quand même.
Par komodor

Re:

C'était le dicton du jour.
Par Strumfenberg ( Aloys von )

Re:

il n'y a plus rien, mais c'est ce rien qui fait tout.
Par Marco L

Re: Mais pourquoi "l'assassinat" de Boulin resurgit-il toujours ?

Tout ça pour ça???????
L'argument ne tient évidement pas. La lettre est un faux grossier, une montage tarabiscoté à la photocopieuse qui ne tient pas debout.
Je ne vois vraiment pas l'intérêt de publier de telles inepties.

Le canard enchainé, plus proche d'une officine de désinformation que d'un journal d'investigation, doit comprendre qu'avec des arguments aussi ridicules, il dessert sa cause!!!
Par Bruanne

Re: Mais pourquoi "l'assassinat" de Boulin resurgit-il toujours ?

Par sylvie matton

Re: Mais pourquoi "l'assassinat" de Boulin resurgit-il toujours ?

La mauvaise foi des journalistes du Canard Enchaîné sur cette affaire est depuis 34 ans une évidence. Traumatisme d'une responsabilité ressentie dans un premier temps après le prétendu suicide ? Mais alors, tous les éléments de preuves de l'assassinat accumulés depuis lors auraient pu et dû être très vite considérés par ces journalistes-ci comme une aubaine soulageant leur conscience. James Sarazin du Monde a su, quant à lui, reconnaître son erreur première. Vraiment étrange que le Canard Enchaîné continue ainsi à proférer la version officielle du suicide diffusée dès le 30 octobre 1979 par ceux qui étaient aux commandes (dans les instances politiques, policières et judiciaires) le soir du crime. À moins que le Canard Enchaîné n'ait, par ses liens "privilégiés" avec les services, accès à des informations inconnues de tous...

La mauvaise foi de Georges Marion se révèle à chaque phrase de son article, par ses incohérences, ses remarques hors propos et condescendantes, sans oublier la fatuité et la bêtise. Daniel Schneidermann devrait être plus vigilant, pour des sujets aussi importants que celui de l'assassinat de Robert Boulin, boîte de Pandore de notre république, sur les dévoiements de ses "journalistes".

Parmi les nombreuses "erreurs" énoncées par Marion, rétablissons un fait : Claude Guéant, permanencier au ministère de l'Intérieur la nuit du 29 octobre 1979, était chargé de la Sécurité intérieure auprès du ministre de l'Intérieur Christian Bonnet. À ce titre, dans la hiérarchie de ce ministère, c'est lui qui est chargé du dossier Boulin - au moins depuis la "découverte" du corps vers 2h du matin, comme l'ont reconnu Raymond Barre et Christian Bonnet - soit du camouflage du crime en suicide.

Par ailleurs, que M. Marion soit certain d'une évidence : la vérité est connue de l'opinion publique, même si elle ne l'est pas encore sur le plan judiciaire - et pour cause... Ceux qui, aujourd'hui encore, après avoir "parcouru" (comme le prétend Marion) le livre de Benoît Collombat, et ceux de Francis Christophe et de Fabienne Boulin, ou visionné les nombreux documentaires et films sur le sujet, osent encore prétendre croire au suicide, se révèlent tout simplement comme complices de l'omerta.
Par Aline Marchetto

Re: Mais pourquoi "l'assassinat" de Boulin resurgit-il toujours ?

Oui il parait que le proprio... un des journalistes marié par la main gauche avec un pote à l'oncle d'un membre du PS...... du Canard Enchainé .....patati patata oui les amis politiques qui oeuvrent en coulisses dans tous les journaux font qu'ils ne sont plus ce qu'ils étaient.

Bien oui Sylvie quels sont les vrais journaux dits d'investigations qui restent ? Le Canard enchainé ...essouflé.....bref Bon et je parles pas des autres bien sur.

A part de temps en temps médiapart et encore ...Heureusement qu'on est pas obligé de les acheter mais tout de même les enveloppes donnés chaque années sur le budget des français mériteraient des infos au minimum sans désinformation propagande que l'on est droit d'attendre..... Et je parle pas de la TV .....Je passe mon tour.
Par georges

Re: Mais pourquoi "l'assassinat" de Boulin resurgit-il toujours ?

Bonjour à tous,

Merci de votre réactivité !

De deux choses l’une :

Soit la lettre de Boulin annonçant son suicide et le lieu où l’on retrouvera son corps est vraie et il n’est pas besoin d’épiloguer : le suicide est manifeste.
Soit la lettre de Boulin est fausse, fabriquée par ses assassins pour camoufler le crime en laissant croire à un suicide. Et alors il faut pouvoir expliquer ou, au moins, tenter d’expliquer, les conséquences en cascade qu’induit cette thèse :
- qui a écrit cette lettre ?
` - qui est allé subtiliser, pour les falsifier, les vraies lettres avant qu’elles ne parviennent à leurs destinataires le lendemain de la découverte du corps ?
- où ce vol de lettre a-t-il été fait ? A la poste de Montfort-L’amaury ? Dans un autre centre de tri durant la nuit ? Comment ces voleurs ont-ils su que de vraies lettres avaient été envoyées par Boulin. Pourquoi croyaient-ils qu’il était vital de les récupérer ? Suivaient-ils Boulin à la trace ? Combien étaient-ils à le filocher ? Et depuis quand ? Et, surtout, pourquoi ?
- si, comme le laissent entendre les partisans de la thèse de l’assassinat, la falsification porte sur la première phrase et la dernière phrase de la lettre, ainsi que sur quelques mentions manuscrites de « la main » de Boulin rajoutées à une lettre originale qui traite uniquement de l’affaire des terrains de Ramatuelle, en quoi était-il nécessaire d’intercepter une lettre originale aussi innocente ? Au lieu de la falsifier, puis de la reproduire, en pleine nuit, pour plusieurs destinataires, de façon telle qu’elle a fini par susciter le soupçon, n’était-il pas plus simple de la laisser poursuivre son chemin, voire de la détruire, et de faire une autre lettre, manuscrite si possible, plus courte surtout ? Et, finalement, plus convaincante pour couvrir un assassinat ? Au fait, où était la photocopieuse ? dans le centre de tri ? dans un bureau proche ? et où était l’imitateur de la signature du ministre ? Avec les voleurs ? Autre part ? Et tout cela avec l’heure qui tourne …
- qui a écrit les quelques mots d’adieu manuscrits retrouvés dans la voiture de Boulin, au bord de l’étang où baignait son corps ? Le même falsificateur que précédemment ?
- qui, une fois toutes ces choses accomplies, est allé au domicile de Boulin pour mettre dans la corbeille la lettre falsifiée qui indique l’endroit où l’on retrouvera le corps ? Un proche de Boulin (des noms !) ou un gros-bras habile à s’introduire incognito dans l’appartement d’une famille déjà inquiète de l’absence du ministre ?

Toutes ces questions ne sont pas anodines. S’y ajoutent de nouvelles interrogations si l’on envisage deux cas exclusifs l’un de l’autre :
- soit le meurtre est involontaire, ce qui, si j’ai bien compris la pièce, constitue la thèse vers laquelle penchent Benoît Collombat et ses amis : harcelé par l’aile la plus brutale du gaullisme, victime de la fuite volontaire de dossiers le mettant en cause, Robert Boulin serait allé trouver un proche de Chirac, patron du SAC, pour l’avertir que si on continuait à le mettre en cause il sortirait à son tour des dossiers. La « conversation » aurait mal tourné et Boulin en serait mort. Un accident, en quelque sorte.
Si cette thèse est retenue, elle implique une improvisation totale de la suite : la mobilisation des troupes (monte-en-l’air et faussaire) pour aller à la poste récupérer le courrier et le falsifier. Puis aller déposer la fausse lettre dans le bureau de Robert Boulin. Puis parallèlement, ou après, conduire la voiture de Boulin au bord de l’étang et y jeter le corps de la victime.
Tout cela a du prendre du temps et des hommes. Et si, comme disent certains, le corps de Boulin a été retrouvé, non pas vers huit heures du matin, heure officielle, mais dès 2-3 heures, la fourchette du temps se réduit encore.
Bref, tout ce scénario témoigne d’une remarquable efficacité dans la conduite de l’opération et la maîtrise de ses impondérables. Au cinéma et dans les romans policiers, c’est courant. Dans la vraie vie…

-soit le meurtre est volontaire et planifié, auquel cas ce scénario tordu d’une lettre volée et falsifiée est incompréhensible. Et surtout, quel est le mobile ? Je n’ai toujours pas saisi quel objectif était visé en assassinant Boulin ? Son élimination politique n’avait pas besoin d’un cadavre. Il suffisait de faire fuiter l’affaire de Ramatuelle. C’est d’ailleurs ce dont Boulin accusait Peyreffitte.

Voilà, il n’y a rien d’autre, sur le fond, à expliquer : de quelque façon que l’on prenne le colis, la question de la lettre est primordiale. Tout le reste ne vient qu’après.



Modifié 2 fois. Dernière modification le 18:59 le 20/06/2013 par Daniel Schneidermann.
Par Annie Sétoualé

Re: Mais pourquoi "l'assassinat" de Boulin resurgit-il toujours ?

Bonjour Georges,
Je n'ai pas la prétention de savoir mieux que vous ce qui a pu se passer dans cette affaire Boulin. Mon investissement personnel s'est juste limité à interroger des médecins légistes (3-4 au pif par mail, je ne connais pas le milieu) et d'avoir obtenu une réponse après avoir visionné le documentaire passé sur canal + il y a quelques années. Il s'agissait d'une histoire de lividités cadavériques qui n'auraient pas pu être obtenues telles que si tout s'était passé selon la version officielle. Par honnêteté je dois dire qu'à l'époque le documentaire m'avait pas mal convaincue, appuyé par ce que j'avais pu comprendre des explications du médecin légiste.
J'ai lu votre article et votre message et je dois dire que je ne comprends rien à cette histoire de lettres.
Vous dites "qui est allé subtiliser, pour les falsifier, les vraies lettres avant qu’elles ne parviennent à leurs destinataires le lendemain de la découverte du corps ?" Dans cette hypothèse il y a eu de vraies lettres. Dans l'hypothèse des détracteurs, celle où le suicide est mis en scène, quel besoin d'une vraie lettre à falsifier ? N'auraient-elles pas pu être créées de toute pièce ? Désolée pour ma naïveté, mais la logique de tout ça - si jamais il y en a une - m'échappe totalement.
Voilà. Il me semble que ces lettres sont le point central de votre argumentation. C'est pourquoi j'aurai aimé comprendre...
Par georges

Re: Mais pourquoi "l'assassinat" de Boulin resurgit-il toujours ?

Bonjour Annie,

J'admets que cette histoire de lettre est compliquée mais elle est le noeud du problème. Je vais essayer de faire simple.
Avant de mourir, Robert Boulin a écrit une lettre, au demeurant passablement confuse, dans laquelle il annonce son intention de mourir et plaide longuement contre les accusations d'escroquerie qui le visent dans l'affaire des terrains de Ramatuelle. Cette lettre est dactylographiée, sur sa machine à écrire personnelle. Il l'a ensuite photocopiée. Sur chaque exemplaire photocopié il a rajouté, à la main, quelques mots à l'attention de chacun des destinataires (amis, AFP, Sud Ouest, Chaban-Delmas, etc) et sa signature. Il a ensuite personnellement posté les lettres à la poste de Monrfort-L'amaury, le 29 octobre 1979. Son corps a été retrouvé au matin du 30 octobre. Les lettres sont parvenues à leurs destinataires le lendemain de la découverte du corps, soit le 31 octobre. Résumons : un homme annonce son intention de se suicider et les lettres qui le confirment arrivent à destination après son suicide. C'est donc qu'il s'est suicidé.

Sauf...si ces lettres sont des faux. Plus exactement des faux partiels. C'est la conviction des partisans de l'assassinat qui, dans l'ensemble ne nient pas que Boulin a bien écrit et posté ces lettres, mais que ses assassins les ont interceptées et y ont rajouté, en début et en fin de lettre, les deux petits paragraphes qui annoncent le suicide. Pour expliquer les mentions manuscrites et la signature, les partisans de la thèse criminelle expliqent que les assassins ont contrefait l'écriture du ministre. Les lettres de Boulin, ainsi remaniées, ne seraient pas la preuve de son suicide mais, au contraire, le support du maquillage du crime en suicide.

Je ne reviendrai pas ici sur les raisons qui me font totalement douter de la pertinence de cette thèse. C'était l'objet de mon article et de mon post d'hier.

Allez, bonne journée. Et ne vous cassez pas trop la tête sur cette "énigme".
Par Néophyte Atterré

Re: Mais pourquoi "l'assassinat" de Boulin resurgit-il toujours ?

Je n'avais STRICTEMENT rien compris de cette affaire...

Merci pour ces précisions forts utiles pour comprendre de quoi il retourne.
Par Annie Sétoualé

Re: Mais pourquoi "l'assassinat" de Boulin resurgit-il toujours ?

Merci pour toutes ces explications. Voilà qui est plus clair. J'ai depuis relu votre article. Et je ne vois toujours pas de quoi sortir les kalachnikovs, comme c'est le cas dans une grande partie du forum.
Par casanier

Re: Mais pourquoi "l'assassinat" de Boulin resurgit-il toujours ?

Se focaliser ainsi sur une photocopie sans tenir compte d'un fait avéré : la sortie du coffre-fort du bureau ministériel le lundi 29 octobre à 15 h d'une pile de dossiers transportés au domicile du ministre par l'un de ses gardes du corps -dossiers dont la disparition, vérifiée- n'a fait l'objet d'aucune investigation, montre que G. Marion, ou ne connait rien de l'affaire Boulin, ou s'obstine à défendre le dogme du canard.

quant à l'utilité d'introduire par "les assassins" ce courrier dans le circuit, elle tombe sous le sens : sans cette photocopie sans original, plus de suicide, et donc obligation d'une enquête sérieuse, portant notamment sur les dossiers envolés, sur les visiteurs du soir au domicile de Boulin etc etc
Par Cugel

Re: Mais pourquoi "l'assassinat" de Boulin resurgit-il toujours ?

Citation:
quant à l'utilité d'introduire par "les assassins" ce courrier dans le circuit, elle tombe sous le sens

Mouais, que ça tombe sous le sens, je veux bien... m'enfin il faudra quand même qu'on m'explique comment les lettres ont été sorties du et réintroduites dans le service postal.
--
Par poisson

Re: Mais pourquoi "l'assassinat" de Boulin resurgit-il toujours ?

Citation:
G. Marion, ou ne connait rien de l'affaire Boulin,
:-) oui, ça va sans dire.

Est-ce que ce transfert de dossiers avant sa mort, ministère --> domicile implique suicide ou non-suicide? Non.
Alors que les lettres... Non trafiquées=suicide, trafiquées= meurtre.

Comment une affaire pourrait conjuguer pratiques jamesbondiques de haut vol (contenu du courrier connu avant/ vol de courrier/ collage/décollage, ni-vu ni-connu on recolle l'enveloppe) et amateurisme ridicule (taka dire au juge de pas investiguer de ce côté là épicétou)?

Comment doit faire un ministre qui veut se suicider pour disculper par avance son entourage? Rien à faire: c'est ce que prouve cette affaire.

Dans ce cas comme dans les autres, on continue à dire (répéter dans les journaux) que le suicide blanchit l'homme accusé, ce qui n'est pas prouvé. Et on continue souvent à perpétuer, de façon machinale, l'hypothèse de l'assassinat, qui grandit le mort et engendre un culte à la fois douloureux et consolant car il l'installe parmi les vivants. C'est insultant pour les affaires plus sérieuses et plus récentes. On ne distingue plus trop la justice qui piétine et la justice qui se trompe.

Dans toutes les affaires, assassinat ou suicide, la seule chose à laquelle on doit aspirer c'est que la justice tranche définitivement. Ce qui dérange est de penser qu'il faille un journaliste qui se charge de titiller la justice encore et encore, sans cesse. Et que ça en devienne un tic de métier. Alors que les journalistes devraient chercher une bonne fois pour toutes les mécanismes qui entravent la justice dans ces affaires de pratiques mafieuses des états, Karachi etc.
Par Rémy LOURY

Re: Effarement

J'avoue être effaré par l'attitude de Georges Marion qui passait pour un investigateur sagace et honnête et qui dans l'affaire Boulin étale avec une telle arrogance un négationnisme sommaire et insupportable.
Comment peut-il balayer avec une telle légèreté tout ce qui semble désormais évident: la mort de Robert Boulin n'est pas un suicide.
Comment et surtout, pourquoi ? Quel acharnement à nier autant d'évidences, quand il suffit de voir les photos et d'écouter tous les témoignages recoupés par Benoît Colombat et bien d'autres pour comprendre qu'il s'agit bien d'une affaire d'Etat et de la pire espèce ?
Je m'étonne qu'Arrêt sur Images publie sans contrepartie ce papier assez misérable.
Par Annie Sétoualé

La chasse au Georges Marion est-elle ouverte ?

Moi ce qui m'effare, c'est l'attitude quasi-unanime de ce forum qui dégaine dégomme ce journaliste qui ne partage pas ce qui semble être la vérité partagée par tous les autres. On est quand même sur le site d'arrêt sur images, où l'on sait parfaitement que "la description d’un objet, ou d’un fait, à condition qu’ils existent, ce qui n’est déjà pas une mince condition, dépend beaucoup de la position de son observateur".
Je suis étonnée à la fois de la violence du rejet, du procès en mauvaise foi et condescendance.
Je fais partie de ceux qui ont été interpellé par le reportage passé sur Canal + il y a quelques années. Mais ce qu'on apprend ici, c'est aussi de se méfier des images et des montages. A l'époque, j'avais été convaincue, mais le papier de Georges Marion n'a pas l'air de me faire le même effet que tous les indignés d'ici. J'essaie de comprendre ses objections : on l'a vu à la poste, il a fait des annotations sur son courrier.
Je n'ai pas tout pigé de cette histoire de lettre, mais ce que je sais, c'est que je ne sais pas grand chose de l'affaire Boulin qui n'ait été digéré, trituré, manipulé par quelqu'un d'autre. Aussi, je me garderai bien de devenir un croisé d'une thèse ou d'une autre. J'admets simplement que de mon divan, je n'aurai jamais les éléments qui me permettront de trancher. Le constat est que l'affaire Boulin ne fait pas l'unanimité. Je serai étonnée qu'il y ait Georges Marion + Le Canard et le reste du monde.
Et moi je me pose une question subsidiaire "pourquoi cette affaire Boulin suscite-t-elle tant de violence dans les réactions ?". C'est hyper-passionnel. Waow !
Par Néophyte Atterré

Re: La chasse au Georges Marion est-elle ouverte ?

ça aurait été une belle occision de faire une émission la dessus car c'est VRAIMENT de la critique médiatique, du décorticage, s'il n'y avait pas TOUS les autres sujets autrement plus intéressant, présentes et urgentes actuellement...

Du reste, je suis d'accord avec vous
Par Damien

Emission affaire Boulin

Vous voulez parler de cette émission ?
Par Strumfenberg ( Aloys von )

Re: Mais pourquoi "l'assassinat" de Boulin resurgit-il toujours ?

bizarre que personne n'évoque l'affaire Joseph Fontanet. C'est pourtant la même époque.
Par Robert.

Re: Mais pourquoi "l'assassinat" de Boulin resurgit-il toujours ?

On a aussi oublié Jean de Broglie (24 décembre 1976).
L'assassinat ciblé faisait déjà des dégats sous Giscard.
Par Néophyte Atterré

Re: Mais pourquoi "l'assassinat" de Boulin resurgit-il toujours ?

S'il fallait faire un artcle, une enquête pour toutes les personnes assassoné ou prétendument assassinés, il faudrait sas doutes faire une série d'émission (que personnellement;, je ne souhaite pas)

Ce que je ne comprend pas c'est POURQUOI reparler de cette affaire, pourquoi en ce moment ? Y a-t-il des éléments qui permettent l’ouverture du dossier ? Des contre enquêtes, des témoins à interroger ? Est-ce que le dossier est dans les mains d'un juge ?

Là son mes question car Ok, on reparle de ses affaires sinistres, mystérieux comme il y en a eut tant d'autres avant et après lui mais était-il nécessaire de parler de cette affaire ?
Par Strumfenberg ( Aloys von )

Re: Mais pourquoi "l'assassinat" de Boulin resurgit-il toujours ?

Robert a raison . Mais je reste un anti-conspirationniste invertébré.
Par Aline Marchetto

Re: Mais pourquoi "l'assassinat" de Boulin resurgit-il toujours ?

Ah non là ...Robert a raison et personne n'est conspirationniste cela devient une mode depuis que certains font des tartines et agressent sytèmatiquement les antisystèmes en se prétendant "antifa" ou anti-complotiste.

Un lien qui explique : Chouard interdit de "film" et harcelé s'explique .. M. Collon interdit par la CGT avec l'aide d'anti-fas ou prétendus l'être, harcelé, diffamé, accusé d'antisémitisme, négationnisme par des déconspirators issus du Cercle de l'Oratoire ou de la Règle du jeu BHLienne.

Bref si tu est contre les "guerres humanitaires" tu défends les "dictateurs" selon leurs vues étranges. E. Chouard s'insurge à la suite des menées d'une petite minorité agissante.

La police de la pensée serait-elle en marche ? Heu ? Et le ministre diffamé Beregovoy !
Par Strumfenberg ( Aloys von )

Re: Mais pourquoi "l'assassinat" de Boulin resurgit-il toujours ?

Si tous les conspirationnistes étaient comme Yèza, on serait moins dans la mouise.



Modifié 1 fois. Dernière modification le 17:58 le 21/06/2013 par Strumfenberg ( Aloys von ).
Par tchd

Re: Mais pourquoi "l'assassinat" de Boulin resurgit-il toujours ?

Il est vrai que ces histoires de complot sont assez affligeantes. Raconter une histoire, c'est un métier ! Qu'ils laissent ça aux professionnels : romanciers, scénaristes ... Au lieu de cela, nos conspirationnistes consacrent des pages et des pages à nous assommer avec des problèmes de débris d'avions ou de photocopies mal encrées. Les mauvais scénarios se ressemblent tous. Je m'intéresserais aux complotitstes quand ils se seront décidés à se professionnaliser. Comme par exemple Orson Welles qui fit paniquer l'Amerique en faisant croire à une invasion extraterrestre.
Par Strumfenberg ( Aloys von )

Re: Mais pourquoi "l'assassinat" de Boulin resurgit-il toujours ?

Par JREM

Re: Mais pourquoi "l'assassinat" de Boulin resurgit-il toujours ?

Par Aline Marchetto

Re: Mais pourquoi "l'assassinat" de Boulin resurgit-il toujours ?

Si pour toi douter de la véracité des avis par exemple des "ADM "en Irak et des "couveuses" et autres inventions juste pour légitimer un conflit, idem pour les charniers de Timisoara, des prétendues fusées de Kaddafhi et de ces armées qui violent en masse grace au "viagra" distribué, des "massacres "effectués par des "terroristes" sous bannières de l'Otan, et attribués à un dictateur "qui tue son peuple"! C'était déjà cela en serbie, avec les résultats qui ont suivis.

Cela fait quand même combien de fois qu'on nous refait le coup. ? Et là les "rebelles" en Syrie sont responsables de massacres odieux et on les attribue au "dictateur" jusque là toléré depuis 40 ans.

La fiole de Collin Powel censé être de l'anthrax et et le 9/11 toujours pas réellement élucidé. Il y a de quoi se poser des questions légitimes sans se faire insulter de tous ces noms d'oiseaux qui arrangent bien un pays avec un lobby qui n'existe pas ...

Car c'est là le noeud du problème tu est "anti-guerre", et on t'accuse de défendre des dictateurs, oubliant les autres pays Arabie Saoudite,Israel, koweit, etc....Usa et ses prisons secrètes, Guantanamo, NSA, drônes et droit de tuer avec l'aide d'une "kill-liste", bref il y a de bons dictateurs et des mauvais à géométrie variables.

Tout cela fait par une "secte" payé par l'Etat qui elle aussi fait des black-listes afin d'emmerder les gens qui ne pensent pas comme l'Empire le pire.

Tu veux pas la guerre en Syrie ? Donc complotiste = antisémite= antisioniste = négationniste, soutiens de dictatures, et quoi encore ?

De faux "antifas" bobos qui se la joue, payé par l'UE qui sont la police de net et ont le droit de mettre ton nom, adresse, n° téléphone, tout ce qui est possible. Et des infos par "pastebin" mis en ligne sur tes liens, même si il n' y a rien de douteux.

Tu trouves cela normal ?? Pas moi en tout cas La gestapo nos parents ont déjà donné merci....
Par tchd

Re: Mais pourquoi "l'assassinat" de Boulin resurgit-il toujours ?

Yèza, tu as raison, nous avons un problème. Dès lors que l'on met en cause une "version officielle", on est automatiquement soupçonné de pensées complotistes etc. Noam Chomsky en a même conclu qu'il était dans l'intérêt des gouvernements d'entretenir les rumeurs de complot afin de discréditer tous ses opposants en faisant un "package", ce en quoi je pense qu'il se trompe en frôlant le ... conspirationisme: il n'y a pas besoin de cela, cela marche tout seul. Quant à moi ( à nous ? ), j'aimerais bien ne pas avoir à choisir entre Christophe Barbier et Thierry Meyssan ... Cela doit être possible, non ?

La différence entre la réalité et la fiction ? La réalité n'a pas besoin d'être crédible.

Mark Twain.
Par Retraité volontaire

La pensée du W.E

Il vaut mieux chercher quelque chose qui n'existe pas plutôt que ne pas chercher quelque chose qui existe.
Je vous laisse chercher l'auteur de cette phrase.
Par Jean-François

Re:

Daniel, au vu de cette chronique de George Marion aussi curieuse (je reste poli) que la précédente, je vous serai particulièrement reconnaissant de nous expliquer l'objectif - s'agit-il peut-être d'internaliser la critique d'ASI en faisant intervenir un chroniqueur dont le ton (hautain) et la démarche (embrouiller, créer de la confusion) en prennent l'exact contrepied ?

Et comme on parle beaucoup transparence ces derniers temps, pourrait-on avoir un petit rappel de la carrière du nouveau pigiste et de la démarche qui le conduit à intervenir ici et maintenant sur ASI ? Un peu comme Edwy Plenel, un de ses contemporains, qui a su le faire avec une certaine élégance. Parce que la page de Wikipedia est bien succincte, pour ceux de ma génération qui sont nés après la mort de Boulin.
Par nathaliep75

Re:

Je n’ai pas d’avis ni sur suicide ni sur assassinat, mais franchement j’avoue ne pas être convaincue par cet article, d’une facilité et d’une désimplication déconcertantes, et je me pose des questions sur le refus que vous avez d’entrer dans le sujet et la manière que vous avez de prendre ceux qui s’y sont impliqués avec une grande désinvolture (trop grande désinvolture à mon goût).

Vous dites vouloir peler l’oignon, mais vous n’avez rien pelé du tout, rien n’est approfondi, recherché, tout est superficiel et vous jetez l’oignon direct à la poubelle. A mon avis ce sujet vous touche trop et vous ne pouvez le traiter avec professionnalisme. Ce qui vous dérange en fait c’est que cette affaire ressurgisse 34 ans après, mais j’attends la réponse à la promesse du titre : « Il s'interroge notamment sur le resurgissement permanent d'une thèse de l'assassinat à laquelle il n'a jamais cru » et alors quelle réponse apportée par l’article : soit je n’ai pas compris, soit il y a autre chose…

Et puis même s’il y a eu suicide, pourquoi ne pas gratouiller un peu sur les 75 anomalies, certaines personnes avaient bien des choses à cacher, non, mais je crois définitivement que vous ne voulez pas peler l’oignon.
Par emon

Re:

Les circonstances de grande tension qui entourent l'homme politique peuvent indéniablement porter plus aisément en faveur de la thèse du meurtre, s'il s'agit d'ajouter une ènième plume sur un des plateaux que tient Némésis, dont l'aveuglement, lorsque la main de l'homme n'en est pas l'auteur, peut tenir tant de l'ombre , que de l'excès de lumière....

La concurrence politique, à laquelle ne s'appliquera jamais mieux que le point d'orgue lumineux de LaRochefoucauld, «  Délivrez-moi de mes amis, mes ennemis, je m'en charge » dès lors qu' elle atteint les enjeux d'une candidature présidentielle, on l'a vu, peut être rude...

Passées les froides lividités du temps, un fil d'Ariane parcourt plusieurs labyrinthes selon les témoignages, dans la volonté de sa fille à ne pas laisser le sable de l'oubli ensevelir la mémoire de son père, une seconde fois. L'initiative, versant majoritairement dans la thèse du meurtre, est soutenue par ses proches et connait un débat public, par la publication du livre du journaliste de France Inter, dont Georges Marion nous relate, témoin subjectif, la rencontre, dans ce passé qui ne passe pas.

Enfuie la thèse du meurtre, que reste-t-il ? Un traquenard politique, pré-ourdi par quelque Brutus d'occasion, s'assurant des effets délétères de la rumeur? Ce qu'on nomme plaisamment « gaullisme immobilier »n'avait, dans le ressenti populaire, pas connu une sanction publique assez exemplaire, de sorte qu'il était prévisible que ceux à qui il avait le plus profité allaient se couronner défenseurs de la morale dans les procès médiatiques, entrainant la communauté des adeptes moralisant. Aussi bien, la sanction d'exil que le promoteur s'infligea à lui-même, gagnant les iles qui furent celles des rois de Majorque ne connut pas la rigueur d'une poursuite internationale, sans doute y a-t-il manqué une loi, voire cette volonté politique conjointe dont l'esprit gagnerait à s'incarner plus souvent, s'il ne veut retomber dans ses travers passés.
Par Jean-Louis LEGALERY

Re:

Toute cette intervention consiste à nier l'évidence, ce qui de la part d'un journaliste du Canard, est renversant. Puisque Georges Marion s'accroche à l'invraisemblable thèse du suicide, comment expliquera-t-il le visage tuméfié de Robert Boulin comparé par les témoins à celui d'un boxeur qui a été rudement frappé et l'hématome conséquent sur la nuque ? Et comment se suicide-t-on dans 50cm d'eau ?
Par ailleurs il est dommage que l'ouvrage de la fille de Robert Boulin, Fabienne Boulin Burgeat, Le dormeur du val, n'ait pas été cité.
Par georges

Re:

Je ne suis plus journaliste du Canard depuis...1986.
Par Cugel

Re:

Citation:
l'invraisemblable thèse du suicide

Le problème c'est que la thèse du meurtre comme elle est exposée, à part s'il avait été perpétré par les Pieds nickelés, est tout autant invraisemblable.
--
Par algo moyo

Re: suicide et assassinat compatibles ?

Et s'il avait décidé de se suicider et de "balancer" des dossiers ? Cela aurait fortement déplu, d'où violence voire plus pour récupérer les dossiers...
Par Pierre38330

Re: Mais pourquoi "l'assassinat" de Boulin resurgit-il toujours ?

Nous étions le 30 octobre 1979, entassés au marbre de l’Aurore où l’équipe du Canard, comme tous les mardis, mettait la dernière patte au journal.

Et soudain, je comprends pourquoi je n'ai pas beaucoup lu le Canard, ni jamais pu m'y abonner.



Modifié 1 fois. Dernière modification le 12:24 le 10/11/2015 par Pierre38330.
Désolé, seuls les utilisateurs connectés peuvent envoyer des messages dans ce forum.

Cliquer ici pour se connecter

Remonter en haut de page