Profs en retrait, jour après jour

chronique Par Daniel Schneidermann discuté depuis 09:18 le 09/02/2010

Matin après matin, le lycée Adolphe Chérioux de Vitry sur Seine revient dans les bulletins des radios. Les enseignants de ce lycée exercent en ce moment leur "droit de retrait", en demandant la création de onze postes de surveillants, après l'agression d'un lycéen de quatorze ans dans l'établissement. Le rectorat répond clôture. Le rectorat veut bien accorder des "médiateurs de réussite scolaire". Les "médiateurs de réussite scolaire", innovation Darcos, sont des jeunes titulaires de contrats précaires, et chargés d'appeler les familles en cas d'absentéïsme (ici, par exemple, un reportage sur une "médiatrice de réussite scolaire". Je n'ai pas encore lu d'enquête d'ensemble sur cette innovation). Mais non. Les profs réclament onze vrais postes de surveillants, stables et motivés. Et ils ajoutent, ces nantis-provocateurs-non-mais-vous-avez-vu-vos-vacances-qu'est-ce-que-vous-voulez-de-plus ? Ils ajoutent : aux 35 heures, et en CDI...... > Lire l'intégralité du texte
Participations votées d'utilité publique sur ce sujet

Par Etoile66

Re: Profs en retrait, jour après jour

Etrange, la vision que le pays a de ses enfants qu'il faut S U R V E I L L E R !!!

Il n'y a pas de SURVEILLANTS en Allemagne ou en Irlande.

Les enfants n'y sont pas infantilisés, mais responsabilisés dès la maternelle et s'autogèrent sans aucun problème. On ne leur parle pas comme à des immatures ou débiles qu'il faudrait "surveiller" pour ne pas qu'ils fassent de "bêtises".

Les écoles - dès la maternelle - sont des lieux de vie agréables avec jardin que les enfants cultivent, une plate-bande par classe par exemple, pas de "salle de permanence" où on parque des petits délinquants en puissance devant lesquels il faut mettre un adulte.

Mon fils a été dispensé des cours de français pendant sa scolarité à Hambourg, il n'était obligé que de participer aux dst puisqu'il était francophone. Pendant ses heures libres, il allait à la bibliothèque de l'école, ouverte, il y était seul et pouvait lire ou rêver, allongé sur une table.

Arrivé en Ile-de-France en 1ère S, il a demandé a être dispensé des cours d'allemand puisqu'il avait fait toute sa scolarité en allemand et que les cours consistaient à ânonner un allemand plein de fautes, à remplir des textes à trous, etc... La prof d'allemand a refusé de le dispenser de cours, elle ne voulait pas prendre la responsabilité et lui a dit d'aller voir le directeur, qui lui non plus n'a pas voulu prendre de responsabilité, il aurait fallu s'adresser au rectorat, etc etc...

Il y avait des grilles devant le lycée, des surveillants qui surveillaient l'entrée. Il se sentait en prison, habitué qu'il était à être traité en être responsable de ses actes.

Totale INFANTILISATION des enfants et des jeunes pendant toute la scolarité, ce qui produit des adultes-moutons, habitués à se soumettre à un Etat-super-papa, à la tête duquel ils "élisent" celui que les médias souhaitent pour que les "élites" puissent continuer à diriger le pays au mépris de tout respect du citoyen de base...

Quand on voit ce que les Français acceptent comme monarque depuis des décennies - il n'y a eu aucune différence entre la gauche et la droite - et ce qu'ils acceptent de la part d'administrations qui les traitent comme on traite des "sujets" dans une république bananière, on a peur pour ce pays et son avenir.

On est loin, très, très, très loin de tout ce qui se vit dans tout le Nord de l'Europe, en particulier en Scandinavie, en Allemagne et aux USA...

Pauvre pays, le problème vient du SYSTEME de l'EDUCATION NATIONALE. Je ne parle pas de l'enseignant en particulier - toute ma famille en fait partie depuis l'enseignant en passant par le proviseur et l'inspecteur d'académie - mais du SYSTEME que s'est donné le pays, un système qui donne des appréciations en école primaire concernant le "RESPECT DE L'AUTORITE".

Incroyable, on cultive des citoyens soumis à l'autorité, de futurs moutons, râleurs, certes, mais qui ont appris à se soumettre depuis la plus petite enfance, ou justement à se rebeller contre... Rien entre les deux.

Et après on s'étonne....
> Lire ici > Lire en contexte

Par EM

Re: Profs en retrait, jour après jour

D'accord sur l'autoritarisme du système ; pas d'accord sur la vision que je trouve angélique de l'auto-responsabilisation des enfants (mais après tout pourquoi pas : je ne connais pas d'autres systèmes). Il faut trouver un moyen terme. Et puis, il ne faut pas oublier qu'en France, l'école a été un moyen d'affirmation du régime politique (IIIè République), qui devait affirmer la hiérarchie et soumettre la population au pouvoir bienfaiteur... Autrement dit, le caractère "vertical" du système en est un lourd héritage.

Après, il ne faut pas non plus exagérer. Les systèmes nordiques sont différents, mais dans ces sociétés, on ne rencontre pas plus de système davantage démocratiques, moins viciés économiquement, avec moins de soumission du peuple vis-à-vis du pouvoir... Tout au plus y règne la culture du compromis et partant une représentation du peuple et des acteurs sociaux moins méprisante.

Ensuite, je rebondis sur le poids capital des parents dans cette affaire ; on moralise l'école et les enseignants, mais bon, ça a ses limites...
Mais surtout, ce qui tue l'école et l'esprit, c'est la société de consommation. L'école n'est plus compétitive, l'enseignant n'a plus le prestige du dispensateur de savoir comme auparavant, la société est satisfaite de consommer des images, des produits technologiques (bienheureux IPhone, sainte PSP, reine TV, prince Internet & consors). Et basta ! Le plaisir avant la pensée, la satisfaction avant la réflexion, le gavage avant l'investissement. Autrement dit, ce sont les évolutions socioéconomiques et socioculturelles qui ont tué l'école. Le système a ses failles et ses héritages, c'est sûr, mais il faut aussi mettre tout cela en perspective. Une société satisfaite est une société contrôlée. Il reste beaucoup d'iinégalités, mais maintenant, avec un Ipod, une télé et de la bouffe, tout passe. En avant Simone ! Aujourd'hui, les gens ayant ce minimum ont quand même quelque chose à perdre : ce faisant, il se taisent, même pour ne pas perdre le minimum qu'ils ont. Et TF1 qui vend du temps de cerveau disponible... Petit-petit-petit, mouton-mouton-mouton...

Je me disperse, désolé......
> Lire ici > Lire en contexte

Par Florent

Re: Profs en retrait, jour après jour

Haha! Très bon.

Finalement en me réveillant ce matin, après m'être gavé de drogues hier soir, plus le vin rouge pour les faire passer, j'ai enfin vu la lumière.
L'allemand moyen est un surhomme! Ça m'est tombé dessus, comme une évidence. Discipliné et ordonné, l'allemand moyen excelle dans toutes les taches. Sérieux et intègre, il ne cède jamais à la corruption ou à la tromperie. L'allemand aime son prochain comme un frère.
Les jeunes allemands, nés avec le gène germanique du respect de l'autorité, vont à l'école en entonnant gaiement des chants magnifiques (les allemands chantent tous juste). Ils assimilent avec rapidité l'enseignement toujours exact et jamais ethnocentré de leurs professeurs admirables (allemands eux aussi) payés 5000€ par mois.
En allemagne il n'y a pas toujours de limitation de vitesse (seulement là où circulent aussi d'immondes français indisciplinés). En effet, l'allemand, responsable, et maitre de sa Mercedes (à la finition parfaite), roule toujours à l'allure idéale, sans jamais commettre d'imprudence.
Le matin, l'allemand boit son café dans sa cafetière krups, qui ne tombera jamais en panne. Cafetière construite dans une usine allemande où les salariés, allemands, sont heureux d'aller au travail. Ils s'y rendent en chantant (juste), le sourire aux lèvres, emplis de l'amour sincère du travail bien fait. Leur syndicat est en fait une association culturelle, les conflits avec le patronat n'ayant jamais lieu, puisque le patron est un allemand lui aussi, soucieux avant tout du bien être de ses ouvriers.
Les allemands ont des hommes politiques (allemands eux aussi), mais uniquement pour lire des poèmes à la télé. En effet, l'allemand, responsable, n'attend rien de l'état. Il organise la totalité de sa vie lui même. L'allemand moyen ne fraude jamais le fisc, et l'argent qu'il verse aux impôts sert essentiellement à aider le monde entier, gravement sous-développé qui vit à ses crochets. Mais l'allemand n'est pas rancunier, il sait bien qu'il doit aider le faible, et accepte la noblesse de sa tache (guider l'humanité vers le progrès) avec enthousiasme et détermination.
Lorsque l'allemand se rend en vacances au camping de Saigon, il est toujours poli avec les autochtones (dont il parle la langue). Lorsque par hasard il croise un exilé fiscal français et ses douze domestiques sous-payés, il ne se permet pas de lui faire la morale, conscient que son bagage intellectuel ne lui permet pas de comprendre l'erreur dans laquelle il vit. Avant de rentrer chez lui à la nage (l'allemand est sportif et écologique), il aidera les paysans à moderniser leurs techniques de production (bénévolement) et leur offrira l'intégrale de Goethe qu'il aura lui-même traduite en vietnamien.

Donc comment puis-je moi aussi rejoindre la race élue? En effet, je n'en puis plus du français paresseux, égoïste, idiot et imbu de lui-même, malpoli, xénophobe, indiscipliné et drogué que je suis. Dites-moi donc, etoile66 comment faire pour rejoindre la lumière?...
> Lire ici > Lire en contexte
Tous les commentaires (230)
Par Florence Arié

Re: Profs en retrait, jour après jour

L'épreuve de force se double d'un différend légal symbolique: pour le ministère c'est une grève, donc des journées non-rémunérées; pour les profs un exercice de droit de retrait ( = la sécurité des conditions d'exercice du métier n'étant pas assurée par l'employeur, qui doit donc payer quand-même). Je m'étonne que cette chronique opère le glissement, sans le pointer, d'un paragraphe à l'aute.
Par Paméla

Re: Profs en retrait, jour après jour

Citation:
Les profs réclament onze vrais postes de surveillants, stables et motivés. Et ils ajoutent, ces nantis-provocateurs-non-mais-vous-avez-vu-vos-vacances-qu'est-ce-que-vous-voulez-de-plus ?


Toujours la même rengaine : les profs toujours en vacances, qu'est-ce qu'ils veulent de plus, ils ne foutent rien, etc..
chantons tous en chœur !
Par JIEM 92

Re: Profs en retrait, jour après jour

Bonjour,
Je pense que Daniel évoque cette phrase avec un certain humour et reproduit (avec les tirets) ce que pensent les esprits sarkozystes pré-formatés.
C'est en tout cas comme cela que je l'ai ressenti.
Par Elihah

Re: Profs en retrait, jour après jour

On est tellement des nanti-e-s, que ces mêmes braves gens qui envient 'nos' ouacances (qui sont d'abord celles de leurs enfants.. c'est sans doute ça aussi qui les gêne?) ne voudraient pour rien au monde exercer le métier qui les conditionnent.. faudrait savoir, hein ...

"On devine de quelle lassitude..." dit DS... c'est même plus que cela.
Sans compter que justement ce dénigrement permanent du corps social (et media.. et politique...) à l'égard du monde enseignant ajoute des banderilles à notre ras-le-bol.
La scape goat se rebiffe...? (comme le cave, tiens... ha lala).

L'école est à la fois un reflet et un fondement de la société, et qui subit des double binds en permanence, normal que les humains qui en sont les porteu-r-se-s n'en puissent plus.. mais n'aient guère non plus les moyens de le faire savoir: elles et ils se font taper sur les doigts (passer du statut d'exercice du droit de retrait- fruit d'une réflexion logique et responsable- à celui de gréviste -évidemment irresponsable et emmerdeur-) , comme des cancres d'autrefois qui, en plus d'être en difficulté, sont puni-e-s de l'être.
Youpi.

(je suis énervée, donc je schématise, me tombez pas dessus, en tant qu'enseignante j'ai déjà ma dose, merci).
Par asinus erectus

Re: Profs en retrait, jour après jour

"le métier qui les conditionnent" ???
Je vous offre mon bonnet.
Par Elihah

Re: Profs en retrait, jour après jour

Qui conditionne le fait d'avoir ces durées de vacances là, faites pas celui qui n'a pas compris :-)
Quant à l'erreur grammaticale: ben j'étais énervée? ça arrive.



Modifié 1 fois. Dernière modification le 11:03 le 09/02/2010 par mebahel.
Par asinus erectus

Ne nous fachons pas

J'avais très bien compris.
Ma remarque sur la faute d'accord était faite en toute courtoisie. Bien sur que ça arrive.
J'espère que vous me rendrez mon bonnet quand ça m'arrivera.;-)
Par Elihah

Re: Ne nous fachons pas

Ok ok autant/au temps/autan (ben quoi, le vent c'est bien aussi) pour moi :-)
Boh non, on se passera de bonnet plutôt, voulez vous? ... passke si on devait sursauter à chaque erreur d'ortho de grand mère ou de conjuguerie on n'en finirait pas.. encore que sur @si ce soit 'moins pire' qu'ailleurs...:-)
Par MonaO

Re: Ne nous fachons pas

Bien sûr , vaudra-t'il le bonnet d'âne à Asinus erectus ?
Juste un oreille ? :-))
Par Winston Smith : misanthrope

Re: Ne nous fachons pas

un beau nez d'âne?
Par MonaO

Re: Ne nous fachons pas

:-))
Un benêt d'âne ,? non , ça , c'est BHL !
Par ceci n'est pas un pseudo

béhachel

Cet âne qui ne voit rien venir
Par Winston Smith : misanthrope

Re: béhachel

cet ane y rien comprendre
Par ceci n'est pas un pseudo

Re: béhachel

Citation:
cet ane y rien comprendre


:-)))
Par Nonosse

Re: béhachel

Par MonaO

Re: béhachel

Âne marri ,
c'est oi ?



Modifié 1 fois. Dernière modification le 20:35 le 09/02/2010 par Mona.
Par ceci n'est pas un pseudo

Re: béhachel

et toutes ces choses que l'âne alphabétise, est-ce que Bernard Henri les vit ?
Par asinus erectus

Re: Ne nous fachons pas

Oui mais non, euh, là ça compte pas!
C'était juste pour voir si tout le monde était attentif.
Par MonaO

Re: Ne nous fachons pas

Il faut toujours se méfier d'un forum qui dort :-))
(il ne dormait pas celui-là , je sais
Par ceci n'est pas un pseudo

Re: Ne nous fachons pas

et n'oublions pas
Anne Ptitegoutte et ses soeurs Justine, Corinne, Germaine
Par asinus erectus

Re: Ne nous fachons pas

Emma Ptitegoutte!
Par Gerard

Re: Ne nous fachons pas

"Ma remarque sur la faute d'accord était faite en toute courtoisie. ***Bien sur*** que ça arrive.
J'espère que vous me rendrez mon bonnet quand ça m'arrivera.;-)"

Bien sûr. ;-)
Par asinus erectus

Re: Ne nous fachons pas

Déjà signalé par Mona et réponse plus haut.
Une autre fois peut-être Gerard ;-)
Par Etoile66

Re: Profs en retrait, jour après jour

"L'école est à la fois un reflet et un fondement de la société, et qui subit des double binds en permanence, normal que les humains qui en sont les porteu-r-se-s n'en puissent plus.. mais n'aient guère non plus les moyens de le faire savoir: elles et ils se font taper sur les doigts (passer du statut d'exercice du droit de retrait- fruit d'une réflexion logique et responsable- à celui de gréviste -évidemment irresponsable et emmerdeur-) , comme des cancres d'autrefois qui, en plus d'être en difficulté, sont puni-e-s de l'être. "

Sauf qu'ici, les "humains qui en sont les porteu-r-se-s" justifient le système qui les oppresse et ne veulent surtout RIEN changer.

C'est étrange, comme dressage par l'Etat... mais c'est une réalité.

Et pourtant, s'ils regardaient un peu juste derrière leurs "frontières", ils verraient qu'ils sont sous-payés, ne jouissent plus d'aucune considération sociale... mais ils s'enferment dans la justification de leur système, se sentant "agressés" lorsque qui que ce soit évoque ce qui "cloche".

Comment sortir de cet enfermement ???
Par marcel verplaetse

Re: Profs en retrait, jour après jour

"Gloire à Bling Bling , Gloire à Bling Bling !!!"
Mais de quoi vous vous plaignez ??? Bling Bling comprend
bien les profs et il fait tout pour qu'ils et elles s'épanouissent
dans leur travail au milieu des enfants gentils et bien élevés !!
(C'est la version Bisounours , je taquine , je taquine !!)
Par Gamma gt

Re: Profs en retrait, jour après jour

taquines pas trop, certains asinautes non pas autant d'humour de BHL.
Bon, ok, j'en fais trop:-(
gamma
Par EM

Re: Profs en retrait, jour après jour

J'insiste sur le fait que ces enseignants exercent leur droit de retrait, et ne sont pas en grève : la nuance est capitale. Et de lire DS qui confond ces deux éléments m'énerve et m'attriste en même temps.

Je pense pour ma part que la médiatisation de cette grève sert aussi à montrer aux sarkozystes que le gouvernement tient ferme face aux ennemis grévistes de toujours ; on trouve un adversaire à diaboliser, ça fait passer le temps...

Les profs ont bon dos... Personne ne s'interroge sur la réalité du métier ; les enseignants sont les seuls intellectuels (bac + 3, +5 ou parfois +8) à être autant déconsidérés, et à être confrontés à une réalité tant éloignée de leur formation et attentes. Ceux qui restent, c'est véritablement par vocation. Ce décalage est soigneusement ignoré, le courage d'assumer qu'il implique également.

De hussards noirs de la République, nous sommes devenus bêtes noires de la société...
Par MonaO

Re: Profs en retrait, jour après jour

Les parents devraient être un peu plus présents aux côtés des profs .
Laisser 1 500 ados sans surveillance dans un endroit confiné , ils sont fous !

Droit de retrait , s'il-vous-plait , il ne s'agit en aucun cas d'une grève .

Le mot "grève" pour décrédibiliser , pour entrer en propagande sarkoziste .
Le mot "grève" devenu un gros mot . Pauvre peuple
Par Winston Smith : misanthrope

Re: Profs en retrait, jour après jour

Citation:
J'insiste sur le fait que ces enseignants exercent leur droit de retrait, et ne sont pas en grève : la nuance est capitale.


personnellement je préfèrerai que ce soit clairement une grève.
Par Juléjim

Re: Profs en retrait, jour après jour

Je crois qu'en seine-saint-denis des collègues sont d'accord avec toi. Non seulement la grève mais aussi la stratégie de la tache d'huile...

C'est parti d'Henri Wallon, à Aubervilliers, ça s'étend et ce n'est peut-être pas prêt de finir, malgré la crise, le ras le bol et la déconsidération permanente étant plus insupportables encore !

A trop vouloir des petits soldats dociles et obéissants on obtient des mutins obstinés et rebelles.


Rêve générale !!!

Again !
Par Gamma gt

Re: Profs en retrait, jour après jour

Il y a longtemps, j'étais fier de faire grève, et je le 'clamai' ( passé simple ? )
gamma
Par MonaO

Re: Profs en retrait, jour après jour

Non , imparfait ,
comme le passé
clamé ,
je le clamais ,
rien n'est parfait ,

c'est beau comme du Gamma , fière de moi ! :-))
Par Lulu70

Re: Profs en retrait, jour après jour

Aux termes du Code du travail, le droit de retrait peut s'exercer en cas de " danger grave et imminent ". D'où interprétations divergentes chez les enseignants et au ministère ( et peut-être aussi chez Daniel ...) . Mais au vu de la jurisprudence, on peut douter d'un jugement en faveur des profs.



Modifié 1 fois. Dernière modification le 17:45 le 09/02/2010 par Lulu70.
Par Winston Smith : misanthrope

Re: Profs en retrait, jour après jour

Citation:
Mais au vu de la jurisprudence, on peut douter d'un jugement en faveur des profs.


je suis encore plus catégorique que toi, un jugement ne peut pas ici être rendu en faveur des profs. Le droit de retrait ne s'applique pas, c'était habile pour amorcer la pompe mais seul la grève en l'espèce est un droit. Sur cette question le recteur a entièrement raison sur le fond.
Par Etoile66

Re: Profs en retrait, jour après jour

Etrange, la vision que le pays a de ses enfants qu'il faut S U R V E I L L E R !!!

Il n'y a pas de SURVEILLANTS en Allemagne ou en Irlande.

Les enfants n'y sont pas infantilisés, mais responsabilisés dès la maternelle et s'autogèrent sans aucun problème. On ne leur parle pas comme à des immatures ou débiles qu'il faudrait "surveiller" pour ne pas qu'ils fassent de "bêtises".

Les écoles - dès la maternelle - sont des lieux de vie agréables avec jardin que les enfants cultivent, une plate-bande par classe par exemple, pas de "salle de permanence" où on parque des petits délinquants en puissance devant lesquels il faut mettre un adulte.

Mon fils a été dispensé des cours de français pendant sa scolarité à Hambourg, il n'était obligé que de participer aux dst puisqu'il était francophone. Pendant ses heures libres, il allait à la bibliothèque de l'école, ouverte, il y était seul et pouvait lire ou rêver, allongé sur une table.

Arrivé en Ile-de-France en 1ère S, il a demandé a être dispensé des cours d'allemand puisqu'il avait fait toute sa scolarité en allemand et que les cours consistaient à ânonner un allemand plein de fautes, à remplir des textes à trous, etc... La prof d'allemand a refusé de le dispenser de cours, elle ne voulait pas prendre la responsabilité et lui a dit d'aller voir le directeur, qui lui non plus n'a pas voulu prendre de responsabilité, il aurait fallu s'adresser au rectorat, etc etc...

Il y avait des grilles devant le lycée, des surveillants qui surveillaient l'entrée. Il se sentait en prison, habitué qu'il était à être traité en être responsable de ses actes.

Totale INFANTILISATION des enfants et des jeunes pendant toute la scolarité, ce qui produit des adultes-moutons, habitués à se soumettre à un Etat-super-papa, à la tête duquel ils "élisent" celui que les médias souhaitent pour que les "élites" puissent continuer à diriger le pays au mépris de tout respect du citoyen de base...

Quand on voit ce que les Français acceptent comme monarque depuis des décennies - il n'y a eu aucune différence entre la gauche et la droite - et ce qu'ils acceptent de la part d'administrations qui les traitent comme on traite des "sujets" dans une république bananière, on a peur pour ce pays et son avenir.

On est loin, très, très, très loin de tout ce qui se vit dans tout le Nord de l'Europe, en particulier en Scandinavie, en Allemagne et aux USA...

Pauvre pays, le problème vient du SYSTEME de l'EDUCATION NATIONALE. Je ne parle pas de l'enseignant en particulier - toute ma famille en fait partie depuis l'enseignant en passant par le proviseur et l'inspecteur d'académie - mais du SYSTEME que s'est donné le pays, un système qui donne des appréciations en école primaire concernant le "RESPECT DE L'AUTORITE".

Incroyable, on cultive des citoyens soumis à l'autorité, de futurs moutons, râleurs, certes, mais qui ont appris à se soumettre depuis la plus petite enfance, ou justement à se rebeller contre... Rien entre les deux.

Et après on s'étonne.



Modifié 1 fois. Dernière modification le 11:00 le 09/02/2010 par Etoile66.
Par MonaO

Re: Profs en retrait, jour après jour

L'Ecole de la République française ressemblait à celles que vous décrivez avant que ne déboulent dans les gouvernements successifs , des malades qui voulaient laisser leurs noms sur une réforme .

Maintenant le mal est fait . Et les enfants sont en danger à l'école .
En danger même de ne recevoir aucune instruction .

Je vote pour votre excellent réquisitoire , Etoile66



Modifié 1 fois. Dernière modification le 11:13 le 09/02/2010 par Mona.
Par EM

Re: Profs en retrait, jour après jour

D'accord sur l'autoritarisme du système ; pas d'accord sur la vision que je trouve angélique de l'auto-responsabilisation des enfants (mais après tout pourquoi pas : je ne connais pas d'autres systèmes). Il faut trouver un moyen terme. Et puis, il ne faut pas oublier qu'en France, l'école a été un moyen d'affirmation du régime politique (IIIè République), qui devait affirmer la hiérarchie et soumettre la population au pouvoir bienfaiteur... Autrement dit, le caractère "vertical" du système en est un lourd héritage.

Après, il ne faut pas non plus exagérer. Les systèmes nordiques sont différents, mais dans ces sociétés, on ne rencontre pas plus de système davantage démocratiques, moins viciés économiquement, avec moins de soumission du peuple vis-à-vis du pouvoir... Tout au plus y règne la culture du compromis et partant une représentation du peuple et des acteurs sociaux moins méprisante.

Ensuite, je rebondis sur le poids capital des parents dans cette affaire ; on moralise l'école et les enseignants, mais bon, ça a ses limites...
Mais surtout, ce qui tue l'école et l'esprit, c'est la société de consommation. L'école n'est plus compétitive, l'enseignant n'a plus le prestige du dispensateur de savoir comme auparavant, la société est satisfaite de consommer des images, des produits technologiques (bienheureux IPhone, sainte PSP, reine TV, prince Internet & consors). Et basta ! Le plaisir avant la pensée, la satisfaction avant la réflexion, le gavage avant l'investissement. Autrement dit, ce sont les évolutions socioéconomiques et socioculturelles qui ont tué l'école. Le système a ses failles et ses héritages, c'est sûr, mais il faut aussi mettre tout cela en perspective. Une société satisfaite est une société contrôlée. Il reste beaucoup d'iinégalités, mais maintenant, avec un Ipod, une télé et de la bouffe, tout passe. En avant Simone ! Aujourd'hui, les gens ayant ce minimum ont quand même quelque chose à perdre : ce faisant, il se taisent, même pour ne pas perdre le minimum qu'ils ont. Et TF1 qui vend du temps de cerveau disponible... Petit-petit-petit, mouton-mouton-mouton...

Je me disperse, désolé...



Modifié 1 fois. Dernière modification le 11:28 le 09/02/2010 par EM.
Par Paddy

Re: Profs en retrait, jour après jour

Bien d'accord sur l'angélisme. Je vais envoyer le texte d'Etoile 66 quelque part du côté de Strabane, ça les consolera un peu de savoir que dans leur bahut, leurs élèves "ont appris à être responsables de leurs actes".
Il ne me semble pas sauter aux yeux que les Scandinaves ou les Allemands soient moins moutonniers ou moins soumis aux systèmes qui les dirigent. Et ne parlons pas des Etatsuniens, qui ont eu, et ont encore, leur lot de monarques incompétents et dont le système politique n'offre guère plus d'alternative véritable, et plutôt moins, que le nôtre. L'éducation est partout un instrument politique bien compris.
Et si, plutôt que d'admirer béatement des systèmes scolaires (hier l'Angleterre et l'Allemagne, aujourd'hui la Scandinavie et surtout la Finlande, demain...?) dont il y a certes beaucoup à retirer, mais qui sont avant tout adaptés à leur culture et leur mode de relations sociales, (pour faire très court), on se penchait sérieusement sur ce qui cloche chez nous, sans le réduire à des cas particuliers comme c'est trop souvent le cas ? (Mon fils qui est dans un lycée de banlieue, il..., la fille du cousin de la belle-mère de ma voisine, qui est partie étudier en Australie, etc... etc...)
Par Elihah

Re: Profs en retrait, jour après jour

"Et si, plutôt que d'admirer béatement des systèmes scolaires (hier l'Angleterre et l'Allemagne, aujourd'hui la Scandinavie et surtout la Finlande, demain...?) dont il y a certes beaucoup à retirer, mais qui sont avant tout adaptés à leur culture et leur mode de relations sociales, (pour faire très court), on se penchait sérieusement sur ce qui cloche chez nous, sans le réduire à des cas particuliers comme c'est trop souvent le cas ?"

Voilà.
Merci Paddy.

Ce qui n'enlève rien au témoignage d'Etoile.
Ceci posé, je voudrais signaler que dans les préélem (les maternelles) du moins celles que je connais, on infantilise moins les gamin-e-s qu'en primaire, curieusement.. parce que justement le préélem travaille en transversal...ce que ne peut (au vu des programmes notamment, en plus de l'aspect structurel issu de l'histoire de l'école évoqué par un autre intervenant ici) faire facilement l'élem.
Comme on constate souvent en interne (cad entre nous les rienfouteurs), c'est que si l'élem pouvait fonctionner comme la préélem, les élèves s'en sortiraient mieux.. mais qui a intérêt à cela, politiquement et économiquement? ... et surtout la préélem est dans le collimateur ,depuis assez longtemps, des économies à faire... alors...la préélem est morte, vivent les jardins d'éveil...
Par Etoile66

Re: Profs en retrait, jour après jour

@ mebahel:

Votre réponse est typiquement franco-française, désolée de vous le dire, je vais essayer d'expliquer pourquoi.

Il y a eu les "études" PISA en parallèle en Europe, d'autres au niveau mondial.

Et lorsque les Français ont appris que leur école était mal classée, ils ont critiqué l'étude et ont justifié leur système. Il était d'ailleurs intéressant de voir la presse commenter les résultats d'une étude internationale qui montre que les enfants français n'aiment PAS l'école. Le Figaro a même osé titrer "Les enfants français aiment beaucoup l'école". Je vous laisse juger:

http://www.mediapart.fr/club/blog/etoile66/090908/les-enfants-francais-n-aiment-pas-l-ecole-pourquoi

Par contre en Allemagne, dès qu'ils ont vu que d'autres étaient devant eux, tout le pays s'est mobilisé pour améliorer le système, la TV a même fait des émissions "Pisa" pour tester les adultes tant au niveau "savoir" que "compétences sociales" - mot assez inconnu en France dans ce qu'il signifie dans de nombreux pays.

Ils ont immédiatement cherché à s'améliorer, en concurrence avec d'autres dans le monde et en se comparant à eux.

Et les progrès sont évidents, bien que dans de nombreux domaines, l'éducation à la responsabilisation soit de loin bien meilleure qu'en France, on forme de futur citoyens RESPONSABLES et non INFANTILISES par un Super-Etat-Papa... qui les domine bien plus tard.

Vous écrivez "mais qui sont avant tout adaptés à leur culture et leur mode de relations sociales"

Vous êtes-vous posé la question de l'oeuf et de la poule?

Pourquoi les relations sociales sont si dégradées en France, en comparaison de la cohésion sociale qui existe dans de nombreux autres pays européens ?

Je vis entre l'Allemagne et la France depuis 1973 et n'ai connu qu'une seule grande grève depuis 1973 en Allemagne... par contre pendant les deux ans que j'ai passés à Paris entre 2000 et 2002, des grèves constantes, des services "en dérangement" etc. etc. et beaucoup de "chacun pour soi". Si c'est ce modèle de "relations sociales" que vous aimez, je ne comprends pas.

Est-ce que la France est destinée à avoir des relations sociales si peu cohérentes, avec tous ces conflits et ces corporatismes égoïstes à tous les niveaux ? Cela vous satisfait-il pour le pérenniser ?

Qu'est-ce que la "culture" ?

N'est-elle pas le résultat de l'EDUCATION (ou non) de tout un peuple par son système éducatif et de valeurs ?

Je viens de passer une semaine à Hambourg dans mon ancien quartier où tous les gens laissent leur vélo la nuit dehors depuis toujours. Rien n'a changé, ils sont toujours dehors. Voici une photo prise la semaine dernière et une autre. Le vélo est très utilisé à Hambourg, il y a des pistes cyclables partout depuis toujours. Jamais les vélos ne sont volés, sinon les gens ne les laisseraient pas dehors.

Et pourtant à Paris, mes amis me disaient que si je laissais mon vélo dehors, il serait tout de suite volé, ce qui n'a pas manqué.

Aimez-vous ce genre de "culture" de "mode de relations sociales" ?

Vous écrivez que la socialisation est meilleure en maternelle. Je veux bien, mais j'ai constaté les énormes différences au niveau responsabilisation entre les deux systèmes, ya pas photo, comme on dit. D'un côté on apprend à "respecter l'autorité" et à se soumettre, de l'autre à se prendre en mains.

D'ailleurs le nom que l'on donne à "l'institution" est caractéristique de la vision que le pays a de l'enfant. En France, on appelle cela ECOLE MATERNELLE.

Avez-vous réfléchi à la monstruosité de ce terme employé tous les jours?

ECOLE. On oblige des enfants qui ne demandent qu'à tout découvrir de la vie par le JEU, à JOUER, à aller dans une ECOLE.

Ensuite, cette "école" est appelée MATERNELLE. Donc en relation avec la "mère", la "femme" donc, jouissant de peu de considération dans un monde dominé par les hommes, encore aujourd'hui. D'ailleurs Xavier Darcos ne s'est pas privé d'exprimer ce que la majorité des hommes pensent encore en France aujourd'hui: [www.dailymotion.com]

Les "enseignants" de maternelle ne jouissent pas d'une grande considération dans le pays et pourtant ce sont eux qui posent les bases de la "culture" de la future nation lorsqu'elle sera adulte. Il n'y a en France AUCUNE réflexion à ce niveau et ces intervenants sont sous-payés et manquent de considération, eu égard à l'immensité de leur tâche pour tout le pays. L'Ecole primaire idem.

Alors que dans la quasi-totalité des autres pays évolués, on a compris la valeur de l'apprentissage de la vie par le JEU, l'importance des relations humaines et de la cohésion sociale par la responsabilisation des différents acteurs.

Et ces institutions sont appelées par leur nom allemand "Kindergarten" ou "Jardin d'enfants". Voici quelques pays que j'ai recherchés pour vous:

Jardin d'enfants:
Kindergarten (Allemagne, Autriche, Suisse, Angleterre, etc...)
Portugal: Jardim de infância
Russie : ??????? ??? (Jardin d'enfants)
Chine : ??? (Jardin de jeunes enfants)
Norvège: Barnehage (Jardin d'enfants)
Japon: youchien ??? (Jardin d'enfants)
Israel: ?? ?????: Jardin d'enfants

Dommage les caractères russes, chinois, hébreu, japonais n'apparaissent pas sur @si.

Espagne : Educación preescolar
Suède: Förskola (préscolaire)
Pologne: Przedszkole (préscolaire)

En Finlande: Esikoulu (préscolaire) - les "institutrices" - que l'on appelle en Allemagne "pédagogues sociaux" - ont fait des études universitaires de pédagogie. La Finlande est le pays avec la meilleure éducation au monde. Les groupes ne dépassent pas 14 enfants et on y apprend les langues étrangères et les expérimentations en sciences naturelles.

Ouverture sur le monde et responsabilisation...

Enfin, pour essayer de voir avec vous ce qu'est une "CULTURE", la "culture" d'un pays, je vous propose de regarder cette vidéo en anglais, mais très parlante de Hans Rösling sur l'évolution de la Suède ces deux derniers siècles:

http://www.youtube.com/watch?v=18MZmVDv7uo

Voilà qui montre comment une "culture" évolue à tous les niveaux, en commençant par l'EDUCATION.

Hans Rösling est même optimiste pour l'Afrique:

http://www.ted.com/index.php/talks/hans_rosling_reveals_new_insights_on_poverty.html

Là vous pouvez mettre les sous-titres en français (Subtitles available in...)

Alors, n'y aurait-il aucun espoir pour la France, aucun espoir que RIEN ne change, parce que la société est figée sur SA culture?

Au fait, comment est-elle cette "culture" ?



Modifié 3 fois. Dernière modification le 14:26 le 09/02/2010 par Etoile66.
Par Elihah

Merci de taper ailleurs, j'ai mal au crâne.

Fichtre les raisins sont bien verts là..
Alors: ai-je dit que j'aime " ce genre de "culture" de "mode de relations sociales" ? "
Je constate juste leurs différences, par ailleurs je ne faisais que reprendre le post d'un autre intervenant, inutile non plus de me lancer sur des grèves etc...franchement je ne me sens pas concernée (mais idiote encerclée par un système qui me montre tous les jours ses défauts, si).

En ce qui concerne les PISA et PERL j'en avais fait une critique à l'époque, via une collègue IMF et matheuse et impliquée là dedans, mais bon, flemme de tout remettre ici, de tout façon, je ne vous convaincrai pas, tel que je le sens.

"D'ailleurs le nom que l'on donne à "l'institution" est caractéristique de la vision que le pays a de l'enfant. En France, on appelle cela ECOLE MATERNELLE. "
Son nom légal est "école préélementaire", que j'emploie parce que justement j'ai "réfléchi à la monstruosité de ce terme employé tous les jours? " merci pour elle, elle a des neurones, un peu, et ce n'est pas monstrueux c'est le reflet d'un mode de pensée sociale autour de l'enfance et du statut des femmes.

Nous recevons chaque année en stage dans notre préélem des étudiant-e-s qui se destinent aux Kindergarten et qui sont soufflé-e-s à chaque fois par l'étendue et la qualité (si si) du boulot fait chez nous, qui n'égale pas ce qui est fait chez elles et eux, et notamment par le jeu dont vous criez haut et fort la nécessité (ce qui montre que vous ne savez pas vraiment, voire vraiment pas, ou bien n'avez pas assez vu, ce qu'il se passe dans les préélem, dont au niveau de la mise en place des règles de vie.. qui sont démontées par les familles ou le social autour, le plus souvent) ce que je ne conteste pas, il faudrait un débat sur ce qu'on met derrière le mot jeu (game ou play?) et je vous renvoie à DWW.
NB: j'ai vu aussi des italien-ne-s et des belges, et même résultat.
On nous envie la préélem, en Europe, c'est sans doute pour cela que notre chez gouvernement veut la virer.
Et en attendant veut transformer la GS en pré-CP, pauvres élèves, afin de l'inclure dans l'élémentaire, rendre l'enseignement obligatoire à 5 ans (elle est à 6) et virer les autres classes de préélem.

Qu'on me donne 14 élèves par classe et en effet, ça changera la donne, et les résultats, qu'on nous donne aussi un autre système social, itou. Où ai-je dit que je le voulais immuable?

Je l'ai déjà dit ailleurs: l'école et un reflet et une base de la société, ne lui faisons pas tout peser sur le dos, les choix faits par des adultes pour l'école le sont à la lumière d'un système culturel, lequel est perméable à d'autres choses que ce qui vient uniquement de l'enfance et donc de l'école.

Je regarderai la video, et oui, en VO, je suis super franco française, voyez, quand je pourrai.

A part ça que les zinstits soient déconsidérés, surtout en petites classes, cela tient à plusieurs facteurs, dont le fait que la profession est hyperféminisée, en clair le système sexiste dans lequel nous vivons accorde aux femmes un 'don' inné pour la gestion de la petite enfance, rien n'est plus faux.
De plus les Iufm ne forment pas ou quasi pas à la préélem, et ce n'est pas la faute de l'instit lambda ça, mais bien une volonté politique, les gens qui y bossent se sont donc formés eux-mêmes, et parfois en plus du terrain, en psycho dont développementale, perso c'est ce que j'ai fait.

Alors tout est parfait ailleurs qu'en France, ok ok ... no souçaille...et ne vous inquiétez pas, je vous laisserai chanter les mérites de TSF (tout sauf la France) à votre gré.

(humour inside)



Modifié 1 fois. Dernière modification le 14:52 le 09/02/2010 par mebahel.
Par Etoile66

Lire fait mal au crâne ... que dire des bouquins...

Sorry, vous avez "mal au crâne" de lire. Ne lisez-vous plus que le style sms ? :-)))
Pas étonnant que les jeunes ne savent plus écrire ni s'exprimer... si tout doit être écrit en style sms...

Je n'ai jamais signifié que l'enseignant lambda était responsable, mais que c'était tout le système, construit par des hommes pour "gérer" la petite enfance.

Mais celle-ci étant la base de toute la société future, elle est hyper-importante.

Vous écrivez: "On nous envie la préélem, en Europe, c'est sans doute pour cela que notre chez gouvernement veut la virer. "

Tout ce que je lis dans la presse sur l'école, c'est surtout ne pas faire comme en France, hyper-scolarisé dès le pré-élémentaire.

D'ailleurs le mot "élémentaire" est aussi terrible qu'"Ecole maternelle"... y avez-vous réfléchi ?

Dans tous les autres pays cités ci-dessus on dit "pré-scolaire"...

La responsabilisation de l'enfant est essentielle, elle découle de la vision que la société a de l'enfant, de même que les compétences sociales. Il est d'ailleurs intéressant de voir que ce terme, très utilisé dans tous les autres pays évolués, n'a guère de valeur en France.

Un petit exemple pratique: les CV, les offres d'emplois et Wikipedia.

Le terme "Soziale Kompetenz" est indispensable pour tout emploi, car toute personne vit dans un environnement social. Il n'apparaît pas dans les offres d'emploi françaises. Le voici en allemand sur wikipedia dans sa définition: http://de.wikipedia.org/wiki/Soziale_Kompetenz

Si vous cliquez sur la partie "française" à gauche, vous arrivez sur le "Savoir-être décrit en quelques lignes qui n'ont pas grand-chose à voir avec cette "compétence" indispensable pour vivre en société et qui n'a pas du tout l'importance que d'autres pays lui accordent"...

D'ailleurs le terme "SAVOIR" est encore intellectuel et n'a pas grand chose à voir avec une "compétence" qui est quelque chose de très pratique et pragmatique...



Modifié 2 fois. Dernière modification le 16:26 le 09/02/2010 par Etoile66.
Par Elihah

Crânez donc toute seule, je perds mon humour, là

"Tout ce que je lis dans la presse sur l'école, c'est surtout ne pas faire comme en France, hyper-scolarisé dès le pré-élémentaire.
D'ailleurs le mot "élémentaire" est aussi terrible qu'"Ecole maternelle"... y avez-vous réfléchi ?"

Bon, quand vous arrêterez de m'agresser et me traiter de neuneu, je lirai la suite de vos comms.
Et si vous lisez, tant mieux, mais ne voyez pas le terrain.

En attendant, je vous précise qu'entre ce que nos gouvernants mettent en place (la doxa pédago qui cause compétence, justement- comment pouvez vous imaginer une seconde que je ne sois pas critique par rapport à cela? vous savez quoi, j'ai des yeux et un sens critique, dingue, non?) et nous, sur le terrain, les vieux et vieilles zinstits qui connaissons la vie, et qui bossons en préélem, nous essayons toujours- mais combien de temps le pourrons-nous encore- de faire de cet espace particulier qu'est la préelem, un lieu de vie qu'on nous envie, hé si.
Jusqu'à ce qu'effectivement la GS devienne un pré-CP -c'est en passe de, et là je comprends la critique d'hyper scolarisation précoce trop systématisée; et encore, chaque société ayant sa culture, ses valeurs et j'en passe, comment peut-on considérer qu'on fait une critique 'toutes choses étant égales par ailleurs' ?- mais en attendant merci de bien vouloir m'accorder au moins le bénéfice du doute, qui profite à l'accusé-e comme chacun sait.

Je m'en vais faire mûrir les raisins



Modifié 1 fois. Dernière modification le 18:13 le 09/02/2010 par mebahel.
Par Etoile66

Re: Crânez donc toute seule, je perds mon humour, là

"Crânez donc toute seule, je perds mon humour, là"

Humour ???

Si c'est ça "l'humour"... on est mal barré...
Par Etoile66

Re: Profs en retrait, jour après jour

Paddy, votre cynisme montre que vous n'avez jamais été voir au-delà du bord de votre petite monde !

Il n'y a aucun angélisme, c'est de l'AUTOGESTION apprise avec des règles claires depuis la maternelle.

Je cite une correspondante belge:

"L'autogestion doit commencer à être pratiquée dès la maternelle et, d’une manière générale, nous pouvons constater que c’est au primaire que les bases seront acquises ou jamais : si on aborde cette question à partir du collège, c’est bien trop tard, d’après ce que les professionnels ont pu constater en Belgique."

Je vous enverrai des photos dans un prochain message et des explications pour que vous puissiez mieux comprendre.

Il n'y a pas de "surveillants" dans les écoles allemandes, cela n'est pas du tout dans la conception de l'école ni dans la vision de l'enfant dans la société. Dans toute l'Europe du Nord, en Scandinavie, on élève les enfants comme des adultes en devenir, on les prend au sérieux en fonction de leur évolution et leur apprend à gérer eux-mêmes les problèmes et cela marche très bien.

C'est ce que j'essaie de faire comprendre en France. C'est selon moi sans espoir. Car c'est toute la vision de l'enfant, son infantilisation dès sa naissance qui est en cause. Pour faire changer ces comportements, cela prendra des générations - même si cette prise de conscience avait lieu un jour.

Quand on voit que les enseignants ne savent réclamer que davantage de SURVEILLANTS... et tous les médias répercutent cette demande...

Une directrice d'école primaire de Charente-Maritime est venue nous voir en Allemagne et je lui ai fait visiter cette école sans grilles, je lui ai raconté comment les enfants résolvaient les problèmes survenant dans le groupe par la discussion dès la maternelle, qu'il n'y avait pas de "pions" ni en collège ni au lycée. Pas de salles d'études "surveillée".

Elle ne croyait pas que ce soit possible, elle ne pouvait même pas se l'imaginer.

Et pourtant c'est la réalité vécue.

Suite dans un prochain message avec des photos que je suis en train de mettre en ligne...
Par Paddy

Re: Profs en retrait, jour après jour

Cynique ? Ah, si c'est ce que révèle ma petite contribution au débat, je suis le premier à le regretter, ce n'était pourtant pas mon intention. Je ne conteste en aucune façon les qualités de ce système allemand que vous défendez avec enthousisame et talent, simplement, j'ai toujours tendance à me méfier des présentations idylliques. Rien n'est jamais parfait, de même que rien n'est jamais totalement pourri. (Si si, même en France, en réfléchissant un peu, on doit pouvoir sauver deux ou trois choses de notre société que vous semblez tant détester.)
C'est peut-être en ce sens que je me montre "cynique", donc. A part ça, je me demande d'où vous tenez que je ne suis jamais sorti de mon petit monde. C'est une accusation toute gratuite.
Vous exposez dans vos différents messages des idées que, pour une bonne part, je partage, que ce soit sur les défauts patents de notre système scolaire ou sur les tares de notre société. Il n'est donc pas utile d'agresser vos interlocuteurs pour mieux les convaincre, ni de leur attribuer, comme vous le faites pour Mehabel, des mots qu'ils n'ont pas prononcés. Personnellement, par contre, et c'est là que j'avance le mot d'angélisme, je trouve, à l'instar d'EM, que vous idéalisez beaucoup : "dans la quasi-totalité des autres pays évolués, on a compris la valeur de l'apprentissage de la vie par le JEU, l'importance des relations humaines et de la cohésion sociale par la responsabilisation des différents acteurs." ou encore "Pourquoi les relations sociales sont si dégradées en France, en comparaison de la cohésion sociale qui existe dans de nombreux autres pays européens ?", et "Dans toute l'Europe du Nord, en Scandinavie, on élève les enfants comme des adultes en devenir, on les prend au sérieux en fonction de leur évolution et leur apprend à gérer eux-mêmes les problèmes et cela marche très bien." Cette perfection existe donc, et nous discutons encore ? Quelle folie !
Par Etoile66

Re: Profs en retrait, jour après jour

Paddy, sorry, je n'ai jamais dit que le système allemand était parfait, loin de là.

Mais, quand on achète un produit, on compare normalement avec les autres produits similaires, la qualité, le prix etc...
Et on se décide en fonction de plusieurs critères, bien réfléchis... normalement.

Et pourquoi ne comparerait-on pas l'EDUCATION au niveau international ?

Pourquoi nos enseignants n'iraient-ils pas TOUS faire un stage à l'étranger pendant une année scolaire en début de carrière ?

Nous sommes tous en concurrence au niveau mondial, on ne peut plus vivre dans son petit monde comme il y a 100 ans ou même 30 ans...

Et il nous faut une EDUCATION irréprochable.

Autant aller voir ailleurs pour comparer et prendre les meilleures pratiques, sachant que la perfection n'existe nulle part.

Mais comme je l'expliquais plus haut, le réflexe français est toujours de défendre SON système, alors qu'ailleurs on court voir ce que les autres font de mieux pour s'améliorer soi-même.

C'est étrange, cet esprit français.

Il y a quelques mois, un chef d'entreprise m'a contactée, je travaille sur le franco-allemand. Il avait une question qui le torturait. Son entreprise a des filiales un peu partout dans le monde. Une grosse PME allemande, très proche de ses employés, comme c'est souvent le cas dans les différentes régions où le chef d'entreprise a un rôle social.

Ils avaient décidé d'une stratégie au niveau production et commercialisation, l'avaient discutée avec toutes les filiales dans tous les pays pour que les employés adhèrent volontairement à l'ensemble. Cela avait marché dans tous les pays.... sauf en France. Les salariés lui avaient répondu: "votre stratégie c'est bien, mais ici nous sommes en France"...

L'exception française, l'impossibilité de la cohésion sociale. Cela se voit partout. Un dernier exemple.

Nous sommes au Cambodge ou en Thailande, je ne sais plus... Une équipe internationale de scientifiques - du côté français CNRS, du côté allemand Fraunhofer Institut, etc... arrivent sur les lieux d'un projet qui devait être "commandé" ou "acheté" par le gouvernement du pays sur un domaine d'ingénierie environnementale.

Les Allemands trilingues (allemand, anglais, français, certains parlant en outre espagnol) arrivent sur place et commencent à parler avec les habitants pour se faire une idée des relations sociales du lieu où ils vont travailler, des coutumes locales, des relations dans les services administratifs, etc...

Les Français arrivent, parlant un anglais terrible, et disent tout de suite - en français - ce qu'il faut faire, donnant des ordres parce que EUX, ils SAVENT... Aucune compétence sociale !

Le projet a capoté à cause d'eux.

Parmi les chercheurs allemands, il y avait une franco-allemande, fille d'une amie française de Hambourg. Quand elle a vu le comportement des Français, elle a eu tellement honte qu'elle ne leur a pas parlé de sa bi-culture...

Si l'on regarde au niveau international les résultats du commerce extérieur français en déficit et qu'on les compare à celui de l'Allemagne, qui a été le premier exportateur mondial devant la Chine et les USA pendant les 5 dernières années, malgré une population bien moins importante, on comprend pourquoi à la lumière de ces "éducations" au respect de l'autre et à la compétence sociale.

Tout commence dans la toute petite enfance, non seulement dans les familles, mais surtout au jardin d'enfants. C'est le rôle d'un Etat de former ses citoyens... et c'est au départ dans la vie que tout le fondement de la vie sociale est posé.

C'est tout ce que je voulais essayer de faire passer...
Par Winston Smith : misanthrope

Re: Profs en retrait, jour après jour

Citation:
Mais, quand on achète un produit, on compare normalement avec les autres produits similaires, la qualité, le prix etc...

Et on se décide en fonction de plusieurs critères, bien réfléchis... normalement.

Et pourquoi ne comparerait-on pas l'EDUCATION au niveau international ?



parce que l'éducation n'est pas un produit, l'éducation n'est pas une marchandise, l'éducation est un droit. de plus tes critères de comparaison sont biaisés, tu t'es laissé séduire par du marketing pour défendre ainsi le système allemand?

tous les principes qui ont fait la particularité et la fierté de l'enseignement allemand sont soudain remis en question: le fédéralisme, qui délègue aux 16 Länder (Etats régionaux) toutes compétences ou presque en matière d'enseignement, la pédagogie antiautoritaire développée depuis 1968, la demi-journée qui concentre les cours de 8 à 13 heures, et surtout le tri précoce, à 10 ans, entre les meilleurs élèves, envoyés vers les Gymnasium (les lycées, menant aux études universitaires), les élèves moyens, expédiés vers les Realschulen (débouchant sur les écoles professionnelles), et les plus mauvais, casés dans les Hauptschulen (écoles principales)... le système scolaire allemand est encore plus ségrégationniste que l'américain ou le britannique: de tous les pays testés, l'Allemagne est celui où l'origine sociale des élèves détermine le plus sûrement leur parcours scolaire. «A l'université, les étudiants qui s'orientent vers le métier d'enseignant sont plutôt ceux qui ont des résultats moyens.» La règle impose en outre aux professeurs de lycée d'étudier puis d'enseigner deux matières, souvent tota lement différentes. «Cette combinaison entre une compétence souvent réduite et la destruction du principe d'autorité depuis 68 peut être désastreuse».. l'école «ludique», ... livre des élèves qui n'ont pas «appris à apprendre» et «ont de plus en plus de mal à se concentrer sur un travail»,... «Les examens, jusqu'au bac inclus, ne sont pas centralisés: chaque établissement choisit ses sujets d'examen, en fonction de ce qu'il a enseigné ou pas.... Tout cela conduit à un nivellement vers le bas ...
[membres.multimania.fr]
Par Etoile66

Re: Profs en retrait, jour après jour

Etrange, votre vision assez fermée...

Vous ne répondez pas du tout à la proposition:

Pourquoi nos enseignants n'iraient-ils pas TOUS faire un stage à l'étranger pendant une année scolaire en début de carrière ?

Nous sommes tous en concurrence au niveau mondial, on ne peut plus vivre dans son petit monde comme il y a 100 ans ou même 30 ans...

Et il nous faut une EDUCATION irréprochable.
Autant aller voir ailleurs pour comparer et prendre les meilleures pratiques, sachant que la perfection n'existe nulle part
.

Au lieu d'essayer d'améliorer le système, vous critiquez celui que l'on vous présente comme ayant des aspects bien meilleurs que celui qui est en vigueur en France. Etrange comportement.

Comme je l'écrivais plus haut, en Allemagne, le réflexe est inverse, quand on entend "C'est mieux ailleurs", on y court examiner la chose pour essayer d'APPRENDRE et de s'AMELIORER.

En France, le réflexe quasi-constant est l'enfermement sur soi, la justification de son "bon" système, que l'on dit être une "exception" supérieure aux autres.

Ne vous rendez-vous pas compte que le pays se renferme dans une perception de lui-même totalement asphyxiante ?

Pas d'esprit de curiosité, pas de soif de s'améliorer, un conservatisme à tout crin, surtout ne RIEN changer... et accuser les autres pour se justifier...

Terrible....
Par Winston Smith : misanthrope

Re: Profs en retrait, jour après jour

Citation:
Etrange, votre vision assez fermée...

Vous ne répondez pas du tout à la proposition:

Pourquoi nos enseignants n'iraient-ils pas TOUS faire un stage à l'étranger pendant une année scolaire en début de carrière ?

Pas d'esprit de curiosité, pas de soif de s'améliorer, un conservatisme à tout crin, surtout ne RIEN changer... et accuser les autres pour se justifier...
Terrible....


encore uen fois difficile d'aller au delà de la troisième ligne.

je réponds sur al question de savoir si l'école est une marchandise, je dis que pour moi ça n'en est pas une, et j'explique pourquoi.

tu me réponds que je suis obtus, tu dis que je ne réponds pas alors que sur ce point que j'ai cité et auquel je voulais répondre j'ai effectivement répondu et argumenté. et en guide d'argument , je suppose pour expliquer que oui l'école est effectivement une marchandise tu me parles de stage à l'étranger...., je suis obtus, aucune curiosité, conservateur, et j'accuse non mais je rêve...vraiment on dirait que tu ne lis pas ce qu'écrivent les autres.
j'ai pas non plus envie de parler des stages à l'étranger, ça veut pas dire que je pense qu'il ne faut pas en faire, ça veut juste dire que je ne me prononce pas sur cette question, je parle juste de savoir si le savoir doit etre considéré ou non comme une marchandise. depuis le début tu tentes de nous faire parler de trucs dont on se fout complètement, commence déjà à discuter de ce dont on a envie de discuter avec toi et ensuite peut être la discussion pourra avancer avec d'autres sur cette question de stages à l'étranger.
Par Winston Smith : misanthrope

Re: Profs en retrait, jour après jour

Citation:
Si l'on regarde au niveau international les résultats du commerce extérieur français en déficit et qu'on les compare à celui de l'Allemagne, qui a été le premier exportateur mondial devant la Chine et les USA pendant les 5 dernières années, malgré une population bien moins importante, on comprend pourquoi à la lumière de ces "éducations" au respect de l'autre et à la compétence sociale.


alors là pour ce paragraphe, chapeau ! l'économie de l'allemagne est basée sur les exportations depuis fort longtemps, j'ai encore fait réciter à ma fille son cours d'histoire il y a quelques temps et ça parlait de ça !
ça ne remonte pas aux 5 dernières années
et le système éducatif n'a strictement rien à voir là dedans pas plus que le respect de l'autre, ou une quelconque compétence sociale.
Par MonaO

Re: Profs en retrait, jour après jour

Etoile66 , votre témoignage était intèressant jusqu'à ce que vous adoptiez le mode agressif , insultant .
Ça enlève tout impact à vos messages .
Par Etoile66

Re: Profs en retrait, jour après jour

"Etoile66 , votre témoignage était intèressant jusqu'à ce que vous adoptiez le mode agressif , insultant .
Ça enlève tout impact à vos messages ."


Amusant, ça aussi, c'est "culturel"...

J'en ai parlé sur cet article et ai essayé d'en démêler l'écheveau:

http://www.mediapart.fr/club/blog/etoile66/050309/melanger-les-sentiments-aux-faits-rend-malade-la-preuve-un-domaine-tabou-q

En France, on n'a jamais appris à débattre sans mêler de sentiments aux arguments. Cela rend tout échange hyper-compliqué. L'Ecole n'a jamais appris aux futurs citoyens à échanger des idées et concepts sans y mêler de sentiments qui sont refoulés pour ne "surtout pas dire ça".

Combien de fois n'ai-je pas entendu à Paris "Chut, ça il ne faut pas le dire" Le règne des "tabous" et des "non-dits". Cela rend malade...

C'est une des raisons pour lesquelles la France est champion d'Europe de la consommation de psychotropes depuis des décennies...
http://www.assemblee-nationale.fr/12/rap-off/i3187.asp

On avale des cachets plutôt que de maîtriser la relation humaine en toute clarté...

Les médias parlent de choses si inutiles, mais de cela, point...

Ce que j'écris, je le fais sans y mêler aucun sentiment, car ce sont deux niveaux différents des choses, ici je pensais que nous échangions des arguments.
Par Winston Smith : misanthrope

Re: Profs en retrait, jour après jour

Citation:
Ce que j'écris, je le fais sans y mêler aucun sentiment, car ce sont deux niveaux différents des choses, ici je pensais que nous échangions des arguments.


tu n'es pas là pour échanger des arguments, tu n'as pas répondu à la plupart arguments qui t'ont été opposés.

ton discours n'est pas vraiment argumenté par exemple:
"En France, on n'a jamais appris à débattre sans mêler de sentiments aux arguments."....
"C'est une des raisons pour lesquelles la France est champion d'Europe de la consommation de psychotropes depuis des décennies"
le lien entre les deux tu ne l'as pas argumenté, or si 2 faits(non graissés) sont exacts dire qu'ils sont en relation (partie graissée) peut être éronné et c'est sur le bien fondé de cette relation qu'il convient d'argumenter.
exemple: le feu ça brule - c'est vrai ce n'est pas un argument
l'eau ça mouille -c'est vrai ce n'est pas un argument
le feu brule ! et c'est pour ça que l'eau mouille! c'est bien de l'argumentation mais elle est absurde.

alors moi je ne pense pas comme mona que la forme agressive que tu emploies enlève de l'impact à ton message, je crois par contre comme soleil vert que si on regarde le fond de tes messages ta façon de fonctionner se rapproche beaucoup de l'épouvantail rhétorique. ta réponse à soleil vert est à ce titre assez exemplaire:
tu insinues qu'au fond ce que tu dis est vrai, que ça dérange soleil vert, qu'il refuse de discuter parce que ça le dérange, alors que si le souci était réellement d'argumenter tu aurais extrait des passages de sa définition de l'épouvantail rhétorique et tu aurais démontré en argumentant que la définition ne s'appliquait pas à tes messages. C'est toi qui refuse de regarder l'accusation en face.

Ton mode de communication pour ces 2 raisons au moins ne relève pas de l'échange d'argument.
Par Etoile66

Re: Profs en retrait, jour après jour

Monsieur, je n'emploie pas de forme "agressive", c'est VOTRE interprétation, car vous mêlez des sentiments - "je trouve cela agressif" - à des arguments et faits que je cite.

Je comprends bien que cela soit étrange à la culture française, j'ai dû l'apprendre moi aussi, arrivant de mon Sud-Ouest natal où il ne fallait "blesser" personne, surtout pas faire de vagues...

J'ai appris - heureusement - que l'on peut débattre d'idées et de faits, sans y mêler aucun sentiment, sans se sentir "agressé" par ce que dit l'autre directement, sans l'envelopper dans de la "bouillie" pour que cela ne "blesse" pas.

Terrible habitude. Je vais même vous dire ce que j'ai observé à Paris pendant deux ans. Au lieu de dire les choses en face à leurs collègues, les gens, en grande majorité, parlaient derrière leur dos. Tous les repas de midi, en brasserie à Paris, j'écoutais les bribes de conversation de mes voisins de table, des "équipes" qui sortaient de leur entreprise. Eh bien, près de 80% de ce que je percevais, c'était de casser du sucre sur un/e collègue absent/e.

En Allemagne, les gens disent en face ce qu'ils pensent à la personne qui a ainsi la possibilité d'analyser si les choses sont exactes et de les modifier ou d'adapter son comportement en fonction de ces remarques. On apprend ainsi en commun, sans y mêler de sentiments.

Et ne vous en déplaise, ce comportement - direct d'un côté, refoulé de l'autre - a un effet direct sur la consommation de psychotropes qui est en France la plus importante - et de loin - de toute l'Europe. Et je doute que vous ayez lu les deux liens que j'indiquais à ce sujet, notamment celui du rapport de l'Assemblée Nationale qui dit:

"Il faut souligner que l'Allemagne, qui est le pays européen avec le plus faible niveau d'usage de psychotropes, est aussi celui où la psychothérapie est la plus utilisée.

Une meilleure application des règles élémentaires d'hygiène de vie doit être considérée comme une véritable alternative thérapeutique à la prescription de psychotropes"


Autrement dit, on regarde les choses en face, les exprime franchement... et on n'a pas besoin de psychotropes
De l'autre côté, on accumule les non-dits et les tabous, on refuse de dire les choses par une peur stupide de "blesser" l'autre... et on devient recordman d'Europe de consommation de psychotropes.

Que cela ne vous inquiète pas, je le trouve étrange.
Vous souhaitez donc ne rien admettre et ne rien changer. Libre à vous.

Mais en fait, tout commence par l'EDUCATION dès la maternelle. L'Education a se dire les choses vraies en face, sans y mêler de sentiments.

Et je regrette de vous dire qu'après plus de 30 ans de comparaison, les choses sont claires, les petits Français, qui deviennent plus tard adultes ne l'ont JAMAIS appris. D'ailleurs la caricature amusante dans Astérix évoque ce comportement où les gens se tapent dessus à la moindre contradiction.

C'est d'ailleurs à cause de ces comportements appris que le sujet de la "violence" est récurrent en France, à côté de celui de la consommation de psychotropes.

C'est le moyen d'évacuer tous ces non-dits et ces "conventions sociales" qui encouragent le "refoulement".

Que vous ne le voyiez pas, vous qui défendez l'Education, me sidère. Car c'est essentiel pour une société de pratiquer la transparence, la franchise et non les non-dits et d'avaler des médicaments pour supporter cette pression.



Modifié 1 fois. Dernière modification le 07:53 le 11/02/2010 par Etoile66.
Par Winston Smith : misanthrope

Re: Profs en retrait, jour après jour

Citation:
Monsieur, je n'emploie pas de forme "agressive", c'est VOTRE interprétation, car vous mêlez des sentiments - "je trouve cela agressif" - à des arguments et faits que je cite.
Je comprends bien que cela soit étrange à la culture française, j'ai dû l'apprendre moi aussi, arrivant de mon Sud-Ouest natal où il ne fallait "blesser" personne, surtout pas faire de vagues...


ce n'est pas MON interprétation, c'est celle de Mona, moi j'ai écrit (encore uen fois tu ne me lis pas) que je ne souhaitais pas parler de la forme mais du fond, ce qui ne t'empeche pas de dire que ce sentiment (que je n'ai pas) m'empeche de lire le fond de ton, propos (alors que justement je dis que c'est el fond qui m'intéresse et que je parle bien du fond). cela n'a rien d'étrange pour moi. Et je suis très souvent blessant figure toi
pour le reste c'est un peu la bouillie dans ta tête car tu ne sembles toujours pas faire la différence entre un fait et un argument, je e l'ai pourtant bien expliqué en détail dans le message auquel tu réponds, tu aurais pu argumenter, pour me dire que j'avais tort sur la différence que j'explique entre faits et arguments mais au lieu de cela tu repars sur les psychotropes. j'ai clairement écrit que 2 faits peuvent être exact sans être liés et que donc si je dis qu'il est faux que ces 2 faits sont liés tu ne peux pas me répondre sur la question de savoir si ces 2 faits sont vrais ou faux.
ils sont où les sentiments dans tout ça? tu ne comprends pas ce que disent les autres car tu ne lis pas tu tapes systématiquement à côté de ce qu'on veut discuter avec toi. moi je ne peux pas analyser la suite de ton discours , il y a déjà trop de questions en suspens entre nous auxquelles tu ne sembles pas vouloir répondre, moi je souhaite avancer pas à pas, une affirmation après l'autre.
Par Soleil_vert

Re: Profs en retrait, jour après jour

Cest triste à dire mais Etoile66 est ici un troll qui utilise l'argumentation malheureusement trop courante de l'épouvantail. (@si n'accepte pas les liens avec accents: fr.wikipedia.org/wiki/Épouvantail_(rhétorique) )

Heureusement, je crois qu'il n'en a pas conscience et que ce n'est pas volontaire. (du moins j'espère que ça ne l'est pas) Il reste donc un espoir que ceci soit corrigé. :)



Modifié 3 fois. Dernière modification le 17:08 le 09/02/2010 par Soleil_vert.
Par Etoile66

Re: Profs en retrait, jour après jour

Trop facile, tout ce qui dérange votre petit monde bien construit est un "troll".

Quand on veut tuer son chien, on dit qu'il a la rage.

Cela évite de regarder les choses bien en face...
Par Myos

Re: Profs en retrait, jour après jour

Etoile66 raconte des choses très intéressantes pour nous faire réfléchir sur notre système scolaire.
Mais là nous sommes face à un problème concret et simple: des élèves qui se font agresser et des professeurs qui demandent des adultes en plus pour protéger les mineurs d'agression de bandes venues de l'extérieur ou des jeunes entre eux.

On a:
un ensemble scolaire plutôt joli, ce n'est pas un Pailleron car ça a été construit comme un pensionnat privé dans les années 20 ou 30, mais sans clôture; une vraie "cité scolaire" -- si je me souviens bien, à moins que ça n'ait changé récemment, à Chérioux il y a un lycée pro, un lycée GT, un atelier-relais, et un collège.
On a donc une vingtaine de batiments, une quarantaine d'hectares de parc. Et 11 assistants d'éducation, cad 5 personnes à plein temps, pour sécuriser l'accès au campus, patrouiller l'ensemble des étages de chaque bâtiment et chacun des hectares du parc. Ils sont aussi censés relever les absences, effectuer des études dirigées, surveiller des permanences, mais je suppose qu'à 5 sur 40 hectares ils n'en ont pas le loisir.

Pour aller plus vite, les ASSEDU sont appelés surveillants, parce que personne ne comprend le terme "ASSDU" (je viens juste de l'acquérir).

On en entend tant parler parce que ce n'est pas une défense catégorielle, mais des adultes qui cherchent à protéger des mineurs sur une question de sécurité.
(Au passage, la sécurité, c'est bien l'un des "points forts" du gouvernement, non? ... non, apparemment.)
Et chacun sent bien, non pas confusément, mais concrètement, que chaque collégien, chaque lycéen qu'il connait pourrait fort bien être en danger dans son école, et que si l'on n'aide pas Chérioux qui cumule toutes les difficultés possibles, alors AUCUN établissement ne sera aidé désormais, quelle que soit la violence rencontrée.
Par Etoile66

Re: Profs en retrait, jour après jour

Vous avez raison, on est face à une situation d'urgence à un moment T.

Mais, si l'on veut résoudre de tels problèmes sur le long terme et ne plus avoir à agir dans cette urgence, il faut examiner les raisons et les sources de ces problèmes.

C'est ce que j'essaie de montrer, car je le vois très nettement - et je ne suis pas la seule. Tous ceux qui ont vécu dans d'autres "systèmes" le constatent. Je vous invite à lire les liens que j'ai mentionnés, notamment les commentaires d'Axel J. sur mediapart qui a vécu plus de 10 ans en Finlande. En ce qui me concerne, je vis en Allemagne depuis 1973, avec des séjours réguliers en France de plusieurs mois par an, où j'y ai toute ma famille.

Je constate plein de choses que j'exprime. Et là, la réaction constante est de justifier le système en place et de refuser tout changement. C'est étrange. Car de l'autre côté de la frontière, c'est exactement le contraire. On entend une critique, vite on va examiner la chose pour s'améliorer. On pratique l'autocritique sans y mêler de sentiments, ce qui permet d'examiner les choses à tête reposée et d'en tirer des conclusions objectives.

Cela est très, très difficile en France, quasi-impossible, les gens se sentant "blessés", "mal considérés", etc...

Cela vient aussi de l'Education, dès la maternelle... j'en suis persuadée.

Mais toute critique à l'endroit de ce système est immédiatement contrée par les membres du système, les enseignants, qui sont les premiers à en souffrir, notamment par le salaire de misère qu'ils touchent et par le manque de considération auquel ils font face dans la société.

Tant que ce comportement ne change pas, je ne vois guère de possibilités que les choses évoluent positivement.



Modifié 1 fois. Dernière modification le 08:03 le 11/02/2010 par Etoile66.
Par charlie.lapared

Re: Profs en retrait, jour après jour

Quid des classes de 40 enfants en bas âge ? Ca existe, en Irlande et en Allemagne, des classes surchargées ? Dans des locaux souvent laissés à l'abandon faute de crédits...
Le gouvernement UMP pensait résoudre tous les problèmes de sécurité des enfants et mettant des caméras de surveillance... z'avez vu à quoi elles servent, les caméras de surveillance ? Elles filment (quand ça marche) les intrus s'introduisant dans l'école. Mais s'il n'y a personne pour empêcher un enfant de se faire tabasser par 5 "étrangers", au su et au vu des caméras de surveillance, vous faites quoi, étoile ?
Par Winston Smith : misanthrope

Re: Profs en retrait, jour après jour

aux USA l'histoire montre que les gros massacres ont toujours eu lieu dans des endroits où il y avait des caméras, le tueur choisit volontairement qu'il y ait des caméras pour immortaliser le carnage.
Par Winston Smith : misanthrope

Re: Profs en retrait, jour après jour

Citation:
Totale INFANTILISATION des enfants et des jeunes pendant toute la scolarité, ce qui produit des adultes-moutons, habitués à se soumettre à un Etat-super-papa, à la tête duquel ils "élisent" celui que les médias souhaitent pour que les "élites" puissent continuer à diriger le pays au mépris de tout respect du citoyen de base...


c'est vrai ce que tu dis dans tout ton message, mais les élites allemandes continuent tout de même à diriger le pays à leur guise peu ou prou dans la même direction que tous les pays européens, c'est un peu pour moi la limite de ton discours.
Par Etoile66

Re: Profs en retrait, jour après jour

Le terme "élite" n'est pas utilisé dans le pays et la démocratie est bien plus proche des habitants au niveau local. On n'a pas un Etat centralisé, mais une fédération où chaque Région garde sa culture, sa langue régionale, ses traditions millénaires, ses enseignants, sa police, sa justice, etc... L'Etat fédéral ne fixe que le cadre et organise la défense.

L'Etat n'a jamais tué la culture locale, l'enracinement de la population, à coups de règles sur les doigts par des enseignants venus d'ailleurs qui ne comprenaient pas la langue des enfants. Donc pas besoin de "débat" sur "l'identité nationale"... car l'identité est claire et vécu localement, intégrée dans le cadre fédéral et l'Europe...

Si la structure vous intéresse, vous pouvez aller voir sur wikipedia. http://fr.wikipedia.org/wiki/Loi_fondamentale_de_la_R%C3%A9publique_f%C3%A9d%C3%A9rale_d%27Allemagne

Et voici le texte en français de la Constitution, http://www.bundesregierung.de/Webs/Breg/FR/Loifondamentale/loi-fondamentale.html assez éloignée de celle de la France qui pourrait facilement être maltraitée par un futur dictateur. J'ai étudié les deux constitutions en détail lors de mes études, celle de la France peut faire peur...

Jamais les journalistes allemands n'accepteraient se s'écraser devant un pouvoir quelconque, ils posent des questions impertinentes et découvrent des scandales qui obligent certains à démissionner. Ce sont d'ailleurs eux qui ont le droit de citer les ministres et le gouvernement lors de conférences de presse et ils doivent répondre aux questions posées : http://www.bundespressekonferenz.de/content-details.php?152 (texte en anglais)

Un voyage sur le yacht d'un industriel par un responsable politique aurait immédiatement entraîné sa démission. En France, le président de la République se pavane sur le yacht de Bolloré qui fait des affaires en Afrique grâce à ses relations avec le pouvoir. Personne ne dit mot... cela passe comme une lettre à la poste...

Je pourrais vous citer des centaines d'exemples.
Par Winston Smith : misanthrope

Re: Profs en retrait, jour après jour

Citation:
Le terme "élite" n'est pas utilisé dans le pays


on n'utilisait pas le mot atome au moyen age pourtant il y en avait déjà :)

les considérations très justes sur la presse et les hommes politiques sont très intéressantes mais on s'éloigne du sujet initial à savoir qu'en Allemagne le système scolaire est effectivement complètement différent au niveau de la discipline, j'ai déjà croisé des collègues allemands enseignant en France, et ils m'ont toujours tenu à peu près ton discours.
en allemagne il n'y a pas d'autorité pas de discipline et il n'y a aucun conflit entre les profs et les élèves, selon eux c'est parce qu'il y a des interdits qu'on fait respecter par al sanction et le rapport de force qu'il y a des conflits. Les collégiens français gueulent dans les couloirs parce que c'est interdit. en allemagne les élèves montent calmement alors que personne ne les y oblige.

et puis bien sur je me rappelle de mes copains germanistes qui ont fait des voyages scolaires et qui nous racontaient que les élèves tricotaient en classe, mangeaient, pouvaient éventuellement lire ou dessiner et que personne ne leur disait rien.
en revanche pour ce qui concerne ton discours en discussion avec mebahel je ne suis pas d'accord avec beaucoup de choses que tu as écrites.

et il y a un truc qui passe tout de même assez mal, c'est cette idée de l'état qui planerait comme un danger au dessus du citoyen, on sent le spectre libéral planer au dessus de cette analyse, l'état c'est mal, la centralisation c'est mal. je t'oppose un principe républicain, la continuité de la république et l'égalité des citoyens face au droit à l'éducation qui interdit que les programmes soient différents d'une région à l'autre ce qui est possible pour les landers et qui devrait interdire qu'une région qui a davantage de moyens puisse offrir des contenus plus riches et des profs plus compétents. j'ai quelques docs critiques sur le système éducatif allemand avant PISA , connaitre le système avant PISA me parait encore plus intéressant que de regarder les évolutions après PISA.

l'allemagne c'est décentralisation totale et orientation précoce un peu le contraire de notre système centralisé basé sur un collège unique et une orientation en fin de troisième.

par ailleurs PISA c'est un thermomètre et il faut donc savoir ce qui a été exactement mesuré et comment cela a été mesuré et beaucoup de monde a commenté le protocole PISA , cela permet de relativiser les résultats, de les interpréter avec plus d'exactitude.

puisque tu es belge si j'ai bien compris tu dois connaitre le site de l'APED de Nico Hirt, il a publié à peu près tout ce qui s'est écrit autour de l'étude PISA.
Par Etoile66

Re: Profs en retrait, jour après jour

Non je suis Française, originaire du Sud-Ouest, où j'y ai encore de la famille, notamment dans l'Education nationale que je connais fort bien, je sais de quoi je parle :-)

L'interprétation des élèves allemands "dociles" me fait sourire, non ils ont été RESPONSABILISES et SAVENT ce qu'ils ont à faire.

En caricaturant un peu, l'éducation à la française est hyper-individualiste, c'est basé sur la maxime de Descartes "JE pense, donc JE suis" et l'éducation en Allemagne se base sur l'impératif catégorique de Kant qui dit "Agis de sorte que tout acte puisse devenir une loi universelle".

Autrement dit, le petit Allemand apprend dès avant la maternelle, mais surtout au jardin d'enfants : "Si tout le monde faisait ce que je veux faire, comment serait mon jardin d'enfants?"

Mais il a aussi des cours de sociologie, de politique, d'économie, dès l'école primaire et l'enfant apprend à comprendre les fonctionnements de la société.

Le petit Français n'a jamais appris à se poser ces questions. On lui demande juste d'apprendre et d'obéir à "l'autorité" qui est le prof, celui-ci dicte, c'est d'ailleurs ce qui choque toujours les jeunes Allemands qui viennent en France à l'école. Quand je pense que j'avais le numéro de tél du prof principal de mon fils, on échangeait toujours les numéros en début d'année. Arrivés en France, il ne fallait pas y penser. Aucun contact humain... dès la sortie de l'école, fini... pas de cohésion sociale...

C'est du "chacun pour soi".

Cela est tellement frappant quand je reviens en France, régulièrement, plusieurs fois par an.

Cela se traduit dans toutes sortes de comportements des adultes ainsi "dressés", le "corporatisme" à outrance qui est une sorte d'égoïsme catégoriel, où les gens se foutent totalement de ce que ressentent et vivent ceux qui ne font pas partie de cette "corporation". Le comportement sur la route, dans les transports en commun, où les Parisiens disent "Pardon", "je vous ai dit pardon"... pour prendre juste la place de métro devant laquelle vous êtes, ce mot ne voulant rien pas du tout dire "pardon", mais "tire-toi de là que je m'y mette"...etc. etc... Il faut pouvoir le voir pour le croire et comparer.

Enfin, en ce qui concerne les échanges scolaires entre la France et l'Allemagne, ils sont minimes et ne font que très rarement une année scolaire, tout simplement parce que les profs français sont sous-payés et que les Allemands n'ont pas envie d'avoir un demi-salaire l'année où ils sont en échange en France. Ce sont donc uniquement de jeunes profs avant leur 2ème examen d'Etat qui viennent en France. Tant que les profs français seront si mal payés, il n'y aura guère de possibilités de passer une année scolaire en échange de profs entre les deux pays. Je vis à la frontière et connais bien la situation...



Modifié 3 fois. Dernière modification le 16:06 le 09/02/2010 par Etoile66.
Par Winston Smith : misanthrope

Re: Profs en retrait, jour après jour

le corporatisme est un mensonge médiatique, tu écrivais ailleurs sur les grèves en 2000 et 2002 mais ces grèves pour en avoir été au coeur je peux te dire qu'elles ne comportaient pas de revendications catégorielles.

le comportement sur al route et les transports là je suis obligé d'être d'accord avec toi

pour ce qui est des collègues allemands profs en france je parle de personnes d'origine allemande qui vivent en france et ont passé un CAPES en France, en gros ils vivent en france sont profs ici mais ont grandi en allemagne, ils nous parlent de l'école allemande il y a 20 ans, mais peut être pas de celle d'aujourd'hui.

mais au fait le sujet initial c'était la violence en milieu scolaire, une recherche sur google et voilà ce que je trouve sans aucune peine. et on découvre une évidence la violence à l'école n'a strictement aucun rapport avec l'organisation de l'école, aucun rapport avec la pédagogie. quelle réaction en allemagne? on place l'établissement sous surveillance policière....ici ils demandent des surveillants. d'un coté les forces répressives, de l'autre une présence éducative.
que demandent les profs allemands? pouvoir entrer en classe avec leur téléphone....c'est à mourrir de rire.
"ouvrir des internats pour les élèves agressifs."...il est où l'impact de ta fameuse éducation à l'allemande?

en tout cas, voilà qui contraste fortement ta présentation des choses...
la conclusion de l'article me parait de très bon sens: "Comme en France, le sentiment d'impuissance des enseignants de Berlin pose toutefois aussi la question des perspectives économiques qui s'offrent aux jeunes des quartiers défavorisés. "

la question qui se pose alors c'est pourquoi une telle différence entre ta vision et celle de ce collège Berlinois?

est-ce lié au système décentralisé qui bien sur accentue les différences?
est-ce lié à une question de ruralité ou d'urbanité?

il y a 2 ans ma fille et sa classe d'allemand on fait un échange avec des élèves de la banlieue de Berlin. et je peux te dire qu'ils ont tous été extrêmement choqués par les jeunes allemands. au meme age les allemands fumaient des joints, buvaient de l'alcool parlaient de sexe, les looks étaient beaucoup plus déjantés, les filles donnaient toutes l'impression d'être beaucoup plus mures en matière de sexualité, bref ma fille a été choquée à tel point qu'elle m'a supplié de venir la chercher à Berlin :)
"mon papa je t'en supplie ne m'abandonne pas, pitié pitié"

alors tu vois ta description idyllique je me permets de la contraster un peu et encore je 'tai pas sorti toute ma doc ! je parle juste de mon expérience personnelle.

-------------------------------------------------------------------

Source : Les Nouvelles d'Allemagne du 03.03.06

L'Allemagne confrontée à la violence scolaire : le gouvernement veut renforcer l'intégration des jeunes

Une lettre en forme de "cri d'alarme" rédigée par les enseignants d'un collège de Berlin a provoqué l'éclosion d'un vaste débat en Allemagne sur la violence scolaire et sur l'intégration des jeunes issus de l'immigration.

Désemparés, des enseignants du collège Rütli à Neukölln, un quartier défavorisé de Berlin, avaient voulu dénoncer la semaine dernière une situation où il est devenu impossible de faire cours normalement. "Nous devons constater que l'ambiance dans certaines classes est actuellement dominée par l'agressivité, l'absence de respect et l'ignorance des adultes que nous sommes", écrivent-ils. "Certains collègues ne rentrent plus dans certaines classes qu'avec leur télephone portable pour pouvoir appeler à l'aide" si nécessaire. Dans cet établissement qui compte "83 % d'enfants issus de l'immigration", violence et menaces ne sont pas seulement dirigées contre les autres élèves, mais aussi contre le personnel enseignant, devenu la cible de projectiles.

Cette lettre inhabituelle a eu un impact médiatique immédiat, et l'établissement a été placé sous surveillance policière. Si la violence à l'école n'est pas une nouveauté en soi, sa banalisation, elle, est nouvelle. "Les événements au collège Rütli sont inquiétants, et ils ne représentent sûrement pas un cas isolé", a constaté la ministre fédérale déléguée à l'intégration, Maria Böhmer, qui s'est rendue sur place. Cette situation constitue un indice alarmant sur l'existence d'une société parallèle où les valeurs et les règles du vivre-ensemble ne sont plus respectées.

Largement partagé, ce diagnostic a conduit l'Allemagne à s'interroger une nouvelle fois sur l'intégration de ses étrangers. La chancelière Angela Merkel a souligné l'importance des cours de langue et d'intégration. "Il doit être clair que l'on parle allemand dès le CP dans une école allemande", a-t-elle affirmé. Les élèves doivent être en mesure de comprendre leurs professeurs. Pour Mme Böhmer, "le soutien à l'intégration doit commencer plus tôt et être plus durable". Le gouvernement allemand mise sur le renforcement des cours d'intégration, l'amélioration de la formation professionnelle, de l'accès à la formation et de l'insertion sur le marché du travail, sur le dialogue entre les cultures et sur l'affirmation claire que les violations de droits de l'Homme ne sont pas acceptables.

L'Allemagne n'en est pas moins partagée sur la sévérité de la réponse à apporter au problème. Ainsi, certains préconisent une plus grande rigueur à l'égard des jeunes violents. La ministre fédérale de l'Education, Annette Schavan, a proposé ce matin dans le "Financial Times Deutschland" d'ouvrir des internats pour placer les élèves particulièrement agressifs. De son côté, le gouvernement bavarois veut imposer des cours d'allemand dès le jardin d'enfant, et interdire aux élèves qui ne le parlent pas suffisamment bien l'accès au cursus scolaire habituel. La CDU, pour sa part, a créé ce matin une commission sur les "chances à l'école et l'éducation". Elle plaide pour l'organisation d'un sommet sur l'intégration.

Comme en France, le sentiment d'impuissance des enseignants de Berlin pose toutefois aussi la question des perspectives économiques qui s'offrent aux jeunes des quartiers défavorisés. A Neukölln, un quartier de 18 000 habitants, un tiers de la population est issu de l'immigration et le taux de chômage atteint 35 %, rapporte le magazine "Der Spiegel". "Dans la plupart des familles nos élèves sont les seuls à se lever le matin. Pour eux, l'école est aussi une scène où ils se battent pour être reconnus", écrivent les enseignants. Le sentiment de frustration et d'exclusion finit par engendrer la violence.
Par Etoile66

Re: Profs en retrait, jour après jour

Le "corporatisme" un mensonge médiatique ?

Vous me faites penser aux trois singes qui se bouchent les yeux, les oreilles et la bouche...

Surtout ne pas regarder en face ni écouter les réalités...

Quant à l'article que vous citez, écrit par un journaliste qui semble mal connaître le pays, vous oubliez une chose. L'Allemagne est une fédération. Chaque région - Land - gère de manière autonome son Education, sa justice, sa police, ses revenus.

L'Etat fédéral est le cadre dans lequel les régions s'organisent, il assume la défense et la justice au niveau national. Pour votre information:
[www.stern.de]
[www.morgenpost.de]

Et Berlin est un Land, géré par les sociaux-démocrates et le parti de gauche, avec un immense déficit qui ne peut presque plus se permettre.

Mais ses habitants se mobilisent et sont très créatifs. Berlin a de loin dépassé Paris en matière culturelle et est beaucoup plus vivant. Voir l'article du Monde: Paris, capitale européenne de l'ennui

Il faudrait vous réveiller et regarder les réalités en face au lieu de déterrer des articles écrits à travers des lunettes franco-françaises...
Par Oblivion

Re: Profs en retrait, jour après jour

Je suis franco-française et serai bien prête à écouter vos critiques sur la France.
Par rapport à ce que vous écrivez ci dessus, oui, des hollandais ou des allemands m'ont de nombreuses fois
indiqué la tendance des français à ne pas aborder les conflits de face.

Le problème est que vous enfoncez la France sur tous les sujets. Il suffit de relire vos commentaires
sur @si depuis le début. C'est systématique.
N'y a-t-il rien qui vous satisferait une fois ?

Et ceci avec une mauvaise fois qui vous enlève toute crédibilité. Un exemple ci-dessus :
"Berlin a de loin dépassé Paris en matière culturelle et est beaucoup plus vivant."
Et vous nous donnez un article du Monde sur… la fréquentation des boites de nuit !
Et le tourisme à Paris, c'est pour regarder les pigeons ?

L'autre problème est votre agressivité à l'égard des français qualifiés d'un "franco-français" dédaigneux,
d'un "fermés" et méconnaissants le monde.

Gentiment, puisque l'on aime se dire les choses en face par chez vous : vous êtes-vous déjà demandé quel était
votre contentieux avec vos concitoyens et votre pays d'origine ?
Par Etoile66

Re: Profs en retrait, jour après jour

Je n'enfonce en rien la France, je compare et essaie de mettre en exergue des points précis que les médias ne signalent jamais.

Si vous alliez dans différents pays du monde et écoutiez comment se comportent les Français qui - dans leur grande majorité ne maîtrisent aucune langue étrangère correctement - vous entendriez des choses encore bien plus "fortes".

Conférences internationales, certains Français exposent leurs travaux en anglais... les auditeurs doivent lire le texte écrit pour comprendre... etc. etc...

Sur les marchés internationaux, il faut voir le comportement des Français. Ils arrivent, persuadés qu'ils sont les "meilleurs" et que tout le monde va se ruer pour acheter leurs produits. C'est une mentalité rencontrée partout dans le monde. Une suffisance dénuée de toute raison logique qui n'a guère essayé de faire la comparaison pour se mesurer à d'autres et modifier certains points, persuadés qu'ils sont "l'exception", les "meilleurs". Combien de fois n'ai-je pas entendu sur les Salons internationaux: "Madame, on sait faire"... alors qu'il était évident qu'ils étaient totalement à côte de la plaque...

Mais libre à vous de ne pas vouloir regarder les choses en face pour changer. Si tout va bien dans le meilleur des mondes. Ce comportement m'étonne. Dans toute l'Europe du Nord, on essaie de se comparer pour s'améliorer, pour avancer. En France on prend toute comparaison pour une AGRESSION, une dévaluation de ses propres valeurs.

Etrange...

Serait-ce un profond manque de confiance en soi ?



Modifié 1 fois. Dernière modification le 09:36 le 11/02/2010 par Etoile66.
Par Etoile66

Re: Profs en retrait, jour après jour

J'ajoute que je compare depuis plus de 30 ans...

Il y a déjà plus de 20 ans, quand j'allais faire mes courses sur les marchés, je disais que je ne voulais pas de sac en plastique. Et les commerçants, héberlués comme si j'arrivais de Mars, me disaient: "Et comment je fais pour peser les fruits" Depuis la guerre du Golfe en 1973, il n'y avait plus de sacs en plastiques gratuits aux caisses des magasins, on achetait pour presque rien un sac en coton qu'on lavait avec les serviettes de toilettes. Chaque Allemand en a plusieurs dans sa boîte à gants ou son sac - on n'utilise plus les sacs en plastique gratuits depuis plus de 30 ans...

Et en France, le "débat" a commencé il y a juste quelques années, avec Leclerc qui a réussi à persuader la population qu'il vendait des sacs réutilisables... en plastique.

Et j'ai lu récomment sur un média français un commentaire parlant de la protection de l'environnement et écrivant que ... "c'était bien que les Allemands la découvrent"... incroyable désinformation d'une population enfermée dans ses certitudes...

Il y a des milliers de détails, je pourrais en écrire un livre.
Par Oblivion

Re: Profs en retrait, jour après jour

Mais écrivez un livre, écrivez un livre, oui ! On attends !

Seulement, ce que j'essaie et d'autres ici essaient de vous faire comprendre, relève de l'art de l'argumentation :

je ne suis pas balaise en argumentation, mais une chose me semble indispensable pour convaincre :
ne pas commencer par un discours dépréciatif.
Vous écrivez de nouveau ci-dessus "Si vous alliez dans différents pays du monde et écoutiez comment se comportent les Français…".
Non ! Vous sous-entendez encore que je (et les français en général) ne sors pas de France ! Fermée que je suis, va !
Petit aparté ; quand bien même je sortirai de France, cela ne me donnera pas la vision de l'entièreté d'un pays, d'une culture.
De plus, l'expression , "les Français" relève d'une désagréable généralisation dans laquelle un individu Français ne se reconnaîtra pas
forcément.
Plus ce "franco-français", assez incongru pour définir les diverses personnes d'origines étrangères qui peuplent ce pays.

Désolée de vous dire que face à un Français ou pas, avec un discours à priori dépréciatif, vous risquez de braquer votre interlocuteur,
de l'enfermer dans une position.

L'autre préalable pour nous convaincre serait de faire preuve d'un peu d'équilibre dans les comparaisons. Par objectivité, quoi ! (si elle existe !)

Donc, un livre, oui ! Objectif et positif, oui !
Par Etoile66

Re: Profs en retrait, jour après jour

"Mais écrivez un livre, écrivez un livre, oui ! On attends ! "

J'admire...

"l'expression , "les Français" relève d'une désagréable généralisation dans laquelle un individu Français ne se reconnaîtra pas forcément. "
Plus haut, une autre intervenante parlait de "culture française" qu'il fallait respecter. Comment mettez-vous ces deux points en harmonie ?

"L'autre préalable pour nous convaincre serait de faire preuve d'un peu d'équilibre dans les comparaisons."

Autrement dit, vous souhaiteriez que je vous caresse dans le sens du poil pour que vous puissiez accepter les points critiques.

Etrange... cette incapacité à se remettre en question de manière objective sans y mêler de sentiments...

J'ai perdu cette habitude inculquée dans mon enfance. Heureusement...
Par Oblivion

Re: Profs en retrait, jour après jour

Je ne pourrai pas vous répondre tant que je souffrirai de ce sentimentalisme franco-français.

En plus, à votre grand désarroi, je fais des fautes de conjugaison.

Ciao.
Par Compunet

Re: Profs en retrait, jour après jour

Si vous alliez dans différents pays du monde et écoutiez comment se comportent les Français qui - dans leur grande majorité ne maîtrisent aucune langue étrangère correctement - vous entendriez des choses encore bien plus "fortes".

je ne vais pas participer au débat mais il se trouve qu'il m'arrive de sortir de mon pays et en règle général les français se comportent plutôt bien, souvent très respectueux (parfois même trop selon moi) des règles du pays visité....
j'ai déjà vu des anglo-saxons se balader, en pays musulman, sur une marina en short ras la foufoune et T-shirt au-dessus du nombril..... et en anglais dans le texte !
j'ai déjà vu des allemands passer 8 jours pintés à la bibine (euhh j'ai rien contre la bibine hein ) à faire suer le burnous à tout un village parce qu'ils n'en avaient rien à faire du sommeil des autres...... et en allemand dans le texte !
j'ai déjà vu des français critiquer des serveurs en inde parce que les plats n'arrivaient pas assez vite...... mais en anglais dans le texte !

bon tout ça frise la caricature mais globalement les français, (ceux qui voyagent hein parce que ceux qui regardent TF1 j'en sais rien !) n'ont pas à rougir de leur comportement.... pour la plupart !

par contre, Berlin est effectivement réputée pour être devenue une ville hyper active et particulièrement créative .... mais faut dire aussi qu'elle a bien du retard à rattraper, par rapport à Londres ou Paris, 40 années de communisme ça vous plombe une croissance..........
Par Etoile66

Re: Profs en retrait, jour après jour

Berlin communiste pendant 40 ans ???????????

Vous devriez revoir vos connaissances historiques :-)
Par MonaO

Re: Profs en retrait, jour après jour

Par Compunet

Re: Profs en retrait, jour après jour

[fr.wikipedia.org]

mais j'avoue être meilleure en histoire



Modifié 1 fois. Dernière modification le 17:10 le 11/02/2010 par COMPUNET.
Par Winston Smith : misanthrope

Re: Profs en retrait, jour après jour

1990-1949= 41 ! t'es vraiment nul en calcul c'est ce que voulait dire étoile !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!
Par Etoile66

Re: Profs en retrait, jour après jour

Non seulement en calcul, mais en Histoire...
Par Etoile66

Re: Profs en retrait, jour après jour

Vous mélangez tout !
Terrible.

Berlin a été séparé par un mur qui séparait l'Est de l'Ouest.
Berlin n'a jamais été communiste, seule la partie Est...

Au contraire, Berlin était pendant toute la période communiste un bastion de l'Ouest, très vivant.
Ne mélangez pas tout.
http://fr.wikipedia.org/wiki/Berlin
http://fr.wikipedia.org/wiki/Histoire_de_Berlin

"Berlin-Ouest était politiquement rattachée à la République fédérale allemande, devenant ainsi un bastion avancé du monde occidental à l'intérieur du Bloc communiste.

Aujourd'hui, à défaut d'être une métropole économique, Berlin est la capitale de l'Allemagne réunifiée et un centre culturel et artistique européen de premier plan.
"

Lors de la réunification, la structure de la population était la suivante:

Berlin-Ouest, partie de la République fédérale comptait au 31 décembre 1989 2.130.525 habitants
Berlin-Est, communiste, comptait au 31 décembre 1989 1.279.212 habitants.

La différence était également le niveau d'activité des deux parties.

Tandis que Berlin-Ouest était une enclave occidentale extrêmement vivante au milieu d'un pays communiste, avec les aéroports et juste trois autoroutes pour la relier à la partie occidentale - où les policiers placés sur celles-ci encaissaient immédiatement une "amende" en Mark de l'Ouest dès que toute voiture dépassait 90 km/h - Berlin-Est vivait au ralenti, l'oeil tourné vers l'Ouest. Ses habitants enfermés derrière leur mur attendaient de pouvoir passer à l'Ouest, regardaient la TV de l'Ouest, etc....

Ce qui s'est fait avec force au soir de l'ouverture du mur, soudaine et imprévisible, que le cher président de la république de France dit avoir pressenti pour s'y rendre et y participer le même soir... alors que les habitants de Berlin ont appris la nouvelle en direct par la TV vers 21 h, par une erreur de Günther Schabowski, totalement dépassé par les évènements...

Pour avoir visité plusieurs fois les deux parties de la ville et vécu l'ouverture du mur en direct, je reste estomaquée de lire que "Berlin était communiste pendant 40 ans"...



Modifié 1 fois. Dernière modification le 18:47 le 11/02/2010 par Etoile66.
Par Winston Smith : misanthrope

Re: Profs en retrait, jour après jour

tu t'imagines vraiment qu'on ignore qu'un mur coupait Berlin en deux?
Par Compunet

Re: Profs en retrait, jour après jour

Citation:
tu t'imagines vraiment qu'on ignore qu'un mur coupait Berlin en deux?


et si je lui réponds "tar' ta gueule à la récré" tu crois qu'elle me dira que chuis nulle en français ôssi ?????????????????
Par Winston Smith : misanthrope

Re: Profs en retrait, jour après jour

Citation:
et si je lui réponds "tar' ta gueule à la récré" tu crois qu'elle me dira que chuis nulle en français ôssi ?????????????????


je sais pas faudrait essayer en fait :)
Par Compunet

Re: Profs en retrait, jour après jour

Citation:

je sais pas faudrait essayer en fait :)


en fait....non :)
Par MonaO

Re: Profs en retrait, jour après jour

Par bysonne

Re: Profs en retrait, jour après jour

Un peu qu'on l'a vu le mur, même que c'est Sarko qui l'a cassé. :o))


(j'avais encore rien écrit quel forum et je ne me suis pas cassée)


Bonnes vacances aux profs. Et bon courage ! (surtout aux profs français hein )



Modifié 2 fois. Dernière modification le 22:58 le 11/02/2010 par Bysonfutée.
Par Etoile66

Re: Profs en retrait, jour après jour

"mais j'avoue être meilleure en histoire"

Eh bé... cela augure pour le reste...



Modifié 1 fois. Dernière modification le 18:49 le 11/02/2010 par Etoile66.
Par Etoile66

Re: Profs en retrait, jour après jour

doublon



Modifié 1 fois. Dernière modification le 18:53 le 11/02/2010 par Etoile66.
Par Winston Smith : misanthrope

Re: Profs en retrait, jour après jour

Citation:
Le "corporatisme" un mensonge médiatique ?
Vous me faites penser aux trois singes qui se bouchent les yeux, les oreilles et la bouche...
Surtout ne pas regarder en face ni écouter les réalités...


j'ai du mal à aller au delà des 3 premières lignes de tous tes messages car ta méthode est toujours la même
1) oui je confirme le corporatisme est un mensonge médiatique
2) tu n'argumentes pas sur ce point mais tu dis juste que je refuses de voir, d'entendre, mais où sont tes arguments sur le corporatisme?
3) derrière tu "argumentes" mais sur un sujet qui n'a rien à voir avec le corporatisme, tu dis que j'oublie qu'il y a des landers en allemagne, alors que j'ai déjà parlé des landers dans nombre de mes messages, ensuite alors que l'article parle de violence dans les écoles allemandes tu me parles de comparaison entre la culture à Paris et à Berlin enfin vraiment un art chez toi de répondre à côté, on dirait que tu ne lis pas ce qu'écrivent les autres mais ça t'empeche pas de les traiter de sourds, d'aveugles, de fermés, de non compreneurs et par des tours de passe passe que j'ai déjà indiqués tu associes de manière logique des propositions qui n'ont aucun lien entre elles.
Par Etoile66

Re: Profs en retrait, jour après jour

Les profs réclament des SURVEILLANTS.

C'est toute la vision de l'enfant et de la socialisation qui est faussée dès le départ depuis des générations qui apparaît par cette "revendication".

Il est urgent de regarder un peu au-delà du bord de son assiette...

Voici, comme je l'avais promis, quelques photos et infos concernant une autre vision de l'enfant, adulte en devenir qui apprend par le jeu à être un être social RESPONSABLE. Et cela marche parfaitement. Les enfants apprennent la responsabilisation dès leur plus jeune âge. Pas besoin de les "surveiller" comme de potentiels "criminels" ou "sauvages". On récolte toujours ce que l'on sème.

Pas de surveillants, pas de grilles fermées à l'entrée des écoles, tout est ouvert et libre.

Voici l'école de mon village allemand, pas de grilles on y entre et on en sort librement sans aucun "contrôle"

La voici sous une autre perspective, l'entrée est indiquée sur le trottoir: Ecole primaire, Ecole de musique, Jardin d'enfants, Université populaire... les locaux sont occupés par les écoles jusqu'à 13h, puis ménage, et à partir de 17h, c'est l'Université populaire où on peut tout apprendre, langues, maths, cuisine, sport, détente, culture, etc... pour un prix très modique...

Pas de grilles, pas de "pions". Voici le complexe, vue aérienne

Et à quelque 1,5 km de là, en France, où je suis allée me promener hier, voici l'Ecole primaire, tout d'abord la vue aérienne, un grand bâtiment et la cour devant, entourée par un mur (le bâtiment sous le mot "primaire" n'en fait pas partie).

Et voici les deux photos que j'ai faites hier, l'entrée, une grille sur laquelle est écrit "Entrée interdite à toute personne étrangère au service" et le coin de la rue où l'on peut admirer le goût et la beauté des locaux...

Maintenant comparons avec l'école primaire de mon quartier à Hambourg, http://adolph-schoenfelder-schule.hamburg.de/index.php/article/detail/1851 tout aussi ouverte que celle de mon village de Sarre aujourd'hui.

Tout d'abord une vue du jardin, chaque classe a sa plate-bande qu'elle cultive,
les enfants plantent des tomates, fraises, pommes de terre, etc...
la cour est équipée de terrains de jeux,
une cour pour le sport et une cour pour "musarder". Les "récréations sont "actives", voici ce que dit le site:

"Die Aktive Pause:
* Ausleihen von Spielgeräten, Fahrzeugen etc. für den Schulhof
* Bewegungsaktivitäten in kleinen Gruppen im Psychomotorikraum
* Schülerbibliothek als Präsenzbibliothek, die auch in den Pausen genutzt wird
* Schachspiel und anderes in der Pausenhalle
* Spiele in kleinen Gruppen im Beratungsraum
* Spieleausleihe in der Pausenhalle
* Seit September 2005 verfügt die Schule zusätzlich über eine große Tonne mit Spielgeräten für die Pause und den Sportunterricht aus dem Programm "Fit for live".

La pause active:
* possibilité d'emprunter des jouets, des véhicules utilisables dans la cour
* activités physiques en petits groupes dans la salle de "psychomotorik"
* bibliothèque - bibliothèque de présence (donc les livres n'en sortent pas) utilisable pendant les pauses
* jeux d'échecs à disposition dans la salle de sport
* jeux en petits groupes dans la salle de "conseil"
* possibilité d'emprunter des jeux dans la salle de pause (utilisée quand il pleut)
* depuis septembre 2005, l'école dispose d'un grand "tonneau" avec différents jouets pour les pauses et les cours de sports provenant du programme "fit for live".

Pour ceux qui comprennent, voici le concept: http://adolph-schoenfelder-schule.hamburg.de/index.php/article/detail/1093?PHPSESSID=b9a1b50748d0d4b836567632b5e467e1

Voici la vue aérienne où l'on voit les différentes parties.

Dans cette école, tout comme ailleurs dans le pays, les enfants apprennent à jouer d'un instrument de musique et font de la musique ensemble.

Comme je l'écrivais à propos de l'école primaire de Sarrebruck à l'opposé de Hambourg, "Un violon ou violoncelle pour chaque enfant en cours préparatoire"

Les instruments sont disponibles à l'école et à la maison. Les cours préparatoires ont été accueillis par un concert lors de leur premier jour de classe....
Par Winston Smith : misanthrope

Re: Profs en retrait, jour après jour

quand je te lis je pense au blog d'une amie:

Pourquoi Tim et Lilou veulent rester un an de plus? Parce qu'on s'éclate a l'école! On chante et on danse! faut fouiller un peu et de ci de là on voit apparaitre un truc qui ressemble vachement à ce que tu décris.
[lesfonzarelli.blog.sfr.fr]

voilà la partie la plusintéressante (sur la page 2)
Comme je le disais dans mon premier mail, mes débuts au lycée ont été chargés en émotion et en travail. EHS est donc un lycée privilégié, avec un public trés actif à tous les niveaux: cours, clubs, sport, musique, parents prêts à bondir à la moindre occasion. Le systéme d'évaluation est complétement différent: on note 2 fois par semaine et les élèves doivent avoir entre 17 et 20/20 ( c'est à dire avoir un A,B ouC); Il a fallu que je revois ma façon de faire les tests. Le but du jeu c'est d'être sûr qu'ils aient la réponse, donc QCM ou question déjà abordée en classe. On ne compte pas les fautes de français, c'est l'intention qui compte! On ne dit jamais à un élève en classe devant les autres si ce qu'il fait est bon ou mauvais car il ne faut pas que les élèves se sentent démotivés.

Tous les élèves font du sport ou de la musique (on a un amphi avec une vraie scène de théatre). Ils ont tous cours de 8h30 à 15h10 donc certains y vont avant les cours (beaucoup d'élèves se lèvent super tôt le matin), après les cours ... ou pendant les cours!! En fait tous les jours j'ai des absents à cause de match ou de compétition. C'est normal pour eux sauf qu'il faut que le prof s'adapte, si l'élève rate quelque chose d'important, le prof doit lui faire rattraper le matin avant la classe. Inutile de dire qu'on calcule bien ce qu'on fait et comment ils vont pouvoir récupérer (surtout qu'ils détestent prendre des notes).
La participation orale est privilégiée avant tout et tout le monde peut s'exprimer. C'est agréable car du coup on a beaucoup de participation en classe: si l'élève parle 1 fois à chaque cours, il prend 10/10 au bout de 2 semaines.

Les cours sont folklo ici: constantes interruptions par les haut parleurs,les élèves se lèvent pour aller aux WC, se moucher, tailler leur crayon (tout le monde écrit au crayon, pas de stylo, la maîtresse de Tim nous a demandé comme fourniture 75 crayons en début d'année!!! On est pas fou nous, on en a acheté que 64!!!)... Donc, j'ai instauré des règles plus strictes, c'était dur au début mais maintenant, ils semblent accepter et apprécier la méthode.
On a déjà eu droit à un exercise d'entrainement au cas où un fou furieux armé entrerait dans les bâtiments (on en aura 5 en tout), moi je n'arrivais pas à fermer la porte alors les élèves rigolaient, c'est dangereux d'avoir une prof française!
---------------------
on le voit c'est un système scolaire ludique, non contraignant, peu exigent en matière de travail scolaire et pourtant c'est là qu'il y a le plus de massacres de masse dans les écoles ou sur les campus.
Par Etoile66

Re: Profs en retrait, jour après jour

Il me semble que vous n'avez RIEN compris de ce que j'ai essayé de faire passer. Votre réponse le prouve.

Dommage !
Par Patrice Guyot

Re: Profs en retrait, jour après jour

Bravo pour vos passionnantes contributions Etoile 66 !

D'autre part, le jour où vous verrez Fred B comprendre quelque chose contactez directement le Guinness des records, vous entrerez sans aucun délai dans la rubrique des découvertes les plus inattendues et les plus stupéfiantes...

Ici Saïgon, le JT quotidien, les photos et les vidéos

***
Par Winston Smith : misanthrope

Re: Profs en retrait, jour après jour

tout comme le jour où on verra le melon de patoche se dégonfler.
Par Winston Smith : misanthrope

Re: Profs en retrait, jour après jour

c'est toi qui n'a rien compris je n'ai dit que 2 choses dans mon message "ton message m'a fait penser au blog d'une amie" je vois pas ce qu'il y a à comprendre ou pas, ça m'y a fait penser c'est tout.

la deuxième chose que j'ai dit c'est qu'aux USA, le système est ludique , la pédagogie est différente et il y a quand même de la violence.
la pédagogie n'a que peu d'impact sur les questions de violence, or depuis le début sur tout ce forum ton propos c'est de dire que si on organisait différemment l'école il n'y aurait pas de violence donc pas besoin de surveillant, tu cites en exemple le modèle allemand encore différent du modèle américain (on le voit en lisant ton message et le blog de mon amie qu'ils sont différents) or j'ai posté ailleurs un article qui montre qu'en Allemagne aussi il y a des problème de violence et que dans ce cas les allemands envoient la police.

depuis le début on n'a pas avancé sur ce point, par contre tu m'as dit au moins 10 fois que je n'y comprenais rien. Alors maintenant tu m'excuseras mais tu as montré que tu ne voulais pas discuter. tu veux juste imposer pas mal de choses, visiblement tu as un problème d'ordre psy avec la France et surtout une vision très caricaturale de notre pays et notre éducation. Et je précise que je ne me suis exprimé que sur un nombre de points très limités, sur les points dont je n'ai pas parlé tu ne peux pas savoir si je suis d'accord ou pas d'accord puisque je ne me suis pas exprimé. Je ne rejette pas en bloc tout ce que tu as dit et écrit. Et je pense que tu confonds un peu tous les interlocuteurs du forum, attribuant aux uns les propos des autres, c'est nromal moi même un moment je t'ai confondue avec une asinaute belge
Par Winston Smith : misanthrope

Re: Profs en retrait, jour après jour

Citation:
Etrange, la vision que le pays a de ses enfants qu'il faut S U R V E I L L E R !!!
Il n'y a pas de SURVEILLANTS en Allemagne ou en Irlande.


1) le boulot de ce qu'on appelle les "surveillants" ou qu'on nommait avant les "pions" n'est pas seulement de surveiller, il ne faut pas réduire une fonction à ce que suggère son étiquette. Il exécutent essentiellement des taches administratives et éducatives

2) ce nom de surveillant vient de leur ancien statut de MI-SE maitre d'internat surveillant d'externat. Lequel statut a été supprimé à l'époque ou Fillon était ministre de l'éducation (à vérifier la date et le ministre)

3) aujourd'hui ils ont des statuts divers et variés ce sont des personnels de vie scolaire dont la plupart on un statut précaire et même parfois ils n'ont aucun pouvoir de sanction ! on est donc loin de ce que suggère ton message. pourtant parfois on les appelle encore "pions" ou surveillants".

ton message me parait donc quand même un peu à côté de la plaque, ce qui ne l'empeche pas de figurer en tête du hit parade, peut-être pas pour son introduction, mais iln'empeche que c'est bien cette intro qu'on voit troner en tête de gondole, ça me navre toujours autant.

là je ne parle plus de toi. Mais bien sur l'école tout le monde connait, tout le monde peut en parler, y a pas besoin d'appeler quelqu'un qui y travaille de toutes façons il sera forcément corporatiste donc malhonête, pas besoin de faire appel à un quelconque spécialiste, tout le monde connait l'école puisque tout le monde y est allé. Tiens les gens connaissent tellement bien l'école qu'ils savent même des fois mieux que les profs quelles méthodes il faut utiliser pour enseigner.
Par Etoile66

Re: Profs en retrait, jour après jour

Cher Fred,

Vos "explications" ne changent pas grand chose au fait qu'en France on n'éduque pas les enfants à la RESPONSABILISATION mais au "respect de l'autorité". Il y a même une "appréciation" de l'enseignant en CM1 à la case "Respect de l'autorité" dans le bulletin scolaire de mon neveu. Inimaginable dans les pays démocratiques du Nord de l'Europe où les citoyens sont éduqués à se prendre en mains dès la maternelle. Non pas à reproduire le monde adulte, mais à se responsabiliser, au niveau de leur compréhension des concepts, dès la maternelle.

Tout découle de là, quels que soient les mots que vous y mettiez.

Il se trouve qu'une grande partie de ma famille est dans l'Education Nationale, j'en ai également fait partie, et je sais de quoi je parle... il me semble avoir essayé de l'expliquer ci-dessus.

Vous ne voulez pas le regarder en face, libre à vous. C'est un réflexe que je connais par coeur, on défend SON système, et pourtant il est profondément anti-démocratique et injuste, car l'Etat - que vous semblez défendre - encourage l'élitisme, tout simplement en mettant beaucoup plus de moyens dans les "Grandes Ecoles" que dans le reste de l'enseignement universitaire. Juste pour bien engraisser ses "élites" qui sont toutes issues des classes d'enseignants - qui maîtrisent le système - ou de cadres supérieurs, très peu d'agriculteurs ou d'ouvriers.

Je vous invite juste à lire les commentaires de cet article: http://www.mediapart.fr/club/blog/etoile66/191208/l-orthographe-l-illettrisme-contribution-a-la-discussion où ceci est évoqué, entre autres, avec les chiffres...

Si vous trouvez ce système digne d'être perpétué, libre à vous, ce n'est pas mon cas.

En complément:

http://www.mediapart.fr/club/blog/etoile66/060808/la-france-une-democratie avec les excellents commentaires d'Axel J. qui a vécu en Finlande...

http://www.mediapart.fr/club/blog/etoile66/080109/combien-de-temps-les-francais-accepteront-ils-la-domination-de-paris-et-l-


PS:
Le "tu" avec lequel vous m'interpelez, vous que je ne connais pas, est réservé à des amis proches. J'utiliserais donc le "vous".



Modifié 1 fois. Dernière modification le 10:23 le 10/02/2010 par Etoile66.
Par Winston Smith : misanthrope

Re: Profs en retrait, jour après jour

Citation:
Cher Fred,
Vos "explications" ne changent pas grand chose au fait qu'en France on n'éduque pas les enfants à la RESPONSABILISATION mais au "respect de l'autorité".


sur ce point je t'ai déjà dit que j'étais d'accord, moi je ne comprends rien mais toi tu ne sais pas lire ou bien tu oublies. Sur le reste je ne suis pas d'accord.

Citation:
Le "tu" avec lequel vous m'interpelez, vous que je ne connais pas, est réservé à des amis proches. J'utiliserais donc le "vous".


le tutoiement sur les forums et plus généralement sur internet remonte à l'origine du net. Ca fait 12 ans que je le pratique tous les jours. Libre à toi de me vouvoyer si tu le souhaites.
Par sterN

Re: Profs en retrait, jour après jour

Certes, entièrement d'accord sur la dénonciation du système français infantilisant. Mais n'allons pas idéaliser pour autant (surtout pas !) le système allemand par exemple. Car en Allemagne, ce sont les professeurs qui, non contents au collège et lycée d'enseigner deux matières obligatoires et d'effectuer le double d'heures environ que leurs collègues en France, ont également à charge l'ensemble du travail administratif pris en charge aujourd'hui par les "vies scolaires". Cela occasionne un investissement dans la préparation des cours de bien moindre qualité... Bref, attention à l'idéalisation des autres systèmes scolaires !
Par jchampavere

Re: Profs en retrait, jour après jour

Il ne faut pas oublier non plus qu'à la base il y a un fait divers sordide, d'où peut-être l'intérêt accru de nos chers médias, qui n'oublient pas non plus l'obsession de nos chers gouvernants pour l'insécurité…
Par Verone

Re: Profs en retrait, jour après jour

M.Schneidermann, je ne savais pas que votre fan-club était à ce point lié à l'Education nationale !
Tous ces commentaires sont du pain béni pour les conseillers en communication de l'Elysée.
Heureusement, il y en quelques uns parmi vous qui s'inspirent du "faire pensant" de C. Castoriadis :
http://cas.inrp.fr/CAS/publications/xyzep/les-dossiers-d-xyzep/publications/xyzep/les-dossiers-d-xyzep/archives-1/2007-2008/dossier-31-pro.pdf
Par EM

Re: Profs en retrait, jour après jour

Je ne sais comment prendre votre intervention. Son ton faussement neutre m'est désagréable. Sachez que pour penser, les enseignants n'ont pas tous besoin des références que vous donnez (et que pour ma part j'ignore). Du reste, il n'y a rien d'étonnant que DS, de gauche, se fasse des amis auprès des enseignants, majoritairement de gauche. Est-ce à dire que la pensée se trouve dans ce côté de l'échiquier idéologique ?

Moi qui ignore Castoriasdis, pouvez-vous m'expliquer ce que veut dire le "heureusement", certains s'y réfèrent ?

Quand aux biscuits donnés aux conseillers de l'Elysée... ma foi, on ne va pas se taire parce qu'on risque le réemploi...
Par EM

Re: Profs en retrait, jour après jour

d'où l'intérêt de classer le problème dans la grève : on peut sucrer les salaires, contraindre les enseignants, et ainsi tuer le mouvement dans l'oeuf... alors que si les politiques acceptaient le droit de retrait, le mouvement serait infini...
Par EM

Re: Profs en retrait, jour après jour

où l'intérêt de classer le problème dans la grève : on peut sucrer les salaires, contraindre les enseignants, et ainsi tuer le mouvement dans l'oeuf... alors que si les politiques acceptaient le droit de retrait, le mouvement serait infini...
Par Winston Smith : misanthrope

Re:

"Qu'elle réussisse, que le rectorat accorde les postes demandés, et demain peut-être, ce sont dix, cent lycées Adolphe Chérioux, qui demanderont eux aussi des créations (ou des non suppressions) de postes. "

c'est pour ça qu'elle ne réussira pas, ça marche dans l'autre sens. Si le mouvement s'élargit elle peut réussir.


"Sans le savoir, chacun devine de quelle lassitude, de quelle exaspération, est née leur détermination d'aujourd'hui. On pressent qu'ils ne plieront pas. On sait que les étincelles proviennent souvent où on ne les attend pas."

je dis qu'ils plieront et pour une raison simple, le portefeuille! j'ai déjà fait plusieurs semaines de grève reconductible. Il faut être prêt à bouffer des patates et se priver de vacances, et déjà au bout de 2 ou 3 jours de paye perdus t'en vois qui viennent te voir pour te dire qu'ils peuvent pas continuer parce que ils ont fait faire la piscine l'été dernier alors ils ont des frais.... ce n'est pas la première fois qu'un bahut se lance seul dans une bataille de ce type, ils ont toujours plié sauf quand la mobilisation s'est élargie à au moins un département (exemple de la seine saint Denis et du Gard). Il ne s'agit pas d'une étincelle, ce n'est que le nième soubressaut d'une bête qui agonise. La question est donc, allons nous suivre le scénario de 2000 avec une première focalisation médiatique sur le collège des aiguerelles , une éxécution en règle et en direct des grévistes qui plient, et quelques semaines après un mouvement d'ampleur incroyable qui permet d'obtenir un plan pluriannuel pour l'académie de montpellier.
Alors eux que vont-ils gagner? d'abord 1 ou 2 surveillants, puis certains reprendront le travail, encore 1 surveillant de plus et tout el monde retournera bosser, quelques temps après peut-être des caméras de vidéosurveillance et un portique de sécurité. Et puis un autre gosse se fera poignarder ailleurs.
encore une fois la mobilisation se cristallise autour de la demande de moyens, le problème de la violence et de l'insécurité se trouve pourtant ailleurs, et le problème de l'école ne se limite pas à celui des moyens. Un flic derrière chaque citoyen, un surveillant derrière chaque élève, qui peut penser que la solution se trouve là ?
Par charlie.lapared

Re:

Il fut un temps où des grévistes (exemple Lip) jouissaient de la solidarité de beaucoup de Français... En Grande Bretagne pareil, la grève des mineurs sous Thatcher avait le soutien du peuple... mais l'aut' dame de fer n'a en rien cédé.
Pour ces profs, si j'étais parent d'élève, j'irais les soutenir et j'organiserais une quête solidaire.
C'est parce que les gouvernements de droite qui se sont succédés au pouvoir n'ont eu de cesse que de décrédibiliser l'enseignement public en France en faveur des établissements privés. On a dépouillé le public pour mieux favoriser le privé.
J'ai fait une manif pour supporter l'enseignement public dans les années 90 : il y avait tellement de monde que je n'ai quasi pas bougé de mon bout de bitume.
Depuis, les chiffres des manifestations vont décroissant !
Tu parles de citoyens ! ;o((
Par Fandasi pour clavier

Re:

Ce qui me fait peur , c'est que devant un tel abus une telle outrance du sarkozysme inepte , les grèves , les mouvements sociaux soient si ponctuels et comme apeurés.
Par Winston Smith : misanthrope

Re:

c'est bien pôur ça que contrairement à ce qu'écrit daniel je pense qu'ils vont plier assez rapidement.
Par charlie.lapared

Re:

On fait une collecte ? ;o))
Par Elihah

Re: déprimant...

De même, j'ai même pensé, dès le premier jour que "c'est bien plus beau lorsque c'est inutile..." et que donc le concept de baroud d'honneur, ça coûte cher toujours aux mêmes...
Et la collecte (cf clomani) en ferait de même: rares sont les zélites friquées à ce sentir concernées (mais possiblement stupides et entourées, ça, on est d'accord) par ce genre de mouvement...
Par Fandasi pour clavier

Re:

Et pourtant les français sont majoritairement opposés à la politique du nain sur la fonction publique : des raisons d'espérer
Je pense que les profs pourraient faire un effort face au gouvernement; Demandez des postes à 39h, avec heures supp, me semble le bon pas à réaliser. On connait l'aversion gouvernementale pour les 35H, qu'ils soient conciliants et demandent 39h avec heurs supp. La politique des petits pas...



Modifié 1 fois. Dernière modification le 12:48 le 09/02/2010 par Peerline.
Par christianfact

Re: Profs en retrait, jour après jour

Dans les revendications des grévistes du vendeur de meubles suédois figure celle d'avoir la possibilité de faire des heures supplémentaires défiscalisées.
L'occupant va encore de voir passer des coups de fil
On a pas eut de nouvelles d'ailleurs du Coup de fil.
Par Soleil_vert

Re: Profs en retrait, jour après jour

Permettez moi de vous signaler que les profs font LARGEMENT 39h et les heures sup' ne sont pas comptées étant donnés qu'ils ont le statut de cadre.

De toute façon, le problème ici n'est pas le nombre d'heure travaillé des profs qui est de toute façon maximal (partons de ce postulat car sinon on va tourner en rond), mais plutôt le nombre de personnes affectés à ces élèves, trop faible.
Et à mon tour me permettre de vous conseiller d'enlever vos lunettes de sérieux pour mettre celles de l'ironie. (nous ne parlons qui plus est pas de profs dans les revendications mais de surveillants au statut différent?)
Par emilie bouyer

Re: Profs en retrait, jour après jour

Sarkozy se fout des profs comme de ses premières chaussettes. Son surprenant ministre ,ancien DRH chez l'Oréal, prend les écoles pour des entreprises. Ils n'ont que faire de l'enseignement,des élèves et de leurs parents.Ils s'attaquent aux fonctionnaires .Ce terme générique est bien pratique puisque derrière lui,sont rassemblés,les profs,les infirmières,les policiers,autant de métiers différents où on travaille beaucoup pour de maigres salaires.L'éducation nationale devait assurer l'égalité des futurs citoyens. L'hôpital devait soigner pauvres et riches.Le sarkozisme détruit l'essence même de la cohésion nationale,lentement construite.Ces profs qui résistent courageusement à la grande démolition sont dignes et méritent notre admiration.
Par charlie.lapared

Re: Profs en retrait, jour après jour

J'ai entendu à midi que Sarkozy parlait des fonctionnaires comme "d'une charge" par rapport aux gens du privé qui sont des "productifs" ! Ouaaaiiii !
Encore une tentative de division !
Parce qu'en tant que Premier Fonctionnaire, je le trouve très improductif, personnellement... et il coûte très cher à la société !



Modifié 1 fois. Dernière modification le 15:58 le 10/02/2010 par clomani.
Par Winston Smith : misanthrope

Re:

un article fort intéressant: La violence, à l'intérieur ou à l'extérieur des institutions scolaires, est une donnée permanente de l'histoire de la jeunesse à travers les âges.
[www.scienceshumaines.com]
Par Etoile66

Re:

Cet article montre que le tout est une question d'EDUCATION. Les pays cités en témoignent, notamment la France.

Les enfants ne sont nullement éduqués en France à résoudre EUX-MEMES les problèmes qui entraînent la violence, ils la subissent comme quelque chose d'extérieur et pourtant ils sont eux-mêmes impliqués.

Pour illustrer mes propos, je vous donne la traduction du site d'un lycée de Hambourg, où l'EDUCATION à la responsabilisation et la compréhension de l'interaction de chaque membre d'une société dans la constitution de la violence est pratiqué semaine après semaine dans les classes. Les solutions sont étudiées avec pragmatisme et apportées par les enfants eux-mêmes.

Sanction et ordres - comme on le pratique en France dès la maternelle - ne changeront rien à cette violence qui existe puisqu'elle nous permet de survivre depuis la nuit des temps. Il faut juste la sociabiliser et la rendre inoffensive dans les rapports sociaux en apprenant le respect de l'autre.

Le texte est traduit du site du Lycée Albrecht Thaer, mais il pourrait provenir d'un tout autre lycée de la ville. (Je précise que le "lycée" commence après les 4 ans d'école primaire où ces "facultés" sont aussi exercées, ce pourrait aussi être dans toute autre école)

Dans de nombreuses écoles de Hambourg, des „médiateurs“ ont été formés. Les parents se demandent souvent pourquoi nous n’avons pas suivi cette voie au lycée Albrecht-Thaer.

Par le travail avec les écoles de Hambourg qui ont participé à cette formation des médiateurs, je sais que les élèves qui ont participé à ces formations en ont beaucoup profité, qu’il y a aussi de bonnes expériences ci et là, mais que l’acceptation des «médiateurs» dans les conflits est souvent faible dans les écoles pour lesquels ils ont été formés.

Car les élèves concernés, qui pourraient faire appel aux médiateurs ne veulent souvent pas s’avouer qu’ils ont un problème qu’ils ne peuvent pas résoudre seuls. S’adresser à un médiateur est considéré comme l’aveu de leur propre échec. Et qui veut avouer bénévolement qu’il a échoué ?

Depuis, des études scientifiques des USA et de Grande-Bretagne où ces programmes de médiateurs ont été lancés confirment cette expérience et montrent que les attentes importantes qui avaient été placées dans la création de ce rôle de médiateur, ne se sont pas confirmées. Le Spiegel a fait un article en novembre 2004 à ce sujet.

Dans notre école, nous avons fait une bonne expérience avec la médiation en conseil de classe - en France "Heure de vie de classe" - hebdomadaire.

Il rassemble tous les élèves d’une même classe lors de la résolution d’un conflit et ils apprennent - même s’ils ne sont pas activement concernés par un conflit – comment on peut se comporter en cas de conflit et avec quelles stratégies on peut éviter les bagarres ou une escalade dans une dispute.

Lors d’une médiation en cas de dispute, il est important d’observer non seulement les parties en disputes, mais aussi l’entourage et de les impliquer dans la médiation.


Le groupe dans lequel un conflit survient est beaucoup plus souvent qu’on ne le pense partie prenante dans l’escalade du conflit par son comportement, par exemple en tournant les yeux pour ne pas voir, en tolérant ou même en excitant certains comportements chez leurs camarades de classe, comme le montre l’exemple suivant :

Les enfants d’une classe de 5ème savent exactement comment faire sortir Hannes de ses gonds et appuient sur les « boutons » connus en discutant à l’école le matin. Juste pour voir jusqu’où Hannes peut aller. C’est pourquoi il est si important que le groupe dans lequel le conflit est survenu participe activement à la résolution de ce conflit.

Souvent ce sont ceux qui ne sont pas parties prenantes qui montrent que le comportement de Hannes a été provoqué par les excitations d’autres élèves à l’encontre de Hannes. Il se peut que Hannes se trouve dans un cercle vicieux.

Même s’il était prêt à changer de comportement, il a peu de chances de réussir, si le groupe dans son ensemble ne le soutient pas, mais le renvoie toujours à ses anciens rôles-types.

Au cours du conseil de classe - en France "Heure de vie de classe" - hebdomadaire, tous les membres du groupe peuvent apprendre comment un conflit naît et escalade, comment on peut éviter les conflits, mais aussi à quel endroit et à quel moment on peut ou doit interrompre la spirale du conflit ou de la violence pour éviter qu’une dispute ne dégénère.

Les élèves apprennent que les conflits ont toujours à la base des intérêts divers et qu’il existe différentes façons de voir une situation qui peuvent toutes avoir leur justification. Ils apprennent à écouter les critiques et à les accepter.


Ce sont souvent toujours les mêmes élèves qui sont impliqués dans un conflit. Mais les parties en conflit n’ont pas besoin de se tourner vers une institution extérieure qui leur est étrangère, ils peuvent résoudre le conflit sur place, souvent celui-ci est thématisé par des personnes qui n’y participaient pas.

Quand la classe entière se sent responsable et se fixe comme objectif de résoudre les problèmes ensemble, même les enfants qui ne participaient pas au conflit en profitent.

Ils apprennent dans la classe comment défendre leur point de vue de manière objective et comment ils peuvent sortir d’un conflit d’intérêts en étant plus forts, s’ils ont contribué à le résoudre de manière constructive.

Chacun doit voir qu’il n’est aucunement obligé de mettre ses intérêts en retrait, mais apprendre à négocier les marges de manœuvre pour la réalisation de ses intérêts propres de manière socialement supportable dans une communauté.


Le conseil de classe - en France "Heure de vie de classe" - hebdomadaire devient une institution dans laquelle les enfants et les jeunes apprennent à agir démocratiquement.

Traitement du conflit selon un rituel fixe :

1. Le journal mural est déployé et les différents points sont lus les uns après les autres.
2. Celle ou celui qui a présenté un de ces points s’exprime
3. Ceux qui sont directement concernés ou visés s’expriment aussi.
4. Les autres élèves prennent position
5. Des solutions ou des propositions de solutions sont élaborées
6. Des accords acceptées par les deux parties sont trouvés et retenus dans le procès-verbal.
7. La semaine suivante, lors de la lecture du procès-verbal, les accords sont vérifiés quant à leur pertinence.

Le conseil de classe - en France "Heure de vie de classe" - hebdomadaire ne se réunit pas que pour la médiation, ce point joue un rôle important surtout dans les petites classes.

Svenja Meier et Lena Kasdorf qui sont dans ma classe ont écrit un article paru dans le journal du lycée montrant comment cette thématique a évolué dans les réunions du conseil de classe - en France "Heure de vie de classe" - hebdomadaire depuis la sixième jusqu’en troisième.

Lors du conseil de classe - en France "Heure de vie de classe" - hebdomadaire, les groupes organisés de notre école comme par exemple la «conférence des délégués de classe» ou le «conseil pour l’environnement» ont enfin trouvé un lieu où les représentants élus peuvent démocratiquement présenter les thèmes et les résultats de leurs travaux en informant leurs camarades de classe et en faisant remonter dans leur groupe respectif les remarques et contributions de ceux-ci. Sans ces heures de conseil de classe hebdomadaire, nous n’avions pas d’espace ni de temps autrefois pour ces sujets.

De même, le fait de devoir respecter l’ordre du jour, celui qui préside les débats, la rédaction du procès-verbal et les modes de votes au sein du conseil de classe hebdomadaire forment les élèves à la participation aux processus démocratiques du pays.

Dans une institution comme l’école, où la participation des élèves a encore peu de place, le conseil de classe hebdomadaire peut contribuer à ce que les élèves se sentent responsables de leur vie commune et d’eux-mêmes, s’ils peuvent discuter ensemble de ce qui les concerne pendant cette heure hebdomadaire et prendre ensemble des décisions.

Notre intention est que les élèves prennent de plus en plus de responsabilités – aussi pour leurs études.

Le chemin pour parvenir à ce but n’est pas toujours rectiligne, il est souvent difficile et comportent des obstacles. Les élèves ont besoin de l’aide de leur professeur principal qui doivent accompagner le groupe sur ce chemin et le soutenir.

Les professeurs du lycée Albrecht-Thaer se sont décidés en toute connaissance de cause à donner une partie de leur temps de travail, prévu dans le nouveau plan du temps de travail pour la fonction de professeur principal, pour accompagner toute la classe et à ancrer cette heure de conseil de classe hebdomadaire dans leur emploi du temps.

Cela implique une heure de plus dans leur emploi du temps, mais ce que nous apprécions dans ce concept de conseil de classe - en France "Heure de vie de classe" - hebdomadaire, outre les points susmentionnés, c’est que nous avons enfin la possibilité de régler les questions d’organisation et de clarifier toutes les questions sans stress avec tous les enfants et les jeunes, d’améliorer la cohésion de la classe et d’agir de manière positive sur l’atmosphère de la classe tout entière.

Nous avons l’occasion de découvrir nos élèves sous un autre jour et de nous montrer aussi sous un autre jour.


Voilà le concept d'apprentissage de la Démocratie depuis la 6ème, mais en fait, il commence à la maternelle où les enfants vivent les mêmes situations, à leur niveau. Mais la résolution des problèmes du groupe en commun y est tout autant pratiquée.

Et voici la réponse d'un proviseur sur le site où j'avais publié cette traduction:
Ce texte est tout à fait conforme aux principes élémentaires de développement du sens civique et de la responsabilisation des jeunes collégiens qui font tant défaut.

Et qui sont pourtant vitaux pour former des hommes et des femmes véritables (et non pas seulement des techniciens, des ingénieurs, des ouvriers qualifiés, etc... - ce que d'ailleurs l'Education Nationale française n'arrive même pas à faire de façon satisfaisante (150 000 jeunes sortant du système scolaire sans diplôme chaque année, le diplôme restant un vrai sésame en France pour trouver un "emploi").

Cette formation d'un individu en phase avec son époque, préparé à répondre aux questions économiques, mais aussi sociales, associatives et éthiques reste fondamentalement l'une des missions de la Nation.

Ce qui est appelé "conseil de classe" existe en France sous le libellé "Heure de Vie de Classe".

Ce concept essentiel pour la vie d'un établissement reste, sans une volonté locale, souvent à l'état de concept et "sert" uniquement une fois par trimestre à préparer le conseil de classe, moment de l'année où les professeurs, les parents et élèves délégués se réunissent pour faire le bilan qualitatif de la classe (ambiance, relations, participation) ainsi que le bilan quantitatif des résultats de chaque élève.

Cette "heure de vie de classe", censée se tenir hebdomadairement, se tient à nouveau le lendemain du conseil de classe pour le compte rendu des débats, puis elle est soumise au bon vouloir du professeur principal qui en a la responsabilité théorique.

C'est Ségolène Royal (!!!) qui a lancé cette idée en 1999 alors qu'elle était chargée de l'enseignement scolaire sous l'autorité du ministre Allègre (cf. la référence du Bulletin Officiel [www.education.gouv.fr] ... 01255X.htm )

Cette HVC a été rémunérée lors de son instauration sur la base de 20h annuelles (une année scolaire réelle comporte 36 semaines de présence d'élèves au collège), puis le ministère a décidé lors de la loi d'orientation et de programme pour l'avenir de l'école du 23 avril 2005 (http://www.education.gouv.fr/bo/2005/18 ... 00282L.htm ) que ces heures faisaient désormais partie du service des enseignants.

On se doute que la motivation des professeurs principaux à assurer régulièrement cette HVC a fondu littéralement après l'annonce de cette mesure unilatérale.

De nos jours, elle est assurée en fonction de la volonté du professeur et de l'incitation plus ou moins forte des personnels de direction à ce qu'elle soit effective...

Ici, au collège XXX, elle fait partie intégrante des services des professeurs principaux qui doivent l'assurer en collaboration avec la conseillère principale d'éducation et les personnels de direction de façon hebdomadaire.

Nous travaillons avec mon collègue à proposer des thèmes de travail qui puissent alimenter cette heure et la rendre définitivement indispensable!!!


En conclusion, je dirais que voilà une des raisons qui expliquent pourquoi il n'y a pas de grèves en Allemagne, parce que les citoyens ont appris à exprimer leur volonté et défendre leurs intérêts sans arriver à l'escalade dans un conflit d'intérêts. Chacun peut sortir de la négociation en disant "J'ai gagné".

C'est le "gagnant-gagnant" que S. Royal a essayé d'expliquer pendant sa campagne électorale et que les Français n'ont pas compris ou qui les a même fait sourire... Il serait grand temps que cette pratique s'apprenne dès la maternelle, elle est bien plus efficace et respectueuse du lien social. Ce n'est pas du tout un signe de faiblesse, bien au contraire, c'est un signe de force.



Modifié 2 fois. Dernière modification le 10:46 le 10/02/2010 par Etoile66.
Par Myos

Re:

Cela existe dans toutes les écoles québécoises. Certains enseignants ont essayé de mettre ces systèmes en place en France, mais ils se font traiter de "pédagogos" (alors qu'ailleurs on regarde simplement si c'est efficace ou pas; oui, ça l'est, donc on le met en place.)

Ceci dit, à Chérioux on n'est pas dans ce problème-là.
Par Etoile66

Re:

Totalement d'accord. Le problème actuel doit être résolu, mais il est la conséquence du "système" et il conviendrait d'y trouver un remède de base...

Mais là... vues les réactions des enseignants qui défendent LEUR système bec et ongles, je doute que cela soit possible un jour.

Pourtant, ils en sont les premières victimes, très mal payées et abandonnées par leur "hiérarchie" bien au chaud...
Par Florence Arié

Re:

Bon, j'essaie, sans sentiment, point par point:
- le problème: perso, j'en vois plus d'un
- le système: scolaire? social? budgétaire? tout ça est mêlé.
- un remède: désolée, mais là aussi, ça doit être plus complexe que ça.
- les premières victimes de la réforme en cours seront bel et bien les élèves, avec les inégalités qui se préparent. Ah, pardon, ça s'appelle l'autonomie des établissements.
Par Winston Smith : misanthrope

Re:

je ne vois aucun obstacle culturel à ce genre de pratique en france. Les heures de vie de classe se pratiquent effectivement souvent sur al base du bénévolat du prof principal et si ça tourne mieux dans l'endroit dont parle cet article c'est bien parce que " Ici, au collège XXX, elle fait partie intégrante des services des professeurs principaux qui doivent l'assurer en collaboration avec la conseillère principale d'éducation et les personnels de direction de façon hebdomadaire. " et ce n'est donc pas un problème de blocage lié à la culture française, à un refus à un quelconque conservatisme. Je n'ai quasiment croisé aucun prof hostile aux heures de vie de classe, la médiation est pratiquée depuis de nombreuses années dans beaucoup de collèges , lycées , écoles, depuis toujours ce qui est décrit dans ce message a été pratiqué par certains profs principaux sur leur temps de classe, l'heure de vie de classe permet de faire cela, sans amputer sur le temps de la discipline, sauf que tout travail mérite salaire, et si ce n'est pas intégré dans les services je refuse de jeter la pierre à ceux qui refusent de la faire bénévolement, c'est à dire sur leur temps de classe.
difficile de savoir quelle proportion de profs fait quoi dans cette heure de vie de classe, c'est totalement disparate, ça dépend du prof principal et de la façon dont il la gère, et ça dépend aussi des problèmes qui surgissent dans la classe.
maintenant ce qu'il faut comprendre c'est que les surveillants ne font pas que surveiller et je l'ai déjà dit, dans mon collège ils font très souvent de la médiation, ils font du tutorat, ils font de l'aide aux devoirs après 16H00 , ils appellent les familles pour vérifier que les absences sont justifiées, et la surveillance dans la cour est plus une présence, les élèves peuvent gueuler , courrir, se bousculer ou se faire semblant de se battre comme font souvent les garçons meme encore en 6° ou 5°, ils s'attrapent par le cou, se font des shampooings, se font des tatoos de force enfin des trucs de gamin, les interventions des pions sont éducatives, genre "fais attention quand même quand tu le prends pas le cou, tu peux lui faire mal aux cervicales" ou "réfléchis quand même ça se trouve il va se faire tuer par sa mère parce qu'il a un tatoo sur la joue parfois il y a des débuts de bagarres, alors on instaure le dialogue on fait de al médiation pour applanir les différents, bref j'ai l'impression que tu as vraiment une fausse image du fonctionnement dans les collèges. Ce fonctionnement n'est absolument pas uniforme, comme partout il dépend des gens qui travaillent sur place, de leur sérieux, de leur application, de leur personnalité, ça dépend des endroits, du profil des élèves, il y a tellement de paramètres...
puisqu'on parle de Ségolène il faut lire le BO de juillet 2000 sur les sanctions et les punitions, ce qui est dingue c'est que toi vu d'allemagne tu imagines une école super rigide avec une discipline de fer alors qu'en réalité il y aussi beaucoup de gens qui pensent que la laxisme et le laisser faire on envahi les écoles à cause des profs beatniks et branleurs, et chacun est persuadé d'avoir raison, alors qu'ils décrivent des réalités divergentes. La vérité c'est que ça dépend. et je te l'ai déjà dit ta vision de la France est caricaturale, tu as beau être française, avoir été en France 2 ans, avoir observé, avoir un neveu scolarisé ici, tu n'a pas pu avoir une vision assez large pour mesure la diversité. Moi rien que dans mes 4 premières années j'ai vu 6 bahuts différents dans des milieux différents, (grande ville , ville moyenne, village) avec des publics différents et des équipes différentes, et depouis que jke suis au même endroit, l'équipe de direction à changé 3 fois, bon les élèves évidemment sont plus les mêmes et l'équipe enseignante à presque entièrement changé entre mon arrivée et aujourd'hui et j'ai pu voir que même sur un même lieu, et bien sur endant ces années il y a eu aussi de nombreux changements (réformes permanentes). L'éducation n'est absolument pas immobiliste au contraire c'est de la réformite aigue, pratiquement chaque année il y a des changements, la plupart de ces évolutions se font sans aucune résistance mais à chaque fois il y a quelques points de blocage. La presse focalise sur les points de blocage c'est bien normal, puisque ce sont ces points là qui provoquent des discussions et des résistances. c'est pourtant tout bête un exemple purement gratuit et théorique
une réforme propose 10 changements, 8 se font sans problème, 2 entrainent un désaccord, les syndicats négocient, le ministre refuse de reculer sur ces 2 points, grève manifs, médias, les profs refusent ces changements...personne ne sait que les 8 autres changements ne posent aucun problème et se feront. Par ailleurs même sur les points de blocage les raleurs sont le plus souvent minoritaires. les profs ne sont pas immobilistes, pas plus que les syndicats, tout ce petit monde est majoritairement réformiste.

maintenant quand on regarde les points de blocages qui ont toujours lieu sur le même genre de thématiques on se rend compte que ces thématiques ne sont que très rarement corporatistes..tant que j'y suis une autre idée, fausse: la france n'est pas la championne des grèves

La France serait une nation «grévicultrice» : le pays du «droit de paralyser» (le Figaro, 17 février 2004), qui préfère la «guerre sociale aux compromis» (le Monde, 26 mai 2003) et souffre d’une «forme d’infirmité que ne partagent pas nos voisins européens» (Christine Ockrent, les Grands Patrons, 1998) car «nul autre pays occidental ne se comporte ainsi» (l’Express, 5 juin 2003). Un bref rappel de la réalité historique et statistique de ce phénomène:
l’ampleur et la fréquence des mouvements sociaux ne cessent de diminuer alors même que la population active ne cesse d’augmenter
La grève apparaît cent quarante-sept fois moins pénalisante pour notre économie que les arrêts maladies
Sur la période récente (1990-2005), la France demeure onzième sur dix-huit, avec une conflictualité qui s’est effondrée (0,03 journée de grève par salarié et par an) et demeure toujours inférieure à la moyenne (0,04 journée grevée). Les modèles nordiques – réputés en France pour la qualité du dialogue social qui y régnerait – se situent en tête du classement : le Danemark est premier, la Norvège quatrième et la Finlande septième.
Avec 0,15 journée grevée par salarié et par an, elle est 7,6 fois moins conflictuelle que l’Italie (première), 3,2 fois moins que le Royaume-Uni (septième), 1,6 fois moins que les Etats-Unis (huitième).
Pays le plus faiblement syndicalisé de l’Union européenne, marqué par un taux de chômage élevé et une hostilité croissante des médias à l’égard des mouvements sociaux, la France n’est pas un pays de grévistes.
les grèves françaises se caractériseraient par des journées nationales destinées à paralyser l’activité économique. Pourtant, sur la période 1970-1990, les conflits localisés représentaient 51,2 % des journées non travaillées pour fait de grève, loin devant les 34,9 % de conflits généralisés (propres à une profession) et les 13,9 % de journées nationales d’action. Sur la période plus récente (1990-2005), les conflits localisés représentent 85 % des grèves, pour 14 % de conflits généralisés et seulement 1 % de journées nationales ! La France est treizième sur dix-huit en termes de mobilisation des grévistes.
Résumé: [pythacli.chez-alice.fr] Intégralité: [www.liberation.fr].
Par Yanne

Rupture

Hors de tous les problèmes de l'éducation nationale et dont il est difficile de discuter parce qu'une telle discussion n'aura pas de fin.

Je connais des tas d'écoles où tout se passe très bien. Je ne vais pas y revenir. Et la remarque de Fred B est très pertinente. J'ai souvenance que dans les années 70, dans mon collège catho breton de petite ville catho bretonne, les "grands" de 3ème avaient tapé sur un prof particulièrement pénible. Et une amie me racontait récemment que lorsqu'elle était jeune, dans les années 60, il se produisait souvent des bagarres au couteau dans les cinémas d'Alésia dans le 14ème arrondissement de Paris.

Donc toute cette violence n'est pas nouvelle. Elle prend des proportions énormes dans les endroits abandonnés par la collectivité, dans des banlieues telles que Vitry sur Seine où le lien social s'est défait tout autour...

Mais par rapport au fait que ce qu'on appelle le sarkozysme recule et de façon définitive.

Le sarkozysme est une pathologie tout-à-fait nouvelle dans le sens où un certain nombre de personnes, la majorité de ceux qui ont voté aux présidentielles de 2007 ont jugé qu'ils croyaient à l'homme providentiel, une sorte de super héros que leur présentaient les médias, et qui serait capable de les sortir autoritairement de leurs problèmes. La nature exacte de ces problèmes est d'ailleurs demeuré un mystère pour moi.
Et ce désir de choisir une personne à poigne qui leur imposerait un changement salutaire était à mon sens un symptôme d'un refus d'assumer son propre combat. Autrement dit, si vous voulez que le monde change et s'améliore, il faut y mettre du vôtre.... Chacun doit y mettre du sien. Agir et parler, et surtout ne pas se voiler la face. Ce n'est pas la peine d'attendre quelqu'un qui résoudra les problèmes, une sorte de papa super star qui s'occupera de tout. La personne qui viendra a de fortes chances de prendre le pouvoir et de s'en servir pour son profit personnel uniquement, à la rigueur aussi ceux de ses copains....
Et il me semble que le fait que les profs ont décidé de prendre les choses en main et de se mettre non en grève (ce qui n'est pas la première fois pour un collège sinistré par la violence) mais de faire jouer leur droit de retrait, c'est-à-dire de dire à la face du monde : moi, prof, je prends la responsabilité individuelle et collective de déclarer qu'enseigner dans ces conditions n'est pas possible. Et par là je demande à l'institution, la hiérarchie, au monde politique et à la collectivité nationale de prendre aussi ses responsabilités. Et moi en tant que prof, à l'instant T, j'estime que les besoins de cet établissement sont de n surveillants.
Et cette attitude est typiquement antisarkozyste, se prendre en main et décider que la collectivité, c'est nous.
C'est cela la vraie rupture.
Par Etoile66

Re: Rupture

"Le sarkozysme est une pathologie"

Non, il est exactement ce que la société française a voulu dans sa majorité.

Refuser le voir est meurtrier et ne permettra pas de résoudre les maux de la société française en les prenant à la racine.

Le pays a les dirigeants qu'il se donne et qu'il accepte.

Affirmer le contraire, c'est se mettre les mains devant les yeux pour refuser de regarder la réalité.

Et sous Mitterrand ou Chirac, les choses n'étaient pas différentes. Le mal est bien plus profond, c'est dans l'EDUCATION et la conception de la société et de la valeur de l'être humain qu'il se trouve.

Les deux ans que j'ai passés à Paris m'ont montré l'état de suivisme moutonnier de la plus grande partie de la société. Quand je leur disais: "Il ne faut pas accepter l'inacceptable", ils me répondaient: "Mais cela ne sert à rien, les choses ne changeront pas"... entendu des centaines de fois en 2 ans...

Alors...



Modifié 1 fois. Dernière modification le 10:55 le 10/02/2010 par Etoile66.
Par Myos

Re: Rupture

"Et il me semble que le fait que les profs ont décidé de prendre les choses en main et de se mettre non en grève (ce qui n'est pas la première fois pour un collège sinistré par la violence) mais de faire jouer leur droit de retrait, c'est-à-dire de dire à la face du monde : moi, prof, je prends la responsabilité individuelle et collective de déclarer qu'enseigner dans ces conditions n'est pas possible. Et par là je demande à l'institution, la hiérarchie, au monde politique et à la collectivité nationale de prendre aussi ses responsabilités. Et moi en tant que prof, à l'instant T, j'estime que les besoins de cet établissement sont de n surveillants.
Et cette attitude est typiquement antisarkozyste, se prendre en main et décider que la collectivité, c'est nous.
C'est cela la vraie rupture."

MERCI Yanne.
Par Patrice Guyot

Bonne grève à tous !

Les fonctionnaires veulent plus de fonctionnaires... Ce n'est pas une information !

C'est un drame !

Et en plus des flics (car un surveillant c'est bien un flic)

Le tout en surfant sur la vague de l'insécurité et en flattant la frilosité tremblotante de la ménagère de moins de 50 ans (de plus aussi, d'ailleurs)

Pour ceux qui voudraient et auraient le courage de mesurer l'ampleur de la catastrophe engendrée par l'inconscience et la flemme des fonctionnaires ainsi que par l'incompétence, le laxisme et le clientélisme des politiques couards et prompts à plier devant la moindre grève...

C'EST PAR ICI

Au prix où nous le payons ce passionnant document, il serait dommage de le laisser dormir dans un tiroir sans lui accorder un oeil, n'est-il pas ?

Allez ! Bonne grève à tous !

Ici Saïgon, le JT quotidien, les photos et les vidéos

***
Mais oui, mais oui PG...
RDV tableau 13:

Evolution générale hors éducation de 1986 à 2007 : 0.0% !!!
Evolution dans l'EN et sport 0,2% !!!

c'est sur ça correspond à la démographie, n'est ce pas et au souhait d'un meilleur niveau!!

Ou trouve t on des évolutions positives d'effectifs: Defense, Interieur, Justice, et services du premier ministre, avec un très joli score de +10.8% sur 1996/2007!!!

+36000 militaires pour -64000 dans l'EN!! entre 96 et 07.

Merci, et encore bravo pour le document parlant de lui même d'une nécessité plus qu'aboslue d'inverser la tendance à la baisse.
Merci encore PG, bon boulot.
Par Winston Smith : misanthrope

Re: Bonne grève à tous !

"l'inconscience et la flemme des fonctionnaires"

mon petit patoche il va falloir que tu cesses ce genre de diffamation ou bien que tu prennes un bon avocat, ça fait trop longtemps que ça dure et j'envisage sérieusement de faire quelque chose. en tout cas merci pour ce doc de la cour des comptes.
Par Patrice Guyot

Re: Bonne grève à tous !

Moi qui espérais des menaces de mort !

La motivation baisse chez @si...

Ici Saïgon, le JT quotidien, les photos et les vidéos

***
Par Winston Smith : misanthrope

Re: Bonne grève à tous !

exploiteur! esclavagiste ! évadé fiscal ! t'as pompé le fric des autres en exploitant tes salariés, tu te la coules douce au soleil alors que tu n'a jamais rien fait d'autre que faire travailler les autres. Et tu oses traiter les infirmières de flemmardes inconscientes, et tu oses affirmer que les fonctionnaires sont responsables de la dette alors que tout le monde sait aujourd'hui que la dette explose à cause de la crise et de la guerre qu'on mène depuis 8 ans en afghanistan, tu voudrais alors que toi tu coules une douce retraite au soleil qu'ici on trime jusqu'à en crever pour que des patrons exploiteurs comme toi puisse se la couler douce sous les cocottiers. tu sembles oublier que quand la protection sociale a été mise en place et la fonction publique développée, la france sortait d'une guerre, elle était sur la paille et non seulement ça a pu être mis en place mais ça n'a pas empêché la croissance des 30 glorieuses. Alors range ton pipeau d'exploiteur, et mort à tous les patrons, t'as pas honte de gagner 308 SMIC comme tous les patrons? et en plus de pleurer parce que les pauvres patrons croulent sous les charges?
tu proposes un modèle à l'américaine le paradis de la libre entreprise , où il n'y a aps de retraite, pas de sécu, pas de services publics mais où la dette atteint quand même 300% du PIB, mais ta haine des fonctionnaires t'aveugle tellement que tu finis par ne plus voir de l'eau quand tu regardes la mer. Il n'y a aucun espoir les mecs comme toi faut coller elur tête au bout d'une pique ou les envoyer au goulag se faire fouetter par des fonctionnaires qui là pour le coup verront leur flemme s'envoler, ils se pourrait même qu'ils fassent pour une fois des heures supplémentaires gratuites. Hugo si tu m'entends, je veux bien venir bénévolemet travailler pendant mes vacances à fouetter l'immonde patoche.
Par Elihah

Pour rire un peu....

... parce que ça le vaut bien, ou qu'il vaut mieux rire que pleurer.
Chez Jac
Par Elihah

Et pour qqes posts de plus...

Tant que je suis inspirée, et parce que je n'ai pas eu l'envie de le faire hier, marre d'être agressée, je vais rajouter qqchose sur la préélem.
Qq'un a, dans ce fil de discussion, parlé de l'histoire de l'école française.
Il est intéressant de se pencher sur celle de la préélem couplée avec celle des femmes et de leur statut.
La préélem a des journées trop longues, et pas assez de personnel humain (ben oui, une atsem et une instit pour 28 au minimum, c'est pas énorme ...), et des locaux parfois pas top, ni le matos fabuleux que les reportages danas de jolies écoles montrent à l'envi.
De toute façon si on demandait leur avis aux zinstits, cad les gens du terrain, sur les rythmes scolaires, dont vacances, et sur l'architecture et les dotations aux écoles, ça se saurait.
Et dans cette structure qui nous est donnée, dans ce contenant, on aménage au mieux le contenu comme je l'ai elliptiquement dit plus haut.

Mais justement c'est de la structure dont je souhaite dire un mot:
on sait que la France manque de lieux d'accueil pour la petite enfance, que ça ne s'arrange pas, et que cependant la natalité est forte,
et la préélem à 3 ans (voire 2 dans certains cas)permet à bien des femmes de ne pas avoir à choisir entre exercer un métier et s'occuper de ses enfants (quoiqu'on pourrait gloser longtemps - moi la première- sur le temps de travail domestique des femmes etc. Je vous renvoie à l'observatoire des inégalités pour cela).
Alors qu'il me semble bien que chez nos cousins germains, le concept de mère corbeau (Rabenmutter) est prégnant, bien plus qu'en France, malgré le backlash assez sévère de ces dernières années où l'injonction faite aux femmes à 'se réaliser' dans leur 'plus beau rôle' (à savoir maman, et de préférence parfaite -je lolle, je peux vous dire) est prôné à tour de clavier par les mags fems et pseudo psy.
Dans l'histoire germaine, "l'élevage" des enfants par un organisme d'état relève d'une référence à l'époque nazie, -cf les 3K-, d'où peut-être une réticence à cet égard?

De fait, comparer la préélem française à celle d'un autre pays, et réciproquement, ne devrait pouvoir se faire que 'toutes choses égales par ailleurs', cad en regardant d'abord le contexte social (et les relations f/h, et adultes/enfants) dans laquelle elle prend place.
Par Compunet

Re: Et pour qqes posts de plus...

coucou mebahel,
si nos gouvernants, quand ils décident de modifier quoi que ce soit dans notre tissu social, demandaient aux professionnels de les professions ça se saurait !!
et vous êtes soutenus dans vos combats sur les rythmes scolaires par les médecins qui condamnent fermement entre autre la semaine des 4 jeudis :) jours et proposent entre autres 2 semaines de vacances toutes les 7 semaines (arrêt des 2 mois de vacances d'été) etc...
je ne sais pas si tout est bon dans ces rapports mais une chose est sûre c'est que nos ministres n'en tiennent pas compte....
[www.developpementdurablelejournal.fr]



Modifié 1 fois. Dernière modification le 15:46 le 10/02/2010 par COMPUNET.
Par Elihah

Re: Et pour qqes posts de plus...

Hello Compunet..
Les vacances scolaires, tiens, celle d'en ce moment par ex, tiennent compte des lobbies touristiques: en ce moment la montagne, pour les 10% de français qui peuvent se l'offrir... or typiquement, on pourrait écouter des journées et rogner sur ces vacances là (c'est l'hiver, fait froid, autant bosser) et non sur automne/toussaint (car les 2 premiers mois hypra fatigants, et l'automne chamboule le corps), ou de nowwwel (absolument pas reposantes vu la charge familiale et commerciale desdites).
Celle de printemps aussi, vaut mieux pas toucher: le corps humain a besoin d'air...problème: offrir cette possibilité aux enfants des familles qui ne peuvent leur offrir ledit air.. on fait comment?C'est toute une politique qui est à revoir.Parce que ceux qui peuvent iront balader ou faire balader leurs enfants, certes (encore du tourisme ou du voyage pour quel pourcentage de la population?) mais les autres, ils font quoi de leurs enfants?
En revanche, les 2 mois d'été, dans mon coingg, vaut mieux les avoir non travaillés, 35° minimum en journée dans la classe, depuis -en général le 10 juin- et jusqu'à mi ou fin septembre, c'est dur, on travaille mal, on est mal.
Ceci posé, ces mois d'été, si on me les paie, ok pour bosser, sinon, niet.
(là, c'est pour faire plaisir à PG)
Et ne pas oublier que les enseignant-e-s font plus d'heures de taf que les élèves, on n'a pas des journées de 48h non plus...
Pour le mercredi je m'inscris en faux:
pas touche, les petits ont besoin de cette coupure dixit les parents (sondages persos effectués au long des années auprès des parents d'élèves, et même si ça ne les arrange pas en termes de garde), et si les minot-e-s se lèvent pour aller chez nounou ou centre aéré, c'est pas la même demande de concentration et de taf que l'école.
Enfin, on n'arrivera pas à satisfaire tout le monde, c'est sûr, notamment parce que les horaires de boulot des adultes ne coïncideront jamais avec ceux des enfants (biologiques) et ceux des élèves (structures scolaires...)... surtout avec le 'bosser plus pour gagner pareil, et encore faut voir' du nain cryptofasciste. Et que mettre en place d'autres modes de garde/animation pour les enfants une fois sortis des écoles,mettons vers 15h, les communes peuvent-elles/veulent-elles dépenser pour ça?
Ne serait-ce que le fameux mercredi, si on fait bosser le matin: il faut mettre en place la cantoche et après....elle prévoit quoi la commune?Que les parents sortent du taf pour venir chercher leur progéniture à 13h?Toute une politique à revoir je vous dis....
Bon j'arrête là mais on peut discuter de ça longtemps.

Bon.. on est hors sujet là, sorry sorry...
Par Etoile66

Re: Et pour qqes posts de plus...

Ce que vous écrivez montre que vos informations sont erronées... et constituées d'articles de presse écrits par des journalistes qui ne maîtrisent pas la langue du pays... "il me semble bien que..."

"Alors qu'il me semble bien que chez nos cousins germains, le concept de mère corbeau (Rabenmutter) est prégnant, bien plus qu'en France, malgré le backlash assez sévère de ces dernières années où l'injonction faite aux femmes à 'se réaliser' dans leur 'plus beau rôle' (à savoir maman, et de préférence parfaite -je lolle, je peux vous dire) est prôné à tour de clavier par les mags fems et pseudo psy. Dans l'histoire germaine, "l'élevage" des enfants par un organisme d'état relève d'une référence à l'époque nazie, -cf les 3K-, d'où peut-être une réticence à cet égard? De fait, comparer la préélem française à celle d'un autre pays, et réciproquement, ne devrait pouvoir se faire que 'toutes choses égales par ailleurs', cad en regardant d'abord le contexte social (et les relations f/h, et adultes/enfants) dans laquelle elle prend place."

Vous semblez avoir de gros préjugés et faites remonter vos informations à plus de 65 ans en arrière, sous la période de la dictature. C'est comme si on résumait la France à la période sanguinaire sous Napoléon... Non, le pays qui a subi une dictature, s'est donné une grande cohésion sociale dont la France pourrait bien apprendre quelques éléments positifs.

Pour votre information, j'ai recommencé à travailler, à Hambourg, mon fils avait 4 mois, en 1984, cela ne date donc pas d'hier. Une grand-mère en retraite de ma rue le gardait pendant que je travaillais. Il a, encore aujourd'hui, plus de 25 ans plus tard, une très forte relation avec elle, bien plus forte qu'avec sa "vraie" grand-mère...

Le droit du travail donne des temps d'allaitement et je pouvais quitter mon lieu de travail plus tôt pour allaiter. Les femmes ont toujours allaité en Allemagne alors qu'en France, elles étaient une extrême minorité, ce qui tend à évoluer sous l'influence européenne.

Il existe en outre une grande cohésion sociale dans le pays, les personnes âgées contribuant à l'éducation - et non "la garde" comme on dit en France - d'enfants en bas-âge avant le "jardin d'enfants". Comme autrefois dans les familles. Partout dans le pays, l'entraide fonctionne. On n'attend pas tout d'un Etat-super-papa... Je vous donne quelques exemples: http://www.jaz-ev.de

Des grands-mères s'occupent de jeunes enfants, leur apprennent à parler un bon allemand, leur racontent des histoires d'autrefois, l'Histoire de leur ville, de leur culture, ce que les parents, souvent au boulot et fatigués le soir, n'ont pas le loisir de faire. L'enfant est donc ancré dans son territoire, son Histoire, sa langue régionale, son environnement. La grand-mère qui s'occupait de mon fils, lui a énormément appris, plus tard, quand il était au jardin d'enfants et que je voulais sortir le soir, elle venait le mettre au lit. Un lien très fort les unissait qui dure encore, alors qu'elle a aujourd'hui 90 ans...

Des jeunes vont voir des personnes âgées seules ou en maison de retraite, pour lire avec elles ou se promener:
http://www.jaz-ev.de/html/hoer-mal.html

De jeunes familles hébergent une personne âgée à sa sortie de l'hôpital pour l'aider à retrouver son indépendance et réintégrer son appartement, ou la visitent chez elle, accompagnement au théâtre ou au concert, promenade, aide à faire les courses, etc....
http://www.jaz-ev.de/html/familien-hilfsdienst.html

Des personnes âgées viennent dans les jardins d'enfants pour lire des contes et histoires et faire ainsi une extension de leur vocabulaire, par le dialogue sur les histoires, aident les enfants du primaire à faire leurs devoirs, etc...:
http://www.jaz-ev.de/html/es-war-einmal.html

Vous avez une drôle d'idée de la société allemande, la cohésion sociale y est très forte.

Comme je l'indiquais plus haut, je suis retournée la semaine dernière à Hambourg, les vélos passent la nuit dehors et personne ne les vole... C'est une question d'éducation à la vie en société et au respect mutuel qui manque terriblement en France. A Paris, il ne passe pas la nuit dehors, le lendemain, plus de vélo...

Je le constate depuis des années et les choses ne vont pas en s'améliorant, il fait froid, humainement dans ce pays...

Bien sûr, vous pouvez le nier, et dire que tout va bien.

Libre à vous... Je vous donne juste des éléments pour faire changer les choses...



Modifié 1 fois. Dernière modification le 18:01 le 10/02/2010 par Etoile66.
Par Elihah

Re: Et pour qqes posts de plus...

Et allez donc.
"Vous semblez avoir de gros préjugés et faites remonter vos informations à plus de 65 ans en arrière, sous la période de la dictature."
Non, je parle du poids, symbolique ou imaginaire, de l'histoire.
"Ce que vous écrivez montre que vos informations sont erronées... et constituées d'articles de presse écrits par des journalistes qui ne maîtrisent pas la langue du pays... "il me semble bien que..." "
Vous ne savez rien de mes modalités d'information.
Mes précautions oratoires ont au moins le mérite de ne pas assommer les lectrices et lecteurs à coups de gourdin sapienciel virtuel.

Tant mieux pour votre expérience de la grande cohésion sociale que vous décrivez, et tout le reste, et qui, comme expérience perso, pourrait sans doute être décrite par d'autres européens lambda y compris français.

Mais, à part ça, j'apprécie que vous me donniez des éléments qui vous paraissent cruciaux pour œuvrer à un changement social, car, bêtement, je n'y avais pas pensé toute seule, à avoir des idées et qu'il faudrait changer le monde,
et que vous me pensiez capable de le faire by myself, wow chuis flattée --- je vous laisse avoir raison, puisque vous y tenez tellement, no problem.


Sinon, qq'un veut une bière blanche?J'ai découvert ça récemment, c'est pas mauvais, dites donc.



Modifié 1 fois. Dernière modification le 18:15 le 10/02/2010 par mebahel.
Par sleepless

Re: Et pour qqes posts de plus...

Citation:
Mais, à part ça, j'apprécie que vous me donniez des éléments qui vous paraissent cruciaux pour œuvrer à un changement social

Le programme du Modem ?

sinon mebahel, j'te/vous suis sur la bière blanche :)
Par Elihah

Re: Et pour qqes posts de plus...

Tsss sleepless, modem tsss.... allons allons reprenez vous (et reprenez de la bière, donc...)
NB: au fait, dans les 80's, une granny qui raconte sa jeunesse et sa culture n'allait pas parler de l'époque nazie, hein, rassurez moi?
Par sleepless

Re: Et pour qqes posts de plus...

ah ménon, ho, non, non, c'est mme Etoile 66 qui en colle des tartines du Modem chez Mediapart à longueur de temps, c'est pas moi, oh là, oh, oh, oh là, ménon, ménon, toutuuu léloula, non mais, padeblag', oufjaiuchô
Par Elihah

Re: Et pour qqes posts de plus...

Arf, chavais pas, j'vais pas lire Etoile chez Mediapart, déjà que j'ai du mal à la lire ici faut pas exagérer hein...z'avez eu chô en effet... une ch'tite bière?
Par sleepless

Re: Et pour qqes posts de plus...

Avec plaisir... Et les moules cuisinées à la bière blanche, je vous conseille.
Par Elihah

Re: Et pour qqes posts de plus...

Arf, vous me donnez faim... pfff..
(ce fil part en biberine là...)
Par Etoile66

Re: Et pour qqes posts de plus...

"Non, je parle du poids, symbolique ou imaginaire, de l'histoire. "

Sauf que l'Histoire d'un pays ne peut se résumer à 1933-1945, mais est beaucoup plus vaste et complexe, ainsi que la culture et la science. Le pays puise ses racines bien plus profondément et a d'autres références que la dictature sous laquelle le pays a en premier souffert. Vous n'êtes pas sans ignorer que les camps de concentration ont tout d'abord été construits pour les Allemands, ils en ont été les premiers internés, pour annihiler toute résistance.

La France a certes décapité un roi et se targue de beaucoup de bienfaits, mais son Ecole oublie d'enseigner qu'elle n'a jamais vraiment quitté la monarchie, dans ses comportements. Elle a vite remis un monarque sur le trône, Napoléon, un empereur dont toute l'Europe porte la trace sanguinaire dans sa mémoire, mais que les livres d'Histoire français évacuent en le "glorifiant". Puis d'autres "monarques" ont suivi, les derniers ayant été De Gaulle, Mitterrand, Chirac et l'actuel Sarkozy. Le pays se couche devant celui qui le dirige...

Une anecdote révélatrice. Ce directeur de l'Institut français de Hambourg qui, voulant faire apprendre le français par les habitants de la ville, avait fait rédiger un prospectus intitulé: "Sur les traces de Napoléon à Hambourg" !!!
Envoyé par Paris, venant passer juste 2 ans dans la ville pour y gravir les échelons de sa carrière internationale, il ne "sentait" pas ce que les habitants de la ville avaient comme souvenirs de ce personnage. Les soldats de Napoléon campaient sur les bords de l'Alster et violaient les filles des alentours. Ils réquisitionnaient la nourriture... Etc. etc... Et cet empereur a envoyé ses propres citoyens mourir dans les pays baltes, on a retrouvé un de ces charniers en 2002: http://socio-anthropologie.revues.org/index146.html

D'ailleurs, si vous faites un test dans votre entourage et demandez QUI a déclaré la guerre en 1870, vous serez surprise des réponses de vos compatriotes. Aucune connaissance en Histoire dans la grande majorité, il y a toujours des exceptions bien sûr. Je vous invite à lire cet article: http://www.mediapart.fr/club/blog/etoile66/240309/enfin-les-medias-osent-parler-franchement-de-la-guerre-declenchee-par-la-f

Vous ne savez rien de mes modalités d'information.
Mes précautions oratoires ont au moins le mérite de ne pas assommer les lectrices et lecteurs à coups de gourdin sapienciel virtuel.


Certes, je ne sais rien de vos "modalités d'information", mais j'en constate la "qualité". Cela suffit pour en supposer les "modalités".
"Précautions oratoires" ? Personne n'est obligé de s'informer. Si je cite des faits et des liens, c'est justement pour vous permettre de vous informer. Mais vous n'y êtes pas du tout obligée. Vu la qualité de la presse en France, qui recopie surtout des dépêches d'agence de presse et fait très peu d'investigations - longues à lire - je constate que vous vous êtes adaptée et contribuez ainsi au déclin de la presse de qualité :-))

La bière "blanche" - Weißbier ou Weizenbier - existe en Allemagne depuis des siècles, elle est excellente, en effet. C'est ma bière préférée.

C'est bien que les Français la "découvrent ":-)



Modifié 2 fois. Dernière modification le 08:39 le 11/02/2010 par Etoile66.
Par Elihah

Lassitude

Je vais reprendre les mots d'Oblivion - que je salue au passage-
"L'autre problème est votre agressivité à l'égard des français qualifiés d'un "franco-français" dédaigneux,
d'un "fermés" et méconnaissants le monde.
Gentiment, puisque l'on aime se dire les choses en face par chez vous : vous êtes-vous déjà demandé quel était
votre contentieux avec vos concitoyens et votre pays d'origine ?"


Sinon "Sauf que l'Histoire d'un pays ne peut se résumer à 1933-1945, mais est beaucoup plus vaste et complexe, ainsi que la culture et la science. Le pays puise ses racines bien plus profondément et a d'autres références que la dictature sous laquelle le pays a en premier souffert. Vous n'êtes pas sans ignorer que les camps de concentration ont tout d'abord été construits pour les Allemands, ils en ont été les premiers internés, pour annihiler toute résistance. ."
Je suis d'accord, et je ne suis pas sans savoir que...Mais je prenais une référence, une. Non par ignorance mais par choix pour ne *pas trop* polluer la discussion que je focalisais sur *un* point.

Bon sang mais pourquoi je m'obstine?Zenpeuplu de la star, là.



Modifié 2 fois. Dernière modification le 09:18 le 11/02/2010 par mebahel.
Par Etoile66

Re: Lassitude

Je n'ai AUCUN contentieux avec mes compatriotes.

Seulement, je constate leur enfermement et leur "dressage" par l'Etat et cela me fait mal, je souhaiterais juste que quelques-uns se réveillent et regardent un peu de ce que j'ai essayé de mentionner.

Personne ne peut évoluer s'il ne le souhaite pas. Je n'ai aucune autre intention.

Mais vos réactions - et vous n'êtes pas le ou la première - me montrent que cette éducation à défendre un système qui opprime ceux qui en font partie, est bien ancrée et pratiquement impossible à modifier.

Si vous êtes heureux dans votre système, restez-y, mais cessez de râler, car râler ne sert à R I E N !

Et ce que j'ai constaté pendent les deux ans passés en France, à travailler à Paris, c'est que les gens râlent à longueur de journée contre tout, mais que lorsqu'il s'agit de faire cesser la source de leur mécontentement, là tout le monde se défile et ils commencent à justifier ceux qui causent l'objet de leur colère.

Etrange comportement, un peu schizophrène...

mais libre à vous de le perpétuer... et de continuer à voir votre pays champion d'Europe de consommation de psychotropes...

Je constate que vous ne répondez pas aux différents points précis évoqués en matière d'Histoire enseignée, je pourrais vous en citer d'énormes au niveau Géographie enseignée.

L'Algérie va mettre en place une commission chargée d'élucider les crimes de guerre de la France sur son territoire. Voilà qui va soulever enfin une question taboue dans notre pays. L'autocritique n'est pas son fort. On refuse de regarder les réalités en face, les choses sont "tabouisées".

Libre à vous de vous voiler la face... Cela n'amènera rien de bon.



Modifié 3 fois. Dernière modification le 09:26 le 11/02/2010 par Etoile66.
Par Elihah

Re: Lassitude

Bon, on va répéter:
je ne me voile pas la face,
je suis critique envers le système social de mon pays et suis capable d'aller en critiquer d'autres aussi
je tente dans mon métier de faire en sorte que les bases que je donne aux élèves dont j'ai la charge correspondent à ce que je pense dudit système,
j'en ai marre de votre côté donneuse de leçons,
je peux aussi causer de plein d'autres choses que le seul moment historique auquel j'ai fait référence,
je vous laisse à vos certitudes et à votre clivage,
je vous souhaite une bonne journée.

(ouah tous ces 'je' ...mon nombril va exploser...)
Par Etoile66

Re: Lassitude

J'admire vos "arguments"...

Ce n'est donc pas demain que le système risque de changer...

Et l'Education du pays continue, sans remise en question, les "exécutants" justifiant le système qui les oppresse et les paie près de la moitié de ce qu'ont leurs collègues juste derrière la frontière.

Continuez donc, le nez dans le guidon...

Bon courage...



Modifié 1 fois. Dernière modification le 10:28 le 11/02/2010 par Etoile66.
Par Elihah

Re: Lassitude

Wow pitingue, vous faites exprès de ne pas comprendre ou bien?

bon end of transmission pour moi.
Par Compunet

Re: Lassitude

c'est que les gens râlent à longueur de journée contre tout, mais que lorsqu'il s'agit de faire cesser la source de leur mécontentement, là tout le monde se défile et ils commencent à justifier ceux qui causent l'objet de leur colère

ça fait drôle de s'entendre dire ça pour un peuple réputé pour ses révolutions et ses grèves !
il restera aussi à notre actif, pour le plus récent, les manifestations contre la guerre en Irak.....

"La France est un pays de révolutionnaires gouverné par des canailles" titraient déjà (enfin selon les historiens hein) les gazettes européennes au XIXème siècle.......
Par Winston Smith : misanthrope

Re: Profs en retrait, jour après jour

bernard Thibaut invité au congrès de la FSU (première fédération syndicale enseignante)
[www.youtube.com]

2 passages marquants: le premier c'est le commentaire d'un des membres du congrès qui crie "lequel"
le deuxième c'est la banderolle sur continental au moment où elle s'affiche sur le grand écran derrière bernard thibaut qui parle, un militant lève le bras avec une feuille de papier pour cacher la banderolle.


il y a aussi ce film: [www.youtube.com]


le point commun de ces 2 films? l'image des syndicats enseignants entretenue par les médias et les politiques est totalement érronée , de même que l'image de la CGT, il faut aller dans un congrès pour s'en rendre compte.
Par MonaO

Re: Profs en retrait, jour après jour

Entendu tout à l'heure , un dialogue de sourds entre des "grandes gueules" de RMC qui s'offusquaient que les profs du lycée (qui font valoir leur droit de retrait ) ne veulent pas reprendre le travail .

Ils refusent les 8 emplois à temps partiel et en réclament plutôt 4 à temps complet et en CDI . Pour que ces personnes puissent réellement exercer la mission qu'on leur donne pour accompagner les enfants à l'intérieur de l'établissement .
Ils refusent mais oublient d'ajouter à leur souci la précarité d'un emploi à temps partiel .
Non seulement ces gens ne gagneront pas un salaire complet ( déjà misérable ) , en ne pouvant être vraiment efficaces , mais ils devront trouver un autre petit boulot .
Par Etoile66

Re: Profs en retrait, jour après jour

"accompagner les enfants à l'intérieur de l'établissement . "

Si on les avait éduqués à se prendre en mains et si on les avait responsabilisés depuis la maternelle, on n'aurait pas besoin de "les accompagner à l'intérieur de l'établissement".

Terrible, cette vision de l'enfant dans la société... totalement infantilisé dès sa plus tendre enfance jusqu'à l'âge adulte...

Pas étonnant que cela entraîne de la violence.
Par Winston Smith : misanthrope

Re: Profs en retrait, jour après jour

bon là c'est bon je suis désolé mais tu n'y comprends rien, tu penses bien que dans un lycée si on parle d'accompagner on parle pas de leur tenir la main jusqu'à ce qu'ils soient entré en classe. On parle d'élèves qui ont entre 15 et 18 ans et même 20 ans pour certains. on parle de pérennité des postes c'est à dire que la personne embauchée ne change pas tous les 6 mois , si son poste est fixe elle accompagnera l'élève de son entrée en seconde à sa sortie en terminale. La fixité est indispensable pour établir des liens durables. On parle aussi d'accompagnement au niveau de l'orientation et du travail.
Par Etoile66

Re: Profs en retrait, jour après jour

Comme si je n'avais pas compris le terme "accompagner" :-)

Je parle de SURVEILLANTS, de classe où les jeunes sont parqués et "surveillés" pour qu'ils ne fassent pas de "bêtises".

Tout cela n'existe pas du tout dans le reste de l'Europe...

Pas de "grilles" ni de barrière à l'entrée des écoles, sortie et entrée libre, pas de "cahier de correspondance" pour dialoguer avec les parents par-dessus la tête de l'enfant, etc, etc. etc...

Réveillez-vous donc !
Par Winston Smith : misanthrope

Re: Profs en retrait, jour après jour

j'ai déjà répondu à tout ça. Je rajoute juste que dans tous les lycées de France les élèves ont totalement libres d'entrer et de sortir de l'établissement, il n'y a pas de salles de permanence avec des surveillants personnels de vie scolaire pour surveiller les élèves. il y a quelques salles en libre accès pour eux qui voudraient travailler pendant leur heure libre sans aucun adulte , mais elles sont généralement vides car la plupart des lycéens profitent de leur heure de libre pour aller en ville, boire un café, ou discuter entre potes allongés dans l'herbe, et oui surtout dans le sud de la france, certains jours, on peut s'allonger dans l'herbe même l'hiver.

en revanche dans les collèges c'est totalement différent l'autorisation de sortie dépend de la décision des parents qui signent en début d'année un papier pour dire q'ils souhaient que leur enfant puisse sortir librement ou s'il doit rester dans le collège. Par ailleurs en france 100% des enfants sont scolarisés jusqu'en 3° et ils sont tous ensemble ! il n'y a pas des filières d'orientation précoce comme en Allemagne. Pour avoir enseigné dans plusieurs collèges différents que peux t'assurer que si on orientait précocément ne serait-ce que 20% des élèves à l'age de 10 ou 11 ans comme en Allemagne. On pourrait gérer les 80% restant sans aucun conflit et sans user d'aucune autorité ni d'aucune sanction.

depuis le début, ce que tu n'as pas compris c'est que les profs dont in parle ici qui ont arrêté le travail à cause d'un acte de violence, sont des profs dans un lycée, et tu as démontré que tu sembles tout ignorer de la vie dans un lycée français.

tu ignores aussi totalement l'impact de l'organisation du système scolaire allemand dans son principe d'orientation précoce, tu ignores aussi les problèmes de violence qui ont lieu en allemagne comme en france et qui démontrent de façon cruelle la limite de ton discours.

et enfin tu caricatures outrageusement le modèle français avec ton discours libéral sur le désengagement de l'état et tu nous décris l'état français comme si tu décrivais l'état soviétique. Caricaturer un système basé sur des services publics en faisant croire que ça relève du paternalisme et de la perte d'autonomie (en fait d'individualisme) alors que ça relève simplement de l'esprit de groupe et de la solidarité c'est tout simplement faire montre d'un discours formaté par la pensée libérale, c'est uns distorsion de la réalité perpétuée par la propagande politico-médiatique, c'est l'une des caractéristiques de la pensée unique qui assure la pérennité de TINA.
Par Etoile66

Re: Profs en retrait, jour après jour

Amusant ... "tu sembles tout ignorer de la vie dans un lycée français."...

Sûrement, j'y ai enseigné, une grande partie de ma famille est dans l'Education nationale, depuis le prof, en passant par le proviseur, jusqu'à l'inspecteur d'Académie...

Quant à l'Etat-super-papa auquel on a été dressé à tout attendre... les 85% de cumul des mandats en France le prouvent, que l'on vend á la population docile en lui faisant croire que "c'est pour son bien"...

Je signale juste que le cumul n'est que de 16% en Italie et 10% en Allemagne, par exemple...

Sur la France championne du monde de la consommation de psychotropes et de l'art du refoulement... aucun commentaire bien sûr, juste une attaque idéologique de phrases sans cesse répétées sur "la pensée libérale"... l'argument massue qui met fin à toute discussion entre êtres pensants...

Bravo...



Modifié 1 fois. Dernière modification le 14:42 le 13/02/2010 par Etoile66.
Par Winston Smith : misanthrope

Re: Profs en retrait, jour après jour

Citation:
Sur la France championne du monde de la consommation de psychotropes et de l'art du refoulement... aucun commentaire bien sûr, juste une attaque idéologique de phrases sans cesse répétées sur "la pensée libérale"... l'argument massue qui met fin à toute discussion entre êtres pensants...


menteuse j'ai déjà répondu en long en large et en travers, par exemple sur les psychotropes: voir ma réponse ici 16:58 le 10/02/2010

allez je suis sympa je te fais un copier coller (bon j'agrandis pas les caractères et j'utilise pas de couleur tu crois que tu y arriveras?

Citation:
tu n'es pas là pour échanger des arguments, tu n'as pas répondu à la plupart arguments qui t'ont été opposés.

ton discours n'est pas vraiment argumenté par exemple:
"En France, on n'a jamais appris à débattre sans mêler de sentiments aux arguments."....
"C'est une des raisons pour lesquelles la France est champion d'Europe de la consommation de psychotropes depuis des décennies"
le lien entre les deux tu ne l'as pas argumenté, or si 2 faits(non graissés) sont exacts dire qu'ils sont en relation (partie graissée) peut être éronné et c'est sur le bien fondé de cette relation qu'il convient d'argumenter.
exemple: le feu ça brule - c'est vrai ce n'est pas un argument
l'eau ça mouille -c'est vrai ce n'est pas un argument
le feu brule ! et c'est pour ça que l'eau mouille! c'est bien de l'argumentation mais elle est absurde.




Modifié 1 fois. Dernière modification le 15:29 le 13/02/2010 par Fred B.
Par MonaO

Re: Profs en retrait, jour après jour

Rassurez- moi : vous ne dites pas à votre petit bout-de-chou d'aller tout seul à l'école pour le responsabiliser ?

Vous lui mettez une couche de rechange dans son petit cartable ? lavable ?

Vous tenez la main de votre mari quand vous l'accompagnez au restaurant ?

Un traumatisme d'enfance pour votre haine des français en général et des françaises en particulier ?
Par Etoile66

Re: Profs en retrait, jour après jour

"votre haine des français en général et des françaises en particulier ?"

Intéressant comme vous mélanger les arguments et les sentiments...
Ceci embrouille toute réflexion.
Vous pouvez bien sûr vous voiler la face, cela empêche d'avancer.

La France est championne du monde de la consommation de psychotropes, une des raisons est justement le traitement de l'information que vous en faites en rapportant tout à votre personne (où ai-je parlé des "femmes"?) et en y mêlant des sentiments qui vous rendent malade, comme la majorité de vos compatriotes.

Voici quelques informations officielles sur la France, championne du monde - pour une fois - de la consommation de psychotropes, une technique pour évacuer les réalités et se réfugier dans l'irréel:

http://www.assemblee-nationale.fr/12/rap-off/i3187.asp

"La France gouvernée par les tranquillisants":

Il est, depuis longtemps, démontré que les Français sont les champions du monde de la consommation de psychotropes. Cette dénomination englobant quatre classes de produits: les neuroleptiques (appliqués aux psychoses), les anxiolytiques (contre les angoisses), les hypnotiques (lutte contre l'insomnie) et les antidépresseurs (intéressant les troubles de l'humeur). Cette hyperconsommation est d'autant plus inquiétante que ces trois dernières catégories de médicaments du cerveau - initialement réservées au traitement de troubles psychiques - sont maintenant utilisées contre les stress de la vie quotidienne: du chagrin d'amour aux réprimandes du chef de service. Premier sujet d'étonnement, les chiffres détaillés ayant trait aux prescriptions de psychotropes sont jalousement gardés. Aussi bien protégés que les secrets de la défense.

Réveillez-vous donc ! Et cessez de tout ramener à votre petite personne. Vous vous en porterez bien mieux.
En ce qui me concerne, je ne mêle jamais les arguments aux sentiments, je l'ai appris après avoir quitté la France où ni l'école ni l'Université n'en parlent:

Mélanger les sentiments aux faits rend malade.
Par Winston Smith : misanthrope

Re: Profs en retrait, jour après jour

blabla bla déjà répondu ça fait 20 fois que tu nous la fais celle là....
Par Florence Arié

Re: Profs en retrait, jour après jour

Bon, cette histoire de discussion entre purs esprits rationnels, débarrassés du poids des sentiments parasites, ça me fait rigoler. Surtout quand on parle de collèges et de lycées, et donc de rapports avec des ados!
À moins qu'en Allemagne, en plus d'avoir résolu tous les pbs sociaux, on ait aussi appris à se débarraser de ce truc encombrant, l'inconscient (individuel et collectif).
Par MonaO

Re: Profs en retrait, jour après jour

:-))
Je sais , ce n'est pas un argument , je vais me faire disputer .
Par bysonne

Re: Profs en retrait, jour après jour

Ben au stade de la discussion, il n'est plus besoin d'argument. Je me demande quand même quelle est cette histoire de consommation de psychotropes en rapport avec le libéralisme, la surveillance scolaire, je dois dire que là, la relation de cause à effet me fait défaut. En même temps je ne suis pas une étoile, une lumière, je n'ai tout lu, trop fastidieux, alors, SVP, une explication claire et concise, parce qu'on va pas y passer une semaine, hein ...


zut une faute.



Modifié 1 fois. Dernière modification le 17:10 le 13/02/2010 par Bysonfutée.
Par Elihah

Re: Profs en retrait, jour après jour

+1 byson :-)

Et FredB a bien de la persévérance...
Par alain-b

Re: Profs en retrait, jour après jour

Pareil,
et puis à Mona qui a touché juste,
et une mention spéciale à Compunet, tiens, à y être.
Par Etoile66

Re: Profs en retrait, jour après jour

Eh bien, c'est que vous semblez avoir le nez dans le guidon, ce qui vous empêche de voir plus large...

C'est aussi un problème que j'ai souvent rencontré en France, la pensée est cloisonnée en tiroirs, on tire un tiroir bien délimité et ne voit pas l'ensemble... C'est le cas un peu partout, on appelle cela "notre méthodologie" !!!

Bien entendu que la consommation de psychotropes comme pratique pour supporter le refoulement et les tabous imposés par l'éducation depuis l'enfance fait partie du débat sur l'Education.

Si vous ne le voyez pas et ne remettez pas cette pratique en question, je vous plains.

A ceux qui m'ont accusée sur ce fil et d'autres de ne pas "aimer" la France, je vous invite à écouter ces deux émissions sur France Inter, vous les retrouverez dans les archives:

Polynésie, l'ombre de la bombe de ce 14 février: http://sites.radiofrance.fr/franceinter/em/interception/ Vous y admirerez comment l'Etat traite ses citoyens après les avoir ainsi "éduqués".

et

2000 ans d'Histoire, une émission qui replace certains "faits" enseignés de manière assez tendancieuse en France depuis que j'ai fréquenté l'Education nationale...

Il faudrait ouvrir un tout petit peu les yeux et l'horizon...

Bon dimanche !
Par Winston Smith : misanthrope

Re: Profs en retrait, jour après jour

Citation:
Eh bien, c'est que vous semblez avoir le nez dans le guidon, ce qui vous empêche de voir plus large...
Si vous ne le voyez pas et ne remettez pas cette pratique en question, je vous plains.
Il faudrait ouvrir un tout petit peu les yeux et l'horizon...


et toi tu devrais apprendre à dialoguer de manière A R G U M E N T E E
Par Etoile66

Re: Profs en retrait, jour après jour

"Bon, cette histoire de discussion entre purs esprits rationnels, débarrassés du poids des sentiments parasites, ça me fait rigoler."

Votre "remarque" montre que vous n'avez absolument pas compris de quoi il s'agit...

C'est normal, cela n'a jamais été thématisé par l'Ecole en France, ni par l'Université, sauf dans quelques "niches"...

Si vous lisez le rapport de l'Assemblée nationale: http://www.assemblee-nationale.fr/12/rap-off/i3187.asp vous y trouverez quelques remarques pertinentes:

"Il faut souligner que l'Allemagne, qui est le pays européen avec le plus faible niveau d'usage de psychotropes, est aussi celui où la psychothérapie est la plus utilisée.

Une meilleure application des règles élémentaires d'hygiène de vie doit être considérée comme une véritable alternative thérapeutique à la prescription de psychotropes."


Psychothérapie, cela ne vous dit rien ?

Mais peut-être que vous ne voyez pas le rapport.... comme l'intervenant ci-dessous.... On tire un petit tiroir :-)

En conclusion, je vous cite une étude de spécialistes qui savent de quoi ils parlent pour avoir travaillé pendant plus de 30 ans sur le franco-allemand: http://www.jpb.net/intern/download/Article%20Le%20couple%20franco-allemand.pdf. Je vous conseille la lecture de l'article qui va vous sembler irréaliste, mais qui est basé sur plus de 30 ans d'expériences réelles de milliers de personnes sur ce terrain.

"Emotions ou faits
En substance, les Français ont tendance à adopter de nombreux comportements émotionnels, tandis que l'attitude des Allemands correspond à des critères plus rationnels.

Ainsi, témoigne Jean-Louis Haineaux, à la tête du service juridique de Arte depuis la naissance de la chaîne il y a 15 ans, « un Président français a tendance à désigner Arte sous le terme « mon bébé », tandis qu'un Allemand le considère plutôt comme son « outil ».

La prédominance des émotions chez les Français, à laquelle répond celle des faits chez les Allemands, est tout à fait emblématique de leurs différences. "


Je vous conseille d'aller faire un tour sur ce site:
http://www.jpb.net/fr/jpb_vita_breuer.asp
http://www.jpb.net/fr/jpb_vita_debartha.asp
http://www.jpb.net/fr/jpb_notre-vision.asp

en conclusion, deux citations que j'apprécie sur leur site:

Hier, les forts mangeaient les faibles.
Aujourd'hui, les rapides avalent les lents.
Demain, les conscients guideront les inconscients.


"Si tu diffères de moi,
loin de me léser,
tu m'enrichis."
(Antoine de Saint-Exupéry)



Modifié 3 fois. Dernière modification le 09:54 le 14/02/2010 par Etoile66.
Par Florence Arié

Re: Profs en retrait, jour après jour

Vous plaisantez ou quoi? Vous ne citez que des liens commerciaux! (JPB et E&Y)!

Ça me rappelle l'émission avec Lordon où on s'aperçoit que des gens qui travaillent pour des gestionnaires de portefeuilles se retrouvent avec des titres genre "directeur de recherche".
Par alain-b

Re: Profs en retrait, jour après jour

Citation:
Vous plaisantez ou quoi?

Il ne semble pas que cette personne soit très portée vers la plaisanterie,
l'amabilité non plus apparemment, ce qui n'est pas forcément un avantage en politique, même au Modem j'imagine.
Par Etoile66

Re: Profs en retrait, jour après jour

liens commerciaux! (JPB et E&Y)!

Il me semble que vous n'avez pas lu de quoi il s'agit...

Libre à vous de prendre vos informations chez le boulanger ou l'enseignant de maternelle, lorsqu'il s'agit de relations internationales... Ce ne sont pas les échanges au niveau scolaire qui permettent de connaître ce qui se passe hors des frontières.

Les enseignants français sont tellement sous-payés que leurs collègues allemands ou finlandais ne viendraient pas passer bénévolement une année d'échange pour leur permettre de la passer à l'étranger et d'apprendre sur le terrain en vrai, autre que par les récits de journalistes qui ne parlent que le français ou l'anglais (ils parlent d'ailleurs toujours du monde "anglo-saxon" comme si la planète l'était tout entière...)

Iriez-vous faire une année d'échange à l'étranger pour la moitié de votre salaire ? C'est une misère ce qui se passe en France...

Mais apparemment, cela vous satisfait et tous ceux qui essaient de montrer autre chose se font rabaisser au motif que ce serait "commercial".

Quand vous achetez votre pain le matin, c'est commercial ou non ?
Et quand vous achetez vos fringues, elles viennent du ciel ?
Et votre journal, ou votre vélo ? Il n'est jamais passé par le "commerce" ???

C'est maladif de diaboliser tout ce qui contribue à faire fonctionner le pays, de réclamer de l'emploi et de diaboliser ceux qui en créent... l'Etat n'en créant qu'en ponctionnant les impôts de ceux qui créent la richesse. Sans entreprises, aucun emploi, aucun impôt, aucun fonctionnaire...

Ne voyez-vous pas la schizophrénie de ce comportement ?



Modifié 2 fois. Dernière modification le 16:48 le 14/02/2010 par Etoile66.
Par Winston Smith : misanthrope

Re: Profs en retrait, jour après jour

Citation:
l'Etat n'en créant qu'en ponctionnant les impôts de ceux qui créent la richesse. Sans entreprises, aucun emploi, aucun impôt, aucun fonctionnaire...


ha, voilà le loup qui sort enfin du bois :)
Par Winston Smith : misanthrope

Re: Profs en retrait, jour après jour

Citation:
Votre "remarque" montre que vous n'avez absolument pas compris de quoi il s'agit...


tes messages montrent que tu es absolument inapte à nous expliquer correctement les choses. depuis plusieurs jours ton explication sur le pourquoi la France consomme des psychotropes est fantaisiste et ne repose sur rien de cohérent.
de plus ça n'a aucun rapport avec aucun des thèmes traités sur les forums d'@si.
tu crois qu'on sait pas ce que c'est une psychotérapie? ma femme est infirmière psy, une de mes meilleures amies est psychologue clinicienne.
Le france est surtout le premier fabricant européen de psychotropes avec un lobby pharmaceutique très développé.
alors s'étonner que ce soit la france qui en consomme le plus, c'est un peu comme s'étonnner que les américains soient les plus gros consommateurs de hamburgers

par ailleurs quand on dit que la france est le plus gros consommateur de psychotropes on ne parle pas des drogues illicites

on ne parle pas non plus de l'alcool

et on ne sait pas comment cela se répartit dans les tranches d'age.

quand on voit l'attitude des ados anglais vis à vis de l'alcool et des drogues par exemple elle est beaucoup plus inquiétante qu'en France.
voir par exemple ceci:

maintenant pour ce qui est de la façon de discuter moi j'en suis resté à la Grèce antique. Socrate, Platon et Aristote pour le fond et pour ce qui est de la passion dans les débats, on est des méditerranéens et on t'emmerde. Est-ce que nous on vient te faire chier parce que tu parles pas avec les mains, ou parce que tu fais pas des moulinets avec tes bras, ou parce qu'il n'y a pas de pleureuses en Allemagne, ou bien que sais-je encore?

la diversité tu connais? les différences culturelles tu connais? Nous on aime parler en faisant du cinéma, regarde les films de Pagnol.

bon maintenant c'est l'heure de prendre ton lexomil.
Par Florent

Re: Profs en retrait, jour après jour

Haha! Très bon.

Finalement en me réveillant ce matin, après m'être gavé de drogues hier soir, plus le vin rouge pour les faire passer, j'ai enfin vu la lumière.
L'allemand moyen est un surhomme! Ça m'est tombé dessus, comme une évidence. Discipliné et ordonné, l'allemand moyen excelle dans toutes les taches. Sérieux et intègre, il ne cède jamais à la corruption ou à la tromperie. L'allemand aime son prochain comme un frère.
Les jeunes allemands, nés avec le gène germanique du respect de l'autorité, vont à l'école en entonnant gaiement des chants magnifiques (les allemands chantent tous juste). Ils assimilent avec rapidité l'enseignement toujours exact et jamais ethnocentré de leurs professeurs admirables (allemands eux aussi) payés 5000€ par mois.
En allemagne il n'y a pas toujours de limitation de vitesse (seulement là où circulent aussi d'immondes français indisciplinés). En effet, l'allemand, responsable, et maitre de sa Mercedes (à la finition parfaite), roule toujours à l'allure idéale, sans jamais commettre d'imprudence.
Le matin, l'allemand boit son café dans sa cafetière krups, qui ne tombera jamais en panne. Cafetière construite dans une usine allemande où les salariés, allemands, sont heureux d'aller au travail. Ils s'y rendent en chantant (juste), le sourire aux lèvres, emplis de l'amour sincère du travail bien fait. Leur syndicat est en fait une association culturelle, les conflits avec le patronat n'ayant jamais lieu, puisque le patron est un allemand lui aussi, soucieux avant tout du bien être de ses ouvriers.
Les allemands ont des hommes politiques (allemands eux aussi), mais uniquement pour lire des poèmes à la télé. En effet, l'allemand, responsable, n'attend rien de l'état. Il organise la totalité de sa vie lui même. L'allemand moyen ne fraude jamais le fisc, et l'argent qu'il verse aux impôts sert essentiellement à aider le monde entier, gravement sous-développé qui vit à ses crochets. Mais l'allemand n'est pas rancunier, il sait bien qu'il doit aider le faible, et accepte la noblesse de sa tache (guider l'humanité vers le progrès) avec enthousiasme et détermination.
Lorsque l'allemand se rend en vacances au camping de Saigon, il est toujours poli avec les autochtones (dont il parle la langue). Lorsque par hasard il croise un exilé fiscal français et ses douze domestiques sous-payés, il ne se permet pas de lui faire la morale, conscient que son bagage intellectuel ne lui permet pas de comprendre l'erreur dans laquelle il vit. Avant de rentrer chez lui à la nage (l'allemand est sportif et écologique), il aidera les paysans à moderniser leurs techniques de production (bénévolement) et leur offrira l'intégrale de Goethe qu'il aura lui-même traduite en vietnamien.

Donc comment puis-je moi aussi rejoindre la race élue? En effet, je n'en puis plus du français paresseux, égoïste, idiot et imbu de lui-même, malpoli, xénophobe, indiscipliné et drogué que je suis. Dites-moi donc, etoile66 comment faire pour rejoindre la lumière?



Modifié 1 fois. Dernière modification le 18:00 le 14/02/2010 par Florent.
Par bysonne

Re: Profs en retrait, jour après jour

Comment faire pour rejoindre la lumière, etoile66 ? c'est très simple : exploser en plein vol pour devenir une super-nova et éclairer les galaxies pour les siècles des siècles. Amen ! :o)
Par sleepless

Re: Profs en retrait, jour après jour

Post de la semaine !
Par JREM

Re: Profs en retrait, jour après jour

Un tel texte sans atteindre le point godwin!
Bravo!
Par bysonne

Re: Profs en retrait, jour après jour

Ce texte est excellent, j'ai imprimé pour m'en régaler,

J'ai voté + 1 Florent.
Par delphes

Re: Profs en retrait, jour après jour

yes ! j'adore !
+1 aussi !
Par DanetteOchoc

Re: Profs en retrait, jour après jour

Post du mois !
je m'en tape encore les cuisses des deux mains :-)
Merci pour la poilade...
Par sleepless

Re: Profs en retrait, jour après jour

Je vois que madame aime les enchères ? je dirai alors : Post du bimestre !
Par DanetteOchoc

Re: Profs en retrait, jour après jour

ouais ouais moi j'dis les enchères sont pas terminées :-)
Par Compunet

Re: Profs en retrait, jour après jour

sur les psychotropes !....

[quote]

Bien entendu que la consommation de psychotropes comme pratique pour supporter le refoulement et les tabous imposés par l'éducation depuis l'enfance fait partie du débat sur l'Education.

/quote]


petite nuance par rapport aux psychotropes : la France est championne dans les PRESCRIPTIONS, de médicaments en général et de psychotropes en particulier !
ce qui ne veut pas dire que les français les consomment, ils ne sont pas fous tout de même !!
c'est une petite facilité que s'accordent les toubibs, bien briefés par les labos c'est vrai, quand ils ne savent pas quoi répondre à leur patient !!
mais ça ne veut pas dire que les patients gobent tout ce que leur dit et prescrit le médecin.... tout comme il ne faudrait pas gober tout ce que disent les média !!!
Par Etoile66

Re: Profs en retrait, jour après jour

"petite nuance par rapport aux psychotropes : la France est championne dans les PRESCRIPTIONS, de médicaments en général et de psychotropes en particulier !
ce qui ne veut pas dire que les français les consomment, ils ne sont pas fous tout de même !! "


Et même si les Français emportaient les médicaments sans les consommer, comme vous le suggérez, ce serait ce comportement qui enfonce l'assurance sociale, absolument irresponsable.

Mais les faits sont plus nets, même les enfants sont placés sous neuroleptiques. Il faut juste vous informer correctement..
Informez-vous juste un tout petit peu sincèrement... et non en mettant les mains devant les yeux pour ne pas voir les réalités.



Modifié 1 fois. Dernière modification le 16:40 le 14/02/2010 par Etoile66.
Par bysonne

ouarf ouarf !

Les enfants sous neuroleptiques en France ? Non mais ça va pas. Chez moi les enfants hyperactifs, un bon coup de boule et ça repart dans le droit chemin, sans blague .. Je ne suis pas du genre à me laisser emmerder par un enfant, ni par quelqu'un d'autre d'ailleurs, si vous voyez ce que je veux dire ..... voir ici
Par Winston Smith : misanthrope

Re: Profs en retrait, jour après jour

Citation:
"petite nuance par rapport aux psychotropes : la France est championne dans les PRESCRIPTIONS, de médicaments en général et de psychotropes en particulier ! ce qui ne veut pas dire que les français les consomment, ils ne sont pas fous tout de même !! "

Et même si les Français emportaient les médicaments sans les consommer, comme vous le suggérez, ce serait ce comportement qui enfonce l'assurance sociale, absolument irresponsable.



si quelqu'un voit une quelconque rapport entre la problématique soulevée par comunet et la problématique soulevée par la réponse d'étoile, qu'il nous fasse signe. Franchement etoile elle me fait penser à nos hommes politiques, ça fait glisser les problématiques, ça utilise des formules toutes faites qui cachent le vide argumentatif, quand l'argumentation semble être présente elle n'est qu'apparente, un modèle de langue de bois politique, avec un soupçon de vernis commercial, l'argumentation des commerciaux est parfois énorme.
commerciaux, spin doctors et politiciens voilà le monde d'étoile.
ce qui enfonce la sécu, c'est assez simple à comprendre, c'est le néo libéralisme. Y a des jours où on adore regarder les étoiles, et des jours on on aimerait par dessus tout voir des étoiles filantes.
Par Compunet

Re: Profs en retrait, jour après jour

"même les enfants sont sous neuroleptiques"
arggg
en france ?

je suppose que la prochaine généralisation sera : "il faut traquer la délinquance dès la maternelle car tous les enfants de 3 ans sont des délinquants en puissance" !!
euhhh ah non ça c'était déjà pris !!
pris aussi "la pédophilie est héréditaire"
boff doit bien rester quelques autres généralités sur l'enfance non ??



Modifié 1 fois. Dernière modification le 17:24 le 14/02/2010 par COMPUNET.
Par Elihah

Re: Profs en retrait, jour après jour

Je ne lis plus les comms d'Etoile sauf en diagonale pointilliste, comme certains autres postants, mais là:
"même les enfants sont placés sous neuroleptiques"
Rhahaha, mais hého, faudrait arrêter avec les généralités...il eut été plus juste de dire:
" CERTAINS enfants sont placés sous neuroleptiques"' et clairement PAS la majorité des enfants pour lesquels on diagnostique une *réelle* TDAH - d'ailleurs le mouvement général est de NE PAS donner de médoc, on n'est pas aux US où la ritaline a fait des ravages- si on peut faire autrement, notamment si la famille est assez aidée et prête à gérer le souci.
Quand aux zinstits (oui sous payés certes) des enfants hyperactifs ou simplement avec de pbmes comportementaux qui y ressemblent, nous les accueillons en classe tels qu'ils sont, et sans avoir de poids sur le suivi médical de l'enfant, qu'il y ait ou non des PAI PPS PPRE ou pas, parce que c'est pas son rôle, et parce que l'école publique accueille tout le monde c'est son devoir...et même son honneur dans certains cas (comme d'autres collègues, j'en ai eu des 'cas', pfiou.. et c'est pas fini)

Bon, je sens que la star va sauter sur mon comm pour le démonter, histoire de s'amuser (rien d'autre à faire que balancer ici du progermanisme primaire à tous crins? chaipa, une balade?un thé?un bouquin?une thérapie?), donc je me sauve....



Modifié 1 fois. Dernière modification le 17:12 le 14/02/2010 par mebahel.
Par bysonne

Re: Profs en retrait, jour après jour

Salut à Fred, je viens de parler d'étoile filante sur un autre fil, amusant !!!

A Mebahel, je ne me casserai pas à argumenter quoi que ce soit pour Etoile, à quoi bon, trop de clichés dans ses comms.
Par sleepless

Re: Profs en retrait, jour après jour

Ah, l'Allemagne, très beau.

Allemagne : davantage de crèches

La ministre allemande de la Famille, Ursula von der Leyen, entend créer 500 000 places en crèches d'ici à 2013. Avec 250 000 places, le pays fait partie des lanternes rouges de l'Europe. Les crèches y accueillent 14% des moins de trois ans, contre 26% au Royaume-Uni, 27% en France ou 28% en Belgique et... 83% au Danemark. L'objectif de la ministre est de permettre aux femmes de mieux concilier vie familiale et professionnelle, et ainsi d'améliorer la fécondité, particulièrement faible en Allemagne. Sa politique volontariste se heurte à deux obstacles. Le premier est celui des mentalités, à tous les échelons de la société: les mamans qui confient leur enfant à la crèche ou à l'école pour travailler sont encore souvent traitées de mères indignes, des Rabenmütter (mères corbeaux). L'autre est financier: Berlin souhaite que les collectivités locales assument une large part d'un programme qui coûtera 3,5 milliards d'euros, mais ces dernières n'y sont guère disposées.


Alternatives Economiques - n°257 - Avril 2007


Les orientations d’une ré forme du système éducatif et, plus particulièrement, de l’enseignement primaire et secondaire, figurent parmi les thèmes prioritaires du débat politique outre-Rhin. La désaffection progressive des filières d’apprentis sage, le chômage incompressible des actifs les moins qualifiés, le manque pa rallèle de main-d’œuvre qualifiée, mais aussi, plus généralement, les défis de la « société de la connaissance », placent aujourd’hui au cœur des préoccupa tions la question des compétences de base. Dans le sillage des réformes de l’Agenda 2010, l’école est (re)devenue un thème national. Elle en était absente depuis les grandes ré formes post-68 pour ne plus être traitée qu’au niveau de chaque Land, souverain dans la mise en œuvre de la politique scolaire. Le fé­déralisme avait ainsi engendré au fil des années une très grande di versité des politiques éducatives menées dans les Länder, qui s’est traduite par une multi tude de particularismes institutionnels au niveau des catégories d’éta blisse ment, de la durée des cursus, des diplômes délivrés, des rythmes et pro grammes sco laires, du nombre d’heures enseignées, mais aussi de la forma tion, du recrutement et des charges de travail des ensei gnants. Le système éducatif allemand en est devenu illisible non seulement pour l’observateur étranger, mais de plus en plus également pour les acteurs allemands du sys tème. Plus que tout, c’est le constat accablant révélé en 2000 par l’étude PISA de l’OCDE qui a brutalement forcé outre-Rhin la prise de conscience des en jeux de l’école pour la cohésion sociale et la compétitivité de l’Allemagne.

Cirac, mai 2004

Plus de références ICI

J'extrais cette citation :

Le système éducatif allemand en est devenu illisible non seulement pour l’observateur étranger, mais de plus en plus également pour les acteurs allemands du système

Heureusement, Etoile66 a vu la lumière et peut tout nous expliquer...

Allez, Etoile66, candidate aux élections sur les listes MoDem, dont le prosélytisme est un tout petit peu gênant, quand même, surtout à force de raconter des corneries.



Modifié 2 fois. Dernière modification le 21:42 le 14/02/2010 par sleepless.
Par Winston Smith : misanthrope

Re: Profs en retrait, jour après jour

Citation:
Allez, Etoile66, candidate aux élections sur les listes MoDem,


bon, en même temps il leur fallait bien une étoile pour traverser le désert.
Par Winston Smith : misanthrope

Re: Profs en retrait, jour après jour

Citation:
La ministre allemande de la Famille, Ursula von der Leyen, entend créer 500 000 places en crèches d'ici à 2013. Avec 250 000 places, le pays fait partie des lanternes rouges de l'Europe. Les crèches y accueillent 14% des moins de trois ans, contre 26% au Royaume-Uni, 27% en France ou 28% en Belgique et... 83% au Danemark. L'objectif de la ministre est de permettre aux femmes de mieux concilier vie familiale et professionnelle, et ainsi d'améliorer la fécondité, particulièrement faible en Allemagne.


les allemands sont totalement immatures, ils manquent d'autonomie il faut que le super état papa leur construise des crèches, les aident à s'organiser pour concilier vie familiale et professionnelle, et puis aussi leur faire de l'éducation sexuelle parce qu'apparemment ils ont pas trouvé tout seul comment on fait pour se reproduire
Par Florent

Re: Profs en retrait, jour après jour

"La persistance d’un pourcentage apparemment incompressible de jeunes d’une classe d’âge sortant du système éducatif sans certificat de fin d’études (86 000 sur 937 000 en 2000, soit en moyenne 8 à 9 % d’une classe d’âge depuis les années 90) pose la question de la respon­sabilité de l’école dans les phénomènes d’exclusion et de marginalisation sociales. "

"D’autre part, les plaintes exprimées par les employeurs recrutant des apprentis, mais également par les uni­ver­sitaires accueillant les bacheliers, et qui reprochent à l’école de ne plus transmettre les con­nais­sances et compétences de base (l’Allemagne compte près de 4 millions d’illettrés), soulèvent le problème de l’évaluation qualitative, encore insuffisamment maîtrisée, du processus éducatif. "

"Les difficultés croissantes qu’éprouve l’école à contribuer à l’intégration sociale des jeunes is­sus de l’immigration sont particulièrement manifestes dans un système scolaire basé sur la différenciation institutionnelle des cursus dès la fin du primaire."

"Les phénomènes de violences scolaires, certes très isolés, mais parfois très spectaculaires et surmédiatisés déstabilisent la communauté éducative et portent préjudice à l’image de l’école dans l’opinion publique."

etc... etc...

Merci pour le lien sleepless, je bookmark ce site qui m'a l'air intéressant.
Par Etoile66

Re: Profs en retrait, jour après jour

Parce que vous trouvez que la "crèche" est le non plus ultra du bonheur de l'enfant ...

Il existe d'autres systèmes sociaux d'entraide qui semblent vous échapper.. .mais je vois bien que tout débat est impossible.
Militez donc dans votre pays de rêve pour que surtout RIEN ne change.

Ciao...
Par Etoile66

Re: Profs en retrait, jour après jour

Il ne s'agit pas de "généralités", mais de chiffres contrôlables par tous ceux qui veulent voir les choses en face.

Si vous compariez un peu les chiffres au niveau international, vous verriez les pratiques françaises - en pourcentage bien entendu... et elles sont effrayantes.

Il en a été de même avec la prescription de médicaments. Les pays du Nord de l'Europe n'utilisaient pas les antibiotiques à tour de bras pour tout et rien. Il a fallu une campagne du gouvernement en France "Les antibiotiques c'est pas automatique" pour essayer de faire voir les réalités aux gens et tenter de faire changer les comportements.

Il vous suffit de regarder les pratiques française en matière de médicaments - la CONSOMMATION de psychotropes étant en France la plus forte du monde - pour prendre conscience du problème.

Mais apparemment, vous préférez le mépris et réfuter toute réalité vérifiable par tout citoyen honnête... Relisez donc le rapport de l'Assemblée nationale, si vous ne me croyez pas...



Modifié 1 fois. Dernière modification le 09:20 le 15/02/2010 par Etoile66.
Par Winston Smith : misanthrope

scoop : pourquoi les allemands voient des étoiles

D’après plusieurs rapports de divers organismes, la consommation de drogues est de plus en plus répandue en Europe, notamment en Allemagne. Selon un sondage datant de mai 2006, 3,4 millions d’allemands de moins de 40 ans déclarent avoir consommé du cannabis au moins une fois au cours des 12 mois passés. Ce chiffre a augmenté de 1 million en 10 ans. Concernant la cocaïne et l’héroïne, 400 000 personnes en auraient consommé à la même période.
[www.connexion-francaise.com]

Les États-Unis sont le premier pays producteur de bière suivis par l'Allemagne et la Chine. Dans l'Union Européenne, les Allemands en sont les plus gros consommateurs. La consommation française diminue légèrement depuis 15 ans: par habitant et par an en 1996.
[www.alcoolassistance.net]
(commentaire c'est bizarre quand même cette corrélation entre production et consommation vraiment on pouvait pas s'y attendre c'est surprenant)

Alcool: ivresse chez les moins de 13 ans déjà
En Suisse, quelque 75 % des jeunes de 15 ans interrogés ont consommé de l'alcool durant le mois précédant l'enquête, et cela malgré l'interdiction de vendre de l'alcool aux moins de 16 ans. Vu le nombre d'adolescents ayant bu de l'alcool au moins dix fois durant cette même période, la Suisse se trouve dans le premier tiers du classement international quant à la fréquence de consommation, et précède ainsi des pays comme la France, le Portugal, l'Italie, la Grèce et Chypre, auxquels on attribue à tort une réputation de gros buveurs.
Par rapport à l'ivresse, les adolescents de 15 ans vivant en Suisse se situent dans la moyenne européenne : 15 % des jeunes de cet âge ont admis avoir bu jusqu'à l'ivresse au moins trois fois dans les 30 jours précédents. Il est inquiétant de constater qu'à l'âge de 13 ans déjà, un adolescent sur cinq consomme au moins cinq boissons alcoolisées une fois par mois. Cette proportion passe à 45 % chez les jeunes de 16 ans. En comparaison internationale, les pays anglophones ainsi que les « pays à bière », à savoir l'Allemagne, le Danemark, la Belgique et les Pays-Bas, sont en tête de classement.
[www.bag.admin.ch]

Je ne plaisante pas, "la bière, c'est le problème des allemands" et ce n'est pas moi qui le dit mais Monsieur Berthold Koletzko, spécialiste des questions d'alimentation à l'Université de Munich.
Une étude, publiée fin avril par l'Iaso (International Association for the Study of Obesity) a alerté l'opinion publique allemande. Selon cette étude, deux tiers des allemands (75,4 %) et la moitié des allemandes (58,9 %) souffrent d'un excès de poids et 22,5 % des hommes et 23,3 % des femmes sont même tout simplement obèses.
Les français, eux, sont à l'autre extrémité de l'échelle puisque "seuls" 47,5 % des Français et 36,3 % des Françaises devraient surveiller leur ligne.
[desperate-hausfrau.blogspot.com]

conclusion: les allemands devraient réfléchir à l'éducation de leurs enfants, ils devraient peut-être parler avec leurs bras comme les gens du sud de la france, ils perdraient du poids, et puis ils devraient aussi de mettre en colère des fois ça brule beaucoup de calories, ils devraient chahutter en classe, et pusi un peu moins se laisser aller et se prendre en main, ça montre qu'ils sont immatures incapables de se prendre en main. Le fait d'être dans un système totalement angoissant sans aucun sentiment de solidarité nationale et avec des difficultés pour se reproduire fait qu'ils sont obligés de boire de la bière pour trouver du réconfort ou pour oublier, alors que si ils pouvaient crier leur rage et leur angoisse un bon coup ça leur ferait du bien. Il faudrait qu'ils libèrent vraiment la parole. Mais au lieu de ça ils préfèrent se voiler la face sur la réalité. Mais il ne faut surtout pas oublier qu'ils sont les premiers exportateurs de biens de consommation et que donc forcément ils boivent plus de bière que les autres.
en tout cas si les moins de 13 ans boivent autant de bière c'est parce qu'il n'y a pas assez de crèches.

bien sur ce message n'a absolument rien à voir avec étoile filante.
Par Florent

Re: scoop : pourquoi les allemands voient des étoiles

Par Etoile66

Il n'y a pire aveugle que celui qui ne veut pas voir...

"Quand le sage montre la lune, le sot regarde le doigt."

J'admire les documents que vous citez :-)))
Ils parlent pour vous !

On pourrait citer en France toutes sortes de publications idéologues ou xénophobes pour justifier tout et n'importe quoi.

Le rapport de l'Assemblée Nationale cité plus haut semble d'une tout autre qualité...

Libre à vous de ne pas regarder les réalités en face et de chercher toutes sortes de publications pour ne surtout pas modifier quoi que ce soit... puisque tout est parfait dans le pays de France et de Navarre.

C'est le réflexe de ceux qui sont avertis d'un tsunami mais qui n'en tiennent pas compte et montrent le défaut technique les signalant...

Je termine donc là toute intervention sur ce sujet. Vous en serez ravi, et rien ne changera...

Cela me rappelle des tas de discussions avec des amis africains qui m'expliquaient pourquoi les choses ne bougent pas dans la majorité des pays du continent... La majorité des gens sont satisfaits de leur vie et dès que l'un d'eux réussit à créer quoi que ce soit qui sort de la norme, l'entourage utilise toutes sortes de techniques pour lui jeter un "mauvais sort", pour qu'il rentre bien dans le rang, détruisant systématiquement ce qu'il a construit...
Par Florent

Re: Il n'y a pire aveugle que celui qui ne veut pas voir...

Vous êtes sacrément balaise pour réussir dans 99% de vos contributions à utiliser l'argument massue "des amis m'ont dit" et nous offrir ensuite une généralisation sur la base de ces témoignages rapportés. Vous êtes d'une grande médiocrité intellectuelle... mais si l'on vous suit c'est normal puisque vous êtes française après tout.

P.S. Toutes mes félicitations pour "l'argument" digne de Tintin au Congo.



Modifié 3 fois. Dernière modification le 10:15 le 15/02/2010 par Florent.
Par Winston Smith : misanthrope

Re: Il n'y a pire aveugle que celui qui ne veut pas voir...

Citation:
On pourrait citer en France Allemagne toutes sortes de publications idéologues ou xénophobes pour justifier tout et n'importe quoi.


ce sont les paroles d'une experte!
Par Florent

Re:

Je conseille la lecture du rapport 2009 de l'ocde "Regards sur l'éducation 2009" disponible ici. Pour se faire une idée précise de la situation, au delà du baratin que l'on peut parfois lire ici "on sait bien que", "ma soeur qui travaille dans l'EN m'a dit que", "il est évident que", "en Allemagne blablabla".

Citation:
Résumé du rapport
À l’exception de l’Allemagne, des États-Unis, du Japon, du Mexique, de la Pologne et de la Turquie, le nombre d’actifs qui n’ont pas fini leurs études secondaires a diminué entre 1998 et 2006

A la lecture de ce rapport, et mis en perspective par la situation démographique particulière de la France, il apparaitra clairement au lecteur que la politique actuelle en matière d'éducation est purement idéologique et contre-productive. Moins d'enseignants, moins bien formés, alors que les établissements scolaires connaitront à l'avenir un taux de remplissage similaire par le jeu mécanique de la fécondité est suicidaire sur le plan économique.
Par Winston Smith : misanthrope

Re:

une société digne de ce nom doit mettre le paquet sur l'école, une armée de professeurs, plus il y en a mieux c'est. S'il faut économiser, il faut économiser sur tout, sauf sur l'école.
un discours qui vise à démontrer qu'il faut moins de profs et moins de moyens pour l'école ne peut être qu'un discours de mauvaise foi. Il suffit de regarder les pays ou l'école publique est fortement réduite ou inexistante? que font alors les riches? il payent la peau du cul pour offrir l'école (privée) à leurs enfants. Tout le monde sait que niveau budget pur l'instruction de ses enfants, il ne faut pas compter, pas économiser.
on comprend que certains voudraient que l'école soit réservée à l'élite, mais pourquoi le cachent-ils derrière des discours fallacieux? parce que leur position n'est tenable qu'en assumant leur égoisme et leur individualisme, je veux bien payer al peau du cul pour MES gosses, mais tout centime ponctionné sur mes revenus pour les gosses des autres, c'est inadmissible, c'est du racket, une inommable ponction de l'état stalinien bla bla bla....ils ont construit un discours bidon et alambiqué pour défendre l'indéfendable: chacun pour soi et que les pauvres restent analphabètes.
Par Florent

Re:

Oui et non, il y aurait une certaine logique comptable à réduire les dépenses d'éducation si la fécondité était très basse pendant une période longue correspondant à la durée de formation d'un enseignant. Dans les faits, certaines universités privées au japon ont des problèmes budgétaires énormes en raison du déficit d'étudiants (article Asahi Shimbun traduit dans Courrier International). Déplacer temporairement une partie des dépenses d'éducation vers des mesures pour favoriser la fécondité est souhaitable.

Par contre je suis d'accord avec vous sur le fait que la première richesse d'une nation, quelle qu'elle soit, c'est sa population. Sous-investir dans l'éducation est fondamentalement profondément idiot. Se focaliser sur les coûts bruts l'est tout autant, l'étude de l'ocde montre même qu'il est rentable pour l'état de former des diplômés de l'éducation supérieure. Pour autant qu'il faille réellement une étude pour affirmer que l'investissement éducatif est bénéfique à la totalité de la société...
Par Winston Smith : misanthrope

Re:

un texte de 2001

L'autocritique de l'Allemagne, nulle en lecture et en maths
Berlin de notre correspondante
Une débâcle», «une misère», «une catastrophe»... Plusieurs semaines encore après la publication du Pisa (Programme international pour le suivi des acquis), enquête comparative de l'OCDE sur le niveau scolaire des élèves de 15 ans, l'Allemagne ne se remet pas de s'être soudain découverte aussi cancre. Sur 32 pays examinés, elle s'est classée 27e en lecture, seuls les élèves de Lettonie, du Luxembourg, du Mexique et du Brésil s'avérant encore plus mauvais que les petits Allemands. En maths et sciences naturelles, l'Allemagne est arrivée 20e, loin derrière la France (10e en maths, 12e en sciences naturelles). Dans ce pays qui s'imaginait volontiers encore «patrie des poètes et des penseurs», un quart des jeunes ne comprennent rien, ou pas grand-chose, lorsqu'on leur présente un texte à lire, a révélé l'enquête.
«Nous ne pourrions pas donner un livre entier à lire à nos classes», confirme Uwe Duske, directeur de la Hauptschule de Berlin-Lichterfelde, quartier plutôt bourgeois de l'ouest de la capitale. «Pour beaucoup trop d'élèves, la lecture est devenue une culture étrangère. Et l'on ne peut pas dire que ce soit la faute aux élèves étrangers, puisque 82 % de nos élèves sont d'origine allemande.» Sous le choc du Pisa, tous les principes qui ont fait la particularité et la fierté de l'enseignement allemand sont soudain remis en question: le fédéralisme, qui délègue aux 16 Länder (Etats régionaux) toutes compétences ou presque en matière d'enseignement, la pédagogie antiautoritaire développée depuis 1968, la demi-journée qui concentre les cours de 8 à 13 heures, et surtout le tri précoce, à 10 ans, entre les meilleurs élèves, envoyés vers les Gymnasium (les lycées, menant aux études universitaires), les élèves moyens, expédiés vers les Realschulen (débouchant sur les écoles professionnelles), et les plus mauvais, casés dans les Hauptschulen (écoles principales).
Contingent. Car les travaux de l'OCDE ont montré que le système scolaire allemand est encore plus ségrégationniste que l'américain ou le britannique: de tous les pays testés, l'Allemagne est celui où l'origine sociale des élèves détermine le plus sûrement leur parcours scolaire. «Le système est simple, enrage un ancien élève orienté à l'âge de 10 ans vers une Hauptschule. Dans leurs classes, les profs ont besoin d'un contingent de bons pour le lycée, de moyens pour la Realschule et de nuls pour la Hauptschule. Ils n'ont pas besoin de se soucier de rattraper un élève qui décroche.»
L'Allemagne a un grave problème d'enseignants, reconnaît Rainer Lehmann, professeur de pédagogie à l'université Humboldt de Berlin. «A l'université, les étudiants qui s'orientent vers le métier d'enseignant sont plutôt ceux qui ont des résultats moyens.» La règle impose en outre aux professeurs de lycée d'étudier puis d'enseigner deux matières, souvent totalement différentes. «Cette combinaison entre une compétence souvent réduite et la destruction du principe d'autorité depuis 68 peut être désastreuse», observe Rainer Lehmann. Car l'école «ludique», développée en réaction à l'autoritarisme nazi, livre des élèves qui n'ont pas «appris à apprendre» et «ont de plus en plus de mal à se concentrer sur un travail», déplore le président de la Fédération des enseignants allemands, Josef Kraus. «Les examens, jusqu'au bac inclus, ne sont pas centralisés: chaque établissement choisit ses sujets d'examen, en fonction de ce qu'il a enseigné ou pas, dénonce-t-il. Tout cela conduit à un nivellement vers le bas car, même dans les Länder les plus exigeants, comme la Bavière, les parents protestent qu'en Rhénanie-Westphalie leurs enfants auraient le bac sans difficulté.»
Sélection précoce. De ce constat général de crise, les responsables politiques tirent des leçons contradictoires. Les Länder conservateurs (Bavière, Bade-Wurtemberg...), adeptes de la sélection précoce et d'un enseignement plus strict, soulignent que leurs méthodes leur assurent des résultats bien meilleurs. Les Länder à dominante social-démocrate (Rhénanie-du-Nord-Westphalie, Berlin...), qui ont tenté depuis les années 70 de retarder la sélection et de prendre en charge les enfants toute la journée, soulignent que les pays les mieux classés par le Pisa ont généralement des systèmes de ce type. La conférence des ministres de l'Education des 16 Länd3er, réunie en urgence pour réagir au Pisa, n'a pu s'entendre que pour prôner «des réponses complexes et différenciées», un effort accru d'apprentissage de l'allemand pour les enfants d'immigrés ou une meilleure évaluation des écoles. Les responsables politiques attendent en fait les résultats détaillés, région par région, qui ne seront pas publiés avant l'été. A défaut de remèdes, la prochaine bataille de l'enseignement est déjà programmée.

LE MONDE | 04.12.01 | 12h11
Par Winston Smith : misanthrope

défendre l'école publique est-ce corporatiste?

Non car dans les pays ou le système privé est surdéveloppé et le public réduit à peau de chagrin, les profs sont beaucoup mieux payés. Défendre l'école publique c'est être certain de conserver nos salaires de misère. Les profs qui luttent pour 'école publique défendent donc l'intérêt collectif, le contraire du corporatisme.
-----------------------------------------------------------

« Les Etats-Unis devront renouveler les deux tiers du corps enseignant d’ici dix ans. Si les médias accordent une large place aux questions de discipline ou de rythme scolaire, ils négligent l’essentiel, affirme Paulo Santiago, de l’OCDE: la qualité de l’enseignement baisse. Toutes les recherches montrent, souligne-t-il, que les enseignants ont une influence primordiale dans la réussite scolaire. Voilà qui augure mal de l’avenir de beaucoup d’enfants, en particulier des plus défavorisés. Aux Etats-Unis, 60% des enseignants en poste dans les quartiers pauvres n’ont aucun diplôme pédagogique. Plus de la moitié des professeurs de physique et 33% des professeurs de maths n’ont pas même de diplôme universitaire dans la matière qu’ils enseignent. »Cynthia Guttman, journaliste au Courrier de l’UNESCO
Chicago: Dans les quartiers les plus pauvres, la pénurie d’enseignants est forte. Dans les écoles publiques de Chicago, la quasi-totalité des élèves vit dans la pauvreté. Pour parer à la désaffection des enseignants, le système offre des avantages conséquents.    «Recrutez tant que vous voudrez, offrez aux enseignants des avantages mirifiques… Si les conditions de travail sont insupportables, ils s’en iront».... Le budget est donc passé de 500 000 dollars à 2,1 millions de dollars en trois ans, et les «recruteurs» de 2 à 12. ...A long terme, qu’en restera-t-il? De plus, les «chasseurs de tête» offrent des avantages intéressants. Titulaires d’une licence (bachelor’s degree), les enseignants débutants peuvent gagner de 35 521 à 39 365 dollars la première année et de 37 981 à 41 825 dollars s’ils possèdent une maîtrise (master’s degree)Julie Blair, journaliste à Education Week (États-Unis).
d'après un enseignant français aux USA:
Le salaire de base d’un enseignant US débutant (et non diplômé) s’établit à environ 40 000 $ /an (280 000F soit environ 25 000 F par mois. Avec toutes couvertures sociales.
Ce salaire peut aller jusqu’a 55-60 000 $ /an en fin de carrière, suivant les counties (près de 40 000Fpar mois). 
Les enseignants US sont considérés comme très mal rémunérés et personne dans le paysage social ne songe a nier leur travail difficile.
Le projet est donc de faire passer le salaire de début à 48 000$ avec des incitations à la stabilité (une moitié des enseignants quittent le métier au bout de 5 ans pour des pratiques mieux rémunérées), des emprunts donc gratuits ( 20 000$= 140 000F) pour acheter un logement, cet emprunt est “oublié” au bout de 5 ans de profession, des primes au financement des études universitaires des enfants ( 20 000$), des primes de difficulté selon les lieux (10 000$), etc.
Un professeur d’université qui fait 15 heures d’enseignement par semaine se voit offert une année sabbatique obligatoire et payée intégralement tous les 7 ans, pour faire des recherches, écrire un livre, se ressourcer. Nombre de ces enseignants ont d’ailleurs d’autres activités professionnelles parallèles.  Rappelons aussi que le salaire est indexé sur le coût de la vie dans le lieu considéré. En France, qu’on enseigne à Paris au bout de 20 ans avec 10 000 balles par mois ou à la campagne on a le même salaire.
Par Winston Smith : misanthrope

allemagne et royaume uni des exemples à suivre?

Le Rapport du Conseil d’Etat du 20 mars 2003.

Ce rapport intitulé « Perspectives pour la fonction publique » a pour objet la réforme de l’Etat. Or, son contenu contredit radicalement les affirmations du ministre quant à la garantie d’un recrutement national des enseignants et la garantie de programmes et de diplômes nationaux.
Le Royaume-Uni et l’Allemagne y sont présentés comme des modèles à suivre. Et dans le but de permettre la libre circulation des travailleurs -et donc des professeurs- au sein de l’Union Européenne, il y est préconisé un alignement du système de leur recrutement sur celui de pays voisins. Concrètement, il y est stipulé que les enseignants ne seraient plus recrutés sur concours national, mais à partir du diplôme de Licence européenne (+ 3 après le secondaire), et que ce recrutement ne s’effectuerait plus sur la base du statut de la fonction publique du 19 octobre 1946, mais suivant les principes du privé : principaux et proviseurs recruteraient à partir d’un « document contractuel tenant compte d’un échange de vues préalables et prenant acte d’engagements réciproques », étant entendu que « les caractéristiques de l’emploi n’ont pas nécessairement à être identiques dans toutes les régions ou dans tous les établissements d’une même région. »
Et à la page 344 du rapport, on peut lire : « Ainsi pour prendre un exemple concret, le contrat d’affectation sur emploi ne devrait pas stipuler que l’emploi en question est celui d’un professeur dans l’un des collèges de la région d’Ile de France, mais celui de professeur dans tel collège, tant il est évident que les caractéristiques de l’emploi, les objectifs concrets que l’on peut assigner à son titulaire, et les appuis, notamment en termes de formation, que l’on peut lui consentir pour atteindre ces objectifs, n’ont pas nécessairement à être identiques pour tous les collèges de cette région. ».. On ne saurait mieux dire : plus de contenus d’enseignement et donc de diplômes nationaux ; selon la citation, il n’y aurait même aucune garantie de contenus et de diplômes régionaux ; chaque établissement pourra définir ses programmes et ses critères de recrutement ! (aller voir les conséquences néfaste de ce principe sur le modèle allemand dans le I)10)
Nature des emplois, contenus des enseignements et valeurs des diplômes étant soumises aux réalités socio-économiques locales et à la manière dont les entreprises y investiront de l’argent et s’y investiront afin de pouvoir se pourvoir directement en main d’œuvre, on voit bien les conséquences que cela aura en matière d’inégalité. La qualité de l’enseignement et des contenus, mais aussi la valeur des diplômes variera d’une région à une autre et d’un établissement à un autre en fonction des choix politiques et des réalités socio-économiques locaux. Pour intégrer telle école, telle université ou aborder telle formation, il vaudra mieux avoir fait ses études dans un établissement de quartier huppé ou dans une région riche que dans un établissement de banlieue ou dans une région pauvre. L’inégalité des chances face à l’éducation et à la professionnalisation sera radicalisée. On aboutira à une situation similaire à celle qu’on observe déjà en Espagne ou en Allemagne, où il n’existe pas d’examens nationaux, où l’admission dans telle ou telle université se fait sur concours ou dossier et où un élève sortant du secondaire en Andalousie, région la plus pauvre d’Espagne, aurait aussi peu de chance d’intégrer une université de Catalogne, région la plus riche, qu’un élève sortant du secondaire dans le Brandebourg en aurait d’intégrer une université de Bavière.
Mais nul n’est besoin de faire de telles spéculations pour mesurer les dangers de la décentralisation telle qu’elle est mise en œuvre. Le constat de ses premières répercussions parle de soi-même.
Par Winston Smith : misanthrope

magnifique école allemande !

L'école allemande : un exemple à ne pas suivre

Ecole maternelle :  Elle n'existe pas !
 Il existe des Kindergarten (système de garderie) ouverts de 8h00 à 12h00.
 Elles sont subventionnées par la ville et l'Église (catholique ou protestante).Elles sont payantes.
 Le personnel a un diplôme d'éducateur de jeunes enfants préparé en deux ans au niveau Brevet des collèges. (pas de pédagogie, pas de psychologie de la petite enfance, un niveau de culture générale faible pour les personnels municipaux).
 Les listes d'attentes sont surchargées et il est vivement conseillé de présenter un certificat de baptême pour pouvoir y accéder ! On vous le demande très clairement lorsque vous téléphonez pour inscrire votre petit.
 Il n'y a pas de sections et on n'y offre aucune espèce de forme d'apprentissage (heureusement puisque tous les enfants ne peuvent y avoir accès…)
 En moyenne, les enfants débutent à l'âge de 4 ans. Les mères ayant une activité professionnelle ne peuvent avoir recours à aucune autre forme de garderie subventionnée (à moins d'être un « cas social », c'est-à-dire être seule à élever son (ses) enfant(s).
Ecole primaire
 Les enfants y sont admis s'ils ont 6 ans avant le 30 juin. S'ils sont nés en juillet ou après, ils entreront en primaire à presque 7 ans.
 Les écoles sont subventionnées en partie par l'Église (les cours de religion y sont obligatoires)
 Les enseignants sont embauchés après une candidature et un entretien auprès du directeur. Ils doivent être cautionnés par le diocèse. On a vu des cas de licenciement pour divorce et vie maritale avec un partenaire divorcé dans des villages de Bavière réputés pour leur application stricte des préceptes de l'Église catholique.
 Le même enseignant suit sa classe pendant 4 ans (6 dans les Länder de Berlin et Brandenbourg). Durant ses études, il a choisi deux spécialités, il n'est pas polyvalent. Il se débrouille avec les autres matières, mais ce n'est pas grave : il n'y a pas de programme national ! ! !
 Les enseignants ne passent pas de concours mais un diplôme pédagogique. Ils ne sont pas automatiquement fonctionnaires.
 Dans les années 80/90 nombre d'entre eux étaient au chômage et les étudiants se sont désintéressés de cette voie professionnelle. Maintenant, le manque d'enseignant oblige les Länder à recruter du personnel non qualifié, sans formation pédagogique et beaucoup de matières ne sont pas pourvues.
 Selon les moyens financiers du Land, l'élève bénéficie de 18 à 24 heures d'enseignement hebdomadaires.
 L'enseignement a lieu le matin. Les élèves terminent leur journée scolaire en milieu de journée. Il n'y a pas de cantine. Ils rentrent chez eux pour manger et si leur mère travaille, sont livrés à la rue ou à la TV. L'après-midi, les activités artistiques, sportives ou autres sont payantes. Il n'existe pas de transport organisé pour les y conduire…
 Une mère de famille désireuse de ne pas abandonner sa profession doit pouvoir assurer les frais de garde de ses enfants à domicile.
 En Allemagne, les femme choisissent entre une vie professionnelle ou une vie de famille. La natalité est en baisse . Les femmes abandonnant leur activité professionnelle pour élever leurs enfant (contraintes ou non) ne sont pas comptabilisées dans les chiffres du chômage…
 Après les années de primaire (l'enfant a 10 ans), l'orientation a lieu. Elle est définitive !
Par Etoile66

Re: magnifique école allemande !

C'est du n'IMPORTE QUOI !!!

De la pure désinformation... le tout vu à travers une lorgnette bien idéologique, loin des réalités de la cohésion sociale du pays... qui n'a pas besoin de tout réclamer à un Etat qui serait le super-papa de citoyens infantilisés.
La société est très bien organisée, heureusement et a une grande cohésion sociale. C'est d'ailleurs pourquoi en 30 ans, je n'ai connu qu'une grande grève, et jamais de coupures d'électricité... en Ile-de-France, entre 2000 et 2002, j'en ai connu au moins 7 et des grèves permanentes ou des "services en dérangement, nous vous prions de nous excuser.." Les gens laissent leurs vélos dehors depuis des décennies, ils ne sont pas volés, en IDF, un vélo ne tient pas la nuit dehors, immédiatement "volé"... Tout est une question d'EDUCATION et ce n'est pas l'Etat-super-papa qui éduque, mais la société dans son ensemble qui se prend en mains...

Cela semble vous déranger, apparemment...



Modifié 1 fois. Dernière modification le 12:21 le 15/02/2010 par Etoile66.
Par Etoile66

De la pure intox et il ne s'en rend même pas compte !

...



Modifié 2 fois. Dernière modification le 12:25 le 15/02/2010 par Etoile66.
Par Etoile66

Re: De la pure intox et il ne s'en rend même pas compte !

A lire Fred B, la France est un paradis actuellement, qui risque de se perdre...

Il faut être soit aveugle, soit tellement blindé idéologiquement pour penser ce discours... au vu des réalités du terrain depuis des décennies...

Tout est parfait dans notre pays, il ne faut surtout RIEN changer, sinon on court à la catastrophe...
Par Winston Smith : misanthrope

vive l'école anglaise !

Enseignante à la Réunion d'origine écossaise je souhaiterais m'adresser aux parents et rendre compte de l'état de l'enseignement en grande Bretagne, modèle que le gouvernement français semble vouloir adopter.

Dans mon pays l'éducation dépend des régions et dans nos établissements il n'y a pas d'assistantes sociales, d'infirmières, de conseillers d'orientation , de surveillants, de CPE, d'intendants.
Tout le travail de ce personnel essentiel et donc qualifié est donc effectué par les professeurs (qui ont beaucoup plus d'heures de cours) et par les chefs d'établissements - des personnels qui n'ont pas la formation pour accomplir ce travail.

Qu'est ce que cela veut dire concrètement pour les élèves et les parents ?
La qualité de l'enseignement est nettement inférieure parce qu'on ne peut pas exercer plusieurs métiers en même temps et qu'il est alors difficile de consacrer suffisamment de temps à nos élèves, à la préparation des cours et aux corrections. Résultat : le travail est superficiel et les devoirs simplifiés sont souvent corrigés en classe par le voisin.

Des enseignants surmenés quittent la profession et il y a des problèmes de recrutement. Dans certaines régions on bouche les trous en primaire avec des étudiants d'autres pays européens. Dans le secondaire les enseignants remplacent leurs collègues malades : un professeur de maths peut remplacer un collègue en allemand par exemple ! Résultat : aucune garantie de qualité.

Un taux d'absentéisme alarmant chez nos élèves, faute d'un encadrement efficace ( pas de surveillant, ni de CPE) Résultat : davantage de délinquance.

Depuis 10 ans énormément d'écoles en Angleterre ont décidé de quitter le public pour devenir « Independent Schools » et sont ainsi devenues payantes. Résultat : des écoles de qualité pour ceux qui en ont les moyens et l'école publique démunie pour les autres.

Personnellement je ne mettrais pas mes enfants dans une école publique chez moi et je n'arrive pas à croire que les Français vont accepter qu'on leur impose un tel modèle.
L'éducation de nos enfants n'a pas de prix. En reléguant progressivement le système éducatif aux régions, celles qui sont les plus démunies n'auront d'autre choix que de se tourner vers le privé , amenant un modèle d'école à deux vitesses. Dans mon pays nous n'avions pas compris les dangers et nous en payons maintenant lourdement les conséquences. Je souhaite de tout mon coeur, pour nos enfants, que les Français vont réagir.
Il faut protéger l'égalité des chances pour chaque enfant.

En France le système d 'éducation est d'une très haute qualité.
Si vous ne me croyez pas allez voir comment cela se passe ailleurs.
Cette mobilisation concerne tous les Français, de toutes les régions, dans le public et dans le privé.
Le personnel de l'éducation nationale est dans la rue aujourd'hui avant tout pour protéger l'avenir de vos enfants, de nos enfants.
Venez nous parler, venez demander des explications.
Vous comprendrez alors que nos inquiétudes sont aussi les vôtres.
Par Winston Smith : misanthrope

l'école de demain si on ne fait rien

L’école de demain ? Des locaux moins bien entretenus ; des tableaux pas toujours nettoyés ; des prix de repas deux fois plus élevés ; certains élèves qui mangeront chaud dans la salle de restauration tandis que leurs camarades grignoteront un sandwich sur les bancs de la cour de récréation ; des cours de récréation où traîneront des papiers ; l’absence d’activités péri-éducatives pour occuper les moments où les élèves n’auront pas cours ; des remplacements d’enseignants en quantité et en qualité moins bien assurés ; une prise en charge des élèves par la vie scolaire en déliquescence ; une aide au devoir réalisée par des assistants d’éducation qui n’en sauront pas forcément plus que ceux qu’ils aident ; des retraités qui mettront toute leur énergie à calmer les cas difficiles et à maintenir l’ordre dans les couloirs ; des mères de famille qui s’époumoneront pour que les heures d’étude se passent au mieux ; des élèves en situation de détresse qu’aucun système de solidarité ne pourra aider, qu’aucune assistante sociale ne pourra écouter et qu’aucun médecin scolaire ne pourra soigner ou signaler ; des classes surchargées ; comme autant de symboles, des conseillers d’orientation dont la suppression donne un air de « no future » à toute chose…

Cette évocation vous paraît outrée ? Eh bien sachez qu’elle s’est pourtant limitée au secondaire et que rien n’y a encore été dit sur ce qui se passe dans l’enseignement supérieur, lui aussi en branle-bas de combat, dans les lycées professionnels, dans le primaire et dans les maternelles.
Sachez par exemple qu’il serait question de retirer tous les professeurs des maternelles pour les mettre dans le primaire, que l’enseignement public ne se chargera plus des enfants qu’à partir de 6 ans et que les maternelles se borneront à n’être plus que des garderies ou des crèches… pour la plupart payantes bien sûr !

Quant à l’école d’après-demain ? Une école à plusieurs vitesses et des fossés qui se creusent entre les pauvres et les riches, les favorisés et les défavorisés de la culture, les bien nés et les moins bien nés ; une école dont l’Etat ne garantit l’égalité ni des programmes ni des formations ni des diplômes ; une école de l’inégalité instituée en règle.
Inégalité géographique : d’un côté, des régions pauvres aux diplômes dévalués ; de l’autre, des régions riches dont les diplômes feront autorité.
Inégalité sociale au sein des régions : pour les enfants de l’  « élite », quelques établissements privés qui dispenseront un véritable enseignement  et qui leur permettront de rester dans l’  « élite » ; pour les enfants du peuple, un service public au rabais, débarrassé du projet d’instruire et recentré sur ce que l’on appelle publiquement la socialisation ; pour les premiers, des cursus diplômants qui leur permettront de se caser et se recaser plus facilement ; pour les autres, des orientations soumises aux réalités socio-économiques du terrain et au souci de pourvoir au plus vite ( c’est-à-dire de la manière la moins diplômante) les entreprises locales en main d’œuvre, au risque de freiner la mobilité et de nuire aux possibilités de reconversion professionnelle en cas de licenciement.
Impossible ?
Voir ci dessus comment fonctionnent les écoles maternelle et primaire en Allemagne, qu’on nous présente en modèle :
Par Winston Smith : misanthrope

L'école de vos enfants en 2020.

Erwann est un élève scolarisé en 3ème en 2020. Sa journée pourrait ressembler à ce qui suit.

.. A 7h45, Erwann élève de 3ème, franchit l'entrée du lycée. Les deux retraités et le postier au chômage embauché dans la cadre du PARE ont été recrutés par l'établissement et ont bien du mal à reconnaître tous les élèves : il n'y a plus d'étudiants surveillants, mais des assistants d'éducation recrutés localement.

.. A 8 h, Erwann rejoint ses 35 camarades de classe et découvre son nouveau professeur. " de mathématiques, le troisième de l'année : plus de titulaires remplaçants mais des vacataires payés pour 200 heures, pas d'ancienneté ni de mauvaises habitudes.

.. A 9 h, Erwann rejoint le cours d'anglais de Madame Bondu. Un cours bien calme. Faut dire que cette brave Madame Bondu va sur ses 69 ans, elle arrivera enfin à ses 45 annuités de cotisation l'année prochaine.

.. A 10 h, dans l'escalier Erwann évite les papiers qui jonchent le sol : plus d'agent d'entretien dans la journée, trop cher pour le budget de la région. Les sociétés privées ayant remporté l'appel d'offre assument le minimum pour dégager des bénéfices. les équipes de nettoyage tournent sur différents " sites ", en flux tendu.

.. A 11 h, Erwann rejoint le cours de français de Monsieur Durand. Lui devait partir en retraite avant 65 ans car il avait placé de l'argent, d'abord au CREF, puis dans l'épargne salariale gérée par certains syndicats qui délivraient des " labels éthiques " aux entreprises collectant les sommes. Mais la société a fait faillite avec la crise boursière d'il y a deux ans. Il paraît que les marchés ont toutefois été ainsi assainis. Alors, peut-être demain, le pot d'adieu.

.. Midi, la cantine. Un employé de la Société de Restauration remet à Erwann son plateau-repas sous cellophane, plus de cuisine préparée sur place, mais toutes les normes de traçabilité sont, paraît-il, respectées. Par la fenêtre Erwann observe ses camarades manger un sandwich. Eh oui ! la société privée de restauration doit dégager des bénéfices. Le repas n'est pas donné et il n'y a plus de fonds sociaux. Heureusement, le rétablissement du travail à partir de 14 ans permet à certains de se payer un sandwich en travaillant tous les soirs et le week-end.

.. A 14 h, Erwann se réjouit d'aller manipuler en sciences physiques, hélas comme en SVT, il ne touchera à rien, plus d'agent de laboratoire. et les dédoublements de classe ont été supprimés par manque de moyens financiers. Sans parler de Madame Lavy qui refuse toute manipulation des élèves depuis qu'elle est responsable pénalement de tout accident. La société d'assurance de l'établissement refuse de couvrir les disciplines " à risques " comme la physique ou le sport.

Ainsi se déroule la journée d Erwann, et même s'il souffre de cette situation, pas question de trouver de l'aide auprès de l'infirmière ou de l'assistante sociale : plus de personnel médico-social rattaché à l'établissement depuis la décentralisation, quelques permanences irrégulières toutefois grâce à la ténacité du conseil d'administration marqué par des élus politiques " de gauche ".

Quant à son avenir, Erwann aimerait travailler dans la chaudronnerie comme son grand frère, mais où se renseigner, à qui en parler ? Plus de conseiller d'orientation dans l'établissement. Sans parler que les diplômes des métiers de la métallurgie n'ont plus les honneurs depuis que le patronat a décidé de délocaliser ces activités à l'Est et dans les zones franches, et que la convention nationale de la métallurgie a disparu. Son grand frère espère pourtant un jour décrocher un CDI pour " faire sa vie " et en finir avec " la galère de la précarité ".. Il finance des cours à distance pour obtenir une compétence permettant d'être employable. et y consacre ses soirées et ses week-end.

Si nous laissons faire, ce scénario catastrophe, inspiré des annonces du gouvernement et de la réalité de certains pays où la libéralisation de l'école a eu lieu, peut devenir la règle ici aussi. C'est pour empêcher la casse programmée de l'école, la casse des statuts du salariat obtenus par des dizaines d'années de lutte syndicale que les personnels de l'Education nationale sont en grève à l'appel des organisations syndicales.
Ce mouvement a besoin de votre soutien, il y va du devenir de notre système éducatif, de l'avenir de nos enfants et de l'avenir de tous ! Quelle société voulons-nous ?

L'école n'est pas une entreprise ! L'éducation n'est pas une marchandise !
Par DanetteOchoc

Re: L'école de vos enfants en 2020.

Merci, c'est tout simplement génial. Ou horrible.
Prémonitoire, en tous cas.
Par Elihah

Re: L'école de vos enfants en 2020.

Danette, c'est un texte qui circule depuis un bon moment (avec un prénom différent pour le gamin, parfois), comme quoi les enseignant-e-s savent s'amuser :-)

Pour Florent: ha ben pourquoi pas, alors cette névrose identitaire germanophile ne serait qu'une campagne électorale?
Tsss.. tout se perd, ma parole.
Ceci posé, d'autres ont en effet changé de pseudo sur @si (ce qui ne change rien: en fait, on les reconnait).

LPR: PMS ? ... tss.... allons allons...
Par Elihah

Re: Profs en retrait, jour après jour

Merci à Sleepless, Florent et FredB: je ne garde pas les réfs des trucs que je lis, seulement l'info en tête, donc ce que je dis paraît parachuté, et pourtant...

Et SVP, gens qui avez ou non des enfants en âge d'y aller, battez-vous pour que l'école publique puisse exercer dans de meilleurs conditions, et surtout pour que la préélem (maternelle) subsiste...parce que nous les zinstits de ces niveaux, ne sommes pas du tout, masi alors pas du tout, écout-é-es...les fermetures de classes se font à tour de bras, malgré l'afflux d'élèves,mais vous n'en entendez guère parler...
Par Etoile66

Re: Profs en retrait, jour après jour

A lire Fred B, la France est un paradis actuellement, qui risque de se perdre... tous les autres pays qui nous entourent connaissent... l'enfer....

Il faut être soit aveugle, soit tellement blindé idéologiquement pour penser ce discours... au vu des réalités du terrain depuis des décennies...

Tout est parfait dans notre pays, il ne faut surtout RIEN changer, sinon on court à la catastrophe...
Par Winston Smith : misanthrope

Re: Profs en retrait, jour après jour

tiens c'est marrant ça, maintenant qu'on te parle d'Allemagne tu nous reparles de la France? Ton pseudo aurait du être "savonette" cela aurait été plus adapté. Chère étoile filante de mauvaise foi ce que je dis depuis le début c'est pas que la France est un paradis, ce que je dis c'est que la France et l'Allemagne ont chacune des différences anthropologiques. toi ce que tu nous dis par contre c'est que la France c'est pourri mais que l'allemagne c'est génial.
la France c'est pourri mais pas pour les raisons que tu dis. Et en Allemagne il y a des tas de problèmes il fallait donner le contrepoids de ta propagande grossière. Mon petit doigt me dit qu'une fois les régionales passées on te verra beaucoup moins par ici.
Par Elihah

Re: Profs en retrait, jour après jour

Dites, star66, on n'a dit nulle part que c'était parfait, on vous explique depuis le début qu'on critique les pbmes du système en cours, mais qu'on ne va pas le jeter en entier aux orties par simple comparaison avec un autre système qui connaît, lui aussi, des défaillances, et qui ne se place pas dans le même système socio-économique.



Modifié 1 fois. Dernière modification le 12:49 le 15/02/2010 par mebahel.
Par alain-b

Re: Profs en retrait, jour après jour

'tin c'est hallucinant ça, dire que Fred B considère la France comme un paradis !
Mais vous les avez lu ses contributions ?
Vous atteignez des sommets [www.youtube.com]
Par Winston Smith : misanthrope

Re: Profs en retrait, jour après jour

etoile filante ne lit pas mes contributions mais elle y répond quand même. Etoile filante ne lit pas grand monde elle n'est pas ici pour discuter mais pour prêcher, ça crève les yeux...au lieu d'éblouir...
Par Florent

Re: Profs en retrait, jour après jour

De mieux en mieux, bravo. Visiblement vous faites un concours de mauvaise foi, mais avec qui? Mystère. Quel est le premier prix?
Par Florent

Re: Profs en retrait, jour après jour

Mais qui est donc etoile66 qui signait ses premières contributions sur ces forums "Danièle Douet"? Serait-ce cette candidate UDF/Modem?

2'46'' :
"Je suis une personne qui écoute."
"Chaque être humain est pour moi comme un univers... un cosmos. [...] Je suis habituée à voir beaucoup de monde, a les écouter pendant très longtemps."

Auriez-vous perdu vos bonnes habitudes?



Modifié 1 fois. Dernière modification le 15:03 le 15/02/2010 par Florent.
Par LPR

Re: Profs en retrait, jour après jour

Wow ben ici aussi c'est Rock'N Roll dis-donc !

Avec toutes ces elections periodiques, on a l'impression que le France entiere souffre de PMS de plus en plus longues et de plus en plus douloureuses
Par Myos

Re: Profs en retrait, jour après jour

Philosopher sur le forum c'est une chose, mais concrètement, qu'est-ce que vous attendez du gouvernement concernant le lycée Chérioux, le lycée de Thiais, et les autres établissements de Seine-Saint-Denis?
Parce que des gamins se font agresser (qu'on en parle ou pas) et qu'il faut d'abord régler cela, très vite.
Si même eux n'ont droit à rien, alors plus personne n'aura droit à quoi que ce soit. Et si l'on compte sur l'éducation des jeunes caïds et des malicieux qui aiment rigoler, nos enfants n'ont pas fini de souffrir.
Alors, selon vous, que faire?
Désolé, seuls les utilisateurs connectés peuvent envoyer des messages dans ce forum.

Cliquer ici pour se connecter

Remonter en haut de page