Journalistes otages : confraternité et lignes j@unes

Arrêt sur images

Et si la médiatisation était néfaste pour les otages journalistes ?

Ligne Jaune
Réservé à nos abonné.e.s
Et si la médiatisation était néfaste pour les otages journalistes ?

C'est la question (à rebours des idées reçues) que posait dans Libération, la semaine dernière, un ex-otage américain, David Rohde. Rebondissant sur cette analyse, nous avons souhaité, alors que deux reporters de France 3, Hervé Ghesquière et Stéphane Taponier, sont retenus en Afghanistan depuis plus d'un an, poser des questions rarement évoquées.

Dans les prises d'otages, le pouvoir tente-t-il d'intoxiquer l'opinion, en annonçant précipitamment de bonnes nouvelles non vérifiées ? Les journalistes qui traitent de la captivité de leurs confrères sont-ils parfaitement libres de ce qu'ils écrivent ? Peuvent-ils ...

Vous ne pouvez pas (encore) lire cette vidéo...

Cet article est réservé aux abonné.e.s
Rejoignez-les pour une information sur
les médias indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Partager cet article Commenter

Lire aussi

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.