"Et si on conditionnait les aides à la presse à la création de médiateurs ?"

Arrêt sur images

Cyril Lemieux, le sociologue qui étudiait les "fautes", et les déjeuners des journalistes

L'émission
Réservé à nos abonné.e.s
Qu'est-ce qui peut bien pousser un journaliste à inventer un faux témoignage, à diffuser une information non vérifiée, ou au contraire, à étouffer une révélation potentiellement fracassante ? C'est le genre de questions que se pose le dernier invité de notre série d'été, le sociologue Cyril Lemieux. Dans Mauvaise Presse, ce directeur d'études à l'École des hautes études en sciences sociales (EHESS) cherche à comprendre ce qui amène les journalistes à commettre les "fautes professionnelles" qui fondent les critiques récurrentes envers la presse : collusion, voyeurisme, superficialité, suivisme … Il nous expose ses conclusions, au cours d'une séance de passage à la moulinette sociologique de quelques cas d'école récents (l'affaire DSK), moins récents (le Watergate), et d'une poignée de mythes journalistiques.

 

 

 

Pour un aperçu de l'entretien, c'est par ici picto

 


L'émission est présentée et préparée par Justine Brabant, produite par Daniel Schneidermann,

et réalisée par François Rose.

L'émission dure 1 heure et 41 minutes. Elle a été enregistrée le 20 juin 2013.


Si vous avez suivi les précédents épisodes de notre série d'été, le nom de Cyril Lemieux ne vous est pas tout à fait étranger. Le sociologue est présenté comme "quelqu'un qui a joué un rôle important" dans la sociologie française par Sylvain Parasie, et comme meilleur ennemi...

Vous ne pouvez pas (encore) lire cette vidéo...

Cet article est réservé aux abonné.e.s
Rejoignez-les pour une information sur
les médias indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Partager cet article Commenter

Lire aussi

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.