Ellroy, Hammett et leurs traductions, d@ns le texte

Arrêt sur images

Vous les avez forcément lus, mais sans le savoir. On ne les rencontre jamais, on ne leur donne jamais la parole. Nous invitons cette semaine deux inconnus familiers : deux traducteurs de littérature étrangère.

Dans le texte
Réservé à nos abonné.e.s
Vous les avez forcément lus, mais sans le savoir. On ne les rencontre jamais, on ne leur donne jamais la parole. Nous invitons cette semaine deux inconnus familiers : deux traducteurs de littérature étrangère.

La petite tribu des traducteurs se partage en deux catégories : traducteurs d'auteurs vivants, et traducteurs d'auteurs morts. Quel statut est préférable ? Le traducteur de grand disparu vit en tête à tête avec le mystère des intentions de l'auteur. Il est condamné à interroger ce mystère, sans relâche, sans espérer de réponse, comme notre invitée, traductrice de Dashiell Hammett, Natalie Beunat.

Le traducteur d'auteur vivant, lui, vit sous la menace des réactions, parfois irrationnelles, de l'auteur. Ainsi James Ellroy , par exemple, refuse-t-il d'être traduit au présent de narration. Pourquoi ? Tout simplement parce que le pr...

Vous ne pouvez pas (encore) lire cette vidéo...

Cet article est réservé aux abonné.e.s
Rejoignez-les pour une information sur
les médias indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Partager cet article Commenter

Lire aussi

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.