78
Commentaires

VaccinTracker : "Et un jour, le cabinet d'Olivier Véran m'a contacté..."

Le gouvernement est-il fautif d'avoir prévu de débuter les vaccinations de masse à partir du 18 janvier ? Les médias en ont-ils trop fait sur l'extrême lenteur française par rapport aux autres pays ? Et comment un ex-étudiant juste diplômé en vient-il à parler des données de vaccination avec le ministre de la Santé ? Nous avons invité le fondateur de CovidTracker et maintenant de VaccinTracker, Guillaume Rozier, l'épidémiologiste et biostatisticienne Catherine Hill, ainsi que le professeur de logistique à la Neoma Business School Aurélien Rouquet.

Commentaires préférés des abonnés

Dans les dix premières minutes on voit qu'aucun journaliste n'a eu l'idée de synthétiser les données officielles.

Et qu'ils se ruent sur le site de Guillaume Rozier qui le fait ( gratuitement me semble t-il ).


Ce qui me semble stupéfiant n'est pas qu'i(...)

Tiens, le prof de logistique d'un institut privé ne trouve rien à redire au fait de faire appel à un institut privé de logistique pour gérer une crise nationale. Surprenant.


Quand l'Etat crève, les charognards sont au festin.

Émission très intéressante ; Merci.  

Quant à la délégation, au moins partielle de la logistique concernant la vaccination, moi çà me gêne, et même beaucoup ! D’autant plus que la campagne concernant les tests a déjà été confiée à un cabinet de c(...)

Derniers commentaires

Et pourquoi pas Alcooltracker, Tabactracker, ou encore Sidatracker, Chaudepissetracker.......?

Emission interessante, invites bien choisis, bon timing mais ... DANIEL LAISSEZ PARLER CATHERINE HILL ROGGNNNTUDJU ! C'est LA specialiste en epidemio sur le plateau, elle ne devrait pas avoir a constamment lever la main pour en placer une, ou n'etre sollicitee qu'apres Guillaume Rozier qui lui n'a fait "que" visibiliser les donnees produites par des specialistes comme elle. La visualisation des donnees c'est chouette et sexy, et visiblement tres bien fait avec abnegation par GR (meme si franchement Le Monde / Libe auraient du faire au moins ca), mais le coeur du probleme c'est leur production - et on aurait bien aime que C. Hill continue d'expliquer les efforts et les contacts qu'elle meme a eu avec les autorites sur la strategie de test, son opinion sur les causes du pb etc. Bref la femme scientifique, la plus experimentee sur le plateau, qui galere a en placer une, arriere-gout desagreable pour une emission qui aurait pu etre vraiment excellente !

Un peu imbue d'elle-même et cassante vis-à-vis de M. Rozier cette Mme Hill...


Emission assez intéressante, notamment sur le variant anglais. merci!


Un seul bémol: plutôt que de s'émerveiller un peu béatement sur une personne parmi tant d'autres (*) qui il est vrai, fait mieux que le gouvernement pour présenter des données publiques tout en restant extrêmement sympathique , il serait probablement un peu plus intéressant de s'interroger sur les raisons pour lesquelles les journalistes ne semblent pas en mesure de s'approprier de manière autonome ces données publiques et de les présenter clairement au public  (un manque de culture scientifique dans des trajectoires plutôt littéraires ?)


(*) Le site officiel qui publie les données (épidémiques et hospitalières) recense une liste interminable de telles représentations des données publiques, souvent similaires à celle de Guillaume Rozier: voir par exemple https://www.data.gouv.fr/fr/datasets/donnees-hospitalieres-relatives-a-lepidemie-de-covid-19/ rubrique "Contributions communautaires / Réutilisations", mention spéciale pour celle-ci qui représentait en avril dernier la "première vague" de manière esthétiquement très jolie: https://www.data.gouv.fr/fr/reuses/carte-de-levolution-du-covid-en-france/


Je trouve dommage que l'article pointe, avec un sous-entendu critique, le fait que le gouvernement, l'Etat, contacte une personne qui a eu une initiative numérique intéressante.

Au contraire, c'est la démarche intéressante, qui consiste à ne plus tout attendre d'un Etat qui saurait tout faire parfaitement (ce qui se traduit par la production "d'usines à gaz"), mais au contraire à savoir se saisir des initiatives individuelles et les valoriser, s'adapter de façon souple. 

Lire à ce sujet le bouquin de l'ancien président de l'Arcep, Sébastien Soriano "Un avenir pour le service public".https://www.acteurspublics.fr/articles/sebastien-soriano-une-autre-doctrine-de-laction-publique-est-possible

Bon j'ai pas lu tous les messages peut-être que quelqu'un a déjà posé la question : et après ?

Devant l'incroyable incompétence de ces pieds nickelés je me demande ce qui arriverait si au bout de quelques mois des effets graves de santé dus au virus se produisaient ? Sera-t-il gardé la liste de qui a été vacciné et avec quel vaccin. Bien entendu un tel truc ferait hurler tout le monde : le gouvernement fiche déjà les opinions politiques, religieuses ou syndicales des citoyens. Il fusionne les fichiers si bien qu'on ne peut le croire s'il dit que les informations resteraient secrètes (confidentielle) [l'histoire du menteur qui promet de ne plus mentir, voir ce qui s'est passé avec les fichages ADN, d'abord les violeurs puis les manifestants]. Mais je crois qu'une telle liste risque un jour d'être utile. Est-ce que dans d'autres pays une telle trace de qui a été vacciné avec quoi existe ou est envisagée ?

Bravo à Guillaume Rozier pour son excellent travail !
L'Open Data permet, avec peu de moyens, la création de multiples intiatives citoyennes.

Voici un autre exemple de mise en perspective des données publiques, concernant l'activité parlementaire : https://mcaradec.shinyapps.io/Deput-O-Score/


Merci, émission très intéressante. Si seulement cette crise apprenait enfin aux journalistes, politiques (et à tous finalement) à bien lire des chiffres, avec leur définition, leur échelle, leur biais (chiffres après correction, sur quel échantillonnage...)...

Je suis un peu déçue, car j'aurais aimé entendre davantage Catherine Hill : avoir plus d'infos sur les tests qu'elle évoque rapidement à la fin, connaître leur fiabilité, savoir ce qu'elle pense de la stratégie des tests passée et actuelle, etc.


Je ne l'ai pas particulièrement écoutée dans les médias, mais elle donne le sentiment de ne pas oublier le bon sens et de savoir utiliser les chiffres avec cette logique-là...
C'est une question que je me pose encore aujourd'hui, quel a été le rôle et l'importance des données statistiques, des modèles mathématiques dans la gestion de la covid, dans les décisions prises. outil très utile, essentiel même sans doute, mais qui reste un outil.

Quelle belle émission et quel bel échange générationnel ! vif , stimulant , engagé.



Quant aux autres , ceux du gouvernement, c'est en mêm'heu  temps , risible ,  déprimant et à dégager le plus vite possible si on est toujours vivant.

Excellent ! En revanche, le titre de l'émission ne me semble pas à la hauteur du fond du débat et la qualité des échanges. Bravo.

Pour la surmortalité, par pays, depuis le début de la pandémie, on consultera avec intérêt le site de The Economist. C'est un aspect des choses qui n'a pas été soulevé dans l'émission: Il est notoire que dans de nombreux pays, les chiffres remontés à l'OMS sont bien en-deça de la surmortalité observée, et des gouvernements, UK, Espagne, Pays-Bas et même Russie l'ont publiquement reconnu, et poutant, on continue à prendre en compte ces chiffres "officiels" démentis par les officiels ( Covid tracker, hélas, mais ce n'est pas très grave car il ne s'occupe presque que de la France, mais aussi John Hopkins, ce qui est plus grave puisque presque tout le monde reprend les données de John Hopkins)

Catherine Hill, vous n'imaginez pas comme ça m'a fait plaisir de vous entendre expliquer que, si "on" avait voulu savoir où en était l'épidémie, dès le début et tout au long de cette année, il aurait suffi de faire des sondages, correctement échantillonnés, au lieu de se gargariser de résultats de tests impossibles à généraliser à la population.... Depuis des mois je suis interloquée qu'on ne l'ait pas fait.


j'oscille entre deux explication, qui ne sont pas exclusives l'une de l'autre : l'ignorance et l'incurie, si ça se trouve personne dans tous ces aréopages n'est foutu d'y penser ou de renseigner auprès de personnes compétentes. Ou, qui sait, une certaine préférence pour l'opacité : c'est tellement plus facile de manipuler son monde, d'accumuler les mesures arbitraires et les tartarinades, lorsque personne ne comprend rien à ce qui se passe... à l'appui de la deuxième hypothèse, il y a le manque de clarté systématique de l'information officielle, qui fait de nous des idiots tâtonnant les yeux bandés.

Émission très intéressante ; Merci.  

Quant à la délégation, au moins partielle de la logistique concernant la vaccination, moi çà me gêne, et même beaucoup ! D’autant plus que la campagne concernant les tests a déjà été confiée à un cabinet de consultants ; et avec quelle efficacité! (voire le Canard enchaîné de cette semaine). Peut-on avoir le montant des prestations versées à ces brillants prestataires ?


Bravo au fondateur du site CovidTracker ; Comme quoi, les « jeunes » ne font pas qu’augmenter le nombre de contaminations.

Vous dîtes "pas content d'avoir des consultants" puis une ligne plus loin "bravo à un autre consultant" mais lui bénévole. Vous êtes sérieux ???? Le travail se paie et le pauvre gars peut juste mettre ça sur son CV. Je ne m'en fait pas pour lui mais vous ne reconnaissez le travail bien fait que lorsqu'il est fournie gratuitement ??? Réveillez-vous

En fait on est face à une dérive qu'on retrouve dans tous les métiers, quelque soit le problème, depuis au moins 20 ans. Du moment qu'il y a eu une réunion, que des objectifs ont été fixés et qu'un tableau de bord a été mis en place, le boulot est fait. Et ensuite on tombe des nues parce que cela ne suffit pas. 

"De mon temps", le suivi et la mise en place matérielle d'un projet allait de soi. C'était dans le package du boulot d'un ingénieur!! Maintenant on a spécialisé les logisticiens et on ne les associe pas, ou peu, aux décisions. 

Qui disait "l'intendance suivra" ?



merci pour cette émission qui présente bien la difficulté de l'administration française (hors Bercy) à  mettre ne place des tableaux de données dynamiques et ainsi disposer de données clairement organisées en fonction de l'objet  ou de la problématique posée  pour en informer la population et donc faire oeuvre de pédagogie chiffrée.. 


On peut ainsi s'interroger sur la perte dans la haute administration des talents mathématiques et scientifiques  tels des mathématiciens, statisticiens et ingénieurs ad hoc (issus de polytechnique éventuellement)  En ce sens, les Enarques ne peuvent prendre des décisions administratives que s'ils sont associés à des experts scientifiques et des ingénieurs pouvant construire des modèles fiables fondés sur les questions pertinentes posées. 

Je m'interroge sur les recrutements hors les informaticiens de tels spécialistes dans les administrations et de leur place et de la manière dont on les interroge pour fournir des tableaux, des graphiques exploitables et sur la chaine de décision du choix des chiffres sélectionnés, de leur organisation puis de leur publication.


Enfin, combien de logisticiens dans les administrations ?  (une enquête ? )  


S'agissant de Covidtracker, ce site est remarquable de clarté. Merci au passionné qui l'a mis en place. 



au cas où ........................................https://criigen.org/covid-19-les-technologies-vaccinales-a-la-loupe-video/

Juste une petite remarque, concernant le fait que la France soit en retard sur la vaccination par rapport au reste du monde. 

Le Japon, pays plutôt "techno-enthousiaste" et qui a jusqu'ici bien traité la crise COVID (si on fait référence au nombre de morts) a choisi de commencer la vaccination fin février, afin d'effectuer des tests additionnels. 

Vivant au Japon, j'ai l'impression que la majorité de la population est en accord avec cette stratégie.

Merci en tout cas pour vos émissions.

Bonne journée!

Élément de language. Dans le contexte actuel, est-il annodin de parler du variant anglais. Quand Mr Trump parle du virus chinois, c'est choquant. Il me semble qu'on a vite pris le plie de cette appellation.

A signaler que l'analyse des eaux usées pour déterminer le propagation du virus est une des techniques utilisées par le Prof. Raoult depuis très longtemps , comme des infos émanant des pompiers. J'ai l'impression que les personnes sur le plateau découvrent sa pertinence .

 "L'open Data est en cours , mais ça met un certain temps "  !! ... Le temps du refroidissement du fût du canon ? Tout comme ça a mis " un certain temps" pour avoir des masques et des tests ... Finalement la Start Up Nation macroniène est toujours dans les starting blocks !

En France on n'a pas de vaccin mais on a Guillaume Rozier ! ( et hélas les branquignoles Macron & Co)

Il faut urgemment que ce jeune Guillaume Rozier soit nommé à la place de Véran !! Puisque Macron aime les jeunes , c'est le moment, mais comme il n'aime pas qu'on lui fasse de l'ombre et encore moins qu'on le mette face à ses erreurs qu'il ne reconnait jamais , Jupiter exige ... On se contentera de le suivre sur son site au lieu des grandes messes du gouvernement.  D'ici qu'il ne reçoive plus les infos officielles pour enrichir ses stats  , y'a pas loin.  A suivre.

Bonne émission. Mais pourquoi l'émission une fois terminée, retombe-t-on inévitablement sur le Regard Oblique consacré aux vacances d'Adama Traoré ?? Dans la mesure où c'est la 20ème fois que ça nous arrive, la question me semble devoir être posée.

Tiens, le prof de logistique d'un institut privé ne trouve rien à redire au fait de faire appel à un institut privé de logistique pour gérer une crise nationale. Surprenant.


Quand l'Etat crève, les charognards sont au festin.

En tout cas, bonne émission qui a répondu à certaines de mes questions. Merci.

Le cauchemar !

Il existe en Europe un seul pays riche avec des décideurs complètement tarés?

Et c'est tombé sur nous !


Help Help Help, Merkel, viens me chercher.

Quand tu auras fini ton boulot de 15 ans, dans quelques semaines, tu veux pas venir dire "Raus Shnell" à Macron et son équipe de bras cassés, et résoudre nos problèmes ?

Mais de toutes façons, au point où on en est, n'importe quel Boris Johnson serait accepté !

Dans les dix premières minutes on voit qu'aucun journaliste n'a eu l'idée de synthétiser les données officielles.

Et qu'ils se ruent sur le site de Guillaume Rozier qui le fait ( gratuitement me semble t-il ).


Ce qui me semble stupéfiant n'est pas qu'il soit contacté par le cabinet du ministre de la santé mais qu'aucun ou aucune professionnelle de l'information n'ait pensé à faire ce travail.


Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.