"A l'époque de Rousseau, on ignorait la névrose orthographique"

Arrêt sur images

Réforme des programmes scolaires, le débat

L'émission
Réservé à nos abonné.e.s
Que doit-on avoir appris à l'école et au collège à la fin de sa scolarité obligatoire ? Lire, écrire, compter, paraît-il. Mais est-ce encore le cas aujourd'hui ? Et cela suffit-il ? Ces questions sont d'autant plus brûlantes que les querelles scolaires restent vives. Elles reviennent d'ailleurs dans l'actualité avec la démission, cette semaine, d'Alain Boissinot, le président du Conseil supérieur des programmes, un comité indépendant chargé de redéfinir le socle commun des connaissances et des compétences des élèves. Sur le plateau, outre Alain Boissinot, deux journalistes spécialistes de l'éducation, Maryline Baumard du Monde et Arnaud Gonzague du Nouvel Obs. Enfin, notre dernier invité interviendra par skype : il s'agit de Marc Le Bris, ancien directeur d'école et auteur du livre Et vos enfants ne sauront pas lire... ni compter.

464
464 commentaires
Remonter en haut de fil
Commentaires

"A l'époque de Rousseau, on ignorait la névrose orthographique"

Que doit-on avoir appris à l'école et au collège à la fin de sa scolarité obligatoire ? Lire, écrire, compter, paraît-il. Mais est-ce encore le cas aujourd'hui ? Et cela suffit-il ? Ces questions sont d'autant plus brûlantes que les querelles scolaires restent vives. Elles reviennent d'ailleurs dans l'actualité avec la démission, cette semaine, d'Alain Boissinot, le président du Conseil supérieur des programmes, un comité indépendant chargé de redéfinir le socle commun des connaissances et des compétences des élèves. Sur le plateau, outre Alain Boissinot, deux journalistes spécialistes de l'éducation, Maryline Baumard du Monde et Arnaud Gonzague du Nouvel Obs. Enfin, notre dernier invité interviendra par skype : il s'agit de Marc Le Bris, ancien directeur d'école et auteur du livre Et vos enfants ne sauront pas lire... ni compter.

Derniers commentaires

il me semble que partir du principe que l'école est en premier lieu là pour assurer une place dans la société à un individu, c'est là où est le problème.

De mon point de vue, le rôle de l'école c'est de faire découvrir et comprendre la société à l'enfant.

Ou bien l'école devient ouvertement une fabrique à petit agent économique.
À la lecture (rapide) des commentaires et donc sauf saut de ma part, l'essentiel n'y est pas, l'harmonisation de la correction des copies. Cette astuce plombe tout débat.

Résultat : un taux de réussite extraordinaire aux examens (brevet et bac) et l'ironie de moyennes au bac dépassant la note maximale. Ce qui par défaut ne reflète aucunement le niveau acquis. Au grand dam des apprenants.

Les élèves sont prêts à la connaissance mais les enseignants par peur de l'évaluation le sont-ils ?

Invitez donc des dirigeants et enseignants, syndiqués ou pas et posez-donc cette unique question. Soumise au préalable. Ainsi ils n'auront pas la possibilité de se sentir trompé par votre impertinence :

Un système où les responsables sont des tricheurs est-il crédible ?

cxtofe.
J'arrive après la bataille, bien après, mais je viens tout juste de visionner l'émission en pleine torpeur estivale... et j'ai une question : si quelqu'un a compris pourquoi Mr Boissinot a démissionné, je veux bien qu'il me donne l'info. Car cette démission sert de lancement à l'émission, Mr Boissinot annonce qu'il y a deux raisons à sa démission, mais il n'a jamais pu donner la deuxième, car DS ne l'a jamais laissé développer son argumentation. Enfin aidé des deux journalistes "spécialistes", il lui a soufflé que c'était en raison du conflit entre pédagogues et républicains (même Mr Meirieu reconnaît aujourd'hui que cette querelle n'a plus de sens, alors pourquoi structure-t-elle toute l'émission, mystère)... Je ne reviendrais pas sur le "consensus" lié à PISA et qui fait de la France un mauvais élève (alors que PISA est très contestable pour plein de raisons). J'ai quand même appris une chose qui m'a bien réconfortée, c'est que Mr Boissinot ne sait pas distinguer une connaissance d'une compétence. Je suis rassurée, moi non plus, et je sais encore moins évaluer des compétences, ce que l'institution me demande de faire aujourd'hui comme elle le demande à tous les enseignants...d'où la validation des compétences "par lot"... Merci de votre franchise Mr Boissinot!
adblock+ est en vacances ?
Non seulement vous invitez deux journalistes idéologisés et sur la même ligne, mais en plus vous les laissez insulter un intervenant défavorisé (car diffusé via Skype, et n'ayant donc pas les mêmes facilités pour intervenir durant le débat).
Franchement lamentable, Schneidermann. Apprenez à gérer une émission, par pitié, ou alors changez de métier : vous n'avez manifestement pas le socle requis pour l'exercer correctement.
Au secours !
Heureusement qu'il y eu le retour du 20 juin 2014 avec Angélique del Rey.
Je retente ma chance, j'aurais aimé quelques infos/témoignages/critiques/statistiques avant lundi (autres que leur site) :

Quelqu'un dans le coin connait le Collège-Lycée expérimental de la Ciotat ?
Bravo pour ce titre réactionnaire ! Ah oui c'était mieux à l'époque de Rousseau. Sous la monarchie, on ignorait la névrose démocratique aussi.
La semaine dernière, l'émission Grain à moudre, sur France Culture, a fourni un débat bien plus intéressant qu'Arrêt sur images. L'opposition connaissances / compétences a été immédiatement démontée par les chercheurs invités. D'ailleurs il n'y avait pas de journalistes invités, mais des chercheurs qui ont aussi évoqué l'origine libérale de la notion de compétence. Comme quoi une émission de service public peut donner un débat plus intéressant qu'un site comme Arrêt sur images, qui se glorifie beaucoup trop d'être en mesure de fournir des contenus plus intéressants que les medias dits mainstream, sous prétexte qu'il est un média indépendant-sur-le net-sans-pub. Surtout, l'animateur de France Culture, Hervé Gardette, a le mérite de ne pas se placer dans une position de candide, dans laquelle se complaît commodément Daniel Schneidermann pour mieux dissimuler sa méconnaissance des dossiers.

Du Grain à moudre
Je profite de ce forum pour porter à la connaissance des non-enseignants du primaire un fait que tous les instits dénoncent mais ça ne passse jamais dans les médias, et pourtant ça me paraît important.

Si vous consultez les programmes et horaires du Ce2, Cm1, Cm2 sur le site du ministère de l'éducation nationale, vous constaterez que l'année scolaire comporte, d'après les programmes :
288 heures de français
180 heures de mathématiques
108 heures de sport
54 heures de langue vivante
78 heures de sciences
78 heures arts et histoire de l'art
78 heures d'histoire, géo , éducation civique

Si on additionne, ça fait donc 288 + 180 + 108 + 54 + 78 + 78 + 78 = 864 heures d'enseignement.

Chaque semaine les élèves sont présents 24 heures à l'école, et il y a 36 semaines dans l'année scolaire : 24 x 36 = 864 heures.

Et là, on voit tout de suite qu'il y a un GROS problème, si on a déjà bossé avec des élèves et pas seulement dans un bureau du ministère ou d'un média.

Parce que dans la journée scolaire, sur le temps de présence des éèves, il y a les récréations.
15 minutes le matin et 15 minutes l'après-midi.

Donc, pour 4 jours par semaine ça fait 2 heures de récré par semaine.
Et si c'est 4.5 jours ( réforme des rythmes scolaires) ça fait 2 heures 1/4 par semaine de récréation.

Or, sur une année, deux heures et quart de récréatio par semaine, ça fait un total de 2.25 x 36 = 81 heures

81 heures que les programmes oublient tout simplement de prendre en compte, mais qui sont inévitables !
C'est plus que le temps annuel de langue, d'arts ou d'hist-géo-éduc civique ! C'est quasiment 10% du temps scolaire !

Donc, un ministère qui fait son vrai boulot, c'est à dire qui statut ce qui doit effectivement être fait, doit commencer par considérer que les temps d'enseignement à l'école peuvent représenter un total de 21h45 chaque semaine.

Je suis allée fouiner un peu dans les anciens programmes, et j'ai découvert que cette supercherie date de 1977.
Avant 1977, le temps de récréation était comptabilisé dans les programmes.
programmes de 1945

En 1977, la durée de la semaine scolaire est passée de 30 à 27 heures.
L'arrêté du 18 mars 1977 est ici

C'est donc à ce moment-là qu'il aurait fallu annoncer largement qu'on réduisait les contenus.
Le tour de passe-passe a consisté à ne plus faire figurer les temps de récréation dans les programmes.
On gardait donc le même horaire par matière, mais de façon absolument artificielle.
Même logique pour le cours élémentaire en 1978
Et pour le cours moyen en 1980

Depuis, la semaine scolaire est passée d'abord à 26 heures puis en 2008 à 24 heures, mais la récréation n'a jamais refait son apparition dans les horaires et programmes de l'école !

A quand un ministre, de droite ou de gauche, qui ne confond pas les programmes scolaires avec des déclaration de foi électorales ?
Pour cela, il faut non seulement qu'il rétablisse cette grossière manipulation, mais aussi qu'il prenne en compte le fait que peu d'élèves se téléportent de la cour à la salle de classe, en conséquence quand la sonnerie retentit cela ne marque pas le début des enseignement, mais la mise en rang pour ensuite monter en classe, le déshabillage dans le couloir, l'entrée en classe, l'appel, l'installation ... et ENSUITE on commence les enseignements.
Et pour descendre en récréation et en revenir, là encore ça prend du temps.
Énormément de temps avec des élèves de petite section de maternelle, moins avec des Cm2, mais même avec des Cm2 très disciplinés ça représente au minimum 15 minutes par jour.
Donc au strict minimum 1 heure par semaine soit 36 heures par an.

Tout programme qui prévoit plus de 21h30 d'enseignement hebdomadaire est un document artificiel non ancré dans le réel.
Bon.
C'est un peu tard, mais,
mais pour ma satisfaction personnelle, quelqu'un pourrait-il me dire quel jour et à quelle heure le titre l'émission est passé de " Sous Rousseau" à "a l'époque de Rousseau".

Parce que là , il y a tout.

Pis sa sert à koi kon kôse bien pisske de tout fasson; y nou comprenn pas ?

(j'ai mis un "s" à pas, effort surhumain)
Emission passionnante pour entendre ce qu'il se dit quand des bobos de gauche par à la gauche bobo !

J'ai été étonner du peu de considération que vous avez donné pour votre intervenant internet.
Pour une émission @, il faudrait recadrer, inventer ?, le comportement que vous afficher vis à vis d'un intervenant camWeb.

Quoi qu'il en soit, le fait de pouvoir ajouter une intervention après-coup est vraiment spécifique du nouveau média @, et je me dit que c'est une pratique que l'on va surement voir se développer sur les replays des chaines traditionnelles.
POURQUOI NE PAS OUVRIR CETTE POSSIBILITE A DES INTERVENANTS NON "@rrêt sur images" ?

Bonne journée.
J'ai du rater un épisode, de quel supplément avec Del Rey parle-t-on ?
J'aimerais voir, cela devrait "voler plus haut",merci.
19 novembre 1957 Cher Monsieur Germain, J'ai laissé s'éteindre un peu le bruit qui m'a entouré tous ces jours-ci avant de venir vous parler un peu de tout mon cœur. On vient de me faire un bien trop grand honneur, que je n'ai ni recherché ni sollicité. Mais quand j'ai appris la nouvelle, ma première pensée, après ma mère, a été pour vous. Sans vous, sans cette main affectueuse que vous avez tendue au petit enfant pauvre que j'étais, sans votre enseignement, et votre exemple, rien de tout cela ne serait arrivé. Je ne me fais pas un monde de cette sorte d'honneur mais celui-là est du moins une occasion pour vous dire ce que vous avez été, et êtes toujours pour moi, et pour vous assurer que vos efforts, votre travail et le cœur généreux que vous y mettiez sont toujours vivants chez un de vos petits écoliers qui, malgré l'âge, n'a pas cessé d'être votre reconnaissant élève. Je vous embrasse, de toutes mes forces. Albert Camus]

30 Avril 1959 Mon cher petit, (...) Je ne sais t'exprimer la joie que tu m'as faite par ton geste gracieux ni la manière de te remercier. Si c'était possible, je serrerais bien fort le grand garçon que tu es devenu et qui restera toujours pour moi « mon petit Camus». (...) Qui est Camus ? J'ai l'impression que ceux qui essayent de percer ta personnalité n'y arrivent pas tout à fait. Tu as toujours montré une pudeur instinctive à déceler ta nature, tes sentiments. Tu y arrives d'autant mieux que tu es simple, direct. Et bon par-dessus le marché ! Ces impressions, tu me les a données en classe. Le pédagogue qui veut faire consciencieusement son métier ne néglige aucune occasion de connaître ses élèves, ses enfants, et il s'en présente sans cesse. Une réponse, un geste, une attitude sont amplement révélateurs. Je crois donc bien connaître le gentil petit bonhomme que tu étais, et l'enfant, bien souvent, contient en germe l'homme qu'il deviendra. Ton plaisir d'être en classe éclatait de toutes parts. Ton visage manifestait l'optimisme. Et à t'étudier, je n'ai jamais soupçonné la vraie situation de ta famille, je n'en ai eu qu'un aperçu au moment où ta maman est venue me voir au sujet de ton inscription sur la liste des candidats aux Bourses. D'ailleurs, cela se passait au moment où tu allais me quitter. Mais jusque-là tu me paraissais dans la même situation que tes camarades. Tu avais toujours ce qu'il te fallait. Comme ton frère, tu étais gentiment habillé. Je crois que je ne puis faire un plus bel éloge de ta maman. J'ai vu la liste sans cesse grandissante des ouvrages qui te sont consacrés ou qui parlent de toi. Et c'est une satisfaction très grande pour moi de constater que ta célébrité (c'est l'exacte vérité) ne t'avait pas tourné la tête. Tu es resté Camus: bravo. J'ai suivi avec intérêt les péripéties multiples de la pièce que tu as adaptée et aussi montée: Les Possédés. Je t'aime trop pour ne pas te souhaiter la plus grande réussite: celle que tu mérites. Malraux veut, aussi, te donner un théâtre. Je sais que c'est une passion chez toi. Mais.., vas-tu arriver à mener à bien et de front toutes ces activités ? Je crains pour toi que tu n'abuses de tes forces. Et, permets à ton vieil ami de le remarquer, tu as une gentille épouse et deux enfants qui ont besoin de leur mari et papa. A ce sujet, je vais te raconter ce que nous disait parfois notre directeur d'Ecole normale. Il était très, très dur pour nous, ce qui nous empêchait de voir, de sentir, qu'il nous aimait réellement. « La nature tient un grand livre où elle inscrit minutieusement tous les excès que vous commettez.» J'avoue que ce sage avis m'a souventes [sic] fois retenu au moment où j'allais l'oublier. Alors dis, essaye de garder blanche la page qui t'est réservée sur le Grand Livre de la nature. Andrée me rappelle que nous t'avons vu et entendu à une émission littéraire de la télévision, émission concernant Les Possédés. C'était émouvant de te voir répondre aux questions posées. Et, malgré moi, je faisais la malicieuse remarque que tu ne te doutais pas que, finalement, je te verrai et t'entendrai. Cela a compensé un peu ton absence d'Alger. Nous ne t'avons pas vu depuis pas mal de temps... Avant de terminer, je veux te dire le mal que j'éprouve en tant qu'instituteur laïc, devant les projets menaçants ourdis contre notre école. Je crois, durant toute ma carrière, avoir respecté ce qu'il y a de plus sacré dans l'enfant: le droit de chercher sa vérité. Je vous ai tous aimés et crois avoir fait tout mon possible pour ne pas manifester mes idées et peser ainsi sur votre jeune intelligence. Lorsqu'il était question de Dieu (c'est dans le programme), je disais que certains y croyaient, d'autres non. Et que dans la plénitude de ses droits, chacun faisait ce qu'il voulait. De même, pour le chapitre des religions, je me bornais à indiquer celles qui existaient, auxquelles appartenaient ceux à qui cela plaisait. Pour être vrai, j'ajoutais qu'il y avait des personnes ne pratiquant aucune religion. Je sais bien que cela ne plaît pas à ceux qui voudraient faire des instituteurs des commis voyageurs en religion et, pour être plus précis, en religion catholique. A l'École normale d'Alger (installée alors au parc de Galland), mon père, comme ses camarades, était obligé d'aller à la messe et de communier chaque dimanche. Un jour, excédé par cette contrainte, il a mis l'hostie « consacrée» dans un livre de messe qu'il a fermé ! Le directeur de l'École a été informé de ce fait et n'a pas hésité à exclure mon père de l'école. Voilà ce que veulent les partisans de « l'École libre » (libre.., de penser comme eux). Avec la composition de la Chambre des députés actuelle, je crains que le mauvais coup n'aboutisse. Le Canard Enchaîné a signalé que, dans un département, une centaine de classes de l'École laïque fonctionnent sous le crucifix accroché au mur. Je vois là un abominable attentat contre la conscience des enfants. Que sera-ce, peut-être, dans quelque temps? Ces pensées m'attristent profondément. Sache que, même lorsque je n'écris pas, je pense souvent à vous tous. Madame Germain et moi vous embrassons tous quatre bien fort. Affectueusement à vous. Germain Louis]

.....
Allez, juste pour le petit plaisir narcissique de rapporter une citation vachement intelligente:

Bachelard : il faut mettre la société au service de l'école et non l'école au service de la société.

Vous avez quatre heures.
Un des trous des débats sur l'éducation, qui touche tous les discours tenus ici, sans exception, relève du fait que 50% du temps éducatif éveillé des enfants, ados et jeunes se fait hors cadre formel. Dès lors l'assimilation éducation = école ne tient ni n'a jamais tenu. Aucun de vos interlocuteurs ne place l'école dans un schéma éducatif plus général, qui à la fois restitue la place de l'école tout en évitant le biais qui nous met tous et toutes dans la nasse à savoir que faire reposer tout le projet éducatif national sur l'école est inconsistant, inconséquent et tout simplement très dangereux in fine, surtout quand la situation économique, sociale, culturelle et/ou politique se crispe. Le bouc émissaire est tout trouvé, puisqu'il a lui-même fait tout ce qu'il fallait pour évacuer du paysage (éducatif) tous les autres acteurs, qui ont une co-responsabilté partagé en ces domaines. A force de faire la bijection sus-dite, et le corps enseignant y est hélas pour beaucoup, nous avons des discours qui tournent en rond, des fausses tautologies en pagaye, et des "experts" qui sont autant experts que les 60 millions de sélectionneurs le sont sur la sélection nationale hexagonale. Affligeant, désespérant, et sans hauteur du vue aucune.
Plus une émission est "naze" plus elle fait réagir (c'est bon pour les abonnements ?)... j'ai peur pour la qualité des émissions à venir si cette logique à la "Voici" ou autres magazines pipoles l'emporte, dirigé qui plus est par quelqu'un qui ne maitrise pas du tout le dossier !
Sur ces questions de société aussi intéressantes que complexes, il manque en effet un animateur à la hauteur des questions, qui connaisse bien le sujet, qui invite des bons débateurs etc... (à l'image de l'émission de l'autre jour sur le foot et l'incompétence crasse de DS...). Ici la compétence de l'animateur est insuffisante s'il ne connait pas le sujet (et là on est au coeur du sujet). La compétence de l'animateur doit s'articuler aux connaissances du sujet de l'émission. Sinon un "Nagui", un "Drucker" ou un "Vincent Lagaffe" (animateurs très compétents et qui font de l'audience) peuvent très bien faire l'affaire !! Mais alors ça donne ce genre d'émission ....
Le supplément avec Del Rey est très bienvenu.

Ce qui serait super, la prochaine fois qu'@si parle de " l'école ", ça serait de commencer par définir ce mot.

C'est quoi " l'école " ?

Le système scolaire français ?
Le primaire ? Tout le primaire ou bien la maternelle est considérée à part ?
Le primaire + le collège ?
De la maternelle jusqu'au lycée ?


Entre l'émission de la semaine dernière et l'arrêt sur image d'aujourd'hui, on a évoqué le "socle commun", mais on a cité des exemples comme " le codage" ou les cours de philosophie au lycée, tout en disant qu'on parlait des jeunes qui quittent l'école à 16 ans et de ce qu'ils ont besoin de savoir pour s'intégrer sur le marché du travail : trop de choses sont mélangées.
Un jeune qui quitte l'école à 16 ans n'a jamais eu de cours de philo et ne va certainement pas être programmeur, en tout cas pas dans un premier temps.
La question soulevée par Frank Lepage reste : l'école peut-elle/doit-elle apprendre à comprendre et à développer les outils de la pensée, ce qui permet en l'occurrence de développer nombre de compétences et connaissances évidemment, ou faire apprendre "par coeur", pour obtenir de bons éléments dociles et employables ? Il n'y a aucun doute pour moi que personne, dans les milieux de pouvoir au sens large (politique mais plus encore économique) ne tient sincèrement, les exceptions étant là comme d'hab pour le confirmer, à ce que le niveau de compréhension du futur citoyen dépasse le ras des pâquerettes. L'employabilité est à ce prix, la compétitivité, la paix sociale (voui madame). Je trouve évidemment le complément d'émission utile, dense ? mais il ne me donne pas vraiment l'impression de rétablir les idées ou de renverser la table, celles qu'en un grand choc de simplification certains voudraient "faire rase".

A propos de le Kulture, Frank Lepage rappelle que son niveau s'élève certes, un employé d'aujourd'hui disposant de connaissances bien plus étendues que son prédécesseur de 1950. Mais il ironise à juste titre sur le fait que si "le pauvre se cultive, le riche se cultive aussi". Autrement dit, l'écart entre classe dominante et soutiers reste identique. A cette question manifestement assez irréductible et précautionneusement présentée par DS, faut-il valoriser l'apprentissage par coeur ou donner les outils de la compréhension, Angélique Del Rey me semble donner une réponse qui se veut éclectique, pour en arriver à décrire son enseignement basé sur le questionnement, la réflexion, tout ceci étant bien sûr de nature à développer les compétences... et n'excluant en rien la notion de discipline (attention, il y a un piège avec ce mot).

Et surtout, je retiens cette phrase qui résume mon sentiment : on passe, pour moi, d'un élitisme à un autre, dit-elle, à propos de l'école des compétences. Ou encore, elle rappelle l'expression d'A. Gonzagues qui parle d'une "philosophie différente de l'école", et en fait, la question de la méthode deviendrait secondaire. On peut se demander dans quelle mesure tout principe de réforme "non citoyen" ne poursuit pas ce but simple : conforter le pouvoir d'une élite ou le remplacer par celui d'une autre. S'il y en a que cela étonne, il est peut-être temps qu'ils ouvrent les yeux, que ce soit pour assumer avec eux cette réalité que les classes dominantes nous infligeront à jamais, ou pour entrer dans le camp des "idéalistes", cette clique hirsute que cette injustice a de tout temps préoccupé.
Bravo à toute l'équipe pour cet excellent retour sur une émission ratée, comme quoi l'erreur est utile !
La prof est très claire, elle nous apporte des connaissances et des compétences tout à la fois : l'idéal.
Oui, on est plus compétent avec des connaissances, et Arrêt sur images développe à la fois les connaissances et les compétences.
Je suis donc un abonné heureux!
Je ne comprends pas pour quoi Alain Finkienlkraut peut librement parler sur toutes les antennes alors qu'il tient des propos racistes.

C'est une exception médiatique française, je suppose. Sur le plateau d'@si, personne n'est choqué qu'il soit présent dans les reportages alors que sa vision raciste du monde se reflète dans tous ces propos et sur tous les sujets. Ses exactions verbales suffiraient à décrédibiliser n'importe quel autre intervenant à la tété et à le chasser des plateaux.

Il tient depuis de années des propos islamophobes, contre les étrangers et j'en passe et peut comme une fleur venir parler de ce qui lui chante à la télé. Alors va pour l'école tiens, puisque personne ne siffle, personne ne se décommande des débats avec lui sous le prétexte pourtant évident qu'il est raciste.

Mais après tout, Dieudonné possède peut-être des compétences en matière d'éducation. Et la pensée de Soral sur le socle commun ? Ce serait dommage de s'en priver.

Bref, ça ne passe pas.
Bac ES 2014: épreuve composée :
Première partie : Mobilisation des connaissances (6 points)
1. Comment la flexibilité du marché du travail peut-elle réduire le chômage ? (3 points)
2. À quels risques économiques peuvent s’exposer les pays qui mènent une politique protectionniste ? (3 points)


source
Si les infos dont je dispose sont bonnes ( à vérifier, et ne suis pas en mesure de la faire là tout de suite ) il semble qu'un sujet d'économie pour le bac SES tombé aujourd'hui soit le suivant :

L'épreuve composée s'articule en trois parties.
"Comment la flexibilité du marché du travail peut-elle réduire le chômage ?"
"À quels risques économiques peuvent s'exposer les pays qui mènent une politique protectionniste ?"
"À l'aide de vos connaissances et du dossier documentaire, vous démontrerez que la famille peut constituer un frein à la mobilité sociale des individus".


C'est le MEDEF qui écrit les sujets ?

Après connaissances / compétences il va falloir analyser : transmission / propagande, non ?
bonjour je suis enseignante de physique-chimie, depuis 20 ans.et je vous regarde depuis 1995...



vous avez fait un excellent travail d'information sur PISA entre autre.
dans votre émission, pas une fois vous n'avez remis les journalites en question sur leur interprétation de pisa...dommage

j'ai été déçue de l'émission très déséquilibrée : (cela n'est pas dans vos habitudes)
j'aimerais une émission de droit de réponse de syndicats, enseignants, autres journalistes, recteurs?....

vous avez invité 2 journalistes qui n'ont pas vu une salle de classe avec des vrais élèves depuis longtemps semble-t-il, et ont martelé des idéologies, des stéréotypes, 1 ancien recteur, et seulement 1enseignant par vidéo interposée, qui n'a pas eu beaucoup de visibilité ni de temps de parole.aucun représentant syndical pour donner un autre éclairage, et balayer les stéréotypes affirmés sans source par les journalistes notamment.
les 2 journalistes ne citaient pas les sources de leurs généralités.

or sur Paris et environs, il doit y avoir beaucoup d'enseignants qui ont des choses à dire.
amiens creteil versailles : les académies dans lesquelles il y a le plus de demandes de mutation, et très peu sont satisfaites, combien de profs qui craquent , qui n'arrivent pas à partir car leurs conditions de travail sont catastrophiques ?

concernant le déchaînement médiatique vu parfois concernant les professeurs, je ne retrouve plus cet article de blog intéressant qui se demandait pourquoi. en substance on pouvait y lire que des journalistes ayant à peu près le même niveau d'étude que les enseignants supportaient mal que les enseignants aient peut etre meilleur salaire, ou des avantages alors qu'un journaliste débutant payé à la pîge a du mal à vivre.
l'article concluait que finalement on cherche toujours à trouver quelqu'un à mépriser, quelqu'un qui serait plus "bas" que nous...que certains journalistes ne supporteraient pas qu'un enseignant puisse avoir plus de facilités, avantages qu'eux mêmes....à creuser ?

dans un autre article il y avait une analyse du même ordre : un journaliste se met à parler de la hausse des loyers parisiens parce qu'à présent il y est confronté..alors que cela fait longtemps que les catégories socioprofessionnelles moins aisées ont fui le centre et n'ont trouvé à se loger qu'en banlieue lointaine

que remarque t'on depuis plusieurs années au collège :
(je pense que beaucoup apprécieraient votre enquête fouillée sur ces sujets):
-les horaires de science en collège lycée , ou dans les filières technologiques ont été diminués globalement car faire des groupes et le matériel coûtent trop cher(il n'y a jamais eu de cadrage national pour les groupes en collège, et depuis le précédent gouvernement,en lycée, les groupes sont à la discrétion des établissements...bonjour les querelles lorsqu'il s'agit de répartir les dotations horaires toujours insuffisantes, il n'y plus de cadrage national pour les groupes de sciences.encore une perte de démocratie)
-les classes sont plus chargées
-il n'y a plus d'aides de laboratoire dans une grande majorité de collèges : c'est au professeur de sciences de faire tout l'entretien et les achats du laboratoire, moyennant une heure supplémentaire par semaine, bien insuffisante.

-en filière professionnelle : il n'y a plus de bep. les élèves doivent faire le bac en 4 ans et beaucoup décrochent à 3 ans.renseignez vous : la dernière réforme génére des décrocheurs, ils se retrouvent avec aucune qualification
-en filière technologique : le bac sti2D, les programmes sont une catastrophe, beaucoup d'enseignants dépriment. nos élèves ne seront plus capables de réparer concrètement quelque chose, de travailler manuellement

cela posera soucis à la france. doit elle être simplement un pays de tourisme ?

fini les filières d'électrotechnique, electronique de qualité.(mon mari est fils d'ouvrier , boursier) il a fait un bac f3 electrotechnique qui lui a permis de raccrocher une classe prépa et devenir enseignant d'électronique. il a dû se reconvertir en prof de maths car le rectorat lui a expliqué que l'electronique coutait trop cher à l'état, les filières bts et bac sont supprimées.
effectivement, après reconversion, il est en collège il a des classes de 30élèves avec un tableau et une craie : ça coute moins cher que des groupes de 18 avec du matériel coûteux en lycée.
les réformes n'ont en réalité servi qu'à masquer la diminution de moyens: vérifiez chaque filière.

la société évolue vite aussi:
portrait de beaucoup d'élèves :
-certains ont l'habitude depuis tout petit de négocier la sanction avec leur parent. ils ont intégré que la parole de l'adulte n'avait pas de poids, car ils ont toujours pu négocier pour infléchir une sanction

nos élèves sont donc surpris d'être face à un adulte qui maintient sa sanction : beaucoup d'élèves ne supportent pas cette frustration.d'où réactions verbales ou comportementales irrespectueuses

-beaucoup de familles attendent de l'école que tout y soit fait : enseigner des savoirs mais aussi toute l'éducation (politesse, ..)
certains parents brouillent le message de l'école en critiquant ouvertement l''enseignant devant leur enfant.
"lémédias" comme dirait alain Korkos, encouragent ce discrédit de l'enseignant.

-beaucoup ont l'habitude de zapper tout ce qui ne leur plait pas ou leur demande de l'effort.
le message de l'école : un travail personnel est nécessaire pour réussir
beaucoup ne sont pas aidés dans leur famille : parents rentrant tard , ayant peu de levier horaire professionnellement(c'est la crise, le chomage)
-les enfants sont babysittés par la télévision. quel est leur horizon, leur modèle ? devenir star ou footballeur pour être reconnu socialement ?
je ressens un très fort besoin d'attention, d'écoute de mes collégiens. Les élèves sont demandeurs d'attention de la part des adultes. ils attendent beaucoup de leur professeur.
comment s'occuper de 30 élèves durant 55 minutes ? quel est le temps disponible pour chacun ?

-l'infirmière n'est présente que 2 jours par semaine dans mon collège : sa salle d'attente est pleine dès qu'elle est là. l'assistante sociale n'est pas la tous les jours non plus.Les élèves ont besoin d'être écoutés.
la France est un des pays qui encadre le moins ses écoliers(5 adultes pour 100 au lieu de 6.5 ou 9 dans certains voisins européens, lu sur le site web du snuipp)
-crise, pas de plein emploi comme à la fin des années 70 :(analyse vue sur conférence gesticulée scop lepavé.fr
pourquoi se donner du mal à l'école quand on voit le grand frère ou la grande soeur ingénieur qui ne trouve pas de travail ?

-pour enrayer l'échec: beaucoup d'enseignants du primaire aimeraient qu'il y ait un enseignant surnuméraire dans chaque école.
on pourrait sortir un enfant d'une classe ponctuellement et l'aider personnellement pour le soutenir et le remettre à niveau.
mais cela demande des moyens.
-dans mon collège, qui commence à se dégrader faute d'enfants qui font ce qu'ils veulent, aux nez et à la barbe du Principal, car ils sont en grande difficulté scolaire, nous n'arrivons pas à mettre en place une structure parallèle qui pourrait les accueillir ponctuellement le temps de les remettre en route ou de chercher une orientation qui les motiverait et leur donnerait une meilleure image d'eux memes.

économies à tout prix.
refonder l'école ne se fait pas avec un verbiage tel que celui qu'on a entendu tout au long de l'émission sur les programmes.

comme le disait le directeur présent, beaucoup d' enseignants adaptent , font des compromis entre compétences et savoirs.
c'est mon cas : je ne baisse pas le niveau des connaissances, mais je donne aussi une grille de compétences(savoir-faire) aux élèves.
les compétences me servent uniquement à donner à l'élève une meilleure image de lui meme : "je suis capable de bien faire ceci".
par contre je suis mal à l'aise sur beaucoup d'items (comme vous l'avez bien souligné) qui jugent la personnalité d'un élèves.
ce n'est pas mon métier, je ne suis pas DRH.
le livret de compétences a été introduit par Napoléon(je ne me souviens plus des références exactes de ce livre " pour en finir avec les idées fausses en histoire", je vais chercher)

j'essaie de faire des évaluations formatives (des exercices évalués pour que l'élève se situe )
avant chaque devoir noté (évaluation sommative), mes collégiens savent sur quoi ils seront évalués , ce qu'ils doivent savoir et faire.Ils ne sont pas "saqués" ni pris par surprise.
j'ai un regret : je manque de temps pour refaire un autre devoir de remédiation. nous devons sans cesse jongler entre faire retenir l'essentiel, prendre le temps et le plaisir de faire manipuler chacun, et "boucler le programme"...

nos enfants , l'avenir de notre pays, ont droit au meilleur : être encadrés par des adultes formés.or la formation a été fortement réduite.
tant qu'on ne fixera pas un nombre maximum d'élèves par classe en primaire ou en collège: 24 élèves, et pour les zones prioritaires encore bien moins, tant qu'on ne mettra pas un enseignant formé en plus dans les écoles pour sortir les enfants en difficulté les aider et les réinsérer en classe (comme en Filande parait il),tant qu'il n'y aura pas de "classe relais" dans chaque collège pour aider les enfants décrocheurs, ce n'est pas la peine de parler de refondation de l'école, ni de payer des commissions qui vont se répartir en sous-commissions pour fixer l'ordre du jour de la prochaine réunion.....


amicalement
Valérie
C'est assez insupportable de voir deux journalistes, élites parisiennes par excellence, expliquer à un enseignant, et aux internautes, ce qu'il faudrait faire pour redresser l'éducation nationale, alors qu'ils n'ont jamais mis les pieds dans une classe.

Forts des diverses études qu'ils rapportent sans visiblement faire preuve d'esprit critique, ils ramènent leur vide sur la scène et monopolisent toute l'émission en coupant la parole aux autres, à tort et à travers...

On dirait sérieusement que les deux gugusses veulent compenser une scolarité médiocre en tentant de prouver au monde entier que l'orthographe n'est pas la seule chose dans la vie.

La prochaine fois, tâchez d'éviter les incompétents et les insupportables.
Décidément, elle me fait gamberger cette émission ratée.

Je voudrais revenir sur une phrase prononcée sur le plateau et relevée plus haut par un @sinaute.

"Le socle doit être une réponse à cette question : de quoi un jeune qui va terminer ses études à seize ans a réellement besoin dans la vie pour s'en sortir dans la société ?"

Voilà donc ce que peut affirmer avec conviction en 2014, un adulte ayant fait des études supérieures et exerçant un métier plutôt intellectuel...

Cette phrase, elle m'en évoque deux autres, entendues ailleurs.

1997, dans un "camp de gitans" ( on disait comme ça). Ma collègue, enseignante dans l'école du camp, explique à un père que ce n'est pas possible que son fils de 9 ans soit systématiquement absent le jeudi "pour faire la féraille".
Réponse du père : " Parce que vous croyez que c'est vous qui allez lui apprendre ce qu'il a besoin de savoir pour vivre ?"


2013, fin d'année scolaire, mes élèves de Cm1 exposent pour leurs parents une fresque textile qu'ils ont réalisée tout au long de l'année. C'est l'aboutissement d'un gros travail sur l'histoire de l'art, des techniques et de "l'histoire" tout court. Beaucoup de visites de musées (tapisserie de Bayeux, toile de Jouy, Dame à la Licorne, Arts et Métiers) , d'ateliers de pratiques aussi (filer, tisser, fabriquer ses couleurs, border, imprimer le textile, coudre) . Beaucoup de lectures historiques ( Colbert et les indiennes, le coton dans le commerce triangulaire), de géographie ( lien climat / agriculuire/ production textile / transports et commerce) et d'écriture aussi pour concevoir l'exposition.
Les parents viennent échanger quelques mots avec moi. Arrive le père de D., il ne parle pas très bien le français, le lit mal et ne l'écrit pas.
" C'est joli . Mais il vaudrait mieux faire plutôt le carrelage ou la menuiserie avec les enfants, parce que le tissu, c'est fini, hein y'a plus rien qui est France, ils ont tout envoyé en Chine et en Inde. Là, vous leur apprenez des trucs qui n'intéressent plus les patrons hein !"


Un père " du voyage".
Un ouvrier des BTP.
Une journaliste.

On a là 3 individus qui pourraient avoir des visions du monde très différentes.

Et ils disent tous les 3 la même chose, c'est seulement enrobé différemment.

Je suis résolument un dinosaure. Je continue à vouloir penser que si ton père faisait la ferraille peut-être que ton truc c'est la physique quantique, que si ton père posait le carrelage tu peux devenir un grand photographe, que si ta mère était journaliste tu peux être heureux de faire surveillant de cantine dans le Creuse parce que même si c'est mal payé ça te laisse du temps pour retaper la vieille grange, cultiver le jardin et continuer à jouer de la guitare, et que c'est ça qui te plaît.

Ils vont comprendre QUAND, ces gens que personne n'a le droit de décider à l'avance le métier que fera un gamin, et que dans la vie on est autre chose que son métier ( lire " on est autre chose que son compte en banque") .
on aime bien les journalistes mais ils n écoutent pas toujours ce que dit Marc Le Bris.
Dans le 9:15 de ce matin DS fait un lien vers le blog d'un cheminot, qui s'apelle Sylvain.


Je lis le billet de Sylvain le cheminot du 10/06, et j'y trouve cette phrase :

"[large]Je veux un cadre clair et des décisions claires pour pouvoir bien faire mon boulot[/large]."


Je suis prof, et je veux exactement la même chose, pour la même raison !
Merci Marc, vous avez dit tout cela bien mieux que moi.
Si l'école est en crise, c'est que les plus audacieuses réformes restent à faire. Par exemple, pourquoi n'a t-on toujours pas abandonné le système métrique, un archaïsme vieux de plus de deux siècles, que nos amis étatsuniens, dans leur grande sagesse, se sont toujours bien gardés d'adopter. Il y aurait là un immense chantier aux retombées considérables:

- Il pourrait être demandé aux élèves de définir les nouvelles unités, les mettant au centre de démarches novatrices; le pouce Kevin, la coudée Samantha, l'arpent Johnny...les possibilités sont immenses, et peut-on trouver meilleure façon de permettre à chacun de s'exprimer, de se valoriser?

- Chaque région pourrait aussi définir ses propres unités; cette initiative entrerait dans le cadre du programme "Europe des régions", programme auquel tant de personnes travaillent avec dévouement dans l'ombre de piuis si longtemps.

-Les retombées économiques seraient très importantes; il faudrait fabriquer de nouveaux instruments de mesure; de nombreux emplois seraient ainsi créés.La fabrication aurait lieu en Chine... Mais pour les investisseurs, de paquets d'actions en perspective.Et de quoi renflouer nos banques.

-En cas de désaccord sur ces nouvelles unités, nous pourrions nous aligner sur les Etats-Unis, leur montrant ainsi notre fidélité et même plus: notre admiration pour leur système si parfait.

-Elles pourraient être sponsorisées; exemple: le cocacolatin, le nutellon porraient avantageusement être définis comme unités de masse.

Mais bien sûr, incapables d'évoluer, crispés sur leurs savoirs d'un autre âge, les enseignants rendraient une telle réforme impossible.
Consensus39 est un TROLL.

Je crée le fan club de Bruanne. Merci collègue.
La @si, vous vous êtes raté graaaaaave......

Sans rire, c'est quoi cette émission?
Sympa de faire une émission sur les sosies de Pierre Moscovici !
Emission intéressante mais il manque le point de vue du professeur de base, celui qui n’écriera jamais un bouquin sur l’éducation, qui ne sera jamais inspecteur de sa discipline et qui n’est même pas représentant syndical. Non le prof de base qui chaque matin prend son cartable plein d’optimisme et qui le repose le soir, souvent assez tard avec beaucoup de regret et de frustration.

Alors voilà. Pourquoi dans le secondaire, le « socle commun de compétences » est-il impopulaire ? Par ce qu’il est chronophage, comme est chronophage tout ce qui se fait depuis des années en terme de réformes éducatives.
Puisque le prof est un privilégié qui est tout le temps en vacance, il faut l’occuper un maximum, pire, il doit justifier en permanence de son travail, voir justifier qu’il a bien accomplie ses tâches justificatives.

Le socle commun c’est avant tout cocher des cases au quotidien ; des petits-cubes/ronds/triangles-de-couleurs.

Quel ingénieur à bac+5 se satisferait de remplir quotidiennement des grilles avec des petits-cubes/ronds/triangles-de-couleurs. C’est le quotidien d’un enseignant à bac+5 à présent. Le pire c’est que l’élève n’en a rien à faire, ce qui l’intéresse, ce qui intéresse ses parents c’est la note et rien que la note. Les petits-cubes/ronds/triangles-de-couleurs tout le monde s’en fou sauf les inspecteurs qui eux n’ont pas à remplir des grilles de petits-cubes/ronds/triangles-de-couleurs, grilles de plus en plus longues en relation avec l’augmentation des objectifs et des effectifs.

Oui les items du socle commun auquel on accole à chaque évaluation un petit-cube/rond/triangle-de-couleur sont flous pour un enseignant à bac+5, qu’en est-il pour un élève de 6e, fut-il un futur ingénieur à bac+5 et qu’en pensent ses parents, parfois illettrés.

Nous passons à présent un temps fou à préparer des évaluations afin d’y caser les items. Un temps fou à corriger les dites évaluation en accolant les petits-cubes/ronds/triangles-de-couleurs et en les reportant sur l’ordinateur. Comme c’est intenable, le contenu des évaluations est naturellement allégé, ne serait-ce que pour éviter le risque d’une question qui prête à confusion et qui risque de rallonger le temps de correction du prof et le plonger dans un dilemme cornélien sur le choix du petit triangle jaune ou du rond vert.

Mare d’avoir bûché des années à la fac pour au final cocher des petits-cubes/ronds/triangles-de-couleurs, j’aimerais transmettre des savoirs et des savoir faire à mes élèves, pas à passer mon temps à justifier que je l’ai fait.
Après réflexion, je me dis que c'est pas tant l'émission, qui est désolante, que le niveau du débat qu'elle donne à voir. Le débat chez les "décideurs", chez les apparatchiks de l'EN, politiques, tecnocrates, syndicalistes...
que c'est un fait, ces gens là passent leur temps dans des commissions hors sol, à ergoter sur des problématiques à la con, à ferrailler à qui imposera son idéologie, à pondre des grilles, des procédures, des programmes et des injonctions sans jamais réfléchir aux situations concrètes et aux moyens de leur mise en œuvre, sans jamais appliquer pour eux-même ce qu'ils prétendent exiger des collégiens ("Rechercher, extraire et
organiser l’information utile", "Distinguer ce qui est établi de ce qui est à prouver ou à réfuter. Confronter l’information disponible à ses connaissances", "Maîtriser le langage propre à chaque discipline, maîtriser le sens précis d’un terme polysémique", "Raisonner, argumenter, pratiquer une démarche expérimentale ou technologique, démontrer" etc.)
Ce qui m’a frappé, en vrac :

— pas de remise en cause des moyens alloués à l’Éducation Nationale. C’est bien mignon de discuter de la couleur des papiers peints (surtout sur des débats très artificiel comme le monsieur à gauche le rappelle), mais à un moment donné, faudrait commencer par réfléchir sérieusement à savoir si on considère que l’EN est importante ou non. Faut arrêter de vouloir mettre des cubes dans des trous ronds : moins y’aura d’élèves par classe (pas une seule fois on parle de cette toute simple statistique) plus le prof aura de temps à consacré à chacun d’eux, et moins il y aura de laissés pour compte, et plus ce sera facile de gérer la différence de niveau au sein d’une classe ;
— et vas-y que te rebalance une couche sur la baisse des élèves. La preuve : les commentaires sur le web. Mais le web n’existait pas il y a 25 ans ! Nan mais sérieux, on a jamais autant écrit, maintenant tout le monde écrit. Le niveau n’a pas baissé, c’est l’écriture et les chances d’être lu qui ont explosé ! Pour le reste, l’école n’est pas un système fermé : il y a la société. Pourtant, durant toute l’émission il a été admis arbitrairement que la responsabilité incombait à l’école !
— ce qui me fait marrer, chez Finky, c’est qu’il attend des élèves qu’ils soient mille fois meilleurs que les adultes. Bien des adultes sont totalement à la ramasse sur tout un tas de sujet, et pas des moindre, et pas des adultes supposés être incultes. Alors bon… Attendre de gamins qu’ils corrigent toutes les tares du monde adulte, c’est leur mettre un poids énorme sur les épaules, et c’est pas bon du tout ;
— c’est moi où le monsieur à droite prône une éducation à deux vitesses, élites/populo ? En tout cas c’est ce que j’ai retenu de son discours ;
— le plus grand échec de l’EN, c’est d’avoir fait sortir des gens qui croient que PISA a une quelconque valeur…
— ça a déjà été dit mais : une approche purement technocratique (cf. point précédent), du fait du plateau très déséquilibré : un prof. en activité aurait certainement remis quelques pendules à l’heure.
— Et Daniel qui voulait absolument une formation spécifique à “Internet” (le web bordel, il veut parler du web!) Pourquoi le web ? D’mon temps, on apprenait à faire une recherche pour écrire un p’tit dossier, et le web allait avec les ressources livresques au CDI. Si on veut apprendre l’informatique y’a des trucs carrément accessibles et plus pertinent : écrire de petits algo. conditionnels, savoir ce qu’est le numérique (c’est du binaire) et connaître les opérations binaires (1+1=0) et la logique binaire (simple, juste savoir ET, OU, NON, XOR), mais aussi l’archi d’un ordi (carte mère, dd, ram, cpu les gamins connaîtront les noms mais il leur manque un savoir rigoureux), ce qu’est un réseau (et donc le net), et la physique des ordinateurs (et oui! y’a pas que les maths contrairement à ce que semble croire un des intervenants et j’insiste sur la physique car ça nous éviterait toutes les conneries sur un soit-disant monde dématérialisé et/ou virtuel, il faut impérativement que la génération future arrêtent avec ça et qu’elles appréhendent enfin l’ordinateur comme un objet physique) genre transistor au silicium (de manière hyper vulgarisée) et l’utilisation du magnétisme par les disques durs. Tout ça ce sont des connaissances généralistes qui ne nécessitent pas d’enseigner une nouvelle discipline, mais que les profs de math et physique peuvent prendre en charge et s’autoformer (à condition d’avoir des sources adaptées), et le temps nécessaire à l’apprentissage de tout ça n’est pas si grand que ça (peut-être suis-je ambitieux, auquel cas on fait une sélection de ce que j’ai dit) tout en donnant une culture générale qui dépasse l’informatique (pour le lycée on pourrait ajouter la quantification/discrétisation et quelques petites miettes de vulgarisation de théorie du signal, par ex. comment est enregistré une image, un son, et l’ASCII tant qu’à faire). Du coup tout le débat sur l’informatique qui viendrait grignoter sur d’autres domaines perd énormément de sa pertinence : l’informatique est aussi un biais, un moyen d’intéresser les jeunes, pour acquérir un savoir généraliste.
— le codage. Késako ? Programmation ? Ce serait bien d’utiliser le vocabulaire courant plutôt que de réinventer les mots…
Arnaud Gonzague évoque des cours théoriques accessibles uniquement au fils d'enseignants ou de cadres et laissant de coté 25% d'élèves moins favorisés.

Je ne suis ni fils d'enseignants ni fils de cadres, mes parents n'ont jamais eu le temps de s'occuper de ma scolarité devant mener deux boulots de front chacun, partant tôt le matin et finissant tard leur journée, épuisés. Pour leur malheur, je détestais l'école et ne foutais rien en classe. Pire, je la perturbais. Résultat : sortie du circuit scolaire avec un niveau de 3è faible en 1985 après avoir redoublé ma classe de seconde avec une moyenne générale de vrai cancre surtout en math et en français, une vraie catastrophe.

Arnaud Gonzague aurait-il raison ? Ferais-je partie de ces 25% laissés pour compte par des cours trop théoriques ? Ce discours qui dure depuis des lustres m'a longtemps persuadé de mon échec scolaire... jusqu'à ce que je décide de reprendre des cours sept ans plus tard après avoir exercé des petits boulots ne faisant surtout pas appel à mes acquis scolaires que je croyais nuls. Voilà donc que je décide de prendre des cours de droit par correspondance dispensés par une école émanant de la profession libérale où j'avais dernièrement atterri à un poste encore une fois non qualifié. L'Ecole Nationale de Procédure. J'ai tenté car je n'avais rien à perdre. Ca été difficile mais cela n'a pas été impossible. Cinq ans de cours qui m'ont permis de passer d'un niveau de 3è faible à un niveau Bac +2 tout en devant continuer mon boulot de 39h par semaine voire souvent plus. Des soirées entières, des week-ends entiers à mettre en pratique les fondamentaux que j'avais appris et que je croyais n'avoir jamais acquis pour finir par réussir l'examen final de 5è année. Cet examen sanctionnait notamment et essentiellement la capacité à poser un problème clairement en extraire les points clés qu'il s'agit d'agencer pour établir une progression logique et infaillible des réponses à donner conduisant à la solution au problème qu'il s'agit enfin d'exposer clairement et sans faille par un argumentaire littéraire solide. Pour y parvenir, au-delà des règles de droit, les règles théoriques du langage que Arnaud Gonzague juge inaccessibles pour un type comme moi (rangé parmi les défavorisés) ont été un socle indispensable d’autant qu’en la matière la tolérance syntaxique approche le zéro degré. Il en va de même pour la construction du raisonnement où les fondamentaux en mathématiques sont la clé de la réussite.

Ainsi, Arnaud Gonzague se trompe. Une sortie prématurée du circuit scolaire due à un soi-disant échec scolaire n'est pas la cause de théories qui seraient inaccessibles à une catégorie d'élèves défavorisés. Ce genre de gars, comme d'autres avant lui, nous bourre le crâne de bêtises en laissant croire à un échec scolaire dû à trop de théorie interdisant toute seconde chance. C'est de ce genre de discours que les dits "défavorisés" sont les victimes. Ce que j'ai appris jusqu'en 3è (ces théories "académiques") s'est bel et bien ancré en moi malgré mon très faible investissement scolaire et a été fondamental dans la reprise fructueuse de mes études. Mes acquis théoriques, si critiqués par Arnaud Gonzague, étaient bien présents. Et si aucun test ne pouvait le vérifier à l'époque ce qu'ils m'ont permis l'a prouvé plus tard et le prouve toujours aujourd'hui.
Franchement, on a rarement vu une aussi mauvaise émission ! Rien à sauver, encore une comme ça et je claque la porte!
Pourquoi deux journalistes,( celui de l'Obs était particulièrement gratiné,) et pas de prof en plateau ? A. Finkielkraut est présenté comme seul opposant et vous le ridiculisez par un montage facile, procédé indigne!
Je n'ai pas lu tout le forum mais je partage la déception de beaucoup concernant le contenu de l'émission. Pour résumer mon impression, je pense que la question a été mal posée. Vous avez passé une heure à évoquer ce que devraient savoir les jeunes en sortant de l'école alors que beaucoup de gens (en tous cas ceux présents sur la plateau) sont pour l'essentiel d'accord à ce propos. S'il y avait un clivage, c'est sur la façon d'y parvenir comme a essayé de vous le dire le seul enseignant parfois (mais rarement!) autorisé à intervenir! Mais cette question a été totalement laissée de côté. C'est pourtant bien le nerf de la guerre : comment s'y prendre pour enrayer cette baisse de niveau. Je ne connais pas Monsieur Le Bris, mais j'ai cru comprendre qu'il met en cause la vision dite réformiste au nom d'une critique du bilan des réformes passées. J'aurais aimé entendre pourquoi.
Si vous vouliez vraiment aborder la question du contenu du socle commun, alors il fallait être beaucoup plus précis. La question de l'orthographe, par exemple, est loin d'être aussi simple qu'elle en a l'air. Tout le monde est benoîtement d'accord pour dire qu'il faut que les élèves sachent orthographier leur langue et tout le monde est tout aussi benoîtement d'accord pour laisser de côté l'accord du participe passé des verbes pronominaux. Certes. Mais il n'y a pas que les verbes pronominaux de complexes en français. Nous avons l'insigne honneur d'avoir hérité d'une orthographe horriblement complexe et d'une passion orthographique qui interdit toute réforme (même la minisucule réformette de 1990 n'est pas arrivée jusqu'aux oreilles de Daniel Schneidermann...) Le résultat est que l'acquisition de l'orthographe française exige nécessaiement un investissement en temps considérable dont on peut légitimement se demander s'il est compatible avec l'évolution actuelle de l'école... à moins de considérer que l'on est capable d'en améliorer drastiquement l'efficacité par rapport à l'école de le troisième république qui y parvenait certes plutôt bien mais au prix d'une concentration considérable de l'enseignement sur l'objet orthographique. Sur ce point, le titre de l'émission m'avais aléchée mais le contenu était fort léger. J'ajouterai d'ailleurs que, si on veut apprendre l'orthographe aux petits français, il n'est probablement pas possible de faire l'économie de la grammaire car notre langue exige des notions grammaticales pour être correctement écrite. Ce que vous appelez grammaire renvoie d'ailleurs à une grammaire scolaire qui a été spécifiquement conçue pour cela, comme l'ont montré brillemment les travaux d'André Chervel.
Bref, je ne saurais que vous inviter à réaborder la question scolaire en la posant de manière plus pertinente et en composant mieux votre plateau. Je ne sais s'il faut vous accuser de corporatisme mais vos deux journalistes ne faisaient pas beaucoup avancer le débat. Il me semble tout de même assez inconcevable que vous n'ayez pas trouvé un prof à mettre sur le plateau : nous sommes tout de même fort nombreux et souvent avides de nous expliquer... Au delà des praticiens de l'enseignement, je trouve dommage que vous n'ayez pas essayé de vous adresser à des spécialistes dudit enseignement. Même si le corps enseignant leur est parfois hostile, faute, peut -être, de connaître réellement leurs travaux, il est dans ce pays de nombreux universitaires qui étudient le système scolaire et dont l'analyse pourrait se révéler plus précise et pertinente que celle de journalistes. Vous invitez souvent des sociologues et des économistes sur des question de société et d'économie. Que n'invitez vous des didacticiens sur des question de didactique!
Enfin, je ne résiste pas à l'envie de revenir sur cette histoire de "Club des cinq" et de passé simple. Croire que rendre la lecture accessible à des enfants d'aujourd'hui, c'est supprimer le passé simple est à mon envie une grossière erreur. J'en veux pour preuve le fait que les albums pour jeunes enfants sont truffés de passés simples : mon fils de 4 ans racontait des histoires au passé simple! Et je jure que je n'utilise pas ce temps dans la conversation courante. Par ailleurs mon fils de 7 ans s'est pris de passion pour une série de romans intitulée "Geronimo Stilton". Il faut croire qu'il n'est pas le seul car il est impossible d'en trouver un exemplaire à la bibliothèque sans le réserver. Et devinez quoi? C'est écrit au passé simple! Et ils ne font l'économie d'aucune forme si biscornue soit-elle. Cet exemple révèle que le vrai débat est bien sur les moyens utilisés : nous voulons tous qu'ils sachent lire mais tout le monde ne s'y prend pas de la même manière pour y pavenir et ce n'est pas nécessairement ceux qui donnent l'impression de faire dans la simplicité qui y parviennent le mieux.
La programmation aiderait les élèves à aborder les mathematiques, la géométrie et même la rigueur orthographique (car il y a toujours une syntaxe de programmation). Je suis convaincu de cela. Prenons un vecteur, pour certains élèves une bonne définition et un schéma au tableau suffira, mais pour d'autres, je vous assure que coder avec des vecteurs aura un bien meilleur résultat.

Ensuite concernant internet à l'école, ca ne sert généralement à rien tel que c'est fait aujourd'hui.
Apprendre à utiliser facebook est inutile. Apprendre aux élèves à taper à l'ordinateur est inutile.
Il faut apprendre aux élèves comment faire une recherche (c'est d'ailleurs fait assez souvent contrairement à ce que l'on pense). Mais pas seulement sur internet. Comment chercher une information que ce soit à la bibliothèque ou sur internet. Il faut apprendre aux élèves comment est "fait" facebook, et non pas à l'utiliser, comment est "fait" un ordinateur, pas comment taper au clavier. Parler des données publiques et privées, où sont stockées les données: sur votre ordi ? sur un server ? ou ça ?
Internet si on veut l'utiliser à l'école, pourquoi ne pas le faire par exemple avec un rapprochement massif entre des écoles de manière internationale ? Faire discuter des élèves de pays éloignés par un logiciel du type skype (en plus libre ce serait encore mieux) dans deux langues dès la quatrième. 20 minutes dans la langue de l'un, puis 20 minutes dans la langue de l'autre. Ca aurait de la gueule non ?

Quand j'étais gamin la révolution informatique a été de pointer des bonnes réponses sur un ordinateur pour que ca affiche le nombre de points... Ca n'a eu aucun intérêt. Passé le deuxieme jour ce n'était même pas drôle.
de toutes façons, l'homme est foncièrement mauvais. Heureusement, on va tous mourir.
Hé ben ! vous m'avez foutu le blues avec vos commentaires.
C'est malin...
gamma
Je viens de voir l'émission,avant de lire les commentaires des @sinautes,je voudrais faire part d'une expérience personnelle.Dans une autre vie,j'ai été institutrice.Pendant plusieurs années j'ai eu un CM2.Avec les professeurs de 6ème nous avions le projet de faire lire les mêmes romans à nos élèves respectifs.Les livres choisis étaient d'une simplicité navrante,avec un vocabulaire pauvre, frisant parfois la vulgarité,seul moyen disait-on de faire lire les enfants de l'heure actuelle;chose à laquelle je croyais.Quelques années plus tard ,j'ai eu un CE2.J'avais gardé le souvenir ébloui d'un livre de lecture que j'avais eu lorsque j'étais élève moi-même,il s'agissait d'"Amadou,le bouquillon"de Charles Vildrac et j'avais découvert le livre de lecture scolaire écrit par Léopold Sédar Senghor"Leuk,le lièvre".;ces deux romans s'adressant à des enfants de CE2 de nombreuses décennies auparavant.Leur style est d'un niveau élevé,le vocabulaire est riche et parfois difficile.Je travaillais dans la même école,donc avec des enfants plus jeunes mais du même milieu,milieu moyen et mélangé,enfants de milieu favorisé et enfants de milieu défavorisé.Tous,je dis bien tous ont accroché à l'un ou l'autre roman,si ce n'est pour certains,beaucoup plus rares, aux deux.J'en ai conclu que l'on nous met dans la tete que le niveau des élèves s'appauvrit mais qu'en réalité,il n'en est rien et qu'on nous amène à fabriquer cet appauvrissement.Peut-être veut-on tout simplement fabriquer des imbéciles pour avoir des travailleurs dociles.

Le directeur a raison lorsqu'il parle de méthode.On pond des réformes sans former les gens.Si les livrets sont la panacée universelle,qu'on forme les enseignants!Vous avez vu les livrets de compétences avec des rubriques incompréhensibles pour les parents et certaines même pour les enseignants,certaines ne sont pas remplies,ou remplies au petit bonheur la chance.Autrement les gens passent leur temps avant les carnets à tester les élèves. 4 ou 5 questions pour chacune des rubriques remplies sérieusement,tout bon,c'est acquis,une faute,en cours d'acquisition,le reste, non acquis.Et cela même en maternelle!Pendant ce temps-là,on n'enseigne pas!Si c'est comme ça qu'on va relever le niveau ,j'ai quelques doutes!J'avais tout simplement l'impression qu'on préparait les futurs citoyens à être mal dans leur peau,à se remettre tout le temps en question,à travailler chez Orange!!!
.....Piza,,? pizza ,,? ah oui Pisa... l'orthographe, l'orthographe... Pisa qui est critiqué.

Vos invité(e)s se seraient-ils contentés du socle commun pour devenir des journalistes...dans de grands quotidiens.
J'ai bien aimé la discussion. Par moment , le socle commun me fait penser à une forme de" marchandisation" de l'éducation, dans le sens où celui qui maitrisera ou maîtrisera ce fameux socle commun (à 16 ans donc) pourra devenir un "exécutant", qualifié , compétent, mais quand même ne réfléchissez pas trop à votre condition et puis les autres qui iront plus loin, les dirigeants/entrepreneurs.. les journalistes peut-être ..? Il faut 49 minutes de débats pour entendre ce point abordé sous le terme " super socle" ou ou autre terme qui m'échappe.
Comment faire pour faire "entrer" toutes les connaissances/compétences dans un programme, depuis...les années 50.?L'ordinateur est un super outil, un outil très utile pour les langues par exemple, pas une fin et c'est vrai qu'il faut apprendre à s'en servir, le "codage" bien sûr, mais au final quels emplois du temps fabuleux pour tout le monde!!! Et les langues?! Regardez les heures de langues que les élèves ont dans la semaine...Je ne mentionne pas les heures de français en moins .Et puis il y a les autodidactes...C'est un autre problème. Pour l'histoire de l'institut privé "Acadomia", peut -être que deux heures d'étude surveillées(généralisées) dans l'établissement public pourrait bien aider les élèves en difficulté comme il ya des dizaines d'année, organisées par des étudiant/surveillants .
Vaaaaste problème! L'into du dernier film de Pascale Ferran est euh éclairant.
Juste un truc qui m'horripile : Le Cid est actuellement préconisé dans le programme de 4e, donc que l'ami Finki et les autres arrêtent de dire qu'on ne fait pas Le Cid en 4e ! Evidemment, on ne le fait pas de la même façon qu'en 2nde par exemple, mais ça, c'est une autre question.
Émission bien trop courte et polarisée pour répondre à ces questions. Par contre, il aurait été intéressant d'avoir un avis différent. Celui de Lepage par exemple qui critique bien l'éducation nationale... Pourquoi ne pas l'avoir invité?
Je suis enseignante et fille d'enseignants. Je regrette de cette émission de ne pas avoir abordé une question: mes élèves en savent plus que moi sur l'utilisation d'internet. Ce constat n'est pas très vieux….. ET OUI une QUESTION se pose : une génération ne serait- elle pas plus instruite que la précédente ?
Ouche ! Je viens de me taper la lecture des "Grilles de références pour l’évaluation et la validation des compétences du socle commun"
niveau trois, janvier 2011 (il y a peut-être une mouture plus récente, mais ça m'étonnerait qu'elle diffère beaucoup, dans l'esprit).

Il y aurait beaucoup à dire... mais je vais me contenter de ce qui englue tout ce débat, l'opposition connaissances/compétences, notions que personne ne prend la peine de définir vraiment, tout en répétant qu'il est vain de les opposer... et en confondant allègrement compétence et savoir-faire. Eh bien cette "grille" (rien que ce terme en dit long sur la conception de l'évaluation, mais passons), cette grille reformule une bonne partie de ses supposées compétences en "connaître", "savoir..." "maîtriser des connaissances sur...", en termes de connaissances, donc. Est-ce qu'ils savent lire, se lire, les rédacteurs de ce machin ? Est-ce qu'ils ont validé leur niveau trois ? Comment peut-on oser utiliser une notion dans le titre d'un "outil", sans être capable d'en donner une définition un peu claire, et une application un peu cohérente ?

En fait, ce référentiel est une liste de savoirs utilitaires et de savoir faire procéduraux, auxquels il convient de formater les élèves.
Bonjour,
je suis enseignant au collège. Je tiens à dire que le socle commun de compétences est une hypocrisie totale. En effet, vu qu'il est nécessaire à l'obtention du brevet des collèges (DNB), les compétences seront de toute façon validées, soit par le professeur concerné, soit par le professeur principal, soit par l'administration du collège. Dans mon établissement, certains professeurs avaient refusé l'an dernier de valider plusieurs compétences à quelques élèves qui n'avaient rien fait de toute leur année de troisième et qui n'avaient pas du tout le niveau: c'est le chef d'établissement qui a massivement validé. Peut-on d'ailleurs le lui reprocher, quand on sait la pression qu'il y a sur le personnel pour obtenir le meilleur taux d'obtention du DNB? Quel chef d'établissement prendrait le risque de faire baisser son taux de réussite à cause de compétences non validées ? Du coup, tous les élèves, ou presque, voient leurs compétences (même inexistantes) validées. L'hypocrisie est poussée à l'extrême quand on sait que seules les compétences des élèves dont on est à peu près sûr qu'ils n'auront pas leur DNB ne sont pas validées, sans doute pour faire croire à une réelle fiabilité du système.
J'ajoute que certaines compétences peuvent être validées en 6e ou 5e, mais comme l'a dit l'inspecteur du primaire rencontré cette année: de toute façon, toutes les compétences doivent être validées, à moins qu'il y ait un handicap. Autrement dit, on ne doit pas évaluer réellement les compétences d'un élève (même en grosse difficulté dans une classe surchargée), on doit valider en fonction de l'âge de l'élève et avec toujours à l'esprit que cet élève passera quoi qu'il arrive dans le niveau supérieur, vu qu'il n'y a plus de redoublement.
Bref, on a mis en place de jolies choses, mais elles ne servent qu'à flatter quelques penseurs planqués dans les ministères. Tant qu'on aura décidé qu'aucun élève ne doit redoubler et qu'un maximum d'élèves doit avoir le brevet (qui ressemble de plus en plus à une médaille de finisher sur une course à pied), on validera toutes les compétences et les histoires de socle commun ne seront là que pour rassurer les parents et la société tout entière. Société qui, si elle savait comment on évalue les élèves, serait certainement effrayée.
Je sais pas si vous connaissez Sir Ken Robinson, mais en l'ecoutant on vois qu'il a compris pourquoi on est tous frustrés avec nos ambitions d'avoir une bonne education.

Voici un bon resumé: TED Ken Robinson Changing Education Paradigms

http://www.ted.com/talks/ken_robinson_changing_education_paradigms



C'est en Anglais avec sous-titires mais c'est un bon resumé du probleme.
Effarant ! Le niveau de l'Instruction Publique (laissons l'éducation aux parents, c'est la moindre des choses) est proche du zéro.

C'est simplement honteux ! À tel point qu'un instituteur est obligé de battre sa coulpe en admettant que ne pas apprendre l'orthographe aux élèves les handicape dans l'avenir...

Ah ! Bon !

Il réalise soudain que ne rien faire, et surtout pas son métier d'enseignant pose des problèmes ?

"Veuillez me véhiculer les commodités de la conversation, marquise..."

Les Précieuses Ridicules du 21ème siècle sont les enseignants, à l'évidence !

Par ailleurs j'ai été chef d'entreprise presque toute ma vie.

J'ai vu défiler des milliers de CV... Et j'ai toujours dirigé vers la corbeille ceux qui comportaient une faute tous les trois mots.

Je ne donne ni prime ni chance aux cancres...

Mais revenons-en à la prétendue "Éducation Nationale" (les guillemet s'imposent quand on voit le niveau d'éducation en France aujourd'hui !)

1.300.000 personnes (entre 800 et 900.000 en Allemagne ou en Angleterre)

84 milliards de dépenses contre 55 milliards en Allemagne et en Angleterre. Quand on est riche on ne compte pas, naturellement !

Le tout pour des résultats pathétiques... Vous avez dit "Service Public" ? Je maintiens : "Sévices Publics" et racket sans vergogne !

http://www.ifrap.org/Education-la-France-surpaye-de-30-milliards,13527.html

PG
Ah le correcteur orthographique !
Avis aux enseignants à la recherche d'idées neuves : Pourquoi ne pas organiser un concours de rédaction de texte qui soit truffé d'erreurs et d'incohérences indétectables par le correcteur orthographique voire de grammaire... et seulement détectables par les autres élèves !
Ca pourrai hêtre vache ment rigole l'eau !

J'étais il y a fort longtemps un des premiers enseignants à poster les cours sur un blog, à utiliser des animations Powerpoint. En tant que "précurseur" j'ai relevé à l'époque un comportement de mes étudiants de BTS qui m'a incité à reculer un peu. En effet les étudiants étaient "rassurés" à l'idée que les cours étaient disponibles quand ils en auraient besoin. mais se sont mis à différer le travail que je demandais ! L'évolution fut alors de ne poster que sélectivement des contenus ou des analyses, mais pour autant, seuls les étudiants consciencieux utilisaient positivement l'outil internet. Cessons de rêver d'un étudiant imprégné de rationalité à l'instar d'un homo oeconomicus inexistant. Il y a plein de raison d'aller consulter des sites web bien plus passionnants que les sites de contenu (cours et exercices) quand on a moins de 20 ans. Je n'aurais pas fait mieux à leur âge. N'allons aucunement imaginer comme A Finkielkraut que les jeunes nés avec une souris en main ont des capacités en informatique. Il n'en est rien et les routines cliquetantes qu'ils adoptent pour la plupart les conduisent à sous utiliser ou à rester au mieux superficiels dans la façon de manipuler des logiciels aux considérables possibilités.
Ces réflexions (et j'en aurais tant d'autres mais j'ai pris les plus simples) permettent de relativiser le rapport aux NTIC à l'heure où une classe sans TBI semble impossible. Mais entendons nous bien ! Aucune évaluation n'est disponible et aucune n'est pertinente compte tenu du rythme de transformation de l'environnement numérique ! Dans le doute, on continue dans la voie du numérique en formant des jeunes à des métiers futurs qui nous sont inconnus ou même inimaginables pour des emplois dans lesquels le rapport à la notion de travail est incertain.
Bref, en dépit de nos gesticulations, s'il faut sauver tous les élèves et afficher l'égalité on n'est pas sortis de l'auberge !
Adieu monde cruel des bisounours ! Et arrêtons de stresser en permanence notre jeunesse. Il lui faut des petits succès pour pouvoir se remettre au travail et un cadre soit moins éreinté par les prophètes du tout va "encore plus mal". Il y a dans l'évolution de l'éducation des peuples de nombreuses séquences temporelles de régression. Les causes de ces régressions et leur nécessité sociétale pourraient faire un excellent sujet d'étude.
Faire comme si le camp qui "défend les connaissances" était, évidemment, le rassemblement corporatiste de vilains conservateurs de droite tendance Finky rêvant de l'école des années 50...
Vous auriez pu vous renseigner et inviter autre chose que les gentils réformateurs "compétences" (bien sûr libéraux, puisque le socle de compétence est une excrétion de l'OCDE) sur le plateau -en marginalisant le brave instit sur Skype.

Je vous invite à une réflexion autrement plus sérieuse, et PAS DE DROITE : Lisez, écoutez, Angélique del REY

http://www.editionsladecouverte.fr/catalogue/index-__l_ecole_des_competences-9782707176707.html

http://www.dailymotion.com/video/xbusav_angelique-del-rey-1-4_news
http://www.universitepopulaire.be/?p=923


Votre présentation de l' "autre camp" a été biaisée, caricaturée, par vos invités sur le plateau, parfaitement mahonnêtes et orientés (surtout le petit barbu brun à lunettes.... ahhh d'accord, c'est un journaleux!! donc tout est normal).
Pardon, le premier lien n'est pas assez précis.
Sébastien Bohler avait mentionné cet effet de captation d'attention, en concurrence avec l'attention endogène qui permet de réfléchir, dans cette vidéo, à 10:15 :
http://www.arretsurimages.net/emissions/2012-08-31/Je-suis-une-voyeuse-et-je-m-en-flatte-id5167
Télévision, numérique et résultats scolaires, ce serait un sujet d'émission plus qu'intéressant. Eventuellement inviter Michel Desmurget, neuroscientifique très au point sur la question. L'apprentissage étant très lié à l'attention dirigée et aux interactions alors que la télévision sollicite l'attention captée. Ce qui fait notamment que les enfants s'ennuient plus facilement.

Sébastien Bohler avait mentionné ce fait dans l'une de vos vidéos.
http://www.arretsurimages.net/breves/2012-09-06/La-tele-nous-rend-elle-meilleurs-id14391

Extrait de Michel Desmurget sur les deux types d'attentions qui corroborre cet avis :
http://www.dailymotion.com/video/xsq8cl_la-tele-diminue-l-intelligence-des-enfants_lifestyle

Intervention de Michel Desmurget concernant l'école et le numérique, édifiante :
http://youtu.be/3vlILu2qPvM

Sinon une conférence plus complête ici :
http://youtu.be/NvMNf0Po1wY

Pour terminer, un documentaire sur l'effet hypnotique de la télévision :
http://www.dailymotion.com/video/xy9zd_addiction-a-la-television_school

Cordialement.
Conclusion du débat, le niveau baisse, mais est ce si grave? c'est bien le fond de pensée de vos 2 invités.
PBM n°1 je pense que certaines personnes travaillant au sein de l'éducation national, n'aurait rien à y faire.
Est il normal de mettre une personne névrosée ou en pre ou post dépression devant des enfants ou des adolescents.
La plupart du temps quand je rencontre un enseignant de notre pays, je trouve normal que certains enfants tentent de s'enfuir de l'école, c'est un sursaut très sain de leur part.
PBM n°2 nous avons je pense des enfants qui n'existent pas dans les autres pays d'Europe. Avec la crise, les taux de natalité en Espagne et en Allemagne se sont effondrés, en gros les gens ayant eu des difficultés sociales ont arrétés de se reproduire, chez nous ils ont continués.
Nous avons un taux de natalité très élevés, en étant le pays qui est le + gros consommateur de psychotrope.

Comment voulez vous qu'un enfant puisse se construire dans ces conditions

De téte je crois qu'il est frappant de mettre deux chiffres en parallèles (corrigez moi si je me trompe)


Nombre de naissance par an 800 000
Nombre d'enfants sortants du système scolaire sans formation ni diplôme par an environ150 000
DaniL, tu mèrd grav.
Dir ke jvi1 de me réaboné avantièrre...
Avek 1 aboneman de souti1 en +.
Ouèch gro.
@si cé de - en - de la balle ou koi ?

Heureusement que le Forum est là pour relever le niveau.
Ceci dit tout n'est pas perdu : l'émission a lieu à l'écrit !
Prochaine étape : changer @rrêt sur images par @rrêt sur écrits ?
Comme tout le monde, j'ai été sidéré par les conneries proférés par les journalistes invités. Mais n'étant pas enseignant moi-même ça m'a fait plus marrer que de m'offusquer. Il a beau s'en défendre, Arnaud Gonzague est aussi caricatural (et donc drôle) que Alain Finkielkraut.
Dommage car Alain Boissinot semble quelqu'un intéressant et intelligent. Il aurait mérité de meilleurs interlocuteurs...
Les deux journalistes se comportent moins en journalistes qu'en idéologues, défendant clairement un camp dans un domaine où il n'y a pas de vérité scientifique évidente. Ils en ont parfaitement le droit, mais mieux vaut le dire et les inviter à ce titre, et mieux vaudrait qu'ils présentent leur travail à ce titre, plutôt que sous la forme d'articles objectifs. Dommage en tout cas qu'il n'y ait pas eu de contradicteur (ce n'est pas à M. Schneiderman que je dévoilerai l'inégalité du dispositif qui consiste à opposer trois personnes d'accord sur un plateau à un contradicteur non habitué des médias intervenant par skype).

Il est par ailleurs assez étrange, pour ne pas dire illogique, de dire comme M. Gonzague que :
1) depuis une quinzaine d'année les théories "réformatrices" on gagné du terrain
2) depuis une quinzaine d'année le niveau baisse, on l'a vu avec PISA
3) les théories des "réformatrices" sont bonnes, il faut absolument les appliquer davantage

Quelqu'un peut m'expliquer??

Autre question: M. Gonzague admet qu'il y a une baisse de niveau en orthographe (il aurait pu généraliser à la maitrise de la langue), mais il tempère en annonçant que cela a été compensé par une hausse du niveau dans d'autres domaines. Est-il possibile de savoir lesquels?
le titre de l'émission c'est : Que faut-il apprendre à l'école?

et il n'y a pas un prof d'invité... il y a un haut-fonctionnaire et un directeur d'école plus les deux inévitables journalistes analphabètes de surcroît mais à qui on demande leur avis... en vertu de quelles compétences pédagogiques svp??

Intéressant comme démarche...

Je t'aime bien quand même Daniel en dépit de tes choix curieux...

Amicalement..
Ce "réveillez-vous" est bien maladroit alors je rectifie: "réveillons-nous !". Désolé, l'émotion ou la colère, ou les deux.

En ce qui concerne l'OCDE, il faut lire le "spécial école" du Monde diplomatique d'octobre dernier, on y trouve cette merveille de cynisme (un peu à la Kessler) écrite en 1996 (l'offensive n'est pas récente), je cite:

" Si on diminue les dépenses de fonctionnement, il faut veiller à ne pas diminuer la quantité de services rendus, quitte à ce que la qualité baisse. On peut réduire par exemple, les crédits de fonctionnement aux écoles et aux universités, mais il serait dangereux de restreindre le nombre d'élèves ou d'étudiants. Les familles réagiront violemment à un refus d'inscription de leurs enfants, mais non à une baisse graduelle de la qualité de l'enseignement, et l'école peut progressivement obtenir une contribution des familles ou supprimer telle activité. Cela se fait au coup par coup, dans une école mais non dans l'établissement voisin, de telle sorte que l'on évite un mécontentement général de la population."

Vos intervenants ont-ils lu ce texte ? Honnêtement messieurs, dames, faut-il accepter l'ingérence de ce type de "pensée" dans les écoles ? Au nom de quoi devrions-nous suivre les "recommandations" de ces gens ? Cher Daniel, à quand une émission sur ce thème ?
Je veux bien venir vous raconter la dérive managériale à laquelle j'assiste sur mon lieu de travail; "évaluationnite" aigüe, environnement pseudo numérique, passivité éffarante des collègues, individualisation à outrance, dictature par le détournement des mots et l'utilisation absurde du langage d'entreprise, etc...
Encore une fois, réveillons-nous !
Tous ces intervenants ne parlent que d'aiguillages ! Mais personne ne se demande où va le train ?
Inconditionnel de ASI, j'ai eu un grand moment de tristesse lors de ce débat sur l'école. Comment se fait-il que les deux intervenants soit disant "pro-réforme" aient été choisi parmi des gens qui ne connaissent rien à l'école et n'y ont visiblement jamais mis les pieds ?
Il y a dans cette émission un manque terrible. Il aurait fallu quelqu'un pour répondre à ce brave garçon qui prend visiblement les statistiques de l'OCDE pour argent comptant.
Que l'on ne s'y trompe pas: l'OCDE est un "think tank" néo-libéral; depuis longtemps il espère et agit pour la privatisation de l'école. Qui sont ces gens ? Ont-ils été élus ? Est-il raisonnable que des chefs d'entreprise s'occupent des programmes scolaires ?
L'argument type: il faut préparer les jeunes au monde tel qu'il est, est l'argument de ceux qui approuvent les méthodes du type "traité de Lisbonne", en gros, l'avis des peuples, on s'en passe.
Regardez bien, tout cela est lié! La mise en place des compétences et de "l'évaluationnite" à outrance fait bien partie d'une charge généralisée contre l'idéologie issue des consignes du Conseil National de la Résistance.
Résumer tout cela par un: "on ne peut plus faire la classe comme en 1950" prouve que ce brave intervenant n'a rien compris. Il s'agit bien là d'une guerre de VALEURS; le fait de se servir de réactionnaires comme Brighelli, Finkelkraut et autres pour tenter de démontrer que la "réforme", c'est l'avenir est une imposture. L'OCDE ne souhaite pas la réussite de tous les élèves, réveillez-vous! Ils ne veulent qu'une population asservie, peu syndiquée, prête à tout pour conserver un job sous payé, culpabilisant de creuser la dette etc... Réveillez-vous !
Quand un syndicat défend les salariés il est méchamment corporatiste... Quand il accepte les arnaques il est gentiment réformiste... Merci le Nouvel Obs de te dire "De Gauche"... permets moi de te le dire autrement. Un syndicat qui défent ses syndiqués est loyal...Un syndicat qui avale les escroqueries de l'administration (au nom toujours de l'intérêt général...Forcément!!!!) est tout bêtement collabo et trahit les intérêts et l'engagement pour lequel il est assermenté... On peut le dire comme ça???
"Sous Rousseau"? Le règne de Rousseau c'est de quand à quand? Je m'étonne tout de même qu'aune reference à la conf gesticulé ( inculture(s) 2) de Franck Lepage ne soit fait. Ce qu'il y dit peut passer pour réac' aux yeux des rois de la réforme mais c'est totu d emême pleind e bon sens.
Ce n'est un débat comme un autre : l'École est une telle organisation qu'elle demande de la mesure et une bonne connaissance de son fonctionnement.
Bien entendu, ce dernier point, ne s'adresse pas au recteur Boissinot mais aux deux journalistes de parti pris et visiblement envoûté par la théorie de l'existence d'un parti réformisme et d'un parti d'affreux réactionnaires. Les uns gentils, voulant la réussite de tous les élèves et les autres souhaitant seulement la reproduction de l'Élite républicaine.

Ils ont pu montrer leur méconnaissance de la chose pédagogique et du vécu de l'École. Ce que je trouve suffisant pour les disqualifier.

J'ai trouvé, Daniel Schneidermann, que là tu avais manqué le coche et que tu t'étais laissé emporter par la vague manichéenne d'au moins deux de tes intervenants ; même si tu as pu déceler le "fantasme" qui agitait Gonzague...

C'est dommage que le débat n'ait pu faire émerger un peu plus que du ressassé...
On dit "programmation" pas "codage" ...
Bonjour
Quand on entend la vision caricaturale qu'ont leurs journalistes de l'enseignement, on comprend pourquoi les ventes du Monde et du Nouvel Obs sont en chute libre si c'est la même chose pour d'autres sujets.
Je précise que je n'ai rien à voir avec l'enseignement.
Inviter des journalistes pour parler d'enseignement, c'est comme inviter des joueurs de ping-pong pour parler du tennis. Dommage que Mara Goyet fut occupée. ( je suis secrètement amoureux d'elle depuis que j'ai lu ses Formules enrichies mais ne le dites pas à mon épouse )
Je vous en prie, cessé d'utilisé le mot «codage» sans savoir de quoi il retourne.

Le codage est à la programmation ce que orthographe est a la langue française. A l'heure actuelle, un programme est capable d'orthographié parfaitement le français s'il dispose du contexte sémantique adapté; mais aucun programme n'est capable de comprendre le sens d'un livre Ratus.

Savoir codé n'est pas savoir programmé, au même titre que savoir écrire sans faute n'est pas savoir écrire un texte correctement structuré. (ça marche dans les deux sens, je n'ai aucun doute que ce paragraphe servira d'exemple de la dégradation de l'orthographe, mais que ce texte sera correctement structuré.)

Donc, déjà, faire attention.

Ensuite, il est assez intéressant de voir comment on balaye de la main la suggestion de remplacé «les maths» par l'informatique, comme ci ce scientifique n'avais rien compris (et comme s'il avais suggéré de ne plus apprendre «a compté»).

Il ne faut pas oublier qu'on ne fait jamais réellement de mathématique avant la licence (et un peu dans en 1er/term S/sti) on apprend a manié des concepts logiques basiques, l'addition, la soustraction, une version allégée de la logique des prédicat… et également a appliqué des _algorithmes_ bêtement. posé une opération en colonne est un algo ou l'enfant doit se montré aussi stupide qu'une machine (même plus, parce que l'algorithme en question effectue des vérifications redondante inutile pour une machine qui ne se trompe jamais).


Bref. On n'enseigne pas les maths, sortez de cette illusion et a partir de là, regardé se qu'on enseigne réellement et a quelle point c'est sous-jacent a l'infor-matique.

L'informatique reposant sur la théorie de la calculabilité, peut être est il temps d'apprendre à calculé plutôt qu'a compté.

Je citerais un point de vu important qui donne un point de vue sur l'enseignement de _l'informatique_ a l'école :
https://www.youtube.com/watch?v=kgicuytCkoY

Accessoirement, plutot que d'accusé les programmes pour pointé le «niveau en baisse», regardé les moyens mis a disposition des enseignants (nombre d'eleve, nombre de profs par classe (pourquoi ne pas en mettre plusieurs?) etc.)

J'eût trouvé également pertinent d'inviter des gens comme monsieur Lepage (frank), qui en dit des choses sur l'enseignement.
Aucun enseignant sur le plateau. Des journalistes et bureaucrates seulement.

Un Lebris laissé pour compte.

Des clichés à n'en plus finir.

Emission inutile.
Une émission très intéressante.Elle fait le point sur les débats. Il me semble qu'au delà de la théorie , l'enseignement est une pratique. Comme le disait le regretté sociologue Pierre Bourdieu ,il se passe des choses dans les classes,c'est difficile à mesurer ,mais ces expériences sont utiles.
Une mauvaise émission. Les invité(e)s construisent des opinions caricaturales et font mine d'être à l'opposé du repoussoir ainsi construit. Et tout ce beau monde est d'accord ; Marc Le Bris apparaît de temps en temps pour tenir le rôle du "réactionnaire", ce qu'il fait parfaitement du reste. Pendant ce temps, le chômage, les ingéalités sociales, ont disparu. La société semble sans effet sur l'école, alors même que celle-ci entérine souvent les hiérarchies sociales, au lieu de les façonner.
J'ai trouve ce débat très intéressant et regrettable la décision de démissionner de votre invité. Après le départ du ministre M. Peillon ce départ annonce t il l'arrêt de la recherche de consensus indispensable nous l'avons vus de manière hyper claire ce soir pour tenter d'avancer dans l'évolution des programmes scolaires ?
Dans d'autres pays, on le voit de manière terrifiante dans la série produite par HBO "sur écoute" THE WIRE on passe 6 mois de scolarité a apprendre par cœur a des ados le test PISA pour que le niveau de l'école ne baisse pas !!!

Ce soir le comique dans le rôle du caniche savant ce pauvre Finkelkraut était vraiment pitoyable. Quelqu'un devrait lui dire je trouve que ce n'est pas parce que le ridicule ne tue pas qu'il faut pour autant en abuser.

Personnellement je pense le plus grand bien d'Internet a l'école où l'équipement des classes en tablettes numérique et réseaux sans fils doit rendre plus simple et moins coûteux l'accès de tous.

Il sera plus facile d'apprendre aux élèves et aux enseignants à lire les sites internet et les images et a coder pour comprendre comment ça marche et aussi les limites de l'usage ou du trop usage.

Je suis frappé par l'ensemble de ces regards jeunes et vieux braqués sur le fascinant écran de smartphone alors que de l'autre côté de la vitre du bus ou du train un paysage grandiose ou les lumières de la ville sont boudés comme un décor insipide. L'apprentissage de l'usage passe aussi par comment s'en passer ?
Sans avoir vu l’émission et juste commentant le titre, un cri du cœur: Vous nous faites chier avec votre orthographe de merde!

Ce serait donc ça que nos chères tètes blondes devraient apprendre en priorité? Ce serait donc par la maîtrise de l’orthographe qu'on devrait sélectionner les gens capable de faire tourner notre pays? Cette logique plus que débile commence vraiment à me saouler... Vive la culture et la compréhension du monde ! Stop a cette imbécillité ! il faut bien sur comprendre la langue et savoir ce servir de cet outil mais ce n'est et ne reste qu'un outil! Vive une simplification de la langue française à l'espagnole et stop à la dictature de l'orthographe.
Hé ben... A la lecture des commentaires éclairés, je crois bien que je vais passer mon tour sur cette émission. C'est dommage, le sujet était très intéressant.
Echange névroses complexes et multiples contre simple névrose hors tore graphique, dotées d'un riche mépris à l'encontre des soldeurs de valeurs et des barbares. Si l'on s'entend sur l'utilité dérisoire de l'accord – je suppose que le barbare a décroché depuis un moment – on attribuera mon mépris aux miennes et non à cette rousseauiste anti-névrose qui donne au grand simplificateur des airs de génie de la culture et du modernisme intimement liés, au service de l'Humanité.
Une émission propagandiste ridicule... Les deux journalistes qui déroulent leur catéchisme sont insupportables... D'ailleurs je n'ai pas pu les supporter jusqu'au bout...;

Heureusement, cher DS, que votre forum, lui, est à la hauteur... Navrant.
Le traitement me gène aussi beaucoup. Les gentils réformateurs sont le courant qui emmène l'entreprise dans l'école. Leur pragmatisme est du foutage. Maryline Baumard déclare que ceux qui ne veulent pas réformer disent vouloir réformer. Ils n'ont pas la parole, et ce n'est pas un mec sensible aux paroles de l'UNSA qui la portera. Je ne sais pas si cette parole existe parmi ceux qui ont le micro, le pouvoir ou le droit de conseiller. Parmi les maîtres d'école, parmi les professeurs, elle existe en tout cas. Chez des chercheurs en sciences de l'éducation aussi, tel Henri-Louis Go par exemple.
Et je ne suis pas prof ou instit. Je travaille dans le privé, informatique. Et j'ai bien cru que consensus 39 était un troll. Semblerait que non.
@SI se C-dans-l'airise !

Un plateau très déséquilibré : trois personnes mainstream + un "idiot utile" qui plus est, en visio, ce qui permet de lui reprendre - voire de lui couper - la parole plus facilement. Que l'absence physique de M. Le Bris soit indépendante de la volonté de la production, ne change rien à cette asymétrie déplorable.

Des documents quasi uniquement centrés sur Filkenkraut, choisi pour son rôle d'épouvantail.
Sa parole peut-être riche et pertinente ou exagérée et caricaturale, elle a cependant besoin de la durée pour être véritablement évaluée. Juxtaposer des citations, même avec la meilleure intention du monde, ne peut qu'en faire un vieux réac "excessif", donc "insignifiant". À ses positions étaient amalgamées, sans aucune véritable démonstration, celles des syndicats "corporatistes" et "conservateurs" (vs syndicats "progressistes") - bonjour le manichéisme !

Si la présence de l'ancien président du CSP était la bienvenue, celles des deux journalistes, autoproclamés spécialistes de l'Education, était plus regrettable. Ils nous ont servis péremptoirement des poncifs de salon, révélant leur ignorance tant de l'école que, plus généralement, de tout ce qui n'est pas une salle de rédaction. Après avoir, à plusieurs reprises, anathémisé les enseignants qui refusent que l'école s'adapte au monde actuel, votre invitée demande que le "socle commun" soit revue à la baisse pour être à la portée d'un "gosse qui va terminer ses études à 16 ans" !
Mais, chère Madame, un gosse qui quitte l'école à 16 ans, aujourd'hui, est socialement mort ! Il n'existe plus d'emploi correspondant à ce "socle commun", sauf peut-être dans l'économie souterraine, et encore...

Qu'@SI invite des journalistes quand le sujet de l'émission porte sur leur travail, c'est tout à fait justifié. En revanche quand le thème est autre, leur donner principalement la parole, revient à tomber dans le nombrilisme de lesmédias, tant décriés sur ce site.
Italien (ou espagnol) obligatoire à l'école primaire et vous faites d'une pierre deux coups: langue étrangère ET Passé simple, et en prime le subjonctif présent et passé, pas l'Anglais ou l'Allemand, le Subjonctif et le Passé Simple y sont inconnus.
Mais bon, l'Italien et l'Espagnol, ce sont aussi des langues étrangères: almeno credo che ci siano ...at least I think they are ...Ya! Ich glaube auch!
Ceci dit, il n'y pas que l'orthographe et la grammaire!
Et puis il faudrait savoir à quoi sert l'école? Mettre des gosses en compétition ou transmettre de la culture?
Ce forum reflète malheureusement le conservatisme du monde enseignant attaché à ses privilèges devenus pourtant obsolètes dans un monde où la compétitivité devrait être une ligne directrice applicable par des individus qui passent leur temps à geindre, râler et encombrer le cerveau des élèves avec des connaissances inutiles.
Les vacances approchent, nous retrouverons ces archaïques fonctionnaires dans un village vacances arts et vie où ils pourront deviser en jouant au scrabble de leur prétendue perte de pouvoir d'achat où sur les personnes courageuses qui tentent de réformer un monde dans lequel ils se contentent de reproduire des schémas dépassés sans jamais se remettre en question.

Avec leurs vacances, leurs journées de grève payées, leurs cours recyclés à foison, leurs avantages mutualistes, les professeurs ont perdu depuis belle lurette le sens des réalités.

Ils ont pourtant avec le socle commun de compétences l'occasion d'entamer le virage nécessaire qui pourrait faire bifurquer l'école sur un chemin qui permettrait de fournir au monde du travail des individus adaptables, dynamiques et peu enclins à se perdre dans des mouvements de contestations stériles.

Soutenons donc ce gouvernement qui en dépit de certaines orientations gauchisantes dans le domaine fiscal a validé les courageuses propositions de Mr Fillon et si ces tristes sires encartés ne se plaisent plus sur le dos du mammouth qu'ils se reconvertissent, s'ils en sont capables, ce dont on peut douter, dans des secteurs où l'on connaît le sens du sacrifice, au service du profit et de la croissance.

Nos enfants sont en danger, il faut donc courageusement nettoyer le mammouth et briser toutes les entraves corporatistes, l'avenir de notre pays est en jeu !!!
A un moment, donc, il est fait allusion a Rousseau, pour inscrire dans son heritage une baisse generale dans la maitrise de la langue. Cela peut apparaitre comme un contre-emploi de Rousseau, si on lit un passage de l'Essai sur l'origine des langues (chap. 19). Comme dans ce passage, il est question "d'invasions barbares", le fait de le citer peut attirer un soupçon de racisme. Mais on devrait quand même pouvoir le citer, sans arriere pensées de ce genre, parce qu'il montre que Rousseau aime les moeurs "policées", y compris la langue "policée", pourvu que par là on entende, non pas de la préciosité (chose qu'il n'aimait pas), mais une vraie elegance, une vraie musicalité, une vraie tenue...

"Enfin arriva la catastrophe qui détruisit les progrès de l'esprit humain, sans ôter les vices qui en étaient l'ouvrage. L'Europe, inondée de barbares et asservie par des ignorans, perdit à la fois ses sciences, ses arts, et l'instrument universel des uns et des autres, savoir, la langue harmonieuses perfectionnée. Ces hommes grossiers que le nord avait engendrés accoutumèrent insensiblement toutes les oreilles à la rudesse de leur organe : leur voix dure et dénuée d'accent était bruyante sans être sonore. L'empereur Julien comparait le parler des Gaulois au croassement des grenouilles."
Aller je me lance aussi…
Je suis un petit prof conservateur, hostile à toute réforme car agrippé à mes avantages corporatistes, effrayé par tout changement et par la modernité … mais non syndiqué !

Hostile, je le suis certainement à ce système de certification par compétences, doublon et usine à gaz inexploitable : rien ne vaut la lecture des appréciations d’un bulletin scolaire rédigé par ses pairs pour connaitre précisément le profil d’un élève. Compétences… beaucoup ont hurlé à l’arrivée de tout ce vocabulaire de novlangue néolibérale dans le système éducatif. Les mots un sens…

Pour ma part, j’ai vu arriver çà fin des années 90, dans les filières professionnelles industrielles où je menais en quatre ans de BEP puis Bac pro, des jeunes gens, souvent en échec au collège et de milieux sociaux modestes, vers le savoir, la connaissance et le savoir-faire pour une brillante réussite et parfois un bel avenir professionnel.

Puis les compétences ont débarqué… Il fut désormais grossier d’apprendre les lois de l’électrotechnique, la résistance des matériaux, l’ajustage ou les liaisons mécaniques… Non, un élève se devait de "qualifier ses actions au sein de son intervention", ou bien "analyser le fonctionnement et l’organisation d’un système" (cf. référentiel du Bac pro MEI). Avec ce langage abscond, les programmes ont également fondu comme neige au soleil. Les modalités d’obtention des diplômes ont elles aussi changés : à un examen final exigeant et équitable (garantie de l’anonymat, égalité devant le sujet, mérite…) évaluant des savoirs, on a troqué le CCF : Contrôle en Cours de Formation des compétences. L’élève est évalué sur le temps scolaire par son propre professeur lorsque celui-ci estime qu’il est compétant ! « Aucun élève ne doit sortir du système scolaire sans diplome (diplôme ?) » : à force d’intimidations caporalistes par un corps d’inspection complice (intéressé ?), les enseignants sous pression ont vite compris que tous leurs élèves étaient "compétents". Quel modèle offrons-nous à ces jeunes qui ne se construisent que dans le vite-fait et la facilité ? Quels repères pour leur vie future ? Quelles armes pour l’affronter ?

Autre conséquence de cela, les heures d’enseignement on également été réduite à peau de chagrin, ainsi le nombre d’enseignants. Un atelier de maintenance industrielle formant 96 élèves tournait avec cinq profs à plein temps, moitié moins après la réforme des programmes et du bac pro trois ans ! Voila l’atroce sentiment de n’être plus qu’un gestionnaire de flux d’élèves et non un transmetteur de savoirs et de sciences…

Le fin mot de l’histoire : depuis qu’Allègre a voulu dégraisser le mammouth, ses brillants successeurs se sont employés à ne lui laisser que quelques bouts de viande sur les os que l’on s’obstine encore à "rousiguer".
Aucune réforme, aucune, se targuant de nouveaux programmes, de qualité, d’amélioration du système, de nouvelles pédagogies, organisations, temps scolaires … n’a eu d’autre objectif que tailler dans le lard, le prix de la réussite de nos enfants.

Combien de classes fermées, surchargées, de postes supprimés par Monsieur le Recteur de l’Académie de Versailles Boissinot pour satisfaire les exigences de son ministre de tutelle ? Combien ce dernier à-t-il touché en prime au mérite pour "réalisation des objectifs" entre 2010 et 2013 ? Les spécialistes de l’éducation Maryline Baumard et Arnaud Gonzague qui n’ont pas dû voir une salle de classe depuis leur bac philo, en ont-ils parlé dans leurs papiers ?
ca me fait trop triper le passage sur l'info...
c'est pourtant simple, a une epoque on avait des cours de techno, bah mettez des cours d'infos
et s'il vous plait insistez sur le francais!!! (et le reste)
sa mere, t'as vu comment ils ecrivent les jeunes d'aujourd'hui... mon orthographe est 100 fois de pu**** meilleure que la leur.... c'est d'une tristesse ^^

ps: vive les verificateur d'ortho... encore faut il vouloir s'en servir... (nique sa mere la ligne rouge XD)


ps2: à la votre ;)
Quand Rousseau était sur Genève, sous Rousseau, y avait qui ?
Là, c'est vraiment trop fort !

J'apprécie ASI, je suis un vieil abonné. Mais là : TROP FORT !

A peine dix minutes de visionnage et l'envie d'exploser l'écran et de défoncer le clavier ! Parce que mon salaire de prof ne me permet pas vraiment de me racheter le matos rapidement, je tente d'évacuer et d'exprimer un tout petit petit et très discret discret commentaire dans la marée de contre-vérités déjà assénées.

Arrêt sur Image, c'est pas censé déconstruire en décortiquant la doxa ? Arrêt sur Image, c'est pas pour ne pas hurler avec les loups, japper avec les chiens ? Là sans déconner, vous n'assurez pas une cacahuète. J'essaye de m'expliquer.

Dès le début de l'émission, Daniel, tu emploies (tu permets que je te tutoie, j'ai l'impression de bien te connaître, depuis le temps), tu emploies donc le mot "compétences" comme un terme totalement neutre. Il n'en est rien, Le mot a une double histoire :

- en effet, comme c'est évoqué après (mais avec des simplifications tellement réductrices), le terme est utilisé par le mouvement pédago surtout dans la deuxième moitié du XXème siècle. L’idée est bien de changer l’école pour changer la société et tout et tout.

- mais ce mot a glissé, il a changé, il a été récupéré ! C’est là qu’ASI se fait rouler dans la farine néolibérale ! Le mot de compétence et l’approche en terme de socle (et puis de paliers, de piliers : il faut lire les textes sur le socle commun, on se croirait dans une entreprise de BTP) a été récupéré par les libéraux dans les années 1980. Ca commence au Canada et aux Etats-Unis et puis ça se diffuse. L’approche par compétence est celle en effet de PISA devenu seule référence internationale, et diffusée de l’Afrique (presque toute) à une grande partie de l’Asie. C’est sous Sarkozy qu’en France l’offensive a été la plus largement menée. Dans cette approche, l’idée est de transformer l’école mais pas pour changer la société. Non ! L’école se voit assigner un rôle utilitariste : celui de former une main d’œuvre employable. On ne fabrique plus des citoyens, ou des individus libres et émancipés, mais des pions à placer dans les cases du système libéral actuel. De la main d’œuvre à patron. Tu te croirais sur France Inter à 15 h 30 et tu te dis que celui qui écrit est un fou dangereux qui se balade en classe le couteau entre les dents ? Tiens, je te cite les recommandations publiées dans le JO de l’Union Européenne du 26 mai 2010 : « Il faut en particulier renforcer les compétences requises pour poursuivre un apprentissage et intégrer le marché du travail, qui sont souvent interdépendantes » (...) « Il importe de trouver un «langage commun» qui fasse le lien entre le monde de l'éducation et de la formation et celui du travail pour permettre aux citoyens et aux employeurs de voir plus facilement dans quelle mesure les compétences clés et les acquis de l'apprentissage sont pertinents au regard des tâches et des emplois concernés. La mobilité professionnelle et géographique des citoyens s'en trouverait également facilitée ». Voilà ce que c’est que le socle commun de compétences. Et ma belle sœur a tort de faire un master d’ethnomusicologie.


Je voudrai pas faire trop long, tunnel et tout ça, mais un autre truc me crispe au plus haut point. C’est le cours de M. crâne d’œuf (pardon, c’est nul) sur « l’approche complexe et démystifié du syndicalisme en milieu enseignant depuis que ma grand-mère porte des culottes courtes ». Lui aussi, hein, 0/20. Et puis personne sur le plateau pour donner la réplique : c’est simple, tu devrais t’inquiéter quand tu demandes aux autres et qu’ils disent « je suis d’accord ». Sur ton plateau tout le monde est d’accord. Mais moi, j’ai envie de péter mon clavier.

J’essaye encore de m’expliquer :
- c’est quoi ce machin de dire : « Il y a les réformistes » (ils sont gentils, c’est l’UNSA) et « il y a les conservateurs » (ils sont majoritaires mais méchants, corporatistes, crispés sur leurs acquis et tout et tout). Ca veut dire quoi ? Ca veut rien dire ! Rien sur l’histoire de la FEN (la fédération de l’éducation nationale) et son éclatement en 1992 en deux branches : la FSU et l’UNSA ? Rien du tout du tout ? Rien sur les statuts de ces syndicats ? Quand la FSU se détermine comme un regroupement de syndicats « de transformation sociale », ça ne sonne pas trop conservateur, si ? Rien sur les arguments avancées pour contrer l’école du socle ? Rien Daniel ? Mais alors ? Rien non plus sur les courants et les tendances qui agitent ces syndicats ? Non : des conservateurs crispés. J’en suis, tu auras compris.

Et pourtant, tous les jours, je me bats pour changer le monde, aussi dans mes classes.
Bonjour,

A environ 21'30 Arnaud Gonzague : depuis 15 ans le camp des réformateurs avance petit à petit...
A environ 30'35, le même : depuis 15 ans l'école est en échec...

N'en déplaise à ce "spécialiste", il y a peut-être une relation à faire...

Cette émission est, hélas, le triste reflet du fonctionnement de l'Education Nationale : 3 personnes qui n'enseignent pas mais qui ont des opinions très tranchées sur "ce qu'il faut faire" et un enseignant qui n'est pas écouté ou seulement pour être caricaturé.
Pas besoin du passé simple au quotidien ? Donc vous partez du principe que les gamins ne liront jamais de romans ? Ce passage m'a fait bizarre...
L'émission me laisse une impression étrange. Je suis prof et suis confronté à ces problématiques, et je trouve que l'émission peine (c'est un euphémisme) à dépasser le postulat hautement caricatural de départ : l'opposition compétences / connaissances. Chaque enseignant sait que les deux domaines sont étroitement liés, comme le dit A. Boissinot. L'émission prend le débat sous un angle purement polémique et opportuniste. Le rôle de candide que s'assigne Schneidermann est intenable pour quelqu'un qui aurait dû travailler davantage son dossier. Et subitement je me pose une question : moi qui ai trouvé Schneidermann auparavant pertinent sur des sujets que je ne maîtrisais pas, et que je trouve limité sur un sujet que je connais un peu, est peut-être ni plus ni moins qu'un Yves Calvi du riche... D'autres @sinautes ont-il déjà eu cette troublante impression ?
Si vous continuez sur cette pente douce à nous faire subrepticement passer vos confrères journalistes pour des esprit vierges de toutes tendances idéologique et capables d'énoncer sincèrement (ce qui pour le moins ne suinte pas de cet entretien) toutes les données du problème, vous allez faire fuir jusqu'au plus inconditionnel de vos asinautes.
Le problème? Je vais vous le dire c'est quoi le problème. Allez jeter un oeil sur les commentaires youtube, le mystère y est tout entier résumé. Une génération d'abrutis par le Tittytainment (nos lardons sont des andouilles), les Xbox, la haine tout ce qui ressemble à un savoir ( les programmes de l'école n'ayant pas aidé), la jouissance à tout prix, la dévalorisation constante du livre au profit du numérico ludique, la prévalence du cool sur tout le reste... Bref, la civilisation américano mondiale en cours de décomposition avancée. Y a qu'à entendre ce jargon de mes couilles: compétences (techniques?), modernité, réformisme (vassalisation?), et tout ce qui pourrait tel quel servir à un sketch du nauséabond Philippe Muray.
Je sais je sais, je suis un pisse froid, mais c'est bien ce que pense.
Oui, stop à la névrose orthographique !
Keskon en a à secouer que les articles de Libé ou du Monde.fr soient truffés de fautes d'orthographe ? Dans 80 % des cas, on arrive malgré tout à en saisir le sens général, et c'est bien l'essentiel.
D'autre part, qui hormis une poignée de conservateurs arriérés, considère aujourd'hui que l'apprentissage d'une langue nécessite une parfaite connaissance de sa langue maternelle ?
Perso, je pense comme Desproges que "je serais pas été plus avancé si j'aurais lu tous les livres".
Je suis en train de télécharger l'émission.
Déjà rien ke le titr sa me declanche quelques chose de bisare. Parse que la naivreause de lortografe, set un truque qui ne menque pa d'interpéler le citioillen de bases.
Dais que j'ais finie, je vous rekontacte.
À 35' 47" Daniel Schneidermann qui dépose des accents circonflexes un peu partout apprend que ce n'est même pas obligatoire là où il y en avait jadis.
Eh bien. En tant que jeune de vingt-trois ans étudiant l'informatique, je peux dire que cette émission aura été très instructive.

J'ai quelques souvenirs de tentatives de me sensibiliser à l'informatique dans le cadre de ma scolarité obligatoire et secondaire (Il y a au moins cinq ans, donc. Du coup, peut-être que ce que je dis est maintenant complètement à la rue). Et honnêtement, je n'en garde pas un souvenir transcendant. Quelques incursions sur un tableur dans le cadre de cours de Technologie au collège, ou en Mathématiques en terminale, qui viraient très vite au petit jeu du "allons sur des sites pas très pédagogiques tant que le prof a le dos tourné" et qui me font réaliser que jamais l'informatique n'a été vu comme une science à part entière, mais uniquement au travers du prisme de l'initiation au tableur pour résoudre des problèmes divers. Autant dire, on a connu plus glorieux, comme mise en avant. Il existe aussi une option en seconde, "MPI", qui peut constituer un début de sensibilisation à l'utilisation de l'informatique dans un cadre scientifique. Les quelques gens que je connais qui sont passés par-là se rappellent juste avoir "dû compter avec des 1 et des 0".

Néanmoins, je ne suis pas convaincu qu'il puisse exister une approche plus convaincante. De manière générale, je pense qu'il y a un souci majeur avec l'idée d'inculquer des notions de programmation aux élèves de lycée, et, à fortiori, de collège : Qu'en feront-ils ?

Alors certes, ça fait énormément travailler la logique et la capacité à monter des raisonnements, mais ce sont des compétences qui ne sont pas systématiquement nécessaires, et ceux qui en ont besoin verront ça lors de leurs études dans le supérieur, notamment les mathématiciens et les physiciens qui, sont souvent obligés de passer par l'outil informatique pour des simulations et des calculs haute performance. Les autres n'y verront aucun intérêt, pensant que c'est réservé (à raison, selon moi) à une petite frange de personnes.

L'informatique, pour des gens qui ne sont pas dans un cursus exclusivement centré autour de ce sujet, après le Bac, doit à mon sens, être vu comme un outil indispensable pour accomplir une tâche, et son utilisation doit être enseignée comme tel. L'utiliser juste pour Excel (pour, de plus, faire des choses qu'on peut parfaitement faire à la calculatrice), ou juste pour inculquer trois bases de programmation et arriver laborieusement à un résultat type "affichage de son prénom à l'écran" à des gens qui, de toutes manières, n'en ont rien à faire, c'est desservir cette science, et faire perdre du temps à tout le monde. Son introduction, si elle doit se faire dans les programmes de la scolarité obligatoire et secondaire, ne doit en aucun cas être fait au forceps juste parce que l'on est dans un monde où le "numérique" (bon dieu, que je déteste ce mot) est omniprésent. Et en ce sens, il me semble qu'elle ne peut absolument pas être faite avant la postbac de façon intelligente.
Non seulement vous n' avez pas fait le tour du sujet, mais il ne s' est vraiment rien dit en 1h. Je cherche encore comment c' est possible.
Débat posé en des termes ridicules. Il n'y a pas d'un côté les réacs-à-la-finkie et de l'autre les gentils-réformateurs-qui-travaillent-pour-TOUS-les-élèves.

De toute façon, ne parler que du programme est biaisé : socle commun ou pas, les programmes sont mal foutus, les classes aussi et les enseignants sont mal formés : on les met dans des situations qu'ils ne peuvent pas affronter efficacement. On passe son temps à réparer des pots cassés, avec des élèves qui ne travaillent pas chez eux. C'est ça qui pose problème, alors se concentrer sur les programmes et le grand débat entre "lire-écrire-compter" ou "apprendre des chose vraiment utiles dans la vie" (encore une opposition débile), c'est parler pour ne rien dire. Avec des gens qui n'ont pas (et pour certains n'ont jamais eu) d'élèves au quotidien devant eux, le débat entre un partisan du consensus mou et deux réformistes contre un vrai réac promettait exactement ce qu'il a donné : une bouillie inconsistante, beaucoup de bruit pour rien.

De mon côté, voir des éditeurs bousiller un texte, même traduit, d'Enid Blyton me fait très mal, je doute énormément de l'intérêt de donner des tablettes à des gamins en primaire et au collège, je constate le manque de concentration et la déroute de l'orthographe et de la grammaire élémentaires. Ne parlons pas du vocabulaire... Je n'aime pas ce "socle commun" : l'idée d'une école utilitaire fonctionnant sur la dualité connaissances-compétences pour préparer de bon petits travailleurs bien dociles me scandalise. Et, comble de l'atrocité, je veux aussi penser aux "bons élèves" ; pas les têtes farcies souvent trop arrogantes, non, ceux qui ont l'esprit vif, qui ont réellement soif de connaissances et que l'on abrutit lorsque les classes sont trop hétérogènes et qu'on n'arrive pas à les faire fonctionner (on dit "gérer", aujourd'hui...).

Mais je suis pour l'interdisciplinarité, je suis très enthousiaste sur l'introduction de l'histoire des arts en 3è (autrement organisé, ce serait mieux, mais bon), les TPE en 1è ; j'aimerais que les élèves apprennent l'informatique avant de savoir naviguer sur internet (ils n'y connaissent, pour leur grande majorité, rien) ; je regarde avec intérêt les expériences de pédagogie inversée, j'essaie de mettre en rapport le plus possible ce que j'enseigne avec l'actualité, j'essaie d'encourager un regard critique chez ces enfants qui passent leurs soirées à regarder les anges de la téléréalité et enquête exclusive (et qui m'affirment que, siiiii, les illuminati existent), de varier les exercices et les modes d'évaluation (qcm, mots croisés, recherche personnelle, questions sur documents, etc.), j'essaie de faire en sorte que tout le monde comprenne bien le cours et de créer une solidarité entre les plus à l'aise et les plus à la ramasse en organisant un travail collectif (et ce n'est pas chose aisée). Parfois ça marche ; souvent, ça n'est pas terrible.

Compliqué, quand on n'y a jamais été préparé. On nous apprend à enseigner "à l'ancienne", en utilisant des TNI pour faire moderne, pour nous dire ensuite, quand on est confronté à l'échec manifeste de telles pratiques, qu'il faut faire autrement et qu'on devrait presque naturellement le savoir. Et les gamins, qui ne sont pas idiots, savent très bien tout cela, sont au courant des débats sur l'enseignement, et ne foutent plus rien. Parce que c'est aux profs de s'adapter à eux (c'est ce que m'a dit un élève l'autre jour), ils pensent qu'ils n'ont plus à faire aucun effort. Il faut tout rendre ludique, attractif, sympa ; il ne faudrait pas s'étonner du manque de travail des élèves si ce n'est pas le cas. Pourtant, l'enseignement "du haut vers le bas" me dégoûte, les cours magistraux m'ennuient ; je suis beaucoup plus sensible à l'esprit de la pédagogie active. Mais au bout d'un moment, il faut arrêter de baisser les exigences sous prétexte de rendre l'école plus accessible, et laisser croire aux élèves qu'en faisant une recherche sur internet il en sauront plus que leur professeur.

Le discours des inspecteurs ? Il faut faire avec les enfants qu'on a, on ne peut pas changer la société, donc en histoire-géo, on n'a plus besoin d'apprendre des dates (ça ne sert à rien, sauf les "repères" pour le brevet), on n'a pas besoin de répondre en rédigeant des phrases, on n'a pas besoin de faire une introduction et une conclusion au collège, il existe de la "bonne paraphrase", il faut donner aux élèves des fiches de révision pour qu'ils sachent sur quoi ils vont être interrogés. Les "traces écrites" (le cours pris en note) sont réduites comme peau de chagrin, on se demande bien l'utilité de ces fiches de révision.

Pourtant, la mémoire, c'est une compétence ; savoir s'exprimer simplement et clairement à l'écrit, c'est une compétence ; savoir prendre des informations dans un document et les soumettre à un regard critique, c'est une compétence.

Quand va-t-on enfin consulter les enseignants sur ces sujets ? Je veux dire, ceux qui mettent réellement en pratique des innovations pédagogiques et qui sont capables d'en évaluer les aspects bénéfiques. On passe son temps, en France, à mettre en place des expériences que l'on abandonne rapidement sans les avoir évaluées. Ce serait bien de s'y intéresser, au lieu d'avoir sans cesse le regard tourné vers "nos voisins" pour justifier une position ou son contraire.
Emission tellement mal barrée dès les dix premières minutes (les invités...) que j'ai arrêté de la regarder sans aucun remords...
" les progrès en langues vivantes,"

L'euphémisme pour dire « progrès en anglais », langue unique de l'Europe qui se dit hypocritement riche de sa diversité linguistique.

En passant quid de la mort du latin et du grec?

Il n'y a pas que le français, la culture, l'orthographe et le vocabulaire qui sont sacrifiés au progrès en anglais (et d'autres matières mineures : B2i (inutile) ou éducation civique (et ses péans à la gloire de la European Union of Brussels).

Ajoutons qu'il y a 40 ans, tout le monde allait déjà à l'école (ce n'était pas une école d'élite donc) et le niveau était plus haut.
Comme j'aurais aimé avoir Stiegler et Michel Serres discuter de tout ca...
Emission formidable ici: https://www.youtube.com/watch?v=iREkxNVetbQ&feature=kp
https://www.youtube.com/watch?v=MgHg79PiB4s :)
Des journalistes qui avouent eux-mêmes n'avoir aucune idée de ce qui se passe dans les classes, il n'y a pas mieux pour donner des leçons sur l'enseignement. Ne connaissez-vous vraiment qu'un seul prof - malheureusement indisponible, comme le laisse entendre votre présentation ?

L'émission est totalement biaisée par cette vision manichéenne "gentils réformateurs qui veulent faire réussir tous les élèves" vs."méchants conservateurs qui ne veulent faire réussir qu'une élite de fils de profs".
La vérité, c'est qu'on fait réussir de moins en moins, et qu'à force de niveler par le bas, les plus perdants, ce sont les élèves des classes populaires, qui n'ont pas d'autre possibilité de s'instruire que l'école.
La vérité, c'est que la baisse du niveau n'a rien à voir avec les visions idéologisées d'une fraction de journalistes, de syndicats et d'intellectuels qui ne sont jamais présents dans les classes. Enseigner, ça ne se fait pas avec de grandes idées, mais les mains dans la pâte, comme on peut, selon sa personnalité, ses élèves, ses moyens.
La vérité, c'est que les profs n'ont plus acuune autorité vis à vis de leur administration et des parents ; que les passages dans le niveau supérieur sont acquis à 3 de moyennes, de classe en classe, que les punitions sont de plus en plus contestées et que mettre une mauvaise note relève du défi. Et que motiver des élèves à travailler dans ce cadre est impossible.
La vérité, c'est que ce bac que 70% des élèves obtiennent, ce qui serait une preuve d'une démocratisation de l'école d'après vos intervenants (qui feraient bien de vérifier leurs chiffres, il me semble que les scores sont plus élevés), ne sanctionne plus grand chose ; que les pourcentages sont imposés par le ministère, et n'ont aucune valeur, ne sanctionnant pas un niveau individuel, mais un représentant un objectif comptable à accomplir. Qu'on donne le bac à des élèves ne sachant pas raisonner, pas écrire, pas calculer.
La vérité, c'est que le socle de compétences n'a aucune utilité tant qu'on ne parviendra pas à le convertir en un enseignement efficace. Qu'il n'est qu'une manière de donner l'impression qu'on fait quelque chose, un cautère sur une jambe de bois et une machine à gaz.
La vérité, c'est que sans savoir, on ne peut pas savoir-faire, et inversement, et que la séparation compétences/connaissances n'est qu'un artifice pour créer des divisions factices qui plaisent aux journalistes et aux politiques, et qui masquent les vrais gros problèmes, comme les diminutions d'horaires, de postes, d'options, de classes...
La vérité, c'est que quand on "retraduit" les Club des 5, ça ne montre pas, comme le dit votre journaliste, que les élèves sont des imbéciles, ça signifie qu'on FORME, sciemment, des imbéciles en ne leur proposant que de l'édulcoré, du médiocre et du fait à demi. Toutes choses que l'on retrouve dans les programmes, qui mutliplient les éléments à connaître et leur enlèvent toute profondeur.

Bon je vais m'arrêter là. Il y aurait tellement à dire, que n'aborde jamais votre émission ! Et en particulier cette simple question : la diminution réelle de niveau, que tout le monde constate et qui s'accentue ces dernières années, est-elle vraiment imputable à un changement de paradigme pédagogique, ou à de tout autres facteurs, à la fois sociétaux et culturels (par exemple le fait que les élèves soient de moins en moins exposés dans leur vie quotidenne à des éléments susceptibles de les cultiver) ?
Ceci, pourtant, il y a moult rapports de l'éducation nationale, disponibles en ligne, qui le montrent.
Pause à 8 minutes.

Gare au contresens : la dichotomie droite/gauche est totalement inopérente pour tenter de comprendre le petit monde syndicaliste de l'EN : SE-UNSA, évoqué par A. Boissinot, et SGEN-CFDT, évoqué par le journaliste du Nouvel Obs, sont deux syndicats "réformistes", c'est-à-dire qui soutiennent les réformes de ces dernières années, qu'elles aient été avancées par l'UMP version Châtel, ou par le PS version Peillon (à quelques exceptions près). Exemple : la ligne visant, à terme, à affaiblir la place du concours dans le cursus de l'étudiant futur professeur.

SE-UNSA et SGEN-CFDT sont ainsi prompts à qualifier de conservatrices les positions éducatives - au hasard - du Front de Gauche.

Enfin, je ne suis pas sûr (euphémisme) que le plateau soit très équilibré, Le Monde et le Nouvel Obs étant bien connus pour leurs récentes positions anti-profs (eux vous diraient anti-SNES, mais je crois que ça va bien au-delà de ça).

NB : signé d'un syndiqué (mais pas syndicaliste) du SNES.
Aie ,aie,aie,aie,aie....les réformateurs ,les réformateurs....30 ans de réformateurs....l'école à terre....mais ce n'est pas de leurs fautes.
Les mêmes rengaines qu'en économie....
Compétences,savoir etc etc,mais qu'est ce que l'on en a à foutre de leurs querelles lorsque l'on est au milieu de 30 loupiots.
On a besoin d'outils qui marchent...et.... que je sache seul les enseignants les manipulent et sont juges de leurs efficacités.
Le plateau du jour (que dire des 2 journaleux!!) (à part l'insist complétement shuntés)n'ont absolument aucune idée des réalités d'une classe,absolument aucune,
mais par contre pour nous abreuver de leurs poncifs....j'en peux plus de ces clowns
La figure de ce vieux réac de Finkielkraut hante toute l'émission. Il en sort grand vainqueur, et c'est tant mieux. Car quand en face de la culture à la papa on ne sait qu'opposer l'utilitarisme le plus servile, le modernisme le plus béat, voire l'inculture par l'abaissement démocratique du " niveau", le réflexe de survie s'impose. Finky est certes dans une mauvaise passe, mais c'est l'infinie médiocrité de ses adversaires qui est en train de l'emporter. Le concept, rabâché sans jamais la moindre esquisse de critique, de "socle de connaissances" ( faut plus dire les bases, ça fait trop militaire) me fait penser à cette phrase d'un grand penseur allemand de la fin du XIXème siècle: " Sais-tu quels dangers te guettent, jeune homme que l'on envoie en voyage avec un savoir scolaire fort moyen ? As-tu-ouï dire que c'est selon Aristote une mort non tragique que d'être écrasé par une statue ?"
A peine 11 minutes de visionnage ... et j'ai déjà envie d'arrêter les frais. Par ou commencer , il y a tellement de choses à dire ...

Déjà la composition du plateau , 2 journalistes et un enseignant qui a fait 50 % de sa carrière dans les cabinets du ministère de l'éducation nationale ... (les deux journalistes partageant exactement le même point de vue un seul aurait suffit .... ) et enfin un enseignant à la retraite via skype. Comme d'habitude l'intervant via skype est sous représenté ... première intervention au bout de 11 minutes ... deuxième intervention à la 23 minutes ... à chaque fois moins de 1 minutes de temps de parole ... C'est vraiment si dur que cela de trouver des enseignants en activités ? N'y aurait il que Mara Goyet de représentatif ?

Ensuite que de simplifications réductrices .... à écouter ces gens qui pour les 3/4 des intervenants n'ont jamais mis les pieds dans une classe ou plus depuis 1993 pour l'un , un enseignant il est soit réformarteur soit conservateur .... non mais sérieusement ...

J'ai le sentiment de me retrouver devant un débat de C dans l'air ... je ne suis pas abonné à arrêt sur image pour entendre / voir des débats de ce niveau ... tant d'inéxactitudes énnoncées sans que personnes ne puissent les corriger en direct ... Encore à l'instant Maryline Baumart vient d'annoncer que les inspecteurs avaient beaucoup de mal à connaitre le nombre d'heures de lecture au primaire (37'59) ... non mais allo quoi !!

Bref ce débat m'afflige ...
Bravo, belle entrée dans la logorrhée à 180° sarokozienne : l'UMP, c'est des réformateurs et les à gauche de la gauche des conservateurs.

En plus, on a sur le plateau deux journalistes de la presse "Pierre Bergé - Joffrin (celui de vive la crise) même si on va bientôt fêter :-( son retour à Libé", n'est-ce-pas un peu déséquilibre ? Même pas 5mn d'émission et on est dans l'enfilage de perle des Tina (there is no alternative).

Je ne me cache pas, je suis un affreux réactionnaire-conservateur-corporatiste adhérent du SNES fraîchement titulaire après plus de 10 ans en CDD avec 1670€ net par mois avec un master II.
li 10 pg ds Confessions tu vera le langage il a 1 tenu... qu'il serait démagogique de mettre sur le meme plan que celui que bien des jeunes parlent ou ecrivent, a l'issue de leur scolarite.

Au fait, pourquoi dire "sous Rousseau" plutot que "sous Louis XV", comme cela serait plus normal ? Pour donner un coté républicain au discours qui cherche à nier, ou minimiser, une baisse de niveau dans la maitrise de la langue ?
Je n'ai pas encore vu l'émission, mais l'opposition entre savoirs "élitistes" et compétences "de base" vraiment utiles me semble prendre le problème par un angle faussé...La notion de "compétence" est très floue :

ouvrage sur les compétences
Avant de voir l'émission, scène vécue cette semaine : une professeur d'IUT vient s'enquérir chez nous de l'avancement d'un stage. Nous discutons de choses et d'autres, et nous faisons remarquer à cette dame que le stagiaire éprouve des difficultés assez fortes à noter correctement les instructions et à les exploiter plus tard. Et là, elle nous explique qu'à l'IUT, ils donnent aux élèves des polycopiés à trous : si ils donnent des polycopiés complets, les élèves ne viennent pas au cours, et si ils ne leur donnent pas de polycopiés du tout, ils sont incapables de noter de façon exploitable. Quand je pense à mes 18 cahiers de 400 pages manuscrites de cours de mathématiques et de sciences-physiques de classes préparatoires, ça me laisse songeur. Nouvelles technologies ou pas, la capacité à comprendre ce que dit son interlocuteur et à le faire sien me semble une compétence indispensable de tout travail intellectuel et les jeunes que je vois arriver dans mon entreprise me paraissent de moins en moins capables de le faire.
Merci de bien présenter d'un côté les syndicats "réformateurs" et d'autres … quoi?… des conservateurs? C'est cela que vous voulez dire?

Il me semble que vous faites, Daniel, un contresens lorsque vous essayez de placer dans des cases à tonalité "politique" des démarches pédagogiques.

De plus, cela semble mettre d'un même côté les enseignants refusant telle quelle LA REFORME NECESSAIRE DANS UN MONDE QUI BOUGE ETC ETC (comme en tant d'autres domaines) et des enseignants attachés à la conservation de certaines valeurs, alors que cela ne se recoupe pas nécessairement.
Parler plus de langues vivantes est sans doute un plus. Mais la question est-elle vraiment celle-ci. Les observateurs critiques, spécialistes de l'éducation déplorent la perte de l'intelligence critique au profit de l'accumulation des connaissances. Construire un homme libre et non pas un robot humain, le danger est là. La discussion est loin d'être close.
Je lisais les légendes rapidement, pour me faire une idée, et puis...

"Le niveau baisse. Les enquêtes le disent et Alain Finkielkraut le répètent régulièrement. Exemple concret : la suppression du passé simple et la simplification du vocabulaire dans les livres du Club des cinq. L'orthographe a-t-elle encore de l'importance ? "

"L'accord des participes passés des verbes pronominaux doit-il encore être enseigné ? Et internet ? Doit-on avoir au recours aux nouvelles technologiques à l'école ? Finkielkraut est contre. Sur le plateau, tout le monde est d'accord pour les inclure dans l'enseignement. Encore faut-il savoir qu'en faire et quel enseignement supprimé. Faut-il remplacer la grammaire par le codage informatique ?"

Belle illustration par l'exemple :)

Vous ne pouvez pas (encore) lire cette vidéo...

Cet article est réservé aux abonné.e.s
Rejoignez-les pour une information sur
les médias indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Partager cet article Commenter

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.