Mourir pour une franchise ?

Arrêt sur images

"Le but, ce n'est pas d'avoir des martyrs"

L'émission
Réservé à nos abonné.e.s
Faut-il se mettre en danger de mort pour intéresser la télévision à un sujet jugé trop abstrait ? Peut-être bien...

Faut-il se mettre en danger de mort pour intéresser la télévision à un sujet jugé trop abstrait ? Peut-être bien...

Pourtant, le sujet concerne des millions de téléspectateurs. Il s'agit de l'instauration d'une franchise médicale pour tous les assurés, de 50 euros par an au maximum.

En février 2007, Christian Lehmann, médecin et écrivain, tente de mobilier opinion et rédactions sur ce thème, qu'il juge primordial. Sans succès. Pour que ses cris d'alarme trouvent un écho, il devra attendre le geste -insensé ou désespéré selon le point de vue- de Bruno-Pascal Chevalier.

Ce malade du sida a décidé d'interrompre sa tri-thérapie pour protester contre les franchises. C'est son action qui mettra en branle la machine médiatique...

 

Acte...

Vous ne pouvez pas (encore) lire cette vidéo...

Cet article est réservé aux abonné.e.s
Rejoignez-les pour une information sur
les médias indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Partager cet article Commenter

Lire aussi

Les franchises, remboursées ou pas par les Mutuelles ?

Trop compliqué pour les JT. Et même Sarkozy s'y perd !

Crise financière : Krachs d'or, seconde édition !

Les @sinautes nous guident vers leurs coins préférés de la toile

"88 ans, 680 euros par mois, et la sécu lui demande 150 euros !"

Un an après, B.P. Chevalier milite encore contre les franchises médicales

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.