"quand on nous laissait faire notre boulot, l'audience était très bonne !"

Arrêt sur images

Par téléphone depuis la radio d'Athènes, une journaliste témoigne

L'émission
Réservé à nos abonné.e.s
Du jour au lendemain, le gouvernement grec a fait fermer par la police les émetteurs de la radio-télévision publique. Cette fermeture brutale, sans précédent dans une démocratie, n'a pourtant suscité que des réactions très mesurées de la part des politiques dans l'Union Européenne. La Grèce a-t-elle basculé dans un régime autoritaire ? Et que peut-on dire de la qualité des programmes et de l'audience de la télé publique ? Pour y répondre, Agnès Rousseaux, journaliste de Bastamag, de retour d'Athènes, et Valia Kaimaki, journaliste radio à l'ERT, en direct par téléphone.
Commentaires

"quand on nous laissait faire notre boulot, l'audience était très bonne !"

Du jour au lendemain, le gouvernement grec a fait fermer par la police les émetteurs de la radio-télévision publique. Cette fermeture brutale, sans précédent dans une démocratie, n'a pourtant suscité que des réactions très mesurées de la part des politiques dans l'Union Européenne. La Grèce a-t-elle basculé dans un régime autoritaire ? Et que peut-on dire de la qualité des programmes et de l'audience de la télé publique ? Pour y répondre, Agnès Rousseaux, journaliste de Bastamag, de retour d'Athènes, et Valia Kaimaki, journaliste radio à l'ERT, en direct par téléphone.

Abonnez-vous pour pouvoir commenter !
si vous êtes déjà abonné Connectez-vous

Il n'y a pas encore de commentaire

Vous ne pouvez pas (encore) lire cette vidéo...

Cet article est réservé aux abonné.e.s
Rejoignez-les pour une information sur
les médias indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Lire aussi

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.