91
Commentaires

Vincent Lambert, non merci !

Commentaires préférés des abonnés

Que des religieux intégristes aient un poids dans les décisions de justice de mon pays, moi cela me regarde.

Le sort de ce cas précis ne nous regarde pas certes,mais la lutte acharnée de forces obscurantistes qui reviennent en force et dénient à chacun le droit de choisir sa vie ,sa mort,cela nous concerne tous.

Et ce, alors que devrait commencer l'examen de(...)

ça ne nous regarde pas mais en fait ça nous regarde


souvent je me trouve confronté à des gens qui me disent leur désarroi face à la maladie de leur parent en maison de retraite, l'hôpital refusant de les héberger

et contre tout réalisme - l'issue étant(...)

Derniers commentaires

Les parents de Vincent Lambert poursuivent en justice le CHU de Reims et le Docteur Sanchez !

Mais jusqu'où ces trous du cul intégristes repousseront-ils les limites de l'abjection ?

Bonjour,

je partage totalement la première partie de l'article et je comprends l'exaspération exprimée dans la seconde, dans le sens où c'est insupportable de voir les médias se nourrir de cette affaire, qui ne devrait être qu'une affaire privée et qui ne nous regarde pas. N'empêche, ma première réaction hier matin lorsque j'ai entendu que le patient allait être réalimenté a été le choc : j'ai pensé à lui et ces nouveaux mois ajoutés à cette non-vie. 

Plus tard, j'ai lu dans le quotidien belge Le Soir les deux articles téléchargeables à ce lien

et je trouve que ces deux réactions illustrent assez bien le décalage de la société française par rapport à d'autres pays sur les questions éthiques, comme l'avait malheureusement déjà montré le prétendu "débat" sur le mariage pour tous. Nous avons beau continuer à nous prendre pour le phare de l'Univers, Jupiter en tête, nous avons en fait de sacrés trains de retard, y compris dans nos représentations médiatiques du monde qui nous entoure.

Il a de la réserve, le DS, hein: dès que j' instaure ma dictature, je le nomme 1er ministre...Et ministre de l' Info, de la Culture, du Bon Goût et de la Finesse...Et des Cultes: j' emmerde le Pape! 

Carpe diem...

OK. On en reparle après les élections européennes

moi aussi : Vincent Lambert non, merci !

Merci Daniel pour toutes vos chroniques qui nous ramènent au bon sens ..

Le sort de ce garçon est tragique. Comment savoir ce qu'il voudrait s'il pouvait le dire .Par contre, les parents outrepassent leurs droits. En ont-ils d'ailleurs ?Ce n'était pas un enfant .Cette histoire nous revient régulièrement, et de plus en plus absurde.

Je penses perso, que nous sommes tous également concernés par tout usage, quel qu'il soit, d'argent public.


Autant je suis très favorable à l'essentiel de nos dépenses relatives à notre système de santé publique, autant la je trouve que ce maintien en vie pour l'intérêt particulier d'une partie de cette famille est trop coûteux et devenant une nuisance non négligeable a l'intérêt général. Il en va de même avec le coût de cette affaire pour le système judiciaire.

Pour info, je viens d'entendre que La Vilardière va proposer un documentaire sur l'euthanasie demain soir sur M6 ! Bon, voilà qui va encore permettre de faire pleurer dans les chaumières  en parlant de morts... entre des écrans de pub !

Personnellement, c'est le mariage pour tous et la PMA qui me poussent au "non merci" ; pour le cas en question : RÉDIGEZ VOS DIRECTIVES ANTICIPÉES, et foutons la paix à Vincent Lambert.

D'après ce que j'en sais , la cour d'appel de Paris se serait fondée sur une décision du Comité international des droits des personnes handicapées de l'Onu.


J'ose espérer que les autorités policières et juridiques de la République vont se conformer aux décisions des commissions de l'ONU interdisant aux forces de l'ordre d'utiliser des LBD et autres grenades de désencerclement dans les manifestations de citoyens.

Au delà des mots, criés comme à la sortie d'un stade, ce sont les images qui sont obscènes, à vomir… ces liesses de joie, et ces deux avocats portés par la foule comme des toréros faisant un tour d'honneur. « On a gagné ! »,.

Mais qui a gagné ? Cela fait 10 ans que l'on entend parler du cas douloureux de Vincent Lambert et tout le monde se déchire, sans doute pour des motifs plus ou moins honnêtes, sur le dos de cet homme qui avait souhaité ne pas subir d'acharnement thérapeutique…

Il me semble me souvenir qu'au début qu'on en parlait, sa femme avait dit que ses parents ne venaient pas le voir et que tout d'un coup ils se sont mis à le faire. D'autres infos invérifiables suggèrent que de son vivant il avait coupé les ponts avec sa mère. Je ne sais pas si c'est vrai. J'ai tendance à penser que ce n'est pas une histoire de religion mais une haine de la belle-mère envers sa belle-fille. Classique.

Merci pour ce texte, ça fait trois jour que je me demande pourquoi on m'oblige à suivre cette histoire.

France info a interrogé Philippe Petit qui est membre du conseil d'administration de l'union nationale des familles de traumatisés crâniens .


Il déclare que : 


                            " Toutes les familles concernées sont terrifiées par la décision d’arrêt des soins et d’alimentation de Vincent Lambert, même si on nous dit que celui-ci est un cas singulier. Elles se disent que l’on peut avoir le même type de raisonnement avec les autres patients cérébro-lésés. C’est une crainte majeure. "



Interview de Philippe Petit

Au fait, Daniel, vous n'avez rien de particulier à dire au sujet de vos collègues de la PQR qui sont allés, aux ordres, recueillir la "divine" parole jupitérienne intervenant (constitutionnellement... ou pas ?) pour sauver ses troupes "Renaissance" en bien mauvaise posture... et ont accepté une "relecture avec corrections" (ou pas) de la com'Macron... un seul à se démarquer : La Voix du Nord... tout de même... Ce retour (évident) de la censure est à noter non ?

Tenez encore une nouvelle qui ne nous regarde pas


et chose étrange elles ont toutes quelque chose en commun

Oui, merci Daniel d'avoir dit l'essentiel : le battage médiatique, la curée des journalistes devant l'hôpital, les micros ouverts en permanence aux parents et à leurs avocats donnent tout simplement la nausée. Le débat de fond mérite certes d'être ouvert, ici il s'agit juste d'être indécent en toute conscience visiblement. Honte aux mass médias qui font de nous les prisonniers-complices de ce déballage.

Ouf, j'ai la chance d'échapper aux infos du matin car je commence à travailler à 7 h. 


Donc après une longue matinée de labeur je prends une petite pause en regardant mes mails et là je constate que DS nous informe que les radios commentent en boucle cette affaire douloureuse et que ça commence à nous les briser menu. 


Et du coup il lance le sujet ; ce sujet dont les médias parlent trop, eh ben il en parle aussi, pour dire que trop c'est trop. 


Et toute la petite troupe s'élance derrière comme un seul homme (ou presque) et y va de son commentaire de café du coin et se vautre  avec délice dans une logorrhée cent fois remâchée.  


Et que je te tape sur les cathos et en avant la pédophilie, l'homophobie, l'anti-avortement, l'obscurantisme, et même le nazisme. Le rapport entre cette douloureuse affaire et le nazisme m'échappe mais bon apparemment ça soulage. 



Bravo!!! Merci pour cette chronique libératrice.

Corinne.

Merci beaucoup. En effet les déchirements de la famille Lambert ne nous regardent pas. Nous n'avons pas à prendre parti pour l'un ou l'autre, c'est le travail de leurs avocats. Nous n'avons pas à juger qui a tort ou raison, c'est une affaire privée.


Qu'on débatte du droit à mourir dans la dignité, du droit à choisir sa mort, oui et re-oui!!! Plus que jamais ce débat est nécessaire. 


Mais que l'on assiste, forcés, à la guerre que se livrent les pro et anti, sur le dos d'un douleur intime, familiale et personnelle, alors ça non merci!!!

Eric Favereau a publié un article intéressant dans Libération  :


-  Vincent Lambert n'est pas un cas particulier : ils seraient entre 1500 et 2000 à être dans le même état que lui . 


   «Ce sont des êtres humains à part entière, ils ne sont ni morts ni mourants», stipule le Comité consultatif national d’éthique .


- Il n'est pas dans le coma ni dans un état végétatif  :  Il aurait un niveau de conscience minimale : 


 «La personne en état pauci-relationnel présente des réactions comportementales minimales mais précises, lesquelles semblent témoigner de la conscience que le patient a de lui-même ou de l’environnement»  


                                                                                        (professeur Nicolas Bruder -  hôpital de la Timone à Marseille )


 





Effectivement on ne peut que se sentir lassé de ce feuilleton tragique qui alimenteront régulièrement les médias depuis autant d'années. On en viendrait presque à souhaiter que ce légumes humain.... pardon, de cet être humain à part entière dont il faut respecter la dignité, cesse de vivre afin qu'on soit définitivement débarrassé de cette mauvaise série à rebondissements dont semblent se régaler nos journalistes ! 

Les actes médicaux sont encadrés par la loi  .


Les parlementaires élaborent le droit  de la santé publique .


Nous élisons les parlementaires . 


Nous sommes concernés en ce sens où ce sont nos représentants qui font la loi . 



Si  dans un cas particulier il est difficile d'appliquer la loi, cela signifie-t-il  que la loi est défaillante sur certains points ? 


Cette défaillance se situe-t-elle au niveau de la personne compétente  pour prendre la décision ultime ? 


Ou, cette défaillance concerne-t-elle le champ d'application de la loi : ce cas particulier relève-t-il de  cet article du code de la santé publique ? 



Le neveu de Vincent Lambert sur Europe 1 :

Je ne crois plus à la douleur des parents de Vincent. C'est du militantisme qui est dans la continuité de leur combat contre l'avortement.

L'intégrisme catholique, ici comme dans les Etats du Sud Etats-Unien où il connait son acmé, témoignant d'une terrible régression des mœurs.


Et l'espionnage de François Ruffin par LVMH, on en parle ?

Le futur député François Ruffin et son journal Fakir ont fait l’objet, entre 2015 et 2016, d’un espionnage méthodique à la demande de la multinationale LVMH, selon les rapports d’un cabinet privé obtenus par Mediapart. Certains évoquent des informations relevant de la vie privée. "Je n’ai aucune information à ce sujet", a déclaré Bernard Arnault, le patron de LVMH, à la police (info Médiapart). 


Faudrait te montrer un peu plus vigilant sur ce qui se trame dans ton groupe, Bernard. Certains de tes collaborateurs manigancent dans ton dos. Vire-les avant qu'ils n'écornent un peu plus ton image.

Le "GRAND DECRYPTEUR" des médias ferme les yeux sur ce douloureux sujet alors que de Bellamy à Le Pen en passant par le pape, tous ceux  qui évoquent les racines chrétiennes de la France et  de l'Europe se portent au secours des intégristes. J'attendais plus de courage et d'engagement. Si la France et l'Europe ont des racines chrétiennes, les fruits qu'elles produisent actuellement s'appellent complicité de pédophilie, racisme, rejet de l'autre, homophobie, abus de biens sociaux, détournement de fonds, mensonges, fake news, complotisme et j'en passe. Très chrétien, tout ça !

N'empêche qu'Audiard avait raison: "LES CONS ÇA OSE TOUT (...)"

La Justice -via divers et obscurs leviers avariés- décide de statuer sur la vie d'un mort vivant (fam. zombie).


Il est donc de mon devoir de réclamer une baisse drastique sur le prix d'achat du Tabac.


En tant que Fumeur Croyant Pratiquant -non cancéreux-, je m'adonne, avec ferveur, à 25 cancerettes par jour. Bénies soient-elles.


Toutes les 25 tubées par mes soins grâce à la Tubeuse et les Tubes Filtre OCB.


A cinquante et quatorze ans, fumer du Tabac blond de Virginie me fait mourir de joie.








ça ne nous regarde pas mais en fait ça nous regarde


souvent je me trouve confronté à des gens qui me disent leur désarroi face à la maladie de leur parent en maison de retraite, l'hôpital refusant de les héberger

et contre tout réalisme - l'issue étant proche et inéluctable - espèrent et continuent d'espérer

et sont confrontés à leur conscience qui leur montre que cet espoir est insensé

et que ce parent qui n'est plus en fait que par le secours de quelque appareil médical

ne répond plus aux sollicitations ou semble abandonner sans plus résister


et comment aider ces familles partagées entre ce qu'elles-mêmes considèrent un espoir égoïste

et une participation au "calvaire" (pour reprendre le vocabulaire catholique) de leur parent


ça nous regarde


comme ça me regarde ces soudaines exultations quand on devine l'état du principal intéressé

comme ça me regarde ces troupeaux exultants à cette décision de justice quand on sait qu'ils exultent sous le prétexte du respect de la vie au nom d'une divinité qui sans fracasser les cieux de sa colère permit qu'on tua 6 millions de Juifs, sans parler des Arméniens, sans parler des victimes du Yémen et d'ailleurs

comme ça me regarde qu'au nom de cette même divinité (quel que soit son nom dit ou non dit) la gouverneure de l’Alabama, Kay Ivey, signe la loi anti-IVG et et le jour suivant (ou le même) signe la condamnation à mort d'un prisonnier

comme ça me regarde ce qu'en pense des gens comme Bellamy qui sont comme anguille sous roche

comme ça me regarde ces troupeaux exultants à cette décision de justice quand on sait qu'ils exultent sous le prétexte du respect de la vie au nom d'une divinité qui sans fracasser les cieux de sa colère permit qu'on tua 6 millions de Juifs, sans parler des Arméniens, sans parler des victimes du Yémen et d'ailleurs


Je ne pense pas que les humains tuent au nom d’une ou des divinités, au fond du fond.

Il faut assumer ce que l’on fait. Le coup de la divinité est un prétexte.

Non. Pas d'accord. Tout ça ne nous regarde pas. Comme ne nous regarde pas comment les gens "baisent" (ou pas, ou mal) dans leur intimité .  Cette terrible bagarre et la façon dont elle est "agitée" ou exploitée par les media est, pour moi, du même ressort que l'industrie du cinéma pornographique. Elle a ses clients... ses amateurs de voyeurisme, de débats vains. C'est d'ailleurs du domaine de la "religion" : de l'intime. Enfin, à mon avis. Donc je suis comme Daniel... j'aime pas ce déballage et cette exploitation "je reste sur le fil du rasoir, je ne prononce pas l'imprononçable, je ne veux pas donner d'idées, de recette du suicide etc."... je reste hypocrite et faux derche jusqu'au bout, je me sers de ce pauvre homme en incapacité d'intervenir... comme d'un "produit" que j'exhibe aux lecteurs/téléspectateurs. 

Non ! Pas d'accord ! Ou alors, à quelques jours d'un scrutin qui emmerde tout le monde, on s'empare vraiment du sujet et on parle VRAIMENT de l'euthanasie, du suicide assisté, de la mort, de ceux qui veulent se battre jusqu'au bout, de ceux qui ne veulent pas imposer leur déchéance à leur entourage ou à la société... On montre la mort, ce que c'est, comme ça fait peur, un moribond qui s'accroche à la vie, comme ça fait envie ces gens qui font face à leur mort en soins palliatifs, qui ont déjà tout organisé et sont apaisés... 

Mais on arrête de parler de tout ça, entre deux écrans de pubs, avec des mots de "bouche en cul de poule" comme aurait dit ma grand mère... (la pauvre, morte dans un asile de vieux il y a longtemps)...

Vous mélangez un peu tout…


Alors oui, l'«affaire» Lambert ne nous regarde pas, ce qui nous regarde, c'est les questions qu'elle pose et comment éviter d'autres situations pareilles à l'avenir.


Les gens baisent, ou pas, avec qui et comment ils veulent, pourvu que leur(s) partenaire(s) soient consentants. C'est le cœur du problème, V. Lambert n'est consentant de rien, ni d'arrêter, ni de continuer. Et cela n'a rien à voir avec l'euthanasie ni le suicide assisté, on peut tout à fait arrêter des traitements sans que ça soit considéré comme de l'euthanasie, qui est le fait de provoquer la mort. On a le droit de le faire légalement, et moralement la plupart sont d'accord, même les cathos. La question n'est pas de savoir si on peut, mais qui peut prendre la décision.


En l'absence de directives anticipées ou de tiers de confiance désigné, qui peut prendre la décision? Les médecins? Les parents? Les conjoints? Les enfants? On réunit tout le monde et on fait un vote à main levée?


En effet, je me suis mal exprimée... Oui, nous sommes concernés par la loi Leonetti versus une loi sur l'euthanasie... Je le suis au point d'avoir rédigé mes directives anticipées, les avoir envoyées à l'ADMD à laquelle je cotise et à mes futurs fossoyeurs. Mais l'histoire sordide de ces parents ultra-cathos versus la belle-fille ou un de leur fils... vue par le trou de serrure que nous offrent les media... non merci. Moi je n'en veux pas. C'est horrible que cette affaire soit "tombée dans le domaine public"... c'est ça que je déplore et compare à notre intimité.

Mais vraiment, il ne faut plus croire à une divinité qui serait au-dessus de nous avec sa robe blanche et son auréole. Ce serait un monstre.

C'est beaucoup plus simple, l'esprit saint c'est nous et le diable aussi c'est nous. C'est moins féérique mais c'est ainsi en tout cas c'est ce que je crois fermement. La plupart du temps les deux tendances cohabitent de façon à peu près équilibrée. Il arrive que les évènements viennent perturber cet équilibre. 

"Si dieu existe, j'espère qu'il a une bonne excuse"

      

Afin que cette"affaire" se reproduise le moins possible,il serait bon de rendre obligatoire la déclaration auprès des autorités sanitaires compétentes de ses dispositions de fin de vie ..Pas rigolo mais visiblement nécessaire...

Pas de chance Vincent. Des magistrats on jugé qu'on devait te prolonger. Les garants de ta vie végétative exultent, crient victoire à la manière de supporters de foot. Un avocat de tes parents, l'abruti, salue même une "remontada".

A croire qu'ils cherchent à établir un record : celui du plus grand nombre d'années passées à l'état de légume.

Mais fort heureusement, ces rumeurs obscènes ne parviennent plus jusqu'à ton cerveau.


Voilà comment avec les plus belles intentions du monde on peut tomber dans le plus horrible scénario. Je te débranche, je te rebranche... je n'imagine même pas l'horreur que tout cela implique pour les proches. 

Je ne suis pas certain que tout cela amène quelque chose au débat... sauf de constater que médiatiser l'intime ça donne rapidement de l'abject.

Le sort de ce cas précis ne nous regarde pas certes,mais la lutte acharnée de forces obscurantistes qui reviennent en force et dénient à chacun le droit de choisir sa vie ,sa mort,cela nous concerne tous.

Et ce, alors que devrait commencer l'examen de nouvelles lois bioéthiques.

La montée des intégrismes de tout bord est effrayante,et le déferlement médiatique insupportable comme toujours,qui asphyxie le devoir de réfléchir.


 étonnant, pour quelqu'un de plutôt clairvoyant habituellement vous semblez passer complètement a cote du fait que le sujet ca n'est pas Vincent Lambert mais un débat de bioethique. pas impossible que certaines decisions judiciaires dans cette affaire fassent jurisprudence.


Hors sujet: petit doute linguistique sur les "J'ai mesuré comme...", "Je sais comme...". Est-ce bien français ? Perso, j'écrirais plutôt "J'ai mesuré comment...", "Je sais comment...", mais bon, je ne suis pas sûr. Si quelqu'un a un avis autorisé. 


Que des religieux intégristes aient un poids dans les décisions de justice de mon pays, moi cela me regarde.

journal de france info télé d'hier soir à 19 h : plus de 12 mn sur l'affaire avec un ''expert'' très ambigu !

Dans cette affaire nous (nous = l'opinion publique, qui en effet ne peut pas exprimer d'avis éclairé sur cette question, autre qu'émotionnel ou idéologique) sommes pris en otage, justement, par des idéologies qui s'opposent. Une partie de la famille semble néanmoins mener un combat militant, où la compréhensible empathie vis à vis d'un proche se mêle à un ensemble de croyances et de dogmes religieux, qui vient brouiller le débat.

Je n'ai pas d'avis moi non plus. Je me sens totalement étranger à cette affaire, trop loin, trop mal informé.

Je me sens juste effrayé par la nature militante du combat d'une des parties, dont la croyance en une possible résurrection me parait (depuis mon point de vue, seulement, naturellement) irrationnelle.

Seulement, je ne suis personne pour en juger... rationnellement.

D'accord avec Daniel pour penser qu'alors, nos médias feraient mieux de passer leur chemin.

Au delà, effectivement, du fait que l'on touche à l'intime d'une famille qui devrait donc rester dans ce cercle, il est frappant encore une fois de constater que les médias parlent le plus ce qu'ils connaissent le moins.

Le débat est technique, éthique : quel journaliste a lu les rapports d'expertise qui foisonnent dans ce dossier ? Aucun

Non merci ! C'est possible, j'ai éteint ma radio (France Culture) ce matin ! Bien que le débat me paraisse essentiel dans ce monde surpeuplé, en manque de moyens financiers pour offrir à d'autres personnes de réels moyens d'être soignés correctement ! 

Et là je ne peux empêcher un sentiment de colère monter en moi ! 

Bravo pour cette chronique. Comme vous dites : ça ne nous regarde pas.

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.